Résultats de l’élection présidentielle 2017 / Présidentielles / Les résultats / Elections

https://www.interieur.gouv.fr/Elections/

  • les paris sur les canassons du 1er tour, avec une photo floutée (sondages) et un journaliste de gauche (si si...) : Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron stable, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon progressent

    Selon un sondage Ispos-Sopra Steria pour « Le Monde » réalisé vendredi, le président sortant reste en tête des intentions de vote (26,5 %), suivi de la candidate d’extrême droite (22,5 %) et du leader « insoumis » (17,5 %) .

    A moins de 48 heures du premier tour de l’élection présidentielle, les écarts au sein du trio de tête ont tendance à se resserrer. C’est le principal enseignement de l’enquête réalisée le 8 avril, par Ipsos-Sopra Steria pour Le Monde. Pour ce sondage, 10 425 personnes ont été interrogées, selon la méthode des quotas. Les intentions de vote pour le 10 avril sont calculées à partir des sondés « certains d’aller voter ayant exprimé une intention de vote », soit 7 321 personnes. Les marges d’erreur pour le premier tour sont très faibles, comprises entre 0,2 et 1 point.

    Quatre points séparent désormais Emmanuel Macron (stable avec 26,5 % des intentions de vote, marge d’erreur de plus ou moins 1 point) de Marine Le Pen (qui gagne un point et atteint 22,5 %, même marge d’erreur). Jean-Luc Mélenchon, solide troisième homme de cette élection, poursuit sa dynamique. Le candidat de l’Union populaire progresse ainsi de 1,5 point en quatre jours et passe de 16 % à 17,5 %.
    Loin derrière se trouvent l’autre candidat d’extrême droite, Eric Zemmour (9 %, marge d’erreur de plus ou moins 0,7 point), la candidate des Républicains, Valérie Pécresse (8,5 %, marge d’erreur de plus ou moins 0,6 point), puis l’écologiste Yannick Jadot (5 %, marge d’erreur de plus ou moins 0,5 point).

    Tous les autres candidats recueillent moins de 5 % des intentions de vote. Il s’agit, dans l’ordre, de Fabien Roussel (3 %, marge d’erreur de plus ou moins 0,4 point), Nicolas Dupont-Aignan (2,5 %, même marge d’erreur), Anne Hidalgo et Jean Lassalle (2 %, marge d’erreur de plus ou moins 0,3 point) et enfin les trotskistes Philippe Poutou et Nathalie Arthaud (respectivement 1 et 0,5 point, marge d’erreur de plus ou moins 0,2 point).

    Ces résultats confirment plusieurs choses. Tout d’abord, Jean-Luc Mélenchon a su incarner un « vote utile » à gauche. Le député des Bouches-du-Rhône a depuis longtemps théorisé « le trou de souris » pour se qualifier au second tour. Comprendre : une addition de circonstances favorables. Et c’est le cas cette année. L’« insoumis » a fait une bonne campagne, ses adversaires de gauche sont faibles et divisés et le président sortant est entré tardivement dans la course. Surtout, la véritable aubaine pour lui a été la division de l’extrême droite qui, mécaniquement, abaisse le ticket d’entrée pour le second tour. Toute l’énergie des « insoumis » a donc été, depuis le retrait début mars de Christiane Taubira faute des parrainages nécessaires (et qui a déclaré vendredi qu’elle voterait pour M. Mélenchon), de présenter le candidat de l’Union populaire comme le seul capable de coiffer l’extrême droite au poteau et de déjouer tous les pronostics. Car l’électorat de gauche semble épuisé des querelles intestines et aspire non seulement à l’union mais aussi à peser dans le débat politique national.

    Ainsi, dans la dernière ligne droite, les militants mélenchonistes n’ont pas été avares d’efforts pour essayer de montrer que le salut de la gauche passait par l’ancien sénateur socialiste. Depuis plusieurs jours, ils répètent à l’envi que seul leur candidat était capable de faire l’unité dans les urnes autour de son programme. Cependant, pour créer une surprise de dernière minute, M. Mélenchon devra tout de même combler un retard de 5 points sur Marine Le Pen. La marche semble très haute en aussi peu de temps. Mais les « insoumis » y croient encore.

    L’abstention, donnée fondamentale

    De son côté, Marine Le Pen finit sa campagne sur une note inédite pour elle puisque lors de ses deux précédentes présidentielles, en 2012 et 2017, elle s’était essoufflée dans la dernière ligne droite. Cette fois-ci, ce n’est pas le cas. Mieux préparée qu’il y a cinq ans, la candidate du Rassemblement national a su notamment tirer profit de la radicalité d’Eric Zemmour, qui lui a permis d’apparaître, par effet de contraste, comme plus modérée que l’ancien chroniqueur du Figaro, alors même que sa ligne et le fond de ses idées, notamment sur l’immigration et l’islam, demeurent inchangés. De plus, sa campagne centrée sur le pouvoir d’achat lui a permis d’être en résonance avec la principale préoccupation des Français.

    Emmanuel Macron, quant à lui, paye une entrée tardive et laborieuse en campagne et lui-même paraît distant, porteur de mesures peu populaires (l’âge du départ à la retraite repoussé à 65 ans ou encore les contreparties exigées au revenu de solidarité active). Début mars, le déclenchement de la guerre en Ukraine avait renforcé la candidature du chef de l’Etat, ce dernier apparaissant comme garant de la stabilité, puisque déjà au pouvoir. Il avait atteint plus de 30 % des intentions de vote. En un peu plus d’un mois, cette avance a fondu. Son score reste cependant dans un étiage assez haut.

    Une autre donnée aura une importance fondamentale lors du scrutin de dimanche : l’abstention. Selon le sondage de ce soir, la participation est estimée entre 70 et 74 % (contre 77,8 % au premier tour de 2017). Il semble donc que l’on se dirige vers un niveau d’abstention qui pourrait se rapprocher du record de la présidentielle de 2002 (28,4 %). Cela pourrait potentiellement handicaper deux candidats : Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon. La première parce qu’elle est forte chez les ouvriers et les employés, deux des catégories socioprofessionnelles qui votent le moins. Le second parce que beaucoup de moins de 30 ans votent pour lui et que ce sont eux les plus abstentionnistes.

    https://www.lemonde.fr/politique/article/2022/04/08/presidentielle-2022-emmanuel-macron-stable-marine-le-pen-et-jean-luc-melench

    marrant comme un avantage (2 fafs, ça les divise) se renverse en inconvénient : MLP parait moins exaltée que Zemmerde, mais aussi plus posée que Macron ("c’est notre projet !" ). j’avais tout faux. est-ce que EZ allait faire chuter MLP ? non, il lui sert de faire valoir. une alliance de dernière minute des deux (sauver la France !) allait changer la donne ? ben, non, on verra entre les deux tours ce que fait Zob et si on nous promet un gouvernement union nationale, et lequel.

    bon, on peut voter JLM au 1er tour, par adhésion, « ah qu’il est beau notre programme », ou/et « qu’il est grand notre tribun qui rehausse la France rien que comme il cause », ou bien raisons et dégouts mêlés (on regarde pas les dents du cheval, surtout si on vise le barbeuc.
    jusqu’au 24 avril ça devrait être trouillomètre à zéro dans plus de chaumières encore, pas toutes pauvres ou étrangères par un bout ou un autre.
    à suivre puisque a priori voter Macron (ou pas !) va nous revenir dans le ciboulot et les échanges ici ou là. pour ma part, à cette heure, c’est la première fois que j’envisage de me poser une telle question. jamais l’épouvantail FN/RN n’a été en mesure de gagner au second tour. et il n’était pas de bonne politique pour la suite de contribuer à légitimer un vainqueur assuré de l’être.

    cette république, elle mérite des accidents. un scandale ! un scandale ! c’est mal parti. Mc Kinsey fait parler mais semble ne rien devoir changer. le populo sait que c’est, « copains et coquins », et que rien de neuf sous le soleil qui n’est pas pour nous, rasons les murs pour pas prendre une balle (expulsion, licenciement, coupure de minima, prison,..., ...) baissons la tête pour ne pas être vus (pas vu pas pris !). dans l’avalanche de merde, tout devient indifférent.

    je reviens à la votation. la culpabilisation de qui ne votera pas JLM (de Guillon aux disciples de notre autocrate nationaliste républicain, on nous dit que c’est voter MLP) pour faire voter des jeunes, d’autres abstentionnistes, de rares votes LO, NPA, PCF, PS. trop pénible.

    ils auraient dû en trouver d’autre des comme ça
    https://www.youtube.com/watch?v=7SYuP98Delw


    sans doute mystifié par l’idée du rap conscient, désireux de voir se dire des « soutiens » radicalement critiques qui n’existent pas, le "on aime pas la police comme Jean-Luc Mélenchon", ce « comme » sonnait par chez moi comme la revendication d’un calcul où le mot comme signifiait ni, ou, et, de même que. C’était une erreur. C’est une position.

    #abstention #pestilentielle #élections

    • "N’oublions pas que l’électorat jeune pèse infiniment moins que les 50 ans et plus" (...) « Il y a 8 millions de 18-30 ans, 4 millions de 18-24 ans, et encore cela comprend ceux qui ne sont pas inscrits, or il y a 24 millions de 50 ans et plus. » (...) "si les jeunes vont moins voter pour [EM], il lui restera les vieux, les plus mobilisés au moment d’aller voter".

      "Parce que leurs électorats sont plus âgés, plus bourgeois, plus diplômés et plus votants, Emmanuel Macron, Valérie Pécresse et Eric Zemmour ont moins à craindre de l’abstention. Contrairement à Marine Le Pen et à Jean-Luc Mélenchon, dont l’électorat, issu de milieux populaires, est plus sujet à l’abstention", explique dans Politis le professeur de science politique Jean-Yves Dormagen. "Les plus mobilisés, ce sont les modérés, des électeurs qui se reconnaissent dans les candidats du centre [?], principalement Emmanuel Macron aujourd’hui. Auxquels s’ajoutent les libéraux, plutôt élitistes et pro-système."

      https://www.tf1info.fr/politique/election-presidentielle-a-qui-pourrait-profiter-l-indice-de-participation-en

    • « Si je m’abstiens, j’intéresserai au moins les chercheurs !

      L’action oui, les urnes non : paroles d’une jeunesse engagée mais abstentionniste.

      Ils sont mobilisés dans la défense d’une cause ou au sein d’une association. Pourtant, en avril, Jessim, Marine, Arthur, Selja ou Maëlys n’iront probablement pas voter à l’élection présidentielle de 2022. Un drôle de paradoxe qui concerne de plus en plus de jeunes très critiques envers des élus qui les ont déçus et dont ils se sentent ignorés.

      Les locaux de l’association Vaulx Académia sont encore vides à l’heure du rendez-vous. Pas de panique, ce n’est que « le quart d’heure vaudais », paraît-il. Quinze minutes plus tard débarque Jessim Hamza, cheveux bien rasés sur le côté, jogging gris et sweat noir à capuche. Le jeune homme de 22 ans, habitant de Vaulx-en-Velin, en périphérie de Lyon, a lancé l’association Vaulx Académia en mars 2021. La structure, qui compte une quinzaine de bénévoles, se veut « une école de la ­deuxième chance » pour accompagner des mineurs en difficulté. L’idée est de les aider à trouver un stage en entreprise, à s’inscrire à Pôle emploi, à ne pas sombrer…

      Ce matin de janvier, le fondateur est vite rejoint par quelques volontaires. Maroua Absati, 19 ans, étudie en deuxième année de droit à Lyon, Adem Chaïeb, 22 ans, apprend la finance à l’école de commerce EMLyon, et Amine Boughanmi, 23 ans, est un professionnel d’e-sport qui représente cette saison l’AS Monaco Esports en Ligue 1. « A Vaulx-en-Velin, les jeunes sont trop souvent mis à l’écart, explique le joueur.J’ai été dans ce cas de figure aussi : délaissé, nul à l’école, que j’ai quittée à 16 ans, pour faire des bêtises. Je ne veux pas que d’autres jeunes répètent ces erreurs. »

      Après avoir été animateur périscolaire pendant trois ans, Jessim Hamza, aujourd’hui au chômage, consacre tout son temps à l’association. Il tient à « aider les jeunes à se revaloriser ». Dans la salle, le groupe se met à parler politique, et soudain le volume sonore grimpe. Philippe Poutou, Eric Zemmour, Emmanuel Macron, le système électoral, le temps de travail… Sur nombre de sujets, les quatre membres de Vaulx Académia ont des avis très tranchés. Mais pas question pour autant de les exprimer dans les urnes.

      A l’image de Vaulx-en-Velin, ville qui bat les records d’abstention en France (88,3 % aux régionales de 2021 contre 65,7 % sur le plan national), trois d’entre eux ont déjà décidé de ne pas voter à la présidentielle en avril.

      Jessim Hamza avoue n’avoir jamais mis un bulletin dans l’urne de sa vie. Dans sa famille, « les adultes votent, on parle politique de temps en temps, mais ce n’est pas un sujet de tous les jours ». Est-il inscrit sur les listes électorales ? « Tiens, bonne question », réagit-il. Il ne s’en est jamais soucié. « S’il y avait un classement des actes citoyens les plus importants dans l’existence, lance-t-il, je mettrais le vote en dernière position. »

      Une génération très mobilisée

      Engagés pour une cause ou dans une association, mais abstentionnistes… Un drôle de paradoxe, qui concerne de plus en plus de jeunes. Lors des élections départementales et régionales de juin 2021, 87 % des Français de 18 à 24 ans ne sont pas allés voter au premier tour. Au second tour de la présidentielle de 2017, ils étaient 31 % à s’abstenir (contre 25 % tous âges confondus). Un chiffre record qui, dans cette campagne pour l’instant peu mobilisatrice, pourrait de nouveau être battu les 10 et 24 avril prochains.

      Une étude de l’Institut Montaigne (« Une jeunesse plurielle, enquête auprès des 18-24 ans », Olivier Galland et Marc Lazar), publiée le 3 février, a eu un fort retentissement médiatique : réalisée auprès de 8 000 jeunes, elle pointe une « impressionnante désaffiliation politique », illustrée, entre autres phénomènes, par le fait que 43 % des 18-24 ans ne se positionnent pas sur l’échelle gauche-droite. Une désaffiliation bien plus marquée que dans les générations de leurs parents et des baby-boomeurs au sein desquelles, respectivement, 25 % et 20 % des personnes ne se positionnent pas.

      « Tous les élus, ici, n’en ont rien à faire de cette ville. Ils sont là pour se faire bien voir et gratter une place dans un ministère, là-haut, à Paris, dès qu’ils le peuvent. » Jessim Hamza

      Pourtant, de nombreux jeunes, comme Jessim Hamza et ses amis, se passionnent pour la politique au sens premier du terme, la vie de la cité. Une étude de la Fondation Jean Jaurès (« Les Français et l’engagement », publiée en juillet 2021 et réalisée par Internet sur un échantillon de 3 000 Français) contredit ainsi le cliché souvent brandi d’une jeunesse dépolitisée. Parmi la population, ce sont les 18-24 ans qui se considèrent comme les plus fortement engagés (selon une définition large, qui va de la pétition au don à une association), à 72 %, contre 55 % chez les 65 ans et plus.

      La nouvelle génération est de toutes les mobilisations collectives : urgence climatique, racisme, migrants, LGBTQ +, féminisme, violences sexuelles, cause animale… Plus diplômés que leurs parents et grands-parents, ces jeunes se disent exigeants sur les programmes proposés et intransigeants sur les causes qu’ils défendent. Mais, surtout, ils ne croient plus que l’acte de voter puisse être utile. Après tout, pourquoi se déplacer un dimanche pour mettre une enveloppe dans une boîte quand une pétition, une manifestation, une maraude ou même un post sur les réseaux sociaux sont jugés plus efficaces ?

      Un monde politique jugé déconnecté

      « Malhonnêteté », « magouilles », « manque de transparence »… Voilà les termes que les bénévoles de l’association Vaulx Académia emploient pour parler du monde politique.

      Jessim Hamza garde un souvenir amer de la visite du premier ministre, Jean Castex, à Vaulx-en-Velin, le 12 novembre 2021. Non informés de sa venue, lui et quelques bénévoles de l’association ont tourné en voiture dans la ville pour tenter de le rencontrer. « On ne pouvait pas l’approcher, regrette le jeune homme. Apparemment, il était venu pour parler aux Vaudais. Je ne sais pas à qui il a parlé, pas à nous en tout cas. Si on nous prend pour des cons, on coupe le contact, c’est normal. »

      Sa fréquentation des élus locaux ne l’a pas davantage incité à voter. Le jeune Vaudais assure être ressorti plusieurs fois déçu de discussions avec eux. « On essaye de faire bouger les choses, mais on ne nous calcule pas plus, se plaint-il.Je peux citer plein de jeunes qui ont fait des demandes de subventions pour des projets, on ne leur a même pas répondu. Ou alors on leur a dit “oui”, mais ils n’ont jamais vu l’argent. »

      Une défiance sans limites. « Tous les élus, ici, n’en ont rien à faire de cette ville. Ils sont là pour se faire bien voir et gratter une place dans un ministère, là-haut, à Paris, dès qu’ils le peuvent. » A ses yeux, le simple terme « politique a perdu toute valeur : « C’est devenu un gros mot. » Et pourtant, Jessim Hamza le reconnaît, « beaucoup de jeunes engagés vont se dire apolitiques, alors que ce qu’ils font est évidemment politique. »

      Cette déconnexion entre engagement et politisation n’étonne pas Marc Lazar, ­professeur d’histoire et de sociologie politique à Sciences Po, elle est même un syndrome de l’époque. « Des jeunes peuvent être mobilisés pour une cause, sans pour autant se tourner vers un parti qui l’incarne ou voter pour lui », explique le coauteur de l’étude de l’Institut Montaigne. Le cas d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV) est, selon lui, symptomatique de cette situation : alors que les jeunes sont 62 % à dire que l’écologie est un sujet très important, ils ne sont que 11 % à se sentir proche d’EELV (parti qui arrive toutefois en tête de leurs réponses).

      « Aujourd’hui, l’association n’est plus la salle d’attente pour entrer en politique, remarque le chercheur. Les jeunes qui sont impliqués dans une cause ne se reconnaissent pas dans les politiques, qu’ils jugent, à 69 %, corrompus. Ils ne peuvent donc pas franchir le pas de se dire qu’ils font de la politique ni se positionner face aux partis. » Ces jeunes à la fois investis dans une cause et éloignés du vote, « sans être majoritaires, représentent une part notable de leur génération », observe-t-il.

      Grands discours et mesurettes sur l’environnement

      Sirotant sa limonade dans un café parisien au pied du Grand Rex, Selja Lamouri a beau avoir participé à la convention citoyenne pour le climat, elle s’avoue, elle aussi, peu à l’aise pour parler de politique. « Je me dois d’être honnête et de vous dire que je n’ai que très peu de connaissances sur le sujet et donc très peu de choses à dire », nous a prévenu par SMS la jeune femme de 18 ans à l’allure un peu rebelle, mèches blondes sur cheveux bruns, veste et mitaines en cuir noir, multiples boucles d’oreilles et piercing au nez.

      Pourtant, l’­étudiante en première année de licence de langue et culture anglaise s’implique fortement dans la lutte contre le changement climatique. Son combat est né en Islande, pays dont sa mère, directrice d’une école d’hôtellerie, est originaire et où elle se rend souvent. Selja Lamouri a pu y constater le dérèglement climatique et les conséquences du tourisme de masse, qui a transformé « des ­paysages sauvages en terrains de construction ».

      En passant son année de 3e à La Réunion, où elle a vécu chez son oncle et sa tante, elle s’est aussi intéressée à la cause animale. Le déclic s’est produit quand on lui a proposé du kangourou à la cantine. De retour dans sa ville natale de Champigny-sur-Marne, dans le Val-de-Marne, la jeune femme s’est peu à peu renseignée sur les questions climatiques et a décidé de devenir végétarienne. Le 15 mars 2019, elle a participé à sa première manifestation des jeunes pour le climat à Paris, fière de brandir sa pancarte « Arrête de niquer ta mer ».

      Selja Lamouri a ensuite fait partie des 150 personnes tirées au sort pour définir des mesures visant à réduire drastiquement les gaz à effet de serre. A l’époque, elle se réunissait avec les autres membres trois jours par mois à Paris. « On avait un groupe WhatsApp et les messages s’enchaînaient. C’était une implication de tous les jours », se souvient-elle.

      A la convention, elle croise des scientifiques, des patrons, l’ex-ministre de la transition écologique Nicolas Hulot, l’actrice Marion Cotillard et, bien sûr, le président Emmanuel Macron. Mais Selja Lamouri confie que le résultat l’a déçue et n’a fait qu’augmenter sa méfiance à l’égard du corps politique. « Le gouvernement a fait des grands discours autour de cette convention, on a beaucoup travaillé et la réponse apportée n’a pas été à la hauteur. Ça va avec la politique ­d’aujourd’hui : on nous promet des choses, mais, à la fin, il n’y a même pas la moitié de ces promesses qui sont tenues. »

      Elle se dit sceptique face aux propositions écologiques des candidats à la présidentielle : « J’ai vu que Marine Le Pen s’intéressait à la protection animale. Même Eric Zemmour veut privilégier les circuits courts. Forcément, ça touche les gens sensibles à ces thèmes, mais est-ce que, derrière, ce n’est pas que de la manipulation ? »

      L’étudiante n’est pas sûre de voter en avril, elle ne sait pas si elle est prête pour « ce truc de parents ». « Je n’ai jamais vraiment parlé de politique au collège ou au lycée par exemple_, remarque-t-elle. Je me dis que c’est compliqué et que j’ai besoin de connaître tous les programmes et le passé des candidats pour pouvoir voter. Je préfère m’abstenir plutôt que de glisser le nom de quelqu’un, juste parce que je l’ai trouvé drôle sur les plateaux de télé. » Elle ne garde pas un grand souvenir de ses cours d’éducation civique, souvent bâclés, quand ils n’étaient pas tout simplement zappés pour que le professeur ait le temps de finir le programme d’histoire-géographie.

      La lassitude du barrage contre les extrêmes

      « Notre système éducatif n’apprend pas aux jeunes à être des citoyens, regrette Vincent Tiberj, professeur des universités à Sciences Po Bordeaux et coauteur du livre Extinction de vote ? (PUF). L’éducation morale et civique reste l’éducation de l’obéissance. On dit aux élèves : “Voilà les institutions, voilà la devise de la République et il faut y adhérer.” » De même, la vie démocratique au lycée pourrait être amé­liorée, selon le sociologue. « Les lycéens ont le droit d’élire des représentants, qui sont peut-être écoutés, mais cela ne va jamais beaucoup plus loin. A la limite, on leur laisse choisir s’ils veulent un baby-foot ou une table de ping-pong dans leur foyer. En revanche, les vrais sujets comme les inégalités, le harcèlement scolaire, les relations filles-garçons sont rarement discutés. »

      Marine Vengeon, étudiante à l’université Côte-d’Azur, raconte pourtant s’être engagée dès le lycée, grâce à un projet humanitaire au Sénégal. Depuis, cette Niçoise de 23 ans, militante féministe et antiraciste, organise des manifestations au sein de son collectif, Uni.e.s Nice, monté avec une amie après la marche Black Lives Matter à Nice, en juin 2020. Ses combats vont des mobilisations contre la proposition de loi de sécurité globale (promulguée en mai 2021) – des mesures sécuritaires jugées liberticides par ses opposants – à des marches de soutien aux soignants, en passant par des défilés à la mémoire de Maïcol Goncalves-Furtado, tué, à 20 ans, lors d’une course-poursuite avec la police à Nice, le 10 janvier 2021.

      Quand la militante ne manifeste pas, elle tracte, discute, débat dans les médias locaux, rédige des communiqués de presse. Elle participe aussi à des collages féministes. Sur ses réseaux sociaux, elle partage certaines informations, fait le point sur les mobilisations à venir et joue les vulgarisatrices. « J’ai la chance d’être en master 2 de sciences politiques et de maîtriser un certain vocabulaire technique, explique-t-elle. Rendre accessible à toutes et tous certains points d’un projet de loi contesté fait aussi partie de mon militantisme. »

      Mais Marine Vengeon ne vote pas à chaque élection, lassée par les éternels duels avec le Rassemblement national (RN) : « A chaque fois, on fait comme nos parents, on vote pour faire barrage aux idées d’extrême droite. Et ça sert à quoi ? A se retrouver avec Le Pen et Zemmour en 2022 ? » Elle dit préférer s’investir dans les actions militantes. « J’ai une marge de manœuvre plus grande, l’impression de changer les choses à mon échelle. Et même au-delà, parfois, on l’a vu avec les mobilisations transnationales autour du climat ou de Black Lives Matter. Autour de moi, le vote n’est plus érigé comme participation politique par excellence. Comme s’il avait fait son temps. » Selon l’étude de l’Institut Montaigne, seulement 51 % des jeunes ont un attachement très important à la démocratie, contre 59 % des parents et 71 % des baby-boomeurs.

      Points de désaccords

      Jugé peu utile, le vote en devient presque ringard. Ami de Marine Vengeon, Arthur Hamant, étudiant, 22 ans, ne jurait que par la présidentielle il y a cinq ans. Cet habitant de Périgny-sur-Yerres, dans le Val-de-Marne, vient d’une famille dont les parents – un père professeur de sport et une mère professeure d’histoire – ont célébré en 2012 le retour des socialistes au pouvoir, avec l’élection de François Hollande. Mais, politiquement, « ils ont eu l’habitude d’être déçus tout au long de leur vie », assure-t-il.

      Son livre de ­chevet en 2017 : L’Avenir en commun (Seuil), le programme de Jean-Luc Mélenchon. Mais Arthur Hamant n’a pas pu voter, il a eu 18 ans juste après la présidentielle. « C’était une grosse frustration, se remémore-t-il. J’ai voté aux législatives. Ma circonscription était clairement à droite, mon bulletin ne servait pas à grand-chose, mais j’avais envie de m’exprimer. » Cinq ans plus tard, attablé à un café du 12e arrondissement parisien où il a l’habitude de refaire le monde avec ses amis autour d’une pinte de bière, le jeune homme tient un discours bien différent.

      Cheveux mi-longs, enchaînant les cigarettes roulées, l’étudiant en communication politique et publique à l’université Paris-Est Créteil a perdu sa motivation : « Je peux faire les deux, voter ou m’abstenir. » Son envie de se déplacer les dimanches électoraux a diminué au fil du temps. « Déjà parce que celui que je choisissais n’était jamais élu, plaisante le jeune homme, déçu par la gauche. Et puis, je suis rarement 100 % d’accord avec un candidat. Il y a toujours un point qui me fait tiquer et sur lequel je ne suis pas prêt à faire des concessions. Je suis plus souvent en accord total avec les mouvements militants. Je vais à beaucoup de manifs et j’ai alors l’impression de faire partie de quelque chose. »

      Engagé à l’Association de la fondation étudiante pour la ville, puis aux Restos du cœur, Arthur Hamant est en stage à Nightline, un service d’écoute consacré aux étudiants et géré par des étudiants. « Cela peut aller du jeune qui vient de se faire larguer par sa copine à un autre qui a des pensées suicidaires », détaille-t-il, critiquant au passage un quinquennat « dont les jeunes sont les grands oubliés », depuis le début de la pandémie. Le ­militant a voulu un stage « qui ait un minimum de sens », cohérent avec la « société à laquelle [il] aspire ». Un besoin de concret, qu’il ne retrouve plus dans le vote.

      Arthur Hamant rejette le cliché des jeunes dépolitisés, désintéressés, désenchantés. L’affaire est plus compliquée. Pour preuve, ­malgré son abstention régulière, son amie Marine s’est présentée sur une liste citoyenne aux dernières élections départementales, en juin 2021.

      « On entend souvent que le premier parti chez les jeunes est l’abstention, je ne suis pas d’accord, assène celle-ci. Les jeunes refusent la participation politique par le biais du vote, car les institutions ne leur plaisent pas. » Pour autant, l’étudiante n’a pas de solution miracle. Mais tous les deux, Marine Vingeon et son ami Arthur Hamant, défendent une­ « #abstention_militante ».

      Une abstention politique

      L’abstention serait-elle pour cette jeunesse engagée la seule façon d’exprimer son ras-le-bol ? A Dun­kerque (Nord), Maëlys Cossart, diplômée d’une école de commerce en recherche d’emploi, 25 ans, se pose beaucoup la question ces derniers temps. Il y a trois ans, elle a décidé de s’engager pour venir en aide aux réfugiés de Grande-Synthe. « Je passe devant les camps depuis que je suis toute petite, alors forcément cette cause me touche particulièrement », souligne-t-elle. Au sein de son association Solidarity Border, elle organise des maraudes chaque soir de la semaine et une permanence de douches le dimanche.

      Ces derniers jours, la campagne présidentielle est venue à elle. Le 19 janvier, Eric Zemmour était en déplacement à quelques kilomètres de là, sur le site de l’ancienne « jungle » de Calais (Pas-de-Calais), où il a parlé d’« une immigration folle ». La jeune militante préfère ne pas commenter cette actualité et prévoit déjà de bouder l’isoloir. « Je ne veux pas me sentir responsable de ce qui va arriver, tout simplement parce que je ne sens rien de bon, quel que soit le résultat de cette présidentielle, indique-t-elle. Je préfère m’abstenir pour montrer mon mécontentement. C’est le seul moyen de me faire entendre. »

      Plutôt que le vote blanc, qui en France n’est pas pris en compte – ce que tous les jeunes rencontrés regrettent –, la Dunkerquoise espère que l’abstention fera, au moins quelques jours, la « une » des médias. « En lisant qu’il risque d’y avoir un record d’abstention à cette présidentielle, cela m’encourage encore plus sur cette voie », explique-t-elle.

      Pour autant, la jeune femme n’est pas convaincue qu’il s’agisse de la solution parfaite. Une forte abstention invalidera-t-elle les résultats de la prochaine élection ? Elle sait que non. « Le problème est que nous, abstentionnistes réfléchis, sommes confondus avec les abstentionnistes qui ne s’intéressent pas du tout à la politique », déplore Arthur Hamant. Marine Vengeon sourit : « Si je m’abstiens, j’intéresserai au moins les chercheurs ! »

      https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2022/02/11/l-action-oui-les-urnes-non-paroles-d-une-jeunesse-engagee-mais-abstentionnis

    • Neuilly et ses amis. La grande bourgeoisie, ça l’emmerde depuis le début du FN ce parti de petits com et de contremaitres qui a réussi, grâce aux gouvernements successifs, à capter un vote de classe ("protestataire", disent les journalistes).
      La « droite tradi » du CAC 40 leur a offert Z. Pas certain qu’ils soient nombreux à prendre au deuxième tour le risque de déstabiliser leurs affaires et positions avec MLP, vote ici non pas protestataire mais disciplinaire : ce que l’on commande déjà on le commandera mieux, continuer à faire fond sur le racisme. Tant que ce n’est pas trop risqué, peu importe qui s’en charge. Macron le fera très bien.

      Prolétariat. On ne nait pas raciste, on le devient, déterminations matérielles et subjectives mêlèes. La préférence nationale est déjà là, dans le RMI(PS)/RSA, pour ne prendre que seul exemple. La rareté organisée conduit à défendre des miettes (de revenu emploi logement) qu’on espère voir croître en augmentant le tri xénophobe.

    • au moins 75% des inscrits n’auront pas voté pour le prochain président (ou MLP) au premier tour tour.

      au 1er tour en 2017, les 8 656 346 voix de Macron, c’était 18% des #inscrits (et non 11, comme j’ai du l’écrire ailleurs ici)
      https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Presidentielles/elecresult__presidentielle-2017/(path)/presidentielle-2017/FE.html

      or les pourcentages généralement cités se réfèrent aux suffrage exprimés (belle gonflette pour la Vème assurée)

    • Emmanuel Macron donné gagnant au second tour avec 55 % des voix
      https://www.lesechos.fr/elections/sondages/sondage-exclusif-emmanuel-macron-donne-gagnant-au-second-tour-avec-55-de-vo

      Selon le baromètre quotidien OpinionWay-Kéa Partners pour « Les Echos » publié ce lundi, le président sortant l’emporterait avec 55 % des voix face à la candidate du RN (45 %) au second tour. Concernant la participation, 71 % des électeurs seraient décidés à se rendre aux urnes.

      Sauf évènement, le débat télé de candidats mercredi 20 avril est supposé décisif. Il y a aura des sondages publics jusqu’au 22 avril.

  • Le premier mandat n’était qu’un amuse-bouche pour les personnels de l’éducation. Vous allez adorer le plat de résistance ! 🙄

    Présidentielle 2022 : Macron s’attaque au temps de travail des enseignants
    https://www.lesechos.fr/politique-societe/societe/presidentielle-2022-macron-sattaque-au-temps-de-travail-des-enseignants-137

    « Il faut revaloriser les salaires, certes, mais surtout repenser la fonction » des enseignants, affirme le chef de l’Etat dans son interview au « Parisien ». « Le sujet, c’est le temps scolaire et la liberté qu’on peut donner à certaines écoles de bâtir leur propre projet pédagogique selon leur territoire. »

    C’est d’une certaine manière la première proposition de campagne pour l’école du quasi-candidat à l’élection présidentielle . Et elle va faire débat. Dans son interview au « Parisien », Emmanuel Macron lie l’augmentation du salaire des enseignants - qu’il faut « améliorer » - au « temps de l’enseignement » qui « n’est pas satisfaisant par rapport au nombre d’enseignants embauchés ».

    Le chef de l’Etat fait explicitement référence à une note de la Cour des comptes publiée mi-décembre . Les magistrats financiers y recommandent de réorganiser le système scolaire autour des chefs d’établissement et d’intégrer une forme de rémunération au mérite des enseignants dont le temps de travail serait annualisé.

    « Repenser la fonction »

    Le système actuel est « trop rigide », estime Emmanuel Macron qui veut, « comme pour les soignants, […] redonner du sens sur le terrain ». « Il faut revaloriser les salaires , certes, mais surtout repenser la fonction, poursuit-il. Le sujet, c’est le temps scolaire et la liberté qu’on peut donner à certaines écoles de bâtir leur propre projet pédagogique selon leur territoire. »

    C’est le projet d’« #école-du-futur » , avec une certaine autonomie de recrutement du chef d’établissement, qu’Emmanuel Macron a commencé à dessiner à Marseille en septembre dernier. Le chef de l’Etat avait d’ailleurs indiqué que l’expérimentation marseillaise pourrait être « généralisée » si les résultats étaient « concluants ».

    « L’idée, qui pourrait être une grande réconciliation avec les enseignants, serait de mieux valoriser le temps extrascolaire qui pourrait être aussi bien de la formation que des réunions entre enseignants, voire du périscolaire », décrypte le député LREM Sacha Houlié, impliqué sur les questions d’éducation dans le cadre de la préparation de la campagne.

    Ce qui suppose de modifier les obligations de service des enseignants, un sujet hautement sensible pour les syndicats. Sacha Houlié décline cette revalorisation annoncée en « trois leviers » : d’abord, « prendre en compte ce qui est déjà fait et le valoriser pour augmenter le salaire » - c’est l’augmentation de base, en quelque sorte ; ensuite, « diversifier les tâches complémentaires qui peuvent porter sur le périscolaire ou la formation durant les vacances scolaires » ; enfin, la rémunération pourrait être encore « améliorée » pour ceux qui prendraient en charge certaines missions « comme le remplacement ». Cela se ferait « d’abord par expérimentation sur la base du volontariat »....

    #contreparties #obligations-de-service