« L’école est une usine à normaliser, à légitimer les différences sociales » - International

/article-normal-412699.html

    • Elle permet de dire au fils d’ouvrier que s’il en est réduit à faire le boulot de son père, ce n’est pas de la faute du système injuste mais de la sienne parce qu’il n’a pas assez travaillé. L’école n’a que des codes bourgeois. Seuls les fils de bourgeois peuvent s’en sortir, au besoin avec des heures de cours particuliers. Regardez la crispation en France autour de la suppression du cours de latin. A quoi le latin peut-il encore servir ? Si on veut l’étymologie d’un mot, il y a Wikipédia. Si on veut l’apprendre, on peut commencer à 18 ans et être très bon en l’espace de deux ans. Les maths ? Sinus et cosinus ne m’ont jamais servi dans la vie. On nous dit que cela sert à former le jugement. Que dalle ! C’est une école de papa pour faire de bons fils à papa. Cela ne marche pas en banlieue.

      Faudrais pensé à dire a ce prof phallosophe que les filles peuvent aussi suivre une scolarité...

      La soif de liberté, elle s’exprime à 40 ans quand on a une nana et des marmots, qu’on en a ras-le-bol et qu’on a envie de se casser.

      Pauves nanas qui se coltine ce mec. C’est hallucinant cette manière de parler de couille-à-couille comme si les femmes était de toute façon trop occupé à laver les traces de pisse sur les chiottes pour avoir le temps de lire ce papier.

      Il y a une seule et unique mention de femmes dans ce texte :

      On hérite de la faille du père ou de la mère.

      #masculinisme #phallosophe #androcentrisme

    • Aussi sur le latin il dit n’importe quoi ce phallosophe. Ma sœur qui bosse en zep. M’expliquait justement que la latin et le grec etait tres prisé et important dans le collège ou elle travail car c’est justement une matière utile pour les autres cours et que c’est une matiere qui etait encore proposer en Zep. Elle ne le sera plus alors que dans des collèges et lycées bourgeois elle le sera encore. La Suppretion du latin est d’abord un problème pour les Zep et non un probleme pour les Bourges contrairement à ce qu’il dit. Pour ce phallosophe des jeunes de cités (enfin les garçons jeunes vu qu’il parle uniquement aux mâles) ne peuvent pas suivre des cours de latin, ne peuvent pas y trouver un intérêt, n’en ont aucune utilité... Ca me semble assez condescendant sans parlé de son complex de sauveur blanc qui insiste lourdement pour qu’on sache a quel point lui se sacrifie pour aller enseigner des trucs mais pas le latin dans les Zep.

    • Oui en plus ce mec est utilitariste, il croi que les « jeunes » dont il parlent n’aurons jamais à se servir d’un Sinus et Cosinus car il ne les imagine pas autrement qu’au chomage ou dans un job sans qualification. Comme si les jeunes filles et garçons des Zep ne pouvaient pas avoir l’utilité du latin, des sinus et cosinus, ni acceder à des profession dans laquelle se savoir est utile.
      Il y a aussi un coté très clientéliste à prétendre que l’utilisation de fesse-bouc rendrait les jeunes plus intelligents que leurs ainé·e·s. Tout ca bien sur sans définir ce qu’il appel l’intelligence. Et comme si d’une génération à l’autre l’intelligence humaine fluctuait.

    • Les DRH en raffolent. Des banques comme HSBC, Barclays, la Société Générale le sollicitent d’ailleurs régulièrement. Cespedes a aussi animé le Salon du zen, l’université d’été du Medef, le congrès des kinés (« Vous êtes les artisans du bonheur »), celui des horticulteurs (« Jardins de sens, jardins de vie »), une conférence pour les experts-comptables, a traité de l’« empowerment au féminin » pour McDonald’s, de « l’optimisme » chez Caprice des Dieux… Il est même intervenu devant des agents de la DGSE sur « l’ambition patriote ». Chaque conférence rapporte environ 5 000 € bruts à sa société, et il en assure une cinquantaine par an. Il s’offre même le luxe de décliner l’offre de La Française des Jeux, qui voulait qu’il coache ses « grands gagnants » : « Je n’ai pas envie d’être un gourou », explique-t-il.

      http://www.gqmagazine.fr/pop-culture/livres/articles/le-business-des-philosophes/25284

  • « L’école est une usine à normaliser, à légitimer les différences sociales » (LeVif.be)
    http://www.levif.be/actualite/international/l-ecole-est-une-usine-a-normaliser-a-legitimer-les-differences-sociales/article-normal-412699.html

    Les jeunes entrent à l’école passionnés et gourmands de connaissances et ils en sortent complètement dévitalisés, sans plus aucune envie de lire ni d’écrire. Personne ne peut supporter de rester sur une chaise huit heures par jour. Même en milieu carcéral, on ne fait pas subir cela aux détenus. Il est hallucinant que cette jeunesse-là, reflet de la massification de l’enseignement qui n’est plus réservé à une petite élite, subisse encore les méthodes archaïques d’enseignement des années 1950 - 1960.
    […]
    [L’école] ne pratique aucun exercice démocratique alors qu’elle devrait être une matrice démocratique.
    […]
    L’école est une usine à normaliser, à légitimer les différences sociales. Elle permet de dire au fils d’ouvrier que s’il en est réduit à faire le boulot de son père, ce n’est pas de la faute du système injuste mais de la sienne parce qu’il n’a pas assez travaillé.

    #éducation #analyse #jeunesse