Pleurnicher le Vivant, par Frédéric Lordon (Les blogs du Diplo, 29 septembre 2021)

/pleurnicher-le-vivant

  • À propos de « Mémo sur la nouvelle classe écologique » de Bruno Latour et Nikolaj Schultz : « classes géosociales » ou « prolétariat du vivant » ? https://www.liberation.fr/idees-et-debats/bruno-latour-des-lendemains-ecologiques-qui-chantent-20220105BOQARQAWJFB4

    (…) nous devons apprendre à avoir de la considération pour le territoire où l’on vit, mais aussi pour le territoire dont on vit, c’est-à-dire tous les lieux d’où proviennent les ressources nécessaires à nos existences. Plus facile à dire qu’à faire ? Avec la pandémie, nous avons mesuré notre pouvoir d’action : « Dans le monde entier, des milliers de gens ont développé des pratiques de subsistance durable à petite échelle, comme l’agriculture domestique, pour assurer leur subsistance au-delà de notre système de production », explique Nikolaj Schultz, coauteur de Bruno Latour et spécialiste des classes géosociales.

    Mais Latour nous appelle plutôt à penser avant d’agir. À ses yeux, nous devrions prendre le temps de dire ce que nous sommes (ou non) prêts à sacrifier de nos vies actuelles pour entrer dans le monde d’après. En pleine pandémie, il invitait dans AOC à rédiger des cahiers de doléances à la manière de 1789, pour faire advenir une « classe géosociale » capable de défendre les intérêts du vivant. Façon de faire entrer sérieusement l’écologie dans l’arène politique : « Longtemps, l’écologie s’est pris les pieds dans l’idée qu’elle constituait un projet de consensus au-delà des divisions sociales. Or, l’écologie ne met pas fin aux conflits, elle les intensifie », affirme Nikolaj Schultz.

    La révolution écologique ne se fera pas avec le prolétariat du siècle passé. « L’écologie doit accepter de donner un sens nouveau au terme de classe », écrivent Latour et son doctorant dans le Mémo sur la nouvelle classe écologique. Ils proposent donc de revoir le concept de fond en comble. « Il s’agit de décrire les classes non pas en fonction de leur position “économique” dans le système de production, mais en fonction de leur accès, de leurs liens, et de leurs relations avec les conditions d’existence terrestres », explique Nikolaj Schultz.

    Il ne s’agit pas de renier l’importance des luttes menées par les classes prolétariennes, mais de pointer les limites d’un modèle d’émancipation focalisé sur la production, et donc sur la « destruction des conditions d’habitabilité de la planète ». « Marx n’a parlé que de la reproduction des humains, et pas des non-humains, or, celle-ci est paradoxalement cruciale, aujourd’hui, pour la reproduction et la survie humaine », poursuit Nikolaj Schultz.

    L’eurodéputée écologiste (Europe Ecologie-Les Verts) Marie Toussaint y voit un approfondissement des idées latouriennes : « Dans Où atterrir ? Latour opposait uniquement les “terrestres” et les “destructeurs”, passant sous silence les enjeux de la répartition et de la distribution des ressources. C’est l’objet de la plupart des luttes pour la justice environnementale. En parlant de classe géosociale, il se rapproche d’une compréhension de cet enjeu. »

    La construction des classes géosociales annonce donc une vaste refondation : « Il faut un temps très long pour faire s’aligner […] les manières, les valeurs, les cultures avec la logique des intérêts ; ensuite, repérer les amis et les ennemis ; puis, développer la fameuse “conscience de classe” ; et, enfin, inventer une offre politique », dit Latour avec Schultz. Pour le philosophe Paul Guillibert [@pguilli] auteur de l’essai Terre et Capital (Amsterdam) qui s’efforce de concilier marxisme et pensées environnementales, « ce concept permet de dire que les classes sont toujours liées à une manière d’habiter la Terre. C’est une manière de lier l’héritage du socialisme et l’avenir de l’écologie ».

    Pour un penseur qui a mis en évidence l’importance de la controverse dans les sciences, les points de débat théoriques sont nombreux et assumés. (…)

    Les réactions les plus dures viennent de penseurs marxistes. Dans un post de blog assassin sur le site du Monde diplomatique, le philosophe Frédéric Lordon l’attaque sur son incapacité à s’en prendre frontalement au capitalisme. Affirmant que « le latourisme politique est un mystère », il l’invite à « envisager de proférer une réponse enfin sérieuse à la question de savoir, non pas “où”, mais sur quoi atterrir – et pour bien l’écraser : sur le capitalisme ». Il est vrai que le mot apparaît peu dans ses textes…

    https://blog.mondediplo.net/pleurnicher-le-vivant
    https://blog.mondediplo.net/maintenant-il-va-falloir-le-dire

    Plus tranquille, Paul Guillibert considère que Bruno Latour comble progressivement « un impensé des rapports économiques et des rapports d’exploitation », mais sans assez de considération pour le corpus marxiste. « Il oublie de voir ce qu’il y a d’écologique dans les classes existantes », dit le philosophe. « Le capitalisme, c’est déjà une écologie. D’ailleurs, la bourgeoisie est peut-être la première classe écologique de l’histoire, puisqu’elle a eu très tôt conscience de sa capacité à transformer la nature pour accumuler du profit, par exemple avec le système des plantations coloniales », explique-t-il.

    Le Mémo… composé avec Nikolaj Schultz veut répondre à cette objection : « Si nous avions voulu faire table rase, nous n’aurions pas parlé de classe, dit Schultz. La nouvelle situation écologique est fondamentalement une réminiscence de ce qui s’est produit à l’époque de Marx, parce que la question de la subsistance des sociétés est revenue. » Mais pour Paul Guillibert, il est possible d’aller plus loin : « Parler de prolétariat des vivants plutôt que de classes géosociales est sans doute une façon d’être plus latourien que Latour. » Chiche ?

    • malgré des réserves sur de nombreux points et sur une tonalité que je dirais bien trop « gentille », il me semble que l’ouvrage le plus clair à ce propos c’est le Balaud/Chopot (Nous ne sommes pas seuls) parce qu’il tient sur une opposition radicale : le capital, c’est une écologie qui façonne (détruit) le monde. la question peut se résumer à un « notre écologie contre la leur, nos alliances interspécifiques contre les leurs ». là au moins il n’est pas question de prêter a priori une valeur autre qu’heuristique à l’écologie mais d’en distinguer les modalités.

      Aussi droitier soit-il, Latour doit pour ne pas les perdre tout à fait suivre la prolifération de disciples de énième génération, trop peu disciplinés pour en rester à des théorisations subalternes et pauvres au regard de celles du maître. Un éducateur qui doit se laisser éduquer par des élèves (la position sociale des élèves, précaires de la recherche et autres militants sans grade, contribue à ramèner les idées à un certain sol : conflictuel).

    • Comment Bruno Latour est devenu le penseur qui inspire la planète (L’Obs, 2021) — cela faisait longtemps qu’il traînait dans mes onglets celui-ci) https://www.nouvelobs.com/idees/20210113.OBS38781/comment-bruno-latour-est-devenu-le-penseur-qui-inspire-la-planete.html

      (…) Un temps, Latour se rêve en « Marx de l’écologie », mais les élus écologistes le déçoivent. « Ils ne lisent pas, contrairement aux anciens communistes. » Or, pour lui, ce que nous vivons est d’une ampleur gigantesque, un bougé comparable à la révolution galiléenne. Tout comme l’astronome italien a ouvert la voie à la modernité, nous découvrons grâce aux scientifiques d’aujourd’hui (parmi lesquels Latour se compte…) que nous sommes dépendants d’une zone critique, une mince pellicule de vie à la surface de la Terre, où tout n’est qu’« engendrements » : les déchets des uns sont la nourriture des autres (les bactéries ont créé l’oxygène dont nous dépendons). Redevenus « terrestres », nous sommes amenés à tout reconsidérer : nos institutions politiques, nos catégories juridiques, etc. Bruno Latour assume sa part dans ce travail de redescription. Depuis 2019, grâce à un financement public, il le mène avec des habitants de Saint-Junien (Haute-Vienne) et de La Châtre (Indre) : « L’idée, explique une participante, est de redonner une prise sur un changement climatique qui peut donner l’impression que l’on est impuissant. Un éleveur de la FNSEA est venu défendre l’agriculture conventionnelle avant de comprendre qu’il dépendait du maïs argentin et d’une chaîne d’engraissage italienne ; décrire cet état de fait l’a incité à changer ses pratiques. »

      Ce virage climatique ne convainc pas une partie de ses proches. L’historien Jean-Baptiste Fressoz récuse la théorie du Grand Partage et estime qu’à force de refuser de « réduire », le philosophe est aveugle aux structures lourdes du capitalisme. Les mots « domination » et « exploitation » sont singulièrement absents de son œuvre. Radical dans ses théories, Latour se garde de l’être dans l’action. « La politique, c’est du conflit, et le conflit, c’est de la réduction. Or, par définition, Bruno ne veut pas réduire », décrypte Dominique Boullier. Il n’est ni Sartre ni Foucault, et encore moins Bourdieu (qui n’avait pas une grande estime pour lui), et son sens politique est l’objet de plaisanteries, même chez ses amis. « On se disait que si on voulait trouver une orientation politique, il suffisait de prendre l’inverse de celle de Bruno. Quand il a fait des choix, c’était souvent pour provoquer ses collègues. Il a soutenu la guerre en Irak en 2003, par exemple », taquine Boullier. Et tant pis pour ceux qui attendent de lui des solutions à appliquer. « Il n’en est pas capable, et je ne sais pas si ça l’intéresse vraiment. Latour regarde le monde avec d’autres catégories que celles de la politique, c’est ce qui lui permet de voir des choses nouvelles », complète l’historien Dominique Pestre.

      Ce que Latour aime dans les idées, c’est qu’elles circulent, s’égaillent, s’expriment dans de nouvelles formes, comme des expositions ou des « conférences-performances ». « Quand il nous a proposé une pièce sur le climat en 2009, on a trouvé l’idée étrange, raconte la metteuse en scène Frédérique Aït-Touati, avec laquelle il travaille depuis quinze ans. Mais il nous a embarqués, on s’est passionnés et on a tourné dans le monde entier. » C’est le genre de prof à organiser des « thèses dansées », car les idées s’incorporent : tout le monde en chaussettes et un chorégraphe qui invite les doctorants à mimer leur thèse. Il mène des discussions parallèles avec des centaines de gens très divers. Depuis l’Illinois, Richard Powers lui envoie ses manuscrits. D’anciens étudiants lui soumettent leurs articles avant publication. Il lit, commente, encourage, sans jouer au mandarin. Il aime recevoir chez lui et faire se rencontrer les gens. L’écrivaine Maylis de Kerangal garde un beau souvenir d’une soirée en hommage à l’anthropologue américaine Anna Tsing de passage à Paris : « A chaque pas je rencontrais quelqu’un que j’avais lu, ou envie de lire, et qui parfois m’avait lue, des gens que je n’aurais sans doute pas rencontrés ailleurs. A cette soirée se sont noués des liens extrêmement denses. Tout se croisait et s’est prolongé jusqu’à aujourd’hui. » Guilhem Fouetillou : « Dans un autre siècle, il aurait fait des mariages. »

      Dans « Où suis-je ? », Latour utilise la notion d’« hétérotrophe », empruntée à la biologie. Les êtres hétérotrophes se nourrissent en prélevant de la matière organique sur d’autres d’organismes vivants : ce sont les animaux. La plante, elle, est « autotrophe », car elle fabrique directement sa matière organique à partir des éléments minéraux. L’être humain, souligne le philosophe, est d’autant plus hétérotrophe qu’il n’existe que par ses relations. Lui-même, comme une illustration en acte de cette théorie, est au cœur d’un réseau de pensée toujours plus « fort » et « étendu ». Ses concepts (« l’acteur-réseau », « les non-humains », « les terrestres ») sont devenus des gimmicks chez les étudiants (au grand dam de certains profs !), dans les milieux artistiques, chez certains politiques… Ses disciples, telle la philosophe Vinciane Despret, gagnent en notoriété. Fatigué par un cancer, Latour s’est dépêché de terminer « Où suis-je ? ». Discrètement, chacun y est cité, remercié. Les plus jeunes, stars montantes de la pensée écologiste comme Baptiste Morizot, Nastassja Martin, Emilie Hache, Charlotte Brives ou Pierre Charbonnier (qui vient d’être nommé à Sciences-Po). Et ses compagnonnes de toujours en philosophie, comme la Belge Isabelle Stengers ou l’Américaine Donna Haraway. (…)

  • « C’est vrai qu’il est agaçant Bruno Latour, mais… » Tribune de Paul Guillibert

    https://www.nouvelobs.com/idees/20211025.OBS50251/c-est-vrai-qu-il-est-agacant-bruno-latour-mais.html

    Anticapitalistes contre penseurs écolos : l’économiste Frédéric Lordon a ranimé la controverse en s’attaquant à Bruno Latour, « pleurnicheur du vivant ». Le philosophe Paul Guillibert répond : la question climatique est aussi une question sociale.

    • C’est vrai qu’il est agaçant Latour quand on est marxiste. Prenez Kyoto par exemple. Dans « Politiques de la nature », il s’enthousiasmait de la présence à la même table de grands scientifiques du climat, de dirigeants politiques et d’entrepreneurs capitalistes. Il y avait déjà là de quoi s’inquiéter. 25 ans après, les résultats accomplis par les marchés carbone dans la lutte contre le changement climatique sont catastrophiques. Entre 1995 et 2020, de COP3 en COP24, les émissions de CO2 mondiales ont augmenté de plus de 60 %. Belle réussite. Mais que pouvait-on attendre d’accords passés sans les principaux concernés, les syndicats et les travailleur·se·s ? Latour n’a pas vu que la transition vers une économie bas carbone implique non seulement l’usage de nouvelles techniques mais surtout la transformation radicale des procès de travail, l’abandon des secteurs les plus polluants, la réduction massive de l’extraction et de la production mondiales. Comment tout cela pourrait-il arriver sans celles et ceux qui produisent pour le profit des autres ?

      Latour a donc contribué (parmi d’autres) à vider l’écologie politique contemporaine des relations de travail qui structurent la crise climatique. Il a participé à la création d’un champ académique, artistique et politique où la conflictualité inhérente aux rapports économiques n’existe tout simplement pas. La manière dont les gens vivent, en dépensant une certaine force de travail pour effectuer des tâches - payées ou non - afin d’assurer leur condition de subsistance, n’a plus aucune place. La disparition des classes, de l’économie, du travail et de la production dans la pensée contemporaine est une belle claque à l’histoire du mouvement ouvrier et à la vie quotidienne.

      [...] Il est temps d’abandonner les vieilles oppositions mal construites à « la critique rongeuse des souris ». La reproduction des conditions matérielles de l’existence humaine engage des vivants autres qu’humains.

      #travail #écologie_politique #syndicat #travailleurs #reproduction #communisme #intellectuels

      comme Paul Guillibert cite « Nous ne sommes pas seuls. Politique des soulèvements terrestres » https://seenthis.net/messages/925337, autant évoquer, avec Jason Moore et d’autres, un concept dont il ne fait pas usage, celui de #mise_au_travail_du_vivant

      Pour ceux qui seraient dans le coin, une rencontre avec Paul Guillibert à propos de son livre Terre et Capital. Penser la destruction de la nature à l’âge des catastrophes globales aura lieu à l’invitation du café librairie Michèle Firk à la Parole errante à Montreuil le 20 janvier prochain.

    • Frédéric Lordon au sujet des #Latouriens :

      La destruction capitaliste de la classe ouvrière n’intéressait pas la #bourgeoisie-culturelle, il était donc simple et logique de la passer sous silence. Celle de la planète est plus difficile à évacuer, impossible de ne pas en dire « quelque chose ». Mais quoi — qui ne portera pas trop à conséquence ? Arrivent les latouriens, qui n’ont pas seulement trouvé une manière merveilleusement poétique de reformuler le problème — « où atterrir ? » —, mais en proposent également la réponse qui convient : n’importe où pourvu que ce ne soit pas en le seul lieu où la piste est vilaine et cabossée : la mise en cause du capitalisme. Tous les organes de la #Grande-conscience en frétillent d’aise : frisson de se porter, et surtout d’inviter les autres à se porter en hauteur ; paix de l’âme à être bien certain qu’il ne s’ensuivra aucun dérangement pénible, vis-à-vis ni de leur tutelle publique, ni de leur tutelle capitaliste, ni, et c’est bien le principal, de leur conviction profonde...

      Se retrouver propulsé dans la position très politique de la #pensée-à-la-hauteur-du-péril [ en faisant le jeu politique des institutions médiatiques, culturelles, qui savent très bien ce qu’elles font quand elles élisent qui elles élisent pour ne rien dire d’embêtant — le jeu très politique de la #dépolitisation ], sans jamais prononcer la seule parole politique à la hauteur du péril, sans jamais dire que la Terre est détruite par les capitalistes, et que si nous voulons sauver les humains de l’inhabitabilité terrestre, il faut en finir avec le capitalisme.

      C’est un exploit qui mérite bien une élection. Le jeu de la climatologie concernée auquel invitent les forces de l’ordre symbolique est le jeu de la climatologie sans idée des causes, et surtout sans aucun désir de les trouver : le jeu de la climatologie pleurnicheuse. C’est-à-dire compatible.

      Trouvé sur Wiki :

      En 2001, dans son tout dernier cours au Collège de France, le sociologue Pierre Bourdieu s’associait à son collègue Yves Gingras pour dénoncer la #fausse-radicalité de la tendance de sociologie des sciences illustrée par Bruno Latour et ses collègues, qui selon lui soulèvent avec fracas de faux problèmes et avancent par « une série de ruptures ostentatoires » surtout destinées à promouvoir leurs carrières.

      En novembre 2012, au moment du renouvellement de l’équipe dirigeante de l’Institut d’études politiques de Paris, Bruno Latour défend dans le quotidien Le Monde le bilan et l’ambition de Richard Descoings et de son successeur Hervé Crès au moment où celui-ci est fortement remis en cause par un rapport de la Cour des comptes dénonçant la gestion de l’institut.❞

  • Bruno Latour : « L’écologie, c’est la nouvelle lutte des classes »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/12/10/bruno-latour-l-ecologie-c-est-la-nouvelle-lutte-des-classes_6105547_3232.htm

    Mais l’écologie est, bien souvent, davantage une préoccupation de bobos que de « prolos ». Comment faire en sorte que les classes populaires rejoignent la classe écologique ?

    Cette opposition bobo-prolo est bien avantageuse pour la droite, qui se drape dans la défense de la classe ouvrière contre l’hégémonie prétendue des écolos ! Le fond de vérité de cette petite astuce c’est que, en effet, les intérêts de classe sont encore moulés selon les anciens sillons de la tradition productiviste. Du coup, il est assez facile d’utiliser l’ancienne lutte des classes pour la tourner contre les nouvelles. Cela dit, rien ne change plus rapidement que la définition des intérêts de classe.

    Dans tous les cas que nous étudions Nikolaj Schultz et moi, nous sommes frappés de voir à quelle vitesse les alliances s’inversent. A condition que les deux camps acceptent de définir précisément leurs attachements et donc leur territoire de vie, un écolo urbain voit dans son voisin chasseur un allié, un éleveur qui a comme ennemi les végétariens se trouve vite des ennemis communs, un ingénieur astucieux se trouve à l’aise avec un projet de transition dans sa ville et ainsi de suite.

    D’ailleurs les « classes populaires » sont aussi difficiles à définir que les fameux « bobos ». Ce qui manque, et j’en suis cruellement conscient, c’est la confrontation des intérêts, pour refondre les alliances. Mais pour cela, il faut inventer des dispositifs qui permettent enfin aux acteurs de définir leur territoire. C’est un énorme chantier, d’accord, mais il évolue vite, et on ne peut pas le réduire au cliché. De toute façon, c’est plutôt l’écologie qui rejoint les classes dites « populaires » : après tout, il s’agit bien de savoir, au fond, quel peuple nous voulons être sur quel genre de Terre. Voilà le niveau auquel il faut placer la question. N’oublions pas que le mot assez affreux « écologie » est là pour le mot « terrestre ».

    Alors, c’est quoi, précisément, la condition terrestre ? Et qu’est-ce qu’une politique terrestre ?

    Il me semble que c’est la reprise de toutes les questions classiques du politique, à ceci près que l’horizon d’attente est complètement différent puisque c’est le maintien de l’habitabilité qui est premier, la production qui est seconde. Du coup, le voile de la définition économique des relations se lève, et les choix sur les valeurs – pas sur les coûts ! – passent au premier plan. Et surtout, la politique étrangère est bien différente puisque les intérêts ne coïncident pas avec les limites des Etats nationaux.

    Ce qui était « externalisé », comme disent les économistes, est « internalisé ». Par exemple, votre voiture électrique parisienne et le lithium extrait au Chili se trouvent en conflit. Toutes les notions comme celles d’international ou d’universel se trouvent rejouées. Et, en plus, les échelles diffèrent selon les sujets de conflit. Le climat n’a pas besoin des mêmes institutions que le lithium ou les marées vertes. Toute la politique se rouvre, c’est ça la clé. Regardez l’ampleur des inventions institutionnelles pour tenter de tenir la température du globe dans certaines limites. C’est prodigieux.

    Si de nouvelles alliances avec des « libéraux », ou même des « réactionnaires », se créent autour des questions d’habitabilité de la planète, pour quelles raisons la nouvelle classe écologique serait-elle, selon vous, nécessairement de gauche, et même de « gauche au carré » ? Prenons un exemple, une rivière polluée peut être défendue aussi bien par un châtelain, uniquement soucieux de préserver son patrimoine, que par des familles paupérisées qui en ont besoin pour se nourrir et s’abreuver ; le combat pour la défense d’un territoire peut se faire au nom de « la nature qui se défend » – comme le disent les zadistes – aussi bien qu’au nom d’une « terre [qui] ne ment pas » – comme le soutiennent les pétainistes et les zemmouriens…

    Eh bien justement, c’est cette répartition nouvelle des intérêts et des indignations à laquelle on assiste. Votre exemple montre bien qu’on passe d’une lutte de classes bien définie à une lutte de classements, où les incertitudes sur qui est allié et qui est adversaire redeviennent mobiles. C’est ce qui se passe. La reterritorialisation est brutale et elle oblige à un discernement nouveau. Territoire est le terme critique qui oblige à tout repenser : appartenir à un territoire, oui, c’est une question très ancienne dans sa version disons réactionnaire, et très nouvelle dans sa version écologiste ou émancipatrice.

    Quel peuple, sur quelle Terre ? Pourquoi c’est « de gauche », et même de gauche au carré, mais parce que l’ennemi fondamental est toujours le même, c’est la résistance universelle des sociétés contre l’« économisation » des relations entre les êtres humains ou non. Là, il y a une parfaite continuité. Gauche et droite se sont définies autour des questions de production. Il y a bien aussi une gauche et une droite sur les questions d’habitabilité. Mais les membres ne sont pas forcément les mêmes. Et les enjeux non plus. N’oublions pas que ceux qui parlent de retour à la nation, au sol, aux cultes des morts, etc. sont le plus souvent, en économie, des ultralibéraux acharnés.

    On reproche parfois à l’anthropologie de la nature et à la nouvelle pensée du vivant d’être soit obscurantiste – ou anti-Lumières –, soit pas assez anticapitaliste. Comprenez-vous ces critiques ?

    Oui je les comprends, ce que ces gens critiquent avec raison, c’est que ce déluge de propos sur la nature manque de ressort politique, et c’est souvent vrai. Mais c’est mal visé, ce qui nous intéresse, c’est de poser la question de ce qu’est une vie bonne. Nous n’avons pas besoin qu’on vienne nous dire que nous sommes interconnectés avec les autres vivants, nous le savons bien ! Il n’y a que ceux qui se sont crus modernes qui ont cru le contraire. La question politique, c’est de discerner quelle composition de vivants est vivable, encore une fois au sens propre, et laquelle est invivable. Je ne vois pas en quoi être anticapitaliste qualifie mieux pour aborder ces questions que l’analyse méticuleuse des entremêlements avec des vivants bien spécifiques.

    Une réponse à « Pleurnicher le vivant » dont on trouvera la version intégrale ici : https://justpaste.it/latour-10122021

    https://blog.mondediplo.net/pleurnicher-le-vivant

  • Pleurnicher le Vivant par Frédéric Lordon, 29 septembre 2021
    https://blog.mondediplo.net/pleurnicher-le-vivant

    Rechercher dans la page : « capital » — Expression non trouvée.

    Pourtant avec capital on avait mot compte triple : capital, capitalistes, capitalisme. On fait des recherches dans l’article de tête de Nicolas Truong qui introduit une grande série d’été dans Le Monde : « Les penseurs du vivant ». Pas une occurrence. Enfin si, il faut être honnête, une : « Nous vivons un bouleversement capital ». Si la situation terrestre n’était pas si tragique, ce serait presque drôle.

    Des penseurs concernés

    Nous apprenons en tout cas qu’il y a maintenant des « penseurs du vivant ». Jusqu’à présent c’étaient plus ou moins des biologistes ou des zoologistes. « Penser le vivant », ça doit être davantage. Mais quoi exactement ? Essentiellement : être concerné. Penser le vivant c’est ajouter à la compétence biologique (ou ornithologique, ou entomologique, ou philosophique) le fait d’être concerné. Car Le-Vivant ne va pas bien, il est même gravement en danger, on en pleurerait de concernement. Et puis ? Et puis c’est tout. Dame, c’est déjà pas mal. Avec un si beau concernement, on peut faire des festivals des idées tout l’été, aller à Beaubourg, ou bien sur France Culture, pour être une Grande conscience.

    « Grande conscience » est un segment parfaitement identifié de la division du travail culturel. Il faut avoir une vue altière, l’inquiétude des enjeux essentiels, parler au nom des entités maximales (le Vivant, la Terre, bientôt le Cosmos), sonner des alarmes, et ne rien déranger. Alors on est reçu partout à bras ouverts — puisque c’est pour rire. En tout cas pour ceux qui contrôlent la définition du sérieux : les capitalistes. Le « sérieux », c’est quand on commence à s’en prendre à leurs intérêts. Autrement, c’est pour rire. Ce que les capitalistes trouvent formidable avec la bourgeoisie culturelle, c’est qu’elle prend systématiquement le « pour rire » pour du sérieux — et ignore le sérieux. Dans ces conditions on peut tolérer, encourager même les Grandes consciences (« elles nous secouent, elles nous éclairent ») — et personne ne pourra contester l’intimité du capitalisme et du pluralisme démocratique. À la Fondation Cartier, par exemple, on peut faire une exposition « Nous les arbres », d’abord parce qu’il y a des arbres dans le jardin, ensuite parce que, les arbres, c’est important. Quand il y a trop de CO2. Bolsonaro dévaste l’Amazonie. Bolsonaro est un personnage vraiment hideux. Qui peut aimer Bolsonaro ? À peu près personne. En tout cas pas la Fondation Cartier, ni les commissaires de l’exposition « Nous les arbres », ni les visiteurs. Qui repartiront en ayant compris qu’il y avait de l’arbre en eux et, du coup, se sentiront plus solidaires...

    #bourgeoisie-culturelle

    • Lordon dit ne traiter que du latourisme politique et pas du latourisme théorique. C’est comme si la crise écologique servait de prétexte à l’anticapitalisme sans en modifier grand chose d’autre qu’une gamme d’exemples sur la destructivigté de celui-ci ? Une occasion de revenir sur #Bruno_Latour et ce qu’il serait possible (ou pas) de faire avec son travail avec les auteures de Nous en sommes pas seuls.

      @N_n_s_p_s

      https://twitter.com/N_n_s_p_s/status/1384126546043031565

      1. Du dernier Latour, nous retenons avant tout ceci : la nouvelle lutte des classes géo-sociales n’a plus rien à voir avec le capitalisme et l’extraction de survaleur ; la notion de camp n’a plus de sens ; et la révolution doit être abandonnée pour la métamorphose. Voir p. 149 :

      2. « Plus seulement une histoire de la lutte des classes, mais une histoire des nouvelles ‘classes géosociales’. Le devenir non-humain des humains déplace l’injustice : ce n’est plus la ‘plus-value’ qui est accaparée, mais les capacités de genèse, la plus-value de subsistance ».

      3. Voilà une analyse qui brouille plus les cartes qu’elle ne les rebat habilement ! Une analyse faisant comme si nous étions devons une alternative : ou bien l’analyse marxiste, ou bien l’analyse écologique/terrestre.

      4. Soit vous restez bloqué dans le combat éculé autour de « l’infrastructure économique », depuis laquelle se repéraient les anciennes injustices et s’identifiait le sujet révolutionnaire par le passé ; soit vous changez totalement de paradigme, pour aller vers le « terrestre »

      5. Là où le premier pôle, « révolutionnaire », combattait la capture de la valeur économique, engendrée par les ouvriers, contre le camp du Capital, le second, « métamorphique », s’occuperait de la capture de la valeur écologique, l’habitabilité engendrée par les formes de vie

      @BrunoLatourAIME, la lutte contre l’extraction de survaleur est-elle une histoire du passé ? Comme on peut le penser avec Moore, le capitalisme ne consiste-t-il pas, justement, à capter les capacités de genèse des vivants pour fabriquer de la survaleur (et des inégalités) ?

      7. La conséquence est la suivante : Latour ne nous indique plus précisément qui est l’agent de cette capture, ni dans quel but elle se réalise… (si ce n’est les « Extracteurs »… mais qu’au final nous serions tous… il n’y a plus de camps politiques on vous dit !).

      8. Là où Latour fait jouer écologie contre #marxisme (lutte pour l’habitabilité contre lutte anticapitaliste), le capitalisme continue en réalité d’être l’opérateur de la « capture des capacités de genèse », étendue au non-humain, donc une catégorie plus que jamais pertinente

      9. Il ne faut justement pas sortir le capitalisme de l’analyse comme agent politique du ravage planétaire, mais écologiser notre analyse du capitalisme en intégrant une multiplicité d’autres agents, autres qu’humains – CO2, atmosphère, forêts, microfaunes, rivières…

      10. Il s’agit moins de rejeter Latour que de voir que ses formulations se « dé-brouillent » dès lors que l’on dit que le capitalisme est ce système de domination qui capte les capacités de genèse des formes de vie pour fabriquer ses plus-values, capacités humaines et non-humaines

      11… capturées selon différentes modalités : le salariat = l’exploitation de la force de travail ; et hors du marché, par l’appropriation d’un travail extra-économique, gratuit ou quasi, non-reconnu comme tel : travail domestique, écologique, animal et métabolique, cf. Moor Barua

      #travail #mise_au_travail_du_vivant #vivant

    • A propos de cette critique publié sur @lundimatin, j’en cite un passage :

      C’est pourquoi nous divergeons aussi sur les remèdes à apporter à la destruction du vivant. Si l’on en reste au niveau du slogan, plutôt que de « Raviver les braises du vivant, il semblerait plus opportun de « Déboulonner la Mégamachine ».

      Alors que les penseurs du vivant nous enjoignent à agir sur les relations au vivant pour infléchir la direction catastrophique dans laquelle nous emporte la Mégamachine, ce serait en réalité le mouvement inverse qu’il faut envisager : en finir avec la Mégamachine afin de retrouver des relations au vivant qui permettent aux humains et aux non-humains de coexister, ouvrant la voie à des cosmologies débarrassées des paradigme de la modernité avec ses grands partages.

      Ainsi que la note 18 :

      [18] « Déboulonner la Mégamachine » était le titre d’une conférence donnée à Toulouse le 22 octobre 2021 par Aurélien Berlan et Fabian Scheidler, ce dernier étant l’auteur d’un livre qui reprend les concepts de Mumford : « Pour en finir avec la Mégamachine », 2020 (traduit par le Aurélien Berlan).

      La conférence évoquée (en deux parties) :

      https://www.youtube.com/watch?v=IhtxhWTrluQ

      https://www.youtube.com/watch?v=XdmgkmbXsTc

  • Pleurnicher le Vivant, par Frédéric Lordon (Les blogs du Diplo, 29 septembre 2021)

    Rechercher dans la page : « capital » — Expression non trouvée.

    Pourtant avec capital on avait mot compte triple : capital, capitalistes, capitalisme. On fait des recherches dans l’article de tête de Nicolas Truong qui introduit une grande série d’été dans Le Monde : « Les penseurs du vivant ». Pas une occurrence. Enfin si, il faut être honnête, une : « Nous vivons un bouleversement capital ». Si la situation terrestre n’était pas si tragique, ce serait presque drôle.

    https://blog.mondediplo.net/pleurnicher-le-vivant


    #Lordon