Virologist Christian Drosten : « I Am Quite Apprehensive about What Might Otherwise Happen in Spring and Summer »

/interview-with-virologist-christian-dro

  • Très intéressant : ces jours-ci, notre efficace gouvernement se félicite que la campagne de vaccination est « en avance » sur ses prévisions. Par exemple ici (et sinon entendu à la radio nationale aujourd’hui) :
    La vaccination contre le Covid-19 atteindra en août son objectif… en avance
    https://www.courrier-picard.fr/id215168/article/2021-07-22/la-vaccination-contre-le-covid-19-atteindra-en-aout-son-objectif-en-

    Le gouvernement s’était fixé un objectif de 40 millions de premières injectons de vaccin contre le Covid-19 pour le mois d’août. L’objectif sera atteint ce mois-ci.

    C’est vraiment important ça : ça signifie que le gouvernement n’avait de toute façon jamais prévu d’atteindre un niveau de vaccination qui aurait permis, seul, de contrer la nouvelle vague cet été. C’est-à-dire que le gouvernement admet qu’il a une fois de plus merdé le déconfinement, et qu’il a une fois de plus merdé l’arrivée d’une nouvelle vague, en faisant le choix de se reposer uniquement sur la vaccination (dont on nous dit donc aujourd’hui que même « en avance », elle n’est pas capable d’arrêter cette vague). Mauvaise volonté des anti-vax ou pas.

    Et qu’en septembre, nos enfants seront une fois de plus à poil face à cette vague, sans rien de sérieux préparé dans les écoles.

    (Constat qui n’invalide pas par ailleurs le fait que je soutiens qu’on a besoin d’être extrêmement volontaristes sur la vaccination, et refuser ces histoires de « liberté individuelle » alors même que le vaccin est un des principaux outils pour nos libertés collectives et individuelles à moyen terme. Et aussi le fait que les 30% à 40% de gens aujourd’hui avec le masque sous le nez dans les supermarchés sont des sales cons.)

    • Un autre aspect d’intérêt, c’est cette histoire d’avoir « gagné du temps » en faisant traîner les restrictions molles et merdiques pour finalement faire redescendre la courbe avec plusieurs mois de retard. Ce haut fait d’Épidémiologiste 1er.

      Non seulement ça s’est payé en malades graves et en morts, mais en plus, on n’a justement pas « gagné du temps », puisqu’au lieu d’avoir pu profiter d’un peu de liberté, on a replongé illico dans la vague Delta. La courbe ici à Montpellier est épatante : les jeunes de 20 à 29 ans, le taux d’incidence n’est redescendu dans le vert que pour une durée de deux semaines !

      Tout ce qu’on a « gagné », ce sont des morts et des malades, et une période de répit plus courte d’autant qu’on a prolongé la 2e vague…

      Je te fais un dessin :

      Et pour la bonne bouche, je te mets aussi une étoile pour célébrer l’article « Reconfinement allégé et vaccination : comment Emmanuel Macron a gagné son pari » du 12 juin dans le JDD :
      https://www.lejdd.fr/Politique/reconfinement-allege-et-vaccination-comment-emmanuel-macron-a-gagne-son-pari-4

      (Suggestion : prévoir exactement le même genre de communication à propos du « temps gagné » sur le réchauffement climatique.)

    • Donc ni les mesures ni les menus du jour vaccinals semblent en mesure de contrer de nouvelles vagues et de nouveaux variants, sauf à répéter de nouvelles injections pour chaque variants.
      Donc nos enfants, effectivement se retrouverons à poil en septembre, ou blindé messenger pour le reste de leur vie.

    • Donc ni les mesures ni les menus du jour vaccinals semblent en mesure de contrer de nouvelles vagues et de nouveaux variants, sauf à répéter de nouvelles injections pour chaque variants.

      Absolument rien de scientifiquement fondé ne permet d’affirmer ça pour l’instant.

    • Ce qu’on sait, c’est que la couverture vaccinale actuellement est insuffisante pour arrêter seule la nouvelle vague. À terme, si la couverture vaccinale augmente massivement, elle devrait permettre d’arrêter les futures vagues (c’est le principe d’un vaccin : on protège suffisamment, même de manière imparfaite, pour de toute façon faire tellement chuter le taux de reproduction que toute nouvelle introduction du virus s’éteint très rapidement).

      Pour l’instant aussi, on n’a aucune indication d’échappement vaccinal avec un variant qui se diffuserait massivement : les vaccins actuels protègent efficacement contre l’actuel variant Delta. C’est une crainte que ça finisse par arriver, mais ce n’est pas le cas actuellement.

      Quand aux « mesures », pour l’instant c’est le néant et c’est l’objet de ce thread : le pari gouvernemental de laisser faire la fête du slip (« la vie comme avant ») en se reposant uniquement sur l’avancement de la vaccination est ce qui nous plante en ce moment (et non la mauvaise volonté – même si elle est réelle – d’une grosse partie de la population à se faire vacciner). Puisqu’on annonce être en avance d’un mois sur le calendrier vaccinal du gouvernement, cocorico, et qu’on se mange tout de même des progressions encore jamais vues des contaminations.

      La « grosse » mesure qui est le passe vaccinal, grosso modo ce sera début août pour les lieux qui comptent. Peut-être qu’il aura une efficacité, même très imparfaite, pour faire suffisamment baisser le taux de reproduction, associé à la couverture vaccinale partielle, ou peut-être qu’il est tellement troué, avec une volonté politique de ne pas nuire au consumérisme des fêtards dans les régions touristiques, qu’il n’aura qu’un effet marginal (mineurs exclus du passe, contrôles bidon comme, tout le monde le pense très fort, dans les boîtes de nuit actuellement, multiplication des QR codes de complaisance…). Pour l’instant on ne sait pas.

    • Ah, important : et c’est pas comme si c’était pas annoncé par les scientifiques. C’est très très exactement ce qu’avait dit craindre Christian Drosten en… janvier dernier :
      https://www.spiegel.de/international/germany/interview-with-virologist-christian-drosten-i-am-quite-apprehensive-about-wh

      Drosten: Once the elderly and maybe part of the risk groups have been vaccinated, there will be immense economic, social, political and perhaps also legal pressure to end the corona measures. And then, huge numbers of people will become infected within just a short amount of time, more than we can even imagine at the moment. We won’t have 20,000 or 30,000 new cases a day, but up to 100,000 in a worst-case scenario. It will, of course, be primarily younger people who are less likely than older people to have severe symptoms, but when a huge number of younger people get infected, then the intensive care units will fill up anyway and a lot of people will die. Just that it will be younger people.

    • Depuis le début, nous surfons sur une vague dénommée « worst case scenario » en ce qui concerne les réactions des populations (gvt en premier lieu).

      Alors même que d’une certaine façon, dans la mesure où ce virus n’est pas massivement mortel, nous pourrions aussi dire que nous ne sommes pas dans un « worst case scenario » du point de vue de la nature du virus.

    • En l’absence de mesures barrières et de modifications de comportements, Laurent Thines évalue l’impact probable du sarscov2 en France à 300 000 décès. De plus :

      « Le Covid-long menace. Nous avons appris à connaître maintenant un peu mieux les séquelles sur la santé de la contraction du virus (60% des patients ont encore au moins un symptôme à six mois) : épisodes de fièvre, fatigue profonde, toux et difficultés respiratoires persistantes (fibrose pulmonaire), fatigabilité et malaise à l’effort physique, douleurs thoraciques et palpitations, maux de tête et douleurs musculo-articulaires, perte d’odorat et de goût, troubles de mémoire et de concentration, rétraction pénienne… Ce florilège d’effets tardifs balaie à lui seul l’argument de ceux qui défendent la notion d’une maladie bénigne qui ne tue que ceux dont la santé était très dégradée et qui “allaient de toute façon mourir dans l’année”.

      https://seenthis.net/messages/924110

  • La contamination au Covid-19 a lieu lors des repas selon l’Institut Pasteur | Le HuffPost
    https://www.huffingtonpost.fr/entry/cette-etude-de-linstitut-pasteur-confirme-ce-quon-sait-des-lieux-de-c

    COVID-19 - Repas de famille et retrouvailles entre amis augmentent les risques de contaminations au Covid-19. Ce sont les résultats de la 3ème étude ComCor pour l’Institut Pasteur sur les lieux de contamination au Covid-19, dont les résultats ont été détaillés par l’épidémiologiste membre du Conseil scientifique Arnaud Fontanet dans le Journal du Dimanche ce dimanche 7 février.

    “La transmission se fait beaucoup en famille ou entre amis”, a donc rappelé Arnaud Fontanet dans l’entretien au JDD, confirmant ce qui se dessine depuis déjà quelques moins.

    • Pff, j’ai eu peur, heureusement que mes collègues de bureau ne sont pas mes amis, on se postillonne dessus toute la journée, et lorsque je prends le métro, je fais bien attention à ne reconnaitre personne de ma famille.

      #libéralisme
      #solitude

      psst, tu as vu la photo pour une fois … ben non, encore raté, le racisme se glisse partout décidément.

    • "L’étude soulignait en effet que les repas “jouent un rôle central”, ainsi que les bureaux partagés, et tous types de réunions physiques. La prédominance des infectants “proches” est logique, car c’est en leur compagnie que la garde des gestes barrières est souvent levée.

      Plus généralement, les résultats confirment ce qu’on l’on sait de la transmission du virus, qui se fait essentiellement par des gouttelettes expulsées par la bouche et le nez lorsqu’on parle, tousse ou éternue, mais aussi par les microgouttelettes émises en permanence par la respiration. Quand on enlève le masque, souvent pendant les repas, on s’expose logiquement à un risque accru de contamination."

    • Je vais pas souvent au local que l’on partage en co-working-location-indivis+ mais ce midi, impossible de déjeuner, il y a des rires et des hurlements des personnes dans la cuisine autour de la table. C’est sympa de rire mais autant ouvrir la fenêtre pour aérer, sauf que j’ai droit à des moqueries et une totale incompréhension « ah ben vous oubliez vite les 80.000 morts du covid dites donc » ça fait tomber l’ambiance et les regards s’assombrissent, l’un d’eux se charge de refermer la fenêtre.
      #c'est_ta_faute
      #plombe_l'ambiance
      #blame_the_victim

    • Je crains qu’on se prenne une vague post-vaccinale : les vaccinés se croiront protégés et laisseront tomber les gestes barrière avant la protection réelle. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle beaucoup de gens se font vacciner : en finir avec les masques. No comment !
      On est quand même toujours sur un plateau à 700 décès/jour ! 3 airbus qui s’écrasent tous les jours, ce n’est pas rien ! Mais tout va bien puisque les gens vont pouvoir partir en vacances....

    • @rckloar C’est exactement le scénario que craint Drosten, dans son interview d’il y a deux semaines :
      https://www.spiegel.de/international/germany/interview-with-virologist-christian-drosten-i-am-quite-apprehensive-about-wh

      Drosten: Once the elderly and maybe part of the risk groups have been vaccinated, there will be immense economic, social, political and perhaps also legal pressure to end the corona measures. And then, huge numbers of people will become infected within just a short amount of time, more than we can even imagine at the moment. We won’t have 20,000 or 30,000 new cases a day, but up to 100,000 in a worst-case scenario. It will, of course, be primarily younger people who are less likely than older people to have severe symptoms, but when a huge number of younger people get infected, then the intensive care units will fill up anyway and a lot of people will die. Just that it will be younger people.

      (Sinon, pour le détail, en France, on est plutôt à 400 morts par jour, en incluant les Ehpad.)

  • via https://www.nachdenkseiten.de/?p=69245#h06 Talk im Hangar-7 – M...
    https://diasp.eu/p/12370002

    via https://www.nachdenkseiten.de/?p=69245#h06

    Talk im Hangar-7 – Merkel, Kurz und Mutationen: Politik am Volk vorbei? | Kurzfassung - 20 Min.

    Jeden Donnerstag ab 22:10 Uhr bei ServusTV Österreich und Donnerstagnacht bei ServusTV in Deutschland.

    https://www.youtube.com/watch?v=LuSk4PnemGg

    Seit Monaten beherrschen #Lockdowns unseren Alltag, doch noch immer sind keine Lockerungen in Sicht. Aus Angst vor neuen Virus-Mutationen und weiterhin hohen Infektionszahlen werden die Maßnahmen verschärft und verlängert: Geschäfte, Schulen und das gesamte öffentliche Leben bleiben eingefroren. Verfechter der #ZeroCovid-Initiative fordern jetzt sogar eine europaweit umfassende Arbeitspause. Dies lehnen die meisten Regierungschefs zwar ab, doch der Tenor ist klar: Lockerungen kommen erst ab einer (...)

  • Virologist Christian Drosten: “I Am Quite Apprehensive about What Might Otherwise Happen in Spring and Summer” - DER SPIEGEL
    https://www.spiegel.de/international/germany/interview-with-virologist-christian-drosten-i-am-quite-apprehensive-about-wh

    DER SPIEGEL: The issue of school closures was the subject of hours of debate on Tuesday during the meeting between Merkel and the state governors. Why has it been so difficult for scientists to convince people on this issue?

    Drosten : To be honest, even without our study on viral loads in children, I would not have considered it likely that children would be spared by #SARS-CoV-2. From a purely biological perspective, the mucous membrane doesn’t change all that much during puberty. Which means that children can also get infected – and be contagious. That so many doubts about that fact have arisen was always, and still is, confusing to me.

    #enfants #écoles

    • À propos du taux de reproduction et du fait qu’il faut le diminuer de manière plus agressive :

      Currently, that number is at 0.9. It is great that we have finally managed to push it back down below 1, so that the number of cases can begin to drop. But 0.9 isn’t enough if we want to quickly loosen the brakes. With an R of 0.9, it takes about a month to reduce the number of infections by half. That is too long. We should try, through an intensification of the shutdown, to get the number down to 0.7. Then, the case numbers will drop by half in just a week, and we can get to a point where we can stop the spread of B.1.1.7 or at least give ourselves a head start.

    • La stratégie d’éradication (viser zéro infections) devrait être le but :

      DER SPIEGEL: Do you think that the so-called Zero-COVID strategy, the goal of sinking the number of new infections to zero, is the right way forward?

      Drosten: I do think it would be possible with a significant effort. The virus, of course, would continue to flare up, just as we have seen in China and Australia. But it would absolutely be worthwhile to at least identify zero new infections as a target. Primarily because I am quite apprehensive about what might otherwise happen in the spring and summer.

      puis de préciser : ce qu’il craint, c’est qu’une fois les personnes les plus fragiles vaccinées, il y ait une grosse pression sociale et politique pour lever les restrictions, et ainsi laisser circuler très très largement le virus si on n’a pas, d’ici là, réduit considérablement le nombre de contaminations (et ce sera alors un massacre, cette fois chez les jeunes). Question abordée ici :
      https://seenthis.net/messages/898188

  • Virologist Christian Drosten: “I Am Quite Apprehensive about What Might Otherwise Happen in Spring and Summer” - DER SPIEGEL
    https://www.spiegel.de/international/germany/interview-with-virologist-christian-drosten-i-am-quite-apprehensive-about-wh

    Drosten : Antibodies are just one component of immune protection, another is T-cell immunity. That protects much more strongly against a serious progression of the illness. If the virus mutates, it doesn’t have an effect on T-cell immunity. As such, I don’t think that we have to fear that our vaccines will be ineffective.

    #immunité #vaccin #sars-cov2 #anticorps

    • DER SPIEGEL: When you formulate such assessments, people across Germany are listening, and it often determines public opinion. How well are you able to live with that responsibility?

      Drosten: It doesn’t rob me of sleep. From the very beginning, I hoped that this public role would be shared among several people. And luckily, that is happening.

      Donc à peu près l’inverse de ce qui se passe ici, où la parole est confisquée (et distillée de façon perverse) par un gouvernement qui prend la population pour une bande demeurés, et donc suscite la défiance.

  • Est-ce que, vu que ça fait un an que ça dure, on a une théorie un peu sérieuse sur l’effet de l’arrivée de l’été sur le virus ?

    Parce que de ce que je vois, la situation est mauvaise en ce moment au Brésil, où c’est l’été.

    Je vous dis ce que je crains ? Si on continue avec ces pseudo-confinements qui se contentent de bloquer la progression, sans réellement d’effet à la baisse, on va se maintenir à des niveaux très élevés de circulation du virus, et je ne vois pas dans ce cas comment on pourrait rouvrir quoi que ce soit de restauration, de bistrots et de culturel pour l’été.

    À moins que le pari est que d’ici là, on aura vacciné au moins la population la plus fragile, et que donc on pourra laisser s’ébattre le virus dans la population, avec un taux de mortalité bien plus faible et donc sans saturer les réas. Ce qui me semble un choix excessivement risqué.

    • L’immunité de troupeau naturelle à partir d’une vague initiale n’existe pas (#Manaus). Les seuls « vaccins » (in)disponibles ont des effets dont on ne sait pas à quel point ils sont limités. Le pari : compter sur des mutations nombreuses pour obtenir une immunité de troupeau naturelle, à moyen terme....

      Immunological characteristics govern the transition of COVID-19 to endemicity - View ORCID ProfileJennie S. Lavine1,*, View ORCID ProfileOttar N. Bjornstad2, View ORCID ProfileRustom Antia1
      https://science.sciencemag.org/content/early/2021/01/11/science.abe6522

      We are currently faced with the question of how the CoV-2 severity may change in the years ahead. Our analysis of immunological and epidemiological data on endemic human coronaviruses (HCoVs) shows that infection-blocking immunity wanes rapidly, but disease-reducing immunity is long-lived. Our model, incorporating these components of immunity, recapitulates both the current severity of CoV-2 and the benign nature of HCoVs, suggesting that once the endemic phase is reached and primary exposure is in childhood, CoV-2 may be no more virulent than the common cold. We predict a different outcome for an emergent coronavirus that causes severe disease in children. These results reinforce the importance of behavioral containment during pandemic vaccine rollout, while prompting us to evaluate scenarios for continuing vaccination in the endemic phase.

      #gouvernerlapandémie

    • Ah, Christian Drosten aborde très exactement ces deux points (effet de l’été, laisser filer l’épidémie une fois les personnes fragiles vaccinées) dans son interview de la semaine :
      https://www.spiegel.de/international/germany/interview-with-virologist-christian-drosten-i-am-quite-apprehensive-about-wh

      Drosten: Once the elderly and maybe part of the risk groups have been vaccinated, there will be immense economic, social, political and perhaps also legal pressure to end the corona measures. And then, huge numbers of people will become infected within just a short amount of time, more than we can even imagine at the moment. We won’t have 20,000 or 30,000 new cases a day, but up to 100,000 in a worst-case scenario. It will, of course, be primarily younger people who are less likely than older people to have severe symptoms, but when a huge number of younger people get infected, then the intensive care units will fill up anyway and a lot of people will die. Just that it will be younger people. We can cushion this terrible scenario somewhat by pushing the numbers way down now.

      DER SPIEGEL: Can we be confident that case numbers will begin to drop in spring as temperatures rise?

      Drosten: I don’t think so. The fact that we had such a relaxed summer in 2020 likely had to do with the fact that our case numbers remained below a critical threshold in the spring. But that’s not the case any longer. I am afraid that it will be more like in Spain, where case numbers climbed rapidly again after the lockdown was lifted, even though it was quite hot. In South Africa, too, where it is currently summer, case numbers are at a high level.