/Charte%20de%20d%C3%A9ontologie.pdf

  • Notre santé face au Covid : vrais débats et fausses sciences | Le Club de Mediapart
    https://blogs.mediapart.fr/la-redaction-de-mediapart/blog/040821/notre-sante-face-au-covid-vrais-debats-et-fausses-sciences

    le Club participatif de Mediapart fait vivre le débat sur la politique sanitaire face à la pandémie du Covid-19, d’autant plus légitime face à une impéritie gouvernementale largement documentée par nos enquêtes. Mais il exclut, dans le respect de notre Charte, la diffusion de fausses nouvelles, y compris sous l’alibi de démonstrations prétendument scientifiques, dont l’impact peut être dommageable pour la santé de tout un chacun. Ce qui nous a amené à dépublier un billet du sociologue #Laurent_Mucchielli. Nos explications.

    #raoultite

    • A yes, bien vu, merci .

      Pourquoi supprimer cet article quand bien d’autre ne respect pas non-plus la charte de Mediapart ? Par exemple ceux-ci : https://blogs.mediapart.fr/pierre-gilles-bellin/blog/271220/trump-sortis-par-les-elections-bientot-ramene-par-les-et-et-les-ovni // https://blogs.mediapart.fr/pierre-gilles-bellin/blog/140321/confinement-que-faire-recettes-au-quotidien qui sont complètement débiles et écrit par un gars qui recherche les ovnis en Bretagne française et déniche des preuves sur internet.

      J’aurais préféré qu’il soit affiché comme infondé et dangereux que supprimé, pour m’instruire de ma propre connerie.

      Nous avions déjà des politiciens qui médiatise des chiffres hors sujets pour convaincre du bien fondé d’une vaccination obligatoire, si même un chercheur du CNRS se met à mal interpréter des chiffres de l’ANSM, que reste-t-il ?
      Pourquoi avoir confiance en d’autre...

      Cet article supprimé est là, pour ceux qui voudraient découvrir l’étendue... : https://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:jwBlzXt48E8J:https://blogs.mediapart.fr/laurent-mucchielli/blog/300721/la-vaccination-covid-l-epreuve-des-faits-2eme-partie-une

    • Vue l’avalanche de fausses nouvelles débitées à longueur de temps par les mêmes crétins, que ce soit publié chez Mediapart, ça a déclenché un tollé important. Et Mediapart a jugé utile d’agir. Ma foi. Y-a un moment, faut prendre le problème par un bout. Et celui posé par Mucchielli est un vrai problème... de santé publique.

    • Or cette démonstration fausse et trompeuse est mise au service d’un appel solennel à suspendre la vaccination contre le coronavirus, avec la double autorité que lui confère le statut de directeur de recherche au CNRS de son auteur et la publication de son texte sur Mediapart dont même ses critiques reconnaissent le sérieux informatif. Le relayant sur les réseaux sociaux, Laurent Mucchielli le présente comme un « article » (voir ici son premier tweet), tandis que l’extrême-droite le relaie comme une publication de Mediapart, faisant semblant d’ignorer la distinction, explicite pourtant, entre notre Journal et son Club (voir ici un tweet de Gilbert Collard).

    • @Tsarorius pointe les responsabilités de Mediapart
      https://twitter.com/Tsarorius/status/1422906852170420224

      ça fait un an et demi [depuis le 29 mars 2020] que @LMucchielli raconte n’importe quoi sur le Covid-19 a longueur [de dizaines] d’articles de blog. Votre responsabilité dans la diffusion de ces fausses informations va bien au delà de cet article !

      un exemple (9 décembre 2020), toujours en ligne, comme tous les autres billets de ce nuisible, propage la fable à grande diffusion des « traitements précoces » (qui n’existent pas).

      Il existe dans le monde de nombreux traitements précoces permettant de lutter contre la Covid, en évitant dans la plupart des cas qu’elle s’aggrave et nécessite une hospitalisation. Nombre de pays occidentaux les ont pourtant ignorés, préférant s’en remettre au discours des industriels pharmaceutiques. En France, on peut même parler d’une (dramatique) interdiction de soigner en dehors de l’hôpital

      #danger_public #falsificateur #intox

    • Je trouve très injuste d’insister sur la « responsabilité » de Médiapart : la section des blogs sur Médiapart, c’est un aspect très « vieux Web » et particulièrement sympathique (et pour le coup, ça doit être le dernier hébergeur de blogs à ne pas le faire uniquement pour le pognon, et même quasiment le dernier hébergeur de blogs oldschool encore vivant).

      Et donc on revient au problème : à quel moment un hébergeur de blog passe du statut d’intermédiaire technique à celui d’éditeur. Et une fois de plus : le plaisir malsain à reprocher à un hébergeur de blogs de ne pas être un éditeur responsable de tout ce qui se publie sur ses machines est une vraie saloperie, parce qu’au contraire c’est le but même d’un hébergement de blogs. Parce qu’on a besoin (notamment chez les progressistes) de solutions d’hébergement où l’intermédiaire technique ne vient pas se mêler.

      J’ai assisté à une conférence de Plénel au musée Fabre il y a deux ans, et il a abordé ce point, ainsi que celui des forums sous les articles. Et j’ai trouvé son point de vue très « oldschool » et très respectable.

      Et faire ce choix de l’hébergeur de blogs oldschool, c’est vraiment difficile (et j’insiste : donc respectable), parce que ça amène bien plus d’emmerdes que de bénéfices. Pour Médiapart, ça ne lui rapporte objectivement pas grand chose (à part, justement, l’image tout à fait respectable qu’on ne défend pas que le droit des professionnels de la profession à s’exprimer, mais que cette liberté doit profiter aussi aux individus), par contre c’est une vraie plaie à gérer et à devoir s’expliquer en permanence.

      Donc je comprends très bien que Médiapart ne passe pas son temps à censurer des textes qui, par ailleurs, n’ont aucune poursuite juridique au cul, alors que les instances médicales sont d’une passivité extrême avec leurs propres déviants, et que le CNRS laisse son docteur en roue libre. Et je comprends aussi que c’est super-chiant à gérer, et que finalement sucrer ce texte de Mucchieli en essayant de faire jouer la charte de l’hébergement et en étant obligé de pondre un long texte de justification, c’est un mal nécessaire.

      Et que les progressistes aillent sur Touiteur pour casser du sucre sur l’un des derniers hébergeurs de blogs actif en France, au motif qu’il ne censure pas selon sa propre ligne éditoriale, c’est pas juste dégueulasse : c’est suicidaire (autre série rigolote : les mêmes cercles militants qui viennent ensuite expliquer sur Touiteur pourquoi ils « quittent » Touiteur, ou qui viennent dénoncer le fait que tel groupe militant de leurs amis s’est fait sucrer son compte Facebouque).

    • Le soucis avec ce que dit Sartorius en réponse à
      @Tsarorius (ça me fais toujours un peu rire ces gens qui discutent que entre eux de manière publique...), c’est qu’il souligne ici https://twitter.com/Tsarorius/status/1337398383842111493 que LMucchielli raconte de la merde sur la base de site internet qui selon Sartorius raconte eux aussi n’importe quoi depuis le début (mais on a pas accès aux liens...).

      Et on est censé le croire juste parce-qu’il le dit, pourquoi on devrait le croire lui plus qu’un autre ? Perso, je ne sais même pas qui c’est.

      Bon et d’accord, on le croit, ça reste qu’une telle attitude n’aide pas les gens à savoir qui croire, à se créer une hygiène informationnelle.

    • Et que les progressistes aillent sur Touiteur pour casser du sucre sur l’un des derniers hébergeurs de blogs actif en France, au motif qu’il ne censure pas selon sa propre ligne éditoriale, c’est pas juste dégueulasse : c’est suicidaire

      Oui, c’est suicidaire, surtout quand on supprime l’article. Trop de gens en parle du coup, beaucoup voudront le lire et y arriveront, et beaucoup parmi ceux-ci se demande alors pourquoi cette suppression. C’est à croire qu’il faudra répéter une telle stratégie de limitation d’expression un million de fois avant qu’il y en aient qui commencent à comprendre qu’on arrête pas la connerie de cette manière, en la supprimant !

    • Les publications sur Google Blogspots n’engageaient pas politiquement ni Blogspot, ni Google, ni les autres personnes qui publiaient sur Blogspot. Les publications sur AlternB n’engageaient pas politiquement Valentin. Les publications sur Seenthis n’engagent pas politiquement Seenthis. Alors oui, il y a un moment où c’est pénible et tu dois encore protéger ce qui motive initialement ton outil, et c’est pour ça que cette fois Médiapart intervient en justifiant de la censure. Et c’est aussi pour ça que de temps en temps sur Seenthis on vire un emmerdeur, et que c’est toujours un équilibre pénible à trouver, sur lequel on n’est jamais totalement d’accord.

      Exemple : l’entretien de Barbara Stiegler par Reporterre. Sur Seenthis il y a le post qui le référence et qui a eu 11 partages, et mon post qui signale qu’il est vraiment problématique (oh, les traitements précoces !) et qui n’a été partagé que 4 fois. On fait quoi à ce propos ? Par contre sur Rezo.net, où il y a ouvertement un choix éditorial et politique qui nous engage, on a déférencé l’interview.

      Par analogie : si ce texte était sur « le club de Médiapart », et non sur Reporterre, est-ce qu’il engagerait politiquement Médiapart, et à quel moment il faudrait que Médiapart décide de le virer ? Personnellement je place les blogs de Médiapart du côté des hébergeurs de blogs, et pas du côté de l’animation éditoriale façon rezo.net.

    • Tiens d’ailleurs, je crois que ça fait plus de 7 ans que je lis le 7h36.... je ne sais plus, peut-être plus. Ya moyen de savoir d’où ça vient Seenthis, qui est à l’origine, pour quel but. N’importe quoi.

    • Il y a quelque chose qui m’échappe, que je sache on peut créer un blog par divers truchements. Si on a une ligne éditoriale qui vante le pluralisme démocratique et que l’on offre de tels espaces, il y a des contenus dont on ne peut pas faciliter la propagation. Pas besoin dune lecture/censure préalable, le débat démocratique qui suit un article permet de juger de la nécessité de le laisser en ligne ou non. C’est d’ailleurs davantage une question politique (dont celle du rapport à la vérité) que juridique.
      Là, c’est supposé être gagnant-gagnant, Mediapart démarche régulièrement des collectifs pour qu’ils ouvrent une page chez eux (ça économise des salaires de journalistes qui n’auront pas à traiter telle ou telle question, sans que l’on puise dire que Mediapart les occulte), ce qui enrichit le contenu rédactionnel de points de vue situés, gratuitement, et fournit du lectorat à Mediapart. Mucchielli a joué de cet espace pour promouvoir ses positions depuis mars dernier avec un double brevet chercheur Cnrs / média de gauche. Autant lui sucrer ce dernier. Comme ils le dit, il ira voir ailleurs.

      On sait pas depuis combien de temps il compte renforcer son audience par un effet Streisand

      https://twitter.com/LMucchielli

      #libertedexpression 1/4 Certains de mes collègues le redoutaient, je ne voulais pas y croire. @Mediapart qui me censure ! C’est un choc. Sachant que je tente depuis des mois d’avoir une vraie discussion avec ses journalistes, qui ne m’ont jamais répondu. [bien tenté]

      2/4 Notre travail sera republié ailleurs. Mais quelle tristesse de voir que même @Mediapart considère qu’ il n’y a qu’une seule façon de penser autorisée [ nous la dissidence , rengaine connue], et qu’à la place du débat, on trouve la censure. Pour un journal qui prône la liberté et l’indépendance, cela me semble grave.

      3/4 Et cela fera aussi date. Car nous allons évidemment continuer à publier notre travail critique, n’en déplaise au pouvoir politique, à sa cour et tous les influenceurs type « nofakemed » et Cie qui m’attaquent sans relâche et qui ont donc réussi à faire pression sur @Mediapart

      4/4 Quand viendra - plus tard - le temps de la vérité [dont je suis l’avant-garde, suivez-moi si vous êtes courageux, machin que l’on trouve aussi partout, dont Arkana], que les masques seront tombés, je fais (hélas) le pari que la rédaction de @Mediapart regrettera d’avoir préféré cette censure hautaine au dialogue que je lui propose depuis le mois de mars 2020.

    • @vanderling cela fait des semaines que je raconte que le passe pas sanitaire est un moyen pour le gouvernement de faire oublier l’échec de a campagne de vaccination. je ne crois pas à la force d’un courant antivax mais à celle de la confusion générée par d’innombrables acteurs (par ex Bolloré qui vaccine toute sa famille mais offre C news aux antivax), gouvernementaux, médias et complotistes ensemble.

      les complotismes sont une manière de ruser avec une absence d’horizon politique qui parait interdire toute pensée articulée sur nos sociétés au profit d’"explications" massives où l’on se pousse du coude entre pseudos-affranchis, face à des peuplades de marionnettes décérébrées (les moutons, etc.). c’est laid, ces gens ressemblent à l’ennemi qu’ils s’inventent, « élite » éclairée de rechange, et dangereux, parce qu’au bout, sauf écart (cf un moment des gilets jaunes) il faut immoler du marionnettiste (c’est qui le « nouvel ordre mondial » de Keny Arkana ?) et trouver des hommes forts pour nous sortir de là.

    • Ben qu’est ce que je disais ! Bon autant Mediapart fait de son mieux, mais là à cause d’eux on a un faux avant-gardiste névrosé égocentrique bien buzzé !

      Suivez moiaaaaa, derrière la véritééééé dont je suis la catapulte.
      Je préfère le vrais Cyrano !

    • Et donc on revient au problème : à quel moment un hébergeur de blog passe du statut d’intermédiaire technique à celui d’éditeur. Et une fois de plus : le plaisir malsain à reprocher à un hébergeur de blogs de ne pas être un éditeur responsable de tout ce qui se publie sur ses machines est une vraie saloperie, parce qu’au contraire c’est le but même d’un hébergement de blogs.

      Toujours la même vielle histoire de l’hebergeur intermédiaire technique vs éditeur. Pour un peu on se croirait revenu au bon vieux temps de « Valentin Lacambre vs Estelle Halliday » :o)

      Je rigole mais le problème n’a pas foncièrement changé. C’est aussi la remarque sur « l’hébergement old schools » qui m’a fait repenser à ça.

    • A Médiapart il y a eu les mêmes débats qu’ici car à la base un communiqué avait été pondu pour rappeler le principe de leurs blogs, avec des formulations maladroites ("cela contribue au débat scientifique", ... sauf que là non pas vraiment). Bref, tout le monde ou presque leur est tombé dessus (au passage l’effet Streisand était déjà un peu là...) et donc voilà, finalement l’article est supprimé.
      Et Mucchielli sur France Soir (qui n’est plus qu’une sorte de blog d’ailleurs), c’est quand même la déchéance totale.

    • Un petit retour sur la controverse #Mucchielli parce qu’il y a beaucoup de collègues qui font semblant de ne pas comprendre, @Astro_MiguelM
      https://twitter.com/Astro_MiguelM/status/1423912722870292480

      le problème c’est [que Mucchielli] brandit à chaque fois son statut de directeur de recherche au CNRS comme argument d’autorité pour étayer ses propos (sans nécessairement préciser son domaine d’expertise).
      Pire : sur la page d’accueil de son laboratoire, on retrouve l’ensemble de ses billets de blog. https://lames.cnrs.fr

      Est-ce le lieu pour faire la promotion d’idées sans valeur scientifique ? On parle de billets de blog hors de son domaine de compétences !

      On retrouve aussi ses billets de blog sur HAL : https://hal.archives-ouvertes.fr/search/index/q/*/authIdHal_s/laurent-mucchielli

      Est-ce le but de HAL d’archiver des écrits qui ne valent pas plus qu’une discussion de comptoir ?
      Notez que je pense que c’est très bien que #Mucchielli s’exprime. C’est son droit. Mais la charte de déontologie du CNRS stipule que notre expression publique doit se faire dans notre domaine et refléter l’état des connaissances https://cnrs.fr/sites/default/files/pdf/Charte%20de%20d%C3%A9ontologie.pdf

    • @colporteur merci pour le commentaire sur le cas mucchielli. Ça reprend exactement ce je disais il y a quelques jours à un collègue qui, tout en n’étant pas d’accord avec mucchielli, arguait du droit à la liberté d’expression, en oubliant qu’il se sert de sa position de chercheur pour dire des choses qui sont complètement hors de son domaine de recherche. Je lui ai donné pour exemple que c’est un peu comme si je me servais de ma position de chercheur en info pour m’exprimer sur l’art du sonnet au moyen âge (histoire de sortir du contexte covid).

    • À oui, effectivement @ericw , j’allais justement dire par rapport au propos rapporté par @colporteur que dire qu’écrire des billets en dehors de son domaine de compétence n’était pas un argument en soit surtout qu’il n’invente rien, rapporte surtout des chiffres même si bien entendu il se trompe ou émet des conclusion hasardeuse voir contre informationnel.
      Ce qui en soit est l’apanage de beaucoup de gens n’est ce pas ? Rapporter des chiffres covid et en faire des super graphiques alors qu’on ne se présente pas moi-même comme expert dans le sujet. ;-)

      Et même si une charte lui interdit de le faire.
      Mais effectivement, en sa position de chercheur ses moindre propos sont reçu d’une autre manière.

      Quand je dis qu’un aspect politique est apparues mêmes chez les scientifique. La science est politisée.

    • Nous avons tous une compétence à dire qui ne devrait pas être négligé ou stigmatisée comme c’est si souvent le cas au nom du refus du « café du commerce ». Ce commerce des dires contradictoires dont une partie prend le soin d’enquêter, et d’argumenter, par delà toute professionnalité ou spécialisation, c’est aussi ce qui fait défaut face à la pandémie (et à la verticalité d’une communication qui là aussi se révèle « anti-sanitaire »).
      Certains ont le pouvoir de se prévaloir d’une compétence insitutionnellement reconnue. Mucchielli commet un abus de pouvoir pour faire passer ses mensonges. Et contrairement à ce que pourrais laisser croire la lecture de @Astro_MiguelM, c’est pas simplement l’affaire du CNRS ou d’un quelconque employeur si son discours captieux (un faux remède contre la peur et l’incertitude) doit être disqualifié.

      Quant à prôner une science apolitique, c’est juste soutenir une science de droite, la science dominante.

    • Mais tout à fait @colporteur, il ne s’agit pas d’empêcher quiconque de s’exprimer, mais bien de refuser l’usage d’une position de pouvoir le faire. L’éternel « d’où parles-tu camarade ».

      Ok, j’attends trop benoîtement de l’institution, tu as raison, et chacun doit s’emparer du marteau-piqueur (l’image me vient pour m’en servir quotidiennement en ce moment).