/fr

  • Israël : un rapport dévoile l’échec de l’armée israélienne dans l’attaque du kibboutz Beeri
    RFI | Publié le : 12/07/2024 - 12:48 – Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

    https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20240712-isra%C3%ABl-un-rapport-d%C3%A9voile-l-%C3%A9chec-de-l-arm%C3%A9e-isra%C

    Il s’agit de la première enquête menée en interne par l’armée israélienne. Elle se concentre sur l’invasion du kibboutz Beeri par des centaines de terroristes du Hamas le 7 octobre dernier. L’enquête met en avant le manque de réactions des forces armées israéliennes, et reconnaît avoir « échoué » à défendre le village.

    Des erreurs colossales ont été commises, et l’armée israélienne a complètement « échoué ». C’est le général Daniel Hagari, le porte-parole de l’armée israélienne, qui a résumé jeudi soir l’enquête interne sur l’attaque sur le kibboutz Beeri, l’une des localités frontalières avec Gaza dévastées le 7 octobre dernier.

    Dans le village de Beeri, le bilan de l’attaque du 7 octobre menée par le Hamas a été très lourd : 101 résidents tués, 30 otages capturés dont 11 toujours retenus à Gaza, et 150 maisons détruites. Les militaires israéliens sont critiqués pour la passivité des unités, qui sont restées à l’entrée du kibboutz sans intervenir et en attendant des ordres supplémentaires.

    #7oct

  • Guerre entre Israël et le Hamas : l’armée israélienne appelle tous les habitants à quitter la ville de Gaza, où une offensive majeure est en cours
    franceinfo avec AFP | France Télévisions | Publié le 10/07/2024 12:07
    https://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/israel-palestine/guerre-entre-israel-et-le-hamas-l-armee-israelienne-appelle-tous-les-ha

    L’armée israélienne a largué, mercredi 10 juillet, des tracts sur la ville de Gaza, appelant « toutes les personnes » dans cette localité du nord du territoire palestinien assiégé à partir vers le sud en empruntant des « corridors de sécurité », a constaté un journaliste de l’AFP. « La ville de Gaza reste une zone de combats dangereuse », prévient le texte. Soutenues par l’artillerie et l’aviation, les troupes israéliennes poursuivent sans relâche mercredi une offensive majeure dans la ville de Gaza, à l’heure où des négociations sont attendues au Qatar pour tenter d’avancer vers un cessez-le-feu et une libération d’otages israéliens. Suivez notre direct.

    Des sources médicales font état de six morts, l’armée dit poursuivre ses opérations. A l’hôpital d’Al Aqsa, dernier établissement médical opérationnel dans le centre de la bande de Gaza, une source médicale a déclaré que « quatre martyrs et un blessé grave » étaient arrivés après une frappe sur une maison. Plus au sud, deux morts et six blessées ont été transférés à l’hôpital Nasser de Khan Younès, d’après une autre source médicale.

    L’Allemagne dénonce une frappe « inacceptable » d’Israël sur une école à Gaza. Dans un post sur X, le ministère allemand des Affaires étrangères a jugé « inacceptable » une frappe meurtrière imputée à Israël contre une école abritant des déplacés dans le sud de Gaza et a demandé une enquête rapide. Au moins 29 Palestiniens ont été tués dans cet établissement scolaire.(...)

    https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20240710-isra%C3%ABl-annonce-une-nouvelle-op%C3%A9ration-majeure-%C3%A0-gaza-vil

    • Mustafa Barghouti Mustafa_Barghouti sur X : “Urgent .. Urgent The Israeli army declared few minutes ago its intention to ethnically cleanse the whole population of Gaza city trying to force hundreds of thousands of Palestinians to evict their city and their homes. Netanyahu fascist government never departed from its” / X
      https://x.com/MustafaBarghou1/status/1810969700982984911

      Urgent .. Urgent
      The Israeli army declared few minutes ago its intention to ethnically cleanse the whole population of Gaza city trying to force hundreds of thousands of Palestinians to evict their city and their homes.
      Netanyahu fascist government never departed from its original goal of ethnic cleansing of the whole population of Gaza Strip.

  • Gaza : plusieurs dizaines de morts dans une nouvelle frappe contre une école imputée à Israël
    Publié le : 10/07/2024 - 00:48 | Par : RFI avec AFP
    https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20240709-gaza-plusieurs-dizaines-de-morts-dans-une-nouvelle-frappe-contre-une-%C

    « Une frappe a visé la porte de l’école al-Awda d’Abassan, à l’est de Khan Younès. Il y a eu 29 martyrs », a indiqué une source médicale à l’hôpital Nasser de la ville.

    Le mouvement islamiste palestinien Hamas a accusé Israël en donnant un même bilan de 29 morts, « la plupart des enfants et des femmes » : « Ce massacre est la continuation du crime de génocide que l’armée d’occupation a lancé contre notre peuple pour le dixième mois consécutif », a affirmé le bureau de presse du mouvement islamiste. Accusant Israël d’une frappe « délibérée », Izzat al-Rishq, membre du bureau politique du Hamas, a appelé à « descendre dans la rue et sur les places pour des marches de la colère dénonçant les massacres et la guerre d’extermination ».

    Sollicitée par l’Agence France-Presse (AFP), l’armée israélienne a assuré vérifier les informations sur cette frappe, la quatrième à toucher une école en autant de jours dans la bande de Gaza, ravagée par les bombardements et menacée de famine.

    Trois autres écoles abritant des déplacés ont été touchées depuis samedi 6 juillet par des bombardements israéliens qui ont fait au moins 20 morts, selon des sources palestiniennes. Dans ces trois cas, l’armée a dit avoir visé des « terroristes », après avoir accusé le Hamas de « se servir des habitants comme des boucliers humains ». (...)

    #Génocide

  • Guerre dans la bande de Gaza : les experts de l’ONU affirment que les enfants meurent d’une « campagne de famine » menée par Israël
    https://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/israel-palestine/guerre-dans-la-bande-de-gaza-l-onu-consternee-par-les-nouveaux-appels-a

    Les experts des droits de l’homme de l’ONU ont accusé Israël, mardi 9 juillet, de mener une « campagne de famine intentionnelle et ciblée » qui a entraîné la mort d’enfants à Gaza. Les dix experts indépendants des Nations unies qui formulent cette déclaration considèrent que c’est « une forme de violence génocidaire et a entraîné une famine dans toute la bande de Gaza ».

    Les experts, nommés par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, mais qui ne parlent pas au nom de l’ONU évoquent trois enfants morts récemment « de malnutrition et de manque d’accès à des soins de santé adéquats ». « Trente-quatre Palestiniens sont morts de malnutrition depuis le 7 octobre, la majorité étant des enfants », ajoutent-ils. Pour ces experts, dont le rapporteur spécial de l’ONU sur le droit à l’alimentation, Michael Fakhri, il n’y a « pas de doute » qu’une famine est en cours.

  • Israël saisit plus de 1200 hectares de terres en Cisjordanie occupée, un record depuis 30 ans
    Par : RFI avec AFP | Publié le : 03/07/2024 - 23:09
    https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20240703-isra%C3%ABl-saisit-plus-de-1200-hectares-de-terres-en-cisjordanie-occup

    Ces terres, situées dans la vallée du Jourdain, ont été déclarées « propriété du gouvernement » par l’autorité israélienne en charge des affaires foncières dans les Territoires palestiniens fin juin, selon des documents officiels consultés par l’AFP.

    Selon cette organisation anti-colonisation, « la taille de la zone (...) est la plus grande depuis les accords d’Oslo, et l’année 2024 marque un pic dans l’étendue des déclarations de terres d’État. »

    La décision israélienne « est un pas dans la mauvaise direction », a déclaré Stéphane Dujarric, le porte-parole du secrétaire général de l’ONU. « La direction dans laquelle nous voulons aller est de trouver une solution négociée à deux États » israélien et palestinien.

    #colonialisme_de_peuplement

  • « L’instrumentalisation de l’#antisémitisme apparaît comme un problème », selon Ilan Pappé, chercheur israélien
    https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20240703-l-instrumentalisation-de-l-antis%C3%A9mitisme-appara%C3%AEt-comme-un-pr

    RFI : Votre livre sur le nettoyage ethnique en Palestine a été réédité en français par la Fabrique après que son éditeur d’origine, Fayard, a annulé une réimpression et l’a retiré des librairies. Quelle a été votre réaction ?

    Ilan Pappé : J’ai été surpris d’apprendre que Fayard avait décidé d’arrêter la réimpression et la distribution du livre au moment où il redevenait populaire. Ils ont utilisé des prétextes techniques… Cela est lié au changement de propriétaire chez Fayard. À mon avis, il s’agissait d’une violation flagrante de la liberté d’expression. Mais cela va au-delà de mon cas, cela a à voir avec l’époque dans laquelle nous vivons où les idéologies et les positions politiques restreignent notre liberté d’expression – surtout lorsqu’il s’agit de la Palestine.

    Le thème de l’antisémitisme figure en bonne place sur l’agenda politique de droite comme de gauche en France. Comment voyez-vous cela ?

    Je suis les débats en France, et l’instrumentalisation de l’antisémitisme apparaît comme un problème. C’est un débat superficiel. Tout cela est utilisé comme un outil politique. Par la gauche pour dissuader les gens de voter pour la droite, par la droite pour chercher un soutien islamophobe des électeurs. L’antisémitisme devient un « ballon de football » politique. C’est une diversion par rapport au traitement du vrai problème. En se concentrant sur l’antisémitisme, on évite de se demander : qu’est-ce que l’Europe aujourd’hui ? Pouvons-nous accepter positivement le type d’Europe que nous avons nous-mêmes créé parce que nous étions colonialistes ? C’est le genre de situation à laquelle on aurait pu espérer que la société française se confronte, mais ce n’est pas le cas.

    Qu’est-ce qui vous a poussé à entamer des recherches sur le sort des Palestiniens après ce qu’ils appellent la « Nakba », le déplacement massif dû à la guerre israélo-arabe de 1948 ?

    Lorsque j’ai choisi un sujet de doctorat, il m’est apparu clairement que 1948 était une année déterminante dans l’histoire de mon pays. J’ai commencé à rédiger un doctorat lorsque Israël, la Grande-Bretagne, la France, les Nations unies et les États-Unis ont déclassifié des documents de 1948 pour la première fois après 30 ans. En tant qu’historiens, nous allions être exposés pour la première fois à des documents que personne n’avait vus auparavant. Et j’étais très curieux de voir ce que les archives montreraient par rapport à ce que je connaissais déjà de mes études, de mes professeurs d’université, de ma famille, etc. Je n’avais aucune idée de ce dans quoi je m’embarquais.

    Y a-t-il eu un moment où vous avez réalisé que vous aviez trouvé quelque chose de nouveau ?

    Je me souviens avoir très tôt consulté des documents en Grande-Bretagne, et notamment les documents des archives militaires israéliennes. J’ai vu des choses qui contrastaient totalement avec ce que je savais de 1948. J’ai vu les premiers commandements distribués aux unités pré-étatiques de l’armée israélienne, les premiers ordres envoyés par un haut commandement aux unités. Et ils ont été très clairs : « Occuper le village, tuer les hommes, expulser les gens ». Et puis cela s’est répété encore et encore. Et j’ai réalisé que c’était bien plus qu’une simple discussion sur les faits de ce qui s’était passé, mais que cela sapait ma vieille foi dans le projet du sionisme dans son ensemble.

    Vous soutenez le « droit au retour » du peuple palestinien, inscrit dans les résolutions de l’ONU, mais vous rejetez en même temps la « solution à deux États » qui sous-tend également la position de l’ONU. Pourquoi ?

    Ce n’est plus une solution pratique. Il suffit de passer dix minutes en Cisjordanie pour comprendre qu’il n’y a pas de place pour un État palestinien là-bas : il y a près de 800 000 colons juifs répartis un peu partout et certaines colonies sont déjà des villes. Il est impossible qu’un gouvernement israélien ose expulser ces colons. La Palestine est un très petit pays. Le diviser est une idée colonialiste, diviser pour régner. Cela n’a rien à voir avec la paix. Et donc, sans surprise, soit cela est imposé aux Palestiniens, soit les Palestiniens le rejettent généralement. Cela ne sert à rien de continuer à exiger une solution qui va à l’encontre des besoins fondamentaux des peuples autochtones.

    En décembre, l’Afrique du Sud a assigné Israël devant la Cour internationale de Justice (CIJ) pour des actes de « génocide » à Gaza. Que pensez-vous de cette évolution ?

    Je ne m’attendais pas à ce qu’un pays du Nord le fasse. Ils n’oseraient jamais faire cela. Je pense que c’est l’héritage de Nelson Mandela qui a déclaré que l’Afrique du Sud ne serait pas libre tant que la Palestine ne le serait pas. À long terme, il s’agit d’une évolution très significative, à la fois cela et les décisions de la CPI, la Cour pénale internationale, émettant des mandats d’arrêt contre le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu [des mandats requis, et non émis, au moment de cet entretien, NDLR].

    La CIJ a déclaré que les élites politiques des pays du Nord refusent toujours de faire ce que de nombreuses personnes dans leur propre société souhaitent probablement qu’elles fassent : s’ingérer fortement à Gaza et en Palestine en général. Non pas en tant que médiateur entre les deux parties, comme le font les Américains et l’UE, mais comme l’ont fait les pays du Nord, à l’époque, dans le cas de l’Afrique du Sud de l’apartheid, par le biais de sanctions et de pressions. La CIJ envoyait un message. C’est symbolique. Ils savent qu’ils n’ont pas le pouvoir. Mais le message aujourd’hui est que la Cour est d’accord avec les sections de la société civile qui considèrent Israël comme un État d’apartheid, qui doit être traité comme un État voyou et paria.

  • #Gaza subit bombardements et déplacements massifs alors qu’Israël a annoncé la phase III de la guerre
    https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20240702-gaza-subit-bombardements-et-d%C3%A9placements-massifs-alors-qu-isra%C3%

    L’armée continue à bombarder mardi 2 juillet la bande de Gaza, notamment le sud du territoire palestinien, et a émis de nouveaux ordres d’évacuation. L’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) estime à 250 000 le nombre de personnes concernées.

    […]

    La coordinatrice humanitaire de l’ONU pour le territoire Sigrid Kaag s’est dite mardi « vivement préoccupée » par les nouveaux ordres d’évacuation émis par l’armée israélienne. « Plus d’un million de personnes sont une fois encore à nouveau déplacées, en quête d’un abri et de sécurité, (ce qui porte) à 1,9 million le nombre de personnes déplacées à travers Gaza », a déclaré Mme Kaag au siège de l’ONU.

    « C’est une malédiction. Un exode sans fin », raconte Hadja Fatma à notre correspondant à Jérusalem, Sami Boukhelifa. Elle fait partie de ceux qui fuient par milliers, à pied ou entassés à l’arrière de camions, épuisés, éreintés par des mois de guerre. Une population démunie, condamnée à errer dans un territoire assiégé. « Ce n’est pas une vie, poursuit-elle. Cette guerre nous prive de sommeil, d’eau et de nourriture. On doit tout le temps fuir, on est comme des nomades, sauf qu’on a nulle part où trouver refuge. Nous vivons une succession de déplacements forcés. »

    Alors que les Palestiniens démontent les tentes de fortune, emportent les matelas et les couvertures, les chasseurs bombardiers israéliens traversent les ciels pour atteindre leurs cibles : Rafah et Khan Younès dans le Sud.

    Le nord de la bande de Gaza n’est pas non plus épargné. Choujaïya. Jabaliya, c’est là que vit Hafez : « Ici la souffrance est notre lot quotidien. Je n’arrive pas à trouver de la nourriture pour mes enfants, et cela me fait mal à l’âme. Il nous reste quelques conserves de pois chiches, nous les donnons aux enfants comme si c’étaient des médicaments, quelques grains à chaque repas. Le monde entier voit ce qu’il se passe ici et pourtant, on se sent bien seuls ».

    « Je ne sais pas quelles #valeurs, quels principes régissent ce monde. Je ne sais pas, au nom de quelle idéologie ou religion cette souffrance nous est infligée. Gaza est un cimetière peuplé d’orphelins et de mutilés », conclut le père de famille.

    #génocide

  • Bolivie : le président dénonce des « mouvements » non-autorisés de l’armée, appelle au « respect de la démocratie » - RFI
    https://www.rfi.fr/fr/en-bref/20240626-bolivie-le-pr%C3%A9sident-d%C3%A9nonce-des-mouvements-non-autoris%C3%A9

    Le président bolivien Luis Arce a dénoncé mercredi 26 juin les « mouvements irréguliers » de l’armée, alors que des troupes et des chars sont stationnés devant le siège du gouvernement à La Paz, a constaté l’AFP. « Nous dénonçons les mouvements irréguliers de certaines unités de l’armée bolivienne. La démocratie doit être respectée », a écrit le président sur le réseau social X. Selon l’ex-président Evo Morales (2006-2019) sur X, « un coup d’État se prépare ».

  • En Italie, l’accueil des demandeurs d’asile sous forte pression - InfoMigrants
    https://www.rfi.fr/fr/podcasts/accents-d-europe/20240624-en-italie-l-accueil-des-demandeurs-d-asile-sous-forte-pression

    En Italie, l’accueil des demandeurs d’asile sous forte pression
    Par RFI Publié le : 25/06/2024
    L’émission Accents d’Europe retourne en Italie aujourd’hui, pour se pencher une fois de plus sur le sort réservé aux demandeurs d’asile.
    ACCENTS D’EUROPE 24-06-24
    Ils étaient plus de 130 000 en 2023 aux portes de l’Europe à entrer, après la Libye et la traversée de la mer, dans le parcours du combattant de la demande de protection internationale. Coincés dans les villes italiennes, ils sont contraints d’attendre des semaines, voire des mois, sans ressource, sans abri. Les associations qui leur viennent en aide s’alarment de cette vie impossible et de la violation de leurs droits. Et leur inquiétude a augmenté encore après l’adoption, par le Conseil européen, du « Pacte sur la migration et l’asile », le 14 mai 2024.
    Mais du côté des services de l’État italien, c’est la saturation. Les fonctionnaires en charge de ces milliers de dossiers sont même entrés en grève pour dénoncer les conditions d’exercice de plus en plus difficiles de leur métier. Mais leur donneur d’ordre, le gouvernement de Giorgia Meloni, leur impose quand même une accélération des examens des demandes d’asile. Un reportage à Rome de Blandine Hugonnet.
    Prenons à présent la direction de la frontière de l’Ukraine... Et plus précisément de la Pologne, devenue l’une des antichambres de la guerre, pour ce qui est des livraisons d’armes et de l’aide humanitaire. Alors que les vols commerciaux vers l’Ukraine sont suspendus et que certains soins sont impossibles dans les hôpitaux du pays, les blessés et les malades transitent par la Pologne avant de rejoindre des hôpitaux européens pour être soignés.
    Notre correspondant à Varsovie s’est, par exemple, rendu dans la localité de Rzeszow, près de la frontière de l’Ukraine, dans ce qui est appelé le « Medevak Hub », par où transitent les patients dans un état critique, avant de quitter le pays en avion médicalisé. Reportage d’Adrien Sarlat.
    Les suites des élections européennes… C’est désormais dans l’enceinte du Parlement que se jouent les équilibrent politiques qui vont gouverner l’Union, ces prochaines années. La présidente sortante de la Commission européenne, l’Allemande Ursula Von Der Leyen, a de grandes chances de voir son mandat renouvelé. Et ce malgré les polémiques qu’elle a suscitées, les critiques qui l’ont visée, y compris dans son propre camp politique, le groupe de droite du Parti populaire européen, le PPE. Ursula Van Der Leyen a donc aujourd’hui besoin de nouveaux alliés. Elle explore bien sûr du côté des socio-démocrates, mais aussi du côté de l’extrême-droite, en courtisant notamment la Présidente du Conseil italien Giorgia Meloni.
    Dès lors, une question se pose : où se situe politiquement Ursula Von der Leyen ? Et quel est son parcours ? Son portrait est dressé cette semaine par Franceline Beretti à travers son Œil européen…
    Il pourrait être celui qui va tourner la page de quatorze ans d’hégémonie des Conservateurs au Royaume-Uni : Rishi Sunak est notre Européen de la semaine. Le Premier ministre britannique a parié gros en appelant à des élections le 4 juillet 2024. Les éclaircissements de Julien Chavanne.

    #Covid-19#migrant#migration#italie#UE#pactemigration#droit#sante

  • As a CNN War Reporter, Arwa Damon Thought She Had Seen Everything. Then She Went to Gaza - Israel News - Haaretz.com
    https://archive.ph/2024.06.23-150152/https://www.haaretz.com/israel-news/2024-06-21/ty-article-magazine/.highlight/as-a-cnn-war-reporter-arwa-damon-thought-she-had-seen-everything-then-she-went-to-gaza/00000190-3bdd-d768-adf8-3fff8a400000

    She describes one encounter that illustrates vividly that psychological death. “A woman told me, ’My son, who’s 7, screams every night. I keep being afraid he’ll have a fit. He’s been like this ever since he saw his sister’s head blown up.’ I realized that she had seen it too. But her tone of voice didn’t change when she told the story. To protect herself, she has to talk about what happened without showing any emotion at all. Because if she allows even a sliver of emotion to enter her voice, she’s going to shatter into a million pieces. She seemed to understand what was going through my mind, and she said, ’Yes, I know, but I also have living children who need me.’”

    #sionisme #zs #infanticide #génocide #gaza

    • Revue de presse internationale
      https://www.rfi.fr/fr/podcasts/revue-de-presse-internationale/20240624-%C3%A0-la-une-la-lettre-du-pr%C3%A9sident-emmanuel-macron-aux-fran%C3%A

      « Mort de l’âme humaine »

      À lire dans le quotidien israélien Haaretz, le témoignage d’une journaliste de guerre américaine travaillant pour CNN, « Arwa Damon pensait avoir tout vu », raconte Haaretz. « Pendant la guerre civile syrienne, elle est entrée à Homs par un égout et a ensuite été témoin des horreurs infligées par l’État islamique à Mossoul. Elle a couvert les plus terribles zones de guerre du Moyen-Orient. Mais rien n’était aussi atroce que ce qu’elle a vu à Gaza » où elle est entrée en tant que responsable d’une organisation humanitaire qu’elle a elle même créée, et non en tant que journaliste. « Mort, destruction, réfugiés, crises humanitaires : ce sont des choses que nous avons l’habitude d’accepter comme faisant partie de la réalité de la guerre », explique Arwa Damon. « Mais à Gaza, j’ai aussi vu la mort de l’âme humaine. Les Gazaouis sont comme des zombies ». Et elle souligne que « Gaza n’est pas comme les autres zones de guerre, car les habitants ne peuvent pas s’enfuir »... « Alors que la plupart des zones de guerre disposent d’une voie d’évacuation, (même si elle est dangereuse), à Gaza, les civils sont emprisonnés dans l’enfer, à moins qu’ils ne soient grièvement blessés et puissent être évacués pour des raisons médicales, ou qu’ils aient beaucoup d’argent ».

  • Liban : le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah menace Israël et Chypre
    https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20240619-liban-le-chef-du-hezbollah-hassan-nasrallah-menace-isra%C3%ABl-et-chypr

    Nasrallah menace Chypre...

    Le chef du Hezbollah a aussi menacé Chypre de représailles si les aéroports de l’île était mis à disposition de l’aviation israélienne en cas de guerre totale. « L’ouverture des aéroports et des bases chypriotes à l’ennemi israélien pour cibler le Liban signifierait que le gouvernement chypriote est partie prenante de la guerre », a-t-il affirmé.

    Menace à Chypre

    Version Al-Manar
    https://french.almanar.com.lb/2969287

    Nous disposons d’informations selon lesquelles l’ennemi mène des manœuvres à Chypre dans les zones et les aéroports chypriotes. Il estime que si ses aéroports sont visés, il utilisera les aéroports et les installations chypriotes. Par conséquent, le gouvernement chypriote doit savoir que l’ouverture d’aéroports et de bases chypriotes en cas de guerre contre le Liban, que Chypre sera traité comme faisant partie de la guerre.

    • L’UE témoigne son soutien inconditionnel à Chypre face au Hezb
      Ici Beyrouth 20 Juin, 2024
      https://icibeyrouth.com/guerre-israel-hamas/356335

      Le porte-parole de la Commission européenne Peter Stano a déclaré jeudi qu’une menace contre Chypre équivalait à une menace contre l’ensemble de l’Union européenne, après que le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a menacé la nation insulaire de représailles la veille, si elle ouvrait ses aéroports ou ses bases à Israël « pour viser le Liban ».
      M. Stano a notamment précisé qu’en raison de l’appartenance de Chypre à l’Union, « l’UE est Chypre et Chypre est l’UE ».
      « Toute menace contre l’un de nos États membres est une menace contre l’UE », a-t-il ajouté.
      M. Stano a déclaré que l’UE soutenait pleinement Nicosie, tout en étant en contact avec « un certain nombre de partenaires dans la région », y compris le Hezbollah, afin de désamorcer les tensions.

      Parallèlement, le porte-parole du gouvernement chypriote, Konstantinos Letymbiotis, a qualifié de «  totalement infondée  » toute suggestion d’implication possible dans un conflit lié au Liban.
      Le président chypriote, Nikos Christodoulides, quant-à-lui a réfuté les accusations du chef de la formation pro-iranienne. « La République de Chypre ne participe en aucune façon aux hostilités », a-t-il déclaré.
      « Et notre rôle, tel qu’il s’est manifesté, par exemple, à travers le corridor humanitaire, est reconnu non seulement par le monde arabe, mais aussi par l’ensemble de la communauté internationale », a-t-il ajouté.

      Ces dernières années, Nicosie a entretenu des relations de plus en plus étroites avec Israël, à la suite de la découverte de gisements sous-marins de gaz naturel dans les eaux situées entre les deux voisins. L’île a accueilli des exercices militaires conjoints israélo-chypriotes, mais n’a toutefois participé à aucune opération militaire.
      Chypre abrite en outre deux bases britanniques, dont une base aérienne, mais elles se trouvent en territoire britannique souverain et ne sont pas contrôlées par le gouvernement chypriote.

      #Liban #Chypre

    • Bien sûr qu’on soutient Chypre « face au Hezb » parce que Chypre « ne participe en aucune façon aux hostilités ».

      Britain secretly sent 500 extra troops to Cyprus base being used to supply weapons to Israel [décembre 2023]
      https://www.declassifieduk.org/britain-secretly-sent-500-extra-troops-to-cyprus-base-being-used-to-

      Britain secretly deployed 500 additional troops to its bases on Cyprus after Israel began bombing Gaza, it can be revealed.

      The UK government has said previously that it deployed 1,000 troops to the East Mediterranean to support Israel but it did not reveal how these troops were distributed.

  • Arsenaux nucléaires : la facture explose, selon des ONG

    https://www.rfi.fr/fr/monde/20240617-arsenaux-nucl%C3%A9aires-la-facture-explose-selon-des-ong

    Les puissances #nucléaires dépensent des milliards pour leurs arsenaux, sur fond de tensions internationales. Un total de 91,4 milliards de dollars en 2023, selon l’Ican (la campagne internationale pour abolir les armes nucléaires). Avec 3 904 armes déployées, le nombre d’ogives « prêtes à l’emploi » est en hausse, selon le Sipri (l’Institut International de Recherche sur la Paix de Stockholm).

    C’est un club de neuf pays possédant la bombe atomique : États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni, Inde, Pakistan, Israël (qui ne l’a jamais reconnu officiellement) et Corée du Nord. Un club qui – au total – a déboursé 387 milliards de dollars au cours des cinq dernières années

  • Israël : le Premier ministre Benyamin Netanyahu dissout le cabinet de guerre
    https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20240617-isra%C3%ABl-benyamin-netanyahu-1er-ministre-dissout-cabinet-de-guerre

    De nombreux commentateurs israéliens estiment que cette affaire est surtout liée aux risques de condamnation des dirigeants israéliens par la justice internationale. A qui profite donc cette confusion ? À Benyamin Netanyahu : elle lui permet d’apaiser la communauté internationale en annonçant une pause, tout en poursuivant sa guerre à Gaza

  • Le réarmement # nucléaire avance à mesure que le monde s’enfonce dans la guerre, constate le Sipri

    https://www.rfi.fr/fr/monde/20240617-r%C3%A9armement-nucl%C3%A9aire-avance-sipri-russie-chine-new-start

    « Nous vivons actuellement l’une des périodes les plus dangereuses de l’histoire de l’humanité », a mis en garde Dan Smith, directeur du Sipri. « Les sources d’instabilité sont nombreuses : rivalités politiques, inégalités économiques, perturbations écologiques, accélération de la course aux armements. L’abîme nous guette et il est temps pour les grandes puissances de prendre du recul et de réfléchir. De préférence ensemble. »

    En février 2023, la Russie a annoncé suspendre sa participation au traité New START – « le dernier traité de contrôle [...] limitant les forces nucléaires stratégiques de la Russie et des États-Unis ». Le Sipri a également noté que Moscou avait mené en mai 2024 des exercices impliquant des armes nucléaires tactiques à la frontière ukrainienne.

  • Un cargo touché par des missiles en perdition dans le golfe d’Aden
    https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20240616-golfe-aden-houthis-%C3%A9quipage-quitte-navire-verbena-tutor-frappes-mi

    Le cargo Verbena est en perdition dans le golfe d’Aden après avoir été touché par des missiles tirés depuis le Yémen par les rebelles houthis. Il a été abandonné par son équipage qui n’a pas pu éteindre l’incendie causé par l’attaque.

    […]

    Mercredi, un autre cargo, le M/V Tutor, avait été abandonné par son équipage en raison d’une importante voie d’eau causée par un missile tiré depuis les environs de la ville yéménite de Hodeida, contrôlée par les Houthis, selon l’United Kingdom Maritime Trade Operations, une agence de la marine de guerre britannique. Le navire est actuellement à la dérive en mer Rouge.

  • Gaza : une commission d’enquête de l’ONU accuse Israël de « crimes contre l’humanité »
    https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20240612-gaza-une-commission-d-enqu%C3%AAte-de-l-onu-accuse-isra%C3%ABl-de-crime

    Une commission d’enquête de l’ONU accuse directement les autorités israéliennes d’avoir commis non seulement des « crimes de guerre », mais aussi des « crimes contre l’humanité » dans la guerre qu’elles mènent depuis le 7 octobre. Les Nations unies ont condamné, à un nombre incalculable de reprises, la conduite des opérations à Gaza. Mais c’est la première fois qu’elles parlent de « crimes contre l’humanité ».

    • Apparemment, même l’Allemagne commence à réaliser…

      Germany calls UN war crimes accusations against Israel ‘serious’
      https://www.middleeastmonitor.com/20240612-germany-calls-un-war-crimes-accusations-against-israel-s

      Germany, on Wednesday, called UN war crimes accusations against Israel “serious” and stressed again the country must abide by international humanitarian law, Anadolu Agency reports.

      “We are looking at the report very closely. It contains also serious allegations against the Israeli warfare,” deputy Foreign Ministry spokesman, Christian Wagner, told media representatives in Berlin.

      […]

      He also called for an investigation following accusations by UNRWA Commissioner-General, Philippe Lazzarini, who said Israel abused and tortured imprisoned UN aid workers.

      “Of course, these allegations must be investigated. I think we have always been very clear about UNRWA and its important role. But, if such allegations are made, they must, of course, be investigated and it is important that all actors cooperate with the UN,” he said.

    • Rapport de la commission d’enquête indépendante de l’ONU juin 2024
      https://seenthis.net/messages/1057596

      Le rapport de la commission d’enquête indépendante de l’ONU conclut que « des formes spécifiques de violence sexuelle et sexiste font partie des procédures opérationnelles de l’armée israélienne ». Autrement dit : Israël utilise systématiquement le viol comme arme de guerre. Et comme cela a déjà documenté par le passé, l’armée israélienne fait cela régulièrement devant d’autres membres de la même famille.

  • Proche-Orient. Israël et des groupes armés palestiniens accusés de « crimes de guerre »
    La rédaction avec AFP - 12 juin 2024 - 09:34
    https://www.leprogres.fr/defense-guerre-conflit/2024/06/12/israel-et-des-groupes-armes-palestiniens-accuses-de-crimes-de-guerre

    Israël est responsable dans la bande de Gaza de crimes contre l’humanité, notamment pour « extermination », a estimé mercredi une commission d’enquête de l’ONU, accusant aussi les autorités israéliennes et les groupes armés palestiniens de crimes de guerre depuis le 7 octobre.
    Israël dénonce un « agenda politique »

    « Les crimes contre l’humanité d’extermination, de meurtre, de persécution fondée sur le genre ciblant les hommes et les garçons palestiniens, de transfert forcé, d’actes de torture et de traitements inhumains et cruels, ont été commis » par Israël, conclut dans un rapport cette commission, créée en mai 2021 par le Conseil des droits de l’homme.

    L’ambassade d’Israël à Genève a immédiatement accusé la commission de « discrimination systématique » à son encontre.

    La Commission d’enquête « a prouvé une fois de plus que ses actions sont toutes au service d’un agenda politique focalisé contre Israël », a dénoncé l’ambassadrice d’Israël auprès de l’ONU à Genève, Meirav Shahar, dans un communiqué.

    À l’inverse du génocide, les crimes contre l’humanité ne doivent pas obligatoirement prendre pour cible un groupe de population particulier mais peuvent viser toute population civile, selon l’ONU. Ils doivent toutefois être commis dans le cadre d’attaques à grande échelle, contrairement aux crimes de guerre qui peuvent être des faits isolés.
    Sept groupes armés palestiniens accusés

    Selon les enquêteurs onusiens, les autorités israéliennes et « la branche militaire du Hamas et six autres groupes armés palestiniens » sont « responsables » de « crimes de guerre ».

    #génocide

    • Israel committed crimes against humanity in Gaza, including extermination, UN probe finds
      12 June 2024 08:20 BST
      https://www.middleeasteye.net/live-blog/live-blog-update/israel-committed-crimes-against-humanity-gaza-including-extermination

      An independent United Nations investigation concluded Wednesday that Israel had committed crimes against humanity during the war in Gaza, including the crime of “extermination”.

      “The crimes against humanity of extermination; murder; gender persecution targeting Palestinian men and boys; forcible transfer; and torture and inhuman and cruel treatment were committed,” the Commission of Inquiry (COI) said in a report, due to be presented to the UN Human Rights Council next week.

      The findings were from two parallel reports, one focusing on the 7 October Hamas-led attack and another on Israel’s war on Gaza, published by the COI, which has an unusually broad mandate to collect evidence and identify perpetrators of international crimes committed in Israel and the occupied Palestinian territories.

      The reports, which cover the conflict through to end-December, found that both Israel and Palestinian armed group committed war crimes including torture; murder or wilful killing; outrages upon personal dignity; and inhuman or cruel treatment.

      Israel also committed additional war crimes including starvation as a method of warfare, it said, saying Israel not only failed to provide essential supplies like food, water, shelter and medicine to Palestinians but “acted to prevent the supply of those necessities by anyone else”.

      Some of the war crimes such as murder also constituted crimes against humanity by Israel, the COI statement said, using a term reserved for the most serious international crimes knowingly committed as part of a widespread or systematic attack against civilians.

      “The immense numbers of civilian casualties in Gaza and widespread destruction of civilian objects and infrastructure were the inevitable result of a strategy undertaken with intent to cause maximum damage, disregarding the principles of distinction, proportionality and adequate precautions,” the COI statement said.

      Israel does not cooperate with the commission, which it says has an anti-Israel bias. The COI says Israel obstructs its work and prevented investigators from accessing both Israel and the occupied Palestinian territories.

      Israel condemned the report and accused the commission of “systematic anti-Israeli discrimination”.

      The COI “has once again proven that its actions are all in the service of a narrow-led political agenda against Israel,” said Meirav Eilon Shahar, Israel’s ambassador to the United Nations in Geneva.

      Hamas did not immediately comment.

      Reporting by AFP and Reuters

    • Gaza : une commission d’enquête de l’ONU accuse Israël de « crimes contre l’humanité »

      Une commission d’enquête de l’ONU accuse directement les autorités israéliennes d’avoir commis non seulement des « crimes de guerre », mais aussi des « crimes contre l’humanité » dans la guerre qu’elles mènent depuis le 7 octobre. Les Nations unies ont condamné, à un nombre incalculable de reprises, la conduite des opérations à Gaza. Mais c’est la première fois qu’elles parlent de « crimes contre l’humanité ».

      Publié le : 12/06/2024
      https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20240612-gaza-une-commission-d-enqu%C3%AAte-de-l-onu-accuse-isra%C3%ABl-de-crime

  • L’#eau, arme d’Israël contre la #Jordanie
    https://www.rfi.fr/fr/podcasts/reportage-international/20240608-l-eau-arme-d-isra%C3%ABl-contre-la-jordanie

    Israël n’a toujours pas répondu favorablement à la demande jordanienne, mais conditionne déjà sa fourniture d’eau, demandant que les ministres jordaniens arrêtent dans leurs prises de paroles publiques de critiquer l’État hébreu au sujet de la guerre à #Gaza, que les manifestations en Jordanie soient mieux matées, que l’ambassadeur jordanien revienne à l’ambassade jordanienne de Tel Aviv et que le ministre Israélien puisse revenir à Amman. Des conditions qui obligent la monarchie et le gouvernement hachémite à se mettre à dos une partie de la rue jordanienne à l’heure où les manifestations sont quotidiennes.

  • Les images-satellites de la frappe yéménite de l’USS Eisenhower circulent
    http://french.presstv.ir/Detail/2024/06/08/727046/Les-images-satellites-de-la-frappe-y%C3%A9m%C3%A9nite-de-l-USS-Eisenh

    Les images-satellites de la frappe yéménite de l’USS Eisenhower circulent.

    Les Yéménites ont revendiqué avoir attaqué le porte-avions américain Dwight D. Eisenhower en mer Rouge. Et, les dirigeants américains ont décidé de garder le silence sur l’affaire, prétendant que rien ne s’était passé.

    Or, il a été rapporté que des satellites chinois avaient reçu des images satellites des effets de cette frappe, des images montrant notamment un énorme trou sur la piste du porte-avions Eisenhower.

    Le navire de guerre est actuellement amarré dans un port d’Arabie saoudite, où les dommages qu’il a subis sont apparemment en cours d’évaluation par les forces américaines.