En Nouvelle-Calédonie reconfinée, « on a tenu un an, c’est déjà incroyable »

/en-nouvelle-caledonie-reconfinee-on-a-t

  • En Nouvelle-Calédonie reconfinée, « on a tenu un an, c’est déjà incroyable »
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/03/11/en-nouvelle-caledonie-reconfinee-on-a-tenu-un-an-c-est-deja-incroyable_60727

    En Nouvelle-Calédonie reconfinée, « on a tenu un an, c’est déjà incroyable »Jusqu’à la semaine dernière, le territoire était l’un des derniers au monde exempts de cas de Covid-19. Comptant 16 personnes atteintes jeudi, les autorités ont décidé de frapper vite et fort.Dimanche 7 mars, les autorités de Nouvelle-Calédonie ont décrété un confinement de deux semaines après l’apparition de cas de Covid-19 dans le territoire jusqu’ici épargné par l’épidémie.« On attend l’astéroïde », plaisante un internaute, à propos de la série noire qui frappe la Nouvelle-Calédonie. En une semaine, les habitants ont vécu une attaque mortelle de requin, une alerte au tsunami, un cyclone, et, pour parachever le tout, l’annonce, dimanche 7 mars, d’un confinement strict de deux semaines, à la suite du dépistage de neuf premiers cas de Covid-19.Sans parler de la chute du gouvernement collégial le 2 février et de l’incapacité de la nouvelle équipe élue à désigner un président, sur fond de querelle entre indépendantistes. En attendant, l’exécutif démissionnaire est cantonné à l’expédition des affaires courantes, qui, vu le contexte, portent bien mal leur nom.
    Sous cloche, l’archipel n’avait connu qu’un mois de confinement au début de la crise, du 23 mars au 20 avril 2020, et a dressé un sas sanitaire à ses frontières, imposant à tout arrivant un isolement de quatorze jours dans des hôtels réquisitionnés, dont la sortie n’est autorisée qu’après deux tests PCR négatifs.
    Depuis presque un an, le Caillou pouvait ainsi se targuer d’être l’un des derniers havres « du monde d’avant » avec restaurants, boîtes de nuit, cinéma, dîners entre amis et embrassades. Dimanche, « la bamboche » a brutalement pris fin. Selon des éléments qui restent à confirmer, le virus est arrivé par l’archipel voisin de Wallis-et-Futuna, avec lequel une bulle sanitaire avait été instaurée.Une « fuite » dans l’organisation de la quatorzaine en hôtel, également imposée à Wallis-et-Futuna à tout passager entrant, semble à l’origine de l’introduction de la maladie dans ce petit archipel de 11 500 habitants (un premier cas samedi, 129 jeudi 11 mars), laquelle s’est ensuite propagée en Nouvelle-Calédonie, où, jeudi, le compteur affichait 16 cas, dont un porteur du variant anglais.
    Tous ces patients sont récemment revenus de Wallis-et-Futuna ou sont des cas contacts. « Ça devait arriver, on ne pouvait pas rester indéfiniment dans notre bulle. On a tenu un an, c’est déjà incroyable », confie avec flegme Marianne, directrice d’une agence de communication, qui a mis son salarié en télétravail et redoute un confinement long dans un contexte déjà dégradé.
    « Le Covid s’ajoute à la crise politique, à celle du nickel et aux incertitudes sur l’avenir. C’est un peu la totale », déplore la quinquagénaire, en faisant allusion aux déboires de l’industrie métallurgique et à la tenue, au plus tard en octobre 2022, d’un troisième et dernier référendum sur l’indépendance, dans le cadre de l’accord de Nouméa (1998) et du processus de décolonisation. Les deux premiers, en 2018 et 2020, ont été gagnés par les partisans du maintien dans la République française. « C’était miraculeux qu’on y ait échappé jusque-là. Les Calédoniens sont des gens plutôt civiques et je pense qu’on va réussir à limiter la casse », se persuade pour sa part Andrée, retraitée, réajustant « ce masque qui tient chaud » en plein été austral. Pour contrer le risque d’épidémie, le gouvernement local et le Haut-Commissariat de la République ont décidé de frapper vite et fort. « On adopte la stratégie “zéro Covid” de nos voisins australiens et néo-zélandais, qui a fait ses preuves. On écrase une mouche avec un trente tonnes », explique Christopher Gygés, porte-parole du gouvernement, alors que le confinement strict est entré en vigueur dès lundi minuit.Pour deux semaines au moins, tous les établissements scolaires et universitaires sont fermés, les déplacements non impérieux sont limités à une heure par jour dans un rayon d’un kilomètre, le port du masque est obligatoire dans l’espace public, tandis que les vols internationaux dans le sens des arrivées sont suspendus, à l’instar des vols domestiques interîles. « Nous n’avons pas été pris de court car depuis un an, même si on était “Covid-free”, une cellule d’anticipation était en place en cas d’arrivée du virus », poursuit M. Gygès, qui précise qu’un stock de 5 millions de masques est disponible. Les autorités ont en outre demandé à toutes les personnes revenues de Wallis-et-Futuna depuis le 25 janvier, environ 600, de s’isoler et de se signaler aux services sanitaires. Président du Sénat coutumier, Justin Gaïa a de son côté demandé de surseoir à toutes les cérémonies traditionnelles et « de fermer les accès de toutes les tribus [kanak] » où la vie en communauté favorise la circulation du virus.

    #Covid-19#migrant#migration#france#nouvellecalédonie#sante#covidfree#casimporte#insularite#circulation#frontiere