« Une grève reconductible causant un choc économique : Macron nous donne la méthode ! » Frédéric Lordon

?v=N9_031lS5s0

    • En fait c’est la partie des événements que je n’ai toujours pas comprise : il y a quelques semaines on nous annonçait triomphalement qu’on allait mettre l’économie à genoux, qu’on allait bloquer le pays, y’aurait plus d’essence, plus de transports, ici à Montpellier, « dans 4 jours » la ville allait suffoquer sous les ordures et les rats…

      Et puis grosso modo : rien. Les trajets en train, c’est un peu compliqué, mais pendant toutes ces semaines ça a été à peu près tout ce qui était de perceptible.

      J’ai pas compris ce qui s’est passé, sur ce coup. Alors voir l’enthousiasme des deux-trois derniers jours, sur le thème, ça y est, on met l’économie à genoux, on va voir ce qu’on va voir les capitalistes sont en train de craquer, juste parce qu’on a vu trois sacs poubelle voler, ben j’ai du mal à adhérer…

    • d’ailleurs aucun syndicat ne s’est risqué à y appeler. après la « grève par procuration » de 1995, la grève générale est devenue plus mythique que jamais.

      @CFDT [14 mars]
      https://twitter.com/CFDT/status/1635535311756316675

      « On a tout fait depuis le début du mouvement pour garder l’opinion publique avec nous. A propos de la #grève des éboueurs, ça rend la situation un peu difficile à Paris ou Nantes, la CFDT n’appelle pas à une grève reconductible dans ces secteurs. » @CfdtBerger
      #RTLmatin

    • D’un côté on a la gauche politique, LFI en tête, expliquant qu’elle veut respecter le calendrier de l’intersyndicale. De l’autre on a l’intersyndicale, alignée sur le moins-disant de la CFDT, qui répète qu’elle veut laisser le temps au calendrier politique.

      Ça va, personne n’appelle donc à rien, en dehors de grandes « mobilisations » auxquelles je peux emmener mes enfants, c’est mignon et folklorique, mais ça ne sert pas à grand chose.