*métaliste sur l’incendie de septembre_2020 dans le hotspot de Moria, Lesbos (Grèce)* Fil de…

/876123

  • Des villes en première ligne

    Face à la proposition minimale d’accueil de la Confédération, plusieurs villes, dont #Zurich, #Genève, #Lausanne, #Delémont ou #Fribourg ont annoncé qu’elles étaient prêtes à recevoir des requérant.e.s en provenance de Lesbos après l’incendie qui a ravagé le camp de #Moria.

    Le 8 septembre, un incendie a complètement détruit le tristement célèbre camp de réfugié.e.s de Moria, à quelques encablures maritimes de la Turquie. Dans ce lieu inauguré en 2013, devenu en 2015 un centre d’enregistrement et de contrôle (hotspot), plus de 13’000 personnes, dont 4000 enfants essaient de survivre depuis des mois voire des années dans une infrastructure prévue à la base pour 2000 personnes. Depuis quelques mois, l’apparition du Covid avait encore rendu plus dures les conditions de vie des habitant.e.s. « Depuis mars, les couvre-feux liés à l’épidémie de coronavirus et les restrictions de mouvements des demandeurs d’asile à Moria ont été prolongés sept fois pour une période totale de plus de 150 jours », relève ainsi Aurélie Ponthieu, spécialiste des questions humanitaires chez Médecins sans frontières.

    Cet enfermement sans aucune perspective a sans doute conduit à ce que certains réfugiés incendient par désespoir leur prison d’infortune. Et ce n’est pas la construction d’un nouveau camp de tentes de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), bâties dans l’urgence par la Protection civile grecque, couplée à la volonté du ministre grec des migrations, Notis Mitarachi, de maintenir les requérants dans l’île qui rabattront la volonté de départ des requérants.

    Face à cette impasse, neuf villes suisses comme Zurich, Delémont, Fribourg, Genève ou Lausanne ont annoncé qu’elles seraient prêtes à accueillir rapidement des réfugiés en provenance de l’Île grecque. « Le chaos, d’une ampleur inédite, met en lumière le besoin immédiat de moyens et de soutien dans les régions en conflit, le long des voies d’exil et aux frontières de l’Europe. Les citoyennes et citoyens, ainsi que les responsables politiques de nombreuses villes de Suisse sont convaincus depuis longtemps que cette crise humanitaire nécessite un engage- ment plus important de notre pays pour l’accueil de réfugié.e.s », expliquent conjointement les deux villes lémaniques et leurs maires, Sami Kanaan et Grégoire Junod, tous deux du PS.

    « L’urgence de la situation n’a fait que s’aggraver entre la surcharge du camp, la gestion du Covid puis finalement cet incendie », argumente David Payot, municipal popiste de la Ville de Lausanne. « Notre objectif est que la Confédération organise dans les plus brefs délais une conférence nationale urgente sur le sujet. Cela permettrait de mettre tous les acteurs institutionnels – Confédération, cantons et villes – à une même table afin d’éviter de se renvoyer la balle. Il faut coordonner les acteurs plutôt que de diluer les responsabilités. Nous voulons aussi mettre la pression sur la Confédération et faire entendre notre voix, qui représente aussi celle de la population suisse », souligne-t-il.

    « L’accueil des migrants relève de la Confédération et l’hébergement des cantons. Par cet appel à la Confédération, nous indiquons que nous sommes prêts à collaborer étroitement avec les cantons pour accueillir des réfugiés dans nos villes », développe le Grégoire Junod. « Nous collaborons en permanence avec l’Etablissement vaudois d’accueil des migrants (EVAM) notamment lorsqu’il s’agit d’ouvrir de nouvelles structures ou de trouver des capacités supplémentaires d’accueil », explique-t-il encore.

    Il faut dire que la ministre PLR de la justice, Karin Keller-Sutter a décidé d’adopter une position minimaliste sur le sujet, déclarant que notre pays n’accueillerait que 20 jeunes migrants non-accompagnés. Très loin de l’Allemagne qui, par l’entremise de sa première ministre, Angela Merkel, vient de réviser sa position et se déclare favorable à l’accueil de 1’500 personnes, essentiellement des familles avec des enfants qui ont été reconnues comme réfugiés par les autorités grecques. A ce contingent s’ajouteront 100 à 150 mineurs isolés évacués du camp de Moria. La France fera de même.

    Rappelons aussi que l’Union européenne (UE) est en train de plancher sur un nouveau pacte européen sur la migration et l’asile, qui sera présenté à l’automne. Celui-ci vise à « créer un cadre global, durable et à l’épreuve des crises pour la gestion de la politique d’asile et de migration au sein de l’UE ». Du côté des organisations d’entraide comme l’Organisation suisse d’aide aux réfu- giés (OSAR), qui a participé à la consultation, on voudrait « un renforcement des voies d’accès sûres et légales vers l’Europe afin de ne pas rendre les personnes vulnérables dépendantes des passeurs et de ne pas les exposer à la violence, à l’exploitation et aux mauvais traitements ».

    La Suisse peut faire beaucoup plus

    « La Suisse peut prendre plus de personnes du fait qu’un article de la loi sur l’asile stipule qu’il est possible d’octroyer, sous certaines conditions, un permis humanitaire ou de faire bénéficier les requérants d’un programme de réinstallation selon les critères du HCR », explique #David_Payot. Dans la pratique, la réception d’un nombre plus élevé de réfugiés ne poserait pas de problèmes. « A Lausanne, si l’on parle de l’accueil d’enfants, nos écoles reçoivent 14’000 élèves. Scolariser quelques dizaines d’élèves supplémentaires est tout à fait possible, et représente un investissement pour leur avenir et le nôtre », explique le Municipal.

    A titre personnel, le magistrat popiste lausannois tient à dénoncer les carences politiques des accords Schengen/Dublin. « Ce système charge les pays de la Méditerranée du plus gros des efforts d’accueil des requérants, alors qu’ils n’en ont pas les moyens. Cette assignation empêche les requérants de postuler dans des Etats ou ils.elles auraient plus de liens. Ce système accroît les problèmes plutôt que de les résoudre. Il faut le changer », soutient David Payot.

    En juin dernier, 132 organisations et plus de 50’000 personnes avaient déjà déposé une pétition demandant au Conseil fédéral de participer à l’évacuation immédiate des camps de réfugiés grecs et d’accueillir un nombre important de personnes en Suisse.
    Huit villes suisses avaient déjà proposé des offres concrètes comme le financement des vols d’évacuation et des hébergements. « C’est une concertation que nous souhaitons développer entre les maires et syndics des grandes villes suisses. 70% de la population vit en zone urbaine et les villes sont aux premières loges de nombreux problèmes, sociaux, migratoires, climatiques. Nous devons êtes mieux entendus », assure #Grégoire_Junod.« Proposer l’accueil de 20 mineurs non accompagnés, comme l’a indiqué le Conseil fédéral, fait honte à notre tradition humanitaire », martèle-t-il.
    Le Conseil fédéral pourra-t-il plus longtemps faire la sourde oreille ?

    https://www.gauchebdo.ch/2020/09/18/des-villes-en-premiere-ligne
    #Lesbos #Grèce #incendie #villes-refuge #asile #migrations #réfugiés #MNA #mineurs_non_accompagnés

    –—

    Ajouté à la métaliste autour de l’incendie :
    https://seenthis.net/messages/876123

    Et à la métaliste sur les villes-refuge :
    https://seenthis.net/messages/759145

  • Grèce : énorme #manifestation de #réfugiés bloqués à Lesbos : Liberté, #nous_voulons_partir

    –-> « Θέλουμε να φύγουμε » : Χιλιάδες στο μπλόκο της Αστυνομίας
    Διαδήλωση- διαμαρτυρία αιτούντων άσυλο στον Καρά- Τεπέ για να φύγουν από τη Λέσβο.

    15:10 Εκατοντάδες διαδηλωτές αποπειράθηκαν να μπουν στον καταυλισμό του Δήμου Μυτιλήνης από την πίσω πλευρά- καταυλισμός που λειτουργεί από το 2015 στην περιοχή του Καρά- Τεπέ, και δεν τα κατάφεραν.

    15:15 Διαμαρτυρία χιλιάδων προσφύγων και μεταναστών μεταβαίνει προς τις κλούβες του αστυνομικού μπλόκου στον Καρά- Τεπέ και επιστρέφει μόνη της στις εγκαταστάσης του υποκαταστήματος Honda. Δεν έχει γίνει μέχρι στιγμής επέμβαση της αστυνομίας.

    14:15 : Διαδήλωση και τεράστια διαμαρτυρία χιλιάδων αιτούντων άσυλο ξεκίνησε μετά τις 2 το μεσημέρι της Παρασκευής στην περιοχή του Καρά- Τεπέ, εκεί που παραμένουν επί τρεις ημέρες πάνω από 10.000 πρόσφυγες και μετανάστες μετά την πυρκαγιά της Τρίτης που έκαψε τον καταυλισμό του ΚΥΤ Μόριας.

    « Θέλουμε να φύγουμε, αφήστε μας ελεύθερους » φωνάζουν κατά του μπλόκου της Αστυνομίας. Κλούβες των ΜΑΤ έχουν περικυκλώσει τη διαμαρτυρία και όλοι ζητούν να φύγουν από τη Λέσβο, ενώ σε εξέλιξη βρίσκεται η εγκατάσταση σκηνών, όπου θα μεταφερθούν όσοι διέμεναν στους δρόμους.

    https://www.stonisi.gr/post/11341/theloyme-na-fygoyme-xiliades-sto-mploko-ths-astynomias-pics-video

    #Kara-Tepe #Kara_Tepe #asile #migrations #réfugiés #Lesbos #hotspot #incendie #camps_de_réfugiés #feu #septembre_2020 #Grèce

    –-

    Ajouté à la métaliste sur l’incendie de septembre 2020 :
    https://seenthis.net/messages/876123

    • Lesbos refugees protest after devastating camp fire – video report

      Thousands of refugees on Lesbos protested in the street on Friday outside what was the largest migrant camp in Europe, which burned to the ground on Tuesday night.

      Greek officials have pledged new temporary tents for the close to 13,000 refugees who were staying in Moria, as 11 European countries agreed to take 400 unaccompanied minors from among those left homeless by the fire.

      https://www.youtube.com/watch?time_continue=3&v=n0RCpH0NeT8&feature=emb_logo


      https://www.theguardian.com/world/video/2020/sep/11/lesbos-refugees-protest-after-devastating-camp-fire-video-report
      #vidéo

    • Et cette Une du Manifesto...
      Lacrimogeni di coccodrillo

      Dopo il cordoglio il gas. Per Atene i profughi sono solo un problema di ordine pubblico da tenere confinati sulle isole. La polizia carica i migranti che chiedono di essere trasferiti sulla terraferma. Il governo avvia la costruzione di un nuovo campo in cui rinchiuderli. E l’Europa resta fredda, dieci paesi si fanno avanti per accogliere solo 400 minori

      https://www.facebook.com/ilmanifesto/photos/a.86900427984/10159493041962985/?type=3

    • Refugees demand rescue from Lesbos after Moria camp blaze

      Greek authorities struggle to persuade former camp residents to move to a new temporary site as protests continue

      Greece is facing mounting demands from refugees displaced by the devastating Moria refugee camp fire to either let them leave Lesbos or deport them.

      The Greek authorities are struggling to persuade former residents of the camp to move to a new temporary site, and many people continue to sleep on the streets of the island.

      The latest protests in Lesbos, where police have fired teargas at refugees, came as Greek prime minister Kyriakos Mitsotakis said he hoped plans to build a new reception centre to replace Moria would be an opportunity to reset policy on handling migrant arrivals.

      The fire at the overcrowded camp, engulfed in a blaze last week, has left more than 12,000 people – from 70 different countries, although many from Afghanistan – without shelter or proper sanitation.

      Blazes broke out last week in several locations across the camp after 35 residents tested positive for Covid-19, prompting a lockdown by Greek authorities that in turn triggered protests by residents during which fires were lit.

      The disaster has served to underline chronic problems surrounding the conditions for residents and the wider EU policy surrounding those in the camp – which was originally built to house 3,000 people – many of whom are now demanding to be resettled in Europe.

      Although the EU initially said 10 countries had agreed to take 400 unaccompanied minors, it was criticised for doing too little and too late. Germany – which had originally pledged to take 150 child refugees – announced on Monday that it was in talks to take more families.

      Reflecting the views of many of those sleeping rough, a crowd of women and children protesting again on Monday, some holding banners asking the EU to save them.

      “We have been here for more than one year,” said Maryam, a 25-year-old mother. “There is no rescue. No freedom. If they can’t support us then they should deport us all together.

      “We are asking for the European community to help. Why are they not listening to us? Where are the human rights? We took refuge in the European Union but where are they? There are no toilets, no showers, no water. Nothing. Not any security or safety. We die here every day.”

      While a temporary camp was set up after the fire, both islanders and former residents oppose the Greek government’s plan for a new camp. Some former residents were arrested at the weekend for reportedly encouraging others not to enter the new camp.

      Moria has long been a symbol of the deep political divisions in Europe over Mediterranean migration, as it initially featured as a transit point for hundreds of thousands of people – many from Syria and Afghanistan – heading for Europe.

      After the closure of Europe’s borders to refugees four years ago, Moria has become largely a dead end, plagued by mental health issues and a pervasive sense of desperation.

      The Guardian also met Zahara, another member of the group of women protesting. She cried as she produced a doctor’s note dated the end of August stating she is pregnant and depressed, and requesting a move to new accommodation in the now burned out camp.

      “This lady is depressed and suicidal,” the doctor’s note said. A friend patted her arm and tried to reassure her.

      Another woman said: “Is it similar in Athens? Is it similar on the mainland?”

      Marina Papatoukaki, a midwife with a field clinic run by charity Médecins Sans Frontières, said she was deeply concerned about some of the pregnant women they had been treating, but who they have been unable to locate since the fire.

      “Europe and the state need to understand that these women shouldn’t have been on the island in the first place. They need to be transferred on the mainland,” she said.

      Papatoukaki said pregnant women and babies they were treating in the clinic were not getting enough food and water. “Babies are sleeping on the street where they can’t be washed, they are getting skin rashes and other conditions. These are vulnerable people and Europe and the Greek government need to move them.”

      Germany’s intention to take in more children from the camp was announced by Angela Merkel’s spokesman Steffen Seibert in Berlin, who said that the move to take minors was a first step, but that more needed to be done.

      “Talks are now ongoing in the federal government about how else Germany can help, what other substantial contribution our country can make,” he said.

      A second step would focus on families with children from the camp, Seibert said. Seibert’s comments follow remarks by development minister Gerd Müller, who criticised the initial quota of 150 minors and called for Germany to take 2,000 people.

      https://www.theguardian.com/global-development/2020/sep/14/refugees-demand-rescue-from-lesbos-after-moria-camp-blaze

  • Des villes allemandes proposent d’accueillir des migrants du camp de l’île de Lesbos ravagé par les flammes

    Cinq ans après l’accueil de centaines de milliers de réfugiés, ces appels de la gauche, des Verts mais aussi de certains responsables conservateurs font resurgir le débat qui avait agité le pays à l’époque.

    Cinq ans après avoir accueilli des centaines de milliers de réfugiés, des villes et des régions allemandes réclament de prendre en charge des migrants après l’incendie qui a ravagé mercredi le camp de Moria, en Grèce. Qualifié de « catastrophe humanitaire », par le ministre des affaires étrangères, Heiko Maas, l’incendie du camp insalubre et surpeuplé occupait la « une » de tous les grands titres de la presse allemande jeudi 10 septembre.

    Ces appels qui proviennent de la gauche, des Verts mais aussi de certains responsables conservateurs font ressurgir le débat ayant agité le pays en 2015. Des manifestations dans tout le pays, en particulier à Berlin, ont également rassemblé plusieurs milliers de personnes mercredi soir, assurant sur leurs banderoles : « Nous avons de la place ! » L’Allemagne compte actuellement quelque 1,8 million de personnes ayant obtenu ou demandé le statut de réfugié, toutes nationalités confondues.

    « Un impératif humanitaire »

    La Rhénanie du Nord-Westphalie, la région la plus peuplée d’Allemagne, s’est notamment dite prête à prendre en charge jusqu’à un millier de migrants coincés à Moria, sur l’île grecque de Lesbos. « Nous avons besoin de deux choses : une aide immédiate pour Moria et une aide européenne durable pour la prise en charge des enfants et des familles », a affirmé le dirigeant de la région, Armin Laschet, successeur potentiel d’Angela Merkel l’an prochain et qui brigue la tête de leur parti conservateur en décembre. Fait notable : Armin Laschet est un des rares responsables politiques à s’être rendus en août dans le camp qualifié de « honte pour l’Europe entière » par plusieurs ONG alors que son parti, l’Union chrétienne-démocrate (CDU), a mis la barre à droite sur les questions d’immigration depuis 2016.

    D’autres Länder comme la Basse-Saxe ou la Thuringe lui ont emboîté le pas. Le gouvernement fédéral leur a toutefois opposé à ce jour une fin de non-recevoir en réaffirmant privilégier un compromis européen sur la répartition des migrants sur le continent.

    Evacuer les milliers de migrants de l’île de Lesbos « est un impératif humanitaire », a de son côté alerté jeudi le président de la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), Francesco Rocca, lors d’une conférence de presse organisée par l’Association des correspondants accrédités auprès des Nations unies. La FICR a présenté un rapport sur les risques menaçant migrants et réfugiés avec la pandémie de Covid-19. Les migrants « sont maintenant dans une situation terrible. La population locale, les ONG, la Croix-Rouge… Tout le monde fait le maximum, mais pour combien de temps ? », s’interroge M. Rocca.

    « Les capacités d’accueil existent »

    « Les capacités d’accueil, la place existe, il y a la bonne volonté extrêmement grande de Länder et de communes », a insisté la coprésidente des Verts allemands, Annalena Baerbock. Depuis des mois, des maires enjoignent au gouvernement d’Angela Merkel d’agir. Dans les villes comme Berlin ou Hambourg, des banderoles fleurissent aux fenêtres depuis le printemps : « Evacuer Moria » ou « #LeaveNoOneBehind » (« ne laisser personne derrière »).

    Un collectif d’ONG a fait installer lundi 13 000 chaises devant le Reichstag, le bâtiment qui abrite la chambre des députés, pour réclamer l’évacuation des migrants de Lesbos. Plus de 170 communes, de Hambourg à Cologne en passant par Munich, se sont également regroupées pour réclamer la prise en charge des personnes sauvées en mer Méditerranée.

    Une décision qui contraste avec l’automne et l’hiver 2015 quand de nombreuses villes avaient été contraintes, faute de place, d’installer des réfugiés dans des casernes désaffectées, des gymnases et des containers. A l’époque, beaucoup avaient tiré la sonnette d’alarme, affirmant être débordés.

    Cinq ans plus tard, des élus locaux assurent disposer de nombreux lits vides dans des foyers de demandeurs d’asile. « Notre ville a les capacités en termes de personnel et d’organisation », a ainsi réaffirmé le responsable des affaires intérieures de la ville de Berlin, Andreas Geisel. La gestion de la « crise » par la capitale allemande avait pourtant été l’une des plus erratiques, avec des gens contraints d’attendre dehors des jours durant pour se faire enregistrer. « C’est pour moi incompréhensible que l’Etat fédéral ne permette pas aux communes qui y sont prêtes de fournir une aide rapide et solidaire », a déploré le maire de Berlin, Michael Müller. La municipalité veut présenter un programme d’accueil devant les représentants des Etats régionaux au Bundesrat.

    L’arrivée de centaines de milliers de réfugiés en 2015 avait dans un premier temps suscité un immense élan de solidarité parmi les Allemands. Mais le vent avait ensuite tourné, notamment à la lumière des agressions sexuelles du Nouvel An 2016 à Cologne attribuées à des migrants nord-africains, et de faits divers utilisés par l’extrême droite pour dénoncer la politique d’accueil.

    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/09/10/des-villes-allemandes-proposent-d-accueillir-des-migrants-du-camp-de-moria-r

    #réfugiés #asile #migrations #Allemagne #villes-refuge
    #incendie #Lesbos #Grèce

    –—

    Ajouté à la métaliste sur les villes-refuge :
    https://seenthis.net/messages/759145

    Ajouté à la métaliste sur l’incendie de Lesbos de septembre 2020 :
    https://seenthis.net/messages/876123

  • #Incendies dans les #camps_de_réfugiés (ou autres lieux d’hébergement de demandeurs d’asile et réfugiés) en #Grèce. Tentative de #métaliste, non exhaustive...

    Les incendies sont rassemblés ici en ordre chronologique, mais attention à faire la distinction entre ceux qui ont lieu :
    – par accident
    – comme geste de #protestation de la part des réfugiés entassés dans ces camps surpeuplés et insalubres
    – par main de l’#extrême_droite

    #réfugiés #asile #migrations #feu #incendie #anti-réfugiés #racisme #xénophobie #révolte #résistance
    ping @isskein