Éditorial. Les escrocs de l’électricité

/editorial-les-escrocs-de-lelectricite-7

  • Éditorial. Les escrocs de l’électricité | L’Humanité
    https://www.humanite.fr/editorial-les-escrocs-de-lelectricite-707439

    Que ne nous a-t-on pas raconté sur les avantages de la libéralisation du secteur de l’énergie ? Combien d’articles sur les bienfaits de l’ouverture à la concurrence ? Combien d’éditoriaux sur la modernité du démantèlement EDF-GDF ? Et que d’inventivité pour créer la concurrence. Si vous êtes un distributeur d’énergie, #EDF produit de l’électricité, vous la vend à prix cassé afin que vous puissiez la revendre moins cher à vos clients. Si vous êtes un producteur d’électricité, alors EDF est obligée de vous la racheter au tarif fort pour la vendre à son propre tarif aux clients. L’argument est toujours le même : créer de la concurrence fera baisser les prix pour le plus grand « bonheur du consommateur ». En vérité pour celui des nouveaux acteurs de ce qui est devenu le « marché » de l’électricité.
    Dans le même temps que les gouvernements construisaient artificiellement cette concurrence, le compteur #Linky faisait son apparition. Simple évolution technologique ? Oui, bien sûr, Linky, qui doit remplacer les anciens compteurs, n’aurait que des atouts, nous explique-t-on ! Il « facilite la vie des consommateurs » puisqu’il permet d’être facturé par rapport à sa consommation réelle, et non une estimation, et donc de « mieux la maîtriser pour faire des économies d’énergie », et protéger la planète bien sûr.
    En vérité, la libéralisation du secteur de l’énergie et le déploiement des compteurs ont comme principal objectif la « tarification dynamique ». Le tarif facturé aux clients suivra le cours du kilowattheure à la « Bourse européenne de l’électricité en gros » heure par heure. Ce mode de tarification sera le seul possible puisque, depuis juin 2019, une #directive_européenne l’impose « auprès de chaque fournisseur qui a plus de 200 000 clients finals ». Une directive transcrite telle quelle et sans débat par le gouvernement français. En clair, l’électricité coûtera très, très cher lorsqu’on en aura le plus besoin.