/200615_cpCRIIRAD_radioactivité_seyne_to

  • Hausses de radioactivité à la Seyne sur mer : l’hypothèse de tirs de gammagraphie est privilégiée

    http://balises.criirad.org/pdf/200615_cpCRIIRAD_radioactivité_seyne_toulon.pdf

    Durant le week-end, la CRIIRAD a examiné attentivement la carte d’implantation de la sonde de la Seyne-sur-Mer, située dans la zone portuaire de Brégaillon et a découvert l’existence d’une chaudronnerie industrielle (secteur de l’impasse des cabliers) à moins de 300 mètres à l’ouest / sud-ouest.

    Des tirs de gammagraphie sont couramment pratiqués dans ce type d’industrie et conduisent à des augmentations notables du niveau de rayonnement gamma dans l’environnement proche.
    Il va falloir vérifier auprès de l’entreprise et/ou des autorités si des tirs ont bien été effectués aux dates correspondant aux augmentations du niveau de radiation et quelles précautions sont prises pour limiter l’exposition des riverains aux radiations lors des tirs.

    NB : Les sources radioactives couramment utilisées pour les tirs de gammagraphie sont de très forte activité (plusieurs milliers de milliards de Becquerels). Les débits de dose à un mètre de la source sortie de son blindage peuvent atteindre plusieurs Grays par heure c’est-à-dire qu’un individu pourrait recevoir en quelques secondes une dose supérieure à la dose maximale annuelle admissible pour le public.
    Compte tenu de l’énergie des rayonnements gamma mis en œuvre (ils doivent être assez puissants pour traverser les pièces métalliques parfois très épaisses soumises à la « radiographie »), le champ de radiation peut être mesurable à plusieurs centaines de mètres.

    #nucléaire