https://www.tf1info.fr

  • éproctophilie astronomique

    Les brocolis, alliés insoupçonnés dans la quête de la vie extraterrestre | TF1 INFO
    https://www.tf1info.fr/sciences-et-innovation/vie-extraterrestre-les-brocolis-allies-insoupconnes-dans-la-quete-du-vivant-

    Et si le brocoli était notre meilleur allié pour découvrir de la vie ailleurs que sur notre planète ? Notre galaxie abriterait des centaines de milliards d’étoiles et potentiellement autant de systèmes planétaires. L’immensité du cosmos, en plus de donner le vertige, pousse chacun de nous à s’interroger : sommes-nous seuls ? 

    La question taraude les esprits les plus érudits depuis des siècles. Car si des civilisations technologiquement plus avancées que la nôtre existent, pourquoi ne se sont-elles pas manifestées jusqu’à maintenant ? Qui plus est, comment pourrions-nous leur signaler notre présence et surtout communiquer avec elles ? 
    Un processus connu sous le nom de méthylation

    Étonnamment, l’une des pistes à l’étude pour répondre à cette question pourrait nous venir d’un légume, le brocoli. C’est en tout cas ce qu’avancent des travaux de recherche d’une équipe de scientifiques, dont les travaux ont été dévoilés le mois dernier dans la très sérieuse revue Astrophysical Journal. 

    À l’instar d’autres légumes de la famille des brassicacées et de certaines plantes et micro-algues, ce légume vert utilise un mécanisme bien connu des scientifiques pour se débarrasser des toxines. Pour cela, un peu comme nous, il émet des gaz, un processus connu sous le nom de méthylation. 

    Selon Michaela Leung, chercheuse en science planétaire à l’Université de Californie (UCR), ce gaz pourrait servir à signaler notre présence à d’hypothétiques civilisations extraterrestres. En l’observant à l’aide de télescopes, ce message, qui a l’avantage d’être facile à décoder, leur indiquerait que la vie existe bel et bien sur une planète quelque part. « La méthylation est si répandue sur Terre que nous nous attendons à ce que la vie ailleurs la pratique. La plupart des cellules ont des mécanismes pour expulser les substances nocives », explique la chercheuse, citée dans un communiqué.

    Au cours de ses recherches, l’équipe de scientifiques a identifié parmi les gaz méthylés le candidat idéal : le bromure de méthyle. Selon eux, ce gaz a plusieurs avantages comparativement à ceux qui sont utilisés traditionnellement pour rechercher des traces de vie en dehors de notre Système solaire. « Nous pensons que le bromure de méthyle est l’un des nombreux gaz couramment fabriqués par les organismes sur Terre capables de fournir des preuves irréfutables de vie à distance », déclare Eddie Schwieterman, astrobiologiste à l’Université de Californie et co-auteur de l’étude.
    Une biosignature de la vie (et uniquement de la vie)

    Tout d’abord, la durée de vie du bromure de méthyle dans l’atmosphère s’avère moins élevée que celle des gaz traditionnels utilisés habituellement comme bio-signatures. Par conséquent, explique Michaela Leung, « si vous le trouvez, il y a de fortes chances qu’il ait été produit, il n’y a pas si longtemps, et que ce qui l’a produit le produise encore ». Autre atout, poursuit-elle, le bromure de méthyle est plus susceptible d’avoir été produit par un être vivant qu’un gaz comme le méthane, qui peut être produit par des microbes. Il pourrait toutefois être aussi le produit d’un volcan ou d’un autre processus géologique, admet la chercheuse. 

    « Il y a peu de moyens de créer ce gaz par des moyens non biologiques, c’est pourquoi il s’agit d’un meilleur indicateur de vie si vous le détectez », souligne la chercheuse en science planétaire. De plus, le bromure de méthyle absorbe la lumière à proximité d’une bio-signature s’en rapprochant (le chlorure de méthyle), ce qui facilite leur détection et celle de la présence de vie. Leurs travaux ont aussi montré que le bromure de méthyle serait plus aisément détectable autour d’une naine rouge qu’il ne l’est dans le Système solaire. 
    Lire aussi

    Signal extraterrestre, exoplanètes... Retour sur les grandes découvertes de l’observatoire d’Arecibo

    Étant plus petites et surtout plus froides, ces étoiles produisent moins de rayons ultraviolets (qui ont pour effet de détruire le bromure de méthyle). L’une des plus connues est Trappist-1, autour de laquelle gravitent trois planètes « potentiellement habitables ». « Une étoile hôte naine rouge augmente significativement la concentration et la détectabilité du bromure de méthyle », explique Michaela Leung. Et c’est d’ailleurs un avantage pour les astronomes, sachant que les naines rouges sont plus de dix fois plus fréquentes que les étoiles comme notre Soleil.

    Le télescope spatial James Webb n’est pas en mesure de détecter cette bio-signature. L’équipe de scientifiques espèrent qu’avec cette étude, les astrobiologistes intègreront la capacité de détecter le bromure de méthyle dans la prochaine génération de télescopes qui verra le jour dans les décennies prochaines.

  • Coupures de courant : va-t-on fermer des écoles pendant que les remontées mécaniques seront préservées ? - Basta !
    https://basta.media/Coupures-de-courant-va-t-on-fermer-des-ecoles-pendant-que-les-remontees-mec

    Puisque cette liste des 14 000 sites préservés est à ce jour confidentielle...

    Comment dès lors ne pas avoir l’impression, à nouveau, comme lors de la pandémie de Covid 19, que votre gouvernement tente de masquer ces terribles manquements derrière des décisions technocratiques qui mériteraient d’être débattues et derrière une stratégie politique consistant à faire de chacune et chacun d’entre nous le coresponsable d’une situation énergétique qui nous échappe pourtant ? Que penser de l’application Ecowatt [3], qui, sous couvert de mise à disposition de l’information, laisse 14 millions d’entre nous, en situation d’illectronisme, hors d’un système d’alerte numérisé alors que, dans le même temps, l’accès aux numéros d’urgence n’est pas garanti ?

    • En septembre dernier, à la sortie d’une réunion avec certains membres de votre gouvernement, les maires des stations de ski avaient assuré avoir obtenu l’engagement du gouvernement qu’il n’y aurait « pas de coupures électriques dans les stations de ski ». Les stations de ski font-elles partie de ces 14 000 sites jugés prioritaires ? À quel titre ? Quoi qu’il en soit, comment comptez-vous justifier l’annulation de trains du quotidien et la fermeture d’écoles et de crèches pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner ? Pourquoi ne pas arrêter au contraire l’ensemble des remontées mécaniques en cas de besoin de délestages ?

      La question ne se limite pas aux stations de ski. Les panneaux publicitaires lumineux, aux consommations énergivores, vont-ils continuer à fonctionner pendant que certains d’entre nous n’auront pas de courant pour réchauffer la soupe à 19 heures ? [1] La piscine en plein air chauffée à 28°C du Lagardère Paris Racing dans le 16e arrondissement de Paris continuera-t-elle à distraire ses membres select quand les ascenseurs des tours des quartiers populaires d’Aubervilliers, Bobigny, Clichy-sous-Bois ou Grigny seront arrêtés ? L’aéroport du Bourget (aviation d’affaires) continuera-t-il à fonctionner quand la ligne 13 du métro à Paris sera mise à l’arrêt ? Ce que l’on débranche dit beaucoup de la société dans laquelle vous voulez que nous vivions.

    • https://www.francetvinfo.fr/economie/energie/il-est-sorti-de-ses-gonds-face-aux-risques-de-coupures-d-electricite-la

      Depuis qu’un porte-parole d’Enedis a assuré que les malades sous respirateurs ne seraient pas « prioritaires », le président et la majorité s’agitent pour ne pas faire peur aux Français.
      .../...
      Depuis l’Albanie (!!!) , le chef d’État français a donc délivré un message à tous, et notamment adressé au fournisseur d’énergie et à son propre gouvernement. « Le travail d’EDF, c’est de faire tourner les centrales, le travail du gouvernement, c’est qu’il y ait une planification, le travail de tout le monde, c’est qu’on déroule la sobriété », a-t-il ajouté. « Les scénarios de la peur, pas pour moi ! On reste tous unis et on avance », a conclu Emmanuel Macron, qui a également jugé « stupide » le « débat » qu’il avait « entendu ces dernières heures » sur les risques de coupures d’électricité. Et de conclure que « le rôle des autorités et des entreprises publiques, ce n’est pas de transférer la peur ni de gouverner par la peur ». 

      En coulisses, la Première ministre a été priée d’aller dédramatiser devant l’Assemblée nationale, a appelé à ne pas « agiter de fausses peurs ». « Contrairement à ce que des propos maladroits ont pu laisser penser, nos hôpitaux seront toujours alimentés en électricité et les personnes malades à domicile seront toujours prises en charge », a rassuré Elisabeth Borne. Pour ces patients à hauts risques, un dispositif existe.

      #bouffons_sinistres #abrutis_cosmiques #crétins_abyssaux

    • La consommation énergétique (encore) en baisse en France
      https://www.tf1info.fr/conso/crise-energie-sobriete-la-consommation-energetique-encore-en-baisse-en-franc

      La consommation énergétique en France est à la baisse.
      Selon #RTE, la consommation d’#électricité a observé un recul de 5,8% la semaine dernière par rapport à la moyenne des années précédentes (2014-2019).
      La consommation de #gaz, elle, a baissé en octobre, notamment du fait du temps clément.

      Dans un contexte international de flambée des cours de l’énergie, la consommation de gaz et d’électricité en France comme en Europe est surveillée de près. Pour le moment, une tendance à la baisse est enregistrée. Pour autant, il est encore trop tôt pour déterminer si cela peut s’expliquer par les appels à la sobriété passés par le gouvernement.

      .... Côté électricité, la tendance à la baisse se maintient en France, avec un recul de 5,8% la semaine dernière par rapport à la moyenne des années précédentes (2014-2019), selon des données publiées mardi 22 novembre par RTE. Cette diminution est légèrement plus forte que la semaine précédente où la consommation d’électricité était en recul de 5,4% sur une semaine, ce qui permet à la baisse sur les 4 dernières semaines de se maintenir à - 6,5% de moyenne par rapport à la période 2014-2019.

      Selon le gestionnaire du réseau de transport d’électricité français, la baisse "est largement concentrée dans le secteur industriel, dans un contexte de hausse des prix de l’énergie", semblant souligner que les appels à la sobriété passés par le gouvernement à travers la présentation d’un plan sur le sujet, le 6 octobre dernier, ont été en partie entendus. Ces données sont effectivement_ "alignées sur les températures normales pour la période" et sont indépendantes des valeurs exceptionnellement douces relevées dans l’Hexagone aux mois d’octobre et de novembre.

      Pour autant, le gestionnaire du réseau a prévenu que "l’effet baissier" enregistré pourrait se réduire "au cours des prochaines semaines s’il est majoritairement observé dans des secteurs pas ou peu thermosensibles, comme l’industrie"_. Si l’entreprise s’est dite confiante vendredi sur le fait que le réseau tiendrait pour la fin de l’année, elle a prévu des risques de tensions plus élevés en janvier, en raison du redémarrage plus lent que prévu de réacteurs nucléaires d’EDF.

    • Une photo prise le 30 novembre 2022 d’une longue piscine fumante en plein air, alors que les température hivernales s’installent, a fait le tour des réseaux sociaux. Il s’agit de la piscine extérieure chauffée du Lagardère Paris Racing, située dans le très luxueux 16ème arrondissement de Paris. Propriété du marchand d’armes Largardère, cette piscine dont l’eau est à 29°C toute l’année est fréquentée par le gratin de l’élite économique et politique parisienne.

      La coupe du monde du ski a lieu en Haute Savoie du 15 au 18 décembre. Mais la montagne manque de neige. Pour assurer un l’épreuve de biathlon, le site du Grand Bornand a fait venir 24.000 mètres cube de neige artificielle… par camions !

      https://contre-attaque.net/2022/12/07/sobriete-pas-pour-tout-le-monde

  • 50 agents de la RATP sont-ils en grève illimitée depuis 5 ans ? | TF1 INFO
    https://www.tf1info.fr/societe/ratp-50-agents-de-la-regie-des-transports-parisiens-sont-ils-en-greve-illimi

    En région parisienne, les métros et RER sont très affectés par le mouvement de grève de ce 10 novembre. En marge de ce mouvement social d’ampleur, une information surprenante a été relayée : depuis près de 5 ans, la RATP ferait face à une grève illimitée d’une cinquantaine d’agents. Des éléments avancés par le Figaro et que TF1info est en mesure de confirmer.
    L’entreprise ne peut pas agir

    Une source proche de ces dossiers, contactée ce jeudi 10 novembre, indique que les éléments mis en avant par le quotidien sont justes. Les collaborateurs de la RATP qui sont en grève illimitée « ne touchent aucun salaire, mais conservent leur accès à la protection sociale de l’entreprise », nous précise-t-on.

    Comment font-ils pour vivre sans les ressources de leur travail ? Impossible de répondre à cette question, le profil de ces grévistes quelque peu particuliers n’étant pas détaillé. Tout juste nous confirme-t-on qu’ils ne peuvent « pas être licenciés », puisqu’ils se trouvent protégés par le droit de grève.

    Il faut souligner que cette situation ne concerne qu’un nombre très restreint de salariés au sein de la RATP, qui compte pas moins de 69.000 collaborateurs. Pour autant, au sein de l’entreprise, une telle forme de grève sur du très long terme est considérée comme un « dévoiement de la loi et du droit de grève ». Si bien que la RATP aurait « sollicité le législateur », a appris TF1info, afin que la position des quelques dizaines de salariés concernés puisse être éclaircie et régularisée.

    • la RATP aurait « sollicité le législateur », a appris TF1info, afin que la position des quelques dizaines de salariés concernés puisse être éclaircie et régularisée.

      Grève illimitée, 2 mots, c’est pas clair ? Il leur faut un dictionnaire aux managers ?

      Et donc, je poursuis la lecture, c’est aussi irrégulier, si ça a besoin d’être régularisé.

      On voit venir la régularisation par éjection unilatérale via licenciement pour faute grave, abandon de poste, illégal donc, et abus du non-droit de grève.

      Merci Macron !

    • Les syndicats assurent qu’ils alertent depuis longtemps sur la baisse d’attractivité de leurs métiers. Et la perspective très proche de la privatisation ne fait rien pour améliorer le tableau. L’ouverture à la concurrence des bus parisiens et de la petite couronne est en effet prévue pour le 1er janvier 2025. Progressivement, elle devrait concerner l’ensemble des transports publics d’Île-de-France, à l’horizon 2040 pour les métros et les tramways.

      Pour s’adapter à cette nouvelle donne, la RATP a commencé à modifier les conditions de travail, augmentant pour l’instant le temps de travail annuel de 20 heures. Les conducteurs et conductrices des lignes de bus concernés par la privatisation ont aussi reçu des documents leur expliquant qu’ils pourraient être transférés dans une autre entreprise. Et partout dans l’entreprise, l’angoisse monte, et les débrayages se multiplient, qu’ils soient courts ou qu’ils s’ancrent dans le temps, par exemple à l’atelier de réparation de Sucy-en-Brie (Val-de-Marne), où une cinquantaine de salarié·es organisent une grève tournante depuis fin octobre, comme Libération l’a raconté.

      La dégradation du rythme de passage des bus et des métros est désormais tangible pour les habitant·es de la région parisienne. Comme Mediapart l’a détaillé récemment, la RATP assume sa part de responsabilité concernant le manque de main-d’œuvre, mais précise aussi qu’elle a baissé son offre en concertation et avec l’accord de la Région. Ce que cette dernière dément de manière particulièrement véhémente.

      Pourtant, Île-de-France mobilités a bien décidé de maintenir une offre de transports inférieure à ce qu’elle était avant la pandémie, principalement sur le réseau de bus. Et le but est clair : faire des économies. Car IDFM est dans une très mauvaise passe financière. Il y a peu, Valérie Pécresse a rappelé qu’il manquait 950 millions d’euros annuels à l’autorité organisatrice des transports. Elle a demandé l’intervention de l’État, et menacé de faire passer le prix du passe Navigo mensuel de 75 à 100 euros. Un détail sur lequel Gabriel Attal a sans doute oublié de se prononcer sur BFMTV.

      https://www.mediapart.fr/journal/economie-et-social/101122/greve-massive-la-ratp-mobilisation-chetive-ailleurs-pour-la-cgt

    • Une intox patronale pour disqualifier la #grève

      Contactés par CheckNews, deux représentants syndicaux assurent qu’ils n’étaient pas au courant de cette situation. « A première vue, ce ne sont pas des gens comme étant identifiés à la CGT », rapporte Vincent Gautheron, secrétaire de l’union syndicale CGT-RATP. Pour lui, ces 50 grévistes cités par l’entreprise « restent salariés dans le sens où juridiquement un contrat les lie à la RATP », mais ne le sont plus vraiment : « Ils n’ont plus de salaire RATP depuis cinq ans. Quand vous êtes toujours en grève au bout de cinq ans, ce n’est pas que vous êtes en grève, c’est que vous faites autre chose. » Vincent Gautheron fait le parallèle avec ce qui se passe pour certains salariés démissionnaires : « Ils ne viennent plus du tout mais ne font pas forcément la démarche administrative de démissionner, et la RATP est obligée de tenir un conseil de discipline pour constater que le salarié est licencié. » Sauf qu’un salarié déclaré comme étant en grève, lui, ne peut être licencié.

      « Pas intégrés dans la masse salariale »

      Quoi qu’il en soit, le secrétaire syndical s’étonne de l’accusation selon laquelle ces agents continueraient de jouir de tous les avantages offerts par l’entreprise. « S’ils bénéficient de la complémentaire santé, c’est qu’ils adressent à la mutuelle le règlement de leur forfait. Mais peut-être qu’au lieu que ça passe par la cotisation salariale, ils versent directement par chèque le règlement de leur adhésion », pose-t-il. En outre, juge Vincent Gautheron, « ce n’est pas possible non plus qu’ils bénéficient des avantages type chèques-cadeaux ou autres » qui, selon lui, sont versés « par l’intermédiaire du comité d’entreprise » et portent « sur la masse salariale » – terme désignant le cumul des rémunérations brutes des salariés de l’entreprise. « Si depuis cinq ans ils ne sont pas payés par la RATP, ils ne sont pas intégrés dans la masse salariale. »

      On aurait donc affaire à des individus toujours décomptés dans les effectifs de la RATP, sans pour autant s’être maintenus au travail. Baptiste Arsale, secrétaire général de l’Unsa Transport, suggère une autre piste : il pourrait s’agir d’individus périodiquement en grève mais en se déclarant systématiquement sur le même préavis de grève illimité. Quand un agent se déclare en grève, « plusieurs préavis » s’offrent à lui. « Pour cette journée du 10 novembre, tous les syndicats avaient un préavis de grève propre. » Et « effectivement, il y a trois préavis de grève illimités, dont un de la CGT, un de FO et un de l’Unsa. Le nôtre, par exemple, date de plus de quatre ans », détaille-t-il. Si ces préavis courent toujours, c’est que la grève illimitée ne prend fin que lorsque le syndicat qui a déposé le préavis prononce la reprise du travail. En dehors de ce prononcé, rien ne permet d’affirmer que la grève est terminée, pas même une reprise effective du travail.

      « Etat dramatique du dialogue social »

      De fait, estime Baptiste Arsale, « il y a sûrement 50 agents qui depuis cinq ans, à chaque fois qu’il y a une grève, se déclarent sur le préavis de grève illimité. S’il y a une grève demain ou la semaine prochaine, ils feront machinalement la même chose. Mais ça ne fait pas cinq ans qu’ils sont en grève ».

      Impossible de valider l’une ou l’autre des hypothèses des responsables syndicaux, puisque l’entreprise confirme la situation à la presse, tout en s’abstenant de donner le moindre détail sur celle-ci. Quelle que soit la situation réelle de ces salariés, les syndicats s’accordent sur le fait que l’« information » dégainée par l’entreprise vise uniquement à décrédibiliser le mouvement en cours. « La RATP joue sur des préavis de grève illimités qui ont été déposés il y a plusieurs années, en toute légalité. Ils s’en servent pour dire que tout le monde peut se mettre en grève facilement. Qu’ils veuillent modifier les règles, très bien, mais ça ne change rien à l’état dramatique du dialogue social à la RATP », déplore Baptiste Arsale. « Et puis, dit-il, on parle de 50 personnes sur plus de 60 000 salariés. »

      https://www.liberation.fr/checknews/50-salaries-en-greve-depuis-cinq-ans-les-syndicats-desamorcent-la-bombe-s

      #Ratp

    • Les pauvres, en plus, ils si prennent Jean Castex - le retour - dans les gencives :

      À l’appel des syndicats unis, les métros et RER franciliens ont été quasiment mis à l’arrêt ce jeudi, au lendemain de la validation par le Parlement de l’arrivée de

      Jean Castex au poste de PDG de la RATP.

      / ibid Mediapart 10.11.22

      Merci Macron !

  • « Bourgeois, votre tranquillité est finie » : un collectif saccage le golf de Saint-Cloud au nom de l’écologie et de la lutte des classes Par Clara Hidalgo - Le Figaro

    Pelouse arrachée, taguée et retournée... Dans la nuit de jeudi à vendredi, le golf de Saint-Cloud https://madame.lefigaro.fr/bien-etre/le-golf-de-saint-cloud-ouvre-son-spa-271017-134997 (Hauts-de-Seine) a été vandalisé. Au milieu des dégâts, une banderole a volontairement été déposée au sol : « Encore un coup des sangliers syndicalisé.es ». Sept des dix-huit greens ont été dégradés par ce collectif fraîchement constitué affichant des revendications politiques et écologiques.


    Le Golf de Saint-Cloud, situé sur les communes de Garches, Rueil-Malmaison et Vaucresson dans les Hauts-de-Seine. Jean-Christophe Marmara / Le Figaro

    « Nous revendiquons ce sabotage au nom de la lutte pour l’écologie et en soutien à la mobilisation syndicale du 29 septembre » , a déclaré le collectif dans un communiqué envoyé à TF1-LCI . Dès la découverte du champ de bataille, la direction du golf a contacté la police, qui s’est déplacée pour faire les constatations d’usage, et a porté plainte, selon les informations du Parisien . La remise en état des greens « coûtera plusieurs milliers d’euros et prendra plusieurs semaines » , a détaillé le directeur du lieu.

    « Communautarisme de la classe bourgeoise »
    « Bourgeois = parasites », « riche = voleur », « le séparatisme c’est vous » étaient tagués à la bombe noire sur la pelouse, encore verdoyante la veille. Le symbole anarchiste (un “A” cerclé) a également été gravé dans le sol, d’après les photos consultées par Le Figaro. Une rhétorique révolutionnaire qui vise directement les classes aisées. « Nous ciblons ce golf privé, l’un des plus selects de Paris, car il est un exemple éclatant du communautarisme de la classe bourgeoise qui s’amuse tranquillement tout en détruisant notre environnement et nos acquis sociaux » , défend le collectif. Les « Sangliers syndicalisé.es » s’en prennent aussi à la réforme des retraites, qui selon eux « n’a aucun sens économique ».

    Ces revendications, Antoine* membre régulier du golf, ne les comprend pas. « L’ambiance est très familiale, ce n’est pas le genre de lieu où les nouveaux riches se cloîtrent entre eux. Au contraire, il accueille souvent des compétitions ouvertes » , s’indigne ce trentenaire. Face aux banderoles sur lesquelles est écrit que le golf « n’est même pas un vrai sport » , Antoine rétorque qu’il s’agit de « l’un des sports les plus populaires au monde » . En 2021, la Fédération française de golf (FFgolf) a enregistré un record historique du nombre de ses licenciés, soit plus de 400.000 adhérents.

    Des dégâts durables
    En ce qui concerne l’empreinte écologique dénoncée par le collectif, Antoine assure que le golf a arrêté « l’utilisation de pesticides » et que l’eau est « uniquement réservée à l’arrosage des pelouses » . Des informations confirmées par le golf de Saint-Cloud, qui précise que l’eau utilisée provient « de la Seine » et non des « réseaux d’eau potable » . Alors que l’été 2022 a été l’un des plus secs jamais enregistrés, l’État a appelé les Français et les collectivités à restreindre leur consommation d’eau. Toutefois, les golfs ont bénéficié d’une dérogation et pu continuer à arroser leurs greens. Bon nombre de structures ont cependant veillé à réduire leur consommation.


    Le golf de Saint-Cloud et sa une vue imprenable sur la tour Eiffel. DP Golf de Saint-Cloud

    Antoine dénonce des actes d’une violence injustifiée qui « ont détruit le travail de 70 jardiniers en deux secondes ». « En tant que golfeur, j’ai conscience du travail que représente l’entretien des greens. Il faut au moins trois ans pour le remettre en état » . La direction du golf ne souhaitait pas commenter davantage ces dégradations.

    Le collectif « Sangliers syndicalisé.es » avait déjà procédé à un acte de vandalisme similaire au golf du château d’Humières https://www.tf1info.fr/justice-faits-divers/golf-degrade-chateau-de-monchy-humieres-oise-qui-sont-les-sangliers-radicali , dans l’Oise, début septembre. Dans son communiqué, il a annoncé de prochaines actions : « Les sangliers ont décidé de s’attaquer aux loisirs des riches pour qu’ils ne trouvent pas le repos. Bourgeois, votre tranquillité est finie : nous ne vous lâcherons pas. Tant que nous n’aurons pas la justice, vous n’aurez jamais la paix. »

    #séparatisme #bourgeoisie #eau #golf #Sangliers #loisirs des #riches #tranquilité #Bourgeois #parasites » #voleurs #tranquillité #Communautarisme

    Source : https://www.lefigaro.fr/actualite-france/bourgeois-votre-tranquillite-est-finie-un-collectif-saccage-le-golf-de-sain

    • « L’ambiance est très familiale, ce n’est pas le genre de lieu où les nouveaux riches se cloîtrent entre eux. »

      pas les nouveaux, non :-)

      plus de 400.000 adhérents en 2021 : record historique pour la Fédération Française de Golf.

  • Un avion toutes les 10 minutes pour les supporters qui séjourneront hors du Qatar lors du Mondial - L’Équipe
    https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Un-avion-toutes-les-10-minutes-pour-les-supporters-qui-sejourneront-hors-du-qatar-lors-du-mondial/1356313

    Le Qatar, qui ne pourra pas accueillir tous les supporters attendus pour la Coupe du monde, va mettre en place des navettes en avion pour les personnes résidant dans les pays voisins. Plus de 160 vols par jour sont prévus.

  • Téléphones interdits, surveillants qui réprimandent les étudiants distraits : une fac française pointée du doigt. Les étudiants de première année de la faculté de médecine de Nancy se plaignent des mesures prises par leur établissement.
    https://www.lalibre.be/international/europe/2022/09/27/telephones-interdits-surveillants-qui-reprimandent-les-etudiants-distraits-u

    De nouvelles règles strictes ont été mises en place à destination des nouveaux étudiants à Nancy, dans la faculté de médecine de l’Université de Lorraine. Et cela ne plait pas à tout le monde. Dans un article de l’Est républicain https://www.estrepublicain.fr/education/2022/09/26/a-la-faculte-de-medecine-de-nouvelles-regles-creent-la-polemique , des étudiants dénoncent des mesures qu’ils jugent trop drastiques.

    Plusieurs étudiants ont en effet confié que leurs téléphones devaient obligatoirement être rangés dans leur sac, que des bouts de scotch distribués par la fac devaient être collés sur les caméras de leur ordinateur, et que des surveillants tapotaient parfois sur l’épaule des étudiants distraits avec une canne télescopique.

    Un étudiant raconte ainsi qu’il a eu droit « à un petit coup la semaine passée ». « J’étais sur mon ordi, je faisais autre chose que le cours et le surveillant m’a tapoté l’épaule. Rien de grave mais c’est surprenant. » Comme l’explique une maman d’étudiant, également enseignante à l’Université de Lorraine, « les surveillants, pendant les cours, regardent sur les ordinateurs ou les tablettes personnels des étudiants, les empêchent de travailler autre chose que les cours, restent à leurs côtés pour les forcer à suivre coûte que coûte ». Elle a fait part de ce constat au Syndicat national de l’enseignement supérieur. Ces mesures sont en effet rares dans le supérieur où les étudiants bénéficient généralement d’une plus grande liberté.

    La réponse de la direction
    Interrogées sur ces faits, les autorités de l’université ont répondu via un communiqué de presse https://www.tf1info.fr/education/a-la-fac-de-nancy-des-vigiles-tapotent-ils-sur-l-epaule-d-etudiants-distrait . L’Université de Lorraine explique notamment qu’en raison du grand nombre d’étudiants en première année de médecine, les cours sont délivrés par des enseignants qui interviennent dans un amphithéâtre et diffusés en vidéo dans d’autres amphithéâtres. « Les contractuels vacataires, appelés ’assistants d’enseignement’ sont présents uniquement dans les amphithéâtres où le cours est retransmis en vidéo afin de s’assurer que la retransmission se passe dans de bonnes conditions », explique l’établissement.

    Concernant les mesures dénoncées par les étudiants, l’université se justifie. Concernant le scotch posé sur les caméras des ordinateurs, elle explique : « Depuis cette rentrée, les assistants pédagogiques font appliquer les décisions de la commission pédagogique concernant l’interdiction de procéder à une captation audio/vidéo/photo. Dans ce cadre, ils peuvent être amenés à intervenir auprès d’étudiants pour leur faire cesser une captation. Il s’agit d’une intervention destinée à faire appliquer une règle, ce qui est toujours délicat. Les cours font de manière récurrente l’objet de trafics. »

    Au sujet de la canne télescopique, l’université reconnait « qu’un des assistants pédagogiques a utilisé un pointeur pendant les tout premiers jours à la rentrée. Cela découlait d’une habitude qu’il avait prise dans ses précédentes fonctions et il ne l’a jamais utilisé avec l’intention de faire peur. Constatant le risque de méprise, cet assistant pédagogique a rapidement cessé de l’utiliser. »

    #université #étudiant-e-s #smartphones #caméras #france #Nancy #travail #éducation #universités #médecine #trafics

  • Au large de la Syrie, une hécatombe en mer sans précédent sur fond d’effondrement généralisé du Liban
    https://www.lemonde.fr/international/article/2022/09/26/le-terrible-naufrage-au-large-de-tartous-jette-une-lumiere-crue-sur-le-flux-

    Des Libanais, des Syriens, des Palestiniens… Entre cent vingt et cent soixante-dix hommes, femmes et enfants sont morts ou disparus, le 22 septembre, quand leur bateau de fortune, parti des côtes libanaises, a coulé.

    sur fond d’effondrement généralisé du Liban

    sur fond d’effondrement généralisé du Liban

    sur fond d’effondrement généralisé du Liban

    sur fond d’effondrement généralisé du Liban

    sur fond d’effondrement généralisé du Liban

    Les alliés des US savent à quoi s’attendre sur le temps long.

    Le Pakistan est sous les eaux.
    L’Afghanistan est détruit.
    Le Soudan, qui en parle encore ?
    Et la Somalie ?
    Et le Mali ?
    ...
    Et l’Europe... qui n’a d’intérêt pour les US que comme théâtre de guerre contre le concurrent Russe.

    • Crise au Liban : ils braquent leur banque pour récupérer leur argent | TF1 INFO
      https://www.tf1info.fr/international/video-crise-au-liban-ils-braquent-leur-banque-pour-recuperer-leur-argent-223

      il y a 10 jours et, sans doute, ça continue…

      Au Liban, depuis des mois, privés de tout, les habitants survivent. Les retraits d’argent sont limités à 200 dollars par mois et par personne, somme dérisoire face à la flambée des prix. Poussés à bout, des citoyens ont décidé de braquer leur banque.

      Soutenu par la foule, Ibrahim Abdullah, le braqueur s’est enfermé à l’intérieur de cette banque. Il est venu avec une arme qu’il a, depuis, remise aux agents de sécurité. Il demande 50 000 euros, son argent, sur son propre compte. Les journalistes l’interrogent en plein hold-up.

      Un client qui braque sa banque pour récupérer son argent, c’est le cinquième ce vendredi. Les banques, menacées de faillite, empêchent leurs clients de retirer plus de 200 dollars par mois même s’ils en ont plus sur leur compte.

      Il y a deux jours, cette jeune femme fait filmer son braquage. Les gouttelettes qui volent, c’est de l’essence. Elle vient de s’en asperger et menace de s’immoler. Ces clients braqueurs assurent ne pas avoir le choix pour récupérer leur argent. Menacé par la crise économique qui frappe le pays depuis trois ans, la monnaie a perdu 90% de sa valeur et les trois quart de la population vivent désormais sous le seuil de la pauvreté.

    • Il me semble qu’au Liban, la semaine dernière les banques annonçaient carrément fermer leurs agences parce qu’il y a trop de braquages de gens qui veulent récupérer leur propre argent.

      La dernière fois que j’ai vu un chiffre, on était à au moins 13 braquages pour ce motif.

    • Question  : ce sont les retraits ou les dépenses qui sont limités  ?

      Parce que 200 € de liquide par personne et par mois, c’est pas pareil que 200 € de dépenses.

      200 € de liquide, c’est 6 mois dans mon foyer, tout le reste, ce sont des transactions CB, virements, prélèvement, des mouvements traçables .

      Un large usage de liquide indique généralement un gros secteur économique informel et les problèmes afférents.

    • Je ne sais pas pour cette limite de 200€. Mais dans les cas de braquages dont on a parlé ici, les personnes voulaient payer de très importants frais d’hôpital, et leur banque ne leur donnait plus accès à leur argent. C’est donc bien tous les transferts et retraits qui sont limités (à quelle hauteur, je ne sais pas, et je suppose que ça change tout le temps).

      De toute façon, à partir du moment où les banques ont commencé à bloquer les retraits, toute l’économie du pays est passée en liquide : si tu vends quelque chose et que tu déposes l’argent sur ton compte, tu sais que tu ne pourras plus le récupérer. Donc tu te fais payer en liquide et tu es obligé de garder ça chez toi (sous le matelas). Y compris de grosses sommes, puisque les gens vendent des véhicules, des logements, des terrains.

    • Sinon, l’« Association des banques du Liban » n’est pas une source fiable, et encore moins le patron de la banque centrale Riad Salamé, là ce sont très clairement les voleurs dans cette affaire (avec le personnel politique).

      Le problème de « fuite » des capitaux concerne les grandes fortunes liées aux politiciens, qui se sont empressés de planquer leur fric quand leur propre système de corruption s’est effondré. Parmi les gens soupçonnés de planquer du fric à l’étranger, ah ben justement, Riad Salamé :
      https://seenthis.net/messages/938052

    • Hier lundi, réouverture partielle des banques.

      Liban : « J’ai besoin de mon salaire »... Colère des Libanais après la réouverture des banques
      https://www.20minutes.fr/monde/4002437-20220926-liban-besoin-salaire-colere-libanais-apres-reouverture-ba

      Incapables d’accéder à leur argent en dollars, des clients ont eu recours à des braquages pour réclamer leurs épargnes, dont cinq pour la seule journée du 16 septembre.

      […]

      L’Association des banques du Liban (ABL) a déclaré dimanche que les banques rouvriront lundi en capacité limitée pour servir les entreprises, les établissements éducatifs et les hôpitaux. Les distributeurs automatiques sont disponibles « pour tous les clients », afin de permettre aux secteurs public et privé de transférer les salaires de leurs employés, a assuré l’ABL.

  • Espace : comment les débris d’une mission SpaceX ont terminé dans un ranch australien | TF1 INFO
    https://www.tf1info.fr/international/espace-comment-les-debris-d-une-mission-spacex-ont-termine-dans-un-ranch-aus

    Que des fragments aussi importants atterrissent sur terre est très rare, selon Brad Tucker, qui ne recense qu’une poignée de précédents. L’agence spatiale australienne a finalement confirmé ce mardi le diagnostic de l’astrophysicien : les débris proviendraient bien d’une capsule Dragon de Space X.

    Les débris qu’on peut faire comme si c’était drôle que ça tombe de manière incontrôlée n’importe où sur la planète.

  • Le gouvernement demande aux Français de porter à nouveau le masque dans les transports
    https://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/le-gouvernement-demande-aux-francais-de-porter-a-nouveau-le-masque-dans-

    « Je n’irais pas jusqu’à l’obligation mais je demande en tout cas aux Français de remettre effectivement le masque dans les transports », a dit Brigitte Bourguignon sur RTL, évoquant plus largement tous « les endroits clos où on est en promiscuité très directe », y compris sur son lieu de travail ou dans les commerces.

    « Je ne fais pas que le recommander, je le demande », a-t-elle insisté, face à une « reprise évidente » des contaminations en France.

  • Le M😷n😷lecte 🤬🐧  : « Merci Véran, Macron et toute la clique de laisser… » - Framapiaf
    https://framapiaf.org/@Monolecte/108543201482337952

    Merci Véran, Macron et toute la clique de laisser circuler un agent biologique pathogène de groupe 3, d’avoir levé toute prophylaxie, de bloquer l’accès au deuxième rappel de vaccin pour les moins de 60 ans, de faire une campagne sur le lavage des mains pour un virus à 100% à transmission respiratoire, de raconter qu’une infection = une dose de vaccin alors que l’état de la science prouve que vous êtes seulement des épiciers et que vous nous forcez à jouer à la roulette russe.

    • Agnès, chez TF1 ils sont trouvé un « épidémiologiste » qui explique que tu as tort :

      – Numéro premièrement : le Covid c’est terminé :
      https://www.tf1info.fr/sante/covid-19-on-est-probablement-dans-une-fin-de-l-epidemie-selon-l-epidemiologi

      « On n’est plus dans la réalité de l’épidémie, on est probablement dans une fin de l’épidémie », a estimé le scientifique, membre de l’Académie de médecine

      Ça me semble clair : ton test il se trompe, puisque nous ne sommes plus dans la « réalité de l’épidémie ».

      – Numéro secondo : de toute façon pour juguler l’épidémie il suffit que les « personnes à risques » se démerdent pour se protéger toutes seules dans leur coin (c’est bien connu que c’est comme ça qu’on a réussi à combattre les grandes épidémies) :

      Pour cela", poursuit-il, « il faut répéter que les personnes à risques doivent se protéger, porter le masque FFP2 lorsqu’elles sont dans des lieux à risque de contamination, et se faire vacciner. Il faut conserver un haut degré de couverture vaccinale chez les personnes à risque ».

      Je vais donc te répéter le conseil médical du moment : Tu as le Covid ? Arrête.

      – Numéro troisio : Rasta, si tu as des gosses scolarisés et que tu es une « personne à risques », la solution la plus simple consiste donc à confier tes enfants à l’assistance publique, le temps pour toi de t’arranger pour ne plus être une personne à risque. Y’a un moment faut se responsabiliser un petit peu, au lieu de tout attendre de la collectivité, hein.

      – Numéro quatrièmement, je vous rappelle que selon la médecine française (la meilleure du monde que le monde entier nous envie), le Covid long c’est dans ta tête :
      https://seenthis.net/messages/964659

    • On part bien sûr sur une version pas sympa. Pendant le repas, Mr Monolecte a switché en une seconde en mode « adieu le gout  ».
      Il ne l’a pas bien pris du tout.
      Moi, j’ai le droit à «  peut-on prendre un triptan quand on a à la fois le covid et une migraine sans risquer d’accélérer une issue fatale  ?  ».

      Je suis toujours furieuse par le yolisme total dans lequel ça se passe.

      Une étude (que plus personne ne lit) vient de tomber  : ¼ des gosses qui ont gaulé le covid a à présent une forme longue… tout ça parce que «  tu comprends, on a besoin de vivre, de voir d’autres cons comme nous et nous branler de la vie des autres comme des hypocéphales de 3 ans  ».
      🤬

    • Bon courage, hein, Agnès (j’espère que c’était implicite :-)).

      Ici aujourd’hui on attend le résultat du PCR de mecton qui devrait arriver ce soir ; en attendant la grande a vomi en sortant du tram… on se prépare donc pour un début de vacances dans la joie et la bonne humeur.

      Edit: retour du PCR : négatif.

    • Ici aussi on a fini par le choper, à un moment je me suis dit que c’était inéluctable étant donné qu’il n’y avait plus aucune mesure... Heureusement pour moi, forme presque asymptomatique (on verra s’il y a des effets à long terme). Bon courage !

  • Accident du travail : silence des ouvriers meurent @DuAccident

    Deux ouvriers manquent de mourir après être tombés dans une cuve de chocolat.
    @TF1Info y voit une information « insolite », évoque un « drame chocolaté » et fait référence à « Charlie et la chocolaterie ». Voilà où en est le traitement des accidents du travail..
    https://www.tf1info.fr/international/insolite-deux-employes-de-mars-tombes-dans-une-cuve-de-chocolat-sauves-aux-e

    #travail #ouvriers #accidents_du_travail

  • Covid-19 : les formes sévères provoqueraient une baisse du QI
    https://www.tf1info.fr/sante/covid-19-les-formes-severes-provoqueraient-une-baisse-du-qi-selon-une-etude-

    D’après les scientifiques de l’Université de Cambridge et de l’Imperial College de Londres, dont les travaux ont été publiés dans la revue eClinicalMedicine de The Lancet, les formes graves du Covid-19 entraîneraient des troubles cognitifs similaires à 20 ans de vieillissement, entre 50 et 70 ans. Soit l’équivalent, selon l’Imperial College, d’une perte de dix points de quotient intellectuel (QI).

    Multivariate profile and acute-phase correlates of cognitive deficits in a COVID-19 hospitalised cohort
    https://www.thelancet.com/journals/eclinm/article/PIIS2589-5370(22)00147-X/fulltext

    On average, the scale of deficits was most similar to that observed in normal cognitive decline between the ages of 50–70; however, when examined in more detail the pattern of cognitive deficits was most pronounced for different tasks than either age-related decline or the dementia group. These more detailed results highlight the potential value of cross comparing multivariate profile of COVID-19 cognitive deficits to a wider variety of populations in order to identify potential similarities to other neurological conditions. Future work should also expand the repertoire of disorders, especially populations who have recovered from other critical illnesses, and cross relate these detailed cognitive profiles to imaging and blood biomarker measures of neuropathology and tracking recovery and decline trajectories over a longer temporal scale.

    In summary, severe COVID-19 illness is associated with significant objectively measurable cognitive deficits that persist into the chronic phase. The scale of the deficits correlates with clinical severity during the acute phase as opposed to mental health status at the time of assessment, shows at best a slow recovery trajectory and the multivariate profile of deficits is consistent with higher cognitive dysfunction as opposed to accelerated ageing or dementia.

    Ça donne vraiment envie de l’attraper comme tout le monde.

  • les paris sur les canassons du 1er tour, avec une photo floutée (sondages) et un journaliste de gauche (si si...) : Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron stable, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon progressent

    Selon un sondage Ispos-Sopra Steria pour « Le Monde » réalisé vendredi, le président sortant reste en tête des intentions de vote (26,5 %), suivi de la candidate d’extrême droite (22,5 %) et du leader « insoumis » (17,5 %) .

    A moins de 48 heures du premier tour de l’élection présidentielle, les écarts au sein du trio de tête ont tendance à se resserrer. C’est le principal enseignement de l’enquête réalisée le 8 avril, par Ipsos-Sopra Steria pour Le Monde. Pour ce sondage, 10 425 personnes ont été interrogées, selon la méthode des quotas. Les intentions de vote pour le 10 avril sont calculées à partir des sondés « certains d’aller voter ayant exprimé une intention de vote », soit 7 321 personnes. Les marges d’erreur pour le premier tour sont très faibles, comprises entre 0,2 et 1 point.

    Quatre points séparent désormais Emmanuel Macron (stable avec 26,5 % des intentions de vote, marge d’erreur de plus ou moins 1 point) de Marine Le Pen (qui gagne un point et atteint 22,5 %, même marge d’erreur). Jean-Luc Mélenchon, solide troisième homme de cette élection, poursuit sa dynamique. Le candidat de l’Union populaire progresse ainsi de 1,5 point en quatre jours et passe de 16 % à 17,5 %.
    Loin derrière se trouvent l’autre candidat d’extrême droite, Eric Zemmour (9 %, marge d’erreur de plus ou moins 0,7 point), la candidate des Républicains, Valérie Pécresse (8,5 %, marge d’erreur de plus ou moins 0,6 point), puis l’écologiste Yannick Jadot (5 %, marge d’erreur de plus ou moins 0,5 point).

    Tous les autres candidats recueillent moins de 5 % des intentions de vote. Il s’agit, dans l’ordre, de Fabien Roussel (3 %, marge d’erreur de plus ou moins 0,4 point), Nicolas Dupont-Aignan (2,5 %, même marge d’erreur), Anne Hidalgo et Jean Lassalle (2 %, marge d’erreur de plus ou moins 0,3 point) et enfin les trotskistes Philippe Poutou et Nathalie Arthaud (respectivement 1 et 0,5 point, marge d’erreur de plus ou moins 0,2 point).

    Ces résultats confirment plusieurs choses. Tout d’abord, Jean-Luc Mélenchon a su incarner un « vote utile » à gauche. Le député des Bouches-du-Rhône a depuis longtemps théorisé « le trou de souris » pour se qualifier au second tour. Comprendre : une addition de circonstances favorables. Et c’est le cas cette année. L’« insoumis » a fait une bonne campagne, ses adversaires de gauche sont faibles et divisés et le président sortant est entré tardivement dans la course. Surtout, la véritable aubaine pour lui a été la division de l’extrême droite qui, mécaniquement, abaisse le ticket d’entrée pour le second tour. Toute l’énergie des « insoumis » a donc été, depuis le retrait début mars de Christiane Taubira faute des parrainages nécessaires (et qui a déclaré vendredi qu’elle voterait pour M. Mélenchon), de présenter le candidat de l’Union populaire comme le seul capable de coiffer l’extrême droite au poteau et de déjouer tous les pronostics. Car l’électorat de gauche semble épuisé des querelles intestines et aspire non seulement à l’union mais aussi à peser dans le débat politique national.

    Ainsi, dans la dernière ligne droite, les militants mélenchonistes n’ont pas été avares d’efforts pour essayer de montrer que le salut de la gauche passait par l’ancien sénateur socialiste. Depuis plusieurs jours, ils répètent à l’envi que seul leur candidat était capable de faire l’unité dans les urnes autour de son programme. Cependant, pour créer une surprise de dernière minute, M. Mélenchon devra tout de même combler un retard de 5 points sur Marine Le Pen. La marche semble très haute en aussi peu de temps. Mais les « insoumis » y croient encore.

    L’abstention, donnée fondamentale

    De son côté, Marine Le Pen finit sa campagne sur une note inédite pour elle puisque lors de ses deux précédentes présidentielles, en 2012 et 2017, elle s’était essoufflée dans la dernière ligne droite. Cette fois-ci, ce n’est pas le cas. Mieux préparée qu’il y a cinq ans, la candidate du Rassemblement national a su notamment tirer profit de la radicalité d’Eric Zemmour, qui lui a permis d’apparaître, par effet de contraste, comme plus modérée que l’ancien chroniqueur du Figaro, alors même que sa ligne et le fond de ses idées, notamment sur l’immigration et l’islam, demeurent inchangés. De plus, sa campagne centrée sur le pouvoir d’achat lui a permis d’être en résonance avec la principale préoccupation des Français.

    Emmanuel Macron, quant à lui, paye une entrée tardive et laborieuse en campagne et lui-même paraît distant, porteur de mesures peu populaires (l’âge du départ à la retraite repoussé à 65 ans ou encore les contreparties exigées au revenu de solidarité active). Début mars, le déclenchement de la guerre en Ukraine avait renforcé la candidature du chef de l’Etat, ce dernier apparaissant comme garant de la stabilité, puisque déjà au pouvoir. Il avait atteint plus de 30 % des intentions de vote. En un peu plus d’un mois, cette avance a fondu. Son score reste cependant dans un étiage assez haut.

    Une autre donnée aura une importance fondamentale lors du scrutin de dimanche : l’abstention. Selon le sondage de ce soir, la participation est estimée entre 70 et 74 % (contre 77,8 % au premier tour de 2017). Il semble donc que l’on se dirige vers un niveau d’abstention qui pourrait se rapprocher du record de la présidentielle de 2002 (28,4 %). Cela pourrait potentiellement handicaper deux candidats : Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon. La première parce qu’elle est forte chez les ouvriers et les employés, deux des catégories socioprofessionnelles qui votent le moins. Le second parce que beaucoup de moins de 30 ans votent pour lui et que ce sont eux les plus abstentionnistes.

    https://www.lemonde.fr/politique/article/2022/04/08/presidentielle-2022-emmanuel-macron-stable-marine-le-pen-et-jean-luc-melench

    marrant comme un avantage (2 fafs, ça les divise) se renverse en inconvénient : MLP parait moins exaltée que Zemmerde, mais aussi plus posée que Macron ("c’est notre projet !" ). j’avais tout faux. est-ce que EZ allait faire chuter MLP ? non, il lui sert de faire valoir. une alliance de dernière minute des deux (sauver la France !) allait changer la donne ? ben, non, on verra entre les deux tours ce que fait Zob et si on nous promet un gouvernement union nationale, et lequel.

    bon, on peut voter JLM au 1er tour, par adhésion, « ah qu’il est beau notre programme », ou/et « qu’il est grand notre tribun qui rehausse la France rien que comme il cause », ou bien raisons et dégouts mêlés (on regarde pas les dents du cheval, surtout si on vise le barbeuc.
    jusqu’au 24 avril ça devrait être trouillomètre à zéro dans plus de chaumières encore, pas toutes pauvres ou étrangères par un bout ou un autre.
    à suivre puisque a priori voter Macron (ou pas !) va nous revenir dans le ciboulot et les échanges ici ou là. pour ma part, à cette heure, c’est la première fois que j’envisage de me poser une telle question. jamais l’épouvantail FN/RN n’a été en mesure de gagner au second tour. et il n’était pas de bonne politique pour la suite de contribuer à légitimer un vainqueur assuré de l’être.

    cette république, elle mérite des accidents. un scandale ! un scandale ! c’est mal parti. Mc Kinsey fait parler mais semble ne rien devoir changer. le populo sait que c’est, « copains et coquins », et que rien de neuf sous le soleil qui n’est pas pour nous, rasons les murs pour pas prendre une balle (expulsion, licenciement, coupure de minima, prison,..., ...) baissons la tête pour ne pas être vus (pas vu pas pris !). dans l’avalanche de merde, tout devient indifférent.

    je reviens à la votation. la culpabilisation de qui ne votera pas JLM (de Guillon aux disciples de notre autocrate nationaliste républicain, on nous dit que c’est voter MLP) pour faire voter des jeunes, d’autres abstentionnistes, de rares votes LO, NPA, PCF, PS. trop pénible.

    ils auraient dû en trouver d’autre des comme ça
    https://www.youtube.com/watch?v=7SYuP98Delw


    sans doute mystifié par l’idée du rap conscient, désireux de voir se dire des « soutiens » radicalement critiques qui n’existent pas, le "on aime pas la police comme Jean-Luc Mélenchon", ce « comme » sonnait par chez moi comme la revendication d’un calcul où le mot comme signifiait ni, ou, et, de même que. C’était une erreur. C’est une position.

    #abstention #pestilentielle #élections

    • "N’oublions pas que l’électorat jeune pèse infiniment moins que les 50 ans et plus" (...) « Il y a 8 millions de 18-30 ans, 4 millions de 18-24 ans, et encore cela comprend ceux qui ne sont pas inscrits, or il y a 24 millions de 50 ans et plus. » (...) "si les jeunes vont moins voter pour [EM], il lui restera les vieux, les plus mobilisés au moment d’aller voter".

      "Parce que leurs électorats sont plus âgés, plus bourgeois, plus diplômés et plus votants, Emmanuel Macron, Valérie Pécresse et Eric Zemmour ont moins à craindre de l’abstention. Contrairement à Marine Le Pen et à Jean-Luc Mélenchon, dont l’électorat, issu de milieux populaires, est plus sujet à l’abstention", explique dans Politis le professeur de science politique Jean-Yves Dormagen. "Les plus mobilisés, ce sont les modérés, des électeurs qui se reconnaissent dans les candidats du centre [?], principalement Emmanuel Macron aujourd’hui. Auxquels s’ajoutent les libéraux, plutôt élitistes et pro-système."

      https://www.tf1info.fr/politique/election-presidentielle-a-qui-pourrait-profiter-l-indice-de-participation-en

    • « Si je m’abstiens, j’intéresserai au moins les chercheurs !

      L’action oui, les urnes non : paroles d’une jeunesse engagée mais abstentionniste.

      Ils sont mobilisés dans la défense d’une cause ou au sein d’une association. Pourtant, en avril, Jessim, Marine, Arthur, Selja ou Maëlys n’iront probablement pas voter à l’élection présidentielle de 2022. Un drôle de paradoxe qui concerne de plus en plus de jeunes très critiques envers des élus qui les ont déçus et dont ils se sentent ignorés.

      Les locaux de l’association Vaulx Académia sont encore vides à l’heure du rendez-vous. Pas de panique, ce n’est que « le quart d’heure vaudais », paraît-il. Quinze minutes plus tard débarque Jessim Hamza, cheveux bien rasés sur le côté, jogging gris et sweat noir à capuche. Le jeune homme de 22 ans, habitant de Vaulx-en-Velin, en périphérie de Lyon, a lancé l’association Vaulx Académia en mars 2021. La structure, qui compte une quinzaine de bénévoles, se veut « une école de la ­deuxième chance » pour accompagner des mineurs en difficulté. L’idée est de les aider à trouver un stage en entreprise, à s’inscrire à Pôle emploi, à ne pas sombrer…

      Ce matin de janvier, le fondateur est vite rejoint par quelques volontaires. Maroua Absati, 19 ans, étudie en deuxième année de droit à Lyon, Adem Chaïeb, 22 ans, apprend la finance à l’école de commerce EMLyon, et Amine Boughanmi, 23 ans, est un professionnel d’e-sport qui représente cette saison l’AS Monaco Esports en Ligue 1. « A Vaulx-en-Velin, les jeunes sont trop souvent mis à l’écart, explique le joueur.J’ai été dans ce cas de figure aussi : délaissé, nul à l’école, que j’ai quittée à 16 ans, pour faire des bêtises. Je ne veux pas que d’autres jeunes répètent ces erreurs. »

      Après avoir été animateur périscolaire pendant trois ans, Jessim Hamza, aujourd’hui au chômage, consacre tout son temps à l’association. Il tient à « aider les jeunes à se revaloriser ». Dans la salle, le groupe se met à parler politique, et soudain le volume sonore grimpe. Philippe Poutou, Eric Zemmour, Emmanuel Macron, le système électoral, le temps de travail… Sur nombre de sujets, les quatre membres de Vaulx Académia ont des avis très tranchés. Mais pas question pour autant de les exprimer dans les urnes.

      A l’image de Vaulx-en-Velin, ville qui bat les records d’abstention en France (88,3 % aux régionales de 2021 contre 65,7 % sur le plan national), trois d’entre eux ont déjà décidé de ne pas voter à la présidentielle en avril.

      Jessim Hamza avoue n’avoir jamais mis un bulletin dans l’urne de sa vie. Dans sa famille, « les adultes votent, on parle politique de temps en temps, mais ce n’est pas un sujet de tous les jours ». Est-il inscrit sur les listes électorales ? « Tiens, bonne question », réagit-il. Il ne s’en est jamais soucié. « S’il y avait un classement des actes citoyens les plus importants dans l’existence, lance-t-il, je mettrais le vote en dernière position. »

      Une génération très mobilisée

      Engagés pour une cause ou dans une association, mais abstentionnistes… Un drôle de paradoxe, qui concerne de plus en plus de jeunes. Lors des élections départementales et régionales de juin 2021, 87 % des Français de 18 à 24 ans ne sont pas allés voter au premier tour. Au second tour de la présidentielle de 2017, ils étaient 31 % à s’abstenir (contre 25 % tous âges confondus). Un chiffre record qui, dans cette campagne pour l’instant peu mobilisatrice, pourrait de nouveau être battu les 10 et 24 avril prochains.

      Une étude de l’Institut Montaigne (« Une jeunesse plurielle, enquête auprès des 18-24 ans », Olivier Galland et Marc Lazar), publiée le 3 février, a eu un fort retentissement médiatique : réalisée auprès de 8 000 jeunes, elle pointe une « impressionnante désaffiliation politique », illustrée, entre autres phénomènes, par le fait que 43 % des 18-24 ans ne se positionnent pas sur l’échelle gauche-droite. Une désaffiliation bien plus marquée que dans les générations de leurs parents et des baby-boomeurs au sein desquelles, respectivement, 25 % et 20 % des personnes ne se positionnent pas.

      « Tous les élus, ici, n’en ont rien à faire de cette ville. Ils sont là pour se faire bien voir et gratter une place dans un ministère, là-haut, à Paris, dès qu’ils le peuvent. » Jessim Hamza

      Pourtant, de nombreux jeunes, comme Jessim Hamza et ses amis, se passionnent pour la politique au sens premier du terme, la vie de la cité. Une étude de la Fondation Jean Jaurès (« Les Français et l’engagement », publiée en juillet 2021 et réalisée par Internet sur un échantillon de 3 000 Français) contredit ainsi le cliché souvent brandi d’une jeunesse dépolitisée. Parmi la population, ce sont les 18-24 ans qui se considèrent comme les plus fortement engagés (selon une définition large, qui va de la pétition au don à une association), à 72 %, contre 55 % chez les 65 ans et plus.

      La nouvelle génération est de toutes les mobilisations collectives : urgence climatique, racisme, migrants, LGBTQ +, féminisme, violences sexuelles, cause animale… Plus diplômés que leurs parents et grands-parents, ces jeunes se disent exigeants sur les programmes proposés et intransigeants sur les causes qu’ils défendent. Mais, surtout, ils ne croient plus que l’acte de voter puisse être utile. Après tout, pourquoi se déplacer un dimanche pour mettre une enveloppe dans une boîte quand une pétition, une manifestation, une maraude ou même un post sur les réseaux sociaux sont jugés plus efficaces ?

      Un monde politique jugé déconnecté

      « Malhonnêteté », « magouilles », « manque de transparence »… Voilà les termes que les bénévoles de l’association Vaulx Académia emploient pour parler du monde politique.

      Jessim Hamza garde un souvenir amer de la visite du premier ministre, Jean Castex, à Vaulx-en-Velin, le 12 novembre 2021. Non informés de sa venue, lui et quelques bénévoles de l’association ont tourné en voiture dans la ville pour tenter de le rencontrer. « On ne pouvait pas l’approcher, regrette le jeune homme. Apparemment, il était venu pour parler aux Vaudais. Je ne sais pas à qui il a parlé, pas à nous en tout cas. Si on nous prend pour des cons, on coupe le contact, c’est normal. »

      Sa fréquentation des élus locaux ne l’a pas davantage incité à voter. Le jeune Vaudais assure être ressorti plusieurs fois déçu de discussions avec eux. « On essaye de faire bouger les choses, mais on ne nous calcule pas plus, se plaint-il.Je peux citer plein de jeunes qui ont fait des demandes de subventions pour des projets, on ne leur a même pas répondu. Ou alors on leur a dit “oui”, mais ils n’ont jamais vu l’argent. »

      Une défiance sans limites. « Tous les élus, ici, n’en ont rien à faire de cette ville. Ils sont là pour se faire bien voir et gratter une place dans un ministère, là-haut, à Paris, dès qu’ils le peuvent. » A ses yeux, le simple terme « politique a perdu toute valeur : « C’est devenu un gros mot. » Et pourtant, Jessim Hamza le reconnaît, « beaucoup de jeunes engagés vont se dire apolitiques, alors que ce qu’ils font est évidemment politique. »

      Cette déconnexion entre engagement et politisation n’étonne pas Marc Lazar, ­professeur d’histoire et de sociologie politique à Sciences Po, elle est même un syndrome de l’époque. « Des jeunes peuvent être mobilisés pour une cause, sans pour autant se tourner vers un parti qui l’incarne ou voter pour lui », explique le coauteur de l’étude de l’Institut Montaigne. Le cas d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV) est, selon lui, symptomatique de cette situation : alors que les jeunes sont 62 % à dire que l’écologie est un sujet très important, ils ne sont que 11 % à se sentir proche d’EELV (parti qui arrive toutefois en tête de leurs réponses).

      « Aujourd’hui, l’association n’est plus la salle d’attente pour entrer en politique, remarque le chercheur. Les jeunes qui sont impliqués dans une cause ne se reconnaissent pas dans les politiques, qu’ils jugent, à 69 %, corrompus. Ils ne peuvent donc pas franchir le pas de se dire qu’ils font de la politique ni se positionner face aux partis. » Ces jeunes à la fois investis dans une cause et éloignés du vote, « sans être majoritaires, représentent une part notable de leur génération », observe-t-il.

      Grands discours et mesurettes sur l’environnement

      Sirotant sa limonade dans un café parisien au pied du Grand Rex, Selja Lamouri a beau avoir participé à la convention citoyenne pour le climat, elle s’avoue, elle aussi, peu à l’aise pour parler de politique. « Je me dois d’être honnête et de vous dire que je n’ai que très peu de connaissances sur le sujet et donc très peu de choses à dire », nous a prévenu par SMS la jeune femme de 18 ans à l’allure un peu rebelle, mèches blondes sur cheveux bruns, veste et mitaines en cuir noir, multiples boucles d’oreilles et piercing au nez.

      Pourtant, l’­étudiante en première année de licence de langue et culture anglaise s’implique fortement dans la lutte contre le changement climatique. Son combat est né en Islande, pays dont sa mère, directrice d’une école d’hôtellerie, est originaire et où elle se rend souvent. Selja Lamouri a pu y constater le dérèglement climatique et les conséquences du tourisme de masse, qui a transformé « des ­paysages sauvages en terrains de construction ».

      En passant son année de 3e à La Réunion, où elle a vécu chez son oncle et sa tante, elle s’est aussi intéressée à la cause animale. Le déclic s’est produit quand on lui a proposé du kangourou à la cantine. De retour dans sa ville natale de Champigny-sur-Marne, dans le Val-de-Marne, la jeune femme s’est peu à peu renseignée sur les questions climatiques et a décidé de devenir végétarienne. Le 15 mars 2019, elle a participé à sa première manifestation des jeunes pour le climat à Paris, fière de brandir sa pancarte « Arrête de niquer ta mer ».

      Selja Lamouri a ensuite fait partie des 150 personnes tirées au sort pour définir des mesures visant à réduire drastiquement les gaz à effet de serre. A l’époque, elle se réunissait avec les autres membres trois jours par mois à Paris. « On avait un groupe WhatsApp et les messages s’enchaînaient. C’était une implication de tous les jours », se souvient-elle.

      A la convention, elle croise des scientifiques, des patrons, l’ex-ministre de la transition écologique Nicolas Hulot, l’actrice Marion Cotillard et, bien sûr, le président Emmanuel Macron. Mais Selja Lamouri confie que le résultat l’a déçue et n’a fait qu’augmenter sa méfiance à l’égard du corps politique. « Le gouvernement a fait des grands discours autour de cette convention, on a beaucoup travaillé et la réponse apportée n’a pas été à la hauteur. Ça va avec la politique ­d’aujourd’hui : on nous promet des choses, mais, à la fin, il n’y a même pas la moitié de ces promesses qui sont tenues. »

      Elle se dit sceptique face aux propositions écologiques des candidats à la présidentielle : « J’ai vu que Marine Le Pen s’intéressait à la protection animale. Même Eric Zemmour veut privilégier les circuits courts. Forcément, ça touche les gens sensibles à ces thèmes, mais est-ce que, derrière, ce n’est pas que de la manipulation ? »

      L’étudiante n’est pas sûre de voter en avril, elle ne sait pas si elle est prête pour « ce truc de parents ». « Je n’ai jamais vraiment parlé de politique au collège ou au lycée par exemple_, remarque-t-elle. Je me dis que c’est compliqué et que j’ai besoin de connaître tous les programmes et le passé des candidats pour pouvoir voter. Je préfère m’abstenir plutôt que de glisser le nom de quelqu’un, juste parce que je l’ai trouvé drôle sur les plateaux de télé. » Elle ne garde pas un grand souvenir de ses cours d’éducation civique, souvent bâclés, quand ils n’étaient pas tout simplement zappés pour que le professeur ait le temps de finir le programme d’histoire-géographie.

      La lassitude du barrage contre les extrêmes

      « Notre système éducatif n’apprend pas aux jeunes à être des citoyens, regrette Vincent Tiberj, professeur des universités à Sciences Po Bordeaux et coauteur du livre Extinction de vote ? (PUF). L’éducation morale et civique reste l’éducation de l’obéissance. On dit aux élèves : “Voilà les institutions, voilà la devise de la République et il faut y adhérer.” » De même, la vie démocratique au lycée pourrait être amé­liorée, selon le sociologue. « Les lycéens ont le droit d’élire des représentants, qui sont peut-être écoutés, mais cela ne va jamais beaucoup plus loin. A la limite, on leur laisse choisir s’ils veulent un baby-foot ou une table de ping-pong dans leur foyer. En revanche, les vrais sujets comme les inégalités, le harcèlement scolaire, les relations filles-garçons sont rarement discutés. »

      Marine Vengeon, étudiante à l’université Côte-d’Azur, raconte pourtant s’être engagée dès le lycée, grâce à un projet humanitaire au Sénégal. Depuis, cette Niçoise de 23 ans, militante féministe et antiraciste, organise des manifestations au sein de son collectif, Uni.e.s Nice, monté avec une amie après la marche Black Lives Matter à Nice, en juin 2020. Ses combats vont des mobilisations contre la proposition de loi de sécurité globale (promulguée en mai 2021) – des mesures sécuritaires jugées liberticides par ses opposants – à des marches de soutien aux soignants, en passant par des défilés à la mémoire de Maïcol Goncalves-Furtado, tué, à 20 ans, lors d’une course-poursuite avec la police à Nice, le 10 janvier 2021.

      Quand la militante ne manifeste pas, elle tracte, discute, débat dans les médias locaux, rédige des communiqués de presse. Elle participe aussi à des collages féministes. Sur ses réseaux sociaux, elle partage certaines informations, fait le point sur les mobilisations à venir et joue les vulgarisatrices. « J’ai la chance d’être en master 2 de sciences politiques et de maîtriser un certain vocabulaire technique, explique-t-elle. Rendre accessible à toutes et tous certains points d’un projet de loi contesté fait aussi partie de mon militantisme. »

      Mais Marine Vengeon ne vote pas à chaque élection, lassée par les éternels duels avec le Rassemblement national (RN) : « A chaque fois, on fait comme nos parents, on vote pour faire barrage aux idées d’extrême droite. Et ça sert à quoi ? A se retrouver avec Le Pen et Zemmour en 2022 ? » Elle dit préférer s’investir dans les actions militantes. « J’ai une marge de manœuvre plus grande, l’impression de changer les choses à mon échelle. Et même au-delà, parfois, on l’a vu avec les mobilisations transnationales autour du climat ou de Black Lives Matter. Autour de moi, le vote n’est plus érigé comme participation politique par excellence. Comme s’il avait fait son temps. » Selon l’étude de l’Institut Montaigne, seulement 51 % des jeunes ont un attachement très important à la démocratie, contre 59 % des parents et 71 % des baby-boomeurs.

      Points de désaccords

      Jugé peu utile, le vote en devient presque ringard. Ami de Marine Vengeon, Arthur Hamant, étudiant, 22 ans, ne jurait que par la présidentielle il y a cinq ans. Cet habitant de Périgny-sur-Yerres, dans le Val-de-Marne, vient d’une famille dont les parents – un père professeur de sport et une mère professeure d’histoire – ont célébré en 2012 le retour des socialistes au pouvoir, avec l’élection de François Hollande. Mais, politiquement, « ils ont eu l’habitude d’être déçus tout au long de leur vie », assure-t-il.

      Son livre de ­chevet en 2017 : L’Avenir en commun (Seuil), le programme de Jean-Luc Mélenchon. Mais Arthur Hamant n’a pas pu voter, il a eu 18 ans juste après la présidentielle. « C’était une grosse frustration, se remémore-t-il. J’ai voté aux législatives. Ma circonscription était clairement à droite, mon bulletin ne servait pas à grand-chose, mais j’avais envie de m’exprimer. » Cinq ans plus tard, attablé à un café du 12e arrondissement parisien où il a l’habitude de refaire le monde avec ses amis autour d’une pinte de bière, le jeune homme tient un discours bien différent.

      Cheveux mi-longs, enchaînant les cigarettes roulées, l’étudiant en communication politique et publique à l’université Paris-Est Créteil a perdu sa motivation : « Je peux faire les deux, voter ou m’abstenir. » Son envie de se déplacer les dimanches électoraux a diminué au fil du temps. « Déjà parce que celui que je choisissais n’était jamais élu, plaisante le jeune homme, déçu par la gauche. Et puis, je suis rarement 100 % d’accord avec un candidat. Il y a toujours un point qui me fait tiquer et sur lequel je ne suis pas prêt à faire des concessions. Je suis plus souvent en accord total avec les mouvements militants. Je vais à beaucoup de manifs et j’ai alors l’impression de faire partie de quelque chose. »

      Engagé à l’Association de la fondation étudiante pour la ville, puis aux Restos du cœur, Arthur Hamant est en stage à Nightline, un service d’écoute consacré aux étudiants et géré par des étudiants. « Cela peut aller du jeune qui vient de se faire larguer par sa copine à un autre qui a des pensées suicidaires », détaille-t-il, critiquant au passage un quinquennat « dont les jeunes sont les grands oubliés », depuis le début de la pandémie. Le ­militant a voulu un stage « qui ait un minimum de sens », cohérent avec la « société à laquelle [il] aspire ». Un besoin de concret, qu’il ne retrouve plus dans le vote.

      Arthur Hamant rejette le cliché des jeunes dépolitisés, désintéressés, désenchantés. L’affaire est plus compliquée. Pour preuve, ­malgré son abstention régulière, son amie Marine s’est présentée sur une liste citoyenne aux dernières élections départementales, en juin 2021.

      « On entend souvent que le premier parti chez les jeunes est l’abstention, je ne suis pas d’accord, assène celle-ci. Les jeunes refusent la participation politique par le biais du vote, car les institutions ne leur plaisent pas. » Pour autant, l’étudiante n’a pas de solution miracle. Mais tous les deux, Marine Vingeon et son ami Arthur Hamant, défendent une­ « #abstention_militante ».

      Une abstention politique

      L’abstention serait-elle pour cette jeunesse engagée la seule façon d’exprimer son ras-le-bol ? A Dun­kerque (Nord), Maëlys Cossart, diplômée d’une école de commerce en recherche d’emploi, 25 ans, se pose beaucoup la question ces derniers temps. Il y a trois ans, elle a décidé de s’engager pour venir en aide aux réfugiés de Grande-Synthe. « Je passe devant les camps depuis que je suis toute petite, alors forcément cette cause me touche particulièrement », souligne-t-elle. Au sein de son association Solidarity Border, elle organise des maraudes chaque soir de la semaine et une permanence de douches le dimanche.

      Ces derniers jours, la campagne présidentielle est venue à elle. Le 19 janvier, Eric Zemmour était en déplacement à quelques kilomètres de là, sur le site de l’ancienne « jungle » de Calais (Pas-de-Calais), où il a parlé d’« une immigration folle ». La jeune militante préfère ne pas commenter cette actualité et prévoit déjà de bouder l’isoloir. « Je ne veux pas me sentir responsable de ce qui va arriver, tout simplement parce que je ne sens rien de bon, quel que soit le résultat de cette présidentielle, indique-t-elle. Je préfère m’abstenir pour montrer mon mécontentement. C’est le seul moyen de me faire entendre. »

      Plutôt que le vote blanc, qui en France n’est pas pris en compte – ce que tous les jeunes rencontrés regrettent –, la Dunkerquoise espère que l’abstention fera, au moins quelques jours, la « une » des médias. « En lisant qu’il risque d’y avoir un record d’abstention à cette présidentielle, cela m’encourage encore plus sur cette voie », explique-t-elle.

      Pour autant, la jeune femme n’est pas convaincue qu’il s’agisse de la solution parfaite. Une forte abstention invalidera-t-elle les résultats de la prochaine élection ? Elle sait que non. « Le problème est que nous, abstentionnistes réfléchis, sommes confondus avec les abstentionnistes qui ne s’intéressent pas du tout à la politique », déplore Arthur Hamant. Marine Vengeon sourit : « Si je m’abstiens, j’intéresserai au moins les chercheurs ! »

      https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2022/02/11/l-action-oui-les-urnes-non-paroles-d-une-jeunesse-engagee-mais-abstentionnis

    • Neuilly et ses amis. La grande bourgeoisie, ça l’emmerde depuis le début du FN ce parti de petits com et de contremaitres qui a réussi, grâce aux gouvernements successifs, à capter un vote de classe ("protestataire", disent les journalistes).
      La « droite tradi » du CAC 40 leur a offert Z. Pas certain qu’ils soient nombreux à prendre au deuxième tour le risque de déstabiliser leurs affaires et positions avec MLP, vote ici non pas protestataire mais disciplinaire : ce que l’on commande déjà on le commandera mieux, continuer à faire fond sur le racisme. Tant que ce n’est pas trop risqué, peu importe qui s’en charge. Macron le fera très bien.

      Prolétariat. On ne nait pas raciste, on le devient, déterminations matérielles et subjectives mêlèes. La préférence nationale est déjà là, dans le RMI(PS)/RSA, pour ne prendre que seul exemple. La rareté organisée conduit à défendre des miettes (de revenu emploi logement) qu’on espère voir croître en augmentant le tri xénophobe.

    • au moins 75% des inscrits n’auront pas voté pour le prochain président (ou MLP) au premier tour tour.

      au 1er tour en 2017, les 8 656 346 voix de Macron, c’était 18% des #inscrits (et non 11, comme j’ai du l’écrire ailleurs ici)
      https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Presidentielles/elecresult__presidentielle-2017/(path)/presidentielle-2017/FE.html

      or les pourcentages généralement cités se réfèrent aux suffrage exprimés (belle gonflette pour la Vème assurée)

    • Emmanuel Macron donné gagnant au second tour avec 55 % des voix
      https://www.lesechos.fr/elections/sondages/sondage-exclusif-emmanuel-macron-donne-gagnant-au-second-tour-avec-55-de-vo

      Selon le baromètre quotidien OpinionWay-Kéa Partners pour « Les Echos » publié ce lundi, le président sortant l’emporterait avec 55 % des voix face à la candidate du RN (45 %) au second tour. Concernant la participation, 71 % des électeurs seraient décidés à se rendre aux urnes.

      Sauf évènement, le débat télé de candidats mercredi 20 avril est supposé décisif. Il y a aura des sondages publics jusqu’au 22 avril.

  • C’est « infection » qui a gagné.
    Mais on dirait qu’elle a joué une fois de plus.


    https://twitter.com/caissesdegreve/status/1489214722226503681?cxt=HHwWgoC-icq54KopAAAA

    une infection = une injection.

    Mais il faut une injection obligatoire minimum pour avoir le droit de jouer à « Véran a dit ».

    La bouffonnerie en surchauffe.

    Je pense très fort aux Français qui ont fait leur 3e dose et qui ont attrapé Omicron.

    Il suffisait d’attraper Omicron après les 2 doses pour conserver son pass Macron.

    Les règles viennent de changer, pour cacher le fait que trop de Français refusaient la 3e dose.

    Pass vaccinal : Olivier Véran invente de nouvelles règles bidons pour emmerder les non-vaccinés et masquer l’échec du refus de la 3e dose et du #pass-macron, (stratégie perverse de division).


    https://www.tf1info.fr/politique/coronavirus-pass-vaccinal-contre-le-covid-19-omicron-olivier-veran-assouplit

    - Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a évoqué la fin du pass vaccinal, mercredi 2 février.
    – Il pourrait être supprimé avant la fin du mois de juillet si la situation sanitaire le permet.
    – D’ici là, les conditions pour l’obtenir vont être assouplies.

    Le pass vaccinal aura une fin." Entré en vigueur le 24 janvier, le pass vaccinal a vocation à disparaître. « Aujourd’hui, la fin, on la connaît, c’est dans la loi, c’est juillet. Mais, si nous pouvons supprimer le pass vaccinal avant, nous le ferons », a affirmé le ministre de la Santé, Olivier Véran, invité de BFMTV, mercredi 2 février. « Le pass vaccinal aura une fin, et vu la dynamique épidémique actuelle, il est probable que cette fin soit bien avant le mois de juillet. Sauf s’il y a une mauvaise nouvelle ».

    Traduction : Emmanuel Macron décidera du moment POLITIQUEMENT propice !!!

    En attendant de tourner cette page, le ministre de la Santé a annoncé un assouplissement des conditions pour l’obtenir. « Les scientifiques nous disent que pour bénéficier du pass, il faut qu’on ait été exposé au moins trois fois, que notre système immunitaire ait été ciblé au moins trois fois. (...) Cette stimulation peut être une injection ou une infection » et « au minimum, il faut avoir reçu une dose de vaccin ». Ainsi, « vous conserverez le bénéfice du pass vaccinal » si "vous avez eu une injection et deux infections, ou deux injections et une infection (qu’elle ait eu lieu avant, entre ou après les injections), ou trois injections.

    Mais les personnes qui n’ont eu qu’une dose de vaccin et une seule infection doivent absolument recevoir une 2e dose sous quatre mois après la précédente exposition au virus, a détaillé Olivier Véran. En théorie, elles pourraient également chercher à être infectées (et donc avoir au total trois expositions au virus) mais cela comprend un risque sanitaire pour la personne.

    Mais quel délire !

    • Je suis désolée @olaf l’échec de la troisième dose en est un dans la mesure où des millions de doubles vaccinés (entre 10 et 15 millions) infectés par Omicron ou pas, n’étant pas prêts de faire leur 3ème dose avant le 15 février, auraient du être « désactivés » avant ce changement des règles qui vient masquer justement le refus de cette troisième dose.

      C’est le refus de la troisième dose qui est un échec de la politique non sanitaire.

      Concernant le Passe, même le Pr Fontanet remet en question l’évaluation des effets du passe sanitaire.

      https://www.dailymotion.com/video/x87i8bq

      Covid-19 : « L’évaluation des effets du passe sanitaire est difficile, car la vague épidémique du variant Delta était déjà en récession lorsqu’il a été introduit » cet été, relève Arnaud Fontanet lors de son audition par les sénateurs mercredi 2 février.

    • oui, c’est sûr, selon de quoi on parle, succès ou échec ça se discute :-)

      la campagne de vax de la 3eme dose, il me semble, est plutôt un succès, si on compte l’adhésion de la pop ciblée ; et c’était pas gagné, à mon avis.

      [edit : je vois que tu as modifié ton commentaire, en virant les références aux 500k contaminations, du coup ma réponse est un peu hors contexte ; tant pis !]

      l’efficacité de la 3e dose, c’est une autre question ; savoir si c’est un succès ou un échec, c’est probablement un peu tôt ; et puis faut pas trop espérer évaluer succès-échec en comptant les infections, paske on sait depuis le début que le vax ne protège pas super de l’infection ; si on compte les hospitalisations, c’est déjà mieux comme critère, mais bon, avec quoi on va comparer ? les vagues précédentes ?

      l’efficacité du pass de Manu, c’est encore une autre question ; l’évaluation honnête est encore plus foireuse, paske très politique et très dépendante de la question de l’efficacité du vax ; sur 2 ou 3 vagues ; à géométries variables en terme de virus, de population, d’époque ; pas joué.

      aussi, évaluer l’efficacité du pass, probablement on s’en fout ; trop tard, damage done ; et impossible de savoir ce qui se serait passé sans.

    • a propos du pass, Coq Chodorge titre ce soir dans Mediapart :

      Omicron : un passe devenu caduc, une stratégie vaccinale à repenser

      Omicron a changé le visage de l’épidémie. A minima, onze millions de Français ont été contaminés par le nouveau variant. Une infection, associée au vaccin, offre une réponse immunitaire robuste. La circulation du virus, dans la population jeune et en bonne santé, fait désormais partie de la réponse sanitaire. À peine instauré, le passe vaccinal a perdu sa légitimité.

      https://www.mediapart.fr/journal/france/050222/omicron-un-passe-devenu-caduc-une-strategie-vaccinale-repenser

    • Merci @olaf pour l’info !
      Caroline Coq-Chodorge, spécialiste santé de Médiapart, explique pourquoi, à peine instauré, le passe vaccinal est devenu caduc. Le variant Omicron a changé le visage de l’épidémie et la circulation du virus fait désormais partie de la réponse sanitaire.

      Comme les Chinois en janvier 2020 et les Italiens en février 2020, les Sud-Africains n’ont pas menti à la fin de l’année 2021 quand ils ont lancé une alerte mondiale sur un nouveau variant aux nombreuses mutations, extrêmement transmissible et capable d’échapper à l’immunité acquise par le vaccin ou naturellement. Ils n’ont pas non plus menti quand ils ont ensuite voulu être rassurants, en constatant la moindre sévérité d’Omicron et évoqué une vie nouvelle dans cette pandémie, la levée des restrictions, la fin du dépistage massif.