« Les avantages à laisser les écoles ouvertes sont largement supérieurs aux inconvénients »

/jean-michel-blanquer-en-cp-le-retour-a-

  • Jean-Michel Blanquer : « Les avantages à laisser les écoles ouvertes sont largement supérieurs aux inconvénients »
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/03/09/jean-michel-blanquer-en-cp-le-retour-a-l-ecole-a-permis-globalement-d-efface

    Sur le plan strictement scolaire, mesure-t-on les effets du confinement ?

    Les dispositifs d’évaluation mis en place depuis 2017 nous ont été pour cela très précieux. Ainsi, pour nos 800 000 élèves de CP, les tests qu’ils ont passés, en septembre, montraient une régression inévitable du fait du confinement. Ces mêmes écoliers ont de nouveau été évalués en janvier, et leurs résultats sont en net progrès. En mathématiques comme en français, le retour à l’école a, globalement, permis d’effacer le recul lié à la période du confinement.
    Ce constat vaut-il aussi pour les élèves défavorisés ?

    Le rattrapage n’est pas aussi homogène qu’on le voudrait, notamment pour les élèves relevant de l’éducation prioritaire renforcée [REP +]. Les progrès de ces derniers, en français comme en mathématiques, sont moins importants que ceux de tous les autres élèves. Les écarts de réussite en français ont même pu s’accentuer – ce qui n’est pas le cas en mathématiques. Cela ne veut pas dire que ces écoliers ont régressé : c’est l’amélioration de la réussite de tous les autres qui a creusé l’écart.
    Qu’en est-il des « décrocheurs » ?

    C’est une autre bonne nouvelle, assez contre-intuitive : nous n’avons pas vu augmenter leur nombre en 2020. Dans les lycées professionnels où se concentre souvent le décrochage, on a vu revenir les élèves beaucoup plus nombreux en septembre. Etre privé d’école a conduit à un regain d’attachement à l’école. Voilà une autre donnée à mettre au crédit des professeurs, qui ont fait un travail exceptionnel durant toute la période.
    Vous leur rendez hommage. N’est-il pas temps de tous les revaloriser ?

    Cette revalorisation, nous y travaillions dès avant la crise sanitaire. Ce travail arrive à maturité : le Grenelle de l’éducation va s’achever en mars. Les premières augmentations ont eu lieu, avec la prime informatique versée, fin février, à tous les professeurs, ou encore la prime de 450 euros annuels pour les directeurs d’école. Les plus jeunes vont aussi percevoir, pour certains, jusqu’à 100 euros par mois supplémentaires à partir de mai. Le mouvement se poursuivra, nous y travaillons avec le premier ministre. Les plus jeunes bénéficieront davantage de cet effort. Nous avançons dans les discussions pour 2022 avec les syndic

    #Ecole_sans_école #La_brosse_avant_le_bâton