« Nous risquons tous d’être pris pour cible. » Les médecins évacuent les derniers hôpitaux de Rafah – A l’encontre

/nous-risquons-tous-detre-pris-pour-cibl

  • « Nous risquons tous d’être pris pour cible. » Les médecins évacuent les derniers hôpitaux de Rafah
    +972 | Par Ruwaida Kamal Amer 5 juin 2024 –traduction A l’encontre
    http://alencontre.org/moyenorient/palestine/nous-risquons-tous-detre-pris-pour-cible-les-medecins-evacuent-les-derni

    Al-Mawasi, 27 mai 2024. (Abed Rahim Khatib/Flash90)

    Le 30 mai, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé que le dernier hôpital de Rafah, l’hôpital Al-Helal al-Emirati, était hors service. La destruction du système de santé de la ville du sud de Gaza, qui intervient après que plus de deux douzaines d’hôpitaux ont été complètement fermés dans toute la bande de Gaza à la suite de l’assaut israélien, résume le bilan humain de l’intensification de l’opération militaire israélienne à Rafah.

    Loin de l’invasion « limitée » proclamée par les dirigeants israéliens, les forces israéliennes occupent actuellement le cœur de la ville (Rafah) et contrôlent le poste frontière de Rafah et le corridor Philadelphie [bande de terre de 14 km située le long de la frontière entre l’Egypte et la bande de Gaza ; selon les accords de Camp David de 1978, le contrôle de ce corridor était censé appartenir à l’Egypte], tandis que les frappes aériennes continuent de pilonner les camps de familles déplacées. Depuis le début de l’incursion israélienne, le 6 mai, plus d’un million de Palestiniens ont fui le dernier refuge de Gaza.

    Outre l’hôpital émirati, l’hôpital Abu Yousef al-Najjar et l’hôpital koweïtien ont été contraints de cesser toute activité au cours des dernières semaines. Avec la fermeture de plusieurs petites cliniques, il ne reste plus que deux petits hôpitaux de campagne dans la zone côtière d’Al-Mawasi – l’un géré par les Emirats arabes unis et l’autre par l’International Medical Corps – qui sont mal équipés pour faire face à l’ampleur des souffrances de ceux et celles qui ne peuvent ou ne veulent pas fuir la ville.

    L’invasion terrestre d’Israël continuant à progresser vers l’ouest de Rafah, ces cliniques restantes pourraient également être bientôt forcées d’évacuer. Alors qu’un petit nombre de patients gravement blessés quittaient Gaza par le poste frontière de Rafah pour être soignés à l’étranger, personne n’a pu quitter la bande de Gaza depuis l’occupation par Israël de ce point de passage.

    Muhammad Zaqout, directeur général des hôpitaux du ministère de la Santé de Gaza, a déclaré à +972 que le personnel des hôpitaux de Rafah a dû partir « parce qu’il craignait une répétition de ce qui s’est passé au complexe médical Nasser et à l’hôpital Al-Shifa ». Les forces israéliennes ont assiégé et attaqué les deux hôpitaux au cours des derniers mois, respectivement à Khan Younès et dans la ville de Gaza. Après leur retrait, des charniers contenant des centaines de corps ont été découverts sur les deux sites.

    « Les hôpitaux de Tel al-Sultan [à l’ouest de Rafah] sont bombardés par des missiles et des drones quadricoptères », a expliqué Muhammad Zaqout. « L’hôpital de campagne indonésien a été endommagé et les médecins sont terrifiés. Selon le ministère de la Santé de Gaza, près de 500 professionnels de la santé ont été tués à la suite des attaques israéliennes dans la bande de Gaza depuis octobre. (...)