les autotests, moins précis que les antigéniques

/covid-19-les-autotests-moins-precis-que

  • Covid-19 : les autotests, moins précis que les antigéniques
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/01/14/covid-19-les-autotests-moins-precis-que-les-antigeniques_6109458_3244.html

    L’autotest pâtit de son prélèvement nasal qui, moins profond que le nasopharyngé, a moins de chances de trouver les particules du virus se nichant dans les voies respiratoires hautes.

    Et toutes les marques d’autotests ne se valent pas. Dans une étude publiée en octobre dans le journal Eurosurveillance, des chercheurs allemands ont montré que sur 122 tests ayant obtenu un « marquage CE », c’est-à-dire jugé conforme aux exigences de l’Union européenne, 26 ne présentent pas de sensibilité suffisante. Le degré de sensibilité de ces tests est très variable, et va de 30 % à 100 %, selon l’étude. En France, le ministère de la santé impose que les tests antigéniques (en pharmacie et autotests) soient en mesure de détecter la présence du virus chez une personne malade dans 80 % des cas au moins.

    Jouer sur la loi des grands nombres (on ne peut pas mieux dire...)

    Mais l’évaluation de cette performance, confiée aux industriels eux-mêmes, peut être biaisée : « Pour démontrer que leur test fonctionne, les fabricants peuvent avoir intérêt à prendre des échantillons de malades ayant une charge virale très élevée plutôt qu’une charge virale faible », souligne la virologue Christine Prat. Avec un risque : que la performance du test dans la vraie vie, avec des patients présentant une charge virale plus faible, soit bien inférieure à ce qui est mentionné sur la notice, entraînant un nombre important de « faux négatifs ».

    « Faute de contrôle sur les cohortes utilisées pour vérifier leurs tests, on ne peut pas exclure qu’ils surestiment leur performance. Il y a un tel marché ! », poursuit la scientifique. Pour tenter de mettre de l’ordre, l’Union européenne a établi une liste de tests dont les caractéristiques ont été vérifiées, ce qui n’empêche pas les autres kits d’être malgré tout vendus en pharmacie. « Les autorités jouent sans doute sur la loi des grands nombres, en cherchant d’abord à éviter les ruptures de stock, afin que les Français puissent tous se tester, analyse Christine Prat. Cette stratégie peut avoir du sens, dans la mesure où chaque cas détecté compte. »

    bon, alors on passe en pharma demander quel test ils vendent. on achète un smartphone. on cherche la ref sur les url qui suivent. et pourtant le RSA est toujours aussi bas.

    liste commune des tests rapides de détection d’antigènes pour le diagnostic de la COVID-19 et ensemble commun normalisé de données à inclure dans les certificats des résultats de tests de dépistage de la COVID-19 — approuvé par le CSS, dernière mise à jour le vendredi 23 juillet 2021
    https://ec.europa.eu/health/sites/default/files/preparedness_response/docs/covid-19_rat_common-list_en.pdf

    Addendum à la liste commune des tests rapides de détection d’antigènes pour le diagnostic de la COVID-19 — approuvé par le CSS, dernière mise à jour le vendredi 23 juillet 2021
    https://ec.europa.eu/health/sites/default/files/preparedness_response/docs/covid-19_rat_common-list_addendum_en.pdf

    #covid-19 #tests #TAG #autotests

    • #Covid-19 : pourquoi les #tests_salivaires ont-ils disparu des écoles ? - L’Express
      https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/covid-19-pourquoi-les-tests-salivaires-ont-ils-disparu-des-ecoles_2165936.h

      Alors qu’ils avaient été brandis comme un outil phare pour lutter contre le Covid-19, les tests salivaires ont disparu des écoles pour des raisons pratiques.

      Face au variant Omicron, la campagne de dépistage s’invite dans les établissements scolaires. Alors que les autotests sont désormais seuls nécessaires pour les élèves cas contacts, un autre outil a disparu durant cette rentrée : les tests salivaires. Moins d’un an auparavant, le ministère de l’Education avait décidé de miser sur cet outil moins invasif et plus simple à réaliser que les tests par prélèvement nasopharyngé (par le nez). Au printemps, l’exécutif a mis les bouchées doubles : le Premier ministre Jean Castex annonçait que 400 000 tests salivaires contre le Covid-19 seraient déployés dans les écoles élémentaires à la reprise des classes. L’objectif fixé étant 600 000 d’ici à la mi-mai. Quelques mois plus tard, les tests salivaires sont remis au placard. 

      Pour rappel, ce moyen de dépistage fonctionne de la façon suivante : il faut cracher dans un tube fourni dans un kit de prélèvement, à ne pas mettre ensuite au réfrigérateur. Le délai de la remise de l’auto-prélèvement au laboratoire doit être le plus court possible et ne pas excéder 5 heures. Le prélèvement y est alors analysé dans la journée. Comment expliquer le changement de braquet du gouvernement ? Jean-Michel Blanquer a suspendu les campagnes de tests salivaires pour des raisons pratiques. En effet, leurs résultats nécessitaient d’être analysés dans les laboratoires, en ce moment totalement engorgés. Alors que le variant Omicron se propage rapidement dans la population, le nombre de contaminations grimpe en flèche : ce mercredi, on comptabilise 368 149 contaminations détectées en 24 heures sur le territoire. Face au regain de l’épidémie, la politique de dépistage bat son plein dans l’Hexagone.

      alors on a droit à : de jolies attestations parentales qui peuvent remplacer les tests (beaucoup moins de souci pratiques en labo) ; la diffusion sur les réseaux asociaux de vidéos d’enfants hurlants lors de très délicats prélèvement vaseux, des autotests avec 50% de faux négatifs sur Omicron (c’était bien à Noël, c’est bien pour les soldes, et ça devrait faire Pâques aussi)