L’ecologie de la peur

/cap1701057.html

    • L’ecologie de la peur
      https://www.sciencepresse.qc.ca/archives/2005/cap1701057.html

      L’écologie de la peur met en évidence un élément longtemps sous-estimé par les biologistes : au-delà de l’impact direct des prédateurs, il existe aussi un impact indirect : les autres espèces modifient leurs habitudes dans les zones où il y a un risque de prédation, par exemple près des points d’eau. Ils n’y restent donc que peu de temps, par « peur » des prédateurs.

    • chez Reporterre (mai 2022)
      Le rôle étonnant de la peur chez les animaux
      https://reporterre.net/Le-role-etonnant-de-la-peur-chez-les-animaux


      Un fou du Cap aperçu à Lambert’s Bay, en Afrique du Sud.
      Wikimedia Commons/CC BY-SA 3.0/Avitopia

      La peur joue un rôle important dans le comportement des animaux. Ainsi, par peur des prédateurs marins, les fous du Cap s’envolent toujours plus loin du rivage et délaissent les zones de pêche. Certains ne se nourrissent plus que de déchets de poissons. Au point que la survie de ces oiseaux est menacée.

      Il est blanc, la tête légèrement ocre. Des plumes noires prolongent ses ailes et sa queue. Son envergure dépasse 1,60 mètre. Le fou du Cap (Morus capensis), un oiseau emblématique des côtes d’Afrique du Sud, est toutefois sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Le dernier recensement, en 2018, ne comptait plus que 250 000 individus et la population était en forte décroissance. En cause : la surpêche qui décime son garde-manger d’anchois et de sardines, mais aussi la présence d’un prédateur redoutable, l’otarie à fourrure (Arctocephalus tropicalis), qui bouleverse ses habitudes de vie.

      Dans une étude parue début mars dans Communications Biology, une équipe internationale de chercheurs décrit comment, poussés par la peur, les oiseaux s’éloignent toujours davantage de la côte la nuit et comment certains se contentent de déchets de poissons pour s’alimenter le jour.

      L’adaptation du comportement d’une population de proies potentielles à l’arrivée d’un prédateur et la réorganisation de l’écosystème est un phénomène connu des scientifiques. Ils l’ont formalisé sous le nom d’« écologie de la peur » ou de « paysage de la peur ». Le concept a été médiatisé à la suite de la réintroduction du loup dans le parc naturel étasunien du Yellowstone en 1995.

      Dans une étude parue en 2001, des chercheurs ont montré que le seul changement de comportement des wapitis par crainte du loup avait eu davantage de conséquences sur leur population que la prédation elle-même. La population avait alors chuté de moitié. Autre conséquence : de larges espaces avaient été désertés par les proies potentielles des loups, laissant place à une nouvelle faune et flore. Ces effets indirects en cascade ont modifié l’ensemble de l’écosystème... « jusqu’au cours de rivières ! » écrivent les auteurs.