/1364163758529142784

  • « En France, les sciences humaines et sociales ne sont pas au service du politique »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/02/23/en-france-les-sciences-humaines-et-sociales-ne-sont-pas-au-service-du-politi

    Les deux historiens Alain Blum et Juliette Cadiot rappellent, dans une tribune au « Monde », que nombre de leurs collègues en Pologne, Hongrie ou en Russie sont victimes de #contrôles_politiques et voient leurs recherches entravées par la #censure. Une mainmise du pouvoir sur la #recherche afin de contrôler le récit national.

    Tribune . Le 9 février, deux universitaires polonais de réputation internationale, travaillant de longue date sur la Shoah, ont été condamnés pour diffamation par un tribunal de Varsovie. Ils auraient, en décrivant l’action d’un maire de village à l’égard des juifs durant la guerre, porté atteinte à son honneur. Cela ne fait que concrétiser des décisions prises par les autorités polonaises incitant à condamner au civil toute personne attribuant les crimes de la Shoah aux Polonais et non aux Allemands, et donc interdisant, de fait, tout travail mettant en évidence la contribution de Polonais à l’extermination des juifs. Ce serait diffamer la nation polonaise.

    Il est vrai que les autorités polonaises ne sont pas les premières en Europe à s’attaquer ainsi au milieu universitaire en s’immisçant dans le débat scientifique. Les autorités hongroises le font régulièrement, sans parler de ce qu’on voit en Turquie.

    Interdire la « propagande anti-russe »

    La Russie, depuis plusieurs années, a mis en place des lois restrictives encadrant les recherches historiques. Une commission destinée à « contrer les tentatives de falsifier l’histoire au détriment des intérêts de la Russie » avait été créée en 2009. Elle a fait long feu, mais l’intervention politique contre le milieu universitaire ne s’est pas arrêtée là. Il est par exemple interdit de mettre en cause l’honneur de la Russie durant la seconde guerre mondiale. Cela fait peser une menace sur les chercheurs qui étudient les violences de l’armée rouge ou les stratégies du haut commandement militaire soviétique. Dans ce même pays, un addendum à la loi sur l’éducation est actuellement en discussion qui vise à interdire la diffusion « d’informations illégales » et de « propagande anti-russe » dans les écoles et les universités.

    « Les #libertés_académiques constituent une protection contre les tentatives d’instrumentalisation des #universités pour d’autres raisons que la science »

    Un nouveau pays se serait-il désormais joint à ce concert, la France ? Nous qui étudions l’histoire de l’est de l’Europe, voyons régulièrement nos collègues de certains de ces pays en proie au contrôle politique et à la censure de la recherche, notamment en sciences humaines et sociales. Nous sommes choqués par le parallélisme de procédés visant à remettre en cause les libertés académiques et ce qui fait le fondement des sciences sociales, une approche critique du monde dans lequel nous vivons. Les propos de la ministre de l’enseignement supérieur, et l’annonce d’une procédure d’enquête visant à la fois les opinions politiques des chercheurs et leurs catégories d’analyse, rappellent cette volonté de contrôler le récit national, que l’on croyait propre à des gouvernements autoritaires...

    Article réservé à nos abonnées

    • libertés académiques, suite et fin

      Le slogan de « l’islamo gauchisme » de Frédérique Vidal, parfois désigné sous le terme « d’anti-républicanisme », et les propos de Jean-Michel Blanquer auparavant, ne rappellent-ils pas celui de « l’antipatriotisme » russe ou de « l’antinationalisme » polonais, au nom desquels des recherches et des chercheurs de grande qualité sont fustigés et censurés ?

      Est-il nécessaire de rappeler, ici, en France, que les sciences humaines et sociales ne sont pas au service du politique et de sa conception de ce que devrait penser la nation ? Nous ne pouvons que saluer la réaction du monde académique, que ce soient les chercheurs, les universitaires ou les institutions, notamment la Conférence des présidents d’universités (CPU), l’Alliance thématique nationale des sciences humaines et sociales (Athéna), et nous l’espérons le CNRS, qui résistent à une demande alimentant des conflits politiques et s’opposent aux injonctions de la ministre. En Russie, en Pologne, en Hongrie, cette résistance est présente, bien plus courageuse tant les risques sont forts. Ces expériences nous rappellent combien l’autonomie des universités est fragile.

      Un lieu de savoir qui doit être respecté

      Le principe des libertés académiques est ancien et a été affirmé par l’Organisation des Nations unies dans une convention en 1948. Or, il est remis en cause dans des pays que nous qualifions d’autoritaires. Mais il est aussi attaqué quand, sous la pression d’activistes intellectuels qui se présentent comme « conservateurs » et qui se plaignent d’être mal représentés et mal traités dans le monde académique, les représentants de la puissance publique décident de s’immiscer dans les débats scientifiques. Dans le cas de la Pologne, la ligue contre la diffamation de la nation polonaise s’est portée partie civile contre les historiens susmentionnés, et ses arguments sont relayés au sommet de l’Etat.

      L’université est un lieu de savoir scientifique qui doit être respecté. Les libertés académiques constituent une protection contre l’intervention de l’Etat, mais aussi contre les tentatives d’instrumentalisation des universités pour d’autres raisons que la science. L’université doivent rester un lieu de débats ouverts et contradictoires, à l’écart d’une instrumentalisation politique, c’est un principe fondateur de nos démocraties.

      Alain Blum est historien, directeur de recherches à l’INED et au Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (Cercec)/EHESS ; Juliette Cadiot est historienne, directrice d’études au Cercec/EHESS.

      #université #recherche #police_de_la_pensée