Les Fleurs du mal/1861/Texte entier

/Texte_entier

  • The Litines of Satan - Diamanda Galás
    https://www.youtube.com/watch?v=OBeTXiTZbCc


    Un petit quart d’heure avec l’éternel Charlie .

    Les Fleurs du mal/1861/Texte entier - Wikisource
    https://fr.m.wikisource.org/wiki/Les_Fleurs_du_mal/1861/Texte_entier

    CXX

    LES LITANIES DE SATAN

    Ô toi, le plus savant et le plus beau des Anges,
    Dieu trahi par le sort et privé de louanges,

    Ô Satan, prends pitié de ma longue misère !

    Ô Prince de l’exil, à qui l’on a fait tort,
    Et qui, vaincu, toujours te redresses plus fort,

    Ô Satan, prends pitié de ma longue misère !

    Toi qui sais tout, grand roi des choses souterraines,
    Guérisseur familier des angoisses humaines,

    Ô Satan, prends pitié de ma longue misère !

    Toi qui, même aux lépreux, aux parias maudits,
    Enseignes par l’amour le goût du Paradis,

    Ô Satan, prends pitié de ma longue misère !

    Ô toi qui de la Mort, ta vieille et forte amante,
    Engendras l’Espérance, — une folle charmante !

    Ô Satan, prends pitié de ma longue misère !

    Toi qui fais au proscrit ce regard calme et haut
    Qui damne tout un peuple autour d’un échafaud,

    Ô Satan, prends pitié de ma longue misère !

    Toi qui sais en quels coins des terres envieuses
    Le Dieu jaloux cacha les pierres précieuses,

    Ô Satan, prends pitié de ma longue misère !

    Toi dont l’œil clair connaît les profonds arsenaux
    Où dort enseveli le peuple des métaux,

    Ô Satan, prends pitié de ma longue misère !

    Toi dont la large main cache les précipices
    Au somnambule errant au bord des édifices,

    Ô Satan, prends pitié de ma longue misère !

    Toi qui, magiquement, assouplis les vieux os
    De l’ivrogne attardé foulé par les chevaux,

    Ô Satan, prends pitié de ma longue misère !

    Toi qui, pour consoler l’homme frêle qui souffre,
    Nous appris à mêler le salpêtre et le soufre,

    Ô Satan, prends pitié de ma longue misère !

    Toi qui poses ta marque, ô complice subtil,
    Sur le front du Crésus impitoyable et vil,

    Ô Satan, prends pitié de ma longue misère !

    Toi qui mets dans les yeux et dans le cœur des filles
    Le culte de la plaie et l’amour des guenilles,

    Ô Satan, prends pitié de ma longue misère !

    Bâton des exilés, lampe des inventeurs,
    Confesseur des pendus et des conspirateurs,

    Ô Satan, prends pitié de ma longue misère !

    Père adoptif de ceux qu’en sa noire colère
    Du paradis terrestre a chassés Dieu le Père,

    Ô Satan, prends pitié de ma longue misère !

    Les Fleurs du mal — Wikipédia
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Fleurs_du_mal

    Révolte (3 poèmes)

    Bien que purement poétique, la révolte contre la Divinité, virulente au point de vouloir lui substituer Satan, fut violemment attaquée lors du procès. Napoléon III avait fait de l’Église catholique romaine un allié politique (l’impératrice Eugénie était une catholique fervente et influente). La justice du Second Empire perçut une attaque de la religion dans ce désir, pris à la lettre, de jeter Dieu à terre et de le remplacer au Ciel, tel qu’exprimé dans Abel et Caïn :

    « Race de Caïn, au ciel monte,

    Et sur la terre jette Dieu ! »

    L’accusation d’offense à la morale religieuse ne fut toutefois finalement pas retenue contre Baudelaire.

    Cette brève section - la plus courte du recueil - ne comporte que 3 pièces :

    Le Reniement de Saint-Pierre ;
    Abel et Caïn ;
    Les Litanies de Satan.

    #musique #poésie