Ouganda : les chimpanzés, privés de leur habitat, s’en prennent aux Hommes

/ouganda-les-chimpanzes-prives-de-leur-h

  • Ouganda : les chimpanzés, privés de leur habitat, s’en prennent aux Hommes | National Geographic
    Ou aux humains c’est comme on veut.
    https://www.nationalgeographic.fr/animaux/ouganda-les-chimpanzes-prives-de-leur-habitat-sen-prennent-aux-ho

    le comportement change en fonction des circonstances, aussi bien pour les humains que pour les chimpanzés. Tout comme nous, les chimpanzés s’adaptent pour exploiter de nouvelles sources de nourriture si celles dont ils disposaient disparaissent. Aussi, comme les Hommes, les chimpanzés sont des omnivores prêts à défendre leur territoire face aux autres groupes de leur espèce. Ils comprennent la notion d’agression. Lancez une pierre sur un chimpanzé habitué et, souvent, il vous en enverra une en retour. À moins que vous ne soyez plus imposant ou en plus grand nombre, les chimpanzés ayant été attaqués vous attaqueront à leur tour. S’ils en ont l’occasion, ils chasseront pour se procurer de la viande.

    Bien que le village de Kyamajaka se situe non loin du parc Kibale où le projet de recherche avait été mené, les chimpanzés ont été habitués à la présence humaine d’une tout autre manière. Ils se méfient des personnes qu’ils croisent au quotidien. Ils sont en compétition directe avec leurs voisins humains. Les forêts primaires qui les abritaient ont été défrichées au profit de l’agriculture. Ils doivent donc désormais se nourrir principalement des cultures exploitées par les Hommes. Le soir, ils se lancent dans de véritables descentes en quête de nourriture près des habitations avant de retourner dans la parcelle de forêt où une vingtaine d’arbres constituent leur refuge face au monde humain.

    Seulement les incursions ne s’arrêtent pas là. La maison depuis laquelle j’ai pris cette photo appartenait à la famille Semata. Omuhereza, agriculteur, sa femme Ntegeka et leurs quatre jeunes enfants y vivaient. Habiter dans cette maison, c’était constamment courir le risque de se faire attaquer par les chimpanzés, m’a confié Ntegeka. Elle m’a décrit comment ces animaux faisaient irruption dans leur cour et épiaient les fenêtres, effrayant la famille entière.

    • L’impensable s’est alors produit le 20 juillet 2014. Pendant que Ntegeka travaillait dans le jardin, ses enfants étaient avec elle. En un instant, alors qu’elle avait le dos tourné, un immense chimpanzé a attrapé son jeune fils, Mujuni, et s’est enfui. Les villageois se sont lancés à sa poursuite. Ils ont trouvé le corps du petit garçon de deux ans éviscéré, abandonné sous un buisson. Il a succombé à ses blessures sur le chemin de l’hôpital régional.

    • https://www.youtube.com/watch?v=1EvGk-7i2Pw&t=33s

      Bienvenue à Lopburi.

      Un cinéma abandonné est le siège - et le cimetière - des macaques.

      Les singes morts sont enterrés par leurs pairs dans la salle de projection située à l’arrière du cinéma et tout humain qui y entre est attaqué.

      Des habitants barricadés chez eux, des combats de gangs rivaux et des zones interdites aux humains, bienvenue à Lopburi, une ville de Thaïlande envahie par des singes devenus fous depuis la disparition des touristes et le changement d’alimentation.