Convention citoyenne pour le climat : « La montagne accouche d’une souris »

/convention-citoyenne-pour-le-climat-la-

    • Que peut-on attendre de ce genre d’initiative vendue comme étant citoyenne par la grande lessiveuse idéologique à la manœuvre au sein de l’oligarchie mondialiste ?

      Le 23 janvier 2019, à l’initiative du Collectif Démocratie ouverte, le Collectif des Gilets citoyens3, soit environ 125 « acteurs œuvrant en faveur de l’innovation démocratique, groupement de gilets jaunes, représentants de mouvements écologistes, chercheurs et experts de la démocratie participative, et acteurs de la société civile » adressent une lettre ouverte au Président de la République Emmanuel Macron posant les conditions pour la réussite du Grand débat national. Parmi les trois conditions figurent « la mise en place d’une Assemblée citoyenne tirée au sort, représentative de la société, chargée de faire des propositions donnant lieu à un référendum à choix multiples ». La lettre est publiée dans plusieurs médias qui couvrent l’événement. Le Collectif des « Gilets citoyens » (qui comprend notamment l’économiste Laurence Tubiana, le philosophe Dominique Bourg, le professeur de science politique Loïc Blondiaux ou encore une des figures médiatiques des « gilets jaunes », Priscillia Ludosky) appelle à la création d’une Assemblée citoyenne tirée au sort fonctionnant avec les principes de démocratie délibérative pour sortir « par le haut » de la crise des gilets jaunes.

      Le 13 février 2019, Cyril Dion rencontre Emmanuel Macron avec l’actrice Marion Cotillard et propose au président de mettre en place une telle assemblée pour chercher des solutions sur le référendum d’initiative citoyenne, la transition écologique et la justice fiscale.

      Le 18 février 2019 une note de Terra Nova est publiée proposant un référendum d’initiative citoyenne "délibératif" adossé à la création d’une assemblée de citoyens tirée au sort.

      Le communiqué de presse no 1 en date du 14 avril des Gilets citoyens, constatant l’avancée des négociations avec le ministère, "recommande la mise en place d’une Assemblée citoyenne indépendante" en spécifiant la méthodologie et une liste de sujets, à savoir : la démocratie participative (notamment le RIC), la transition écologique, et la justice fiscale".

      Le 25 avril 2019, Emmanuel Macron annonce le projet de création de la convention citoyenne pour le climat, ainsi que la création du conseil de défense écologique, lors de la conférence de presse qui fait suite au grand débat national. Avec la mise en place du Haut Conseil pour le climat installé le 27 novembre 2018, « la France se dote d’une gouvernance et d’institutions robustes pour prendre les décisions nécessaires en matière de transition écologique, sur la base d’expertises partagées et de concertations approfondies auprès des citoyens ».

      Le 2 juillet 2019, le Premier ministre Edouard Philippe adresse une « lettre de mission » au Conseil économique, social et environnemental (Cese).

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Convention_citoyenne_pour_le_climat