Bolloré et le parti des porcs

/Bollore-et-le-parti-des-porcs

  • Bolloré et le parti des porcs
    https://lundi.am/Bollore-et-le-parti-des-porcs

    Quelques anecdotes récentes du management par la terreur des chaînes TV du groupe Canal+ ont amené quelques médias, ainsi que pléthore d’intervenants sur les réseaux sociaux, à questionner le rôle de Bolloré dans le paysage médiatique français. Cette séquence s’est déroulée en deux actes, avec le licenciement d’un humoriste de Canal+ pour faire la satire d’un commentateur vedette du groupe, suivi de celui d’un journaliste sportif pour avoir montrer sa solidarité au premier ; un peu comme si tous deux avaient cru travailler pour un média indépendant où ils eussent leur mot à dire. Curieusement, en réaction, “l’esprit Charlie” n’a pas déferlé sur la France, avec son lot de caricatures de Vincent Bolloré, casque colonial vissé sur la tête et ministres lui léchant les parties intimes.

    L’épisode vient rappeler au grand-public que le management à la schlague est la marque de fabrique de Vincent Bolloré. Ce dernier montre ainsi une belle cohérence avec les idées qu’il promeut à travers ses employés, ces commentateurs de plateau dont l’avancement semble indexé sur leur degré de droitisation. Le souhait de voir un monde organisé comme une caserne est ainsi exprimée, chaque jour, chaque heure, chaque minute, par une entreprise régie comme une caserne.

  • Police floutée - #Broute - CANAL+
    https://www.youtube.com/watch?v=Gdzen0lVce4

    Étudiant
    https://www.youtube.com/watch?v=zZ_2ArlWgkU

    Bertrand Usclat se débrouille vraiment pas mal. Je lui dois quelques moments de détente ces dernières semaines (on peut farfouiller là https://www.canalplus.com/divertissement/broute/h/12412331_50001 pour une ou des rallonges de cette automédication). Mais voilà qu’il doit céder aux injonctions de Canal et éviter absolument de critiquer Cnews pour ne pas finir viré comme Sébastien Thoen. Le Monde vient de publier un entretien avec lui réalisé en octobre en signalant que Usclat avait demandé une modification de l’article (sans préciser qu’il s’agissait d’expurger toute mention de CNews).

    Un apéro avec Bertrand Usclat de « Broute » : « Maintenant, je fais rire mes parents »
    https://www.lemonde.fr/m-perso/article/2020/12/12/un-apero-avec-bertrand-usclat-maintenant-je-fais-rire-mes-parents_6063115_44

    ...comme j’ai un peu une tête de con , s’amuse-t-il, le premier mec du système que je pouvais interpréter, c’était un parlementaire macroniste. »

    L’humoriste Sébastien Thoen licencié de Canal+ après un sketch parodiant l’émission de Pascal Praud
    Le chroniqueur avait participé à un sketch mis en ligne par Winamax et parodiant l’émission « L’Heure des pros » de #CNews, la chaîne info du groupe #Canal+
    https://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2020/11/27/l-humoriste-sebastien-thoen-licencie-de-canal_6061397_3236.html

    Il n’a pas fait rire tout le monde. L’humoriste et chroniqueur Sébastien Thoen, qui officiait sur la chaîne Canal+ (pour les émissions « Canal Sports Club » et la présentation du « Journal du hard ») a été licencié, d’après les informations de l’Equipe. Il avait participé à un sketch diffusé par le site de paris Winamax, le 19 novembre.

    Dans cette vidéo qui reprenait en les parodiant les codes de l’émission « L’Heure des pros » de CNews, la chaîne info du groupe Canal+, Sébastien Thoen jouait le rôle de Lionel Messiha, caricature de Jean Messiha, chroniqueur de l’émission de débat et ancien membre du Rassemblement national, qui a relayé la vidéo sur son compte Twitter. Dans cette vidéo qui a été vue près de 650 000 fois, Julien Cazarre parodiait l’animateur #Pascal_Praud aux côtés de Sébastien Thoen.
    #Vincent_Bolloré, le PDG du groupe Canal+, n’a jamais caché qu’il détestait l’humour corrosif de la chaîne. Lorsqu’il a pris le contrôle du groupe Vivendi et de ses chaînes payantes, il a obtenu l’arrêt des « Guignols de l’info » et du « Grand Journal ». Sur Canal+, il ne reste que « Groland » émission parodique hebdomadaire, dernier repaire de l’humour caustique et provocateur dont la chaîne s’était fait une spécialité.

    Interrogée par Le Monde, la direction de Canal+ n’a pas souhaité faire de commentaire.

    #CAC40 #humour #bouffon #censure

    • Oui, j’avais vu. Mais c’ est une parodie qui, comme tu le dis, « grossit peu ». Ça souligne à peine du déjà connu, quoi qu’on en ait, la tenace balourdise réac du « colérique » gueulard Praud), alors que Broute est plus inventivité il me semble, avec des histoires variées, des petites mise en scène, du montage. Ses clips (?) valent des dispositifs plus simples, comme ceux de Guillaume Meurice (qui s’appuie sur des micro trottoirs qu’il réalise) ou de Waly Dia (quoi ! un Noir qui fait rire parce qu’il dit mieux - et plus vite, si vite !- la France que nous ? ouloulou.).

      #écriture #comique

    • lu cette info dans le dernier médiacritiques n°36 la revue trimestrielle d’acrimed :

      Nouvelle censure politique à Canal+. L’émission « Ciné le Mag » tournée le 23 juin 2020 a été grossièrement censurée par Canal+. La raison ? On pouvait y entendre l’actrice Annabelle Lengronne citer Assa Traoré en réponse à une question sur les femmes noires qui l’inspiraient. D’après son témoignage, l’actrice aurait été immédiatement coupée par le directeur des programmes de la chaîne Frédéric Dezert ; et la scène, complètement coupée au montage ! L’animatrice du programme Claire Diao a également publié son témoignage, repris par 20 Minutes (18 juill.) : « Suite à la pression puis à la menace d’ éviction de notre équipe par la production suivis par plusieurs pourparlers avec la direction de Canal+ Afrique, notre équipe qui a animé avec passion et professionnalisme cette émission depuis 82 épisodes a le regret de vous annoncer son départ. » Elle et quatre autres salariés ont depuis démissionné

      https://seenthis.net/messages/881554

      En attendant le n°37 qui sortira en janvier, nous vous offrons gratuitement le pdf du n°36, paru en octobre et déjà épuisé. Pour recevoir le n°37 et les suivants, abonnez-vous !

      https://www.acrimed.org/IMG/pdf/mediacritiques36.pdf

      #acrimed #gratuit

    • A Canal+, la crainte d’une parole cadenassée dans un « climat de terreur »
      https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/12/18/a-canal-la-crainte-d-une-parole-cadenassee_6063812_3234.html
      Le licenciement brutal de l’humoriste Sébastien Thoen et la convocation du présentateur Stéphane Guy témoignent que, dans le groupe dirigé par Vincent Bolloré, « tout ce qui peut ressembler à de la critique doit disparaître ».

      Jour J pour Stéphane Guy. Mis à pied il y a deux semaines par sa direction, le présentateur vedette de Canal+ est convoqué, vendredi 18 décembre, à un entretien préalable à une sanction disciplinaire pouvant aller jusqu’au licenciement. Son faux pas ? « Avoir utilisé l’antenne » de Canal+, le 5 décembre, pour affirmer que son collègue, « l’ami Sébastien Thoen », n’avait pas eu « la sortie qu’il aurait méritée », et lui avoir souhaité « bon vent ».

      Lire aussi Vivendi veut devenir propriétaire de « Capital », « Géo », « Voici », « Gala » et « Femme actuelle »

      Dans l’attente de ce rendez-vous, M. Guy, commentateur de matchs de football au style singulier entré à Canal+ en 1997, garde le silence. Sollicité par Le Monde, Gérald-Brice Viret, le directeur des programmes et des antennes de Canal+, ne souhaite pas davantage s’exprimer. Les soutiens de M. Guy se taisent aussi, craignant de lui causer du tort, même involontairement.

      A en croire plusieurs témoignages, c’est en effet un « climat de terreur » qui règne au sein de Canal+, propriété du groupe Vivendi, dont Vincent Bolloré est le premier actionnaire. A l’origine du message de M. Guy qui lui vaut cette menace de sanction, l’annonce, le 27 novembre, du licenciement de Sébastien Thoen, chroniqueur dans l’émission hebdomadaire « Canal sports club » et présentateur du mensuel « Journal du hard ».

      Siège éjectable

      La direction de Canal+ lui reproche d’avoir participé à un sketch diffusé sur les réseaux sociaux qui moque « L’Heure des pros », l’émission de Pascal Praud sur CNews, la chaîne d’information du groupe. Qui plus est en compagnie de Julien Cazarre, son ancien acolyte de l’émission « Action discrète », qui « dénigre constamment le service des sports de Canal », selon M. Viret, interrogé à ce sujet le 9 décembre sur Europe 1. Une assertion qualifiée de « lunaire » par M. Cazarre, qui voit plutôt dans cette éviction un « excès de zèle » de la part de la direction.

      « Les patrons de Canal+ ne supportent plus que les salariés fassent preuve de ce qu’ils considèrent comme de la déloyauté », décrypte un membre du service des sports. Les 148 « collaborateurs du service des sports et/ou journalistes des rédactions du groupe » qui ont signé (publiquement ou non) un texte de soutien à M. Thoen se le sont vu reprocher par leur direction. « On nous a dit que ce n’était pas bien et qu’il fallait arrêter de s’exprimer » sur les affaires de la maison, raconte-t-il.

      Dans le même esprit, les messages de solidarité envoyés sur les réseaux sociaux à leurs confrères de Téléfoot, la chaîne du groupe Mediapro bientôt disparue, ont été peu appréciés, « sur le thème : soit vous êtes avec nous, soit vous êtes contre nous ». A tel point que certains ont regretté leur paraphe de peur de se retrouver sur un siège éjectable, tandis que l’absence apparente de solidarité de quelques figures du groupe, non signataires, a achevé d’empoisonner l’atmosphère.

      A ces deux événements s’en est ajouté un troisième le week-end dernier, lorsque Le Monde a publié un article sur Bertrand Usclat, à l’origine des vidéos « Broute » diffusées sur Canal+, pastiches de celles du média en ligne Brut. Mis en ligne samedi matin, l’article mentionnait l’interdiction faite au comédien d’y critiquer CNews − la chaîne est pointée pour sa dérive conservatrice. Un passage retiré à sa demande, après que la chaîne le lui a reproché.

      « Dix-huit mois avant la présidentielle, il faut que tout le monde se taise devant la droitisation de CNews », cingle Jean-Baptiste Rivoire, ancien rédacteur en chef adjoint de l’émission « Spécial investigation », supprimée par Vincent Bolloré, et représentant syndical SNJ-CGT. En juin, lors d’un comité social et économique, il a demandé s’il existait « des différences éditoriales et idéologiques entre le traitement de l’actualité par CNews et les opinions du Rassemblement national ». Sa question est restée sans réponse, la direction préférant se féliciter des succès d’audience de la chaîne.

      « Ce qui se passe ces derniers jours n’est pas différent de ce qui se déroule depuis l’arrivée de M. Bolloré à la tête du groupe, mais à chaque fois, on réussit à s’étonner », se désole un représentant du personnel. Comme d’autres, il relève la coïncidence de ces tensions avec la conclusion, à la fin du mois, d’un plan de départs volontaires auquel 320 salariés ont souscrit, là où la direction de Canal+ projetait de supprimer 442 postes. « Ceux qui avaient obtenu l’assurance de garder leur job s’entendent suggérer de “penser à bouger” », s’alarme-t-il, prévoyant de nouvelles ruptures de contrats dans les prochains mois.

      L’annonce lundi 14 décembre, du départ, en 2022, d’Arielle Saracco, qui dirige toute la création originale (fictions, séries, programmes courts, etc.) et est à ce titre l’interlocutrice privilégiée de Thoen, Usclat et tous les talents du groupe depuis plus de vingt ans, a ajouté au trouble. Même si, selon plusieurs sources internes, cette décision relève d’un choix personnel, étranger aux dernières péripéties, elle marque la fin d’une ambition éditoriale emblématique de la chaîne cryptée. « Tout ce qui peut ressembler à de la critique, de la digression, de l’irrévérence doit disparaître, regrette une élue. L’époque où Canal voulait des talents est finie. Aujourd’hui, on ne veut plus que des exécutants. »

    • La fête de la liberté d’expression continue, à Canal Plus ! Après le limogeage de Sébastien Thoen pour crime de lèse majesté (la parodie de « L’Heure des pros », de Pascal Praud, sur le site winamax), le directeur des antennes, Gérald Brice Viret, a courageusement défendu son patron licencieur, Vincent Bolloré (Europe 1, 9/12) : « [Sébastien Thoen] s’est affiché avec des personnes qui dénigrent constamment la direction des sports et le service des sports de Canal », a-t-il lâché.
      Un joli bobard : depuis la rentrée, Thoen avait déjà réalisé une douzaine de sketchs sur Winamax avec les personnes en question, dont son vieux copain Julien Cazarre, sans que cela dérange la chaîne...

      le Canard enchaîné 16/12/2020

      Non seulement Pascal Praud est un sale con mais il est aussi très susceptible et, il faut le croire, un protégé de son patron, Bolloré qui, lui, est une enflure intégrale.
      https://seenthis.net/messages/886219
      #canal_prout

    • Bolloré et le parti des porcs

      Ainsi, ces derniers temps, une partie des journalistes s’inquiète de la mainmise sur leurs entreprises et remarque que le milliardaire étend toujours plus son empire médiatique (le rachat de Prisma est sa dernière acquisition). Par contre, il n’y a que très peu d’alertes sur son achat d’Editis (en 2018), qui détient pourtant près de cinquante maisons d’édition (dont La Découverte [3]). Or, si on peut imaginer qu’il existe des garde-fous pour empêcher un management interne et/ou une ligne éditoriale imposés chez ces éditeurs, rien n’empêche en revanche au Groupe de décider lesquels des ouvrages produits méritent une promotion dans l’une de ses chaînes de Radio ou TV (c’est ce que les affairistes appellent une “synergie”). Si on ajoute que Vivendi possède une bonne part du moribond Lagardère, propriétaire d’Hachette, pas besoin d’être complotiste frapadingue pour y voir une campagne d’envergure en vue de contrôler tout ce qui se dit dans le pays.

      @vanderling ne crois-tu pas que l’article justifie un seen spécifique ?