/des-femmes-migrants-en-grece-et-en-liby

  • Des femmes migrants en Grèce et en Libye : leadership féminin dans le monde de la Covid-19 | The Storyteller
    https://storyteller.iom.int/fr/stories/des-femmes-migrants-en-grece-et-en-libye-leadership-feminin-dans-le
    https://storyteller.iom.int/sites/default/files/styles/facebook_graph_/public/drag-n-drop/Zahra+Sakineh.jpg?itok=3QA62WPU

    Cette année, nous célébrons la 2e Journée internationale des femmes pendant l’urgence sanitaire de la COVID-19. À l’échelle mondiale, les femmes migrantes ont été et continuent d’être des travailleuses de première ligne qui se dévouent pour soutenir leurs communautés en tant que personnel de santé, scientifiques, professeures et prestataires de services, dont beaucoup travaillent dans des services essentiels. Les femmes maintiennent les familles et les communautés unies alors que les filets de sécurité de la société menacent de s’effilocher.En cette Journée internationale des femmes, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) rend hommage au leadership des femmes dans le cadre de la réponse à la COVID-19, alors qu’elles continuent à se battre pour un monde plus juste et plus équitable. Les participantes aux diverses initiatives de l’OIM à travers le monde montrent comment les femmes et les filles en situation de déplacement élargissent leurs horizons et empruntent des chemins difficiles pour réussir.
    Zahra M. et Sakineh R., deux femmes qui sont nées de parents afghans en Iran, vivent aujourd’hui dans un camp de migrants en Grèce. Elles ont décidé de prendre les choses en main lorsque les activités éducatives ont dû être interrompues en raison de la COVID-19. Sakineh se souvient : « Au début, nous restions à la maison, nous ne savions pas à quoi nous attendre. Nous suivions les protocoles sanitaires, mais au fil du temps, nous avons décidé de créer un environnement plus éducatif et plus divertissant pour nos enfants. J’enseigne l’anglais aux débutants en tant que bénévole. Je me sens heureuse et fière parce qu’à travers cette situation difficile, j’ai pu compter sur mes propres forces et contribuer à ma communauté ».Avec le soutien de l’équipe de l’OIM sur place, Zahra et Sakineh ont lancé des cours, dispensés à une trentaine de personnes vivant dans le camp, des matières telles que l’anglais, le persan, les mathématiques et l’artisanat, tout en respectant strictement les directives et le protocole COVID-19 en matière de santé et de sécurité.« Personne n’a manqué aucun de nos cours. Nous sommes heureuses et satisfaites d’avoir contribué à notre communauté. L’absence d’éducation est l’une des raisons pour lesquelles nous avons quitté l’Iran. Nous ne voulions pas que la même chose se produise ici », explique Zahra.Elle se voit comme une leader qui aimerait « servir sa communauté et être à ses côtés dans les situations les plus difficiles » et a fait remarquer qu’elle trouvait les leaders féminines « confiantes, œuvrant avec courage et patience pour obtenir le meilleur pour la société ».
    Zahra et Sakineh pensent que la migration leur a permis de se trouver et « a ouvert un tout nouveau monde de possibilités », et elles ne laisseront pas la COVID-19 entraver l’éducation de qui que ce soit dans le camp. Zahra et Sakineh ne sont que deux des nombreuses femmes qui migrent dans le monde entier pour bénéficier de meilleures possibilités d’éducation.

    #Covid-19#migrant#migration#iran#afghanistan#femme#sante#education#inclusion#securite#IOM