l’enjeu, que les chômeurs retrouvent vite un emploi – Free Dom

/recentralisation-du-rsa-signature-dune-

  • Découvrez le RSA “recentralisé” : l’enjeu, que les chômeurs retrouvent vite un emploi – Free Dom
    https://freedom.fr/recentralisation-du-rsa-signature-dune-convention

    LES ENJEUX DE LA RECENTRALISATION DU RSA DANS UN CONTEXTE DE CRISE SOCIO-ÉCONOMIQUE

    Recentralisation du RSA : une réponse aux besoins des partenaires et aux défis socio-économiques Réunionnais

    L’article 77 de la loi de finances pour 2020 du 28 décembre 2019 prévoit la recentralisation du financement et de la gestion du RSA à La Réunion. Le décret transfère la responsabilité et le financement du RSA à l’État, qui en délègue la gestion à la CAF.

    Engagée depuis le 1er janvier 2020, la recentralisation du RSA positionne la CAF comme un acteur central de ce dispositif d’insertion. Le 1er décembre 2020 marquera une nouvelle étape avec le transfert des missions d’orientation. Cette évolution représente un changement majeur aussi bien pour les bénéficiaires, que pour la CAF et les acteurs de l’insertion.

    Dans un contexte de crise socio-économique, les enjeux stratégiques de renforcement de l’accompagnement des bénéficiaires et de maîtrise des dépenses sont importants. Cette recentralisation vient renforcer le dispositif d’insertion via le déploiement de nouveaux outils et process mais également fluidifier l’orientation du bénéficiaire afin d’encourager sa sortie du dispositif.

    Le RSA : philosophie d’un accompagnement vers l’insertion

    Le RSA est une prestation liée à une situation spécifique du bénéficiaire. Il ne s’agit pas d’une prestation automatique. Le bénéficiaire a des droits et des devoirs. L’objectif du RSA est de permettre la reprise d’une activité, ce qui se traduit par la signature d’un Contrat d’Engagements Réciproques(CER),d’un Projet Personnalisé d’Accès à l’Emploi (PPAE) ou d’un Parcours Contractualisé d’Accompagnement Adapté vers l’Emploi et l’Autonomie (PACEA).

    [...]

    UN OBJECTIF CENTRAL :

    PERMETTRE UNE SORTIE RAPIDE DES BÉNÉFICIAIRES DU RSA PAR LE BIAIS DU RETOUR À L’EMPLOI AFIN D’AMORTIR LES EFFETS DE LA CRISE SOCIALE TOUT EN RÉGULANT L’OCTROI DES PRESTATIONS.

    #RSA #insertion #contrôle

    • Brigitte Klinkert, une adepte du RSA sous condition au gouvernement
      https://www.liberation.fr/france/2020/07/07/brigitte-klinkert-une-adepte-du-rsa-sous-condition-au-gouvernement_179359

      La nouvelle ministre déléguée à l’Insertion, ex-présidente du conseil départemental du Haut-Rhin, a mis en place sur son territoire une politique volontariste de retour à l’emploi. Un de ses projets visait à conditionner le RSA à sept heures de travail bénévole.

      Brigitte Klinkert, une adepte du RSA sous condition au gouvernement
      Vous reprendrez bien encore un peu de droite ? L’entrée de Roselyne Bachelot au gouvernement et la promotion de Gérald Darmanin, tous deux venus des rangs du parti Les Républicains, ne sont pas les seuls marqueurs du coup de barre de l’exécutif. Moins connue, la nouvelle ministre déléguée à l’Insertion, Brigitte Klinkert, vient elle aussi de la grande famille bleu horizon. Tendance centre droit, certes : l’Alsacienne de 64 ans est issue de l’UDF et a rendu sa carte LR en 2019. Mais elle était toujours suppléante du député Eric Straumann (LR), récemment élu maire de Colmar. Et à son poste de présidente du conseil départemental, qu’elle occupait depuis 2017 (après l’élection d’Eric Straumann, toujours, comme député), elle s’est distinguée par une politique d’insertion et de retour à l’emploi plutôt marquée à droite.

      Contacté par Libération, son cabinet au département met à son crédit des « dispositifs volontaristes, innovants et complémentaires », au premier rang desquels « RSA & bénévolat ». La mesure a pour but de « favoriser l’engagement citoyen des allocataires du RSA à travers des missions de bénévolat dans des associations, des collectivités locales ». Fin 2019, 1 277 bénéficiaires, sur un peu moins de 15 000 dans le département du Haut-Rhin, étaient engagés dans le dispositif, entièrement sur la base du volontariat. Pour y participer, il suffit de signer avec la collectivité un contrat d’engagement réciproque et le département s’occupe de son côté de mettre en relation des associations à but non marchand avec les volontaires qui peuvent ainsi « reprendre place dans la société [et] retrouver l’estime d’eux-mêmes ».