Wikipédia, l’encyclopédie libre

https://fr.wikipedia.org

  • Speech by Federal Foreign Minister Annalena Baerbock at the Parliamentary Assembly of the Council of Europe - Federal Foreign Office
    https://www.auswaertiges-amt.de/en/newsroom/news/-/2575346

    T’as envie d’une carrière au sein du corps diplomatique ? Voici une leçon pour les apprentis sorciers : il s’agit une belle déclaration de guerre de facto . Celle qui la déclare pourra toujours prétendre qu’il n’y a jamais eu de déclaration de guerre et surtout pas officielle. Sans doute elle espère garder une marge de manœuvre politique maximale, mais soyons honnêtes : Quand tu envoies tes chars d’assaut envers tel ou tel pays en déclarant qu’il mène une guerre contre tous tes amis, le gouvernement de ce pays comprendra forcément qu’il y a eu déclaration de guerre.

    Tant pis pour les Ukrainiens et Russes qui crèveront encore et encore par centaines de milliers. Dans notre pensée traditionnelle ces peuples ne sont que des Slaves, des peuplades à soumettre à un programme de formation les élevant au statut d’homme véritable pour les uns, pour les autres ce ne sont que des dégénérés qu’il faut empêcher de se reproduire et les exterminer afin d’en finir avec leur impact sur l’avenir de l’homme.

    Si tout marche comme prévu par nos chefs à Washington et Berlin, le cauchemar de mon grand père deviendra réalité : On passera nos fins de journée sur la terrasse de nos manoirs au milieu des immenses plaines ukrainiennes et russes mais on ne pourra jamais dormir tranquillement après avoir rangé notre revolver car un acte terroriste de nos esclaves pourra se produire à tout moment.

    Vous comprenez pourquoi les accusation d’impérialisme á l’égard de Poutine me font rire sardoniquement quand ce sont nos impérialistes à nous qui les prononcent.

    Tout n’est pas perdu. Rappelons-nous de la dernière ligne de l’épilogue dans La Résistible Ascension d’Arturo Ui . Elle décrit précisément l’endroit où il faut combattre le fascisme.

    Le ventre est encore fécond, d’où a surgi la bête immonde

    Voici l’épilogie entier

    Epilog

    Ihr aber lernet, wie man sieht statt stiert
    Und handelt, statt zu reden noch und noch.
    So was hätt einmal fast die Welt regiert!
    Die Völker wurden seiner Herr, jedoch
    Daß keiner uns zu früh da triumphiert –
    Der Schoß ist fruchtbar noch, aus dem das kroch!

    Bert Brecht, Der aufhaltsame Aufstieg des Arturo Ui, texte allemand
    https://www.librarian.be/pdf/arturoui.pdf

    La Résistible Ascension d’Arturo Ui à la Comédie Française
    https://www.comedie-francaise.fr/en/events/la-resistible-ascension-darturo-ui16-17#

    Écoutons le discours d’ Anna Baer et Lena Bock , ce personnage à identités multiples.

    24.01.2023 - Press release “When human lives are endangered, when human dignity is in jeopardy, national borders and sensitivities become irrelevant.”

    These are the words of Elie Wiesel, the Holocaust survivor and Nobel Peace Prize winner. His experience of the horrors of the Shoah and the Second World War made him a lifelong believer in the need to stand up for human rights, regardless of where violations occur and to whom. Wiesel was convinced that when human rights are violated, that is a warning signal for what there is to come.

    The Council of Europe was founded in 1949 with exactly this in mind: As an early warning mechanism against human rights violations – to prevent new wars, human suffering and tyranny on the European continent.

    And as a common European home for democracy, human rights and the rule of law for all Europeans, protected by strong walls formed by the Convention on Human Rights and the Court of Human Rights.

    The Council comprises more than 220 conventions and treaties. And probably no one in this room, maybe except for the President and the Secretary General, would be able to name all of them. And feel free to do the maths on how many bilateral treaties it would need to replace them!

    With these conventions, with the European Court of Human Rights and its monitoring mechanisms, the Council is setting the highest human rights standards through its rulings.

    The Court has strengthened women in the fight against domestic violence. It has bolstered the freedom of the press, and it has obliged us as governments to build polling stations that are accessible to persons in wheelchairs and with other disabilities.

    Moreover, the Court is currently pushing towards intergenerational justice in ground-breaking cases, for example, on the climate crisis.

    This direct access that individuals have to an international human rights court is unparalleled in the world.

    That is why Germany has made available additional means for the Court. And we call on others to step up their support as well, because if we want the Court to function in the future, it needs sufficient financial resources.

    The Court of Human Rights is something we can be more than proud of. But we cannot expect that with more cases, fewer judges will do the same amount of work. So it’s up to us, the governments, to strengthen the court, our Court of Human Rights.

    The Court reflects our convictions as Member States of the Council of Europe, that our governments must put their people’s fundamental rights first.

    Still, if we are honest with ourselves, before we became parliamentarians and politicians, many of us might at some point have confused the Council of Europe with the European Council.

    And did we actually all know that the anthem of Europe and the European flag, with its 12 stars, were first used by the Council of Europe? The President this morning reaffirmed to me that they do not really care about the copyright in this regard – as long as the EU finally ratifies the European Convention on Human Rights.

    Joking aside, I believe that this is actually not a bad thing, even though journalists may write: “People confusing the Council of Europe and the European Council shows a neglect of the Council of Europe.”

    I think this is not the true story. I believe that younger people and even people of my generation – I am 42 years old – have the incredible good fortune to have lived their whole life in peace and not under a dictatorship. Born in Western Germany, we took freedom and democracy for granted, not because we neglected freedom or democracy, but because our ancestors built this Council of Europe. And we all believed that we could live in this house of freedom and peace forever.

    But the crucial point is what we do now. Now, when our European peace order, when the Council of Europe, the OSCE, are under attack. This is our responsibility as politicians of our generation. Because Russia’s war of aggression is not only a war against Ukraine, it is a war against the common European peace order. So what we have done in the last months was crucial. And I would like to thank and applaud you here at the Council of Europe that you have shown Putin that he will never succeed in destroying Ukraine, and that he will also never succeed in destroying our common home of peace, the Council of Europe.

    At the same time, we also have to be self-reflective because we have seen what we neglected in the past. The Council of Europe is an early warning system. Because when human rights are undermined or disregarded, we should be alert.

    Ladies and gentlemen, such warnings have been there in the past:

    when our friends and partners in Central and Eastern Europe and in particular in the Baltic countries pointed out Russia’s aggressiveness. My country in particular did not listen carefully enough when we saw the show trials against Alexei Navalny, when we saw Russia ignoring judgments by the European Court of Human Rights calling for his release, and when we saw Russia’s refusal to sign the Istanbul convention and it drastically curbing women’s rights.

    These were all early warning signs. We didn’t see them. We didn’t take action. As early as 2017, Russia changed its laws on domestic violence so that men, husbands, partners who beat up their wives would no longer get into legal trouble for beating their wives. The law was changed so that, since 2017, you would have to beat your wife repeatedly, she would have to be sent to hospital in order for a criminal court to act.

    That should have sent a loud and clear warning because women’s rights are a yardstick for the state of our democracies. When women aren’t safe in a society, no one is safe.

    And when human rights are not respected in a country, then ultimately peace and freedom are at risk. President Putin has made this obvious. His repression at home goes hand in hand with his attempt to destroy Ukraine and our common European peace order.

    That is why I am convinced that today, the Council of Europe, as an early warning mechanism, is more important than ever.

    Its work for human rights makes a crucial difference to people across Europe. And to be clear, Europe is bigger than the EU. The Convention on Human Rights and the Council of Europe create a common European home for human rights and democracy for almost 700 million people.

    700 million people who, thank God, do not look alike, do not dream alike. They have different traditions, different histories, and different plans for the future. But these 700 million people are all united in their firm belief in fundamental rights.

    I had the privilege of seeing what this actually means when I spoke with teenagers in Kharkiv earlier this month. At different locations in Kharkiv, I saw the destruction. But what touched me most was my last stop at a heating point, set up with so much care and so much love.

    We were sitting around a table. There was a warm stove and we were offered tea and cookies because it was -12 degrees outside. I was sitting there with teenagers. Their school had been destroyed at the beginning of the war. So I asked them: “Where do you go to school?” And they looked at me and said: “Our school has been destroyed.”

    They haven’t been to school for almost an entire year because going to makeshift schools would be too dangerous. Kharkiv is located 35 kilometres from the Russian border. So if there is a rocket targeting a school, there is no air defence system which can prevent that. This rocket would hit their school. They have 45 seconds to hide, and of course, 45 seconds is way too little time to hide. You can only pray.

    So I asked them: “What do you do if you’re not going to school?” And the impressive thing is that even in a partly destroyed town, they have online teaching and classrooms. And I said: “What do you do if you only have 45 seconds?” And one of the girls told me: “Well, I used to play volleyball, but obviously my pitch is also destroyed. I’m 16 years old. I normally hang around with friends. But this is also not possible anymore.”

    So even though these school children, these teenagers survived, they are not living a normal teenage life. Every day they hide, praying that the next rocket will not hit them.

    So when I asked them: “Why didn’t you leave ?” – the 16 year old said: “Well, I left with my parents to Italy. But we came back. Last year.” I said: “Why did you come back here, back to your neighbourhood, which was wiped out by bombs?” She simply said, with tears in her eyes: “Because this is my home. Even though my home is now a prison because I cannot go to school, I cannot play volleyball, I cannot go out with my friends anymore. This is my home. This is where I want to be. This is where I want to survive. If I’m not dying.”

    So the only thing this girl and her friends are asking for is to live a simple, normal life again. An everyday life where as a teenager, you go out to meet your friends, to play volleyball and to go to school.

    It is this girl’s simple wish for a life in freedom and in peace, with basic human rights, that brings home to me what our agenda here at the Council of Europe is all about. As German Chancellor Konrad Adenauer said here at the Council of Europe when it was founded: “The Council of Europe is the soul of Europe.”

    It is our duty to keep this soul alive. That is why we are here. That is why I’m speaking here as German foreign minister. That is why you are here, and why you come back every month to work for our European soul, for every person in Europe – for the teenagers in Kharkiv – to make sure that we are not missing the warning signals of human rights violations that can lead to violence and war, and to ensure that the fundamental freedoms of women, men and children are better protected.

    The rights to live, to live a life in dignity and freedom – I believe that today, we need the Council of Europe more than ever to put the power of those rights above the power of might.

    As President Putin wants to drag Europe back into a past dominated by power politics, where states can trample on individual rights in the pursuit of imperial glory, where rulers dispose of their citizens like pawns in geopolitical chess games.

    That is why, in the face of Russia’s war, neutrality was not an option. We had to make a choice between injustice and justice, freedom and oppression. Between standing on the side of the aggressor and standing on the side of the victims, like the teenagers in Kharkiv. And we did.

    The Council of Europe, all of us together, adopted a clear and united stance against Russia’s war. We jointly voted to expel Russia from the Council. And we made clear that the Council stands with the brave women, men and children of Ukraine who are fighting for their country and their freedom, but also for democracy and human rights on the entire European continent.

    Because this Council is not a geographical concept, because this Council unites us in the concept of human rights, democracy and the rule of law.

    But we have also to critically assess why we did not fully recognise the early warning signals.

    This is why at the last meeting of the Committee of Ministers in Turin in summer, I called for a fourth summit of the Council of Europe that will now take place in Reykjavik under the Icelandic Presidency. At this upcoming summit, we will have an opportunity to set up the Council for a new era in European history.

    We know that institutions are only as strong as the political and financial support they get, and that means we also have to give the Council the financial resources it needs.

    As I said in the beginning, in this era marked by Russia’s war, we can no longer take the progress of liberty and human rights in Europe for granted. Fundamental rights and freedoms are under pressure on too many fronts.

    Therefore, if we want to show that despite repression and war, the power of democracy and the soul of Europe remain unbroken on our continent, we have to stand up and fight for them.

    Let us keep this in mind as we prepare for the Reykjavik summit. Building on all our valuable ideas and suggestions. And there are many floating around.

    I would like to focus on three crucial points for this summit.

    First, the summit should reaffirm our joint commitment to the core values of the Council of Europe. Or let me put it another way: If the Council is to remain our common home, our common soul of European democracy and human rights, we have to fix the cracks in its walls, stop the erosion of its foundations, and make sure that all residents abide by the house rules.

    I’m aware of the fact that our 46 member countries have very different histories and cultures. I also know that no legal system and no democracy is perfect, because no human being is perfect. We are all different. But what we all wish for is to improve every day. Because there is no such thing as a perfect democracy.

    But what binds us all in the Council is our commitment to the rule of law and to the division of power. Our pledge to protect our people’s fundamental rights and daily freedoms. That is what we have signed up to.

    So let me say loud and clear: all member states have to respect the European Convention on Human Rights and implement the Court of Human Rights judgments based on it

    It worries me deeply that for years, the Turkish authorities have been ignoring the Court’s demands to release Osman Kavala, whose detention the court considers to be politically motivated. And yes, it was good that there has finally been a visit, but this is nothing to applaud because Osman Kavala shouldn’t be in prison. It’s simply unacceptable for a member state of this Council to imprison someone for political reasons.

    That is why the Committee of Ministers has initiated infringement proceedings against Turkey. Co-rapporteurs of the Council have recently underlined this by the visit, and I’m reiterating our call for the Turkish authorities to release Osman Kavala and also to release Selahattin Demirtas and others whom the court has also ruled to be unlawfully detained.

    We all, as members of this Council, have to respect its basic rulebook. This is a legal obligation and no wish list, and that is what our citizens expect from us.

    This also applies to every country in this room, also to my own country. And that is why Germany has been taking steps to fully adopt the Council of Europe’s legal instrument, protecting women and girls from violence.

    Because if we call on others to ratify or to comply with conventions, then obviously our own reservations might be a bit biased. So therefore, when my Government entered office just over a year ago, we said we would lift Germany’s reservations on the Istanbul convention, and that is what we have done. We will apply the Convention without restrictions as of next month.

    I invite all member states that have signed the Istanbul Convention to ratify it very soon. And I think if a country at war, like Ukraine, can do it, then every other country in peace can do it as well. This also continues our work as part of the EU.

    At the same time, our ambition for the Reykjavik summit should not only be to preserve what the Council of Europe has achieved – as crucial at that might be. Together, we cannot only refurbish our common European home of human rights and democracy, but also expand it with new rooms and more inhabitants.

    That is my second point: let us work together to adapt the Council and our democracies to a changing world.

    That means finally making the European Union’s accession to the European Convention on Human Rights a reality, creating a common European human rights protection standard.

    Most importantly, however, the Council can help pave the way for a new generation of human rights. Democracy and human rights are based on universal values, but they are also a constant work in progress – because our societies evolve and new technologies obviously emerge.

    Take the digital revolution that is transforming how we all shop, meet our friends or go on a date, how entire industries work, or how scientists predict storms and droughts.

    The internet, social media and artificial intelligence have already made our lives so much better, but obviously, they also bring new challenges and risks. We have seen that AI facial recognition can have a racial bias, that it is used to target children with aggressive advertising and that autocratic regimes are exploiting it to track down dissidents.

    That is why as democratic governments, we have to work together to protect human rights in the digital world. We cannot simply leave this to algorithms, to Tik Tok or to Elon Musk. This is a political task. This is a democratic task for us in the Council of Europe.

    We are working on a Convention on the development, design and application of AI systems. This Convention can set a pan-European standard for human-centric and human-rights-based AI, making sure, for example, that companies and governments are not spying on people by running their social media posts through AI analyses.

    Together, we can ensure that technology makes human rights stronger, not weaker. Because technologies are there for humans and not for industry or autocracies.

    That is why the German Government is committed to working with you all to see this new Convention adopted this year.

    Finally, there’s a third point we should keep in mind: the outreach to neighbours and friends of the Council of Europe.

    When I travelled to Kazakhstan last year, I met a young woman in her mid-twenties who worked for an NGO and planned to set up a political party. She said: “You’re so lucky in Europe. You have the Council of Europe. You have an instrument to which your government has to relate. You have Conventions to which I, as an NGO, can refer and say: you are not applying the Istanbul Convention or the Human Rights Convention. You also have a court every citizen can go to.”

    I think this is crucial. There are so many people around the world who would never consider democracy and human rights to belong to a certain region, but who are saying: we would like to benefit from your experience.

    This morning, during my visit of the Court of Human Rights, I was shown what this actually means, what the young lady in Kazakhstan was talking about. When I entered the room of registers, I saw piles of mail and papers on the table and people going through all of them.

    We also have this as politicians in our offices, where we sometimes think “Okay, this is a bit crazy.” But they are going through every letter – letters written on paper, some sent via the internet, but also letters written on tiny sheets of paper. Because when you are in a prison and when you’re a political prisoner, obviously you do not have the best access to this court, to our court.

    So the fact that any individual can lodge a complaint – be it a simple handwritten request scribbled on a postcard or even on a piece of toilet paper sent from a prison – this is what this “soul of Europe” also stands for.

    In many places around the world, people do not have this privilege. We should remind ourselves of this every day. That is why it’s up to us to stand by their side as they strive for human rights, peace and a better future for themselves and their children.

    The work of the Venice Commission is a beautiful example of how the values of the Council of Europe can have an impact around the world. Even though some might say the Venice Commission does not have any real power.

    But the influence of the Venice Commission might be bigger than that of a large institution with a lot of money, because with its advice on how to reform electoral laws and constitutions, the Commission is a compass for democracy, guiding us and member states from no less than five continents all around the world.

    Ladies and gentlemen,

    We could go on about the powerful tools of this Council of Europe. It’s up to us whether we use them or whether we leave them aside. It’s our responsibility. We are the politicians of our times.

    “When human lives are endangered, when human dignity is in jeopardy, national borders and sensitivities become irrelevant.” That is how Elie Wiesel put it, reminding us to be watchful whenever human rights are violated.

    To us here in this plenary hall, these words might seem beautiful and aspirational. But to the boys and the girls in Kharkiv, to the 16-year-old who came back from Italy to her destroyed home – because it is her European soil – this is their future, their destiny.

    For their sake and for the sake of so many others, these words must be a concrete call on us to stand up for what this Council stands for:

    Human rights and the dignity of all.

    Thank you.

    Un peu d’histoire :
    Rücksichtslos vernichtet - Babi Jar
    https://seenthis.net/messages/931597

    Baerbock commence son discours en citant Elie Wiesel. Voici qui c’était :
    https://www.hintergrund.de/politik/welt/israels-wegbereiter-in-den-usa

    Vor zwei Monaten war Wiesels Name auf einer ganzseitigen Anzeige in der New York Times, mit der er grauenhafte und tödliche Aktionen gegen den Iran wegen seines Nuklear-Programmes fordert.

    Il y en a qui osent critiquer l’engagement militaire allemand en Ukraine, mais on leur adresse des commentaires haineux qui font penser aux tirades du journal nazi Der Stürmer.
    https://seenthis.net/messages/988368


    https://fr.wikipedia.org/wiki/Der_St%C3%BCrmer
    En examinant attentivement l’entête du journal vous avez sans doute remarqué que Der Stürmer défendait expressément la vérité de son époque. Les vérités des différentes époques constituent un problème. Personne ne leur échappe. Jamais. Quand on ne s’y conforme pas on est systématiquement puni.

    #Europe #Allemagne #USA #Ukraine #Russie #guerre

  • Quand Langlois s’engeula avec Malraux ...


    https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Langlois#L'%C2%AB_affaire_Langlois_%C2%BB
    C’est une jolie image tirée d’un documentaire sur Malraux. Quelques années plus tard Fassbinder retorqua à la question bête s’il soutenait des terroristes

    „Ich werfe keine Bomben, ich mache Filme.“

    ... encore faudrait-t-il que la présentation dans wikipedia de l’affaire Langlois soit vraie. Elle contribua à une ambiance propice à l’escalade d’engagement des acteurs opposés. La violence des flics et des bombes marqua l’époque suivant le mai ’68.

    En 1968, le ministre français de la Culture André Malraux qui, depuis 1958, a mis à la disposition de Langlois d’importants moyens financiers, décide de le priver de la direction administrative de la cinémathèque, tout en lui offrant la direction artistique. Au ministère de la Culture, on reproche à Langlois de négliger complètement l’administration, la comptabilité et la gestion, d’être incapable de donner les informations établissant le droit de propriété de la cinémathèque sur certaines bobines, et d’être si peu soucieux des conditions matérielles de conservation que des milliers de films se détériorent dans des blockhaus dont il refuse l’accès aux techniciens et à certains chercheurs7. Langlois est finalement remplacé par Pierre Barbin, choisi et nommé par le ministère.

    C’est le début de ce qu’on appellera l’« affaire Langlois ». Le limogeage du fondateur de la Cinémathèque française provoque une avalanche de protestations dans le milieu du cinéma et au-delà, à l’étranger, avec la participation entre autres de Charles Chaplin, Stanley Kubrick, Orson Welles, Luis Buñuel, et, en France, avec François Truffaut, Jean-Pierre Léaud, Claude Jade, Alain Resnais, Jean-Luc Godard, Jean Marais, etc. Un très actif Comité de défense de la Cinémathèque française est créé le 16 février 1968 pour soutenir Langlois. Son trésorier est Truffaut, qui fait partie des fondateurs du comité, avec notamment Godard et Jacques Rivette8. L’opposition politique au gouvernement s’émeut. Daniel Cohn-Bendit, alors encore inconnu, participe à une manifestation en faveur de Langlois, rue de Courcelles, où se trouve le siège de la Cinémathèque9. Le 25 février 1968, à l’Assemblée nationale, François Mitterrand qualifie l’éviction de Langlois de choquante7.

    Malraux fait marche arrière et Langlois est réintégré dans ses fonctions le 22 avril 19689. Hostile aux soutiens de Langlois dans cette affaire, Raymond Borde estime que la gauche s’est reniée à cette occasion, en défendant « le droit d’un individu sur un patrimoine qui appartient à la Nation9 ».

    « Ich werfe keine Bomben, ich mache Filme ! » | kultur-online
    https://kultur-online.net/inhalt/ich-werfe-keine-bomben-ich-mache-filme

    #histoire #photographie #mai68

  • Marc Riboud - au procès de Klaus Barbie
    http://marcriboud.com/en/politicians/klaus-barbie

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Klaus_Barbie

    Nikolaus Barbie dit Klaus Barbie, né le 25 octobre 1913 à Bad Godesberg en Allemagne et mort le 25 septembre 1991 à Pierre-Bénite1,2 en France, est un criminel de guerre allemand, officier de police SS sous le régime nazi.

    #histoire #photographie #nazis

    • Text de l’article de la Fed of Saint Louis

      What is quite remarkable is the evolution of China’s defense outlays in comparison to those of the other nations. Its defense spending in the early 1990s was lower than that of the U.K. and Russia, but rose steadily in the 2000s to exceed all other nations’ outlays except that of the U.S.

      suivant le graphique
      1998 : Chine ca. $30 Mrd./ USA ca. $470 Mrd.
      2013 : Chine ca. $170 Mrd. / USA ca. $850 Mrd.
      2022 : Chine ca. $275 Mrd. / USA ca. $950 Mrd.

      Le texte ne mentionne pas le type de financement derrière ces chiffres hilarants. Pour les Etats Unis chaque année une grande partie de ces dépenses se rajoute à l’énorme dette envers ses propres banques et les autres pays du monde qui veulent bien prêter au colosse hyper endetté. La Chine par contre peut puiser dans l’immense richesse qu’elle a accumulée par son excédent commercial.

      A cause de la dette acuelle et pour maintenir sa solvabilité les #USA sont obligés à maintenir leur présence militaire dans le monde. Une fois cet empire militaire affaibli le système mondial US sera menacé. On comprend que ĺes USA sont l’unique pays au monde qui profite des guerres dans lesquelles il est impliqué et qu’il a besoin de mettre le feu au poudres où bien il semble à ses dirigeants. Autrement dit les peuples des États Unis et des pays à présence étatsunienne sont victimes d’un cercle vicieux inexorable crée par les élites US.

      Voici un exemple récent pour cette logique impérialiste :
      https://www.truthorfiction.com/did-elon-musk-tweet-we-will-coup-whoever-we-want-deal-with-it

      We will coup whoever we want! Deal with it.

      Elon Musk

      Les dépenses militaires chinoises par contre ne sont pas fondées sur un tel calcul de rentabilité impérialiste. Pour la Chine la guerre ne peut pas nourrir la guerre. La base de sa puissance économique et militaire est constituée par la productivité et l’ingéniosité de ses peuples réunis. L’économie chinoise est soutenue par une politique qui alterne entre des phases libérales et des interventions gouvernementales cherchant à limiter les degâts d’une croissance sans bornes. Sa politique extérieure cherche à agrandir l’impact de cette puissance économique à travers des investissements dans les infrastructures internationales. Elle devient alors vulnérable sur ce terrain et doit également investir dans des armes modernes afin de protéger ses investissements.

      La pratique de la guerre comme affaire commerciale apparaît en Europe pendant la guerre de Trente Ans. Les entrepreneurs de la guerre comme von Mansfeld et Wallenstein transforment alors les querelles entre familles nobles en massacres rentables à grande échelle. Il sont les prédécesseurs d’Erik Prince (Blackwater) et d’Evgueni Prigojine (Groupe Wagner) et de leurs banquiers. Friedrich Schiller les introduit dans la culture générale quand il fait dire au général Isolani dans sa pièce de théâtre Wallenstein « Der Krieg ernährt den Krieg ».

      Pour ce qui est du financement de la guerre il est intéressant de se rappeler du système des Mefo-Wechsel .

      https://de.wikipedia.org/wiki/Mefo-Wechsel

      Die Mefo-Wechsel waren ein von Reichsbankpräsident Hjalmar Schacht 1933 eingeführtes Finanzierungsinstrument des NS-Staats in Form eines Wechselkredits. Mit den Wechseln wurde praktisch eine Parallelwährung neben der Reichsmark geschaffen, da das Reich ihre Einlösung nach spätestens fünf Jahren garantierte
      ...
      Dabei wurde vonseiten der NS-Führung bewusst einkalkuliert, die Verbindlichkeiten später aus einer fest eingeplanten Kriegsbeute begleichen zu können.

      Ce système développé par le banquier des nazis Horace Greeley Hjalmar Schacht ressemble étrangement au Sondervermögen Bundeswehr du chancelier Scholz qui constitue également un budget parallel (Schattenhaushalt) au budget officiel de l’état allemand. La différence entre Sondervermögen et Mefo-Wechsel consiste dans la stricte légalité des Sondervermögen . Tout aussi risqué que les lettres de change Mefo le Sondervermögen est un budget officiel soumis au contrôle parlementaire alors que la société Mefo émettait des lettres de change privées pourtant garanties par l’État allemand.

      Nous sommes au courant du remboursement des bons Mefo par les conquêtes militaires nazies. Qui remboursera alors le Sondervermögen Bundeswehr crée par le gouvernement Scholz ?

      Scholz’s Sondervermögen : A German Strategic Revival
      https://csps.gmu.edu/2022/05/10/scholzs-sondervermogen-a-german-strategic-revival

      Sondervermögen (Haushaltsrecht)
      https://de.wikipedia.org/wiki/Sonderverm%C3%B6gen_(Haushaltsrecht)

      Ein Sondervermögen (volkswirtschaftlich Extrahaushalt, engl. Extra Budget) ist im deutschen Haushaltsrecht ein wirtschaftlich verselbständigter Nebenhaushalt („Schattenhaushalt“) zur Erfüllung bestimmter Aufgaben. Bei Sondervermögen brauchen nur die Zuführungen oder die Ablieferungen in den Haushaltsplan eingestellt zu werden (Art. 110 Abs. 1 Satz 1 HS 2 GG). Sondervermögen dürfen jedoch – wie der Haushaltsplan selbst – nur durch Gesetz errichtet werden und unterliegen der Kontrolle durch den Bundestag, den Bundesrat und den Bundesrechnungshof (Art. 114 GG). Sie werden entsprechend den Vorschriften der Bundeshaushaltsordnung (BHO) aufgestellt und bewirtschaftet (§ 113 BHO).

      Bon MEFO
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Bon_MEFO

      Arbeitsstelle Schacht
      https://de.wikipedia.org/wiki/Arbeitsstelle_Schacht

      Hjalmar Schacht
      https://de.wikipedia.org/wiki/Hjalmar_Schacht#Nationalsozialismus

      Horace Greeley
      https://en.wikipedia.org/wiki/Horace_Greeley

      Schachts Beitrag zu Hitlers Machtergreifung
      https://link.springer.com/chapter/10.1007/978-3-663-19764-5_9

      Der Krieg ernährt den Krieg
      https://de.wikipedia.org/wiki/Der_Krieg_ern%C3%A4hrt_den_Krieg

      Johann Ludwig Hektor von Isolani
      https://de.wikipedia.org/wiki/Johann_Ludwig_Hektor_von_Isolani

      Wallenstein
      https://de.wikipedia.org/wiki/Wallenstein#In_Diensten_verschiedener_Herren

      Groupe Wagner
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_Wagner

      #impérialisme #nazis #emprunt #guerre

    • J’entends dire qu’avec le « Sondervermögen Bundeswehr » de 100 milliards d’Euros le budget militaire allemand atteind la troisième place au monde. Pourtant notre pays si puissant ne figure pas sur ce graphique. Va savoir pourquoi.

  • « L’architecture est trop sérieuse pour être laissée aux architectes » de Giancarlo de Carlo
    https://topophile.net/savoir/larchitecture-est-trop-serieuse-pour-etre-laissee-aux-architectes-de-gian

    Voici un recueil de douze textes publiés entre 1959 et 1995, qui témoignent bien du travail théorique de l’architecte anarchiste italien, Giancarlo de Carlo (1919-2005), trop méconnu en France. Son père, ingénieur naval, souhaite qu’il marche dans ses pas, aussi devient-il ingénieur, mais poursuit sa formation en s’inscrivant en architecture. Ses études sont contrariées par la... Voir l’article

    • Relève la gueule, je suis la, t’es pas seul

      https://www.youtube.com/watch?v=Q2tusw6gKXs


      Antisocial

      Tu bosses toute ta vie pour payer ta pierre tombale,
      Tu masques ton visage en lisant ton journal,
      Tu marches tel un robot dans les couloirs du métro,
      Les gens ne te touchent pas, il faut faire le premier pas,
      Tu voudrais dialoguer sans renvoyer la balle,
      Impossible d’avancer sans ton gilet pare-balle.
      Tu voudrais donner des yeux a la justice
      Impossible de violer cette femme pleine de vices.

      Antisocial, tu perds ton sang froid.
      Repense a toutes ces années de service.
      Antisocial, bientôt les années de sévices,
      Enfin le temps perdu qu’on ne rattrape plus.

      Écraser des gens est devenu ton passe-temps.
      En les éclaboussant, tu deviens gênant.
      Dans ton désespoir, il reste un peu d’espoir
      Celui de voir les gens sans fard et moins bâtards.
      Mais cesse de faire le point, serre plutôt les poings,
      Bouge de ta retraite, ta conduite est trop parfaite
      Relève la gueule, je suis la, t’es pas seul
      Ceux qui hier t’enviaient, aujourd’hui te jugeraient.

      Antisocial, tu perds ton sang froid.
      Repense a toutes ces années de service.
      Antisocial, bientôt les années de sévices,
      Enfin le temps perdu qu’on ne rattrape plus.

      Tu bosses toute ta vie pour payer ta pierre tombale,
      Tu masques ton visage en lisant ton journal,
      Tu marches tel un robot dans les couloirs du métro,
      Les gens ne te touchent pas, il faut faire le premier pas,
      Tu voudrais dialoguer sans renvoyer la balle,
      Impossible d’avancer sans ton gilet pare-balle.
      Tu voudrais donner des yeux a la justice
      Impossible de violer cette femme pleine de vices.

      Antisocial, tu perds ton sang froid.
      Repense a toutes ces années de service.
      Antisocial, bientôt les années de sévices,
      Enfin le temps perdu qu’on ne rattrape plus.
      Qu’on ne rattrape plus.
      Qu’on ne rattrape plus.
      Qu’on ne rattrape plus.
      ...
      Antisocial

      M’enfin ce n’est pas vraiment un manifeste révolutionnaire.
      Ils ont été beaucoup plus authentiques quand ils jouaient les ACDC francais ...

      Ride On
      https://www.youtube.com/watch?v=b8vOQoA0n9w

      Bon Scott : So tragisch starb der Sänger von AC/DC
      https://www.rollingstone.de/bon-scott-todesursache-ac-dc-saenger-1886817

      Im Februar 1980 befanden sich AC/DC in London. Auch im globalen Rock-Zirkus waren sie angekommen. Angus und Malcom Young arbeiteten am 15. Februar an den ersten Songs für „Back in Black“, „Have a Drink On Me“ und „Let Me Put My Love Into You“. Bon Scott stieß zur Session und brachte seine Ideen ein, allerdings eher am Schlagzeug als am Gesang. Wenige Tage zuvor besuchte Scott die Franzosen von Trust, die ebenfalls in der englischen Hauptstadt an neuem Material arbeiteten. Die dort aufgezeichnete Jam-Session ist die letzte Aufnahme, auf der Scott zu hören ist.

      L’histoire s’est passée il y exactement 42 ans et un mois.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Bon_Scott

      Ronald Belford Scott, dit « Bon Scott », né le 9 juillet 1946 à Forfar, en Écosse, et mort le 19 février 1980 à Londres

      .

      Le connard, il m’a fait rater son concert à Berlin en 1980 où il a déjà fallu le remplacer par Angus Young. C’était bien quand même. On ne peut pas tout avoir dans la vie ;-)

      #musique #hard_rock #ACDC

  • Pérou : état d’urgence, manifestations contre la présidente, blocages... Quelle est la situation dans le pays, qui traverse une crise depuis plus d’un mois ?
    https://www.francetvinfo.fr/monde/ameriques/perou-etat-d-urgence-manifestations-contre-la-presidente-blocages-quell

    Le gouvernement péruvien a décrété samedi l’état d’urgence à Lima et plusieurs autres régions. Une décision motivée par les rassemblements contre la cheffe de l’Etat, Dina Boluarte, qui ont fait plus d’une quarantaine de morts depuis la mi-décembre.

    Les bombardements en Ukraine ont plus de succès dans les journaux télévisés.

    Et je suis épaté comme les putschistes sont préservés dans la survenue des évènements actuels. Limite les péruviens sont traités comme les premiers gilets jaunes venus, tout juste bons à être réprimés par la première justice de classe versaillaise venue.

    Parce que oui, le Pérou dispose d’une Cheffe de l’état légitime, quand tu lis en diagonale nos journaux, un petit peu comme en Bolivie il y a quelques mois, où ça s’est mal fini pour elle, les versaillais de là-bas s’étant fait mettre dehors aux élections suivantes.

    J’ai un petit peu l’impression qu’au Pérou, ils vont éviter les élections, arguant de l’état d’urgence pour justifier d’attendre avant de rendre le pouvoir. Ce ne sont pas 40 morts qui vont remettre en cause la stabilité du pouvoir légitime des classes possédantes.

    • les rassemblements contre la cheffe [...] ont fait plus d’une quarantaine de morts depuis la mi-décembre.

      ah ben oui, c’est les rassemblements qui ont fait les morts ; pas la répression :-)

    • https://alencontre.org/ameriques/amelat/perou/perou-une-protestation-fondamentalement-andine-et-paysanne.html

      La prise de contrôle de Lima

      Depuis les Andes, où les mobilisations contre le gouvernement sont quotidiennes, les communautés paysannes et les citadins annoncent « la prise de Lima ». Autrement dit, une marche massive vers la capitale afin d’intensifier et d’élargir la contestation dans le centre politique et économique du pays. Ils ont déjà commencé à se diriger vers Lima depuis différentes régions. Craignant que les manifestations massives à Lima ne constituent le dernier moment d’un gouvernement qui fait étalage de la force répressive mais d’une grande faiblesse populaire et politique, les autorités ont menacé de ne pas les laisser atteindre Lima, où la population de la capitale se mobilise déjà pour exiger la démission de Boluarte. Selon une enquête de l’Instituto de Estudios Peruanos (IEP), la présidente a un taux de rejet de 71% et seulement 19% d’approbation. Le Congrès, qui la soutient et qui fait également l’objet de protestations, a un taux de rejet de 88% et seulement 9% d’approbation.

    • Et un article de swissinfo.ch en langue espagnole daté du 8 décembre 2022 :

      https://www.swissinfo.ch/spa/afp/protestas-en-per%C3%BA-piden-liberar-a-castillo-tras-fallido-autogolpe/48118322

      Des manifestants péruviens réclament la libération de M. Castillo après l’échec de l’auto-coup d’État.

      08 décembre 2022 - 07:55
      (AFP)

      Des milliers de personnes sont descendues dans les rues de plusieurs villes péruviennes jeudi pour réclamer de nouvelles élections et la libération de l’ancien président Pedro Castillo, détenu pour rébellion et conspiration par les procureurs péruviens après l’échec d’un auto-coup d’État.
      Les manifestations semblaient prendre de l’ampleur 24 heures après que le Congrès, dominé par la droite, a évincé le gauchiste Castillo mercredi et que la vice-présidente Dina Boluarte a pris la direction du pays.
      Castillo tente de dissoudre le corps législatif et d’instaurer l’état d’urgence pour gouverner par décret, mais ses ordres sont défiés par le Congrès et les forces armées.
      Les manifestants demandent également la démission du nouveau président - la première femme à diriger le Pérou, un pays à la forte culture machiste - que certains gauchistes qualifient de « traître » pour avoir pris ses fonctions.
      La manifestation a été maîtrisée par les forces de sécurité tard dans la nuit après que les manifestants aient mis le feu à certaines barrières de contrôle de la circulation.
      Cette marche était la plus importante manifestation pro-Castillo à Lima au cours des dernières 24 heures.
      « Je marche pour défendre mon président Pedro Castillo, qui a été injustement démis de ses fonctions. Ils ont fait l’impossible pour écarter Castillo, à partir du moment où il est arrivé, ils ne l’ont pas laissé travailler », a déclaré Mery Colque à l’AFP.
      À Lima, une manifestation d’environ un millier de personnes s’est dirigée vers le parlement, où elle a été dispersée par la police à l’aide de gaz lacrymogènes et au moins trois manifestants ont été arrêtés, a rapporté l’AFP.
      « Pedro Castillo, le Pérou est avec toi ! » et « S’il n’y a pas de libération, il y aura la révolution ! » ont été scandés lors de la marche de dix blocs dans le centre historique de la capitale, qui était gardée par les autorités.
      « Nous vivons un coup d’État décrété par le Congrès putschiste. Il n’est pas possible qu’un petit groupe de 100 personnes puisse destituer un président élu par des millions de personnes », a interrogé Ana Zevallos.
      Des manifestations ont également été signalées dans plusieurs départements et villes de l’intérieur du Pérou, comme Chota (Cajamarca, lieu de naissance de Castillo), Trujillo, Puno, Ayacucho, Huancavelica et Moquegua.
      Les manifestations ont commencé mercredi soir, lorsque des centaines de partisans et d’opposants de M. Castillo se sont rassemblés devant la préfecture de Lima, où il a été placé en détention avant d’être transféré à la base des forces spéciales de la police, située à l’est de Lima.
      « Fermez le Congrès, nid de rats », pouvait-on lire sur une banderole en faveur du président déchu.
      A quelques mètres de là, un autre groupe brûlait des T-shirts à l’effigie de Castillo.

      – Détention pendant sept jours -

      Jeudi, une haute cour péruvienne a ordonné que Castillo soit maintenu en détention pendant sept jours.
      « La Cour suprême d’enquête préparatoire, dirigée par le juge Juan Carlos Checkley, a ordonné sept jours de détention provisoire à l’encontre de l’ancien président Pedro Castillo, enquêté pour le crime de rébellion (alternativement conspiration) », a tweeté le pouvoir judiciaire.
      Dans la journée, l’ancien président, un enseignant rural de 53 ans sans contact avec les élites péruviennes, a reçu la visite de quelques parlementaires du bloc de gauche.
      A l’audience, il avait l’air accablé et son visage était déséquilibré. Il portait la même veste bleue que celle qu’il portait lors de son arrestation.
      Visiblement nerveux, M. Castillo a refusé de faire usage de son droit de défense pour répondre aux accusations, donnant la parole à ses avocats.
      « Il est clair que le crime de rébellion n’a pas été commis ici » car il ne s’est pas matérialisé, ont fait valoir les avocats de Castillo.
      S’il est reconnu coupable, Castillo risque entre 10 et 20 ans de prison.

      – Un président sans gouvernement

      Entre-temps, le premier jour de son entrée en fonction, Dina Boluarte a reçu les dirigeants des bancs de droite du Congrès à la recherche d’un consensus pour former un nouveau gouvernement.
      Le Pérou est sans cabinet depuis deux jours, tous les ministres de Castillo ayant démissionné en cascade pour rejeter ce qu’ils considèrent comme un auto-coup d’État.
      Mme Boluarte, une avocate âgée de 60 ans, a déclaré qu’elle prévoyait de gouverner jusqu’à la fin de son mandat en juillet 2026, bien qu’elle n’ait pas complètement exclu de convoquer des élections générales dans un contexte d’incertitude quant à l’avenir du pays.
      Ses premières décisions seront déterminantes pour savoir si elle atteindra cet objectif ou si elle devra se résigner à se retirer et à convoquer des élections générales anticipées.
      « Certaines voix suggèrent une élection anticipée, je crois que prendre le pouvoir, c’est réorienter ce qui se passe dans le pays. Plus tard, en coordination avec d’autres organisations, nous examinerons les alternatives pour réorienter au mieux le destin du pays », a-t-elle déclaré à la presse jeudi, lorsqu’on lui a demandé si elle envisageait de convoquer des élections à court terme.

      – Préoccupation internationale

      Depuis son entrée en fonction en juillet 2021, M. Castillo est assiégé par le Congrès et le ministère public, qui l’accuse de diriger une prétendue « organisation criminelle » qui distribue des marchés publics en échange d’argent.
      Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a exprimé jeudi sa « préoccupation » concernant la situation politique au Pérou et a condamné « toute tentative de subversion de l’ordre démocratique », selon un communiqué.
      Les États-Unis ont fait l’éloge des institutions péruviennes qui assurent la « stabilité démocratique » et se sont engagés à travailler avec la nouvelle présidente.
      Pendant la série d’événements qui ont conduit à l’éviction du gauchiste, les pays de la région et l’Espagne ont appelé au respect de l’État de droit et de la démocratie au Pérou.
      Cependant, les présidents du Mexique, Andrés Manuel López Obrador, du Venezuela, Nicolás Maduro, et de la Colombie, Gustavo Petro, ont reproché aux élites péruviennes d’avoir, selon ces derniers, « acculé » M. Castillo depuis son arrivée au pouvoir.
      L’Union européenne (UE) a exprimé son soutien à la « solution politique, démocratique et pacifique adoptée par les institutions péruviennes », et a appelé « tous les secteurs à s’engager dans le dialogue pour assurer la stabilité ».

      Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

      Bon évidemment, tentative de récupération « libertarienne » de la part de cet organe de presse :

      Los manifestantes exigen además la renuncia de la flamante presidenta - la primera mujer en dirigir a Perú, un país de fuerte cultura machista- , a quien algunos izquierdistas tildan de «traidora» por haber asumido el cargo.

  • 21 juin 1973 : quand l’extrême gauche écrasait le fascisme dans l’œuf | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/politique/150123/21-juin-1973-quand-l-extreme-gauche-ecrasait-le-fascisme-dans-l-oeuf

    Le 21 juin 1973, à l’appel de la Ligue communiste, des milliers de manifestants casqués et armés prennent d’assaut un meeting raciste d’Ordre nouveau protégé par la police. Tournant dans l’histoire de l’extrême gauche de l’après-1968, cette manifestation reste un souvenir vivant de l’antifascisme et de son actualité.

    #Politique #France #Extreme_gauche #21_juin_1973 #Antifascisme

    • Les maoïstes de La Cause du peuple, de L’Humanité rouge et de Prolétaire-Ligne rouge, ainsi que Révolution ! (dite « Révo », une scission de la Ligue), ont répondu présents – ils auront une place dans le SO de tête. On leur prête un rôle important dans l’avalanche de [400] cocktails Molotov, qui a surpris même les plus aguerris. « Sur la nécessité d’écraser le fascisme dans l’œuf, il n’y avait pas l’ombre d’une divergence entre nous », rapporte un des dirigeants de Révo à l’époque, qui préfère taire son nom. (...)

      « On se tenait par les coudes, très serrés les uns derrière les autres. On a avancé, c’était fort et massif. Il devait y avoir quinze ou vingt rangs de gens casqués, alors qu’il n’y avait que cinq ou six rangs de SO ! » (...)

      Signe des temps, et union de la gauche oblige, même le vieux dirigeant du Parti communiste (« un parti stalinien de la plus belle eau », dixit Janette Habel), Jacques Duclos, prend la parole pour se solidariser de la Ligue et réclamer la libération d’Alain Krivine. En contrepartie, les trotskistes ne s’expriment pas à la tribune.

      l’article propose une histoire assez étroitement politique (les appareils, petits et grands) de cette manif, citant au mieux les anciens mouvements (étudiants, lycéens) pour l’apport en militants qu’ils ont fourni mais si il prétend évoquer "un monde enfoui qui resurgit" il gomme du paysage qu’il présente l’actualité populaire d’une puissante contestation qui a - tous azimuts - travaillé corps et âme l’après 68. par exemple, cette même année 73, l’énorme mobilisation des scolarisés « contre la loi Debré », ses dizaines d’occupations d’établissements scolaires, ses milliers de manifs (micro)locales et ses mobilisations « centrales » par centaine de milliers de personnes avait donné sa couleur au printemps, fragilisant au passage l’État avec la démission du ministre de la défense Michel Degré - l’un des rédacteurs de la Constitution de 58- le 28 mars, une semaine après la plus grosse journée d’une mobilisation qui se prolongera parfois localement - ne pas se séparer, comme au travail, dans l’isoloir, la famille- par de-là les vacances scolaires estivales https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_Debré_de_1973

      #manifestation

  • Alors je sens qu’il y a du Breton qui va se foutre de ma gueule sur ce coup-là, mais voilà : il y a quelques minutes, je ne savais pas ce qu’était le radoub :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Radoub

    Le radoub est le passage en cale sèche ou forme de radoub d’un navire pour l’entretien ou la réparation de la coque.

    Radouber signifie réparer, nettoyer, remettre en état. Le « grand radoub » d’un navire consiste en sa refonte, sa réparation à neuf.

    (Maintenant je le sais, et c’est bicoz de mon boulot.)

  • La mort de Jeff Beck, guitariste virtuose et caméléon musical
    https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2023/01/12/la-mort-de-jeff-beck-guitariste-virtuose-et-explorateur-musical_6157526_3382

    Le musicien avait exploré, depuis les années 1960, de nombreux styles : blues, hard-rock, jazz-rock, musique électronique ou encore pop. Il est mort mardi 10 janvier, à l’âge de 78 ans.

    Ah ben non, pas Jeff Beck.

    Ce n’est pas bien original, mais son Jeff Beck’s Guitar Shop est un de ces albums qui m’ont aidé à vivre.

  • Ce méga-courant pourrait s’interrompre et provoquer un désastre dans les océans d’ici 2300, alerte une étude - Geo.fr
    https://www.geo.fr/environnement/ce-mega-courant-pourrait-sinterrompre-et-provoquer-un-desastre-dans-les-oceans-d

    Si ce processus de ralentissement se poursuit, la capacité des océans à capter et à stocker le carbone provenant de l’atmosphère - en excès dans l’air à cause des activités humaines - pourrait s’amoindrir, alertent les chercheurs californiens.

  • « Vestige d’un temps révolu, la conversation est en voie de disparition »

    Tribune

    David Le Breton

    Sociologue et anthropologue

    Nous entrons dans une société fantomatique où, même dans les rues, les yeux sont baissés sur l’écran. On n’a jamais autant communiqué, mais jamais aussi peu parlé ensemble, déplore, dans une tribune au « Monde », le sociologue David Le Breton.

    https://www.lemonde.fr/idees/article/2023/01/02/vestige-d-un-temps-revolu-la-conversation-est-en-voie-de-disparition_6156302

    Dans le monde contemporain de l’hyperconnexion, les conversations qui sollicitent un face-à-face ou plutôt un visage-à-visage, une écoute, une attention à l’autre, à ses expressions, deviennent rares, de même le tact qui les nourrissait. Souvent, en effet, elles sont rompues par des interlocuteurs toujours là physiquement, mais qui disparaissent soudain après l’audition d’une sonnerie de leur portable ou dans le geste addictif de retirer ce dernier de leur poche dans la quête lancinante d’un message quelconque qui rend secondaire la présence bien réelle de leur vis-à-vis.

    Ils regardent ailleurs et quittent l’interaction, abandonnant là leur interlocuteur qui reste les bras ballants, en se demandant que faire de ce temps d’effacement de la présence, ce moment pénible où on l’a éteint en appuyant sur la touche « pause » de l’existence. L’autre devant soi a ontologiquement moins d’épaisseur que les autres virtuels, susceptibles d’envoyer un message ou de téléphoner. Il fait de la figuration, immédiatement liquidé au moindre soupçon de l’arrivée possible d’un SMS.

    Même le repas de famille, autrefois haut lieu de transmission et de retrouvailles, tend à disparaître. Chacun arrive à son heure et va chercher à la cuisine les plats achetés tout prêts au supermarché avant de s’abandonner à son écran personnel. Dans nombre de familles, le repas est une assemblée cordiale de zombies qui mangent d’une bouche distraite, peu attentifs au goût des aliments, dans l’indifférence à la proximité des autres, tous absorbés par leur cellulaire ou leurs écrans divers.

    Adoration perpétuelle

    On comprend, en ce sens, le succès des fast-foods en ce que leur tâche n’est pas de satisfaire le goût, mais la seule nécessité de manger en toute indifférence, puisque ce sont d’abord les yeux qui se nourrissent de l’écran.

    Les restaurants renvoient la même image d’hommes ou de femmes qui, après de brèves minutes de congratulations mutuelles, disparaissent rapidement derrière leur portable. Ils sont autour de la même table, mais seuls, les yeux captifs de leur écran, dans l’oubli de ce qu’ils mangent et du fait qu’ils sont censés être entre amis ou collègues. La conversation est en voie de disparition, vestige archaïque d’un temps révolu.

    La communication, en revanche, sature le quotidien et dévore toute l’attention, elle implique la virtualité, la distance, la décorporation, l’efficacité, la rapidité, l’utilité. Elle est dans l’impatience, la vitesse, le réflexe et non la réflexivité. Elle juxtapose les acteurs et elle ressemble le plus souvent au transfert de communiqués.

    La suite est réservée aux abonnés... Merci d’avance...

    #anthropologie#David_le_Breton#sociologie#Com#Réseaux_socios#Anomie_sociale#

  • Renée Gailhoustet est morte hier. Certains d’entre vous sont sans doute familiers de son architecture, elle qui a beaucoup travaillé sur le logement social de la périphérie parisienne.

    Thread by archiptere on Thread Reader App – Thread Reader App
    https://threadreaderapp.com/thread/1611281045642706944.html

    Déjà, elle habitait dans une de ses œuvres  !

    Renée Gailhoustet est morte hier. Certains d’entre vous sont sans doute familiers de son architecture, elle qui a beaucoup travaillé sur le logement social de la périphérie parisienne. Un petit thread sur l’œuvre de cette architecte extraordinaire 👇


    Née en 1929 à Oran, elle suit une formation littéraire et s’engage dans les Jeunesses communistes. Elle décide de se tourner vers l’architecture à 23 ans, par conviction sociale : pour elle, le logement décent et l’accès à la nature doivent être des droits inaliénables.

    Elle intègre les Beaux-Arts en 1953 dans l’atelier de Lods, Hermant et Trezzini, seuls enseignants de l’époque à accepter les femmes. Elle en sort diplômée en 1961, avec l’un des seuls projets de fin d’études portés sur la question du logement social.

    Elle sera l’une des têtes de proue de la rénovation d’Ivry-sur-Seine, au sein de l’agence Roland Dubrulle. S’y dessinent les tours Raspail, Lénine, Casanova et Jeanne Hachette : à l’époque, ce sont des tours modernes, offrant un niveau de confort inédit à une population précaire


    Lorsqu’elle prend son indépendance, elle rejette les grands ensembles « dortoirs » et tente de créer une mixité de fonctions, avec des logements, des activités, des commerces dans les mêmes bâtiments. Elle invite la nature en ville, en favorisant les plantations sur ses créations.

    Elle est nommée architecte en chef d’Ivry en 1969, et travaille avec d’autres municipalités communistes de la banlieue parisienne, où les cités ouvrières sont en pleine expansion. Elle s’associe avec son compagnon Jean Renaudie, également architecte et urbaniste.
    Elle affirme son style : plutôt que des barres aux logements systémisés, elle invente des ensembles aux formes éclatées, offrant des myriades de configurations et d’expositions différentes. Les logements donnent sur des terrasses plantées et baignées de soleil.

    Les usages y sont mélangés : on trouve des logements, donc, mais aussi des galeries commerçantes, des locaux associatifs, des salles de sport, des cabinets médicaux. Par ses formes, elle invite l’imprévu, la rupture, les creux et la surprise dans une ville dense et monolithique.

    Si ces projets semblent anarchiques, ils répondent en réalité à une logique constructive et géométrique précise, suivant des séries de variations simples. Cela permet de tenir le budget et les délais de chantier, et d’offrir des appartements bien agencés et lumineux. Vues en plan et en chantier...

    Son projet le plus connu est probablement le Liégat, ensemble du centre d’Ivry où elle a elle-même vécu. Ses allées et cours intérieures sont devenues des ruelles passantes, à l’abri des voitures, qui serpentent et invitent à se perdre dans un dédale de béton et de verdure.

    Dans la cité Jeanne-Hachette, ce principe a été développé avec des passerelles hautes, Renaudie et Gailhoustet cherchant à rendre la rue « habitable », et ne plus la réduire à un lieu de passage stérile. Un concept mal accepté par les autorités, qui craignent la délinquance

    Christophe Catsaros parle d’ « habitat collectif singularisé », ce que je trouve très juste : par son œuvre, elle parvient à créer un habitat dense, mais où chaque habitant trouve sa singularité, son espace unique. Loin des centaines d’appartements identiques et numérotés.

    Renée Gailhoustet et Jean Renaudie ont réussi l’une des plus audacieuses campagnes d’urbanisme expérimental des 70’s, avec d’autant plus de mérite pour elle que les femmes architectes étaient alors extrêmement rares.
    Leurs projets ont été menés avec l’aide des mairies, puisqu’il s’agissait le plus souvent de concours publics. Ils sont parvenus à proposer des innovations décoiffantes en restant dans des enveloppes budgétaires très serrées, puisque destinées au logement social.

    Ils prouvent qu’avec de l’engagement de la part des concepteurs ET des commanditaires publics, il est possible de sortir des systèmes éprouvés et de porter l’innovation urbaine et architecturale. Ce n’est ni un mirage, ni un idéal de d’écolos nantis.
    Bref, c’est une grande dame qui nous a quittés, et qui inspire et inspirera des générations d’architectes après elle, sur les problématiques sociales et écologiques que posent la ville. Bon vent Madame

    • • •

  • Le Terroriste Qui A Assassiné Le Soldat Avraham Bromberg En 1980 A Été Libéré - I24NEWS - I24NEWS
    https://www.i24news.tv/fr/actu/israel/societe/1672903118-le-terroriste-qui-a-assassine-le-soldat-avraham-bromberg-en-1980-

    Au-delà de l’info, le ton donne une idée de l’ambiance dans le pays maintenant que l’extrême droite a les coudées franches. I24news est une chaîne « normale ». Son DG (https://fr.wikipedia.org/wiki/Frank_Melloul) a longtemps bossé pour Dominique de Villepin et l’Etat français (https://fr.wikipedia.org/wiki/Frank_Melloul).

    Les terroristes Karim et Maher Younes avaient kidnappé le soldat Avraham Bromberg, volé son arme, tiré dessus et l’avaient jeté mourant sur le bord de la route

    Karim Younes, l’un des meurtriers du soldat Avraham Bromberg, assassiné en 1980, a été libéré de prison ce jeudi, après avoir purgé une peine de 40 ans. Mardi, le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri a appelé la conseillère juridique du gouvernement à agir pour exercer son pouvoir de révoquer la citoyenneté israélienne du terroriste.

    Les services pénitentiaires ont emmené Younes à Raanana sans en avertir les membres de sa famille, qui s’étaient rendus au carrefour de Raanana pour le récupérer. Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, a ordonné mercredi de ne pas autoriser les célébrations à l’extérieur de la prison lors de sa libération ni dans le village d’Aara où vit sa famille, où les préparatifs de fête avaient déjà commencé. Le ministre a présenté un avis juridique selon lequel de telles célébrations sont un soutien au terrorisme.

    Le frère de Karim Younes, Maher Younes, qui a commis le meurtre avec lui, devrait également être libéré de prison dans les prochains jours. Les deux terroristes avaient kidnappé Avraham Bromberg, volé son arme, lui avaient tiré dessus et l’avaient jeté mourant sur le bord de la route.

    « Il est impensable que ces personnes continuent à détenir la citoyenneté israélienne. La révocation de la citoyenneté sera un message important à ceux qui considèrent comme un symbole les auteurs d’actes terroristes », a écrit Aryeh Deri à la conseillère juridique du gouvernement.

  • Hardliner, Neoliberale, Oligarchen : Der fragwürdige Erfolg der Ukraine
    https://www.heise.de/tp/features/Hardliner-Neoliberale-Oligarchen-Der-fragwuerdige-Erfolg-der-Ukraine-7445797.h

    Depuis la dissolution de l’Union Soviétique les peuples de l’Ukraine sont victimes des forces du néolibéralisme qui ont détruit son industrie et transformé l’ancienne république prospère dans le pays le plus pauvre d’Europe exportateur de matière primaires et produits agricoles. Le pays a perdu plus de dix millions d’habitants et ceux qui y sont restés acceptent des formes de survie de plus en plus inhumaines. En Ukraine se pratique le sytème de mères porteuses le plus important du monde avec celui de l’Inde.

    Vu sous cet angle l’émigration en temps de guerre n’est que la continuation accélérée d’un processus de dépeuplement qui ouvrira les portes à une modernisation high-tech du pays dans un temps record. Elle sera réalisée après la fin des hostilités armées par le capital occidental dont les prédateurs étatsuniens et allemands se disputeront la proie.

    Il s’agit d’une routine qui a fait ses preuves pour les impérialistes étatsuniens qui ont éjà accaparé quelques joyaux ukrainiens. Le pays remboursera pendant des décennies à ses amis les dépenses pour sa défense militaire. Grâce au levier de la dette ces groupes étrangers continueront à trancher préalablement toutes les questions à soumettre au parlement national. L’Ukraine verra alors une époque de pseudo- démocratie comme les deux Allemagnes après 1945.

    Nous verrons une interprétation néolibérale donc plus radicale â bien des égards du paradigme „Volk ohne Raum“. Sa version libérale s’appelle "capital en quête d’investissement" pour lequel on est en train de créer une issue heureuse.

    C’est une partie de poker avec des ossements en guise de jetons de casino. Participent à ce jeux les pays européens et l’Allemagne, la Russie, la Chine et les Etat Unis. Au premier tour commencent les #USA. D’abord on ruine les pays d’Europe par les conséquences économiques de la guerre. Ensuite pendant que les Euopéens peineront à récupérer on renforcera sa propre position en Ukraine à travers le remboursement des prêts de matériel de guerre.

    La stratégie des impérialistes allemands dans ce jeu de poker est différente mais aussi efficace. D’abord on continue à profiter de la main d’oeuvre ukrainienne bon marché et on investit dans les millions de réfugiées dont les hommes se font tuer par les russes. Le patronat d’Europe se rejouit de cette "immigration de qualité" alors que la nation allemande et surtout ses hommes profitent de l’arrivé massive d’ariennes dignes des meilleurs instituts "Lebensborn".

    Les capitalistes allemands étant plus discrets que leurs frères de classe étatsuniens on n’a pas entendu d’echo aussi fort de leurs activités ukrainiennes, mais ils n’ont certainement pas négligé d’investir dans le territoire dont ils préparent depuis 1945 à Munich la reconquête avec leurs camarades fascistes d’Ukraine.

    L’état allemand mise sur les futurs impôts suite aux profits faramineux que promet la reconstruction de l’Ukraine et s’octroie un premier crédit de guerre de 100 milliards appellé "patrimoine particulier" suivant les principes développés par le ministre de l’Économie du Troisième Reich Hjalmar Schacht : Pour préparer la guerre on emprunte une somme illimitée qu’on compte rembourser avec les profits issus de la conquête des territoires de l’Europe de l’Est

    En comparaison avec l’époque entre 1933 et 1939 cette fois on a mieux préparé le champ de bataille. Les autres pays de l’Est ont déjà été incorporé dans le bloc sous contrôle du capital allemand et on a conclu une alliance avec les élites des anciens états ennemis occidentaux. Là récupérer l’Ukraine est une affaire collective avec l’intention déclarée de ruiner la Russie et de la rendre inoffensive dans le conflit qui oppose l’alliance impérialiste sous domination étatsunienne au bloc sino-russe et au pays appartenant mouvement des non alignés.

    Personne ne nous explique comment on fera pour rembourser la dette contractée en notre nom pour financer la guerre en Ukraine. Pourtant le pari est simple : Ou l’affaire fonctionne comme prévue et tout le monde (qui fait partie des élites) se remplit les poches. Ou on ne rembourse pas. C’est une solution couramment employée par les gouvernements et celui des Etats Unis l’applique constamment. Nous, les gens simples et les vrais pauvres en pâtissent à chaque fois.

    Opposons-nous aux guerres et aux emprunts qui leurs sont destinés.

    21.2023 von David X. Noack - Mit der Annäherung an die EU verbanden sich in der Ukraine viele Erwartungen. Doch vom Maidan-Putsch 2014 bis zum völkerrechtswidrigen Angriff Russlands 2022 erlebte das Land einen wirtschaftlichen Niedergang. Die Perspektive ist düster.

    Laut der amtierenden deutschen Außenministerin Annalena Baerbock (Bündnis 90/Die Grünen) geht es im aktuellen Ukraine-Krieg um „Freiheit, Menschenwürde und Demokratie“ – Russland bedrohe dies und die Ukraine verteidige diese Werte.

    In unzähligen Talkshows durfte man in den vergangenen zehn Monaten vielfach hören und in Zeitungen durfte man seit dem Beginn des russischen völkerrechtswidrigen Angriffskrieges immer wieder lesen, dass die Ukraine eine „blühende Demokratie“ sei, die „an den Grenzen Russlands Erfolg“ hat. Schaut man sich die sozioökonomischen Daten der an die EU angegliederten Ukraine an, sucht man diese angebliche Erfolgsgeschichte jedoch vergeblich.

    Nach dem Staatsstreich des Februars 2014 übernahm unter dem radikalen Neoliberalen Arsenij Jazenjuk eine Regierung aus wirtschaftsliberalen Hardlinern und Neofaschisten der Vaterlands- und Swoboda-Partei die Regierung in Kiew.

    Im US-Magazin Forbes hieß es damals, Jazenjuk sei jemand „wie (der 2011 bis 2013 amtierende italienische Premier) Mario Monti: nicht gewählt und bereit zu tun, was der Internationale Währungsfonds wünscht“. Den nach dem Staatsstreich anberaumten Urnengang für das Staatsoberhaupt gewann der aus dem südukrainischen Budschak stammende Oligarch Petro Poroschenko.

    Auf die Putschregierung Jazenjuks folgte nach Wahlen im Oktober desselben Jahres eine Koalition des liberalkonservativen Blocks Petro Poroschenkos, der neoliberalen Volksfront Jazenjuks und der rechtsextremen Radikalen Partei das Ruder (letztere Partei trat jedoch nach einem Jahr aus dem Regierungsbündnis aus).

    Unter den verschiedenen von Poroschenko ernannten Regierungen trat zum 1. Januar 2016 das Assoziierungsabkommen der Ukraine mit der Europäischen Union vollständig in Kraft – in Teilen galt es schon vorher.

    Nachdem Poroschenko endgültig abgewirtschaftet hatte, gewann der bis dahin als Fernseh-Comedian bekannte Wolodymyr Selenskyj als damaliger Friedenskandidat die Präsidentschaftswahl 2019 und seine Partei die kurz darauf anberaumte Parlamentswahl.

    Obwohl er damals für eine Beendigung des Bürgerkriegs im Donbass und eine andere Außenpolitik – vor allem gegenüber Russland – stand, bekannte sich Selenskyj zu den Verpflichtungen gegenüber dem Internationalen Währungsfonds (IWF), der seit über drei Jahrzehnten neoliberale Schocktherapien in Ländern des Globalen Südens durchsetzt.

    Er wollte keinen vollständigen Bruch zu seinem Vorgänger, sondern setzte in ökonomischen Fragen auf Kontinuität. Keine einzige Regierungen vom Februar 2014 bis zum Februar 2022 setzte sich vom Weltwährungsfonds und seinen wirtschaftsliberalen Vorgaben ab – die unter Selenskyj leisteten sogar noch weniger Widerstand als die unter Poroschenko.

    Nach Vorgaben des IWF wurden etwa die ukrainischen Zölle gesenkt, das Rentenniveau eingefroren, Subventionen für den Gaspreis gekürzt und die Privatisierung des aufgrund seiner fruchtbaren Böden besonders wertvollen Landes erlaubt.

    Die über Jahre anhaltende neoliberale Rosskur der Ukraine wirkte verheerend auf das Land. Während einige internationale Großkonzerne profitierten und die lokalen Oligarchen versuchten, sich mit dem neuen System zu arrangieren, erlebte die breite Masse der Bevölkerung eine sozioökonomische Talfahrt sondergleichen.

    Aufgrund der niedrigen Zölle und der geografischen Nähe überschwemmten Produkte aus der EU die Ukraine und das Land erlebte eine dramatische Deindustrialisierung aufgrund der EU-Assoziierung. Von 2013 bis 2017 fielen die Ausfuhren um 31 Prozent. Besonders traf dies den industriellen Sektor: Der Wert der Exporte der stahlverarbeitenden Industrie stürzte beispielsweise von 21,2 Milliarden US-Dollar auf 12,7 Milliarden US-Dollar ab.
    Entlassungen in Rüstungsindustrie: Nordkorea profitierte

    Der über Jahre anhaltende Kollaps der ukrainischen Industrie und die sich damit ausbreitende Perspektivlosigkeit für einige Berufszweige hatte sogar Auswirkungen bis nach Ostasien. Der staatliche Rüstungsbetrieb Juschmasch im ostukrainischen Dnipro (früher: Dnjepropetrowsk) entließ nach Beginn der wirtschaftlichen Dauermalaise tausende Mitarbeiter – die Zahl der Angestellten sank insgesamt auf rund ein Sechstel.

    Einige entlassene Wissenschaftler verkauften daraufhin ihre Kenntnisse an nordkoreanische Stellen, was wiederum einen enormen Schub der Fähigkeiten des nordkoreanischen Raketenarsenals ermöglichte. In einer Art Kollateraleffekt trug der Einbruch der ukrainischen Wirtschaft infolge der EU-Assoziierung zur Nordkoreakrise der Jahre 2017/2018 bei.

    Im Maschinenbau – im zivilen Bereich hatte die Ukraine beispielsweise schon seit vielen Jahrzehnten eine eigene Produktion von Lokomotiven – halbierten sich die ukrainischen Ausfuhren von 2013 bis 2017 auf 4,9 Milliarden US-Dollar. Nicht nur bei Eisenbahnen, sondern auch bei den Flugzeugen brach die Produktion ein: So zum Beispiel bei Antonow – bis dahin ein Flaggschiff der ukrainischen Industrie. Ab dem Jahr 2015 produzierte der Kiewer Flugzeugbetrieb kein einziges Flugzeug mehr. Die Firma konnte nur durch den Flugbetrieb der Frachtfirma Antonow Airlines überleben.

    Im Jahr 2021 eröffnete sich erstmals seit Langem die Möglichkeit, dass Antonow in Zukunft wieder neue Flugzeuge baut – aber ausschließlich in einer Fabrik in China. Quasi als symbolischer Tiefpunkt des Flugzeugbetriebs ging die An-225 Mrija, das größte Flugzeug der Welt, bei der Schlacht um den Antonow-Flughafen in den ersten Tagen des russischen Angriffskrieges in Flammen auf.

    Zum ersten Mal in der Geschichte der unabhängigen Ukraine rückten im Jahr 2017 landwirtschaftliche Produkte zum Hauptexportgut des Landes auf. Damit stieg die Ukraine zu einem peripheren Staat – ähnlich vielen Ländern im Globalen Süden – ab. Mit der Deindustrialisierung gab es auch eine Neujustierung des Außenhandels. Bis zum Jahr 2013 teilte sich der ukrainische Export fast gleichmäßig zwischen der EU, den postsowjetischen Staaten und dem Globalen Süden auf.

    Nach dem Umsturz 2014 ging der Ost- und der Südhandel dramatisch zurück – die Europäische Union dominierte immer mehr im Außenhandel. Die ukrainischen Produkte, die dort einen Absatzmarkt fanden, unterschieden sich aber grundlegend von den Produkten, welche die Ukraine in den Osten und in den Süden exportierte.

    Hauptsächlich fanden damals wenig oder gar nicht verarbeitete Produkte ihren Weg aus dem osteuropäischen Land in die EU. Den größten Anstieg von 2013 bis 2017 verzeichneten etwa die ukrainischen Fett- und Ölexporte in die EU – sie stiegen um 195 Prozent an. Die EU-Assoziierung ließ die Ukraine immer mehr zu einem Agrarland werden.

    Neben der Wirtschaft kollabierte auch das Gesundheitswesen – schon vor der Coronapandemie. 2017 gaben in Umfragen 90 Prozent der Ukrainer:innen an, sich Behandlungen in dem eigentlich kostenlosen Gesundheitswesen nicht leisten zu können. Im Jahr 2018 traten in der Ukraine 65 Prozent aller gemeldeten Neuausbrüche von Masern auf dem europäischen Kontinent auf.

    Ferner litt das Land unter der zweitschwersten Aids-Epidemie Europas: Von 2010 bis 2016 verdoppelte sich die Zahl der mit dem HI-Virus infizierten Menschen. Die Coronapandemie verlief in dem Land ebenso katastrophal – Ende 2021 hatte das Land eine der niedrigsten Impfquoten in ganz Europa.

    Im Jahr 2020 hatte die Ukraine laut der Weltbank die niedrigste Lebenserwartung auf dem europäischen Kontinent – noch hinter Armenien und der Republik Moldau. Sie betrug etwa 71 Jahre – also genauso viele Jahre wie im zu diesem Zeitpunkt seit 17 Jahren durch Krieg und Besatzung geplagten Irak. Diese Entwicklung ist besonders tragisch, da noch Anfang der 1960er-Jahre die Menschen in der damaligen Ukrainische SSR eine höhere Lebenserwartung hatten als in weiten Teilen Westeuropas.
    Absturz auf Niveau von Sri Lanka und Iran

    Mit der Stagnation des realsozialistischen Systems in den 1970er- und 1980er-Jahren drehte sich das Verhältnis um, seit dem Übergang der Ukraine in den Kapitalismus entfernten sich die Abstände zwischen Ländern wie der Ukraine und beispielsweise Frankreich oder Deutschland und seit der EU-Assoziierung des osteuropäischen Landes verstärkte sich diese Entwicklung noch einmal.

    Beim Human Development Index (HDI) des Entwicklungsprogramm der Vereinten Nationen (United Nations Development Programme, UNDP) sah es im Jahr 2021 ebenfalls nicht besser aus. Der Index fasst verschiedene Werte wie die Lebenserwartung, die durchschnittliche Schulzeit und das Pro-Kopf-Einkommen zusammen.

    Beim HDI landete das osteuropäische Land bei einem Wert von 0,773 und damit knapp hinter Sri Lanka (0,782) und dem Iran (0,774) sowie noch zwei Plätze vor der Volksrepublik China (0,768). Seitens des UNDP konnte auch keine ukrainische Erfolgsgeschichte festgestellt werden.

    In Reaktion auf die desaströse wirtschaftliche Lage, das politische Klima und die gesellschaftlichen Entwicklungen in der Ukraine emigrierten immer mehr Menschen. Wie der damalige Außenminister Pawlo Klimkin 2018 einräumte, verließen jedes Jahr rund eine Million Menschen das Land. „Die Lage ist katastrophal“, erklärte der Politiker dem ukrainischen Fernsehsender Nastojaschaja Wremja (Unsere Zeit) und prophezeite: „Dieser Trend wird sich in den nächsten Jahren fortsetzen.“

    Für deutsche Konzerne hingegen sah die Situation ganz anders aus: Wie es Andreas Lier, der Präsident der Deutsch-Ukrainischen Industrie- und Handelskammer, im Jahr 2018 formulierte, war die mit der EU assoziierte Ukraine die „beste Ukraine, die es jemals gab“.

    Während man seitens deutscher Großkonzerne über diese Ukraine frohlockte, sank die Größe der Bevölkerung immer weiter. Als Folge der sinkenden Lebenserwartung und ansteigenden Emigration schrumpfte die ukrainische Bevölkerung der Ukraine von 1990 bis 2021 von 51,8 Millionen auf 41,2 Millionen Einwohner:innen – ein Rückgang von über einem Fünftel. Nachdem die Bevölkerung der Ukraine in der realsozialistischen Zeit stetig gewachsen war, endete das Wachstum kurz nach dem Übergang in den Kapitalismus.

    Ein langsamer Niedergang setzte ein und verstärkte sich infolge der EU-Assoziierung. Allein im Jahr 2021 verlor die Ukraine über 440.000 Menschen durch niedrige Geburtenraten, hohe Sterbezahlen und eine anhaltende Emigration.

    Nach Erkenntnissen des IWF rutschte die Ukraine 2018 erstmals zum ärmsten Land Europas ab – noch hinter dem langjährigen Schlusslicht, der benachbarten Republik Moldau. Laut Angaben der neoliberal ausgerichteten Weltbank stieg die Zahl der Menschen, die unterhalb der offiziellen Armutsschwelle lebten, von 15 Prozent der Bevölkerung im Jahr 2014 auf 25 Prozent im Jahr 2018.

    Das lag neben der allgemeinen Preisentwicklungen, den niedrigen Löhnen unter anderem an der Entwicklung der Energiepreise: Die Gaspreise für die einfache Bevölkerung stiegen von 2014 bis 2022 um sage und schreibe 650 Prozent. Bis in die Gegenwart erreichte die Ukraine nicht das BIP-pro-Kopf-Niveau von 1990 wieder. Ganz im Gegenteil: Laut Berechnungen der Weltbank liegt das BIP pro Kopf heute sogar 20 Prozent darunter.

    Die Geschichte der an die EU angelehnten und seit 2016 offiziell assoziierten Ukraine ist keine Erfolgsgeschichte, sondern eine Geschichte eines anhaltenden wirtschaftlichen Niedergangs, einer schrumpfenden Bevölkerung mit immer niedrigerer Lebenserwartung, einer immer größeren Emigration von Menschen aus dem Land und einem zerbröselnden Gesundheitssystems.

    Wenn Politiker in Westeuropa meinen, dass die Ukraine für „unsere Werte“ kämpfe, dann meinen sie nicht wirklich eine repräsentative Demokratie – sondern einen kaum gezügelten Neoliberalismus, der das Land de facto aber sozioökonomisch heruntergewirtschaftet hat.

    Gerhard von Mende
    https://de.m.wikipedia.org/wiki/Gerhard_von_Mende

    Generalplan Ost
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Generalplan_Ost

    Le Grand Échiquier (1997) par Zbigniew Brzeziński (19282017)
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Grand_%C3%89chiquier_(livre)

    L’Ukraine est un des principaux pivots géopolitiques de l’échiquier eurasien, car « sans l’Ukraine [sous sa domination], la Russie cesse d’être un empire eurasien » ; la Russie pourrait chercher à obtenir un statut impérial sans contrôler l’Ukraine, mais serait alors réduite à un empire asiatique. Le contrôle de l’Ukraine est important, car il s’agit d’une région riche, qui permet d’utiliser la mer Noire librement, et notamment de commercer avec la mer Méditerranée sans partage. Si l’Ukraine venait à perdre son indépendance, la Pologne hériterait de son statut de pivot géopolitique et frontière de l’Europe à l’Est.
    La Russie est le principal pays qui occupe la zone centrale de l’Eurasie. Son endiguement est nécessaire à la préservation de la domination américaine dès lors que la Russie ne devient pas démocratique et continue de chercher à atteindre une domination internationale.

    #guerre #impérialisme#géopolitique #USA #Russie #Europe #Allemagne #Ukraine #nazis #fascistes