/télécoms-israël-attend-excuses-part-dor