Bonjour, dans un CR d’une réunion du CNRS sur le [Maitron](

/1029782

  • Le #Maitron : #Dictionnaire_biographique du mouvement ouvrier et mouvement social

    Le site maitron-en-ligne reprend, parfois dans une version enrichie et avec de l’iconographie, la totalité des 225 709 notices publiées dans l’ensemble du Maitron, y compris les volumes spécialisés et les cédéroms.

    L’ensemble des notices correspondant aux cinq premières périodes du Maitron, de 1789 à 1968, y compris les notices inédites ou enrichies qui viendront s’y ajouter à l’avenir, sont en libre accès depuis le 5 décembre 2018.

    • La rubrique Dictionnaires reprend l’ensemble des dictionnaires spécialisés du Maitron récemment réalisés ou en cours de réalisation/réactualisation.

    Le Dictionnaire des #anarchistes - Le Dictionnaire biographique des #cheminots (#DBC) - Le Dictionnaire biographique des #enseignants et personnels de l’éducation (#DBE) - Le Dictionnaire biographique des #fusillés et #exécutés (#DBFE) - Le Dictionnaire biographique des #Gaziers-électriciens (#DBGE) - Le Dictionnaire biographique des militants du #Val-de-Marne (#DBMVM)

    Parmi les dictionnaires internationaux, on retrouvera notamment Le Dictionnaire du mouvement ouvrier en Grande-Bretagne et Irlande - Le Dictionnaire biographique du #Komintern (DBK) - Le Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis (La sociale en Amérique) - Les dictionnaires biographiques du mouvement ouvrier au Maghreb, en cours de chargement, et en particulier le Dictionnaire Algérie - Le Dictionnaire Chine - Le Dictionnaire Autriche - Le Dictionnaire biographique des mobilisations et contestations africaines, et le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier en Belgique, en cours de constitution.

    S’ajoutent certaines entrées thématiques, telles que la navigation parmi les notices de femmes, ou pour des corpus importants, comme les Volontaires en Espagne républicaine.

    • La rubrique Périodes correspond au découpage chronologique traditionnel du Maitron, avec ses quatre premières périodes déjà publiées et la cinquième période (1940-1968). Toutes les notices de ce site sont donc reliées à une ou plusieurs périodes.

    • Pour chaque biographie, trois « Rebonds » vous sont proposés. Ils sont choisis aléatoirement parmi les notices présentant des similitudes chronologiques, géographiques et socioprofessionnelles. Ces rebonds varient à chaque visite ou à chaque affichage de la biographie.

    • Pour certains corpus, figure aussi une invitation à « Aller plus loin », vers des articles de présentation ou de synthèse. Ces contenus sont bien sûr amenés à s’enrichir et à se développer. Ils correspondent aussi à la rubrique « Explorer le Maitron » de la page d’accueil.

    • Un moteur de « recherche avancée » permet des recherches avec croisement des informations. Depuis le mois d’octobre 2019 le tri par département, et même par groupe de départements dans la limite de 5, est possible.

    https://maitron.fr

    #dictionnaire #fiches #figures #fiches #notices

    @dlatr a émis ici quelques difficultés techniques et d’organisation :
    https://seenthis.net/messages/1029782

    • #CAUSIMMI : #cause_immigrée

      La cause immigrée : mobilisations, organisations et militant.e.s dans la France des années 68 à nos jours (CAUSIMMI).

      Le projet CAUSIMMI vise à étudier la cause immigrée, des « années 68 » jusqu’à aujourd’hui, cause englobant l’ensemble des #mobilisations aspirant à l’égalité de droits et de traitement en France, entre nationaux et étrangers ou perçus comme tels, dans différents domaines : entrée et droit au séjour ; droit de vote, droit d’association et droits syndicaux ; travail ; logement ; santé ; police et justice ; administration et action publique ; ou encore culture.

      CAUSIMMI prend en considération l’ensemble des organisations ayant pris part à ces mobilisations : organisations constituées par des travailleurs et des étudiants étrangers dès les années 1960, que ce soit des comités de lutte centrés sur des thématiques précises ou bien des associations autonomes aux préoccupations plus larges et souvent structurées sur une base nationale, communautaire et politique ; associations de jeunes immigrés créées dans les années 1980 ; groupes de femmes immigrées nés à partir des années 1970 ; associations de solidarité avec les immigrés, qu’elles soient anciennes ou plus récentes ; associations de défense des droits de l’homme ou antiracistes engagées dans la cause immigrée ; collectifs de militant.e.s apparus à partir du début des années 1990 et se définissant à la fois comme des héritiers de l’immigration et des habitants de quartiers populaires ; groupes apparus après 2004 et se reconnaissant dans de nouvelles formes d’identifications collectives et ayant concouru à faire exister des concepts émergents autour des questions de racisation, de décolonialisme, d’intersectionnalité ou d’afroféminisme.

      De façon équivalente, CAUSIMMI prend en compte des organisations ne se concentrant pas sur la seule cause immigrée, mais qui ont pu en être actrices à divers degrés. À ce titre, sont donc inclus des militant.e.s appartenant à des partis politiques de gauche, et notamment PS, PC, PSU et Verts ; à des organisations d’extrême gauche, en particulier maoïstes, trotskyste, anarchiste, communistes libertaires, autonomes, ou encore antifascistes ; à des organisations s’inscrivant dans le champ du christianisme social ; ou encore à des syndicats dont l’action en faveur de la cause immigrée a souvent dépassé le domaine du travail.

      En recensant ces mobilisations et ces organisations, le projet CAUSIMMI constituera une base de données concernant les militant.e.s de la cause immigrée et produira environ 400 notices biographiques reprenant le modèle du MAITRON (le dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et du mouvement social).

      Ce projet collectif s’appuie sur les sources laissées par des générations de chercheuses, chercheurs et militant.e.s spécialistes de la cause immigrée. Il ne pourra prendre en compte toute la diversité de cette cause qu’avec l’aide de contributrices et contributeurs s’engageant de façon ponctuelle ou régulière.

      L’équipe CAUSIMMI lance donc un appel à collaborations. Celles-ci pourront consister à écrire des notices biographiques ; proposer des listes d’organisations et de militant.e.s de la cause immigrée ; indiquer l’existence d’informations biographiques concernant ces militant.e.s dans tels ou tels travaux ou documents ; ou simplement faire des suggestions.

      https://maitron.fr/spip.php?article252819

  • Marianne Rauze, des « Femmes unies »
    N°1 Le Monde Libertaire -1954

    https://ml.ficedl.info/IMG/pdf/lmlibertaire-1954-n001.pdf

    https://ml.ficedl.info/spip.php?article78

    La Condition féminine
    octobre 1954.

    La condition féminine est cause du régime d’administration des Affaires Humaines. Ces affaires étant toutes dirigées par le sexe mâle, la population terrestre vit en régime masculiniste ou « phallocratique ».

    Dans ce régime, le caractère principal de la condition féminine est son exploitation sur quatre plans :

    exploitation de la reproduction obligatoire ou par la vente sexuelle ;
    le travail ménager obligatoire et non rémunéré ;
    le travail industriel et agricole sous-rémunéré ;
    les obligations politiques : impôts, lois arbitraires ; éloignement des valeurs féminines de toutes les directions supérieures.

    *

    La première et la plus pressante revendication féminine est la liberté de la maternité, le choix volontaire ou l’acceptation enthousiaste. Au lieu de cela, par l’ignorance imposée des mesures préservatrices, les « citoyennes » soumises ou exposées aux aléas des fécondations abusives sont dépouillées de toute dignité humaine et sont considérées par le législateur comme vaches à vêler…

    Hélas ! pour faire les guerres et pour faire les armées, il faut aux États et aux industriels beaucoup de combattants et beaucoup de main-d’œuvre.

    La main-d’œuvre rare serait trop chère ; tandis qu’abondante, elle est « à bon marché » ! Et allez donc prolétaires ! que la classe ouvrière fasse elle-même la misère de ses enfants : en les multipliant, elle instaure les chômages futurs et les bas salaires.

    Alors les législateurs capitalistes savent y pourvoir ; ils maintiennent la « femme au foyer » serve et surtout ignorante des moyens d’éviter les maternités indésirées ou dangereuses.

    Dans les villages de nos montagnes françaises bien des familles trop nombreuses voient s’exiler leurs enfants. Pour l’une d’elles, j’ai vu un maire, très à la page, demander le prix Cognacq et l’obtenir. En foi de quoi, M. le préfet décidé de donner à cette cérémonie tout son lustre de propagande pour la surpopulation, et se fit accompagner par toutes les autorités du département : députés, sénateurs, conseillers généraux, etc. Au jour dit lorsque ces autorités mirent pied à terre devant la mairie pavoisée, le chef de la commune leur présenta alignés, le père et les enfants. Félicitations du préfet. Quelqu’un fit remarquer : Et la mère ? N’avait-elle pas été à la peine ? où était-elle ?

    - Au cimetière, l’épuisement l’y avait conduite.

    Ainsi l’homme, honoré pour son plaisir sexuel de procréation sans gêne, restait seul à profiter du capital Cognacq.

    Ce cas n’est pas unique, mais le serait-il nous pensons que les lois, les Constitutions, les mœurs qui permettent de telles monstruosités sont blâmables et doivent s’effacer.
    *

    Certains États cependant ne pratiquent pas la doctrine du « lapinisme ». Les Nordiques agissent plus humainement et contrairement aux pays vaticanais, ils respectent la dignité de la personne humaine par la liberté guidée de la volonté féminine et maternelle.

    Voici l’exemple typique de la Norvège. C’est en 1924 qu’à Oslo, un parti ouvrier féminin avec l’aide d’une femme au grand cœur, Mme Katti Anker Moller, ouvrit un centre d’hygiène sexuelle avec consultations spéciales pré-natales et aussi anticonceptuelles. On notait dès le début, 16 à 24 visites de consultantes chaque jour. Cette clinique reçut une aide financière de la municipalité et des assurances sociales. Depuis, 5 autres cliniques semblables ont été ouvertes à Oslo et Bergen. Les consultations y sont gratuites.

    Si l’on a aussitôt constaté la disparition des avortements provoqués. Donc, plus aucun besoin d’une loi punissant et déshonorant les avortées et les avorteurs. Disparition aussi des péripatéticiennes qui ne trouveraient plus de clients payants. Car c’est souvent pour éviter à sa compagne une maternité indésirée, que dans nos pays latins, tel ou tel homme marié va s’acheter un soulagement de rencontre.

    Ainsi, les Nordiques ont réalisé un assainissement moral et physique de leur milieu social ; tel est le résultat de leurs méthodes.

    Aujourd’hui c’est la doctoresse Nic Wall qui dirige à Oslo leur « Modre Hygyene Koniore ».
    *

    Un certain nombre d’autres nations pratiquent le même système de consultations officielles légales et gratuites où les femmes, les filles embarrassées devant l’inconnu vont chercher enseignement, conseils et aide. Mieux vaux prévenir que risquer. Le Birth Control anglais lui aussi a fait ses preuves. Ainsi des gens malades ou de grande misère sont exemptés de concevoir. Créer du malheur ne peut être que le fait de peuples arriérés, ce n’est pas de la civilisation ; l’enfance heureuse et saine est la marque des peuples supérieurs.

    Et aussi le respect de la personne humaine dans la jeune fille et dans la femme, avec la libre disposition de sont être intime et le juste équilibre, dans l’eugénisme pratiqué, de son Moi total : la maternité devenue consciente et fière.

    Nous ne voulons plus être du cheptel ! Qu’on se le dise !

    Un jour prochain, ménagères, nous parlerons de votre servage familial et même de… la Bible qui nous l’enseigna !

    Marianne Rauze, des « Femmes unies »

    Merci à @dlatr cf https://seenthis.net/messages/1029782#message1030249

    • Si l’on a aussitôt constaté la disparition des avortements provoqués. Donc, plus aucun besoin d’une loi punissant et déshonorant les avortées et les avorteurs. Disparition aussi des péripatéticiennes qui ne trouveraient plus de clients payants. Car c’est souvent pour éviter à sa compagne une maternité indésirée, que dans nos pays latins, tel ou tel homme marié va s’acheter un soulagement de rencontre.

      Le XXIeme siècle a donné tord à ce texte. Ils ont même inventé la prostitution gestationnelle depuis. #GPA

    • @mad_meg j’ai hésité à publier parce qu’il y a aussi plein de théories calamiteuses dans ce texte féministe, contre-carrées depuis. Et en suivant la biographie WP de Marianne Rauze qui croise celle de Madeleine Pelletier, on se rend compte des difficultés de ces femmes à exister, et d’autant plus à soutenir des idées féministes dans des milieux marxistes et anarchistes et même à survivre financièrement. Quant à Madeleine Pelletier, première femme psychiatre, elle œuvra des années sur le poids du cerveau et l’intelligence en rapport avant de quitter dégoutée l’anthropologie sexiste et raciste. Elle est accusée d’aide à l’avortement et enfermée dans un asile où elle meurt …

      merci @jacotte !