/bretagne

  • Les vieux panneaux Michelin disparaissent du bord des routes | Le Télégramme
    https://www.letelegramme.fr/bretagne/les-vieux-panneaux-michelin-disparaissent-du-bord-des-routes-6629338.ph


    Les principaux panneaux qui subsistent sont les plaques murales sur les routes de campagne et les axes secondaires.
    Photo Didier Déniel

    Les vieux panneaux Michelin qui, bien avant le GPS, guidaient les automobilistes, constituent un patrimoine qui tend à disparaître et que des passionnés veulent préserver.

    Les vieux panneaux Michelin de signalétique routière, c’est un peu comme la madeleine de Proust. Quand on en voit un en pleine campagne, on se sent immédiatement transporté, gamin, à l’arrière d’une jolie Dauphine ou d’une rutilante R16. Question de génération. Ces panneaux, pour certains, font partie intégrante de notre patrimoine routier. Pourtant, plus les années passent et plus ils disparaissent au profit de récentes plaques directionnelles au design plus froid.

    Après 1910, les panneaux Michelin ont poussé comme des champignons le long des routes de France. Une raison à cela : ils étaient offerts aux collectivités par le groupe clermontois de pneus Michelin, qui mettait tout en œuvre pour guider, sur les routes de France, les premiers automobilistes. Et pour les inciter à rouler, et, donc, à user des pneus et à en changer. Dans le même registre est né le Guide Michelin, où étaient répertoriées les meilleures tables de l’Hexagone.


    À Pleuven (29) un vieux panneau a été implanté dans un petit jardin public situé au bourg.
    Photo Christian Le Beuze

    Des dizaines de milliers de panneaux installés gratuitement
    De 1910 à 1914, plus de 30 000 panneaux routiers sont ainsi de terre. Et d’autres dizaines de milliers jusqu’en 1971 : plaques directionnelles, touristiques, ou avertissant d’un danger. « Elles étaient fabriquées en lave de Volvic émaillée, précise Philippe de Priester, un passionné des panneaux routiers. La date de fabrication était peinte à la main. Et leur socle était en béton. Autant vous dire qu’en cas de choc, c’était le panneau qui gagnait. C’est une des raisons pour lesquelles ces modèles ont disparu de la circulation et ont été remplacés par des panneaux métalliques plus légers et conçus pour mieux réfléchir la lumière des phares. »

    Les panneaux Michelin ont donc conquis toute la France, sans exception. « La Bretagne était une région très bien dotée, continue le passionné. Particulièrement le Sud-Finistère et le Centre-Bretagne. Les nombreux sites touristiques étaient tous bien indiqués. » Une petite balade en forêt d’Huelgoat (29) suffit pour s’en rendre compte : les principaux sites de balade y sont toujours indiqués et signés Michelin.

    Ce patrimoine routier est surveillé de près par plusieurs associations qui le répertorient et ne veulent pas le voir disparaître des bords des routes. « Si beaucoup de lourds panneaux d’entrée d’agglomération ont été descellés, il reste pas mal de flèches signalétiques adossés aux murs des maisons aux principaux carrefours », poursuit Philippe de Priester, qui enrichit une base de données photographique.


    Un petit parfum d’antan.
    Photo Didier Déniel

    Remettre en valeur ces panneaux
    De temps en temps aussi, ces mordus de signalétique se rapprochent de municipalités pour sauver ce qui peut l’être. Un joli panneau pouvant être déplacé et trôner fièrement dans un jardin public au lieu d’être jeté parmi les gravats d’un service technique. C’est le choix qu’a fait la commune de Pleuven (29). Et c’est plutôt réussi.

    À Lopérec (29), commune des monts d’Arrée, le conseil municipal a aussi fait le choix de conserver un vieux panneau en le déplaçant. Même chose à Tréveneuc (22), où une vieille borne Michelin à quatre côtés - pièce devenue extrêmement rare - a été restaurée puis repositionnée dans le cadre des travaux de rénovation du bourg. « On tente d’intervenir auprès des élus pour qu’ils prennent de telles décisions, explique Iwan Le Clec’h, qui anime un groupe de passionnés de patrimoine routier en Bretagne. Avant que les panneaux ne se retrouvent dans une décharge ou en vente, comme celui qui indiquait le Roc’h Trevezel, dont nous n’avons pas retrouvé la trace. »


    Les anciens panneaux Michelin sont surtout visibles en campagne, comme celui-ci entre Landerneau et Dirinon.
    Photo Didier Déniel


    De vieux panneaux existent toujours dans le bourg de Loperhet (29).
    Photo Didier Déniel

  • Copains comme cochons : élus, éleveurs ou écrivains, qui sont les lobbyistes du porc en #Bretagne ?

    La Bretagne concentre la majorité de la production porcine de France. Un leadership qu’un conglomérat d’éleveurs, de politiques et d’alliés parfois inattendus compte préserver contre vents et marées. À travers quatre #infographies réalisées en partenariat avec La Revue dessinée, nous montrons les liens qu’entretiennent ces acteurs et les structures qui servent à défendre leurs intérêts. Une #cartographie inédite et pourtant non exhaustive d’un #lobby capable de tordre le bras au gouvernement.

    #Philippe_Bizien, un poids lourd de la filière

    L’enquête publiée par Splann ! en juillet 2022 sur l’extension de la #porcherie #Avel_vor, à #Landunvez (29), met en évidence l’#influence de son gérant sur toute la filière. Propriétaire de l’une des plus grandes exploitations porcines de France, d’où peuvent sortir chaque année jusqu’à 26.000 cochons, Philippe Bizien cumule de nombreuses autres fonctions. Il dirige plusieurs poids lourds de l’#agro-industrie : président de la société #Evel’Up (numéro 2 du porc en France) il est aussi à la tête de différentes structures défendant les intérêts des éleveurs et des méthaniseurs, en Bretagne.

    Ni les recours juridiques contre l’extension d’Avel vor menés par des associations environnementales, gagnés en première instance en 2019 et en appel en 2021, ni la condamnation de Philippe Bizien et de sa société pour #homicide_involontaire en 2022, ni, enfin, l’ouverture d’une #enquête impliquant Avel vor pour #mise_en_danger_de_la_vie_d’autrui par le pôle environnemental du parquet de Brest en 2023, n’ont eu raison de son ascension au sein du lobby du cochon.

    En 2023, il hérite d’une fonction nationale : il devient président de la section porcine de la #Coopération_agricole (anciennement #Coop_de_France), le très puissant syndicat défendant les intérêts des coopératives françaises auprès des pouvoirs publics français et des institutions européennes. Il cumule ainsi cinq mandats – donc cinq indemnités – et bénéficie d’un accès privilégié aux politiques et aux représentants de l’État.

    En janvier 2024, une délégation composée des députés Renaissance #Didier_Le_Gac et #Antoine_Armand, s’est rendue dans l’élevage de Philippe Bizien dans le cadre « d’une mission confiée par #Marc_Fesneau pour ancrer favorablement l’élevage en France », selon les mots de Didier Le Gac. Un soutien réaffirmé par le député Antoine Armand sur le réseau X, faisant fi des polémiques lié à la porcherie landunvezienne « On les suspecte. On les dénigre et parfois on les harcèle. Mais comme ici dans le Finistère, ils et elles nourrissent la France, sont engagés dans la transition écologique et façonnent nos paysages. »

    De puissants relais locaux

    Au-delà des liens de sang qui unissent, jusqu’en 2014, le gérant d’Avel vor au maire de Landunvez, – qui n’est autre que son père – lequel signe les autorisations d’agrandir la porcherie, c’est tout le secteur porcin qui tire les ficelles de la politique locale du pays de Landunvez.

    À la lumière de cet organigramme, les liens entre élus locaux et Evel’Up, la coopérative porcine présidée par Philippe Bizien, sont flagrants.

    À quelques dizaines de kilomètres de Landunvez, la commune de #Saint-Renan est administrée depuis 2014 par #Gilles_Mounier (divers droite), qui était cadre d’Evel’Up jusqu’en en 2021. Il a abandonné ce poste lors de son accès à la vice-présidence du conseil départemental du Finistère, en tant que chargé du développement durable et des territoires. Son épouse est toujours responsable communication au sein d’Evel’Up.

    À #Saint-Renan, les liens entre Evel’Up et la mairie ne datent pas d’hier puisque le prédécesseur de Gilles Mounier au poste de maire, #Bernard_Foricher, était aussi salarié de cette coopérative porcine (qui portait alors le nom de #Pigalys).

    Gilles Mounier n’est pas le seul à être passé de la direction d’Evel’Up à une carrière politique. Un peu plus au nord de Landunvez, la commune de #Kernouës est administrée par #Christophe_Bèle, directeur pendant 20 ans de la coopérative porcine Pigalys, devenue #Aveltis puis… Evel’Up.

    Ces deux soutiens historiques de la puissante filière porcine dans le #Finistère siègent désormais ensemble au sein de la commission locale de l’#eau et du syndicat des eaux du Bas-Léon. Ils occupent ainsi des postes stratégiques pour la gestion de l’eau du pays d’Iroise, à l’heure où le secteur porcin pèse lourd sur la qualité et la quantité d’#eau_potable disponible pour les habitants du territoire.

    La famille élargie

    À l’échelle nationale, le lobby porcin est aussi discret qu’organisé. Parmi ses principaux représentants, on trouve le député Les Républicains (LR) de #Loudéac-Lamballe (22), conseiller régional de Bretagne et vice-président de l’Assemblée nationale jusqu’en 2022, #Marc_Le_Fur. Surnommé le « #député_du_cochon », il s’attaque depuis plusieurs années aux associations qui critiquent l’élevage en déposant en 2022 par exemple, un amendement dit « anti-L214 » visant à « supprimer la réduction d’impôts pour les dons aux associations dont les adhérents sont reconnus coupables d’actes d’intrusion sur les propriétés privées agricoles ».

    Dans sa croisade contre « les normes excessives » il est aidé par #Jacques_Crolais, son ancien attaché parlementaire, directeur de l’#UGPVB (#Union_des_groupements_des_producteurs_de_viande_de_Bretagne) jusqu’en avril 2024, poste qu’il vient de quitter pour prendre la direction… d’Evel’Up.

    Autre député défendant ardemment la filière porcine : #Didier_Le_Gac, député Renaissance de Brest rural (29), dont fait partie la commune de #Landunvez. Il est l’une des chevilles ouvrières de la cellule de gendarmerie dite « #Demeter » créée à la demande de la #FNSEA, ayant pour but « d’identifier et poursuivre les agressions, intrusions et dégradations sur les exploitations agricoles ». Son lancement a été effectué en grande pompe en décembre 2019 à Saint-Renan (29), commune administrée par Gilles Mounier (dont vous retrouverez la figure dans l’organigramme « de puissants relais locaux ») à quelques kilomètres de la porcherie de Philippe Bizien.

    À cette époque-là et jusqu’en 2023, la FNSEA était présidée par #Christiane_Lambert, éleveuse de porcs dans le Maine-et-Loire, aujourd’hui présidente du #Comité_des_organisations_professionnelles_agricoles_de_l’Union_européenne (#Copa-Cogeca) – le plus important syndicat agricole européen.

    Le 14 mars 2024, Christiane Lambert a reçu la médaille d’officier de la Légion d’honneur sous le haut patronage d’#Erik_Orsenna (dont vous retrouverez la figure dans l’organigramme « La famille étendue ») et de l’ex-ministre de l’agriculture #Julien_Denormandie. Tous deux proches de l’association vitrine des grandes entreprises de l’#agroalimentaire, #Agriculteurs_de_Bretagne, ils viennent de cosigner le livre « Nourrir sans dévaster » (Flammarion).

    Une influence nationale

    De Plouvorn à Plonevez-Porzay en passant par Lamballe, Pouldreuzic, Loc-Equiner… Le lobby porcin s’est fait une place de choix dans de nombreuses institutions locales et nationales. De la Vallée des Saints… jusqu’à l’Académie française.

    Une statue de Saint-Alexis a été installée dans la Vallée des Saints en juillet 2022, le lieu, crée par des militants bretons en 2009 sur la commune de Carnoët, dans les Côtes d’Armor, se veut « une Île de Pâques à la bretonne ».

    La sculpture en granit de 4,25 m de haut a été financée conjointement par Le Crédit Agricole du Finistère, la Sica de Saint-Pol-de-Léon – premier groupement français de producteurs de légumes et d’horticulteurs – et la Brittany Ferries, pour rendre hommage à #Alexis_Gourvennec, considéré comme le père de l’agriculture bretonne moderne.

    Il était l’un des plus gros éleveurs porcins français avec 2.000 truies et 48 employés en 1984. Il a occupé la présidence de la Caisse régionale du Crédit Agricole de 1979 à 1998. Connu pour légitimer le recours à la violence en manifestation, l’entrepreneur léonard a contribué à diffuser sur la péninsule une vision ultra-libérale et productiviste de l’agriculture.

    Par-delà cet hommage en granit, les figures bien vivantes présentes dans cet organigramme, continuent de creuser le sillon d’Alexis Gourvennec.

    La filière porcine s’est par ailleurs organisée pour influencer l’opinion publique et laver l’image de l’agriculture bretonne et de ses pollutions. #Agriculteurs_de_Bretagne, association créée par de grandes entreprises de l’agroalimentaire en 2009 après la mort très médiatisée d’un cheval dans les algues vertes à Saint-Michel-en-Grève (22), assure des missions d’accueil d’écoles dans des exploitations de son réseau ainsi que la diffusion du magazine #Le_P’tit_Agri, destiné aux 7-11 ans. Elle tient également des stands lors de grands événements comme les Vieilles Charrues, à Carhaix (29) ou déploie parfois ses couleurs dans des stades, dont celui de Guingamp (22).

    Présidente de ce lobby jusqu’en 2022, #Danielle_Even, éleveuse de porcs dans les Côtes-d’Armor, a été propulsée sur la scène médiatique par l’académicien, businessman et conseiller des présidents Mitterrand et Macron, Erik Orsenna, lequel a invité « sa voisine », en 2013, sur le plateau de l’émission de Michel Drucker « Vivement Dimanche ». « La Bretagne, grâce au porc, sera le nouveau Qatar ! », lance-t-il alors. Depuis, il est présent pour soutenir le lobby à de nombreuses reprises comme lors des remises de légion d’honneur à #André_Sergent, éleveur de porcs et président de la chambre d’agriculture du Finistère, ou à Christiane Lambert, ancienne présidente de la FNSEA et actuelle présidente de la Copa-Cogeca.

    https://splann.org/enquete/les-travers-du-porc/lobby-porc-bretagne

    #élevage #porc #France #infographie #élevage_porcin
    #industrie_agro-alimentaire

  • « Certains ne terminaient plus leurs phrases » : la « plante du diable » à l’origine d’une intoxication massive à Arzal | Le Télégramme
    https://www.letelegramme.fr/bretagne/certains-ne-terminaient-plus-leurs-phrases-la-plante-du-diable-a-lorigi

    Jeudi 25 avril 2024, une vingtaine de participants à un stage de cuisine, à Arzal (56), ont été intoxiqués par le datura. Cette plante toxique fait régulièrement l’objet d’alertes.

    « Heureusement on n’a consommé que des petites quantités… » L’organisateur d’un stage de cuisine dans le Morbihan se dit qu’il a peut-être évité le pire. Jeudi 25 avril, à Arzal (Morbihan), une vingtaine de participants ont été intoxiqués par le datura stramonium, surnommée parfois la « plante du diable ».

    • Qu’est-ce que le datura ? | Ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire
      https://agriculture.gouv.fr/quest-ce-que-le-datura

      Les alcaloïdes contenus dans le datura (atropine et scopolamine principalement) peuvent provoquer un syndrome anticholinergique ou atropinique, qui se manifeste d’abord par des troubles périphériques (dilatation de la pupille et troubles de l’accommodation ; tachycardie, vasodilatation etc..) puis des troubles centraux (agitation, confusion, hallucinations…). Ils peuvent entraîner une intoxication modérée persistant 8 à 12 heures ou une intoxication sévère durant 2 à 3 jours (la dilatation de la pupille étant particulièrement lente à disparaître). Les autres conséquences sont une sécheresse de la bouche prononcée, des troubles de la vue, agitation, confusion, désorientation spatio-temporelle, des paroles incohérentes… De très petites quantités suffisent pour déclencher une intoxication. Les symptômes nécessitent en général une hospitalisation.

  • Les complotistes tissent leur toile en Bretagne | Le Télégramme
    https://www.letelegramme.fr/france/les-complotistes-tissent-leur-toile-en-bretagne-6572732.php


    Le couple de Landeleau a apposé à l’entrée de sa propriété, une plaque indiquant qu’il héberge le consulat de l’État vivant breton.
    Le Télégramme/Didier Déniel

    Conseil national de transition, État vivant breton, ou encore One Nation : les groupes de conspirationnistes, citoyens souverains, ont fleuri ces dernières années en France et en Bretagne. Une nébuleuse qui dit agir pour l’émancipation des individus et refuse l’autorité de la République.

    Ces dernières semaines, une vidéo montrant un couple qui refusait de se soumettre à un contrôle d’alcoolémie dans le Nord a fait le buzz sur la toile. L’homme et la femme contestaient l’autorité des forces de l’ordre, et plus globalement celle de la République, pour laquelle elles agissaient. Des illuminés, direz-vous. Pas seulement. Car derrière ces postures, ils se nourrissent d’un nouveau mode de pensée, mettant l’individu, et son bien-être, au-dessus des lois et de l’organisation sociétale. Ces groupes se mettent hors-cadre, veillant bien à ne jamais se rapprocher d’un parti politique, d’une institution ou d’une ONG. Un mouvement né dans le sillage des antivax les plus acharnés et de leurs théories conspirationnistes.

    En France, ce mouvement a pris une telle ampleur qu’elle fait l’objet d’une surveillance accrue des services de police et de gendarmerie. Le plus répandu serait le Conseil national de transition (CNT), dont le but ultime serait de renverser le gouvernement et de mettre à bas la cinquième République. Selon le CNT, le pouvoir serait entre les mains de politiciens corrompus d’une « cinquième République sans existence constitutionnelle » ayant mis en place des mesures sanitaires pour placer sous contrôle la population. Aujourd’hui le salut passerait par un pouvoir confié à des Français « tirés au sort, qui exerceraient la souveraineté nationale ».


    Le 13 février dernier, le calme du bourg de Landeleau a été troublé par une manifestation lors du conseil municipal.
    Le Télégramme/Didier Déniel

    « La République Française n’a aucune légitimité sur la Bretagne »
    Il n’aura fallu que quelques mois pour que naisse dans notre région, une déclinaison identitaire de ce mouvement baptisée « Conseil national de transition breton » ou encore « État vivant breton ». Selon les têtes pensantes de ces groupes, la France n’aurait aucune légitimité sur la Bretagne, étant donné que les clauses du contrat de mariage entre la duchesse Anne et Louis XII, et les engagements politiques y afférents, n’auraient pas été respectés. De fait, tout Breton serait donc un être indépendant et autonome qui ne serait pas soumis aux lois de la République.

    Dans cette mouvance, un groupe localisé près de Brocéliande est particulièrement actif depuis quelque temps. Selon plusieurs sources, il est intervenu en février dernier dans la commune de Landeleau (29) pour soutenir un couple qui a construit des habitats légers sur son vaste terrain, sans autorisation aucune. L’homme et la femme, installés depuis la crise sanitaire, ont été condamnés à 3 000 euros d’amende et à déconstruire ces habitations avant le 16 avril. Le tout assorti d’une astreinte de 200 euros quotidienne si la décision de justice n’est pas respectée. À ce jour, les constructions sont toujours en place.

    « Le 13 février, une douzaine de personnes qui n’étaient pas de la commune ont perturbé le conseil municipal, raconte le maire, Yvon Coquil. Ils étaient venus contester la décision de justice. Je les ai invités à assister au conseil sans prendre la parole. Ils ont refusé. C’était assez tendu. J’ai dû appeler la gendarmerie. Je ne connaissais pas ces gens. En tout cas, ils étaient extérieurs à la commune. »

    « Parfois des profils inquiétants »
    Soutenu dans un premier temps par des membres du CNT, le couple semble avoir pris fait et cause pour ce mouvement, comme le prouvent certains de ses écrits postés sur les réseaux sociaux. « Nous sommes de l’État vivant breton depuis de nombreux mois déjà. Nous ne sommes plus concernés par le droit et les décisions de la République française Présidence (…) Nous sommes redevenus mandataires de nos personnes juridiques et vivantes. »

    Ces postures inquiètent un spécialiste de ces mouvements interrogé par nos soins « Ces personnes se lavent le cerveau entre elles. Elles sont tellement déconnectées de la réalité qu’elles en ignorent la présence d’autres entités qui relaient les mêmes discours. Elles perdent tout sens critique. Souvent, on a affaire à des idéalistes non-violents. Mais parfois certains profils sont plus inquiétants ».

    • Complotisme : plusieurs affaires devant la justice en Bretagne | Le Télégramme
      https://www.letelegramme.fr/bretagne/complotisme-plusieurs-affaires-devant-la-justice-en-bretagne-6572736.ph

      Le mouvement complotiste et des « Êtres souverains », dont les racines se trouvent aux États-Unis, a pris de l’essor ces dernières années. La Bretagne n’échappe pas à ce phénomène, comme le démontrent ces deux affaires judiciaires.

      La cofondatrice de One Nation condamnée à Saint-Brieuc
      Un des principaux groupes, One Nation, semble avoir de solides liens avec la Bretagne. En effet, il est écrit sur son manifeste, acte fondateur d’une nouvelle nation, que ce texte a été finalisé, le 29 février 2020, « quelque part en Armorique ». On peut y lire que « les gouvernements échouent dans leur mission » et « ne prennent pas soin ni des êtres humains ni de la terre ». La philosophie de ce mouvement vise à bâtir un nouveau monde, en dehors des codes politiques et sociaux habituels. L’être humain « cellule unique et individualisée » est placé au centre de cette démarche. « Il l’emporte sur l’entité légale créée après ma naissance » peut-on lire plus loin.

      One Nation a été cofondée par Alice Martin Pascual, alias Alice Pazalmar. Une jeune femme, vidéaste et créatrice de bijoux, qui vit dans le Lot. En mai 2023, elle a été condamnée par le tribunal correctionnel de Saint-Brieuc à 1 000 euros d’amende pour diffamation. Ses propos, diffusés sur la toile, visaient l’ex-président du conseil départemental des Côtes-d’Armor, Alain Cadec, et la responsable du service enfance du Département, qu’elle accusait de maltraitance sur enfants. Déjà incarcérée pour une série d’infractions routières, la prévenue avait regretté ses propos, évoquant une période troublée de sa vie durant laquelle elle contestait toute autorité.

      La dérive « sectaire » d’une famille
      Un couple originaire de la région de Concarneau a été condamné le 15 février à Quimper. Il avait déscolarisé son enfant, âgé d’une dizaine d’années, pendant trois ans, à partir de mars 2020. Sans suivi par l’Éducation nationale. Le couple de quinquagénaires, ayant refusé d’être défendu par un avocat, avait tenu des propos déroutants sur l’existence administrative des êtres humains. Selon lui, l’Éducation nationale, qui « formate les esprits », était une entreprise privée qui faisait des bénéfices sur le dos des écoliers. À ce titre, et selon sa logique, il demandait que l’EN soit affiliée au registre du commerce et des sociétés ! Le couple a été condamné à six mois de prison avec sursis et à 200 euros d’amende. Leur fils a été confié aux services sociaux. Le ministère public avait parlé « de dérive sectaire ».

    • Ce n’est pas loin de ...
      https://www.eff.org/cyberspace-independence

      We have no elected government, nor are we likely to have one, so I address you with no greater authority than that with which liberty itself always speaks. I declare the global social space we are building to be naturally independent of the tyrannies you seek to impose on us. You have no moral right to rule us nor do you possess any methods of enforcement we have true reason to fear.

      Merci @arno de nous avoir rappellé dans
      http://www.uzine.net/article60.html
      qu’il n’y a pas que la liberté libertaire individualiste des John Perry Barlow (pourtant je me sens parfois assez Deadhead ...)
      par exemple hhttps://archive.org/details/gd1978-04-16.sbd.cantor.motb.81457.sbeok.flac16/gd1978-04-16d1t12.MOTB.flac

      Chez nous on a les Reichsbürger pour nous amuser.
      https://de.m.wikipedia.org/wiki/Reichsb%C3%BCrgerbewegung
      Wikipedia nous informe que ..

      Reichsbürgerbewegung ist ein Sammelbegriff für eine organisatorisch und ideologisch sehr heterogene Szene aus meist Einzelpersonen, seltener teilweise sektenartigen Klein- und Kleinstgruppen. Gemeinsam ist ihnen, dass sie die Existenz der Bundesrepublik Deutschland als legitimer und souveräner Staat bestreiten sowie seine Repräsentanten und die gesamte deutsche Rechtsordnung fundamental ablehnen. Zu den von sogenannten Reichsbürgern vertretenen Ideologien gehören oft die Ablehnung der Demokratie, Ideologieelemente des Monarchismus, Rechtsextremismus, Geschichtsrevisionismus und teilweise Antisemitismus, Esoterik bzw. Rechtsesoterik oder die Leugnung des Holocausts. Sie teilen eine Haltung der Ablehnung einer offenen und pluralistischen Gesellschaft und weigern sich, unter anderem Steuern und Bußgelder zu zahlen oder Gerichtsbeschlüsse und Verwaltungsentscheidungen zu befolgen.

      C’est assez drôle et ressemble un peu au « Front Populaire de Judée » dans La vie de Brian mais dans un esprit de droite. Comme quoi parfois les crypto-nazis sont assez marrants à cause leur esprit étroit. On n’a pas besoin de grand chose pour s’amuser, pas vrai.

      Dabei berufen sich „klassische“ Reichsbürger darauf, dass ihrer Meinung nach das Deutsche Reich statt der Bundesrepublik weiterhin fortbestehe, entsprechend ihrer Ideologie entweder in den Grenzen des Deutschen Kaiserreichs oder in denen von 1937. Dieses Deutsche Reich werde als Organisation durch eine „kommissarische Reichsregierung“ (KRR) oder Ähnliches vertreten, deren Befugnisse die oft miteinander konkurrierenden Gruppen jeweils für sich beanspruchen.

      L’histoire devient sérieusement drôle quand l’état impérialiste post-nazi arrête les participants d’un complot qui devait rétablir le Deutsches Reich et restituer le droit au seuil allemand aux vrais allemands ariens comme moi. Manque de peau on a perdu notre attestation d’arien d’avant 1945 et pire encore on n’en veut plus rien savoir.

      De toute manière si un jour l’envie me prend de devenir arien officiel, j’irai en Iran ou en Inde après Modi où je me joindrai aux vrais des vrais de n’importe quoi.

      Au Japon aussi il y a des nazis partout ;-)

      Ship of fools
      https://genius.com/The-grateful-dead-ship-of-fools-lyrics
      I won’t slave for beggar’s pay, likewise gold and jewels
      But I would slave to learn the way to sink your ship of fools

      #wtf #nazis

    • Extrait d’un article de l’Obs

      • Qui sont les « citoyens souverains » ?

      Les phrases utilisées par le couple renvoient à l’argumentaire du mouvement antisystème des « citoyens souverains », apparu aux Etats-Unis dans les années 1970. Une mouvance qui s’est exportée dans le monde anglo-saxon et en France, où elle s’est manifestée à travers le mouvement One Nation, cofondé par Alice Pazalmar, explique à l’AFP le spécialiste de l’extrémisme en ligne Tristan Mendès France, qui évoque aussi une « hybridation avec le mouvement covido-complotiste ».

      https://www.nouvelobs.com/societe/20240410.OBS86926/on-ne-contracte-pas-nombre-de-membres-ideologie-qui-sont-les-citoyens-sou

      https://justpaste.it/e0re6

      De là à prétendre que ce genre d’acte de résistance est « payant » ^^

      L’homme sera jugé le 1er octobre à Dunkerque pour refus de se soumettre aux vérifications du véhicule et du conducteur, au contrôle d’alcoolémie et de l’usage de stupéfiants, défaut d’assurance et violences volontaires sur un militaire de la gendarmerie sans incapacité. Pour ces délits, il encourt jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende.

  • Éolien en mer : la Bretagne dans un océan d’incertitude | Le Télégramme
    https://www.letelegramme.fr/bretagne/eolien-en-mer-la-bretagne-dans-un-ocean-dincertitude-6568695.php


    Ministère de l’économie

    L’État a concocté une carte des zones susceptibles d’accueillir des nouveaux parcs d’éoliennes en mer. Combien ? Et à quelles conditions ? Les élus du conseil régional de Bretagne, réunis ce vendredi en session, ont dit tout haut leur frustration.

    La zone, en forme de cerf-volant, s’étend au large des Côtes-d’Armor et du Finistère. Là, à l’horizon de la Bretagne-nord, se trouve le principal site susceptible d’accueillir, d’ici dix ans, les prochains parcs bretons d’éoliennes en mer. S’il était entièrement recouvert de géants d’acier, on pourrait produire jusqu’à 11 GW/h, soit près de la moitié de l’objectif national pour 2030. Mais rassurez-vous, explique-t-on en haut lieu, tel n’est pas le projet. Un ou deux parcs supplémentaires ici - le chiffre évoqué aujourd’hui - seront suffisants pour déclencher bien des tempêtes.

    Ces « zones propices au développement des éoliennes en mer » étaient à l’ordre du jour du conseil régional ce vendredi. Une carte concoctée par l’État et soumis au débat public qui a lieu en ce moment sur toutes les façades maritimes de l’Hexagone. Dans cette affaire, l’avis des élus bretons est donc purement consultatif. D’où la fâcheuse impression que « tout est joué d’avance », s’exclame le député Marc Le Fur, également conseiller régional du groupe droite et centre.

    La Région pose des conditions
    Malgré les critiques sur la méthode, le président Loïg Chesnais-Girard redit le soutien ancien de la Région au développement des énergies marines renouvelables. Gage, à ses yeux, de la sortie du pétrole et de l’indépendance énergétique de l’Europe. Mais il pose ses conditions. La première : « l’acceptation par les acteurs bretons de la mer ». À commencer par les pêcheurs. « Nous devons conjuguer les éoliennes avec l’activité maritime mais aussi le respect de la biodiversité ».

    Premier point d’achoppement : ni la pêche ni la biodiversité ne figurent dans les critères retenus pour dessiner ces cartes, souligne notamment Ronan Pichon, conseiller régional écologiste. Le Secrétaire général aux affaires régionales, interlocuteur des élus côté État, tente de rassurer. « Le débat avec le monde de la pêche est engagé depuis longtemps. Et il n’est pas question de sacrifier la biodiversité. »

    Les élus bretons réclament aussi de réelles retombées économiques. Et là aussi, le bât blesse, s’alarme l’autonomiste Aziliz Gouez. Aujourd’hui, le prix de l’électricité est prépondérant lorsque l’État choisit les entreprises chargées de l’exploitation des éoliennes. Au détriment d’autres critères, comme le recours au tissu économique local. L’inquiétude est partagée par l’exécutif breton, qui redoute de voir arriver des entreprises, certes mieux-disantes côté prix, mais se fournissant en dehors de l’Europe. Pas vraiment en ligne avec cette « souveraineté énergétique » tant souhaitée par le gouvernement.

    Questions sans réponses
    Autre question : comment raccorder au continent ces futurs parcs éoliens de Bretagne-nord ? À eux seuls, les câbles marins et la mise au niveau des ports coûteront cher. Sans parler des travaux majeurs nécessaires sur le réseau, pas taillé pour transporter autant d’électricité. Qui paiera ? « C’est un sujet important en Bretagne et on progresse », répond le représentant de l’État. « Mais la vraie question est plutôt de savoir si on prend en charge ce coût maintenant ou si on le laisse aux générations futures. La réponse est toute trouvée. »

    Ces interrogations en suspens laissent en tout cas un goût de trop peu à bien des conseillers régionaux. « Comment se prononcer dans ces conditions ? », s’agace Isabelle Le Callennec, la cheffe de fille de la droite. L’affaire, en tout cas, est censée aller vite. Fin du débat public le 26 avril, validation des zones à l’automne 2024 et premiers appels d’offres en 2025. Une rapidité qui laisse songeur Daniel Cueff, vice-président à la mer. « La précipitation peut nous conduire à des erreurs majeures d’appréciation. Mais depuis le temps que la Bretagne sollicite ce déploiement, on ne va pas tergiverser maintenant. »

  • Assurance maladie du Morbihan : une offensive sur les fraudeurs rapporte 4,6 M€ | Le Télégramme
    https://www.letelegramme.fr/bretagne/assurance-maladie-du-morbihan-une-offensive-sur-les-fraudeurs-rapporte-
    L’article commence par la présentation du cas d’une salariée dont « l’arnaque » est qualifiée de « perle ».

    […]
    Cette arnaque est l’une des « perles » que l’équipe de contrôle de la CPAM a débusquées en 2023. Une année record dans le Morbihan : l’administration a détecté et stoppé un montant de fraudes de 4,6 M€, contre 2 M € en 2022. Dans le cas de cette assurée, la caisse a récupéré le montant total des IJ versées (12 500 €) et a prononcé une pénalité financière de 4 000 €.

    Portée par une réglementation qui se durcit, la caisse participe à l’offensive nationale contre les arnaques, qui, dans le Morbihan, émanent des assurés dans 63 % des cas. Un chiffre trompeur car ce sont de petits resquilleurs, qui représentent 10 % des sommes détournées.

    Portée par une réglementation qui se durcit, la caisse participe à l’offensive nationale contre les arnaques, qui, dans le Morbihan, émanent des assurés dans 63 % des cas. Un chiffre trompeur car ce sont de petits resquilleurs, qui représentent 10 % des sommes détournées.[…]

    Le gros des fraudes, 90 % des sommes, provient des professionnels, des fournisseurs de services et de matériel médical et des établissements de santé. Depuis trois ans, l’arnaque au 100 % santé a la cote. Des escrocs vendent des prothèses auditives défectueuses, ou fabriquent de fausses ordonnances, pour toucher le remboursement à 100 % de l’Assurance maladie.

    Et un nouveau type de fraude occupe également la caisse du Morbihan : les « kits » clé en main vendus en ligne, principalement pour de faux arrêts de travail. « Ils sont directement proposés sur les réseaux sociaux, regrette Gaspard Lallich. C’est de plus en plus pratiqué, l’accès à la fraude est démocratisé ». Deux nouveaux délits sont créés, cette année, pour cibler ces fournisseurs de kits, dont un « délit de facilitation à la fraude sociale ».

    • c’est bien pour cela que l’offensive (médiatique) se concentre sur les petits resquilleurs

      « On a un meilleur échange de données avec les impôts, le parquet, l’ARS, la gendarmerie, les organismes sociaux, etc. On a aussi des outils prédictifs qui nous permettent de cibler des comportements de consommation de soins ou de prescription atypiques ».

    • Les flics de la CPAM auront une médaille pour avoir parfaitement médiatisé la récupération de 102% du montant des fraudes de la multitude des petits arnaqueurs * qui n’ont que ce qu’ils méritent, il faut sauver notre système de santé.

      En anglais, on parle de low hanging fruits 🍑

      * soit 10% du montant total de la fraude, suggestion de présentation, un crédit vous engage, document non contractuel, ne pas jeter sur la voie publique, le société décline toute responsabilité

    • En guise de diversion aussi, pointer des fraudes exceptionnelles effectuées au bas de l’échelle évite de mettre en lumière l’ordinaire de la fraude issue du coeur du système de santé et des soignants les plus gradés. Comme dans le cas de l’infirmière voyoute mais mégalomane et peu prudente qui vient cacher la forêt des arrangements rémunérateurs effectués au quotidien (labos et autres structures capitalistiques inclus).

      Fraude à l’Assurance-maladie : une infirmière condamnée pour avoir facturé des actes fictifs pour plus de 1,5 million d’euros
      https://www.lemonde.fr/livres/article/2024/04/18/l-esclavage-dans-les-mondes-musulmans-de-m-hamed-oualdi-tordre-le-cou-aux-cl

      #CPAM #santé #fraude

  • Une demande de permis de recherche minière à Hennebont, Kervignac, Languidic et Nostang | Le Télégramme
    https://www.letelegramme.fr/bretagne/un-projet-de-permis-de-recherche-miniere-a-hennebont-kervignac-languidi


    (Le Télégramme)

    Une demande de permis exclusif de recherche minière a été présentée, samedi 6 avril, aux conseils municipaux de quatre communes du Morbihan : Hennebont, Kervignac, Languidic et Nostang.

    Les communes d’Hennebont, Nostang, Languidic et Kervignac intéresseraient-elles l’industrie minière ? Une société, Breizh Ressources, a, en tout cas, déposé une demande de permis exclusif de recherche (PER) portant sur plusieurs ressources minérales sur le territoire de ces quatre communes morbihannaises, annonce la préfecture du Morbihan dans un communiqué daté du 6 avril, qui précise que « cette demande a été présentée aux maires de ces quatre communes le 22 février, puis à leurs conseils municipaux réunis ce samedi 6 avril ».

    Des substances pour le numérique et l’électroménager recherchées
    « Il s’agit d’exploration pas d’exploitation », précisent, d’emblée, Michèle Dollé, maire d’Hennebont, et Élodie Le Floch, maire de Kervignac. La préfecture précise : « Le PER ne permet pas d’ouvrir ou d’exploiter une mine mais de connaître le potentiel géologique d’une zone donnée », confirme la préfecture.

    La société Breizh Ressources, fondée par un Suisse, Keith Barron - entrepreneur minier « avec 27 ans d’expérience », peut-on lire sur internet - a engagé la démarche fin 2023. La demande a été nommée « PER Epona » et a une durée de vie de trois ans. Elle « vise un ensemble de substances minérales utilisées pour différents usages, notamment numériques et électroménagers ». Les substances mentionnées dans le PER Epona sont : antimoine, argent, bismuth, cobalt, cuivre, étain, germanium, indium, lithium, molybdène, niobium, or, tantale, tungstène, platine, métaux de la mine de platine, plomb, zinc, terres rares et substances connexes).

    Un projet à évoquer en conseil municipal
    Le PER va maintenant être évoqué lors des conseils municipaux des communes concernées. « Ce n’est pas une obligation mais le préfet du Morbihan trouve légitime que les conseils puissent échanger sur le sujet », explique Michèle Dollé. « Ce n’est pas du tout décisionnaire mais cela permettra au préfet de s’appuyer sur ces observations pour remonter un avis au ministère de l’Économie », complète Élodie Le Floch. C’est le ministre de l’Économie qui se prononcera, ensuite, sur « l’octroi du permis exclusif de recherche Epona, expose la préfecture. À l’issue du PER, qui peut être renouvelé, si les recherches étaient concluantes et que le titulaire souhaitait à l’avenir exploiter les sous-sols étudiés, d’autres procédures intégrant des phases de consultations du public et la prise en compte des enjeux environnementaux seront à réaliser ». La demande sera prochainement soumise à une consultation nationale du public, par voie électronique.

  • Sur les côtes bretonnes, les huîtres menacées par l’acidification des océans | Le Télégramme
    https://www.letelegramme.fr/bretagne/sur-les-cotes-bretonnes-les-huitres-menacees-par-lacidification-des-oce

    L’acidification de la mer, conjuguée à d’autres effets du changement climatique, risque de fragiliser les écosystèmes des côtes bretonnes. Notamment les organismes à coquilles.

    Élévation du niveau de la mer et érosion du trait de côte : ces impacts du changement climatique sur notre littoral sont désormais bien identifiés du grand public. On connaît moins, en revanche, le phénomène de l’acidification des océans. Lui aussi pourrait avoir des conséquences importantes, notamment sur les huîtres, les moules ou encore les ormeaux. C’est l’un des enseignements du bilan annuel du Haut conseil breton pour le climat (HCBC), où siègent 20 scientifiques de différentes disciplines.

    La raison est à trouver dans cette particularité des océans : ils absorbent une grande partie du CO2 présent dans l’atmosphère. Sur la dernière décennie, près de 30 % des émissions totales ont été captées au large. Mais le surplus de carbone atmosphérique généré par l’activité humaine modifie, en retour, la chimie des eaux. D’ici à 2100, leur acidité pourrait ainsi augmenter de 30 à 200 %, dans le pire des scénarios. Tout dépendra de la capacité de l’humanité à diminuer ou non ses rejets de dioxyde de carbone.

    Mortalité chez les larves
    « Les conséquences les plus importantes de l’acidification seront probablement observées pour les organismes qui fabriquent leur coquille ou leur squelette à partir [du carbone] présent dans l’eau de mer », détaille le HCBC. Sont avant tout concernés les animaux se déplaçant peu et ayant un cycle de vie long « comme les huîtres plates ou les ormeaux vivants en milieu côtier breton ».

    « Lorsque l’acidité de la mer augmente, ils doivent dépenser plus d’énergie pour fabriquer leur coquille », détaille l’océanographe brestoise Anne-Marie Tréguier, co-présidente du Haut conseil. Au stade de la larve, cela entraîne des déformations importantes et une forte mortalité, notent les chercheurs. Ils constatent aussi des coquilles moins robustes chez l’adulte et, donc, une plus grande vulnérabilité face à leurs prédateurs.

    Ostréiculteurs et conchyliculteurs bretons doivent-ils d’ores et déjà s’inquiéter ? Le HCBC estime probable que le changement climatique impacte la filière. « En 2050, dans un scénario avec beaucoup d’émissions de CO2, l’acidification risque d’apporter un agent stressant supplémentaire pour la filière, qui en subit déjà d’autres, comme la pollution », appuie Sabine Roussel, chercheuse à l’UBO. « Ça ne veut pas dire que tout est compromis, mais ça va encore complexifier les choses. »

    Effet cocktail
    L’acidification n’est pas le seul phénomène à prendre en compte. La hausse de la température moyenne de la mer aura aussi un impact fort, en favorisant notamment l’apparition de maladies. Et cela est vrai pour les huîtres comme pour l’ensemble des écosystèmes marins. Mais, en l’état actuel des connaissances, les scientifiques ne peuvent pas établir avec certitude l’ampleur des conséquences de cet effet cocktail, qui combine une mer à la fois plus chaude et plus acide.

    D’autant que de multiples causes sont aussi à l’œuvre du fait de l’homme, souligne le Haut conseil : surexploitation des ressources, destruction des habitats, espèces invasives, pollution terrestre… « Si les émissions de gaz à effet de serre ne sont pas fortement réduites, une chute drastique de la biodiversité marine risque de se produire », s’alarment les scientifiques. Avant d’en appeler à la réduction de ces « facteurs aggravants » et au renforcement des zones de protection sur nos côtes.

    • je ne sais pas si, au delà du péage, il y a quelque élément qui justifie l’emploi du qualificatif faux pour le satanisme. Proche géographiquement de l’endroit, j’ai rassemblé un certain nombre d’indices non équivoques d’où il ressort une image sans ambiguïtés.

      Localement, c’est l’absence de réponse aux interrogations exprimées à l’époque qui a mis en branle le blocage.

      #paywall

    • le CR de l’audience dans le canard local

      Concert empêché à Carnac : au tribunal, deux membres du groupe catholique intégriste Civitas assument | Le Télégramme
      https://www.letelegramme.fr/bretagne/concert-empeche-a-carnac-deux-membres-de-civitas-juges-a-lorient-654341

      En mai 2023, des membres de Civitas empêchaient la tenue d’un concert dans une église de Carnac (56). Ce mercredi 13 mars, deux d’entre eux étaient convoqués devant le tribunal de Lorient.

      À la barre du tribunal de Lorient, ils assument tout. « On ne cherchait pas la violence. On voulait juste s’opposer à la profanation d’un lieu de culte. » Ce mercredi 13 mars 2024, deux membres du groupe d’extrême droite catholique intégriste Civitas étaient poursuivis suite à l’annulation d’un concert de Kali Malone, le samedi 13 mai 2023, dans une église de Carnac. Le premier, un Pluvignois de 30 ans, était jugé pour entrave à la liberté d’expression et organisation d’une manifestation sur la voie publique sans déclaration. La seconde, une Nantaise, était poursuivie pour avoir violemment empêché l’élue de permanence d’entrer dans l’édifice. Ce soir-là, une trentaine de membres du mouvement catholique - aujourd’hui dissout - avaient bloqué l’accès au public. Le maire de la commune avait pris la décision d’annuler le concert pour éviter tout débordement.

      « Nous étions au pied du mur »
      Questionnés par la présidente, les deux prévenus n’en démordent pas. « Les règles pour la tenue d’un concert dans une église n’ont pas été respectées », lâche l’organisateur de la manifestation. « Mais vous savez qu’il y a des recours pour ça ? », rétorque la présidente. « J’ai écrit une lettre mais je n’ai pas eu de réponse. Nous étions au pied du mur, on a décidé d’agir », lui répond-il, d’une petite voix. À ses côtés, la Nantaise ne bouge pas. Concernant l’altercation avec l’élue, la prévenue explique qu’elle aussi a été bousculée. « La consigne, c’était d’empêcher les gens de rentrer », retrace-t-elle. « Une autre dame m’a aussi poussée. Elle était toute en noir. Elle avait tous les signes du satanisme. »

      « Une idéologie hostile »
      Au moment de plaider, l’avocat de l’artiste américaine Kali Malone ne mâche pas ses mots. « Civitas diffuse une idéologie hostile aux homosexuels, aux juifs, aux femmes. Ces individus sont des ennemis de la République. » Le conseil a d’ailleurs expliqué son regret de ne pas voir tous les membres de Civitas présents ce soir-là face à la justice. La procureure a ensuite requis cinq mois de prison assortis d’un sursis ainsi qu’un stage de citoyenneté pour l’organisateur et une amende de 500 € pour la secrétaire de chancellerie. Le délibéré sera rendu le 25 mars prochain.

    • @lyco disons que, avec ce type de participant, ce type d’événement bénéficie d’un réseau de diffusion spécialisé

      @fil OK, je ressors le dossier (compilé entre mai et juin de l’année dernière, apparemment, les liens cités sont toujours actifs) je n’ai, finalement, pas diffusé le doc dont j’extrais ce qui suit pratiquement sans changement.

      […] qu’annonçait le programme de cette manifestation d’ampleur : You Origin trois jours au cœur des Alignements de Carnac et dans des églises et chapelles de la commune https://www.lechonova.com/concert-exposition-spectacles-vannes/you-origin-stephen-omalley . Des concerts répétés sur différents sites à des moments stratégiques (aube et crépuscule), une procession avec l’Ensemble des Serpents, une marche de la Dénomination des sites. parmi lesquels, le menhir des Serpents.


      Stephen O’Malley et l’organiste Kali Malone lors d’une venue sur le site des alignements de Carnac.
      André Polkowski, Zuulan

      article d’Ouest-France. 08/05/2023
      https://www.ouest-france.fr/culture/a-carnac-un-projet-musical-contemplatif-investit-le-site-des-alignement

      L’ensemble de l’argumentaire évoque clairement l’idée d’un rituel. Ce rituel, peut-on le rattacher à un culte particulier ? Un premier indice vient de la présence répétée de la thématique du serpent. Le compositeur, Stephen O’Malley, se revendique intialement du black metal (cf. sa fiche WP, p. ex. https://fr.wikipedia.org/wiki/Stephen_O%27Malley ) dont la dimension satanique est clairement assumée pour se situer aujourd’hui plutôt sur du drone metal (metal à bourdon). Dans cette mouvance, il participe à divers groupes, tel Burning Witch dont le premier album s’intitule Crippled Lucifer (Seven Psalms For Our Lord Of Light) ; l’un des musiciens de son groupe Sunn O))) est également membre du groupe Goatsnake (le bouc-serpent…)

      L’artiste Kali Malone qui devait initialement tenir l’orgue à l’église Saint-Cornely, a produit en 2019 un album The Sacrificial Code https://idealrecordings.bandcamp.com/album/the-sacrificial-code

      qui se présente explicitement comme un rituel. Il n’en a été retenu que la pièce Sacer Profanare (avec un latin semble-t-il étrange – nominatif + infinitif ?) pour annoncer qu’elle ne figurerait pas dans la liste des œuvres jouées, laissant de côté le fait que l’ensemble de l’œuvre fait système.

      Bref, suffisamment d’indices pour alerter sur le sous-texte des manifestations programmées. Entendons-nous, je n’ai rien contre les croyances quelles qu’elles soient, satanisme ou pastafarisme,… mais je conçois que des paroissiens, découvrant l’environnement du concert prévu dans l’église paroissiale soient inquiets et indiquent qu’ils ne souhaitent pas qu’un tel événement se déroule dans l’édifice commun. On peut d’ailleurs faire la même remarque pour un autre haut lieu du programme, le tumulus Saint-Michel : faire défiler un Ensemble des Serpents sur un site consacré à l’archange, vainqueur de Lucifer dans le combat final de la Guerre des fils de lumière contre les fils des ténèbres et traditionnellement représenté en sauroctone revêt une forte charge symbolique.

      En l’occurrence, le comité dit de discernement en a, semble-t-il, singulièrement manqué. Les inquiétudes des Carnacoises et Carnacois n’ont pas été entendues. Certains d’entre eux ont décidé de se substituer à l’affectataire défaillant et de mobiliser des forces coutumières de ce type d’intervention pour empêcher la tenue de ce qu’ils considéraient comme un scandale public.

      A posteriori, que peut-on en penser ? Des éléments confirment nettement la lecture ci-dessus de la manifestation ; pour n’en citer qu’un, je ne retiendrai que cette image, extraite du clip vidéo mis en ligne sur le site de la mairie de Carnac



      Personnellement, lorsque j’ai vu ce plan, j’ai ressenti un choc et ne peux que me réjouir qu’un tel symbole n’ait pu pénétrer dans une église à l’occasion d’un concert. Ce que l’on peut en déduire, c’est que la dimension sataniste de l’événement est parfaitement comprise et intégrée par une partie de son public.

      On peut, par ailleurs, évacuer formellement l’hypothèse que le plan ci-dessus soit « fortuit ». En effet, son auteur, qui signe [en son nom, complété de son pseudo] les photos du reportage d’Ouest-France ci-dessus, [était à l’époque] chargé de communication de la ville de Carnac.

      suivaient dans le document quelques reproductions d’œuvres sous ce pseudo, accessibles, à l’époque, sur son site.
      Note : le site est actuellement en reconstruction, certaines pages sont indisponibles pour l’instant avec notamment une refonte sensible de la page d’accueil…

      parmi les pages indisponibles, celle-ci


      Abyss Express, Zulaan

      Vous comprendrez que j’ai un peu de mal avec le « faux » satanisme… Qui, je le répète, ne me dérange pas à condition qu’il respecte les personnes. Certains locaux ont fait remonter leurs inquiétudes et incompréhensions d’abord à la paroisse puis à l’évêché, comme indiqué dans le CR du Télégramme, ils n’ont pas reçu de réponse… Devant l’ineffectivité des voies de recours, une autre méthode a été employée.

      disclaimer je n’ai absolument aucun lien avec les mis en cause, tout ce qui est ci-dessus est dans le domaine public et facilement accessible (était, encore largement après les événements en ce qui concerne les œuvres de Zulaan, je ne sais pas quand il a considéré qu’il valait mieux en mettre certaines entre parenthèses). Le mantra, ouh ! c’est l’extrême-droite, berk ! ce sont des intégristes, ils attaquent la liberté d’expression (cf. propos cités de l’avocat…) est bien commode pour se dispenser d’analyser les événements et évacuer d’autres responsabilités directes de ce fiasco.

  • En 1974, l’attentat de Roc’h Trédudon prive les Bretons de télévision | Le Télégramme
    https://www.letelegramme.fr/culture-loisirs/histoire/1974-lattentat-de-roch-tredudon-prive-de-television-les-bretons-6521189
    https://media.letelegramme.fr/api/v1/images/view/65c87f78a06f087295373579/web_golden_xxl/65c87f78a06f087295373579.1

    Dans la nuit du 13 au 14 février 1974, le FLB-ARB plastique le pylône de l’ORTF à Roc’h Trédudon (29). En privant la Basse Bretagne de télévision pendant plusieurs semaines, l’organisation clandestine signe l’un de ses attentats les plus retentissants.

    Difficile d’imaginer aujourd’hui une France avec deux chaînes de télévision et quelques radios publiques, réunies dans un seul organisme, l’Office de Radiodiffusion-Télévision française. C’était pourtant la situation en 1974, dans la France de Georges Pompidou. Créé une dizaine d’années plus tôt, l’ORTF avait lancé des émissions de grande qualité culturelle, mais était critiqué pour sa proximité avec le pouvoir.

    L’ORTF proposait une télévision très parisienne, se limitant à quelques décrochages régionaux, notamment l’émission hebdomadaire de Charles Le Gall, « Breiz o veva », censurée en ce début d’année 1974, après que l’animateur a annoncé un fest-noz destiné à collecter des fonds pour les « prisonniers politiques » bretons.

    Il est vrai qu’en ce milieu des années 1970, la Bretagne est une terre agitée de multiples revendications. Elle connaît une renaissance culturelle illustrée par le succès d’Alan Stivell à l’Olympia en 1972. Son économie se développe avec des conflits sociaux et environnementaux, comme la grève du Joint français. Au niveau politique émergent aussi des mouvements autonomistes, comme l’Union démocratique bretonne (UDB) qui dénonce l’excès de centralisme dont souffrirait la péninsule.

    Les années de poudre
    Une organisation clandestine agit aussi : le Front de libération de la Bretagne (FLB) apparu en 1966, allié à l’Armée révolutionnaire bretonne (ARB). Le FLB-ARB a signé quelques attentats spectaculaires, comme celui contre la CRS 13 à Saint-Brieuc, en 1968. En 1972, plusieurs militants ont également comparu lors d’un procès retentissant.
    […]
    Des conséquences inattendues
    Dès le 14 février, les Bretons, particulièrement dans le Finistère, se retrouvent donc privés de télévision. Les réactions de réprobation sont nombreuses, mais rapidement les vieilles habitudes reviennent, avec même un développement de la vie sociale. Cependant, contrairement à une légende, aucun baby-boom n’a vraiment été constaté dans la région.

    Rapidement, des antennes-relais sont mises en place et la télévision revient dans les foyers au bout de plusieurs semaines. Le FLB-ARB a signé l’une de ses actions les plus spectaculaires, ses auteurs sont recherchés, mais l’élection de Giscard d’Estaing est suivie d’une amnistie et de l’abandon des recherches policières. L’attentat de Roc’h Trédudon reste donc auréolé d’un certain mystère… Quelques mois plus tard, l’ORTF disparaît au profit d’un audiovisuel public plus pluraliste, mais sans la création de réelles chaînes de télévision régionales comme dans la plupart des pays d’Europe.

    • Un historien revient sur l’attentat du pylône ORTF de Roc’h Trédudon | Le Télégramme
      https://www.letelegramme.fr/bretagne/un-historien-revient-sur-lattentat-du-pylone-ortf-de-roch-tredudon-6521
      https://media.letelegramme.fr/api/v1/images/view/65c3bcccc935e515a848ad90/web_golden_xxl/65c3bcccc935e515a848ad90.1
      Dans son dernier ouvrage, Erwan Chartier-Le Floch revient sur l’attentat qui a détruit le pylône de l’ORTF à Roc’h Trédudon dans les monts d’Arrée dans la nuit du 13 au 14 février 1974.
      Photo Le Télégramme/Nathalie Com

      Dans son dernier ouvrage, Erwan Chartier-le Floch revient sur l’attentat du pylône de Roc’h Trédudon, qui, il y a cinquante ans, avait privé une partie de la Bretagne de télévision.

      Dans la nuit du 13 au 14 février 1974, l‘émetteur de Roc’h Trédudon, situé sur la commune de Plounéour-Ménez (29), dans les monts d’Arrée était la cible d’un attentat des indépendantistes bretons, privant de télévision une partie de la Bretagne.

      Cinquante ans plus tard, Erwan Chartier-Le Floch se penche sur cette histoire dans son dernier ouvrage, « Roc’h Trédudon 1974, la bombe et le pylône », publié aux éditions Penn Bazh. Un sujet que l’historien et journaliste connaît bien, lui qui, en 2006, avait coécrit avec Alain Cabon, ancien grand reporter à Ouest-France, « Le dossier FLB, plongée chez les clandestins bretons ». « À l’époque nous avions rencontré une centaine d’acteurs en lien avec le FLB-ARB (Front de libération de la Bretagne, Armée révolutionnaire bretonne) qui signe l’attentat qui a détruit le pylône de l’ORTF (Office de radiodiffusion-télévision française) à Roc’h Trédudon. Un attentat particulier parce que spectaculaire et parce que les poursuites se sont arrêtées très vite du fait de l’amnistie décrétée par Valéry Giscard d’Estaing, élu président de la République en mai de la même année. Aucun membre du FLB-ARB n’a été arrêté ni jugé pour cette action qui a marqué durablement l’histoire bretonne », rappelle Erwan Chartier-Le Floch.

      La violence politique en Bretagne
      L’événement a également connu un fort retentissement parmi la population. « Les gens sillonnaient les monts d’Arrée, pour voir le pylône à terre. Et, privés de télé, pour certains pendant quelques semaines, de nombreux Bretons ont dit avoir retrouvé une vie sociale », souligne l’historien, qui, dans cet ouvrage de 128 pages, se penche plus largement sur la violence politique en Bretagne à la fin des années Pompidou et sur la situation de l’audiovisuel. « 1974, c’est la dernière année de l’ORTF. À l’époque il n’y avait que deux chaînes contrôlées par l’État. Aujourd’hui encore la France reste le seul pays européen où il n’y a pas de vraie chaîne régionale. L’audiovisuel est un domaine qui reste très centralisé contrairement à la presse écrite ».

      Pratique
      « Roc’h Trédudon 1974, la bombe et le pylône », par Erwan Chartier-le Floch aux éditions Penn Bazh. 14 €.
      Disponible à partir du 12 février.

    • Sur les traces du Front de libération de la Bretagne : une histoire du terrorisme breton.
      Une série documentaire de Kristel Le Pollotec, réalisée par Marie Plaçais.
      https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/serie-sur-les-traces-du-front-de-liberation-de-la-bretagne-une-histoire-

      Longtemps, j’ai cru que tout le monde connaissait le #FLB. Il y a quelques mois, je suis tombée sur un article du Télégramme de Brest qui parlait de l’incendie d’une maison à Landunvez, signé du tag FLB. Cette possible résurgence du Front de libération de la #Bretagne a éveillé ma curiosité. J’en ai parlé autour de moi et je me suis aperçue avec stupéfaction que, en dehors des personnes ayant un lien avec la Bretagne, beaucoup n’avait jamais entendu parler du FLB. Voir même, ils n’auraient jamais soupçonné l’existence d’un mouvement de lutte armée militant pour l’indépendance de la Bretagne. C’est de là qu’est née l’idée de cette série : parcourir la Bretagne, de Rennes à Brest en passant par Carhaix et Rostronen pour rencontrer les acteurs de ce mouvement. Retracer l’histoire du FLB qui a fait des centaines d’attentats depuis les années 60 et plusieurs fois la une des journaux, mais dont la moitié des gens en France n’ont jamais entendu parler. Mais alors que je pensais avoir une idée assez claire de mon sujet, les choses se sont complexifiées au cours de cette enquête et il s’est avéré que moi non plus, je ne savais absolument rien du nationalisme breton.

  • Du breton dans les traducteurs en ligne dans les deux ans ? | Le Télégramme
    https://www.letelegramme.fr/bretagne/du-breton-dans-les-traducteurs-en-ligne-dans-les-deux-ans-6520965.php


    De gauche à droite, David Le Meur, chef de projet à Bretagne numérique, David Lesvenan, président de l’association. bzh, Mélanie Jouitteau, chercheuse au CNRS, et Gweltaz Duval-Guenneoc, développeur d’un modèle de reconnaissance vocale.
    Le Télégramme/Yves Madec

    Cherchez bien, vous ne trouverez pas la langue bretonne sur les principaux traducteurs d’Internet. L’association quimpéroise « .bzh », qui milite déjà pour un emoji Gwenn ha Du, entend bien y remédier d’ici deux ans.

    Contrairement à d’autres langues régionales, comme le basque, le catalan ou encore le corse, qui s’y sont pris plus tôt, le breton ne figure pas au menu des langues proposées sur les principaux traducteurs disponibles sur la toile. Du moins pas en dehors de certains outils comme celui mis à disposition par l’office public de la langue bretonne.

    « Sur les grands traducteurs, vous retrouverez près de 500 langues traduites automatiquement, sur plus de 7 000 à travers le monde, constate David Lesvenan, le président de l’association quimpéroise « . bzh ». La consommation culturelle étant de plus en plus numérisée, si l’on veut porter la culture bretonne, il faut se positionner pour assurer une place au breton. Il y a du chemin à faire ».

    « La clé : l’ouverture des données »
    Car, pour s’y faire une place, il ne suffit plus de candidater. La règle s’est corsée. « Il n’y a pas de frein à proprement parler, mais nos ressources sont peu visibles et peu alignées. Il y a besoin de mettre à disposition des développeurs des paquets de données, des sets d’évaluation. La clé du développement, c’est l’ouverture des données. Cela peut être fait rapidement, dans un délai de 18 mois à deux ans », estime Mélanie Jouitteau, chercheuse au CNRS, qui coordonne l‘action entreprise par l’association.

    Un datathon pour créer de la matière
    « .bzh » a créé le fonds de dotation Bretagne numérique en ce sens et répondu à un appel à projets lancé par l’université d’intelligence artificielle Mohamed bin Zayed, à Abou Dhabi. Cette dernière propose de rassembler des données pour intégrer les langues régionales au sein d’outils d’intelligence artificielle. Vous suivez ? La première étape n’est pas bien compliquée : il s’agit de rassembler au moins 200 images et questions associées pour le 27 février. « Ce sera pour voir si les intelligences artificielles sont un minimum éduquées à la culture bretonne, reprend la chercheuse. L’IA fera appel à tout ce set de connaissances qu’il nous faut créer et élargir ».

    Pour rassembler ces données, l’association organise un #Breizh_datathon, le samedi 17 février à Quimper, à la cantine numérique. Un événement convivial amené à se reproduire. Et nul besoin de parler breton pour y participer. Une équipe de traducteurs bénévoles traduira les propositions afin de les intégrer au corpus fourni aux universités.

    Breizh datathon, le samedi 17 février, à la cantine numérique de Quimper. Plus de renseignements et inscription sur
    https://datathon.bzh

    • projet financé par MBZUAI, Mohamed Bin Zayid University of Artificial Intelligence, probablement ce programme :

      While previous studies have examined the applications’ performance in English, their ability to process other languages hasn’t been widely assessed. Indeed, Abdul-Mageed and his colleagues’ investigation is the first to look at ChatGPT’s and GPT-4’s capacity to process varieties of Arabic, including modern standard Arabic (MSA) and several regional dialects.

      “Arabic dialects vary at all linguistic levels, such as in morphology and syntax,” Abdul-Mageed said. “And there are times that Arabic speakers may want to use standard Arabic and others where they want to use dialectical Arabic.” The movement between these different kinds of Arabic is a common occurrence for millions of Arabic speakers but can make the analysis of the language difficult for machines.
      […]
      To measure the performance of natural language processing applications, researchers must establish what are known as benchmarks, which provide a way to evaluate how the models perform on different tasks.

      Benchmarks also “can facilitate reproducibility and promote transparency across different studies, acting as a catalyst for advancement in the field,” Abdul-Mageed and his team write in another study that will be presented at EMNLP.

      Their framework, called Dolphin provides benchmarks for classical Arabic, MSA and dialectical Arabic, including Egyptian, Jordanian and Palestinian. All the datasets that the team use in the study are publicly available.
      […]
      While much of Abdul-Mageed’s work focuses on Arabic, his interests and commitments extend beyond it.

      He has also co-authored a study to be presented at EMNLP that proposes benchmarks for large language models for 64 languages, focusing on what is known as sociopragmatic understanding. In short, the idea of sociopragmatics is that social context affects, and in some cases even determines, meaning.

    • DOLPHIN: : A Challenging and Diverse Benchmark for Arabic NLG
      https://aclanthology.org/2023.findings-emnlp.98.pdf

      Abstract
      We present Dolphin, a novel benchmark that ad- dresses the need for a natural language generation (NLG) evaluation framework dedicated to the wide collection of Arabic languages and varieties. The proposed benchmark encompasses a broad range of 13 different NLG tasks, including dialogue gen- eration, question answering, machine translation, summarization,amongothers. Dolphincomprises a substantial corpus of 40 diverse and represen- tative public datasets across 50 test splits, care- fully curated to reflect real-world scenarios and the linguistic richness of Arabic. It sets a new standard for evaluating the performance and gen- eralization capabilities of Arabic and multilingual models, promising to enable researchers to push the boundaries of current methodologies. We pro- vide an extensive analysis of Dolphin, highlighting its diversity and identifying gaps in current Arabic NLG research. We also offer a public leaderboard that is both interactive and modular and evaluate several models on our benchmark, allowing us to set strong baselines against which researchers can compare.
      […]
      3.2.2 #Code-Switching
      The purpose of the code-switching (CS) task clus- ter is to translate Arabic dialect text that includes code-switching with a foreign language into that foreign language. For this, we create six new human-written (natural) code-switched parallel test datasets, under two tasks:
      (1) DIA-FR → FR. This consists of 300 code-switched Arabic-French tweets collected from Algerian, Moroccan, and Tunisian Twitter.
      (2) DIA-EN → EN. This is collected from Egyptian, Jordanian, and Pales- tinian Twitter and consists of 300 code-switched Arabic-English posts.

      For both of these DIA-FR and DIA-EN tasks, a human translation is per- formed by one native speaker from each dialect with semi-native English/French fluency. For these two tasks, we perform experiments under the zero- shot setting.

    • de rien, j’étais aussi assez surpris du voyage à Quimper passant par Abou Dhabi… avec un détour par l’arabizi
      https://seenthis.net/messages/1040598

      sur le code switching, je tombe sur cette page dans un wiki du CNRS avec une définition très claire
      Changement de code — Arbres
      https://arbres.iker.cnrs.fr/index.php?title=Changement_de_code

      Le changement de code, ou alternance codique ou encore en anglais code-switching, désigne le passage de la structure syntaxique d’une langue à une autre. Le changement de code peut s’opérer phrase à phrase dans le discours, ou bien au cœur même de la phrase.

      par chez moi, on a le concept de #bretonnisme qui recouvre, entre autres des pratiques de code switching. Avec le célèbre : du café ira avec toi ?. Ici, plus discrètement, on a l’omniprésence du verbe envoyer

  • Pourquoi des panneaux d’entrée de ville sont-ils retournés par centaines ? | Le Télégramme
    https://www.letelegramme.fr/bretagne/pourquoi-les-panneaux-dentree-de-ville-ont-ils-perdu-le-sens-6472110.ph

    Quel message veulent porter les agriculteurs qui retournent les panneaux ?

    L’action vise à dénoncer le manque de moyens octroyés pour accompagner la transition écologique agricole et le double discours du gouvernement. Baisse des rémunérations, hausse des charges, accumulation des contraintes (d’État et européennes) et des normes agro-environnementales… « On nous a promis des enveloppes financières si on adoptait certaines mesures. Les gars ont joué le jeu, les enveloppes ne sont plus disponibles », explique Johann Conan, président des Jeunes agriculteurs du Morbihan. « On nous impose le maintien de prairies permanentes, non labourées, une herbe dont on ne sait que faire puisqu’il y a de moins en moins d’élevage bovin », illustre Yann le Gac, secrétaire général des JA du Finistère. « L’État nous demande d’utiliser moins de produits phytosanitaires mais il augmente les taxes sur le gazole routier indispensable pour désherber mécaniquement », abonde les JA du Morbihan. Fabienne Garel, présidente de la FDSEA 22, s’agace aussi du recours grandissant à l’importation, annonciatrice d’une perte de souveraineté alimentaire.

    https://justpaste.it/cy0q0

    #agriculteur·rices #FDSEA #mobilier_urbain

    https://actu.fr/pays-de-la-loire/angers_49007/maine-et-loire-pourquoi-les-panneaux-d-agglomeration-sont-ils-retournes_6035785

    Les agriculteurs sont prêts » à relever les défis de l’agriculture française ! Mais pas sous cette asphyxie réglementaire permanente ni sans leviers financiers suffisants », estiment-ils.

    Ces éléments de langage du #syndicalisme_agricole, c’est d’un pénible.

    Pour relever les défis, il faut DÉ-RÉ-GU-LER ! (Bordayyyl)

  • À Carnac, 39 menhirs détruits pour installer un magasin Mr. Bricolage
    https://www.bfmtv.com/societe/a-carnac-39-menhirs-detruits-pour-installer-un-magasin-mr-bricolage_AN-202306

    Le maire de Carnac, défenseur du classement de mégalithe au patrimoine de l’Unesco, assure qu’il ne savait pas qu’un site classé se trouvait sur ce terrain lorsqu’il a délivré le permis de construire.
    Des vestiges millénaires sens dessus dessous. 39 menhirs ont été détruits dans le cadre de travaux pour installer un magasin de bricolage de l’enseigne Mr. Bricolage à Carnac, dans le Morbihan. Ces alignements de pierres datant de la période néolithique (entre 6000 et 2200 avant notre ère) étaient pourtant signalés comme un site archéologique mais le maire dit ne pas en avoir eu connaissance, révèle Ouest-France.

    Le site concerné consiste en deux alignements de pierres sous forme de murets de moins de deux mètres de haut. Le signalement est venu de Christian Obeltz, un chercheur en archéologie basé à Carnac et spécialiste du néolitique, qui a publié une note de blog critiquant des « aménagements brutaux » jouxtant les alignements de menhirs et « dénaturant ce site mondialement connu ». Il estime que la destruction de ces alignements est « illégale ».

    « Toute destruction d’un site archéologique est passible d’une lourde amende », assure-t-il à Ouest-France.

    chaque jour, plusieurs fois par jour, des infos cauchemardesques.

    #site_archéologique #menhirs #commerce #permis_de_construire

    • centrée sur un menhir d’allure anthropomorphe, la photo était belle, mais

      « Il y avait quelques pierres dont d’ailleurs les archéologues n’étaient pas certains qu’il s’agissait de menhirs », précise Olivier Lepick [maire de Carnac].

      Selon la municipalité qui a délivré le permis de construire, cette zone ne faisait pas l’objet d’une protection archéologique. « C’est donc une tempête dans un verre d’eau », s’insurge le maire qui parle d’un mauvais procès. « C’est toujours dommage, évidemment de détruire des sites archéologiques. Mais, je peux vous dire en tant que président de Paysages de mégalithes (l’association qui porte le dossier d’inscription au patrimoine mondial de l’Unesco de l’ensemble des mégalithes du Morbihan), que je suis particulièrement attentif à leur protection. » [lorsqu’ils présentent un intérêt touristique manifeste, ndc]

      https://www.francebleu.fr/infos/culture-loisirs/carnac-des-menhirs-au-coeur-d-une-polemique-8093607

      Vanter « La France éternelle, ce peuple de bâtisseurs. » (E.M., Mont Saint Michel 5/6/2023), c’est s’affirmer conservateur en même temps que célébrer des sites bankables.

      CAPACITE GLOBALE D’HEBERGEMENT DE LA POPULATION NON PERMANENTE 50443
      67 Restaurants, 1 Casino, 1 Thalassothérapie, 36 sites d’activités de loisirs

      https://www.ot-carnac.fr/content/uploads/2020/04/chiffres-cle-carnac-2019.pdf

      pour 4 244 habitants en 2023

      Sur les RS, toute l’extrême droite dit, indignée, son amour du patrimoine. La palme : « En déplacement en Bretagne, j’ai voulu aller à Carnac là où des menhirs vieux de 7500 ans sont en train d’être massacrés. Ce que cette époque détruit, nous le reconstruirons. » (E. Z.)

      #tourisme

    • qui veut d’une résidence secondaire sans magasin de bricolage à proximité ? entre les problèmes de « zones humides » (non mais ho ! ici c’est mer, hein), les vestiges, la durée des fouilles préventives, comment voulez vous loger du monde et fournir des services !

      En 2019 on recensait 8 681 logements à Carnac. Carnac étant un lieu de villégiature très prisé, une forte proportion des logements étaient des #résidences_secondaires puisqu’on en dénombrait 6 202 (71,4 %) contre 2 276 résidences principales (26,2 %)

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Carnac

      #bétonisation #artificialisation_des_sols

    • #corruption #destruction_culturelle #mémoires #capitalisme

      Pour faire un parking, en Bretagne j’avais vu aussi à LocTudy, Finistère Sud, la destruction complète d’un cimetière entourant, comme souvent, une église. C’est l’époque où les petits bateaux partaient aussi à la casse.
      #violences_politiques

      Et le cynisme de récupération, l’entreprise s’appelle SAS Au marché des Druides

      Je ne suis pas archéologue, je ne connais pas les menhirs ; des murets, il y en existe partout.

      Hé bien justement, foutez la paix aux murets !

    • Pour être complet sur son positionnement, il a rallié Horizons d’Édouard Philippe, envisage certainement d’autres fonctions politiques, sachant que la circonscription législative concernée comprend La-Trinité-sur-Mer pour laquelle, l’année dernière, avait plané un peu de suspense : la petite-fille, ralliée zemmourienne, irait-elle marcher sur les traces du grand-père, 40 ans après.

      Quand Jean-Marie Le Pen se présentait à une élection législative à Auray, en 1983 - Auray – actualités et informations locales en direct | Le Télégramme
      https://www.letelegramme.fr/morbihan/auray-56400/quand-jean-marie-le-pen-se-presentait-a-une-election-legislative-a-aura

      Des rumeurs font état d’une possible candidature de Marion Maréchal dans la circonscription d’Auray en juin prochain : elle ne serait pas la première de la famille Le Pen, puisque son grand-père Jean-Marie s’y était présenté en décembre 1983.

      Circonstance propice au renforcement d’une posture de barrage contre l’extrême-droite (cf. événement récent ayant mis Carnac en avant dans la presse nationale).

      Lors de ses vœux le maire, à Carnac, le 21 janvier 2023 ; …
      https://media.ouest-france.fr/v1/pictures/MjAyMzAxODliOWFmMjU0YTVhMTRiZTFjM2ZiYzIyZDE3MDkzZjg
      Ouest-France

      … évoquait :

      Le futur déménagement du Mr.Bricolage permettra de créer un poumon vert en prolongement du parc de l’office de tourisme. Un accord est trouvé avec M. Doriel, propriétaire des murs, annonce le maire.

      Carnac. De nombreux projets dans une commune qui « se porte bien »
      https://www.ouest-france.fr/bretagne/carnac-56340/carnac-de-nombreux-projets-dans-une-commune-qui-se-porte-bien-cc0f358e-

    • le communiqué de la DRAC

      qui avait donc prescrit une fouille archéologique préventive sur 2000 m2 en juillet 2015 ; fouille qui n’a pas eu lieu, le PC ayant été refusé pour d’autres raisons

      Fouille préventive qui n’a pas été jugée utile ou nécessaire pour ce nouveau PC.

      Ajoutons que le maire est président de l’association Paysages de mégalithes porteuse du projet d’inscription au Patrimoine mondial de l’Unesco. Délicat de plaider, oups !

      Selon [la mairie], chaque dossier est « étudié extrêmement minutieusement ». « Malheureusement, il a échappé aux documents d’urbanisme sur lesquels le service instructeur a fondé son analyse, se défend la commune.

      et encore plus minable, oh ben, c’est pas le premier, ça sera pas le dernier !

      Mais, reprend la ville, « des sites détruits car ils n’ont pas été repérés, il y en a des listes, et il y en aura encore ».

      citations extraites de l’article de Libération

      Carnac : ce que l’on sait de la destruction de menhirs pour construire un Mr Bricolage – Libération
      https://www.liberation.fr/economie/carnac-ce-que-lon-sait-sur-la-destruction-de-menhirs-pour-construire-un-m

    • Menhirs détruits à Carnac : les raisons d’un emballement médiatique et politique
      https://www.ouest-france.fr/culture/patrimoine/menhirs-detruits-a-carnac-les-raisons-dun-emballement-54eae768-0602-11e


      Une partie des monolithes du site de Montauban, à Carnac, avant sa destruction.
      CHRISTIAN OBELTZ

      En moins de 24 heures, la destruction d’un site regroupant des menhirs et petits monolithes à Carnac (Morbihan) a reçu un écho médiatique et politique hors du commun. Une affaire chargée de symboles, qui ont fini par évacuer totalement sa complexité.

      L’occasion politique était trop belle. Il l’a saisie. Mercredi, profitant d’une séance de dédicaces calée à Pluneret, dans le Morbihan, Éric Zemmour a fait un saut jusqu’à Carnac, pour s’y montrer dans une courte vidéo sur le site où des menhirs et des monolithes ont été détruits par des travaux de construction. « Ici, un élu n’a pas hésité à sacrifier cette trace d’un passé fort lointain pour tout détruire et pour mettre à la place un magasin de bricolage. C’est un peu à l’image de l’époque : on détruit le passé et on bricole par-dessus ».

      L’exercice, lapidaire et sans nuance, dit aussi quelque chose de l’époque. Cette affaire – qui pose de vraies questions par ailleurs – convoquait trop de totems et de grands symboles pour ne pas devenir une polémique nationale à peu de frais.

      Une histoire qui coche toutes les cases
      Histoire, patrimoine, mais aussi environnement, artificialisation des sols, consommation et matérialisme, l’histoire cochait toutes les cases. À gauche, les réactions politiques ont aussi été nombreuses. Comme la députée écologiste Sandrine Rousseau sur le réseau social Twitter : « Détruire des menhirs multimillénaires pour un magasin, quelle meilleure illustration de notre folie ? ». Même argumentaire pour le journaliste Hugo Clément.

      Peu importe si le débat – qui ne pourra jamais être totalement tranché, et c’est le principal problème – reste entier sur la valeur archéologique de ce site et de ces petits menhirs et monolithes. Peu importe que la bourde – car ç’en est une et elle fait tache dans la perspective d’un classement de ces mégalithes au patrimoine mondial de l’Unesco – ne soit pas intentionnelle et qu’aucun protagoniste de ce dossier n’ait évidemment souhaité ce scénario.

      Pour ne rien arranger, plusieurs médias et comptes très suivis sur les réseaux sociaux ont diffusé des photos et vidéos des alignements de menhirs tels que le grand public les imagine ou les connaît. Un choix qui a alimenté un peu plus la machine à fantasmes et à surréaction. Selon la plateforme de veille Tagaday, 328 articles, sons et reportages ont évoqué le sujet depuis le 6 juin, date de publication du sujet dans Ouest-France.

      Le résultat : une déferlante d’approximations, de haine, et de commentaires orduriers sur les réseaux sociaux. Olivier Lepick, maire (Horizons) de Carnac – que nous n’avons pas réussi à joindre – a fini par saluer ironiquement sur Facebook « tous ceux qui ont sali, jugé, exécuté, accusé » et « ceux qui ont agressé mon épouse et mes enfants sur les réseaux sociaux », au moment de s’appuyer sur un communiqué de la Drac qui minimise les dégâts. L’extrême droite, elle, a décidé de pas lâcher l’affaire. Reconquête appelle à une manifestation à Carnac ce vendredi.

    • Menhirs de Carnac : « On n’a pas détruit la Joconde » [Vidéo] - Carnac – actualités et informations locales en direct | Le Télégramme
      https://www.letelegramme.fr/morbihan/carnac-56340/menhirs-de-carnac-on-na-pas-detruit-la-joconde-video-6365174.php

      Ce genre d’affaires arrive 10 fois par an.

      Au minimum, sa légitimité et sa crédibilité à la tête de Paysages de mégalithes ne devrait pas s’en relever. Mais il est vrai qu’aujourd’hui, il n’y a plus grand chose qui perturbe nos élites. Et de taper sur les gens qui sont assis devant leur clavier

    • Menhirs détruits à Carnac. Reconquête en petit comité devant la mairie
      https://www.ouest-france.fr/culture/patrimoine/menhirs-detruits-a-carnac-reconquete-en-petit-comite-devant-la-mairie-d


      Ce vendredi 9 juin 2023, 22 adhérents du parti Reconquête étaient rassemblés devant la mairie de Carnac (Morbihan). Deux d’entre eux ont été reçus mais sont « mécontents » du manque de réponses à leurs questions.
      OUEST-FRANCE

      Ce vendredi 9 juin 2023, le parti d’Eric Zemmour, Reconquête appelait à un rassemblement devant la mairie de Carnac (Morbihan), au sujet du dossier sensible de la destruction d’un site de menhirs. 22 adhérents étaient présents.

      Depuis mercredi 7 juin 2023, la destruction d’un site de menhirs à Carnac (Morbihan), où est aménagé un magasin de bricolage, reçoit un gigantesque écho médiatique. Les réactions politiques s’enchaînent, qu’il s’agisse des Républicains ou du Rassemblement national qui demandent notamment une enquête sur les responsabilités de chacun. Le Parti breton fait de même, signifiant que « l’État doit transférer les compétences patrimoniales à la région. »

      Ce vendredi 9 juin, à l’appel de l’instance départementale, vingt-deux adhérents de Reconquête (sur 1 622 à jour de cotisation dans le Morbihan), se sont rassemblées devant la mairie carnacoise.

      « Nous repartons bredouilles »
      Le responsable régional, Franck Chevrel du parti d’Eric Zemmour, laissant aux journalistes « l’appréciation » de l’ampleur du mouvement, décidé du jour au lendemain, après que leur leader publie une vidéo sur place, sur le site de Montauban, fustigeant de façon lapidaire l’action municipale.

      Souhaitant des réponses, deux personnes de Reconquête ont été reçues en mairie par la cheffe de cabinet et l’adjoint Loïc Houdoy, où a été rappelé le process d’instruction des permis de construire. « Nous repartons bredouilles, estime, mécontent, Franck Chevrel. S’il est reconnu que quelque chose dysfonctionne, personne n’est capable de nous expliquer à qui revient la responsabilité des faits. Comment faire pour que cela ne se reproduise pas ? Pas de réponse non plus. »

      rappel (cf. plus haut) : Reconquête a tout intérêt à déligitimer un probable adversaire d’une prochaine élection.

    • Menhirs détruits : le maire de Carnac affirme avoir reçu des menaces et être sous protection policière
      https://www.francetvinfo.fr/france/bretagne/morbihan/menhirs-detruits-a-carnac-le-maire-de-la-ville-affirme-etre-sous-la-pro

      La gendarmerie effectue des rondes régulières aux abords de son domicile, comme pour le maire de Saint-Brevin-les-Pins après l’incendie à son domicile, explique Olivier Lepick à l’agence de presse.

      Je conçois que ce soit difficile à vivre, mais il y a des comparaisons qu’il pourrait éviter. Yannick Morez n’a pas bénéficié d’une protection policière malgré les alertes qu’il a transmises.

    • À Carnac, la destruction des menhirs et « un tsunami de haine » invités du conseil - Actualité de la Bretagne en direct - L’information de votre région en continu | Le Télégramme
      https://www.letelegramme.fr/bretagne/a-carnac-la-destruction-des-menhirs-et-un-tsunami-de-haine-invites-du-c


      Olivier Lepick, maire de Carnac, a fait allusion à la polémique concernant la destruction des menhirs. Il déplore le déferlement de haine dont sa famille est victime depuis plusieurs jours.
      Le Télégramme / Mooréa Lahalle

      Olivier Lepick, le maire de Carnac, a rapidement coupé court à la « polémique » autour de la destruction des menhirs, lors du conseil municipal de ce vendredi 9 juin, devant une question de l’opposition. « Monsieur Pierre Léon Luneau (élu de l’opposition), je ne répondrai pas à votre question sur le sujet, car le délai des 48 heures n’a pas été respecté et je précise que je ne répondrai à aucune autre question sur le sujet ».

      " La haine s’exprime massivement "
      Le maire a poursuivi : " Mon épouse dort dans une maison surveillée par la gendarmerie. On va attendre le prochain conseil avant d’avoir un débat. Mais pas aujourd’hui, car la situation est compliquée ". Olivier Lepick a évoqué un " tsunami de haine " adressé à son épouse et à ses filles. " On peut débattre de tout, a-t-il poursuivi, on peut faire des erreurs, ce qui n’est pas le cas de nos servies dans cette affaire, ce sera attesté plus tard. Mais tant que la poussière n’est pas retombée et que la haine s’exprime massivement, même si ce n’est pas moi qu’elle dérange… Quand on a des patrouilles de gendarmerie, des gens qui vous menacent de mettre le feu chez vous, qu’on vous dit qu’on a trouvé votre adresse… On en parlera donc la prochaine fois, même si l’idéal eût été d’en parler ce soir. "

      " La situation n’est pas simple "
      Et de conclure, à l’adresse de l’élu d’opposition Pierre-Léon Juneau : " La situation n’est pas simple. Vous n’avez peut-être ni femme ni enfant, mais pour mon épouse, qui reçoit des insultes et des menaces, ce n’est pas évident. On en parlera quand la situation sera plus simple. "

      Reconquête 56 à Carnac
      Le même jour, le parti d’Éric Zemmour, Reconquête, avait donné rendez-vous à Carnac pour demander en mairie des explications sur la destruction des menhirs du chemin de Montauban. Une démarche menée par le représentant breton de Reconquête, Franck Chevrel, entouré de 22 personnes ayant répondu à son appel. Deux représentants du rassemblement ont été reçus en mairie par la cheffe de cabinet du maire et un adjoint. Un rendez-vous duquel ils estimaient être repartis " bredouille ".

      deux remarques :
      • le délai de 48h (pour l’inscription à l’ordre du jour) ne s’applique pas vraiment pour les #questions_diverses qui ont un statut un peu particulier, voire pas vraiment de statut et qui ne doivent porter que sur des questions " mineures ".
      Régime juridique des questions diverses
      https://www.senat.fr/questions/base/2015/qSEQ150114439.html
      (08/01/2015)
      • les conseils municipaux du 9 juin étaient particuliers car ils étaient convoqués à la demande du préfet pour l’élection des délégués aux élections sénatoriales. La préfecture recommande vivement qu’il n’y ait pas d’autres points à l’ordre du jour.

    • Menhirs détruits : « Je ne vais pas me laisser intimider par les tribunaux digitaux de la haine », affirme le maire de Carnac après avoir reçu des menaces de mort
      https://www.francetvinfo.fr/culture/patrimoine/archeologie/menhirs-detruits-je-ne-vais-pas-me-laisser-intimider-par-les-tribunaux-

      […]
      Qu’est-ce qui s’est passé réellement ? 
      On est dans une zone commerciale et artisanale, à trois kilomètres des alignements, ce ne sont pas 39 menhirs mais quatre pierres qui pouvaient éventuellement être des menhirs, qui ont été effectivement, et c’est très malheureux, détruites.

    • Je ne sais pas si les parcelles concernées par le PC de 2022 sont les mêmes que celles de 2015, mais si c’est le cas, le maire prend un gros risque en affirmant des contrevérités manifestes.
      EDIT : au vu des éléments du cadastre, il semblerait qu’il ait raison

      p. 26 du rapport de diagnostic de l’INRAP de 2015
      https://www.sitesetmonuments.org/IMG/pdf/rapport_inrap_2015_diagnostic_chemin_de_montauban.pdf

      EDIT : de fait, en consultant le PLU de la ville et en comparant avec le schéma, la zone construite est localisée dans les parcelles AI 9, 10, 11 et 157. Les trois premières sont celles du coin Nord-Est du périmètre soumis à diagnostic, la 157 est celle située immédiatement à l’Est, non diagnostiquée (mais évoquée dans le billet qui a mis le feu aux poudres).
      La tranchée n° 8 située dans la parcelle a effectivement été infructueuse.


      (extrait du billet de Ch. Obeltz)

    • À Erdeven, la rencontre autour des mégalithes est annulée | Le Télégramme
      https://www.letelegramme.fr/morbihan/erdeven-56410/a-erdeven-la-rencontre-autour-des-megalithes-est-annulee-6372453.php
      https://media.letelegramme.fr/api/v1/images/view/6489b91168d06648e5306687/web_golden_xxl/6489b91168d06648e5306687.1

      Ce jeudi 15 juin avait été annoncée une rencontre autour du patrimoine mégalithique d’Erdeven dans le cadre de la candidature des sites mégalithiques de l’arc Sud Morbihan au patrimoine mondial de l’Unesco. Mais compte tenu du contexte suite aux événements de Carnac, Paysage de Mégalithes préfère annuler cette réunion publique qui était organisée en partenariat avec la mairie. Aucune date de report éventuel n’est indiquée à ce jour.

      La première, sans doute pas la dernière…

      (full disclosure : jeudi prochain, je dois participer à une autre réunion de Paysages de mégalithes, à Carnac. ¡veremos !…)

    • Menhirs de Carnac détruits. Le Parquet de Lorient ouvre une enquête suite à la plainte d’une association
      https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/morbihan/vannes/menhirs-de-carnac-detruits-le-parquet-de-lorient-ouvre-

      Le procureur de Lorient a ouvert une enquête contre X suite à la plainte déposée par l’association Koun Breizh qui dénonce la « destruction volontaire de patrimoine archéologique ». Elle a été confiée à la brigade de recherches de la gendarmerie de Lorient.

      L’affaire de la destruction de menhirs à Carnac sur le chantier de construction d’un magasin de bricolage, n’a pas fini de faire parler d’elle.

      Selon l’AFP, le parquet de Lorient vient, en effet, d’ouvrir une enquête contre X, après la plainte déposée par l’association Koun Breizh. Celle-ci dénonce « une destruction volontaire de patrimoine archéologique ».

      "Violation de la prescription de fouille du site mégalithique"
      L’association Sites & Monuments, qui défend le patrimoine, s’est associée à l’association Koun Breizh pour demander "la création d’une mission d’inspection relative à la violation de la prescription de fouille du site mégalithique du « chemin de Montauban » à Carnac".

      Ces deux structures expliquent, dans un communiqué de presse commun, que le préfet du Morbihan et la mairie de Carnac, ont délivré un permis de construire en dépit d’un arrêté du préfet de Région, datant du 31 juillet 2015, qui " prescrivait une fouille préventive avant tout aménagement de la parcelle en raison de la présence de monolithes dressés « qui pourraient tout à fait correspondre aux vestiges d’un ouvrage mégalithique de type alignement » ".

      Les associations précisent qu’elles condamnent fermement les menaces dont le maire de Carnac a été victime mais « estiment que toute la lumière doit être faite pour identifier les failles qui ont conduit à la destruction des monolithes et établir les responsabilités de chacun. »

    • Manifestation à Carnac samedi 17 juin contre la destruction des menhirs | Le Télégramme
      https://www.letelegramme.fr/morbihan/auray-56400/manifestation-a-carnac-samedi-17-juin-contre-la-destruction-des-menhirs

      Le parti indépendantiste breton Douar ha frankiz appelle à un rassemblement devant la mairie de Carnac à 14 heures, samedi 17 juin, pour protester contre la destruction de menhirs, objet de polémique depuis une semaine.

      La polémique autour de l’affaire des menhirs de Carnac ne désenfle pas. Le parti indépendantiste breton Douar ha frankiz (« Terre et liberté » en français), appelle à se rassembler samedi 17 juin à 14 heures devant la mairie de Carnac « pour exprimer notre colère face au saccage de notre patrimoine par les autorités qui sont censées le protéger, et pour dire : plus jamais ça ! ».

      Le parti « libertaire et écologiste », qui dénonce les ravages de « la bétonisation et [du] profit à tout prix », appelle à manifester alors que la mairie de Carnac est sous le feu de la critique depuis une semaine pour avoir autorisé la construction d’un magasin de bricolage sur un site archéologique qui hébergeait des menhirs. L’affaire, montée en épingle par différentes personnalités politiques, a provoqué l’ire des réseaux sociaux jusqu’à la profération de menaces à l’encontre du maire de la ville, Olivier Lepick.

    • Menhirs détruits à Carnac : le dessous des cartes d’un vrai scandale
      https://www.lefigaro.fr/vox/culture/menhirs-detruits-a-carnac-le-dessous-des-cartes-d-un-vrai-scandale-20230616

      FIGAROVOX/TRIBUNE - Julien Lacaze, président de Sites & Monuments, une association engagée pour la protection de l’environnement, revient en détail sur l’affaire des menhirs détruits à Carnac (Morbihan). Si nombre d’élus et de médias prétendent que le dossier, sur le fond, ne vaudrait rien, les faits montrent l’inverse, explique-t-il.

      Julien Lacaze est président de Sites & Monuments, association nationale reconnue d’utilité publique agréée pour la protection de l’environnement

      Menhirs passés au broyeur pour établir un magasin de bricolage, gradins disgracieux aménagés au ras des célèbres Alignements, cortège de 500 potelets en plastique disposés le long du site, projet d’antenne-relais gigantesque… La course au classement Patrimoine mondial de l’Unesco - dont le dossier de candidature définitif doit être remis fin septembre 2023 au ministère de la Culture - enivre les élus locaux, anticipant des retombées économiques sans souci de cohérence avec les servitudes qu’implique cette reconnaissance internationale pour les monuments préhistoriques les plus anciens d’Europe (7000 ans).

      Parmi cette série d’aménagements disgracieux - soulignés dans un article mis en ligne par notre association le 2 juin-, la construction d’un Mr Bricolage, occasionnant la destruction de menhirs, suscita un emballement médiatique dont il existe peu…

      #paywall :-(

    • le même, sur le site de l’association :

      Carnac : minimiser ou réagir - Sites & Monuments
      https://www.sitesetmonuments.org/carnac-minimiser-ou-reagir


      Carnac, site du « Chemin de Montauban », mégalithe B7 de la file 2 (probablement déplacé) - Aujourd’hui détruit.


      Carnac, site du « Chemin de Montauban », mégalithe B2 de la file 1 (probablement en place) - Aujourd’hui détruit.

      Menhirs passés au broyeur pour établir un magasin de bricolage, gradins disgracieux aménagés au ras des célèbres Alignements, cortège de 500 potelets en plastique disposés le long du site, projet d’antenne-relais gigantesque… La course au classement Patrimoine mondial de l’Unesco - dont le dossier de candidature définitif doit être remis fin septembre 2023 au ministère de la Culture - enivre les élus locaux.

      Parmi cette série d’aménagements disgracieux - soulignés dans un article mis en ligne par notre association le 2 juin -, la construction d’une grande surface de bricolage, occasionnant la destruction de menhirs, suscita un emballement médiatique dont il existe peu de précédents en archéologie. La politique s’empara ensuite du dossier, d’Éric Zemmour à Sandrine Rousseau. Cet excès de médiatisation en suscita un plus grave, celui de l’absence de condamnation des destructions par le ministère de la Culture, aubaine pour les aménageurs et pour certains élus placés sur la sellette.


      Carnac, site du "Chemin de Montauban", file n°2 de mégalithes probablement déplacés (aujourd’hui détruite).

      Le maire de Carnac, président de l’association « Paysages de Mégalithes », portant le dossier de candidature UNESCO, a ainsi délivré en août 2022 un permis de construire pour l’installation d’un magasin « Mr Bricolage ». Le site concerné, situé aux abords d’une zone artisanale, n’en demeurait pas moins préservé, avec une source et une zone dense de taillis. Il figurait depuis 2017, pour sa richesse archéologique, sur la liste des sites proposés au classement au Patrimoine Mondial communiquée au ministère de la Culture. Il y a été maintenu jusqu’à aujourd’hui, malgré la réduction ultérieure du nombre des sites proposés.

      Cet alignement inédit de petits menhirs du « Chemin de Montauban » (culminant tout de même à un mètre pour les plus grands), implanté sur une parcelle dénommée « Men Guen Bihan » (les petites pierres banches), appartenait sans doute aux plus anciens monuments de la commune de Carnac. En effet, les mégalithes tout proches de la « ZAC de Montauban », associés à des structures de combustion, ont été datés en 2010 par le Carbone 14 entre 5480 - 5320 avant J.-C., leur conférant le statut de plus anciens menhirs de l’ouest de la France ! Les monolithes détruits appartenaient ainsi probablement au Mésolithique, époque des chasseurs-cueilleurs, les mégalithes dressés étant ordinairement apparus au Néolithique, époque des agriculteurs-éleveurs. D’où l’enjeu archéologique particulier dans cette zone.

      Un grand hangar de sept mètres de haut prend la place des menhirs passés au broyeur par l’aménageur, sous l’œil médusé d’archéologues de passage. Le site détruit n’est pourtant qu’à un kilomètre des Alignements de Carnac (Kermario) et du célèbre tumulus Saint-Michel où un matériel archéologique superbe (haches polies en jade alpin et colliers en variscite andalouse) a été découvert !

      En réponse aux approximations de certains médias, illustrant les mégalithes détruits par des photos de menhirs de plusieurs mètres de haut, les « fake news » de l’administration et des élus se sont multipliées. Ainsi, les critiques proviendraient du « blog » d’un « archéologue amateur » (en réalité site d’une association reconnue d’utilité public consultant les meilleurs spécialistes) ; le permis serait conforme au Plan local d’Urbanisme (ce que personne ne conteste) ; il ne s’agirait pas de mégalithes, mais de simples murets ; seuls quatre monolithes pourraient prétendre au statut de menhir, etc…

      Nos informations provenaient pourtant d’un rapport officiel de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP), établi à la demande de la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC dépendant du préfet de Région), au terme d’une procédure régie par le code du patrimoine. Mais encore fallait-il se donner la peine de lire les cinquante pages de ce rapport - mis en ligne sur notre site internet le 7 juin - commandité après la délivrance d’un premier permis (en définitive retiré).

      Ainsi, un diagnostic archéologique a été prescrit le 22 décembre 2014 par arrêté du préfet de Région en raison de la localisation du chantier, « non seulement au sein d’un contexte archéologique dense […], mais à proximité et dans le prolongement du site de la ZAC de Montauban » dont nous avons dit l’intérêt. Un diagnostic archéologique n’est pas une fouille, mais consiste à en évaluer la nécessité. Ainsi, seulement 6% du terrain a été sommairement exploré en l’espace de trois jours par les archéologues. Le rapport de diagnostic qui en résulte - seule étude dont nous disposons aujourd’hui sur le site détruit - concluait à la nécessité de poursuivre l’exploration par une fouille en bonne et due forme.

      Le rapport fait ainsi état de l’identification de deux files sécantes de mégalithes, précisant qu’ils n’existent pas à l’état natif sur le site et ont dont nécessairement été transportés. La première file était composée de 24 blocs, dont 12 encore dressés. L’INRAP indique que, « sur au moins quatre d’entre eux, les sommets présentent des stigmates d’érosion liée à la météorisation » (traces orientées caractéristiques laissés sur les menhirs du Néolithique par sept millénaires d’intempéries), avant de conclure, « qu’à moins d’un hasard qui aurait conduit les bâtisseurs du muret à intégrer et repositionner dans le même sens d’anciens mégalithes, tout porte à croire que les blocs de la file 1 correspondent bien à un alignement en place, qui a, dans un second temps servi d’ancrage à une limite de parcelle » (comme cela a souvent été observé dans la région). En revanche, la seconde file de 14 blocs a, « de toute évidence, été déplacée ». Les archéologues précisent qu’« une étude fine des surfaces des blocs permettrait sans doute de reconnaitre leur position primaires si toutefois ils correspondent bien à d’anciennes stèles d’un monument mégalithique démantelé » et recommandent de « ne pas négliger » ces monolithes, « apparemment en position secondaire », qui, « même déplacés, sont porteurs d’information ».

      Et le rapport de conclure que « c’est donc un minimum de trente-huit monolithes qui sont identifiés sur le site, mais il en existe sans doute d’autres dans la partie non débroussaillée de la file principale et dans les parcelles situées à l’est de la file 2 ». Bref, « seule une fouille permettrait de certifier l’origine néolithique de cet ensemble, qui pourrait, au final, s’inscrire en bonne place dans la cartographie des monuments mégalithiques locaux ». Les archéologues entendaient également réfléchir aux liens éventuels des vestiges avec la source présente sur le site, contexte ayant permis, en d’autres lieux, la découverte de haches en jade.

      L’INRAP anticipait même la conservation des mégalithes découverts : « À l’issue d’une éventuelle opération archéologique, se poserait la question du devenir des stèles dans le cadre du projet d’aménagement. Intégration du monument dans le projet, déplacement du "site" pour une restitution aux abords du projet, dépôts des stèles dans un autre lieu... »

      A la suite de ce rapport, le préfet de Région prescrivit des fouilles par un arrêté du 31 juillet 2015, ce qui n’a lieu que dans 20% des cas de diagnostics.

      C’est pourquoi l’appréciation finale du communiqué de la DRAC du 7 juin 2023 est pour le moins contestable : « Du fait du caractère encore incertain et dans tous les cas non majeur des vestiges tels que révélés par le diagnostic, l’atteinte à un site ayant une valeur archéologique n’est pas établie ». En outre, pas un mot pour condamner la violation de son arrêté de prescription de fouilles, destruction illicite d’un site archéologique pourtant punissable de sept ans d’emprisonnement et 100 000 euros d’amende. Quelle aubaine pour les actionnaires de la « SCI des menhirs » et de la « SAS bricodolmen » (cela ne s’invente pas), bénéficiaires du permis de construire ! Mais quelle tristesse pour les défenseurs du patrimoine, accusés d’être des désinformateurs, et pour l’archéologie, ainsi bafouée !

      La directrice régionale des affaires culturelles de Bretagne, interviewée par Ouest France le 9 juin, après avoir affirmé « qu’on parle de quatre blocs de pierre dans une zone qui est en train de devenir une zone commerciale », travestissant ainsi le diagnostic qui lui avait été remis, nous apprit cependant que « l’arrêté de prescription de fouille a été envoyé en 2015 au propriétaire du terrain et à la mairie », avant de poursuivre : « Huit ans plus tard, on constate que les fouilles n’ont pas été faites par le propriétaire [qui devait les financer], malgré la prescription. » La directrice ajoute même : « On peut considérer qu’il s’agit d’une faute ou d’un oubli, ce n’est pas à nous de nous prononcer sur ce terrain-là ».

      Mais pourquoi la DRAC n’a-t-elle pas fait exécuter son arrêté de fouille ? Car notre terrain - pourtant situé « dans un secteur sensible, au sein d’un environnement archéologique dense » (arrêté de la DRAC prescrivant le diagnostic de décembre 2014) - n’a pas été inclus dans la Zone de présomption de prescription archéologique (ZPPA) arrêtée par cette même direction régionale le 16 avril 2015 ! Le second permis de construire ne lui a donc pas été transmis automatiquement...
      Cependant, comment le maire, le préfet du Morbihan et le propriétaire - qui avaient tous reçu notification en 2015 de l’arrêté de prescription de fouilles d’un site inscrit sur la Carte archéologique nationale - ont-ils pu, le premier délivrer, le second contrôler la légalité et le troisième exécuter le permis d’août 2022 sans en avertir à la DRAC, comme le prévoit pourtant le code du patrimoine, l’arrêté du 16 avril 2015 et le permis lui-même ?

      On s’étonne aussi de l’absence totale de réaction de l’association « Paysages de Mégalithes », qui porte le dossier de classement à l’UNESCO incluant le site détruit, et dont le maire de Carnac est président.

      Bref, les acteurs de ce dossier semblent bien négligeants, d’où leur intérêt commun à minimiser l’importance du site détruit.

      Désormais, que faire, puisque les destructions sont consommées ? Le ministère de la Culture a, tout d’abord, le devoir de comprendre, en diligentant une mission d’inspection, mais aussi de défendre ses prescriptions de fouille en saisissant le Procureur de la République. Il n’est pas admissible d’entendre l’Etat justifier les destructions intervenues au motif que son diagnostic - pourtant positif - n’aurait pas mis en évidence un « site majeur » ! Après de telles déclarations, tournant le dos au code du patrimoine, comment faire respecter nos sites archéologiques ?

      Nos administrations s’honoreraient en outre à remédier aux aménagements particulièrement disgracieux, mais heureusement réversibles, pointés dans notre article du 2 juin :

      • Supprimer les 506 potelets routiers installés sans consultation de l’Architecte des Bâtiments de France sur la RD 196, le long des Alignements du Menec. Ces improbables files en plastique blanc sont un pied de nez aux menhirs qui les jouxtent ;
      • Reprendre la conception des 650 m2 de gradins horizontaux mis en place en 2022 par le Centre des Monuments Nationaux (CMN) au Menec, qui luttent avec la verticalité des menhirs et dont l’effet est prégnant dans le paysage ;
      • Renoncer au projet d’implantation à Kerogile d’une antenne-relais de 52 m de haut aux abords de dix sites mégalithiques de la zone UNESCO, dont trois classés Monument historique ;
      • Renoncer à l’extension d’un supermarché à 550 m du Menec ou à un parking jouxtant son cromlech (cercle de menhirs).

      Car le futur classement au titre du Patrimoine Mondial n’est pas un simple label, il nous oblige !

      Julien Lacaze, président de Sites & Monuments - SPPEF
      Christian Obeltz, correspondant du Laboratoire de Recherche Archéologie et Architecture de l’Université de Nantes ; membre du programme collectif de recherche « Corpus des signes gravés néolithiques »

    • Bal tragique à Carnac - 39 menhirs sous le tapis ! - la CGT Culture
      https://www.cgt-culture.fr/bal-tragique-a-carnac-39-menhirs-sous-le-tapis-21587

      A Carnac, l’aménagement d’un magasin de l’enseigne Monsieur Bricolage a détruit un site mis au jour par l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (Inrap) dans le cadre d’une opération de diagnostic archéologique. Ce site méritait pourtant de figurer « en bonne place dans la cartographie des monuments mégalithiques locaux ».

  • Sans-abri de Paris : à Bruz, la crainte d’un nouveau Saint-Brevin - Rennes - Le Télégramme
    https://www.letelegramme.fr/ille-et-vilaine/rennes/sans-abri-de-paris-a-bruz-la-crainte-d-un-nouveau-saint-brevin-25-05-20


    Le sas d’accueil de Bruz, doté d’une cinquantaine de places, doit recevoir des SDF et des migrants venus de Paris, qui seront redirigés au bout de trois semaines vers les autres départements bretons.
    Le Télégramme

    L’installation par l’État d’un centre d’accueil pour sans-abri et migrants venus de Paris dans cette commune près de Rennes fait des remous. Le maire Philippe Salmon s’inquiète des répercussions politiques.

    L’annonce n’en finit pas de faire des vagues. L’État a décidé d’installer, dans dix régions de France, des sas d’accueil destinés à accueillir SDF et migrants qui vivent aujourd’hui à Paris. Invoquant la solidarité nationale, il justifie ce choix en pointant le grand nombre de personnes en difficulté dans la capitale. D’autres y voient la volonté de « vider » la ville et ses hôtels, où certains sans-abri sont logés, avant la finale de la Coupe du monde de rugby et surtout les JO 2024.

    En Bretagne, c’est Bruz qui a été choisi pour installer ce centre d’une cinquantaine de places, où les volontaires seront accueillis pendant trois semaines, avant d’être redirigés vers les autres départements bretons à tour de rôle. Et autant dire que cela passe mal auprès des élus, défavorables au projet. Les précédents de Callac (22) mais aussi de Saint-Brevin (44), deux communes forcées à renoncer à des projets d’accueil de migrants après des mois d’attaques de l’extrême droite, sont encore dans tous les esprits. Le maire de cette dernière a même démissionné, après avoir été la cible d’un incendie criminel à son domicile.

    Le RN réagit
    Un scénario qui inquiète l’édile divers gauche de Bruz, Philippe Salmon. « Je n’ai pas envie de me retrouver dans la situation du maire de Saint-Brevin », confie-t-il. Il ne se dit pas opposé, par principe, à l’accueil de migrants et de sans-abri. Sa ville, située au sud de Rennes, dispose d’ailleurs de 22 logements destinés à des demandeurs d’asile, gérés avec l’aide de bénévoles. En revanche, le lieu choisi - un terrain vague de la SNCF pollué - mais surtout la méthode le laissent pantois. Philippe Salmon estime que le projet lui a été imposé sans concertation.

    Depuis sa révélation, l’affaire prend une tournure politique. Mercredi, Gilles Pennelle, chef de file du RN en Bretagne, est entré dans la danse. « Comment expliquer que le gouvernement qui n’a pas d’argent pour assurer un logement décent aux 70 000 Bretons mal-logés, en trouve subitement beaucoup pour implanter dans nos communes bretonnes des immigrés qui ne partagent ni notre langue, ni notre culture et qui viennent chez nous uniquement pour bénéficier d’avantages sociaux ? », s’interroge-t-il dans un communiqué. L’Oriflamme, un groupe rennais d’extrême droite issu de l’Action Française, s’est de son côté fendu d’un tweet tout en menace : « Nous veillerons à ce que cela ne soit pas une ruse de la bureaucratie parisienne pour diluer son surplus de migrants en province. »

    Le maire de Bruz dénonce une récupération politique
    Une récupération, selon Philippe Salmon. « Je n’ai rien à faire avec le RN et je n’ai pas envie qu’ils viennent perturber la vie de la commune », souligne-t-il. « Ils disent que ce centre sera réservé aux migrants mais la préfecture n’est pas sur cette ligne ». Cette dernière affirme en effet que des SDF pourront aussi y être accueillis. « Par ailleurs, la Bretagne est une terre d’accueil et les exilés qui sont sur notre commune veulent s’intégrer », poursuit le maire bretillien.

    Philippe Salmon n’a heureusement pas reçu de menaces à ce jour, contrairement à ses homologues de Callac et Saint-Brevin. « J’ai simplement rencontré des habitants qui s’inquiètent de l’aspect sécuritaire. Ce que je dis à tout le monde, c’est qu’à partir du moment où l’accueil est bien fait, cette problématique-là est réduite », explique-t-il. Avant de répéter sa ligne : d’accord pour accueillir des migrants mais dans des conditions dignes, ce qui n’est pas à ses yeux garanti en l’état actuel du projet.

    L’édile a aussi reçu de nombreux témoignages de soutien ces derniers jours. « Je comprends parfaitement la réaction de Philippe Salmon qu’on ne peut pas soupçonner de ne pas être actif dans les politiques d’accueil », réagit notamment Daniel Delaveau, ex-maire de Rennes et président de la Fédération des acteurs de la solidarité en Bretagne. « Sur le principe, organiser une meilleure répartition sur le territoire national des personnes en précarité et desserrer la pression sur l’Île-de-France peut se comprendre. Mais nous sommes très vigilants sur les modalités de mise en œuvre et la méthode. »

    • À Bruz, les sans-abri de Paris accueillis sur un terrain pollué ? - Rennes - Le Télégramme
      https://www.letelegramme.fr/ille-et-vilaine/rennes/a-bruz-les-sans-abri-de-paris-accueillis-sur-un-terrain-pollue-25-05-20


      C’est sur ce terrain de Bruz que des sans-abri de Paris devraient être accueillis à partir de septembre.
      Le Télégramme/Morgane Jean

      À Bruz (35), le terrain qui doit accueillir des sans-abri de Paris est pollué aux métaux lourds et aux hydrocarbures. Un constat qui inquiète le maire de la commune.

      Dès septembre, la commune de Bruz, au sud-ouest de Rennes, accueillera des sans-abri parisiens. La mesure a été annoncée lundi 22 mai par le secrétaire général adjoint de la préfecture d’Ille-et-Vilaine, Matthieu Blet. Problème : selon un rapport, ce terrain qui appartient à la SNCF et sur lequel devraient s’installer les mobil-homes est pollué.

      Un terrain pollué aux hydrocarbures
      En 2019, la mairie de Bruz envisage d’acquérir le terrain en question pour y construire un projet immobilier. Elle commande donc un rapport d’étude de terrain à la SNCF, le propriétaire. Les conclusions sont rendues au maire Philippe Salmon lors de sa prise de mandat. Et le résultat est sans appel : « le sol est pollué aux métaux lourds partout. Il y a aussi des zones polluées aux hydrocarbures ». Un constat qui inquiète : « Cela va avoir des conséquences directes sur la santé humaine. On sait que des enfants vont être accueillis. Or, ce sont les plus susceptibles de développer des maladies graves face à cette pollution. On s’interroge forcément sur la dignité des conditions d’accueil ».

      Autre préoccupation de la commune : la sécurité des personnes accueillies. Le terrain est coincé entre la voie ferrée Rennes-Redon et une caserne militaire. Si des clôtures doivent être installées avant l’arrivée des SDF franciliens à partir de septembre prochain, ce sont tout de même une trentaine de trains qui passent chaque jour sur ces voies. Le pont routier de l’avenue Jules Tricault, situé juste au-dessus du terrain, est un autre axe de passage important, qui relie deux quartiers importants de la ville.

      Inquiétude partagée
      La mairie n’est pas la seule à tirer la sonnette d’alarme. Pour Daniel Delaveau, président de la Fédération des acteurs de la solidarité Bretagne et ancien maire de Rennes : « Nous sommes très vigilants sur les modalités de mise en œuvre. Il ne suffit pas d’installer des mobile homes dans n’importe quelles conditions. Il faut respecter un minimum de décence par rapport à l’accueil ».

      L’association Aurore, opérateur du projet, a elle aussi refusé, « pour la même raison ». Elle précise : « En attente des études plus poussées de l’Agence régionale de santé sur le niveau de pollution, on s’installe à Montgermont ». Selon les conclusions du rapport de l’ARS, la préfecture pourrait, en effet, changer de site. C’est ce qu’a déclaré Matthieu Blet lors de la conférence de presse : « Nous travaillons avec l’ARS pour savoir s’il est possible de s’implanter sur le lieu. On n’exclut pas de changer de terrain s’il y a un foncier plus aisément mobilisable ».

    • et la veille, déjà…

      « Une situation ingérable » : la Bretagne face au défi de l’accueil des sans-abri de Paris - Bretagne - Le Télégramme
      https://www.letelegramme.fr/bretagne/une-situation-ingerable-la-bretagne-face-au-defi-de-l-accueil-des-sans-


      Pour accueillir des sans-abri venus de Paris, des places d’hébergement supplémentaires devront être créées en Bretagne.
      Le Mensuel de Rennes/David Brunet

      Des sans-abri de Paris sont incités à rejoindre des centres d‘hébergement qui vont ouvrir en province, dont l’un sera situé en Bretagne, à Bruz (35). Le problème, c’est que les structures locales sont saturées, alertent les associations.

      Inciter des sans-abri à quitter Paris pour la province : voici la nouvelle stratégie du gouvernement pour désengorger les centres d‘hébergement d’urgence d’Île-de-France. Et il n’y a visiblement pas de temps à perdre. D’ici quelques jours, des premières personnes qui vivent à la rue dans la capitale seront acheminées en bus jusqu’en Bretagne « sur la base du volontariat ». Elles seront hébergées et nourries dans un hôtel situé sur la commune de Montgermont, au nord de Rennes. Une solution transitoire en attendant la création d’une structure d’accueil spéciale : un « sas », à Bruz, d’ici septembre prochain.

      Sur place, ces personnes bénéficieront d’un examen de leur situation administrative et d’une prise en charge adaptée. Après une période de 30 jours maximum, elles quitteront la structure et seront redirigées ailleurs dans la région : dans des hébergements d’urgence ou, en fonction de leur situation, dans des centres d‘accueil pour demandeurs d’asile. D’autres sans-abri venus de région parisienne les remplaceront ensuite dans ce « sas » de façon à effectuer un turnover régulier.

      Vider les rues de Paris avant les JO ?
      Si le gouvernement espère, grâce à ce dispositif, organiser une meilleure répartition sur le territoire national des personnes en précarité et desserrer la pression sur l’Île-de-France, certains y voient plutôt une manière de « disperser la pauvreté ». « Derrière, il y a clairement l’idée de nettoyer la capitale pour que le sans-abrisme soit moins visible au moment des Jeux Olympiques en 2024 », analyse Marion Quercy, coordinatrice rennaise d’Utopia 56, une association qui vient en aide aux personnes à la rue.

      D’après la préfecture d’Ille-et-Vilaine, ce dispositif est dans la droite lignée du plan « Logement d’abord » lancé en 2018. Sauf que les choses se sont bel et bien accélérées ces derniers mois. En mars 2023, une circulaire présentant le dispositif a été diffusée aux préfets par les ministres de l’Intérieur et du Logement.

      La Bretagne sature déjà
      En Bretagne, un problème de taille se pose : où iront toutes ces personnes à leur sortie du « sas » ? Dans la région, la plupart des dispositifs d‘accueil débordent déjà de partout. « Si on avait de la place, on pourrait comprendre le déplacement de ces personnes, mais là ça n’a aucun sens, s’agace Marion Quercy. On a des familles qui dorment déjà dehors à Rennes, on croise 150 personnes en maraude toutes les semaines. Rien qu’en ce moment, il y a une quarantaine de personnes sous tente au parc Saint Cyr. Pourquoi ne pas loger ces personnes-là avant de faire venir des sans-abri de Paris ? »

      « Cette situation va être ingérable, abonde Emmanuelle Ricour-Faye, coordinatrice de l’association Un toit c’est un droit. Actuellement, personne n’a les moyens d’accueillir plus de sans-abri en Ille-et-Vilaine. Le 115 est blindé… nous, on héberge déjà 190 personnes, et on en a encore 160 autres sur liste d’attente. On attend le Département au tournant sur ce dossier car il garde une responsabilité sur l‘hébergement des exilés ».

      Créer des places supplémentaires
      De son côté, la préfecture d’Ille-et-Vilaine se veut rassurante. « Nous avons bien conscience de la situation, mais le gouvernement va dégager des moyens pour créer des places d‘hébergement supplémentaires. ». En attendant, aucun objectif précis de création de places ne semble avoir été fixé pour le moment et tout semble assez flou. « Il n’y a pas d’enveloppe dédiée, ça dépendra du nombre de personnes qui arrivent, indique Matthieu Blet, secrétaire général adjoint de la préfecture d’Ille-et-Vilaine. Ça nécessitera une mobilisation de tous les instants ».

      Pour Daniel Delaveau, président de la Fédération des acteurs de la solidarité Bretagne et ancien maire de Rennes, l’équation est particulièrement complexe pour l’État. « Il ne suffit pas de débloquer des sous. Pour créer des places, il faut déjà trouver les logements… et, à ce niveau, la situation est extrêmement compliquée dans toute la région aujourd’hui. Forcément, nous allons être extrêmement vigilants sur la mise en place de ce dispositif. On ne veut pas que cela se fasse au détriment de l’accueil déjà tellement difficile des personnes présentes aujourd’hui sur le territoire. »

      Des associations déjà épuisées
      Et pourtant… À Montgermont, l’hôtel qui doit prochainement accueillir les premiers sans-abri venus de Paris, a été évacué la semaine dernière. De nombreuses familles, placées par le 115, étaient hébergées là-bas, parfois depuis plusieurs mois. Ces ménages, dont certains avec des enfants scolarisés, ont dû faire place nette. Selon nos informations, une jeune fille scolarisée au collège Rosa-Parks a été envoyée avec sa famille dans une structure à Brest. Ambiance...

      Face aux manques de places dans les structures, le réseau Territoires accueillants 35, qui regroupe de nombreux acteurs du monde associatif d’Ille-et-Vilaine, s’inquiète également de voir les associations être sursollicitées par les personnes sans-abri une fois qu’elles auront quitté le « sas ». « Les associations ne peuvent continuer à être les seuls intermédiaires pour agir face aux urgences, pallier les carences et répondre à l’ensemble des besoins ».

      Pour les associations, un autre risque existe : celui de voir ces personnes revenir vivre dans la rue, à Rennes, plusieurs semaines après leur sortie de la structure temporaire. Alors que la situation y est déjà très tendue. « On l’observe déjà avec certaines familles qui reviennent à Rennes face aux manques de dispositifs existants dans les villes où on les a orientées », explique une bénévole. « Ici, il y a un tissu associatif très riche qui permet de vraiment aider les personnes, ce qu’il n’y a pas dans d’autres villes de Bretagne. » Le défi est de taille.

    • Près de Rennes, des familles délogées pour faire de la place aux sans-abri de Paris
      https://www.letelegramme.fr/bretagne/pres-de-rennes-des-familles-delogees-pour-faire-de-la-place-aux-sans-ab


      À Montgermont, près de Rennes, un hôtel qui hébergeait des familles sans-abri depuis plusieurs mois a été évacué pour faire de la place à des migrants venus de Paris. (Photo Illustration Lionel Le Saux/Le Mensuel)

      Une enfant scolarisée à Rennes a dû quitter son collège pour partir à Brest avec sa famille.

      #hébergement_d'urgence

    • https://www.mediapart.fr/journal/france/260523/transferer-les-sans-abri-de-paris-le-projet-qui-inquiete

      « S’il s’agit de faire partir des sans-domicile rennais pour faire venir des sans-domicile franciliens, c’est totalement absurde. On craint que le gouvernement veuille faire une espèce de politique du chiffre et que cela soit son nouveau mantra. »

      Une histoire de cet ordre-là, révélée par Le Télégramme, a choqué. À Montgermont, un hôtel qui hébergeait des familles à la rue a été évacué par la police la semaine dernière pour faire place à des sans-abri parisiens. À cause de ce jeu de chaises musicales, une adolescente scolarisée à Rennes a dû quitter son collège pour gagner un hébergement à Brest avec sa famille.

      Une solution illusoire

      À ce stade, il est bien évidemment trop tôt pour dresser un bilan exhaustif de l’opération de « desserrement ». Mais la Fondation Abbé Pierre appelle à la vigilance, insiste encore Manuel Domergue.

      Les premiers retours ne sont pas aussi idylliques que veut le faire croire le ministère du logement. « Des gens montent dans des bus sans trop savoir où ils vont, ils apprennent la destination lors du trajet. Sans surprise, ça ne se passe pas bien. Il y aurait déjà des retours. On peut quand même respecter le fait que les gens ne sont pas des pions. » Pourtant, le ministère assure qu’« un travail de communication a été réalisé auprès des sans-abri afin de leur présenter le dispositif ».

      Un travailleur social formé en addictologie contacté par Mediapart confirme l’arrivée de plusieurs bus amenant un peu moins d’une centaine de personnes dans sa région. Mais il constate que les informations qui lui ont été fournies n’étaient pas adaptées : « Il n’y avait pas tant de personnes que ça en situation d’addiction. Il y avait beaucoup plus de familles et des personnes en situation irrégulière. Ils avaient une demande administrative, or cet accompagnement ne relève pas de mes missions ».

      Et quand bien même cela se déroulerait dans des conditions idéales, Manuel Domergue ajoute qu’il serait illusoire de laisser croire que la solution au mal-logement en région parisienne serait de répartir les personnes sans logement à travers le territoire. « Il y aura toujours une pression particulière sur la capitale comme dans tous les pays centralisés parce qu’ il y a du réseau, de l’emploi et des transports. Cela répond à des aspirations structurelles et sociologiques évidentes. »

  • @tagrawla a écrit dans le Mammouth  :

    Le bâtiment de l’office français de la biodiversité de Brest a brûlé, la cause de l’incendie ne laisse que peu de doute : il s’agirait des fusées tirées par les #pêcheurs qui manifestent pour finir de défoncer les espaces marins protégés.
    Pas de pêcheur dans le coma. Pas de dissolution du syndicat des pêcheurs. Pas de gros titre dans la presse nationale. Et ça n’est pourtant pas la première fois que ces bourrins foutent le feu à un bâtiment public.

    Oui, c’est bien de rappeler les faits
    https://www.letelegramme.fr/bretagne/a-brest-incendie-au-port-de-commerce-31-03-2023-13308314.php

  • Vols de cuivre : comment Orange a trouvé, en Bretagne, une parade - Bretagne - Le Télégramme
    https://www.letelegramme.fr/bretagne/vols-de-cuivre-comment-orange-a-trouve-en-bretagne-une-parade-11-01-202

    C’est un fléau qui prive régulièrement de communications des dizaines de milliers d’usagers en France. Contre les vols de câbles en cuivre, Orange déploie en Bretagne les grands moyens : des mouchards, mis au point par deux salariés bretons. Depuis, les malfrats tombent comme des mouches.

    Et de cinq. Cinq équipes de voleurs de câble en cuivre mises hors d’état de nuire en quelques semaines. « Depuis quinze jours, on n’a plus aucun vol en Bretagne et dans les Pays-de-la-Loire. On souffle ! », sourit Frédéric A. Avec son collègue Stéphane T., ces « managers incidents » de chez Orange semblent avoir trouvé une parade aux vols de câbles en cuivre qui se sont multipliés en 2022. Depuis le Morbihan où ils sont basés, ils ont mis au point des mouchards permettant de détecter et tracer des portions volées de câble souterrain.
    Au moins 2 000 € en 10 minutes chrono

    « En général, les sections entre deux points d’accès mesurent 300 m. Cela représente un poids compris entre 500 kg et 1 200 kg (et une valeur oscillant actuellement entre 4 000 € et 10 000 €, moitié moins à la revente en réseau illégal), facilement dissimulable dans un simple fourgon », rapportent les deux salariés. Orange détecte en temps réel les coupures de réseau. Mais quand les forces de l’ordre arrivent sur site, il est souvent trop tard. « Les voleurs bouclent leur forfait en dix minutes chrono », précisent les deux spécialistes.

    Le phénomène n’est pas nouveau, mais il a pris une ampleur sans précédent « depuis 2020 et la fin des confinements ». L’explication ? En 2008, le kilo de cuivre se négociait autour de 3 €. Cinq en 2019. Et dix euros en septembre et octobre derniers !

    33 km volés en 2022 et un préjudice « colossal »

    Résultat : 82 vols enregistrés en Bretagne en 2022 (74 pour les Pays-de-la-Loire), pour 33 km dérobés. À 9 000 € la tonne en 2022, le préjudice pour Orange a franchi le million d’euros pour la seule Bretagne. « Ce chiffre ne prend pas en compte les désagréments causés à 10 500 usagers privés de téléphone, d’internet, de TV (téléalarmes aussi), les travaux de réparation (compter deux semaines en moyenne), les mesures d’aide, et le préjudice subi par les entreprises. Une étude est en cours pour estimer ce coût. Il est colossal », observe un responsable d’Orange. D’autres régions, comme le Centre-Val-de-Loire (148 vols en 2022), sont encore plus touchées.
    Généralisation espérée sur tout le territoire

    Il y a un an et demi, las de ces vols à répétition, Frédéric et Stéphane, qui gèrent les gros incidents réseaux pour la Bretagne et les Pays-de-la-Loire, proposent à leur direction régionale de mettre au point des parades. « On nous a dit banco ». Les deux Géo Trouvetou se mettent au travail. Achètent dans le commerce des systèmes qu’ils détournent de leur usage et qu’ils adaptent. Ici, un système d’ouverture de volets, là un GPS, etc. « On a commencé à déployer nos propres mouchards en octobre. » Les premiers voleurs tombent dans la foulée. Cinq petites équipes dans les Pays-de-la-Loire. Et une autre, en ligne de mire. « Beaucoup tombent en région parisienne en ce moment », savourent les deux experts, qui espèrent une généralisation de leurs dispositifs sur tout le territoire national. « Nous multiplions déjà les conventions avec la gendarmerie. Demain, les alertes pourraient leur parvenir directement. C’est à l’étude ». Simples comme une notification sur un téléphone mobile, avec géolocalisation.

    Objets connectés et intelligence artificielle

    Et si les voleurs trouvent un mouchard ? « D’autres, pratiquement indétectables, sont peut-être également dissimulés et les confondront. Nous disposerons à terme d’une dizaine de dispositifs différents, avec des technologies différentes : objets connectés, intelligence artificielle, etc. »

    Pour les Bretons, si les malfrats devaient malgré tout trouver une parade, reste un espoir : en 2026, l’immense majorité des communications devraient passer par de la fibre optique. Sans valeur pour les voleurs.
    Plus de 40 000 trains concernés et 20 M€ de préjudice pour la SNCF en 2022

    La SNCF, elle aussi touchée par le phénomène de vols de métaux (plomb et cuivre), multiplie les mesures pour tenter d’enrayer le phénomène. En vain jusqu’à présent. Chaque année, la SNCF recense « plus de 10 000 intrusions sur le réseau ferré national (60 % pour commettre des actes de malveillance) », avec près de 1 500 spécifiquement relatives à des vols qui exposent leurs auteurs, malgré les consignes de sécurité, à des accidents. Ces actes « fragilisent le réseau et impactent lourdement le trafic ferroviaire : plus de 40 000 trains concernés en 2022, pour plus de 20 M€ de préjudice », pour la SNCF.

    La SNCF aussi s’organise pour trouver la parade : « tournées préventives à proximité des lieux de stockage par la Sûreté ferroviaire, déploiement d’alarmes fixes ou mobiles, de trackers GPS, et de drones survolant les emprises ferroviaires ». « Malgré toutes ces dispositions, le nombre de vols est en recrudescence sur l’ensemble du périmètre », déplore la SNCF.

    En Bretagne, celle-ci constate une hausse de 16 % des faits, « avec cependant un poids national plutôt faible de l’ordre de moins de 10 % ». Le réseau ferré national compte aujourd’hui plus de 33 000 km de voies que la SNCF juge « impossible à surveiller entièrement et/ou en temps réel ». « Il faudrait au moins un agent tous les deux kilomètres, 24 h/24 h, pour empêcher les vols de métaux ».

  • Cyclistes vulnérables et délinquance routière

    J’ai déjà perdu un pote il y a 2 ans, un militant, et son fils de 16 ans.
    Hier soir, un pote FB postait ça  :

    Krec’h Goulifern, sur les hauteurs de la gueule de l’enfer.
    Et en plein dedans. Marianne est allée au pain ce matin, probablement revenait elle avec des croissants et un pain au chocolat pour moi, parce que c’est dimanche.
    Elle n’est jamais revenue.
    Un chauffard l’a tuée.
    Comme le veut la formule, ni fleurs ni couronnes ni visites ni quoi que ce soit.

    Quelqu’un de proche   :

    Marianne et Erwan le Corre ont créé un lieu magique en Bretagne : le Manoir Krec’h Goulifern . Depuis des années nos vies étaient liées par nos projets fous, des utopies bien réelles sur lesquelles nos quotidiens sont souvent mis à rude épreuve. On a partagé joies, fiertés, questionnements, peines et déceptions et tant de beaux moments.
    Ce matin Marianne est allée chercher le pain à vélo et n’est jamais revenue. Un chauffard a pris sa vie.
    Je n’ai pas de mot pour dire la peine immense et la violence de la nouvelle. Marianne était une femme d’une incroyable rélisience, brillante, lucide, attentive, déterminée. Elle avait tant de fois fait face aux défis et épreuves que la vie avait mis sur son chemin, sans se laisser gagner par la haine ou la colère. Sans jamais se détourner de ses valeurs, de ce qu’elle avait tenté de bâtir par dessus tout.
    On avait prévu cette semaine un de ces goûters qu’on aimait tant, l’odeur des crêpes chaudes, les doigts pleins des confitures de leur jardin, à partager en douceur et sincérité les émerveillements, les doutes, les difficultés de l’année écoulée. Il n’y aura plus de goûter, de visite de chantier, de pressées de pommes ou d’atelier de savon. Plus de rire, de débats jusqu’au bout de la nuit sur ce monde qu’on essaie d’inventer face à celui qui part en vrille, plus de larmes et de réconfort mutuel.
    Enfin si, des larmes, des larmes infinies, impossibles à sécher.
    Marianne, Erwan, vous qui avez tant de fois eu les mots pour nous soutenir dans les moments durs, qui avez été notre refuge. Je me sens impuissante à trouver à mon tour les mots justes face à une telle ignominie.
    Il reste tout ce qu’on a partagé, tous ces moments resterons précieusement dans nos cœurs. Personne ne pourra nous l’enlever.
    Et promis, on respectera tes volontés : pas de gerbes de fleurs, de grande cérémonie, pas de chichi, ça ne te ressemblerait pas. Mais au pommé cette année, on chantera pour toi autour du feu et on ravivera dans nos cœurs chahutés la flamme des jours heureux. Pour ne pas oublier, pour ne pas laisser la tristesse gagner... Et bien sûr, tu veilleras sur nous de là haut.
    Ici où tout est triste, on prendra soin de ce que vous avez construit et de notre ami Erwan qui devra vivre avec l’absence infinie, la peine absolue et éternelle de cette journée sans retour en arrière possible. On lui tiendra la main sur le chemin vers l’appétit de la vie, que tu savais tant nous transmettre. Sur ce chemin, je te le promets, on ne le laissera pas seul.
    Repose en paix Marianne, avec tout notre amour

    Perso, j’ai ma voiture dans le garage depuis un an, mais je n’arrive pas à me résoudre à la vendre  : parce que pour l’instant, passer au vélo, même en ville, ça revient à se faire agresser en permanence, à risquer très concrètement sa peau, parce que je n’ai toujours pas trouvé de toubib traitant et que s’il faut, faudra faire 15 ou 20 km pour en trouver un, ce qui est totalement aberrant…

    J’en ai ras le cul de la civilisation de la bagnole…