Indicateurs de l’activité épidémique : taux d’incidence de l’épidémie de COVID-19 par métropole (SI-DEP)

/indicateurs-de-lactivite-epidemique-tau

  • PLUS D’UN MOIS SANS ÉPIDÉMIE

    Situation épidémiologique observée du 06 au 12 septembre 2021 par le réseau Sentinelles.

    Le taux d’incidence des cas d’Infection respiratoire aiguë dus au SARS-CoV-2 (COVID-19) vus en consultation de médecine générale a été estimé à 7 cas pour 100 000 habitants.
    Ce taux est en légère diminution par rapport à ceux des dernières semaines.

    Le réseau Sentinelles est une plateforme de recherche et de veille en médecine générale et en pédiatrie à l’Institut Pierre Louis (Unité Mixte de Recherche en Santé 1136, Inserm-Sorbonne Université).
    Actuellement, 677 médecins participent à l’activité de surveillance continue.
    https://www.sentiweb.fr

    --

    En France, en 2016, le seuil épidémique des syndromes grippaux était de 173 cas pour 100.000 habitants. En Suisse il est fixé à 68 cas pour 100.000 habitants. En Belgique, Sciensano le fixe à 153 malades avec un syndrome grippal (température élevée, toux, écoulement nasal, mal de gorge, maux de tête, douleurs musculaires, fatigue, etc.) pour 100 000 habitants, pendant une durée de 15 jours consécutifs.
https://www.futura-sciences.com/sante/definitions/medecine-seuil-epidemique-15825
    https://www.sciensano.be/fr/coin-presse/bulletin-grippal-hebdomadaire-29-01-2020-seuil-epidemique-franchi

    Actuellement le gouvernement calcule le taux d’incidence du covid-19 sur le nombre de cas positif aux tests PCR, il correspond au nombre de tests positifs pour 100 000 habitants sur 7 jours glissants. Mais une très grande partie des positifs aux tests sont sans symptômes et donc pas malades, ils ne devraient pas être compté dans le calcul du taux d’incidence.
https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/indicateurs-de-lactivite-epidemique-taux-dincidence-de-lepidemie-de-covid-

    Ce taux d’incidence du covid-19 est ainsi surgonflé artificiellement par le gouvernement... Il n’y a pas d’épidémie depuis de nombreuses semaines. La peur de maladies imaginaires et le truquage des chiffres profitent largement aux corrompus d’un pouvoir liberticide et aux actionnaires des multinationales pharmaceutiques.

  • PAS D’ÉPIDÉMIE DEPUIS PLUSIEURS SEMAINES

    Situation épidémiologique observée par les médecins du réseau Sentinelle du 30 août au 05 septembre 2021.

    Estimation de l’incidence des cas d’IRA dus à la COVID-19 et vus en consultation de médecine générale.
    En semaine 2021s35, le taux d’incidence des cas d’IRA dus au SARS-CoV-2 (COVID-19) vus en consultation de médecine générale à été estimé à 10 cas pour 100 000 habitants.
    Ce taux est en diminution par rapport à ceux des dernières semaines.

    Le réseau Sentinelles est une plateforme de recherche et de veille en médecine générale et en pédiatrie à l’Institut Pierre Louis (Unité Mixte de Recherche en Santé 1136, Inserm-Sorbonne Université).

    https://www.sentiweb.fr/5398.pdf

    --

    En France, en 2016, le seuil épidémique des syndromes grippaux était de 173 cas pour 100.000 habitants. En Suisse il est fixé à 68 cas pour 100.000 habitants.
https://www.futura-sciences.com/sante/definitions/medecine-seuil-epidemique-15825

    Actuellement le gouvernement calcule le taux d’incidence du covid-19 sur le nombre de cas positif aux tests PCR, il correspond au nombre de tests positifs pour 100 000 habitants sur 7 jours glissants. Mais une très grande partie des positifs aux tests sont sans symptômes et donc pas malades, ils ne devraient pas être compté dans le calcul du taux d’incidence.
https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/indicateurs-de-lactivite-epidemique-taux-dincidence-de-lepidemie-de-covid-

    Ce taux d’incidence du covid-19 est ainsi surgonflé artificiellement par le gouvernement... Il n’y a pas d’épidémie. La peur et le truquage des chiffres profitent aux corrompus d’un pouvoir liberticide et aux actionnaires des multinationales pharmaceutiques.

  • Covid-19 : un variant mutant « préoccupant » détecté chez 22 malades à Brest et ses alentours - Bretagne - Le Télégramme
    https://www.letelegramme.fr/bretagne/covid-19-un-variant-mutant-preoccupant-detecte-chez-22-malades-a-brest-

    INFO LE TÉLÉGRAMME. Un variant anglais, qui a acquis des mutations présentes chez les variants sud-africain et brésilien, a contaminé 22 malades dans Brest Métropole. Des actions de dépistage sont mises en place pour éviter sa propagation.

    La prolifération de variants du coronavirus se poursuit en Bretagne. 22 malades atteints d’un variant anglais particulier ont été découverts récemment dans Brest Métropole, a appris Le Télégramme. Quatre se situent au sein d’un même cluster, né dans une « structure d’hébergement collectif » spécialisée dans la gestion de salariés et de sans-emploi ; les 18 autres sont des cas isolés. « Tous résidant ou ayant séjourné dans une zone géographique limitée autour de Brest », précise Santé publique France.

    « Une première alerte a été transmise le 12 avril suite à sa détection par séquençage chez deux patients domiciliés dans le Finistère. Les autres cas ont été découverts ensuite, huit par séquençage et douze par criblage », explique l’ARS Bretagne au Télégramme. Il n’y aurait pas de lien, « à ce stade », entre le cluster et les cas isolés détectés.

    L’état de santé des 22 malades n’est, pour l’heure, « pas préoccupant ». « Ils sont isolés. Aucune hospitalisation et décès ne sont à déplorer », poursuit l’agence.

    Un variant anglais mutant
    La mutation détectée n’est en tout cas pas nouvelle : elle a été identifiée pour la première fois en Grande-Bretagne en décembre 2020. Il s’agit d’un variant de variant, nommé scientifiquement « 20I/484K » (B.1.1.7 + E484K/Q). En clair, un variant anglais (B.1.1.7) qui a acquis des caractéristiques communes aux variants sud-africain et brésilien (E484K/Q). Plus précisément, des changements sur le 484e acide aminé de sa protéine spike - la fameuse clé stratégique qui permet au virus de pénétrer dans les cellules.

    On sait encore peu de choses sur l’impact de cette mutation particulière. Les hypothèses jusqu’ici soulevées parlent d’une possible résistance du virus aux anticorps développés par des sujets déjà contaminés ou des personnes vaccinées, en plus de la plus grande contagiosité procurée par la souche initiale du variant anglais. Mais cela n’est pas encore formellement démontré.

    Échecs vaccinaux et cas de réinfection
    La mutation reste suffisamment inquiétante pour que les autorités sanitaires la rangent en tant que « variant préoccupant » dans la classification mondiale. Le plus haut rang, au même titre que les variants anglais, brésilien et sud-africain.

    Le Finistère n’est pas le seul territoire français concerné par la découverte. 22 autres malades au variant mutant ont été recensés en Ile-de-France, 3 dans les Hauts-de-France, 2 en Centre-Val de Loire, 1 en Provence-Alpes-Côte d’Azur et 1 dans les Pays-de-la-Loire. « Plusieurs cas sont associés à des clusters intrafamiliaux, avec des transmissions en l’absence de suivi des gestes barrières », déplore Santé publique France. « Plusieurs échecs vaccinaux (contamination après l’injection des deux doses de vaccin, NDLR) et un cas de réinfection ont également été recensés parmi les cas confirmés ». On ignore si les malades bretons en font partie.

    Dépistage renforcé à Brest
    Le 13 avril, « 20I/484K » a été retrouvé dans 3 % des tests positifs séquencés ce jour-là en Bretagne, « en augmentation ». Une présence plus forte qu’en Ile-de-France (2,7 %).

    Une nouvelle étude a été lancée mardi 27 avril, pour mesurer véritablement l’ampleur de sa diffusion dans la région. « Elle analysera l’ensemble des prélèvements positifs réalisés ce jour-là dans le Finistère et des échantillons dans les trois autres départements, afin de dresser une cartographie de l’ensemble des virus, connus ou non, qui circulent sur le territoire », annonce l’ARS au Télégramme.

    Parallèlement, des actions ciblées de dépistage sont menées dans l’agglomération brestoise. Trois points éphémères ont été ouverts fin avril. D’autres seront mis en place dans les prochains jours (dont le 30 avril au complexe sportif de Guipavas).

    De leur côté, les autorités nationales tentent de déterminer comment une telle souche est arrivée jusque sur le sol français. « Aucun voyage à l’international récent n’a été rapporté (parmi les cas confirmés). En dehors du cluster de Brest Métropole, il reste difficile à ce stade de savoir si les cas isolés détectés sont le reflet d’une diffusion communautaire à bas bruit de ce virus ou d’événements d’acquisition de la mutation indépendants les uns des autres », reconnaît Santé publique France.

    Les indicateurs se dégradent à Brest
    La situation sanitaire dans Brest Métropole se dégrade depuis plusieurs semaines. Quatre des huit communes sont au-dessus du seuil d’alerte renforcé (Brest, Guilers, Gouesnou et Guipavas), contre un seul (Le Relecq-Kerhuon) au début du mois. Le taux d’incidence a augmenté, passant de 80 cas pour 100 000 habitants au 30 mars, à 126 cas 20 jours pour tard. Le taux de positivité a bondi de 2,3 % à 5,1 %.

    Mais on ne peut, en l’état des connaissances scientifiques actuelles, imputer cette détérioration sanitaire à l’apparition du variant anglais mutant sur le territoire finistérien. L’ARS Bretagne appelle la population à continuer à respecter les gestes barrières.

  • Coronavirus : la menace d’un couvre-feu avancé en région parisienne | RN-NEWS
    https://www.cnews.fr/france/2021-01-06/coronavirus-la-menace-dun-couvre-feu-avance-en-region-parisienne-1033383

    [...] Selon les dernières données (datant du 2 janvier), le taux d’incidence dans l’ensemble de la population francilienne se situe entre 130 et 140, suivant les départements. Après une nette augmentation juste avant Noël (possiblement liée à la forte hausse du nombre de tests), une baisse statistique a été enregistrée au moment des fêtes. Depuis, les niveaux remontent petit à petit.

    Concernant les personnes âgées, le taux d’incidence en région parisienne est d’environ 158, d’après les chiffres disponibles, qui datent de la dernière semaine de 2020. Les 80-89 ans (150) et les plus de 90 ans (268) sont le plus gravement touchés.

    DÉJÀ UNE REPRISE OBSERVÉE DANS LES EAUX USÉES

    L’évolution de ces données est donc scrutée comme le lait sur le feu ces jours-ci. Le brassage de population pendant les vacances, ainsi que la réouverture des établissements scolaires depuis lundi 4 janvier, risquent logiquement d’accroître de nouveau la pression épidémique.

    Cette tendance à la hausse semble d’ailleurs déjà être détectable par l’un des indicateurs les plus avancés : la concentration de coronavirus dans les #eaux_usées franciliennes. « Nous étions sur un plateau avant les fêtes, ce qui n’était déjà pas très bon. Mais depuis, les nouveaux prélèvements indiquent une remontée des niveaux » , indique à CNews ce mercredi 6 janvier Vincent Maréchal, professeur de virologie à la Sorbonne et co-fondateur du projet #Obépine, les scientifiques du laboratoire d’Eau de Paris chargés du sujet.

    Coronavirus : la région parisienne devrait atteindre « 5.000 vaccinations par jour d’ici à la fin de la semaine »

    Si les données doivent encore être consolidées, une confirmation de cette tendance négative « ne surprendrait pas » le virologue. « Il y a eu beaucoup d’imprudences à Noël et surtout lors du réveillon du 31 décembre. Nous allons le payer, il ne faut pas se faire d’illusion », avertit le scientifique. Vincent Maréchal prévoit ainsi d’ores et déjà « d’envoyer une alerte au ministère de la Santé » vendredi 8 janvier, à l’issue d’une nouvelle réunion de son équipe.

    [...]

    L’INQUIÉTANT VARIANT ANGLAIS

    Signe possible de cette crainte grandissante, « le conseil scientifique a passé un coup de téléphone ce matin [mercredi 6 janvier] pour nous dire d’en faire notre priorité absolue », révèle Vincent Maréchal. Les membres du projet Obépine travaillent en effet à l’identification de ce variant britannique dans les eaux usées parisiennes. Une nouvelle technique devrait pouvoir être testée « d’ici à une semaine », selon le co-fondateur de cette cellule scientifique.

    En parallèle, la mairie de Paris continue de mettre la pression sur le gouvernement pour accélérer la campagne de vaccination. Anne Souyris, l’adjointe à la santé d’Anne Hidalgo, a dit ce mercredi 6 janvier espérer obtenir un « go » d’ici à la fin de la semaine sur la mise en place de « vaccinodromes » dans la capitale. En revanche, l’ouverture de centres de vaccinations dans les mairies d’arrondissement a été écartée « à ce stade », à l’issue d’une réunion la veille avec l’Agence régionale de santé et les préfets de Paris.

    #Paris #covid-19 #région-parisienne #taux_de_prévalance

    • Rebond de l’épidémie de Covid-19 : des relevés inquiétants dans les eaux usées d’Ile-de-France
      https://www.leparisien.fr/societe/coronavirus-dans-les-eaux-usees-d-ile-de-france-pourquoi-les-derniers-rel

      Les scientifiques du réseau Obépine ont constaté une augmentation de la concentration en virus dans les stations franciliennes. De quoi faire craindre une hausse plus importante du nombre de personnes positives ces prochains jours.

      Cet indicateur trop peu exploité et trop discret est un point d’appui bien utile lorsqu’on ne veut pas entrer dans le détail des balivernes innombrables qui circulent partout afin de dénier les évaluations des taux de prévalence au nom de (fausses) critiques des tests sur lesquels il reste compliqué de fournir une explication d’ensemble et de détail, des biais, des corrections à apporter aux chiffrages [ qui comportent des erreurs et ruptures de série, etc.]. Pour ma part j’ai renoncé, je sais pas faire, sauf à pointer 3 ou 4 contre-vérités répandues et aux airs convaincants.

      #loi_de_Brandolini

    • Je n’ai sûrement pas assez et pas assez bien cherché mais pour trouver des données, il me semble que c’est au petit bonheur la chance. Je n’ai vu que Marseille et la région parisienne citées, très occasionnellement, comme endroits où de telles analyses étaient conduites, et les données, je ne sais pas où elles sont. C’est pourtant un très bel indicateur qui permet à pas cher (les prélèvements sont au-to-ma-ti-ques et fiables, ah ah ah) de disposer d’une capacité d’anticipation plutôt que de courir après l’épidémie avec retard, ce qui semble être le pli structurel de tout ce qui est fait ici, y compris pour ce qui parfaitement programmé et connue comme la stratégie vaccinale (les 2/3 des congelos basse température gardés en réserves au lieu d’être déployés, par exemple).
      Dernier cas rageant en date, on peut faire 6 doses de vaccin Pfizer au lieu de 5 avec un flacon si c’est organisé afin d’optimiser (eh oui) les stocks, ce qui permet d’ouvrir la vaccination à des demandeurs disponibles au jour le jour (des soignants de moins de 50 ans, par exemple) pour éponger les reliquats tout à fait valables ainsi dégagés (contrairement à la connerie de retarder la deuxième injection). Ben non. On sait pas faire, alors que cela se fait ailleurs, que de telles procédures « vertueuses » ne demandent rien d’autre que d’être copiées.

      #absurdistan

    • Covid 19 - MesVaccins.net
      http://www.mesvaccins.net/web/covid-19

      Le projet #Obépine pour « Observatoire épidémiologique dans les eaux usées » est mené depuis deux mois par les chercheurs d’Eau de Paris en collaboration avec Sorbonne Université, le Syndicat interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne (Siaap) et l’Institut de recherche biomédicale des armées (Irba). Obépine vise à surveiller les eaux usées pour suivre l’épidémie de coronavirus. Le SARS-CoV-2 excrété dans les selles des malades se retrouve en effet dans les égouts, entre quelques heures et 3 jours après. L’Ifremer détecte de possibles traces de SARS-CoV-2 dans l’environnement marin dans les eaux usées du Grand Ouest, mais cela n’a pas affecté les coquillages.

      Depuis plus de deux mois, les eaux d’une trentaine de sites de traitement, dont plus d’une dizaine sont situés en Ile-de-France Nancy et Clermont… sont sous surveillance ; Paris regarde dans quelle mesure ce dispositif peut être applicable à l’échelle de l’agglomération et sur la question des micro-clusters des quartiers, voire des établissements. La mise en place d’un suivi quantitatif de la charge virale de SARS-CoV-2 dans les eaux usées permettrait améliorer la surveillance de la circulation du coronavirus y compris des asymptomatiques.

      je ne crois pas que les données soient publiées.

    • Cf. « Sars-CoV2 dans les eaux usées, remarquable présentation du projet #Obepine »
      https://seenthis.net/messages/897435

      Résultats publiés, peut-être grâce à la demande de Elias Orphelin, qui participe au projet #Covidtracker.

      Fin de la réponse du Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, 9 janvier 2021 :

      J’ai le plaisir de vous informer que nous rendrons disponibles et réutilisables les données de courbe de tendance dans les meilleurs délais, après avoir informé les collectivités concernées qui ont fait l’effort d’ouvrir leurs stations à l’équipe des chercheurs d’Obépine, les données ayant vocation à être ouvertes dans le cadre du devoir d’information des citoyens.
      Par ailleurs, au fur et à mesure de l’affinement de la méthodologie, le programme scientifique publiera des données plus fines au cours de l’année 2021. Trois publications scientifiques, qui seront accompagnées de données détaillées, sont déjà soumises. Un manuscrit est accepté, deux manuscrits sont en cours de correction. Six autres publications sont prévues dans les semaines qui viennent.

      Données relatives à la concentration de SARS-CoV-2 dans les eaux usées
      https://madada.fr/demande/donnees_relatives_a_la_concentra