Comment les éditeurs se moquent de la CNIL

/comment-les-editeurs-se-moquent-de-la-c

  • Comment les éditeurs se moquent de la #CNIL | Pixel de #tracking
    https://www.pixeldetracking.com/fr/comment-les-editeurs-se-moquent-de-la-cnil

    En application de la directive #ePrivacy, les internautes doivent être informés et donner leur consentement préalablement au dépôt et à la lecture des #traceurs « non essentiels ». Depuis l’entrée en vigueur du #RGPD il y a déjà 3 ans, les exigences en matière de validité du consentement ont été renforcées.

    Le 1er octobre 2020, la CNIL a publié des lignes directrices modificatives et sa recommandation sur les cookies et autres traceurs. Elle a également accordé 6 mois aux éditeurs pour se conformer aux règles.

    Comme nous avions pu le voir sur ce blog, les anciennes lignes directrices, pourtant laxistes, n’étaient déjà pas respectées. Voici quelques articles pour illustrer l’impunité :
    « Le recueil du consentement sur internet : un mensonge généralisé ».
    « Le Figaro, emblème du tracking publicitaire invasif des sites médias français ».
    « La grande braderie de vos données personnelles sur Le Bon Coin ».

    Qu’en est-il des nouvelles lignes directrices ?