une plage polluée par des tonnes de plastique provenant d’un navire en feu

?id=10771059

  • Sri Lanka : un porte-conteneurs en flammes au large de Colombo - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?v=xnCaTaw4WN0

    Six jours que l’incendie fait rage. Un porte-conteneurs transportant des produits chimiques et immatriculé à Singapour, est, depuis près d’une semaine, en proie aux flammes près de Colombo, la capitale du Sri Lanka. Le MV X-Press Pearl en provenance de l’Etat indien du Gujarat faisait route vers Colombo, lorsque le feu s’est déclaré sur le pont à 14 km au large des côtes, le 20 mai. Une explosion chimique aurait ravivé l’incendie ce mardi, cinq jours après.

    La Marine précise que de fortes rafales de vent ont entravé la lutte contre l’incendie menée par ses remorqueurs et ses canonnières. Trois navires des garde-côtes indiens devaient se joindre aux efforts ce mercredi. L’Inde voisine a déjà envoyé la veille un navire et un avion pour évaluer les dégâts et coordonner les efforts de lutte contre le brasier.

    Le navire comptait dans sa cargaison quelque 25 tonnes d’acide nitrique, entre autres produits chimiques, ainsi que des cosmétiques, selon la Marine sri-lankaise. Les 25 membres de son équipage ont pu être évacués sains et saufs, mais un membre a dû être hospitalisé pour des blessures mineures.

    • Sri Lanka : une plage polluée par des tonnes de plastique provenant d’un navire en feu

      La Marine sri-lankaise était mobilisée vendredi pour nettoyer une plage de l’île polluée par des tonnes de granulés plastiques provenant d’un porte-conteneurs en feu depuis neuf jours au large de Colombo, malgré les efforts déployés pour sauver le navire et éviter une marée noire.

      Une impressionnante fumée noire et toxique enveloppait toujours le MV X-Press Pearl, porte-conteneurs immatriculé à Singapour, qui menace de se briser et de provoquer une catastrophe environnementale en déversant des centaines de tonnes de fioul dans l’Océan indien.

      Experts néerlandais à la rescousse
      Des experts en sauvetage de la société néerlandaise Smit se sont joints jeudi aux efforts déployés par des garde-côtes indiens et les autorités locales pour tenter de sauver le navire qui brûle depuis le 20 mai, et sa cargaison de 1.500 conteneurs chargés notamment de 25 tonnes d’acide nitrique et certaines quantités d’éthanol.

      Selon les autorités, le navire transportait également au moins 28 conteneurs pleins de ces granulés de polyéthylène dont huit sont tombés à l’eau. Cette matière plastique était destinée à l’industrie de l’emballage sri-lankaise.

      Les bulldozers et la Marine sri-lankaise ont été mobilisés pour nettoyer la plage de Negombo polluée par des tonnes de ces granulés mélangés à du pétrole brûlé et autres débris rejetés par la mer en provenance du navire. 

      Le navire pourrait se briser
      L’incendie a fragilisé la structure du navire de 186 mètres de long qui pourrait se briser et se vider de son pétrole, a indiqué l’Autorité de protection de l’environnement marin (MEPA) du Sri Lanka. 

      Le navire, ancré au large du port de Colombo, transporte en outre 278 tonnes de fioul de soute et 50 tonnes de gazole marin, selon Dharshani Lahandapura, la présidente de la MEPA.

      Située à 40 kilomètres au nord de la capitale, Negombo, région de pêche, est menacée par une potentielle marée noire et sa plage, haut lieu du tourisme du pays, est désormais interdite au public. 

      Selon le vice-amiral Nishantha Ulugetenne de la Marine du Sri Lanka, plusieurs jours de lutte seront encore nécessaires avant de venir à bout de l’incendie et ce, même si les conditions météo s’améliorent. 

      Le porte-conteneurs faisait route vers Colombo en provenance l’Etat indien du Gujarat, lorsque le feu s’est déclaré à 14 km au large des côtes du Sri Lanka. Il aurait pris dans un conteneur d’acide nitrique, a expliqué Mme Lahandapura. 

      Enquête
      Les autorités enquêtent sur les circonstances entourant des fuites d’acide nitrique que l’équipage aurait remarquées avant même d’entrer dans les eaux sri-lankaises.

      En septembre de l’année dernière, le pétrolier New Diamond avait brûlé pendant tout une semaine au large de la côte orientale du Sri Lanka https://www.rtbf.be/info/monde/detail_sri-lanka-du-petrole-s-ecoule-d-un-navire-en-feu?id=10575639 après une explosion dans la salle des machines qui a tué un membre d’équipage. Une marée noire de 40 kilomètres de long s’en était suivie. Le Sri Lanka a exigé des propriétaires du supertanker 17 millions de dollars pour régler les frais de nettoyage.

      Source : https://www.rtbf.be/info/societe/detail_sri-lanka-une-plage-polluee-par-des-tonnes-de-plastique-provenant-d-un-n

    • Navire en feu au large du Sri Lanka : ouverture d’une enquête criminelle
      https://www.rfi.fr/fr/asie-pacifique/20210530-navire-en-feu-au-large-du-sri-lanka-ouverture-d-une-enqu%C3%AAte-crimin

      Voilà onze jours qu’un porte-conteneurs accidenté brûle au large de Colombo, la capitale du Sri Lanka. Alors qu’une #marée_noire n’est pas exclue, des millions de tonnes de granulés plastiques se déversent sur les plages. Une enquête criminelle a été ouverte ce dimanche 30 mai.

      C’est l’Autorité de protection de l’environnement marin du Sri Lanka qui a porté plainte. Depuis plusieurs jours, cette agence publique dénonce ce qui pourrait devenir la pire pollution maritime de l’histoire de l’île. Les autorités srilankaises ont avancé, la semaine dernière, que l’incendie du porte-conteneurs en provenance du Gujarat, en Inde, avait été provoqué par une fuite d’acide nitrique. Le navire en transportait 25 tonnes.

      Une anomalie qui, toujours selon les autorités locales, aurait été détectée plusieurs jours avant l’incendie. C’est sur ce point notamment que seront interrogés dès lundi le capitaine et les vingt-quatre membres d’équipage. Des échantillons d’eau de mer polluée et des débris brûlés du bateau ont été récoltés par la police de Colombo pour analyse.

      Pendant ce temps, le porte-conteneurs MV X-Press Pearl continue de brûler et de cracher de grandes quantités de granulés plastiques sur les côtes du Sri Lanka. Les débris s’échouent dans une région connue pour ses plages, mais aussi comme zone de pêche importante. Elle est désormais interdite au large de ces côtes sur 80km. Les 4 500 pêcheurs touchés seront indemnisés, promet le gouvernement srilankais.