A Jérusalem, le Franco-Palestinien Salah Hamouri en butte au harcèlement politico-administratif israélien

/a-jerusalem-le-franco-palestinien-salah

  • A Jérusalem, le Franco-Palestinien Salah Hamouri en butte au harcèlement politico-administratif israélien
    23 décembre 2021 | Par Intérim (Jérusalem, correspondant)
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/12/23/a-jerusalem-le-franco-palestinien-salah-hamouri-en-butte-au-harcelement-poli

    Il fait froid dans les montagnes de Jérusalem. La brume envahit les hauteurs. Bientôt, il neigera peut-être. Ce sera moins beau dans le quartier de Kafr Aqab que dans le centre de la Ville sainte, mais Salah Hamouri n’a pas le choix : il y est confiné par les autorités israéliennes, sous peine de perdre sa résidence permanente à Jérusalem. C’est ici qu’il passera le réveillon, sans sa femme et ses deux enfants, bloqués en France et interdits de territoire israélien.

    « Je ne travaille plus vraiment, ajoute l’avocat franco-palestinien, rattaché à l’association d’aide légale palestinienne Addameer. Je ne peux plus aller au tribunal de toute façon, et puis notre organisation est dans la tourmente. » L’ONG fait partie d’un groupe de six organisations qui ont été désignées comme « terroristes » par les autorités israéliennes en octobre dernier. Salah Hamouri est sur la ligne de front du conflit qui oppose, depuis plusieurs années, les autorités israéliennes à la société civile palestinienne : il a même fait partie d’un groupe de militants visés par le logiciel de cybersurveillance Pegasus entre avril et septembre.
    Lire aussi Article réservé à nos abonnés « Projet Pegasus » : NSO Group au cœur du « soft power » d’Israël

    Fils d’un Palestinien et d’une Française, Salah Hamouri, 36 ans, est né et a grandi à Jérusalem. Fin octobre, la ministre israélienne de la justice, Ayelet Shaked, a officiellement déclaré qu’il devrait en être expulsé. Comme la grande majorité des Palestiniens de Jérusalem-Est, M. Hamouri dispose dans sa ville natale d’un simple statut de résident permanent. Selon l’ONG B’Tselem, près de 15 000 Palestiniens se sont vu confisquer ce titre et les droits qui vont avec depuis l’annexion de la ville par Israël en 1967.

    Pour Salah Hamouri, la décision a été prise sous l’égide d’un nouvel amendement à une loi israélienne, passé en 2018, qui stipule que la résidence peut être révoquée à la suite d’une « violation d’allégeance à l’Etat d’Israël ». Les termes sont vagues, mais pour M. Hamouri comme pour son avocate, Lea Tsemel, le raisonnement ne tient pas : « Jérusalem est un territoire occupé, et les personnes sous occupation ne sont pas tenues d’être loyales envers la puissance occupante. » (...)

    #Salah_Hamouri

    la suite : https://www.bdsfmontpellier.org/a-jerusalem-le-franco-palestinien-salah-hamouri-en-butte-au-harcele
    Manque d’action publique de la France

    Salah Hamouri et Elsa Lefort se sont mariés en 2014, et ont aujourd’hui deux jeunes enfants. En janvier 2016, elle a été expulsée d’Israël au nom d’obscures « considérations sécuritaires ». « Nous sommes devenus un moyen de pression, explique Mme Lefort. Dans tous les interrogatoires, on lui souffle : “Mais pourquoi tu ne pars pas en France, vivre avec ta famille ?” » Pour Salah Hamouri, c’est impossible. « Au bout du compte, j’ai une responsabilité nationale. Je deviendrais le premier Palestinien à perdre sa résidence pour “faute d’allégeance”. Je dois aller jusqu’au bout. »

    Le couple regrette le manque d’action publique des autorités françaises. « On nous dit toujours qu’avec Israël, il faut faire les choses de manière discrète, soupire Mme Lefort. On a l’impression que la France peut se permettre un ton plus dur avec d’autres pays. »

    Malgré l’instabilité de sa situation, l’avocat n’a rien renié de ses convictions et de son engagement pour un Etat démocratique et binational sur le territoire de la Palestine historique. Il garde un certain optimisme même, né de la guerre à Gaza au mois de mai et de la vaste mobilisation politique qu’elle a entraînée, aussi bien en Cisjordanie qu’en Israël. « La situation politique palestinienne est compliquée, mais on a vu l’unité renouvelée imposée par le peuple palestinien dans tous les territoires. Les plans israéliens de séparation ont échoué, conclut-il. Aujourd’hui, on sait qu’on peut tout perdre, sauf la bataille culturelle. »