• « Peste éternelle » : Andrew Nikiforuk répond aux critiques
    https://cabrioles.substack.com/p/peste-eternelle-andrew-nikiforuk

    La complaisance des responsables de la santé publique à l’égard du COVID a ouvert la porte à de nouvelles maladies et à des dommages dévastateurs à long terme. Les variants d’Omicron évoluent à une vitesse record. De plus, ces nouveaux variants sont des experts en matière d’évasion immunitaire et de transmission rapide.

  • “Peste éternelle” : Andrew Nikiforuk répond aux critiques
    https://cabrioles.substack.com/p/peste-eternelle-andrew-nikiforuk

    // Note de Cabrioles : Paru le 4 juillet 2022 sur le journal canadien _The Tyee l’article Préparez-vous pour la peste éternelle de Andrew Nikiforuk - dont nous avons publié une traduction le 6 juillet - est rapidement devenu viral, sucitant des centaine de milliers de vue ainsi que de vifs débats et critiques. L’auteur, Andrew Nikiforuk, a apporté une réponse à celles-ci le 8 juillet. Voici notre traduction de sa réponse. //_

    En tant que journaliste, mon travail ne consiste pas à édulcorer la réalité, à encourager le statu quo ou à défendre les puissant·es. Ma responsabilité est de mettre les tendances émergentes sur le radar de tout le monde, en particulier pendant une nouvelle pandémie qui affecte de manière disproportionnée les pauvres.

    Mon dernier article sur le COVID - « Préparez-vous pour la peste éternelle » : La complaisance des responsables de la santé publique à l’égard du COVID a ouvert la porte à de nouvelles maladies et à des dommages dévastateurs à long terme" - fait simplement cela.

    Il avertit les gens que les variants d’Omicron évoluent à une vitesse record. De plus, ces nouveaux variants sont des experts en matière d’évasion immunitaire et de transmission rapide.

    Mon article ajoute que les réinfections sont un phénomène croissant et d’une ampleur nouvelle. Il mettait en garde contre le fait que les réinfections s’accompagnent de risques plus élevés de conséquences néfastes pour la santé https://www.businessinsider.com/who-official-individuals-coronavirus-infection-unlucky-long-covid-2. Il ajoute que nos vaccins, à ce jour, sont de moins en moins efficaces pour protéger contre les infections.

    Enfin, l’article souligne que l’infection, qu’elle produise des symptômes légers ou graves, peut déstabiliser le système immunitaire.

    L’article se terminait en rappelant aux lecteur·ices que nos meilleures protections restaient les masques FFP2/N95, l’évitement des foules, l’amélioration de la ventilation et de la filtration de l’air (le virus est transmis par l’air), les tests, la traçabilité et la transparence de la collecte et de la transmission des données. J’ai ajouté que les vaccins sont d’une importance capitale mais qu’ils ne peuvent à eux seuls stopper la pandémie sans le soutien d’autres mesures de santé publique telles que les masques et une meilleure ventilation.

    Mais de nombreuses juridictions en Amérique du Nord ont abandonné ou minimisé ces outils importants. Beaucoup ont pratiquement renoncé à combattre le feu du COVID par des mesures de santé publique autres que la distribution de vaccins. Malheureusement, la responsabilité personnelle n’est pas un substitut efficace à l’action commune pendant une pandémie.

    Ce que je pensais être un simple avertissement sur la prochaine vague a, contre toute attente, touché une corde sensible. Cette histoire est devenue aussi virale qu’un sous-variant d’Omicron. Elle a suscité un débat énorme et souvent acrimonieux dans les réseaux sociaux. Certain·es ont loué l’article pour avoir souligné les nouveaux risques et pour ne pas avoir minimisé la menace du COVID.

    D’autres n’étaient pas d’accord. Iels ont dénoncé l’article comme étant alarmiste et inexact. Le magazine Slate, par exemple, a démoli l’article en précisant cependant que : "L’article sur la « peste éternelle » a trouvé un écho auprès de nombreuses personnes parce qu’il réussi à faire sentir l’urgence de la pandémie alors que l’esprit du temps est désespérément blasé."

    La popularité de l’article reflète probablement les préoccupations croissantes concernant l’évolution de la pandémie et les récits contradictoires sur la manière d’y faire face. Les minimisateur·ices disent que nous n’avons pas à nous inquiéter. Les réalistes, comme moi, ne sont pas de cet avis.

    l’auteur présente un état des savoirs (sources diversifiées) sur les effets du covid #toktok ?
    edit #toctoc

    #Covid-19 #réinfections #échappement_immunitaire #système_immunitaire #covid_long #santé_publique #minimisateurs

  • Dépolitiser le meurtre social dans la pandémie de Covid-19 | Nate Holdren
    https://cabrioles.substack.com/p/depolitiser-le-meurtre-social-dans


    https://seenthis.net/messages/962180

    La dépolitisation permet de résister aux demandes d’action gouvernementale en présentant certains événements comme inévitables (comme lorsque le président Biden a déclaré, deux jours après son entrée en fonction, qu’ »il n’y a rien que nous puissions faire pour changer la trajectoire de la pandémie au cours des prochains mois ») et d’autres comme impossibles (comme lorsque l’attachée de presse Jen Psaki a raillé, lors d’un point de presse en décembre, « devrions-nous simplement envoyer un [test covid] à chaque Américain ? »).

    D’autres stratégies de dépolitisation déployées par l’administration Biden reposent sur l’abdication du pouvoir de décision, comme la délégation des décisions aux autorités locales et étatiques, et la désignation de boucs émissaires (la liste comprend la Cour suprême, les personnes non vaccinées, les républicains, les variants du coronavirus et la récalcitrance supposée de la population face à des mesures d’atténuation largement inexistantes).

    Selon l’analyse de Burnham, ces choix tactiques doivent être compris dans un contexte de conflit social. Les conflits sociaux sont des lieux d’éruption potentielle de la politique par le bas. Les gouvernements dépolitisent en partie pour garder le contrôle sur ceux qui définissent les termes de ce qui est et n’est pas politique et, surtout, pour empêcher la politisation des aspects apparemment routiniers de la vie dans la société capitaliste. Ce type de politisation constitue toujours un problème pour l’État, et la dépolitisation, en tant que tactique, est une tentative de désamorcer ce risque.

  • Dépolitiser le meurtre social dans la pandémie de Covid-19 | Nate Holdren
    https://cabrioles.substack.com/p/depolitiser-le-meurtre-social-dans

    Le cauchemar pandémique actuel est la manifestation la plus récente et la plus aiguë de la tendance de la société capitaliste à tuer beaucoup et régulièrement, une tendance que Friedrich Engels appelait « meurtre social ». Le capitalisme tue parce que les comportements destructeurs sont, dans une large mesure, obligatoires dans ce type de société. Les entreprises doivent faire suffisamment d’argent ou de graves conséquences sociales s’ensuivent – pour elles, leurs employés et le gouvernement. Pour que cela se produise, le reste d’entre nous doit poursuivre ses activités économiques qui sont obligatoires pour maintenir ce type de société.

  • Ne laissons pas à l’extrême droite l’idée de liberté | Sergio Bologna
    https://cabrioles.substack.com/p/ne-laissons-pas-a-lextreme-droite

    Dans notre tradition d’expériences, de luttes, de raisonnements et de recherches, tant le problème de la santé publique que celui des épidémies ont été abordés et examinés en profondeur.

    Celle et ceux qui ont suivi avec un peu d’attention la présidence Trump et en particulier, dans les mois de la pandémie, la campagne électorale qui a conduit à sa défaite, auront remarqué avec quelle insistance lui et ses partisans prétendaient vouloir défendre la liberté des individus.

    Freedom, liberté, est un mantra de l’histoire américaine, évoqué à certaines époques avec plus d’insistance, à d’autres avec moins de tension. Tout au long de la confrontation avec le communisme, par exemple, le mot liberté a été utilisé pour identifier tout ce que le communisme n’était pas. La liberté du marché avant tout, le contraire du dirigisme communiste. Le concept de liberté, que la Révolution française avait érigé en valeur suprême et en principe fondamental de la civilisation, s’est transformé dès le cours du XIXe siècle en un concept de liberté comme essence d’un certain ordre économique, d’une certaine configuration institutionnelle. Elle est passée d’une valeur qui donnait une identité à une classe, la classe bourgeoise, à une valeur qui donnait une identité au capital, tandis que les classes subordonnées brandissaient en bannière la « solidarité ».

    Ce qui se passe aujourd’hui est encore différent, car l’idée de liberté que l’extrême droite met en avant - et Trump appartient à l’espace de l’extrême droite - doit pouvoir se traduire par un comportement reconnu par cette « multitude » sans connotation de classe, qui résulte à la fois de la fin de l’opposition entre le modèle de la démocratie occidentale et le modèle du régime communiste, devenue dès lors une opposition générique entre « droite » et « gauche », et de la dissolution de la classe moyenne et de la fragmentation et de l’éclatement de la classe ouvrière.

    Elle ne doit plus se présenter d’emblée comme synonyme d’un ordre social, économique et institutionnel particulier, mais comme la substance biologique, « naturelle », d’une humanité en quête de pur bien-être. Ainsi, la liberté devient simplement le droit de l’individu de faire ce qu’il veut pour son propre bénéfice, non seulement en dehors de toute règle, ordre et principe institutionnel - Trump encore, à titre d’exemple - mais aussi en dehors de toute considération pour l’autre que lui-même : l’individu a le droit de faire ce qu’il veut, sans se soucier de savoir si son action peut être à l’avantage ou au détriment des autres. Parce que l’autre n’existe que s’il lui est opposé, en tant qu’égal, exerçant le même droit à son propre son avantage. S’il n’est pas mon égal, je l’emporte ; s’il l’est, je le combats pour l’emporter. La régression est évidente : de la société de Locke, du contrat social de Rousseau et du libéralisme de Stuart Mills (l’exercice de ma liberté ne peut limiter celle des autres) à l’homo homini lupus de Hobbes et au darwinisme social intrinsèque à l’histoire des XIXe et XXe siècles du capitalisme prévaricateur, colonialiste, néolibéral et raciste.

    #vaccination #anti-vax

  • Auto-organisation sanitaire : les leçons de la favela de Maré | Nathalia Passarinho
    https://cabrioles.substack.com/p/les-lecons-de-la-favela-de-mare?s=r

    Comment par l’auto-organisation une favela de 140 000 habitants a réduit les décès Covid de 90% alors que Rio vivait une tragédie. « En l’absence de l’État, ceux qui agissent sont les chercheurs, les habitants, les ONG, la société civile. (...) Nous avons réussi à maintenir 96 % des personnes bénéficiant du programme en isolement à domicile pendant 14 jours, réduisant ainsi la transmission du coronavirus dans la communauté. » Source : Cabrioles

  • Sommes-nous dans le déni du déni ? Rodrigo Nunes
    https://cabrioles.substack.com/p/sommes-nous-dans-le-deni-du-deni

    (...) En l’absence de toute contestation durable de leur pouvoir, les élites semblent avoir confiance en leur capacité à se jouer continuellement de la majorité de la population, qu’on leur fasse confiance ou non. Deuxièmement, nous n’avons pas su apprécier la force d’inertie produite par les mécanismes disciplinaires du néolibéralisme, dont aucun n’est plus puissant que la crise elle-même.

    Bien que le fonctionnement de ces dispositifs à l’ère de l’austérité et de l’ubérisation soit devenu plus brutal, le néolibéralisme comporte depuis le début un aspect rétributif. Chaque nouvelle crise qu’il crée accroît non seulement la coercition économique à laquelle les individus sont soumis, mais réactive également le mythe fondateur du néolibéralisme, à savoir qu’il est le remède rationnel et technocratique aux excès d’une période antérieure. Si nous avons l’impression de vivre une nouvelle étape punitive du néolibéralisme, c’est parce que les appels à se serrer la ceinture ne sont plus accompagnés que d’une plus faible perspective de la desserrer à nouveau : alors que le sacrifice était autrefois présenté comme un moyen d’accéder à une vie meilleure, il apparaît de plus en plus comme une fin en soi - l’impératif nu de s’adapter à des attentes décroissantes. Cet aspect a atteint son apogée avec la pandémie, lorsque le discours officiel dans des pays comme le Brésil et les États-Unis a commencé à dire littéralement que les gens devaient choisir entre l’économie et leur vie.

    L’une des raisons pour lesquelles la cote de popularité globale de Bolsonaro a augmenté de 10 % pendant la pandémie - bien qu’il ait perdu une bonne partie de son soutien dans la classe supérieure - peut bien sûr être le programme de revenu de base auquel il s’était initialement opposé. Une autre raison, cependant, est que, pour les électeurs pauvres qui ont fini par approuver son gouvernement, le fait de présenter la question comme un choix entre la vie et l’économie est objectivement vrai. Puisque l’inégalité fait de la mise en quarantaine un luxe inaccessible pour eux, le fait de poser la situation comme un choix entre mourir potentiellement du COVID et mourir potentiellement de faim a montré que Bolsonaro comprenait leur réalité plus profondément que ne l’ont fait les hypocrites leur disant de rester à la maison alors qu’ils n’avaient pas d’autre choix que d’aller travailler.

    La douloureuse réalité est que, dans des cas comme celui-ci, l’histoire que raconte l’extrême droite a effectivement plus de sens pour beaucoup de gens que ce que dit la gauche. C’est parce que l’histoire de l’extrême droite correspond plus clairement au monde tel que la plupart des gens le rencontrent au quotidien ; elle résonne avec l’expérience vécue. Pour beaucoup de gens, s’entendre dire que la vie est une série de sombres compromis dans une lutte mortelle pour des ressources limitées ne semble pas du tout tiré par les cheveux. Qui plus est, cela résonne avec l’effet disciplinant que ces expériences ont réellement : le sentiment profondément ancré que c’est tout ce qui est possible, que les coordonnées fondamentales de notre mode de vie ne peuvent pas changer.

    Car c’est là la grande ironie et le grand paradoxe de la politique d’extrême droite : ce qu’elle propose est un type de révolte très conformiste. Même si elle prétend s’attaquer aux élites - entendues non pas en termes économiques mais en termes culturels et politiques, ce qui explique comment un milliardaire peut faire campagne en tant que leader de l’homme ordinaire aux États-Unis - l’avenir que l’extrême droite projette ressemble beaucoup au présent. En ce qui concerne la structure sociale, leur vision est toute résignée au statu quo. Ce que l’extrême droite promet est, en résumé, une politique anti-système pour les personnes qui ne croient pas vraiment que le système puisse changer de manière importante : tout reste essentiellement identique, mais donne de meilleurs résultats pour ceux qui se sentent exclus aujourd’hui.

    #extrême_droite