Donald Trump sème le trouble en suggérant un report de l’élection présidentielle

/donald-trump-seme-le-trouble-en-suggera

  • Donald Trump sème le trouble en suggérant un report de l’élection présidentielle
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/07/30/donald-trump-seme-le-trouble-en-suggerant-un-report-de-la-presidentielle_604


    Donald Trump lors d’une la conférence de presse, à la Maison Blanche, à Washington, le 30 juillet.
    JIM WATSON / AFP

    Sous pression en raison de la crise sanitaire et mal en point dans les sondages, le président des Etats-Unis dit vouloir que ses concitoyens puissent voter sans crainte du Covid-19. Mais seul le Congrès, très divisé, a le pouvoir de repousser une élection.

    En 2016, redoutant manifestement d’essuyer une déroute face à la candidate démocrate, Hillary Clinton, Donald Trump avait multiplié les accusations préventives contre un scrutin présenté comme « truqué ». Il a renoué avec cette volonté de jeter le trouble sur l’élection présidentielle en évoquant pour la première fois un report du scrutin, jeudi 30 juillet, dans un message publié en début de matinée sur son compte Twitter.

    Déplorant par anticipation une généralisation du vote par correspondance pour cause de pandémie de Covid-19, dont il juge sans preuves qu’il favorise la fraude, le président américain a assuré que « 2020 sera l’élection la plus INEXACTE et FRAUDULEUSE de l’histoire. Ce sera un grand embarras pour les Etats-Unis. Repousser l’élection jusqu’à ce que les gens puissent voter correctement, de manière sure et sécurisée ??? »

    En avril, son adversaire démocrate, Joe Biden, avait affirmé que le président serait tenté par cette idée. « Souvenez-vous de ce que je vous dis, je pense qu’il va essayer de faire reporter les élections d’une manière ou d’une autre, trouver des raisons pour lesquelles elles ne peuvent pas avoir lieu », avait-il lancé. Il s’était attiré la réplique virulente de l’équipe de campagne du président qui avait dénoncé « des divagations incohérentes » et des « théories du complot ». « Pourquoi est-ce que je ferais cela ? », avait répondu Donald Trump quelques jours plus tard.