Israël. Le régime autoritaire de Netanyahou contesté. Quelle dynamique ?

/israel-le-regime-autoritaire-de-netanya

  • Israël. Le régime autoritaire de Netanyahou contesté. Quelle dynamique ?
    Par Meron Rapoport (Article publié sur le site israélien +972, le 23 juillet 2020 https://www.972mag.com/netanyahu-authoritarian-protests-corruption ; traduction rédaction A l’Encontre)
    http://alencontre.org/moyenorient/israel/israel-le-regime-autoritaire-de-netanyahou-conteste-quelle-dynamique.htm

    Les chemins des avocats israéliens Lea Tsemel et Gonen Ben Yitzhak se sont croisés dans le passé, même si ce n’est pas directement. Lea Tsemel a défendu des générations de Palestiniens devant les tribunaux militaires israéliens, qui ont très souvent fondé leurs décisions sur des informations classifiées fournies par le Shin Bet (Service de sécurité intérieure israélien). Ben Yitzhak a représenté des agents du Shin Bet, qui ont fourni ces informations sous un régime antidémocratique dans les territoires occupés.

    Mercredi dernier, Tsemel et Ben Yitzhak se sont à nouveau rencontrés. Cette fois, Ben Yitzhak, qui est l’une des figures de proue des manifestations du nom « le ministre du crime » contre la corruption de Benyamin Netanyahou, a été amené menotté au poste de police du Russian Compound de Jérusalem [un des plus vieux quartiers au centre Jérusalem où se trouve l’église orthodoxe] pour que sa détention préventive soit prolongée, un jour après avoir été arrêté lors des manifestations du « Jour de la Bastille » devant la résidence du Premier ministre.

    Lea Tsemel est également arrivée au poste du Russian Compound ce jour-là, tout comme elle l’avait fait d’innombrables fois lorsqu’elle représentait des détenus palestiniens ; cette fois pour représenter Ben Yitzhak et sept autres personnes qui ont été arrêtées. Mais la police a décidé de maintenir Lea Tsemel en dehors du poste du Russian Compound, affirmant qu’elle était censée être en quarantaine à cause d’un supposé contact avec quelqu’un qui avait contracté le Covid-19.

    Lors d’une petite conférence de presse le lendemain, Ben Yitzhak a affirmé que la police ne disposait d’« aucune preuve » que Lea Tsemel devait être isolée. Les détenus, a déclaré Ben Yitzhak, n’ont pas pu bénéficier d’une représentation juridique. Ceci, a-t-il conclu, « ne peut pas avoir lieu dans une démocratie ». L’ironie de la situation le dépasse.

    Ce petit incident montre à quel point les dirigeants des manifestations anti-corruption sont des membres privilégiés de l’establishment lui-même. Mais il montre aussi la situation complexe créée par les manifestations anti-Netanyahou – qui ont pris une ampleur considérable en raison de la mauvaise gestion de la pandémie et de l’économie par le gouvernement. Ces mêmes personnalités de l’establishment se considèrent désormais comme des « dissidents ». Les protestations, qui ont été menées par les « privilégiés », ont conduit à la remise en cause la plus directe du pouvoir de la droite de la dernière décennie.(...)

    #Israelmanif