• #Maintien_de_l'ordre en France : le criminologue Alain Bauer dénonce un #armement inadapté utilisé par des policiers non formés
    https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/maintien-de-l-ordre-en-france-il-faudrait-interdire-la-grenade-de-desen

    Pour le criminologue, il faut aussi revoir le lanceur de balles de défense (LBD). « L’ancien ’Flash-Ball’ tirait à environ 160 km/h, avec un diamètre plus grand que l’actuel LBD qui tire lui à 330 km/h et dont le projectile a la circonférence d’un oeil, comme si ça avait été fait exprès. Il y a donc à revoir cet armement », a-t-il assuré.Si des manifestants ont été gravement blessés, c’est aussi en raison du manque de #formation d’une partie des policiers mobilisés lors de ces manifestations, selon Alain Bauer. « Ces armes sont utilisées par des gens qui ne sont ni formés, ni entraînés, ni en capacité de les utiliser dans de bonnes conditions », dénonce-t-il.

    • « Ces armes sont utilisées par des gens qui ne sont ni formés, ni entraînés, ni en capacité de les utiliser dans de bonnes conditions »

      J’ai un peu de mal avec ce concept, celui des armes dites non léthales qui si elles étaient utilisées convenablement ne feraient de mal à personne, c’est un peu comme ces chasseurs qui vous expliquent que ce qu’ils aiment dans le chasse c’est le côté marche dans la nature.

    • Elles ne sont pas non-létales pour Alain Bauer comme il est dit dans l’article un peu plus loin :

      Si ces armes de défense constituent, selon le spécialiste, un progrès « par rapport au sabre, au 357 magnum ou au riot gun [arme anti-émeute américaine] qui avaient été inventés pour les émeutes », elles induisent une forme de « désinhibition » chez les policiers qui les utilisent. « On assiste à une sur-utilisation de ces armes, comme si elles étaient non létales, ce qui n’est pas vrai ! Elles sont juste moins létales. »

      D’ailleurs, le terme « #arme_à_létalité_réduite » est préféré par le ministère de la défense ou des ONG comme Amnesty International :
      https://www.defense.gouv.fr/content/download/213004/2366063/file/Armes_Systemes_d_armes_Mobilite-2[1].pdf
      https://www.amnesty.org/download/Documents/ACT3013052015FRENCH.PDF

      #ALR

    • Je cherchais une réponse au billet de @af_sobocinski et j’ai pas mieux que celle de @aude_v résumé en 2 lignes.
      L’omnipotence de ce professeur en criminologie (sic) est plus crédible par sa fréquentation des plateaux télé que par ses expertises. Pour en juger il suffit de taper son blaze dans la barre de recherche de seenthis.

      My name is...

      Bauer, Alain Bauer, a pu accompagner à sa manière la dérive sécuritaire au PS. Membre du parti depuis l’âge de 15 ans, adhérent de l’UNEF et de la MNEF, proche de Manuel Valls, il cumule ses fonctions de conseiller du prince sarkozyste avec des amitiés soutenues auprès de Christophe Caresche, autre entrepreneur de sécurité socialiste très impliqué dans le plan Mille Caméras de la ville de Paris. Criminologue de formation, Bauer a effectué un stage des plus formateurs dans les années 1990 à la Science Application International Corporation, une société militaire privée qui a ses entrées au Pentagone. Gourmand de nature, il a su manger aux râteliers du public comme du privé, avec sa propre boîte (AB Associates, dont il quitte la direction en juillet 2010) qui prodigue du conseil en sécurité auprès de nombreuses collectivités locales. Cet ancien rocardien, devenu président de l’Observatoire national de la délinquance créé sur mesure par Sarko, a enseigné ses préceptes du tout-répressif dans une myriade d’écoles de flics et de magistrats jusqu’en Chine.

      Il a coécrit plusieurs bouquins avec Xavier Raufer, triste plumitif (euphémisme) qui a fait ses classes au sein de l’ultra-droite des années 1960-1970. En 2002, dans La Guerre ne fait que commencer, par exemple, les deux loustics développent des théories lumineuses au sujet des banlieues : « À partir de ces zones de non-droit inaccessibles aux forces de l’ordre et grouillant d’armes de guerre, assurer la logistique d’un réseau terroriste est stricto sensu un jeu d’enfant ». Alain Bauer, qui a écrit une vingtaine de livres sur la criminalité est aussi président de la commission nationale de la vidéosurveillance (oups ! de la « vidéoprotection »). Il a été honoré en 2003 d’un « Big Brother Award » par l’association Privacy International pour l’ensemble de son œuvre. En février 2010, ce grand défenseur de la liberté avait remis officiellement une légion d’honneur à son confrère criminologue chinois, l’honorable monsieur He Bingsong, fervent défenseur de la peine de mort…

      http://cqfd-journal.org/My-name-is

      et Alain Bauer chez Article11
      http://www.article11.info/spip.php?page=recherche&recherche=alain+bauer

      sur wikipedia
      https://seenthis.net/messages/428193#message428256