ÇáæßÇáÉ ÇáæØäíÉ ááÅÚáÇã - ÇáãæÞÚ ÇáÑÓãí ÃÎÈÇÑ áÈäÇä Úáì ãÏÇÑ ÇáÓÇÚÉ

http://nna-leb.gov.lb

  • Agence Nationale de l’Information - Sécurité de l’Etat : Ziad Itani arrêté pour collaboration avec l’ennemi israélien, il passe aux aveux
    http://nna-leb.gov.lb/fr/show-news/84809

    #Liban

    ANI - La Direction générale de la Sécurité de l’Etat - département d’orientation et de relations publiques a signalé que ses éléments ont arrêté l’acteur et dramaturge libanais Ziad Itani, né à Beyrouth en 1975 pour le crime d’intelligence et de #collaboration avec l’ennemi israélien.

    Après des poursuites et des investigations qui ont duré plusieurs mois à l’intérieur et hors du territoire libanais, une unité spéciale a réussi, conformément aux directives claires et consignes directes du directeur général du département, le général Tony Saliba, à réunir suffisamment de preuves pour incriminer le suspect Ziad Itani.

    Au cours de l’enquête et lors de la divulgation d’éléments de preuve, il a reconnu les faits et les missions pour le compte de l’ennemi au Liban.

    Il a avoué qu’il a surveillé un groupe de personnalités politiques de haut rang en se rapprochant de certains de leurs proches, afin de récolter le plus d’informations possibles, notamment sur leurs déplacements.

    Il a admis avoir fourni de nombreuses informations, plus particulièrement sur deux personnalités politiques importantes, dont le service de sécurité révélera l’identité plus tard.

    Le détenu a oeuvré pour la création d’un groupe libanais pour diffuser le principe de normalisation avec Israël et pour la promotion de la pensée sioniste parmi les intellectuels.

    Il aurait rédigé des rapports sur la réaction des Libanais après les événements survenus ces deux dernières semaines au Liban.

    Le département suit le dossier sous la supervision des instances judiciaires compétentes et fournira ultérieurement plus de détails.

    ==========N.A.

    • Arrestation du dramaturge libanais Ziad Itani accusé d’avoir surveillé des hommes politiques pour le compte d’Israël - L’Orient-Le Jour
      https://www.lorientlejour.com/article/1085887/arrestation-du-dramaturge-libanais-ziad-itani-qui-surveillait-des-hom

      Le comédien, metteur en scène et auteur de pièces de théâtre libanais, Ziad Itani, arrêté jeudi, a avoué avoir activement surveillé des personnalités politiques pour le compte d’Israël, a annoncé vendredi le département de la Sécurité de l’État.

      Dans un communiqué publié dans la soirée, la Sécurité de l’État a indiqué que M. Itani, 42 ans, a admis avoir « surveillé un groupe de personnalités politiques de haut rang » en se rapprochant de certains de leurs proches, afin de récolter le plus d’informations possibles, notamment sur leurs déplacements".

      Le dramaturge a également admis avoir fourni de « nombreuses » informations, plus particulièrement sur « deux personnalités politiques importantes », dont le service de sécurité révélera l’identité « plus tard ». Dans la journée, des informations circulaient sur le fait que les personnalités en question seraient le ministre de l’Intérieur, Nohad Machnouk, et l’ancien ministre Abdel Rahim Mrad.

    • Couverture minimale en France, j’ai trouvé trace de cette dépêche AFP :

      Un acteur libanais arrêté pour avoir « communiqué avec Israël »
      http://www.lepoint.fr/culture/un-acteur-libanais-arrete-pour-avoir-communique-avec-israel-24-11-2017-21749

      « Après des mois d’enquête, au Liban et à l’étranger, une unité spécialisée a réussi à confirmer les faits reprochés à Ziad Itani », a indiqué la Sûreté générale dans un communiqué en affirmant que l’acteur « a avoué les faits » durant son interrogatoire.

      « Il a reconnu qu’il avait eu pour mission de surveiller un groupe d’hommes politiques de haut niveau (...) et d’obtenir des détails sur leur vie et leur travail », ajoute l’organe de sécurité.

    • Satirist Ziad Itani Held on Charges of ’Collaborating with Israel’
      http://www.naharnet.com/stories/en/238656

      A security source meanwhile told al-Jadeed television that Itani has “confessed to contacting a female Israeli officer in Turkey who asked for information related to a plot to assassinate Interior Minister Nouhad al-Mashnouq and ex-minister Abdul Rahim Mrad.”

      “Itani confessed to receiving money transfers from the Israeli officer, who was supposed to meet him in Lebanon after entering the country using a foreign passport,” the source added.

    • Article nettement plus détaillé dans le Akhbar, qui raconte comment Itani a été approché sur Facebook :
      http://www.al-akhbar.com/node/286983

      Le Akhbar est le seul média qui cite une autre source de sécurité contredisant l’annonce selon laquelle Itani aurait reconnu explicitement participer à des préparations d’assassinat.

      ونفت مصادر أمنية ما جرى تداوله أمس عن كون عيتاني أقرّ بأن الاستخبارات الإسرائيلية كانت تُعدّ لاغتيال المشنوق ومراد، وأنه شارك في الإعداد لعمليتي الاغتيال. وأكّدت لـ«الأخبار» أن «المشغّلة» طلبت من عيتاني جمع معلومات عنهما، ومحاولة التقرّب منهما، لا أكثر.

      Il faut noter que le professionnalisme du Akhbar (une fois de plus), qui est le seul à citer une source qui réfute une information qui va pourtant dans le sens de ses orientations politiques.

    • Al Manar n’a pas ces scrupules, et titre explicitement sur l’aspect que les autres se contentent de suggérer de manière assez transparente : Arrestation d’un dramaturge sunnite qui surveillait des personnalités sunnites pour le compte d’Israël
      https://french.almanar.com.lb/668182

      Dans la journée, des informations circulaient sur le fait que les personnalités en question seraient le ministre de l’Intérieur, Nouhad Machnouk, , et l’ancien ministre Abdel Rahim Mrad, également appartenant à la communauté sunnite originaire de Tripoli, selon le quotidien libanais l’Orient le jour.

      Le premier est un dirigeant sunnite du courant du Futur, connu pour ses positions modérées, alors que le second est un homme politique sunnite indépendant, proche de l’axe de la résistance.

      Sachant que Itani aussi appartient à une grande famille beyrouthine sunnite.

    • Un acteur libanais arrêté pour avoir « communiqué avec Israël »
      afp , le 24/11/2017 à 20h35
      https://www.la-croix.com/acteur-libanais-arrete-avoir-communique-Israel-2017-11-24-1300894667

      Le dramaturge et acteur libanais Ziad Itani a été arrêté et inculpé d’avoir « collaboré et communiqué » avec Israël, pays considéré comme ennemi par le Liban, a annoncé vendredi la Sûreté générale libanaise.

      Officiellement, le Liban est toujours en état de guerre avec Israël, même si les combats ont cessé entre ces deux pays voisins du Proche-Orient. Beyrouth applique un strict boycott des produits israéliens et interdit à ses citoyens d’avoir des contacts avec des Israéliens.

      Ziad Itani, connu pour une série de pièces comiques sur la vie beyrouthine et âgé d’une quarantaine d’années, a été arrêté jeudi.

      « Après des mois d’enquête, au Liban et à l’étranger, une unité spécialisée a réussi à confirmer les faits reprochés à Ziad Itani », a indiqué la Sûreté générale dans un communiqué en affirmant que l’acteur « a avoué les faits » durant son interrogatoire.

      « Il a reconnu qu’il avait eu pour mission de surveiller un groupe d’hommes politiques de haut niveau (...) et d’obtenir des détails sur leur vie et leur travail », ajoute l’organe de sécurité.

      Avant de devenir acteur et auteur, Ziad Itani travaillait comme reporter pour la chaîne de télévision pro-Hezbollah Al-Mayadeen et collaborait avec différents journaux.

      Depuis des années, plusieurs pays arabes boycottent Israël en raison de l’occupation par l’Etat hébreu des Territoires palestiniens.

      La dernière guerre entre le Liban et Israël remonte à 2006. Elle avait fait près de 1.400 morts dont 1.200 côté libanais. En 1982, Israël avait envahi une partie du Liban qui était alors plongé dans une guerre civile meurtrière (1975-1990).

  • Le premier ministre libanais, Saad Hariri, annonce sa démission
    http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2017/11/04/le-premier-ministre-libanais-saad-hariri-annonce-sa-demission_5210238_3218.h

    Le premier ministre libanais, Saad Hariri, a annoncé sa démission, samedi 4 novembre, à la surprise générale. Il a accusé le Hezbollah chiite et son allié iranien de « mainmise » sur le Liban et a affirmé avoir peur d’être assassiné.

    « J’annonce ma démission du poste de premier ministre », a ainsi déclaré M. Hariri, qui se trouve actuellement en Arabie saoudite, dans un discours retransmis par la chaîne satellitaire Al-Arabiya. Selon les informations du Monde, un des conseillers de M. Hariri lui avait déjà suggéré de démissionner il y a quelques semaines, mais l’idée avait alors été écartée.

    « L’Iran a une mainmise sur le destin des pays de la région (…). Le Hezbollah est le bras de l’Iran non seulement au Liban mais également dans les autres pays arabes », a dénoncé le premier ministre démissionnaire. Et « ces dernières décennies, le Hezbollah a imposé une situation de fait accompli par la force de ses armes », a-t-il ajouté.

    Bien entendu, le Monde-avec-AFP (ainsi que l’ensemble des médias francophones) qualifie la démission de Hariri de « totalement inattendue »… Si ces gens faisaient un tout petit peu leurs devoirs, ils sauraient que le renversement du gouvernement et la mise en accusation du Hezbollah ont été très clairement annoncés lundi par les Séoudiens :
    https://seenthis.net/messages/641376
    que Hariri s’était déjà rendu en Arabie séoudite ce même lundi, et y et retourné hier :
    https://www.lorientlejour.com/article/1081985/hariri-se-rend-a-nouveau-en-arabie-saoudite.html

    Le chef du gouvernement libanais se rend à Riyad pour une visite de travail. Lors de son dernier déplacement, il avait été reçu par le prince héritier saoudien, Mohammad Ben Salmane. M. Hariri avait affirmé être totalement en phase avec Riyad pour ce qui a trait à la stabilité du Liban.

    • L’aspect évidemment ridicule de l’événement, c’est que Saad se rend deux fois en Arabie séoudite en quelques jours, applique ce qui a été annoncé par un ministre séoudien en début de semaine, rencontre le nouveau Séoud-en-chef ben Salmane et dans la foulée annonce sa démission depuis l’Arabie séoudite, tout ça paraît-il pour dénoncer la « mainmise » de l’Iran sur le Liban.

    • Malgré cet aspect ridicule, on peut être particulièrement inquiet. Que l’Arabie séoudite décide de porter (à nouveau) son affrontement régional sur la scène libanaise ne présage d’absolument rien de bon pour le pays (tu as vu l’état des pays où l’Arabie a prétendu « contrer » l’influence iranienne ?).

    • http://www.raialyoum.com/?p=772730
      Commentaire des Iraniens : "La démission de Hariri a été arrangée par Trump et Muhammad ben Salmane, en fionction d’une décision manifeste des Saoudiens de s’en prendre au Hezbollah."
      طهران : استقالة الحريري جاءت بترتيب من ترامب ومحمد بن سلمان وبقرار سعودي واضح لمواجهة “حزب الله”

    • November 2, 2017
      Targeting Lebanon Again
      Edito d’ABA. Cela date du 2 novembre mais, comme c’est en anglais, je suppose que cela a dû être publié un peu avant.
      http://www.raialyoum.com/?p=771836

      We do not know what instructions Hariri was given when he met Saudi strongman Crown Prince Muhammad bin-Salman. But it would not come as a surprise to learn that he was told either to withdraw from the government or sack its Hezbollah ministers in order to create another government crisis in Lebanon. Hariri would have no option but to comply. That would mean the collapse of the hard-won political accommodation that enabled him to return to office and Gen. Michel Aoun to be elected president.

    • Angry Arab: Hariri resignation in Beirut
      http://angryarab.blogspot.fr/2017/11/hariri-assassination-in-beirut.html

      It is funny: people of the Saudi and Israeli lobbies on social media are jubilant about Saad Hariri’s resignation (from Riyadh, no less and through Saudi regime media) and treating the matter as if it was a purely Lebanese matter. The resignation was days in the making. Saudi minister (for Gulf affairs but he also seems to be in charge of Lebanese affairs as well) has been threatening the Lebanese people and government for many days and warning of an impending action. In fact, he threatened hours before Hariri resignation that Saudi Arabia will “cut off” the hands of Iran—which was the same expression used by Hariri in the speech which was prepared for him. Hariri was sitting with Hizbullah ministers and defending the political arrangement in which all parties were represented against critics in his quarters. He also met with a senior Iranian delegation HOURS before his resignation (above) (the delegated was headed by Ali Akbar Welayeti, who said after the meeting that it was “constructive”). Just after the meeting, Hariri was summoned to Riyadh and he took a selfti with Minister Sabhan (the latter posted it on Twitter (above) and said it was after a long meeting), and then the speech of resignation was aired on Saudi media. Its text was counter to all the speeches that Hariri has been giving for many months. The best part is that Saudi regime media announced that there was an assassination attempt on Hariri’s life just before he departed for Saudi Arabia. The pro-Saudi branch of the Lebanese security services promptly told Lebanese media that they never heard of any of that and that they were not sources for this fable.

    • Au sujet de la prétendue tentative d’assassinat contre Hariri, le démenti des FSI (généralement pro-séoudienne et proches du camp Hariri) :
      http://nna-leb.gov.lb/fr/show-news/83957/Les-FSI-mentent-les-rumeurs-sur-la-tentative-39-assassinat-jou-contre-Sa

      La direction générale des FSI a démenti, ce samedi dans un communiqué, les informations qui circulent dans les médias, réseaux sociaux et sites électroniques, selon lesquelles son service de renseignements aurait déjoué une tentative d’assassinat contre le Premier ministre démissionnaire Saad Hariri.

      « La direction des FSI précise que ces informations sont erronées, qu’elle n’a fourni aucun détail et qu’elle ne dispose d’aucune donnée à cet égard », précise le communiqué.

    • Saad Hariri Quits as Lebanon Prime Minister, Blaming Iran - The New York Times
      https://www.nytimes.com/2017/11/04/world/middleeast/saad-hariri-lebanon-iran.html

      On en est là, il faut lire un article du NYT pour se rendre compte combien les articles des MSM français et les reportages de France 24 sur le sujet sont lamentables.

      The surprise announcement — which shocked even his own staff — was an ominous sign of the escalating regional rivalry between Saudi Arabia and Iran, analysts said, indicating the growing dominance of Iran and Hezbollah as well as the Saudis’ increasingly assertive response.

      Lebanese and regional analysts, whether supporters or opponents of Hezbollah, said it appeared that Mr. Hariri had been pressured to resign by his patrons, the Saudis , as they and the United States ratchet up efforts to counter Iranian influence. The resignation came after weeks of sharp American and Saudi condemnations of Iran, including from President Trump, and new American sanctions against Hezbollah.

      By pushing out Mr. Hariri, analysts said, Saudi Arabia could deny Hezbollah a credible Sunni governing partner — an attempt to isolate it and deny it the fig leaf of a national unity government.

      “They concluded that Hariri was serving as more of a cover for Iranian and Hezbollah influence than as a counterweight to them,” said Rob Malley, a former special Middle East adviser to President Barack Obama and the vice president of the International Crisis Group.

      Yet the resignation also shows how few options Iran’s opponents have. Without Mr. Hariri in power, the United States and Saudi Arabia lose their main partner in the Lebanese government.

      Across the political spectrum, analysts and officials said the resignation ushered in new dangers. If the next government is more pro-Hezbollah, they said, that could lead to devastating sanctions. It could even increase the chances of a new war with Israel, which would see added justification for its argument that there is little distinction between Hezbollah and the Lebanese state.

      Mr. Hariri even raised the specter of internal violence. [si jamais des attentats contre le camp du 14 mars reprennent on aura été averti] He compared the atmosphere in Lebanon now to the days before the 2005 assassination of his father, former Prime Minister Rafik Hariri, saying he believed his own life was in danger. “I sensed what’s being woven in secret to target my life,” he said.

      Mr. Hariri’s father was killed when his motorcade was bombed on Beirut’s seafront. Several Hezbollah members are being tried in absentia in a special United Nations-backed tribunal in The Hague, although the militant group has denied involvement in the assassination.

      [...]

      Mr. Hariri headed a 30-member national unity cabinet that was crafted to protect the country from any spillover from the multisided war in neighboring Syria, where Iran backed the government and Saudi Arabia backed the insurgents.

      That mission has largely been successful , even though Hezbollah has sided with the Syrian government, Lebanese Sunni militants have joined insurgents there, and well over one million refugees flooded this small Mediterranean country.

      In Lebanon’s political system, power is divided between a prime minister, who must be Sunni; a president, who must be Maronite Christian; and a speaker of Parliament, who must be Shiite.

      The exercise of real power in the country is a more complicated affair of alliances, rivalries and division of spoils between the leaders of sectarian groups, including former warlords from Lebanon’s civil war.

      Hezbollah, which rose to prominence fighting the Israeli occupation of south Lebanon, is the strongest because of its powerful militia, which can act independently of the state and in recent years has served as an expeditionary force across Syria.

      In recent years Lebanon’s rival blocs have essentially agreed to confine their fight to Syria. But tensions between Saudi Arabia and Iran have only increased.

      In addition to Hezbollah’s decisive role in helping President Bashar al-Assad of Syria hold on to power, Iran has supported several militias in Iraq that have managed to defeat Islamic State forces in that country and remain a fighting force.

      Iranian leaders say their interference is needed to stop terrorism, and to create a security zone for their country. The country’s influence started to rise after the withdrawal of American troops from Iraq in 2011, leaving behind an incomplete army and a pro-Iranian government.

      Iran’s filling of the vacuum created by the departure of the United States military has been an extremely worrying development for Saudi Arabia and some other Arab states, who have seen their efforts to fight proxy wars with Iran largely fail.

      And now that the Syrian war seems to be entering a new phase, with Mr. Assad still ruling a devastated country, there are fears that tensions that had been pushed to the back burner — inside Lebanon, between Hezbollah and Israel, and elsewhere — could re-emerge.

      The United States has stepped up sanctions on Hezbollah in recent weeks after President Trump criticized Iran and the landmark nuclear deal it reached under Mr. Obama.

      “It signals a new phase of escalation,” said Ali Rizk, a pro-Hezbollah Lebanese analyst, adding that the imminent defeat of Islamic State by the United States would put new pressure on what it sees as Shiite extremists. “Lebanon is in for a hard time,” Mr. Rizk said.

      The resignation brought sharp words from Israel and Iran. Bahram Ghasemi, a spokesman for Iran’s foreign ministry, said Mr. Hariri’s speech was driven by a Saudi, American and Israeli effort aimed at “creating tension in Lebanon and the region.”

      And in Israel, Prime Minister Benjamin Netanyahu called the resignation “a wake-up call for the international community to take action against the Iranian aggression.”

      The pressure now is on the Lebanese president, Mr. Aoun, who will hold consultations with Parliament about appointing a caretaker government, said Imad Salamey, an analyst at the American University of Beirut.

      “If he indeed is going to bring in a pro-Hezbollah government, then he has to face the consequences,” such as new sanctions, Mr. Salamey said. “It will be a massive U.S. and Saudi response. The economy will collapse for sure.”

      In his speech, Mr. Hariri said he wanted to unite Lebanon and free it from outside influence. He pronounced himself “full of optimism and hope that Lebanon will be stronger, free, independent, with no authority over it except that of its own great people.”

      But in the streets of Tariq al-Jdeedeh, a mostly Sunni neighborhood of Beirut that is part of Mr. Hariri’s political base, anger and confusion contrasted with the posters of Mr. Hariri that festooned the buildings.

      “Hariri didn’t do this for Lebanon, he did this for Saudi against Iran,” said Nabil Idriss, who was tending his son’s fabric shop. “Now with this move, the picture is more transparent than ever. Saad Hariri was never in control.”

      #Liban #Hezbollah #Israel #Etats-Unis #Arabie_saoudite

    • L’artillerie libanaise bombarde les positions de Daech dans le Qaa et Ras Baalbeck (video)
      http://french.almanar.com.lb/519825

      Par ailleurs, selon le quotidien libanais al Joumhouriah, le commandement général des armées syriennes et libanaises ont finalisé les derniéres étapes de leur plan de coordination militaire, dans le cadre de la bataille contre Daech dans le Qaa et à ras Baalbeck. En effet, ces derniers jours, des réunions conjointes ont eu lieu, les plans et les cartes géographiques ont été exposés sur la table pour diviser la région militairement et définir les missions respectives de chacune des parties et le soutien dont chacune aura besoin.

    • Nasrallah avait annoncé hier soir que l’initiative de la bataille contre l’EI au Liban serait laissée à l’armée libanaise :

      Nasrallah : Nous nous battrons avec l’armée syrienne
      https://www.lorientlejour.com/article/1065791/nasrallah-nous-nous-battrons-avec-larmee-syrienne.html

      Évoquant ensuite la bataille à venir avec l’EI dans le jurd de Ras Baalbeck et de Qaa, Hassan Nasrallah a souligné que le groupuscule jihadiste « occupe une vaste zone en territoires libanais et syrien, d’une superficie d’à peu près 296 km² (141 km² au Liban et 155 km² en Syrie) ». « Les frontières dans cette région sont tracées, contrairement à ce qui a été dit », a-t-il noté, précisant que le terrain, montagneux et ascendant, est de même nature que celui du jurd de Ersal.

      « Il est clair que c’est l’armée libanaise qui mènera la bataille pour la libération du jurd de Ras Baalbeck et de Qaa, a indiqué le secrétaire général du Hezbollah. Les préparatifs vont bon train. Le Hezbollah, en coordination avec le directoire syrien, a déjà préparé cette bataille. Si le Liban officiel prend la décision que c’est l’armée qui doit remplir ce rôle en territoire libanais, c’est parfait. Vous n’ôtez rien à notre mérite. » Et de poursuivre : « L’armée libanaise est capable de remplir cette mission, avec ses capacités et ses équipements, cela est indiscutable. Elle n’a pas besoin d’aide. Ce serait une insulte à l’armée qu’elle dispose d’un soutien américain – il en est question – pour une telle bataille. »

      « Je ne veux pas polémiquer. Le problème n’est pas dans l’institution militaire ou sécuritaire au Liban, mais dans l’appareil et la décision politiques. Qui a empêché l’armée de livrer la bataille du jurd de Ersal ? Pourquoi est-elle capable maintenant de se battre et ne l’était pas avant ? Le problème est politique », a estimé Hassan Nasrallah.
      « Lorsque l’armée a été agressée (à Ersal) il y a deux ans, que ses chars ont été visés et ses soldats touchés ou faits prisonniers, pourquoi n’a-t-elle pas assumé ses responsabilités à l’époque ? Si la décision avait été prise, nous étions prêts à aider l’armée. Ce n’est pas nous qui l’avons empêchée », a-t-il indiqué.

       Le secrétaire général du Hezbollah en a profité pour répondre à ceux qui soulèvent la question de la décision de la guerre et de la paix pour dénier au Hezbollah sa liberté de mener son action contre les groupes jihadistes syriens. « Il suffit de parler de décision de la guerre et de la paix. Avez-vous pris la décision de lancer la guerre, de libérer les prisonniers, de chasser les terroristes, et vous en a-t-on empêchés ? » a-t-il lancé. Il a indiqué, dans ce cadre, qu’il « parie sur la présence de Michel Aoun à la présidence de la République pour amener l’État dans la direction » d’une intervention contre les jihadistes. « Si nous n’avions pas fait ce qu’il fallait faire, al-Nosra circulerait en boucle dans les rues de Ersal pour encourager à envahir Beyrouth. L’État ne veut pas assumer ses responsabilités. (...) Il suffit d’un article du New York Times pour influencer sa position », a-t-il noté.

      « Nous allons vers une bataille. L’armée libanaise se battra en terre libanaise. J’annonce ce soir officiellement que le Hezbollah sera à la disposition de l’armée. Nous sommes prêts à suivre ses directives. Nous voulons que la troupe l’emporte rapidement au moindre coût humain », a-t-il dit.

      « Sur le terrain syrien, la bataille s’ouvrira également. L’armée syrienne se battra aux côtés du Hezbollah. La frontière syrienne est plus grande. Et, si un philosophe libanais vient nous raconter qu’en territoire syrien, le front doit rester calme pour éviter une coordination entre les deux parties... il sera en train de comploter contre l’armée libanaise, ses soldats et leurs familles », a souligné Hassan Nasrallah.

      « Et pour cause, l’EI rassemblera toutes ses forces, côté syrien, pour répliquer. Laissez donc votre politique vexatoire de côté, et menons cette bataille d’une manière morale. Le timing est entre les mains de l’armée libanaise. Le régime syrien et le Hezbollah sont prêts. Si le front est ouvert des deux côtés, la victoire sera plus rapide et les coûts moindres sur le plan humain pour tout le monde », a-t-il noté.
      Hassan Nasrallah a ensuite lancé un message aux jihadistes de l’EI pour leur assurer que leur bataille est totalement perdante et qu’« au Liban, du moins en apparence, les Libanais sont tous derrière l’armée libanaise ».

  • At least 6 killed, 19 injured in coordinated suicide bombing in Lebanon
    https://www.rt.com/news/348512-lebanon-suicide-bombings-victims

    At least six people have been killed in a series of suicide bombings that targeted the Lebanese village of Qaa, local media reports. Another 19 people were wounded in the coordinated attack, which reportedly involved up to four assailants.
    Multiple blasts rocked the northeastern village near the Syrian border, Lebanese private LBCI TV reports. The explosions allegedly happened some 10 minutes apart from each other. 

    At least three soldiers were wounded when a suicide bomber’s initial attack was reportedly followed by a series of at least three others.

    All those killed were civilians, the mayor of Qaa told the Voice of Lebanon.

  • Sayyed, Amine et Saoud condamnés à des amendes dans les procès intentés par Geagea et Charbel Michel Sleiman
    http://nna-leb.gov.lb/fr/show-news/58326

    ANI - Le tribunal des imprimés de Beyrouth, présidé par le juge Roukoz Rizk, a rendu ce jeudi ses jugements en matière de diffamation, d’humiliation et de publication d’informations fausses et mensongères, dans les procès intentés par le chef des Forces Libanaises Samir Geagea contre le général Jamil al-Sayyed, et par Charbel Michel Sleiman contre le directeur responsable du quotidien al-Akhbar Ibrahim al-Amine et le journaliste Ghassan Saoud.

    Le général à la retraite Jamil al-Sayyed a été ainsi condamné à une amende de trois millions de livres libanaises, dont 1000L.L. comme compensation morale à M. Geagea, pour le communiqué diffamatoire publié par son bureau de presse le 22 avril 2015.

    Al-Amine, Saoud et la compagnie propriétaire du quotidien al-Akhbar ont été également condamnés à verser une amende de trois millions de livres à la suite de la publication d’un article contenant de fausses informations le 11 janvier 2015. Ils devront aussi payer 1000L.L au fils de l’ancien président de la République, en guise de compensation morale.

    3 millions de livres libanaises, ça fait 1750 euros. Et 1000 livres, ça fait soixante centimes.

  • Selon le ministre l’environnement libanais, Mohammad Machnouk, le problème avec les ordures est désormais réglé.
    http://nna-leb.gov.lb/fr/show-news/57806

    « Les mesures adoptées par le Royaume ne visaient pas le gouvernement libanais », a affirmé M. Al-Joubeir durant la réunion selon le communiqué, ajoutant que l’Arabie saoudite appréciait le Premier ministre, Tammam Salam, ainsi que ses prises de positions.

    « Après la réunion qui a duré une heure, le ministre de l’Environnement a constaté qu’il n’y aura pas d’escalade et que la tension entre le Liban et l’Arabie saoudite est déjà révolue », a-t-on conclu le communiqué.

  • Saad Hariri, qui ne pourra finalement pas être celui qui répartit les largesses saoudiennes au Liban (plusieurs milliards annulés), et dont l’entreprise Saudi Oger ne paie plus ses 56.000 employés depuis 5 mois, lance une très émouvante « pétition de loyauté au Royaume d’Arabie séoudite » lors d’une très humiliante cérémonie. Ça se fait sur un tableau tellement moche qu’il y a fort à parier qu’aucun graphiste n’a accepté de travailler là-dessus sans être payé à l’avance par le Futur…

    Hariri launches petition expressing Lebanon commitment to Arab consensus
    http://nna-leb.gov.lb/en/show-news/57268/Hariri-launches-petition-expressing-Lebanon-commitment-to-Arab-consensus

    Upon the invitation of Former Prime Minister Saad Hariri, a ceremony was held this evening at the “Center House” entitled “Loyalty to the Kingdom of Saudi Arabia and the Gulf Cooperation Council States”.

    The ceremony was attended by the Head of the Future Parliamentary Bloc Fouad Siniora, Deputy Speaker Farid Makari, Deputy Prime Minister and Minister of Defense Samir Mokbel, Ministers Wael Abu Faour, Michel Pharaon, Rashid Derbas, Akram Chehayeb and Nabil de Freige, former Ministers Marwan Hamadeh, Mohamad Safadi, Adnan Kassar and Hassan Mneimne, and a large number of MPs, businessmen, journalists, economic figures, representatives of civil society and dignitaries.

    The ceremony was an occasion to launch the signing of a petition expressing “Solidarity with the Arab consensus and loyalty to the Arab brotherly states.”

    At the onset of the ceremony, Premier Hariri delivered the following statement:

    "Today’s meeting is entitled: Loyalty to the Kingdom of Saudi Arabia and the Gulf Cooperation Council States.

    Tiens, je suis curieux de savoir qui sont les « nombreux journalistes » qui ont signé ce truc… (Au fait, tous ces gens qui prêtent ostensiblement allégeance à l’Arabie séoudite se présentent toujours comme les défenseurs absolus de l’« indépendance » libanaise.)

  • Et maintenant, Hariri prétend que l’abandon du « don » de l’Arabie séoudite à l’armée libanaise est lié au refus de participer à la coalition arabo-islamo-sunnito-pouèt-pouèt. La déclaration de Hariri est magnifique (si tu aimes le genre lèche-bottes)…

    Hariri : La mesure saoudienne est venue en réponse à des décisions peu judicieuses de soustraire le Liban au consensus arabe
    http://nna-leb.gov.lb/fr/show-news/56930

    Le bureau de presse de l’ancien Premier ministre, Saad Hariri, a publié la déclaration suivante :

    « Le peuple libanais a pris connaissance avec regret et inquiétude de la décision du Royaume d’Arabie Saoudite de mettre fin aux subventions à l’armée et aux forces de sécurité libanaises, dans une mesure sans précédent de la part du Royaume, en réponse à des décisions peu judicieuses de soustraire le Liban au consensus arabe, et de mettre la politique étrangère de l’Etat libanais au service des axes régionaux, comme cela est arrivé récemment à la réunion des ministres arabes des Affaires étrangères et à la réunion des pays islamiques (OCI).

    Le Liban ne peut récolter de ces politiques qui sont pour le moins stupides, que les procédures et les mesures que nous voyons et qui menacent les intérêts fondamentaux de centaines de milliers de Libanais établis dans divers pays arabes, et qui constituent un pouvoir économique et social que certains veulent détruire, appliquant ainsi un ordre extérieur.

    Le Royaume d’Arabie Saoudite, et à ses côtés tous les Etats arabes du Golfe, a toujours soutenu le Liban dans les circonstances les plus difficiles, et l’histoire proche et lointaine en témoigne dans tous les domaines et secteurs. Alors que le Hezbollah et ses instruments dans la politique et les médias ne cessent de lancer les pires campagnes, en utilisant tout ce qui est contraire à la morale, la loyauté et la gratitude, pour attaquer le Royaume et ses symboles.

    La dignité de l’Arabie Saoudite et de son leadership représentent la dignité des Libanais honnêtes, qui ne resteront pas silencieux quant au crime de mettre en péril les intérêts du Liban et du peuple libanais. Et ceux qui pensent que le Liban pourrait se transformer en province iranienne se trompent, spéculent avec le sort du pays et prennent la décision de se trainer eux-mêmes et de trainer les autres vers l’abîme.

    Nous comprenons tout à fait la décision de l’Arabie Saoudite, et comprenons la douleur qui a affecté nos frères saoudiens lorsque le ministre libanais des Affaires étrangères a décidé de prendre une décision contre l’intérêt du Liban et du consensus arabe.

    Nous espérons que le leadership du Royaume se penchera sur les souffrances du Liban à travers les yeux d’un frère aîné. Et nous sommes sûrs que, comme indiqué dans le communiqué publié par une source responsable, il n’abandonnera pas le peuple libanais, peu importe l’ampleur des défis et des conditions ».

    • Hezbollah : la décision de l’Arabie Saoudite révèle ses mauvaises intentions quant au soutien du Liban contre le terrorisme
      http://nna-leb.gov.lb/fr/show-news/56928

      Le Hezbollah a annoncé, ce vendredi dans un communiqué, que la décision de l’Arabie Saoudite d’interrompre son aide financière à l’armée libanaise, n’avait surpris personne. « Cette décision a révélé les mauvaises intentions de l’Arabie quant au soutien du Liban contre le terrorisme », a affirmé le parti.

      « Les responsables concernés du gouvernement étaient au courant de cette décision, qui a été évoquée plusieurs fois par les médias locaux et internationaux », a-t-il assuré.

      Et de poursuivre : « Tout le monde, notamment les Libanais, est au courant de la crise financière à laquelle fait face l’Arabie Saoudite, en raison des dépenses militaires dans sa guerre contre le Yémen et de la baisse du prix du pétrole dans le marché mondial ».

      Le Hezbollah a considéré les accusations concernant son soutien au Yémen et au Kuweit et la position du ministère des Affaires étrangères libanais, comme étant une « tentative infructueuse » de la part du Royaume.

      « La décision saoudite prouve de nouveau les mauvaises intentions du Royaume quant à la lutte contre le terrorisme et au soutien du Liban », a conclu le communiqué.

  • Le joli tour de passe-passe : refuser un dictat saoudien imposé à l’« Organisation de la Coopération islamique » reviendrait à renier l’« arabité » du Liban. Pourtant, confondre, au Liban, arabité et islam (devenu au passage « sunnisme politique » confondu avec la politique saoudienne) est le meilleur chemin vers la guerre civile.

    Hariri : La "dissociation" libanaise du consensus de l’OCI ne reflète pas l’opinion de la majorité des Libanais
    http://nna-leb.gov.lb/fr/show-news/55515

    Le président Hariri a déclaré dans un communiqué : La dissociation devient un alignement lorsque le ministère des Affaires étrangères se trouve, pour la deuxième fois, seul à l’écart de la position de tous les pays arabes sans exception, et se dissocie, également seul, d’une décision appuyée par tous les Etats membres de l’Organisation de la Coopération Islamique, à l’exception de l’Iran qui agresse les missions diplomatiques et la souveraineté arabes.

    Il a demandé : De quoi le ministère des Affaires étrangères s’est-il dissocié cette fois, surtout que le communiqué ne faisait aucune référence au Liban ou à aucun parti politique libanais ? Ou assistons-nous à une tentative de « dissocier » la diplomatie du Liban et de son arabité, et (la mener) vers l’Iran, son hostilité et ses intérêts expansionnistes ?

    Même thème évidemment avec Siniora : La position irresponsable du ministère des Affaires étrangères met en danger les intérêts des Libanais :
    http://nna-leb.gov.lb/fr/show-news/55528

    « Cette position démontre la dépendance du ministère des Affaires étrangères libanais de l’Iran et s’oppose à l’unité arabe et aux intérêts des Libanais, notamment ceux qui vivent et travaillent en Arabie saoudite », a ajouté M. Siniora.

  • « Entretien » de Kerry avec le roi Salmane, le prince Mohamed ben Salmane, le ministre al-Jubeir, qu’il faudrait « rassurer sur l’Iran », tu m’étonnes que la région soit au bord de l’annihilation…

    À Riyad, John Kerry veut rassurer ses partenaires du Golfe sur l’Iran
    http://nna-leb.gov.lb/fr/show-news/55561

    Il doit assister à une réunion des ministres des Affaires étrangères des six pays membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG), puis s’entretenir avec le roi saoudien Salmane, le futur prince héritier Mohamed ben Salmane, le ministre des Affaires étrangères Adel al-Jubeir ainsi qu’avec le coordinateur de la coalition de l’opposition syrienne Riad Hijab.

  • Le ministre de la censure du gouvernement libanais (pardon : « de l’information ») aimerait rien moins qu’un « pacte d’honneur » pour les sites Web.

    http://nna-leb.gov.lb/fr/show-news/55514/Joreige-discute-du-pacte-39-honneur-avec-les-repr-sentants-des-sites-lec

    Le ministre de l’Information, Ramzi Joreige, a rencontré, ce vendredi, le comité constitué des représentants des sites électroniques libanais, afin de discuter d’un pacte d’honneur qui régirait leur travail.

    C’est justement aujourd’hui qu’Angry Arab te fait (encore une fois) savoir où le ministre peut se le carrer, son pacte d’honneur : Saudi King proposes marriage http://angryarab.blogspot.fr/2016/01/saudi-king-proposes-marriage.html

    In this picture, the Saudi King is seen proposing marriage to a little child he spotted while greeting the Chinese president.

  • J’ai pensé que tu devais absolument savoir ceci : Miss Liban au ministère de l’Information et à Radio Liban
    http://nna-leb.gov.lb/fr/show-news/54735

    Miss Liban 2015, Valérie Abou Chakra, a visité ce mardi le ministère de l’Information, où elle s’est entretenue avec le ministre Ramzi Joreige, en présence de la directrice de l’Agence Nationale de l’Information (ANI), Laure Sleiman Saab.

    Elle a également rencontré le directeur général du ministère, Dr. Hassan Falha, qui l’a félicitée pour ce qu’elle a réalisé lors de l’élection de Miss Monde, en Chine.

    Apparemment, le ministre Joreige (à droite) ne connaît pas plus cette jeune personne (à gauche) qu’il ne connaît Al Manar, Al Akhbar ou Al Jadeed.

  • Dans le flux de Naharnet :

    Information obtained by LBCI: Russia has asked Lebanon to “divert civilian flights from the Lebanese airspace to the international airspace” as of midnight and the request was made to several countries.

    Authorities at Beirut’s airport said they have been informed by Russia that it intends to stage a naval drill that will affect aviation in Lebanon’s airspace.

    Russia demands ’no fly zone’ over Lebanon and Cyprus
    http://www.alaraby.co.uk/english/news/2015/11/20/russia-demands-no-fly-zone-over-lebanon-and-cyprus

    Lebanon may close its airspace for three consecutive days after receiving an official request from the Russians, say senior aviation officials.
    Passenger flights must avoid Lebanon’s airspace for three days, according to an official request from Russia to Lebanese aviation authorities.

    The temporary suspension of civil aviation would likely begin at midnight on Friday, but officials are reportedly discussing alternative flight paths over Cyprus, according to reports.

    • Toujours Naharnet :

      Lebanese civil aviation official: We reassure the Lebanese public opinion that flight operations at Beirut’s Rafik Hariri International Airport will not be interrupted.

      mais ce matin :

      LBCI: Kuwait Airways canceled two flights that were scheduled to land in Beirut today.

    • Zeaiter : nous avons choisi des couloirs aériens qui garantissent la sécurité de l’aviation et des passagers
      http://nna-leb.gov.lb/fr/show-news/53125

      Le ministre des Travaux publics et du Transport, Ghazi Zeaiter, a déclaré ce samedi à l’ANI, avoir choisi des couloirs aériens qui assurent la sécurité de l’aviation et des passagers à l’aéroport international Rafic Hariri.

      « Il n’y a pas de fermeture de l’espace aérien. Personne n’accepte ceci. Même les Russes ne nous ont pas demandé de fermer notre ciel », a clamé M. Zeaiter.

    • L’Irak suspend les vols vers le nord.
      Sans lien (explicite ?) avec la requête russe.

      Iraq Suspends Northern Flights Due To Russian Air Campaign
      http://www.rferl.org/content/iraq-suspends-flights-russian-air-strikes/27381558.html

      Iraq is suspending flights to the northern Kurdish self-ruled region for two days due to Russia’s air campaign in neighboring Syria.

      Iraq’s Civil Aviation Authorities said the flight suspension — starting November 23 — to the cities of Irbil and Sulaymaniyah was to “protect travelers” as cruise missiles and bombers cross northern Iraq from the Caspian Sea to Syria. It said other airports will operate normally.

      Russia began air strikes in Syria on September 30 in support of Syrian President Bashar al-Assad’s forces.

      Last month, its warships in the Caspian Sea fired cruise missiles nearly 1,500 kilometers over Iran and Iraq.

      Based on reporting by AFP and AP

  • Une tentative de trafic de #Captagon avortée à l’AIB
    http://nna-leb.gov.lb/fr/show-news/51749/Une-tentative-de-trafic-de-Captagon-avort-39-AIB

    Les services de sécurité de l’Aéroport international Rafic Hariri à Beyrouth (AIB), ont avorté ce lundi une tentative de trafic de Captagon, au sein de l’aéroport, a annoncé le correspondant de l’ANI.

    Les deux tonnes de captagon, réparties dans 40 valises, étaient en route vers l’Arabie saoudite à bords d’un jet privé. Les propriétaires des valises, de nationalité saoudienne, ont été remis au Bureau de lutte contre les stupéfiants ; une enquête a été ouverte par les autorités compétentes.