/articles

  • À la télé, le rapport du Giec vaincu par le gel - Par Loris Guémart | Arrêt sur images
    https://www.arretsurimages.net/articles/a-la-tele-le-rapport-du-giec-vaincu-par-le-gel
    https://api.arretsurimages.net/api/public/media/couv-giec/action/show?format=thumbnail&t=2022-04-05T16:26:10+02:00

    Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) rend trois rapports tous les six ans. Lundi, le dernier en date, diffusé à 17 h, recensait les solutions possibles : il reste trois ans pour espérer que le réchauffement se limite à 1,5 °C. Nous avons regardé 35 heures d’antenne des chaînes info, et les journaux télévisés : sauf France Télévisions, aucune chaîne n’a consacré plus de 2 % de son antenne au climat. Elles ont préféré demander à leurs envoyés spéciaux des reportages sur le gel.

    #EMI #Médias #EEDD #Climat #Télévision

  • Un avis de décès mentionnant nazis et SS manque d’être censuré - Par Pauline Bock | Arrêt sur images
    https://www.arretsurimages.net/articles/un-avis-de-deces-mentionnant-nazis-et-ss-manque-detre-censure

    Sollicité pour publier l’avis de décès d’une ancienne résistante, le quotidien « L’Yonne républicaine », détenu par le groupe Centre France, a coupé dans un premier temps toutes les références au régime nazi, aux SS et à la collaboration, par souci de « neutralité ». Retour sur une presque-censure, considérée par les proches de la défunte comme un signe de la « zemmourisation des esprits ».

    Ça n’a pas forcément à voir avec Zemmour, mais assurément avec la fin d’une époque, où la référence au point Godwin est usée jusqu’à la corde, et où il va falloir créer de nouvelles références pour désigner ce qui est « mal » et ce qui est « bien », parce que « y-en a marre de la bienpensance ».

  • Afghans « migrants », Ukrainiens « réfugiés » : racisme médiatique ? - Par Maurice Midena | Arrêt sur images
    https://www.arretsurimages.net/articles/afghans-migrants-ukrainiens-refugies-racisme-mediatique
    https://api.arretsurimages.net/api/public/media/2022-03-03-momo-1/action/show?format=thumbnail&t=2022-03-04T16:02:26+01:00

    La guerre en Ukraine a poussé plus de 600 000 personnes à fuir leur pays. D’une voix quasiment unanime, les médias français qualifient les Ukrainiens de « réfugiés ». Pourtant, lors de la guerre en Syrie en 2015, et du retour au pouvoir des Talibans en Afghanistan à l’été 2021, les habitants fuyant ces conflits étaient plutôt qualifiés de « migrants ». Ou quand des guerres révèlent un énorme biais médiatique.

    #Langage #EMI #Médias #Guerre #Information #Politique

  • Médias et L214 : de la sympathie… au partenariat

    « Au nom de l’engagement en faveur de la cause animale, certains journalistes et médias semblent mettre de côté la nécessaire indépendance journalistique. On peut pourtant, comme le montrent d’autres médias, traiter les informations importantes issues du travail de L214 sans devenir des relais de communication. »

    "Dans le premier volet de cette enquête, nous vous racontions comment Charlie Hebdo, Paris Match et Libération s’étaient faits les relais de communication de l’association antispéciste L214 depuis de nombreuses années. Habitués aux mélanges acrobatiques entre publicité, communication et journalisme, les médias viraux Brut et Konbini, ainsi que le journaliste Hugo Clément, ont rejoint le petit club des médias qualifiés de « sympathisants » par L214 à partir de la fin des années 2010, selon des documents internes obtenus par ASI."

    https://www.arretsurimages.net/articles/medias-et-l214-de-la-sympathie-au-partenariat

  • Médias et L214 : la déontologie à l’abattoir ?

    "De nombreux médias couvrent, à juste titre, les enquêtes de l’association antispéciste L214. Mais certains la relaient un peu trop complaisamment, au point de devenir partie intégrante de ses plans de communication. « Arrêt sur images » a eu accès à de très nombreux documents internes et révèle l’envers du décor."

    "Une journaliste de Charlie Hebdo se fait écrire tout ou partie de ses textes par L214 ; une autre, de Paris Match propose à l’association de relire et corriger un article avant publication ; une correspondante de Libération, qui écrit régulièrement sur L214, leur offre des dons importants, en toute discrétion. Selon des centaines de documents internes issus de L214 auxquels « Arrêt »" sur images" a eu accès, dont de nombreux courriels écrits ou reçus par ses deux dirigeants, les journalistes et médias publiant le plus d’articles ou de vidéos à propos des fameuses enquêtes de L214 semblent avoir un fonctionnement quasi-symbiotique avec l’association antispéciste"

    https://www.arretsurimages.net/articles/medias-et-l214-la-deontologie-a-labattoir

  • Comment Google se paie les médias, et les menace - Par Loris Guémart | Arrêt sur images
    https://www.arretsurimages.net/articles/comment-google-se-paie-les-medias-et-les-menace
    https://api.arretsurimages.net/api/public/media/2021-12-27-12-45-_a9u3632/action/show?format=thumbnail&t=2022-01-05T14:18:36+01:00

    Il s’appelle « Azerty », comme les premières lettres d’un clavier d’ordinateur, et c’est un publi-magazine de Google inséré dans « l’Obs », « Télérama », « M le Mag », le « Figaro Magazine », le « Parisien » ou le « JDD »... Bien que sur la sellette pour son rôle dans la propagation des fake news, Google consacre ce numéro 5 d’"Azerty"... à la « bonne information », avec la complicité de spécialistes de la désinformation. Contexte : la bataille rangée sur les droits voisins et la régulation des fake news. Décryptage d’une gigantesque opération de com’.

    Êtes-vous abonné à Télérama, Courrier International, l’Obs, Society, M le Mag, le Figaro Magazine, le Parisien, les Échos, le Point, l’Express, l’Opinion ou le JDD ? Alors, vous avez reçu, ces deux dernières années, au moins un exemplaire d’Azerty avec votre hebdomadaire. Distribué de 800 000 à 1,6 million d’exemplaires selon les numéros, Azerty, tel que décrit par sa conceptrice, l’agence de publicité TBWA, est « un supplément magazine premium, spécialisé dans la vie numérique et la technologie, alliant approche pédagogique et contenu expert centré sur l’humain et les implications du digital dans son quotidien ». Mais attention, ce n’est pas une publicité géante, oh non, c’est « un nouveau format de communication pour se positionner et donner des éclairages sur les questions du numérique en France ».

    #GAFAM #Publicité #Désinformation #Infox

  • « Franc-tireur, le torchon de Fourest, Enthoven et Barbier a les mêmes méthodes que Jean Messiha.
    On avait déjà quelques indices… »
    https://www.arretsurimages.net/articles/dans-franc-tireur-une-enquete-repompee-et-plagiee

    Suite à la participation du groupuscule d’extrême droite les Zouaves Paris au meeting d’Éric Zemmour à Villepinte, l’hebdomadaire fondé par Caroline Fourest et Raphaël Enthoven a publié une enquête-portrait approfondie. Mais issue quasi-intégralement du travail d’autres journalistes indépendants, et dont un « témoignage » est même un plagiat pur et simple. Gênant.

    « Ne ratez pas l’enquête sur les Zouaves », encourageait sur Twitter la cofondatrice du jeune magazine Franc-Tireur, Caroline Fourest, à la veille de la sortie de son sixième numéro, celui du mercredi 22 décembre. « Une géniale enquête », abondait alors un autre cofondateur, Raphaël Enthoven. Cet article, écrit par la journaliste et politologue spécialiste de l’extrême droite Fiammetta Venner (par ailleurs compagne de longue date de Caroline Fourest), était en effet présenté, dans l’édition papier comme sur le web, comme une « enquête », et même « l’enquête de la semaine » à laquelle était donc dédiée la Une de l’hebdomadaire financé par le magnat tchèque Daniel Kretinsky – avec pour ambition d’être un « journal de combat au service de la raison » ...

  • Des néonazis appellent au meurtre de Mélenchon, Obono, Bouhafs et un journaliste de StreetPress
    https://www.streetpress.com/sujet/1636975134-neonazis-appellent-meurtre-melenchon-obono-bouhafs-journalis
    https://pbs.twimg.com/card_img/1460247102676680716/5GGqk_Gu?format=png&name=small

    Après les révélations de StreetPress sur les soutiens armés d’Éric Zemmour, la fachosphère se mobilise et menace l’auteur de l’enquête mais aussi plusieurs journalistes et politiques connus pour leurs engagements contre l’extrême droite.

    Des viseurs d’armes collés sur le front des musulmans, des juifs et des noirs ainsi que des politiques et des journalistes. Littéralement. Le photomontage publié la semaine dernière sur le canal Telegram d’extrême droite Les Vilains Fachos est un appel au meurtre explicite. En commentaire, sur un ton faussement humoristique, les administrateurs de cette chaîne glissent même un lien vers un site internet permettant d’acheter des pistolets à poudre noire, « létaux pour 130 euros, sans contrôle et livrés par la poste ».

    Dans le viseur de ces néonazis, des dessins racistes censés figurer les musulmans, les juifs et les noirs et des photos ou caricatures racistes de personnalités engagées contre l’extrême droite. On trouve côte à côte, le candidat à l’élection présidentielle Jean-Luc Mélenchon, la députée de la France insoumise Danièle Obono, un syndicaliste étudiant (1) ainsi que les journalistes Taha Bouhafs (Le Média) et Mathieu Molard, rédacteur en chef de StreetPress. Dernier visage, celui d’Anne Frank, jeune adolescente déportée par les nazis et morte au camp de Bergen-Belsen.

  • Temps de parole politique : LCI et CNews se moquent du CSA - Par Loris Guémart
    https://www.arretsurimages.net/articles/temps-de-parole-politique-lci-et-cnews-se-moquent-du-csa

    LCI et CNews ont conçu des programmes nocturnes où sont diffusés des discours et interviews des partis classés à gauche et des membres du gouvernement. La raison : droite et extrême droite occupent trop de temps d’antenne en journée, et ces chaînes tentent de rétablir l’équilibre... la nuit. Par exemple, dans la nuit du 17 au 18 octobre, CNews a diffusé deux fois le discours intégral de Jean-Luc Mélenchon à la convention de l’Union populaire. Notre enquête.

    (Ça avait déjà été signalé, il me semble par Gontier.)

  • Nazis, fascistes, antifas… Dans le brouillard soigneusement entretenu par les droites, la France a perdu sa boussole. Au point qu’Arretsurimages doit aller jusqu’au Québec pour retrouver le sens des mots…
    https://www.arretsurimages.net/articles/articles/les-antifas-fascistes-daujourdhui-ou-le-procede-du-miroir

    Sur CNews comme sur Twitter, les manifestants qui tentent de s’opposer à la tenue des meetings d’Éric Zemmour, comme ce samedi 30 octobre à Nantes, rassemblés sous le vocable « antifas » par des journalistes et commentateurs, sont qualifiés par la zemmourosphère de « nouveaux fascistes ». Analyse.

    Dans une atmosphère enfumée par les gaz lacrymogènes, à deux pas du Zénith de Nantes où Éric Zemmour s’apprête à tenir un de ses fameux meetings « littéraires », un homme au visage dissimulé pousse à plusieurs reprises un caddie de supermarché contre la porte d’une voiture de police. L’image est signée du journaliste Clément Lanot. Et elle a fait le tour de Twitter ce samedi 30 octobre, indignant plusieurs ténors et commentateurs de l’extrême droite, comme l’avocat, eurodéputé et ex-député FN puis RN Gilbert Collard. ""Il est grand temps de réprimer ces groupuscules fascistes et antidémocratiques que sont les #antifas !"", tweete-t-il. Le mot ""antidémocratiques"" renvoie ici à la volonté des 600 manifestants nantais d’empêcher Zemmour de tenir son meeting ...
    #paywall

    « Ce dessin est aussi sidérant qu’abject. À Rome, à Athènes il y a de puissantes manifestations contre l’extrême droite. Ici le courage des rares qui se mobilisent est traîné dans la boue. Plantu ! la prochaine fois remplacez vos toutous par les chiens de garde de Bolloré & consorts . »


    https://twitter.com/Ludivine_Bantig/status/1455088626648375304

  • 1sur5 - Présentation (Campagne contre la pédocriminalité)
    https://www.1sur5.org

    Pas tout regardé encore, mais pour que ce soit référencé ici et discuté. Ça parle dans le lot d’Outreau, du syndrome d’aliénation parentale, Paul Bensussan, la psychanalyse freudienne…

    Cher(e)s ami(e)s, depuis le 3 décembre 2020, où nous avons publié 1 sur 5, manifeste contre la pédocriminalité, vous avez été presque 33 000 à nous soutenir. C’est un premier pas... Nos 25 mesures pour éradiquer la pédocriminalité en France, nous voulons qu’elles se retrouvent demain dans une vraie loi. Que la société ouvre les yeux. Qu’on ne puisse plus nous raconter que « ça » n’existe pas. Notre combat, c’est de démontrer la réalité de ce véritable fléau social qui gangrène notre société : incestes et omerta en famille bien sûr, mais aussi réseaux pédocriminels, soit-disant « prédateurs isolés » et affaires toujours prestement étouffées... Ce « secret de Polichinelle » qui dure depuis des générations, la récente affaire Duhamel et #metooinceste commencent à en montrer les ravages… Le mur du silence se fendille… Mais ça n’empêche pas le Sénat d’adopter une proposition de loi établissant l’âge du consentement à 13 ans, alors que 15 ans est vraiment un minimum.

    Bref y’a encore du boulot… Alors, parce que les images parlent à plus de monde que le texte, nous avons décidé de faire « 1 sur 5, le film ». Pour que plus personne ne puisse dire qu’il « n’était pas au courant ». Mais comme nous savons que ce film, aucun producteur, aucun média, aucune chaîne de télévision, aucune plateforme n’osera le produire, et encore moins le diffuser, nous avons décidés de proposer à toutes celles et tous ceux qui pensent que ce combat est primordial de le financer sur la plateforme de crowfunding Ulule. Merci d’être parmi les premiers à faire un don - même très minime - pour donner tort à ceux qui rêvent que ce film n’existe jamais.

    Faisons changer la peur de camp. Maintenant.

    Le film d’1h30 :
    https://www.youtube.com/watch?v=m2BcLFbu5IA

    Les mesures proposées :
    https://www.1sur5.org/mesures

    1
    Nous proposons qu’on ajoute au Code pénal une définition du viol sur mineur.

    2
    Nous proposons de faire coïncider l’âge du consentement et la majorité sexuelle : 15 ans.

    En deçà de cet âge, tout acte sexuel entre un adulte et un ou une mineure sera considéré comme un viol.

    L’âge du consentement sera porté à 18 ans, en cas d’inceste et de handicap.

    3
    Nous proposons la reconnaissance officielle de l’amnésie traumatique, et l’inscription de son étude dans les facultés de médecine et la formation des enquêteurs et des magistrats.

    4
    Nous proposons le renforcement du « devoir de signalement ».

    Nous préconisons le lancement d’une campagne nationale pour son rappel.

    Nous demandons des sanctions contre les témoins de violences faites aux mineurs qui ne les signalent pas.

    5
    Nous proposons la création d’un fichier national de toutes les familles suivies par l’aide sociale à l’enfance et consultable, sous le contrôle de la CNIL, par les services sociaux, et les services de police et de gendarmerie.

    6
    Nous proposons que les familles d’accueil soient visitées tous les ans (et non pas tous les 26 ans, comme actuellement !) pour qu’un suivi réel de leurs capacités à accueillir des enfants dans de bonnes conditions soit effectué.
    Nous proposons que les visites faites par les services sociaux auprès des familles suivies le soient à l’improviste et non sur rendez-vous, afin d’éviter les « mises en scène »... De la même façon, nous proposons que la présence effective de l’enfant soit désormais obligatoire lors des visites.

    7
    Nous proposons de rendre obligatoire la consultation du fichier FIJAIS (Fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes) par toutes les institutions publiques ou privées, avant toute embauche. Elles deviendront responsables pénalement en cas de non-consultation de ce fichier.

    8
    Nous proposons d’étendre à tout délinquant sexuel l’inscription au fichier FIJAIS quelle que soit sa condamnation (consultation d’images pédoporno, sursis, prison ferme...) et pas seulement, comme actuellement, aux personnes condamnées à plus de 5 ans.

    Nous demandons qu’aucun mineur délinquant sexuel (ça existe !) ne soit mis en contact dans les foyers d’accueil avec d’autres enfants.
    
    9
    Nous proposons de généraliser la prise en charge de l’aide médicopsychologique(EMDR... etc.) indispensable aux victimes.

    10
    À l’instar de la Sécurité routière, devenue cause nationale en 1972, nous proposons la création d’une Commission nationale de sécurité sexuelle des mineurs.

    11
    La France doit impérativement œuvrer à l’harmonisation européenne et mondiale des lois pour lutter contre la cyberpédocriminalité. Internet est global  : les mêmes lois doivent s’y appliquer à tous.

    12
    Nous proposons que tous les fournisseurs d’accès qui refusent de collaborer aux enquêtes liées à la pédocriminalité soient sanctionnés par de lourdes amendes.

    13
    Nous proposons le lancement d’une vaste campagne d’information nationale à destination des mineurs sur les dangers de l’internet, non seulement à la télévision mais surtout sur les réseaux sociaux.

    14
    Nous proposons la création d’une cellule de type Pharos, mais uniquement dédiée à la pédocriminalité, dotée de moyens technologiques et humains suffisants. Nous proposons que toute personne qui détient, consomme, distribue du matériel / des images de violences sexuelles sur mineurs soit désormais fichée.

    Nous proposons que la durée de conservation de l’ensemble des données, preuves et éléments informatiques liés à la pédocriminalité soient portée à 30 ans.

    Nous proposons que les enquêteurs bénéficient, dans leur formation continue, des outils d’enquêtes informatiques les plus perfectionnés, à l’égal de ceux employés dans les pays anglo-saxons. Nous préconisons une collaboration des services de police avec ces groupes, dans un cadre défini.

    Enfin, il apparaît qu’un réel dialogue doit s’ouvrir entre forces de l’ordre et associations pour que toutes ces affaires soient portées en justice, afin que même la voix des victimes « non identifiées » soit portée.

    15
    Nous proposons l’imprescriptibilité des crimes sexuels.

    Refusons que les turpitudes sexuelles des puissants soient gérées comme des moyens de pressions extra-judiciaires.

    16
    Nous proposons l’inversion de la charge de la preuve, dans le cas des jugements de viol sur mineur : face à la justice, ce doit être au prédateur présumé d’apporter la preuve de son innocence.

    17
    Nous proposons le réexamen systématique de l’ensemble des dossiers touchant à la pédocriminalité traités par des professionnels (magistrats, policiers, travailleurs sociaux...) condamnés pour des crimes et des délits sexuels.

    18
    Nous proposons un alourdissement conséquent des peines pour ceux qui couvrent ou ferment les yeux sur les agissements pédocriminels « au nom du système ».

    19
    Nous proposons la création de structures d’accueil dédiées aux pédosexuels abstinents, et le financement de recherches médicales pour aboutir à un véritable suivi des pédocriminels.

    20
    Nous proposons une formation spécifique généralisée et continue des policiers, des travailleurs sociaux et des magistrats sur le thème de la pédocriminalité.

    21
    Aujourd’hui, nous proposons de repenser l’éducation sexuelle à l’école. Laisser aux sites pornos la charge d’expliquer le sexe aux enfants, est irresponsable. On en est pourtant là. Et sans attendre, nous vous proposons de télécharger le manuel de protection à destination des enfants, fruit de trois ans de travail d’experts et de psys réunis par IED (Innocencne en Danger).

    22
    Nous demandons que l’étude des violences sexuelles soient intégrées dans le cursus de formation des médecins, des magistrats, des policiers...

    23
    Nous demandons la réhabilitation de la centaine de médecins sanctionnés par le Conseil de l’Ordre, à la suite de signalements d’enfants victimes de violences sexuelles. Nous demandons une enquête nationale de l’IGASS sur le non-fonctionnement des structures médicales dans ce domaine et (29) le lancement d’une campagne nationale pour rappeler que la loi impose un devoir de signalement. 

    24
    Nous proposons le financement d’études multidisciplinaires sur le phénomène pédocriminel et son coût social.

    25
    Nous proposons donc la création, en France, d’une Commission nationale, pluridisciplinaire et permanente, indépendante des pouvoirs constitués.
    Elle sera animée par des spécialistes issus du monde associatif, judiciaire, médical, policier, des professionnels de l’enfance en danger.

    #pédophilie #pédocriminalité #campagne #Karl_Zéro #Homayra_Sellier #Serge_Garde #Innocence_en_Danger #Outreau #enfant #syndrome_d'aliénation_parentale #SAP #Paul_Bensussan #Freud

    • Une des intervenantes propage la fake news, ou tout du moins laisse planer le doute, sur le fait de montrer des pénétrations aux enfants de maternelles « en Europe » (elle dit plus précisément qu’après la décision de l’OMS « il y a eu en Europe » sans détailler). Alors que 1) c’était un test dans un canton de Suisse (pas dans un pays entier, encore moins en plusieurs endroits d’Europe), et 2) les sexes en peluche étaient prévus pour les plus de 10 ans, pas du tout en maternelle. Comme le rappel ce debunk avec sources :
      https://www.debunkersdehoax.org/la-manip-pour-tous-theorie-du-genre-et-co-comment-ee-manipule-l-opi

    • Beaucoup de propositions me paraissent importantes, mais celle ci fait assez peur pour le principe même de la justice telle qu’on la conçoit en France :

      Nous proposons l’inversion de la charge de la preuve, dans le cas des jugements de viol sur mineur : face à la justice, ce doit être au prédateur présumé d’apporter la preuve de son innocence.

    • Et ceci, c’est vrai?

      23
      Nous demandons la réhabilitation de la centaine de médecins sanctionnés par le Conseil de l’Ordre, à la suite de signalements d’enfants victimes de violences sexuelles.

    • Je l’ai vu hier ce film mais le point de vue de KZero se focalise sur des réseaux pédocriminels et manque cruellement d’une lecture féministe et d’une prise en compte sérieuse de l’inceste.

      J’ai tiqué aussi lorsqu’il dit que l’église est exemplaire dans sa gestion des pédocriminels en comparaison de l’éducation nationale qui cacherait ses violeurs, c’est exactement l’inverse de ce que dit le rapport Sauvé. Il se trouve que la sœur de KZero est proche de la manif pour tous, civitas et l’incestueuse homophobe Christine Boutin.

      Pour les propositions il y en a beaucoup qui demandent des moyens et financements importants qui ne serons pas donnés. L’histoire de l’inversion de la charge ne passera pas et n’est pas souhaitable de toute façon, la police ne sera pas formée, les juges continueront à croire dans le SAP et criminalisé les mères qui protègent leurs enfants parce que c’est chez les réactionnaires qu’ils sont recrutés, les plaintes pour viols seront de moins en moins poursuivit au fur et à mesure que les dépôts de plainte augmenterons.

    • À vrai dire connaissant le bougre, je m’attendais à encore plus de focalisation que ça sur « les réseaux », « les puissants », etc @mad_meg. Ça occupe la deuxième moitié, voir qu’un tiers, mais dans la première c’est plutôt SAP, mauvaise prise en charge, freudisme, etc.

      Mais clairement pas de lecture féministe politique bien sûr, avec la mise en cause du patriarcat et de la domination masculine.

    • Et ceci, c’est vrai ?

      23
      Nous demandons la réhabilitation de la centaine de médecins sanctionnés par le Conseil de l’Ordre, à la suite de signalements d’enfants victimes de violences sexuelles.

      Je ne sais pas si il y en a une centaine mais il y a le cas de la docteurs Catherine Bonnet qui a été condamné à 9 ans d’interdiction d’exercice de la médecine pour avoir signalé des cas de violences sexuelles sur mineurs.
      voire ici autour de 7-8mins
      https://www.youtube.com/watch?v=Rw0sRBrfqLo


      Le SAP c’est justement le principe de condamné la mère lorsqu’elle protège son enfant des violences sexuelles du père et de la punir.

      –---

      PAROLES Catherine Bonnet La pédopsychiatre qui refuse de se taire
      https://www.humanite.fr/paroles-catherine-bonnet-la-pedopsychiatre-qui-refuse-de-se-taire-224368
      Mercredi 22 Mars 2000

      Après avoir signalé des cas d’agressions sexuelles présumées, ce médecin spécialiste de l’enfance maltraitée a vu sa carrière professionnelle brisée. Parcours d’une femme qui ne baisse pas les bras.

      Catherine Bonnet est une grande femme au regard gris bleu, aujourd’hui âgée de cinquante-cinq ans. Pendant près de quinze ans, elle a eu la cote. Invitée partout pour des conférences sur ses recherches, cette professionnelle de l’enfance maltraitée a même participé à des missions humanitaires en Croatie et au Rwanda afin de former des professionnels à l’accompagnement des femmes et des enfants victimes de violences. En 1995, elle a d’ailleurs rédigé un rapport pour l’ONU dénonçant « le viol comme arme de guerre ». Puis soudain, en décembre 1998, la vie de Catherine Bonnet a basculé. Certains ont dit qu’elle avait dérapé, voire disjoncté, l’accusant même de faire partie d’une secte. Elle a été accusée de « faux en écriture » par des familles s’estimant au-dessus de tout soupçon. Le conseil de l’ordre des médecins l’a d’abord condamnée. Puis réhabilitée. Mais le mal était fait. En un an, Catherine Bonnet a tout perdu. Mais cette femme aime trop la vie pour baisser les bras. « Je suis sur la paille, mais qu’importe » dit-elle, bien décidée à poursuivre ses recherches sur l’enfance maltraitée. D’où son dernier livre, l’Enfance cassée* où elle interroge haut et fort : « La vérité sur l’inceste et la pédophilie est-elle insoutenable au point qu’il soit préférable de la nier ? »

      Je vis depuis un an une catastrophe humaine. Pédopsychiatre, je suis spécialisée depuis quinze ans dans l’enfance maltraitée. Hier, j’étais reconnue pour mon expérience professionnelle. Aujourd’hui, même si l’ordre des médecins m’a réhabilitée, j’ai perdu 90 % de mon entourage. Ne restent autour de moi que des gens très courageux. J’ai dû fermer mon cabinet médical et je recherche un emploi. En attendant, j’exerce mon métier en faisant des remplacements.

      Ma vie a basculé l’an dernier. Le conseil régional de l’ordre des médecins d’Île-de-France, a été saisi suite aux plaintes de trois pères et d’une mère contre moi. En effet, j’avais fait des signalements et des certificats médicaux pour alerter la justice de suspicion d’agressions sexuelles sur leurs jeunes enfants. Les parents en question m’ont accusé de « certificats de complaisance ». Pendant six heures d’affilée j’ai expliqué au conseil de l’ordre, cas par cas, comment j’avais fait mes diagnostics. Pendant six heures, j’ai expliqué ma façon de travailler : j’observe d’abord la manière dont les enfants jouent, dessinent, entrent en relation, expliquent leur vie... Puis, une fois la confiance établie, j’écoute leur souffrance. Le problème de la psychiatrie c’est qu’on ne peut constater que des

    • Dr Eugénie Izard - Condamnée à trois mois d’interdiction d’exercer par la chambre disciplinaire nationale de l’Ordre des médecins après avoir signalé des maltraitances sur une fillette, la pédopsychiatre de Toulouse dénonce “l’acharnement” de l’institution à son encontre.
      https://www.egora.fr/actus-pro/deontologie/65727-je-paie-le-prix-de-mon-engagement-sanctionnee-par-l-ordre-apres-avoir?no

      –----
      https://www.youtube.com/watch?v=AkS7NJkKe7Q

    • Je dirais aussi en proposition 26 qu’il faut dégagé des tribunaux le Dr Paul Bensoussan qui est toujours expert auprès de la cours de cassassion et donc qui fait libéré des violeurs depuis plus de 20 ans en toute tranquillité avec son concept misogyne et pédocriminel du SAP. Mais au lieu de cela, ce psychiatre masculiniste pro-viol est toujours cité comme exemplaire - je viens de tombé sur lui dans une proposition de loi du 13 octobre 2021 - http://www.senat.fr/amendements/2021-2022/47/jeu_classe.html
      voire aussi comment cet « expert » a diagnostiqué l’hystérie d’une victime de viol mineur : https://osezlefeminisme.fr/justicepourjulie-lexpert-psychiatre

    • https://www.arretsurimages.net/articles/articles/complots-et-pedocriminalite-karl-zero-en-roue-libre

      « L’Envers des affaires », c’est le nom du nouveau magazine de Karl Zéro. Dans deux affaires emblématiques, celles du meurtrier Nordhal Lelandais et du tueur en série Michel Fourniret, Zéro met en cause de mystérieux réseaux. Sans jamais apporter de preuves, pas plus dans son magazine que dans son documentaire, publié sur YouTube.

      des commentaires que je ne saurais mieux le dire sur le cui :

      HAN LA LA mais les fantasmes de K. Zéro sur les « réso pedo » de l’élite là, faut arrêter de fantasmer
      y a pas besoin délite et de réso pour avoir de la pédocriminalité à peu près partout et d’abord dans les familles

      Vreument, ce secouage d’épouvantails pour faire écran de fumée

      Même s’il existe des victimes d’une élite ou de réseaux, c’est justement parce que toutes les classes sont concernées. Surtout, ça n’aide aucune victime, ce discours.

      ça détourne même l’attention d’enfants qui en auraient besoin
      ça fait perdre du temps a chercher ce qui n’existe pas et et fait complètement passer a coté de ce qui est nous notre nez.
      quelle perte de temps et d’énergie

      non mais c’est tout le temps, ça me soule
      faut perdre du temps a debunker des conneries
      a réexpliquer pour la 100ème fois que c’est pas là que faut chercher

      Mains jointes Mains jointes Mains jointes merci Mains jointes Mains jointes Mains jointes c’est en train de détruire tout le travail réalisé sur la question depuis des décennies. Et quand je pense que des membres de la CIIVISE y ont participé !

      Évidemment y a plein d’assos qui nous le vende comme le grand pourfendeur de la pedocrim
      J’avais lu son espèce de manifeste en 57 points deglingués pour lutter contre la pedocrim.
      C’est honteux !
      Il vend des illusions

      Et franchement vouloir absolument pointer des réseaux d’élite c’est surtout ne pas vouloir parler de la banalité du quotidien des enfants victimes.

      Plus on fabrique un personnage fictif du grand méchant violeur d’enfant, moins on voit l’oncle/le frère/le père qui viole le sien

      via https://twitter.com/CarabinAcitron/status/1457322761567842304

      comme dirait l’autre, kno your enemi.

    • Un réseau pedocriminel c’est aussi des agresseurs qui se partagent des images de leurs victimes. Zero ne dénonce pas uniquement des réseaux d’élite mais on peu demander de la nuance tout en bourrinant sans regarder ce qui est vraiment dit. Elle dit beaucoup de mensonges comme des evidences cette carabine à citron,je trouve aussi que son travail est contreproductif quand elle defend les complices d’inceste et défonce les écoutantes.

  • Une journaliste, une idée fixe #1 : Marine Turchi et les violences sexuelles
    https://www.arretsurimages.net/articles/une-journaliste-une-idee-fixe-marine-turchi-et-les-violences-sexuell

    Quand on parle du journalisme sur les violences sexuelles après #MeToo, Mediapart apparaît comme un média phare. Et quand on parle du journalisme sur les violences sexuelles à Mediapart, le travail de Marine Turchi s’impose. Nous l’avons interviewée sur sa démarche, pour inaugurer notre sérié d’été sur les journalistes obstinés qui transforment la société.

  • Le Monde : avènement d’une dynastie Niel ?
    https://www.arretsurimages.net/articles/articles/le-monde-avenement-dune-dynastie-niel-par-julia-cage-et-benoit-huet

    Vous avez dit démocratie ? Cette construction est d’autant plus problématique qu’elle permet à Xavier Niel de donner le contrôle du Fonds de dotation à toute personne de son choix (y compris à un acteur extérieur), simplement en le nommant au conseil d’administration du fonds. Une brèche vient ainsi s’ouvrir dans le mécanisme d’agrément, qui avait été durement négocié par le Pôle d’indépendance du Monde en 2018, et qui permettait au journal de se prémunir contre l’entrée d’un actionnaire indésiré. Difficile de s’enthousiasmer quand on sait par ailleurs que l’influence que Xavier Niel en retire reste énorme, et que le gain recherché en termes d’image doit clairement peser dans la balance. L’opération a par ailleurs été présentée comme vertueuse car permettant de « sanctuariser » le capital des journaux possédés par le Fonds, et plus particulièrement d’empêcher que" Le Monde" et" L’Obs" ne puissent un jour être revendus.

    Certes, cette règle peut apparaître comme une protection. Mais elle revient également à geler pour les décennies à venir une part non négligeable du capital du groupe" « Le Monde entre les mains d’un homme… et de ses descendants, puisque l’article 14 des statuts stipule qu’ »"en cas de décès du Fondateur, les droits du Fondateur au titre des présents statuts se transmettront de plein droit à ses ayants droit"". Une transmission aux héritiers assez inhabituelle dans un fonds de dotation, et qui semble construite pour que la propriété du Monde demeure ad vitam aeternam entre les mains d’une seule famille. L’avènement d’une dynastie Niel ? Le pari est le bon si l’on pense que, dans un monde où les milliardaires à la tête des médias sont souvent prompts à décrocher leur téléphone, Xavier Niel serait du côté des « gentils », c’est à dire de ceux qui laissent les rédactions faire leur travail. Les journalistes qui l’ont pratiqué tout au long de la dernière décennie confirment d’ailleurs qu’il n’a pas cherché à s’ingérer dans la ligne éditoriale de « ses » journaux, à la différence par exemple d’un Vincent Bolloré qui piétine allègrement la liberté d’informer. Certes.

    Le cas Jules niel, 20 ans

    Mais les hommes peuvent changer. Les pratiques de l’actionnaire à date ne garantissent ni sa bonne volonté dans quelques années, ni celles de ses héritiers dans quelques décennies. Est-il ainsi bien prudent de lier le destin du plus grand journal français à des ayants droit dont on ne connaît pas le rapport à l’indépendance des médias ? Le cas de Jules Niel, fils de Xavier, qui se retrouve du haut de ses vingt ans – avec quelle légitimé, si ce n’est celle du sang – propulsé au conseil d’administration du fonds de dotation, est emblématique de la difficulté posée par la transmission héréditaire du pouvoir dans un groupe de presse.

  • Cyril Payen à Kaboul : « On croise les #talibans au buffet de l’hôtel » - Par Emmanuelle Walter | Arrêt sur images
    https://www.arretsurimages.net/articles/cyril-payen-a-kaboul-les-qataris-disent-aux-talibans-daccueillir-les
    https://api.arretsurimages.net/api/public/media/capture-decran-2021-08-31-a-22-12-10/action/show?format=thumbnail&t=2021-08-31T22:23:17+02:00

    La manière dont la France lâche ceux qui l’ont aidée, franchement, c’est au-delà du déshonneur.

  • Kristen Falc’hon (collectif #Kelaouiñ) sur Twitter
    https://twitter.com/kristenfalc/status/1426187108692201477

    [ #Foot, #agrobusiness & #liberté_de_la_presse ]
    « Le chargé de com’ du club de foot a appelé le journaliste sportif pour lui signifier la décision de nous punir. C’est le mot qui a été utilisé, et c’est choquant », raconte #Gurvan_Musset pour #Arrêt_sur_images

    https://www.arretsurimages.net/articles/a-brest-le-club-de-foot-contre-les-medias-locaux

    En révélant l’existence d’un cluster au sein du club de hand présidé par les frères Le Saint, la rédaction de #France_Bleu_Breizh_Izel s’est ainsi retrouvée interdite d’accès aux conférences de presse du club de football (présidé par les mêmes frères...)

    Elle a donc décidé de répliquer en cessant de retransmettre les matchs en direct sur son antenne.

    « Je ne pouvais plus demander à mes journalistes de continuer à suivre un club alors que nous n’avons plus accès aux cadres, aux joueurs, aux conférences de presse [...] »

    Le #réseau_Le_Saint, fondé par #Gérard_Le_Saint et #Denis_Le_Saint, est le premier distributeur indépendant de produits frais en France (550 millions de C.A. et plus de 2000 salariés en 2019)

    Comme le rappelle l’article d’ASI et la station dans son communiqué, cet incident entre la presse et les piliers de l’agro-industrie bretonne, n’est pas le premier, mais cette fois, il est rendu publique...

    https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/mis-a-l-ecart-par-le-stade-brestois-france-bleu-breizh-izel-fait-le-choix

    #brest #finistère #bretagne #stade_brestois_29 #Brest_Bretagne_Handball #agroindustrie #agro_alimentaire #agroalimentaire

  • Les médias fabriquent-ils le candidat Zemmour ?

    En 2016, les médias avaient "fait" Macron
    https://www.arretsurimages.net/articles/les-medias-fabriquent-ils-le-candidat-zemmour
    Éric Zemmour en candidat potentiel est partout. Chaque média sort son enquête, titre sur la "tentation Zemmour" ou "l’obsession présidentielle". "Oui, il est candidat !" clame Paris Match. Quant à Valeurs actuelles, l’hebdo fait des Unes sur "Zemmour président" depuis... 2015. Zemmour, candidat des médias, comme Emmanuel Macron avant lui ? Pas si sûr. Décryptage de la "fabrique médiatique d’un candidat".

    10 octobre 2018, sur le plateau de ""Zemmour et Naulleau"", sur Paris Première. Éric Zemmour, l’éditorialiste le plus condamné en justice du paysage audiovisuel français, qui n’est pas encore à la tête de sa propre émission sur CNews, rembarre Anne Rosencher de L’Express venue débattre : le président Macron, dit-il, ce sont les médias qui l’ont fait. "Vous avez fait sa campagne, comme tous les grands hebdos qui se respectent," tâcle-t-il (autour de 1:16:30) en insistant, face à la journaliste qui s’en défend : "Bien sûr que si, vous avez fait sa campagne !" Trois ans plus tard, le visage de Zemmour fait les Unes de journaux, qui titrent à n’en plus pouvoir sur sa "possible", "potentielle", "probable" candidature, à grands renforts de subjonctifs et de points d’interrogation. L’intéressé nie toujours mais chaque action de ses "soutiens", chacun de ses rendez-vous, relance la machine. Éric Zemmour est-il le nouveau candidat des médias ?

    Un fantasme de longue date pour Valeurs actuelles

    Certains l’attendent depuis toujours : en tête, l’hebdomadaire Valeurs actuelles, dont le rédacteur en chef Geoffroy Lejeune publiait dès 2015 un roman de "politique fiction", Une élection ordinaire (éditions Ring), fantasmant la candidature à la présidentielle d’un certain Éric Zemmour... Il racontait sur le plateau d’On n’est pas couchés avoir suggéré lui-même l’idée au polémiste lors d’un dîner : "La réaction de Zemmour quand je lui ai dit, ça a été de répondre : « Déconnez pas, déconnez pas »" Mais Lejeune a fait la promotion de son roman en Une de "Valeurs actuelles", clamant : "Zemmour président".
    https://api.arretsurimages.net/api/public/media/zemmour-va/action/show?format=public&t=2021-07-13T14:47:12+02:00
    Zemmour, candidat de Valeurs actuelles depuis 2015
    Zemmour, candidat de Valeurs actuelles depuis 2015

    Valeurs actuelles - septembre 2015, février 2021, juillet 2021

    Chez Valeurs actuelles, la nouvelle génération aussi fantasme un président Zemmour : Georges Matharan, tête de gondole de la verticale vidéo "VA+", est fan de l’éditorialiste, et ne manque jamais une opportunité de faire référence au "Z", comme il l’appelle - un surnom aussi utilisé par la "Génération Z", les soutiens officieux de Zemmour.

    Lire aussi
    Avec VA +, Valeurs actuelles s’installe sur YouTube

    Objectif : détourner la jeunesse de Konbini, Brut et AJ +
    Feuilletonnage

    Le 20 janvier dernier, questionné sur Paris Première, le polémiste noyait le poisson : ""Ce n’est pas une réponse que je vais donner dès maintenant." "En février, deux enquêtes simultanées reposaient la question. L’une, sans surprise, était publiée dans Valeurs, qui titrait le 18 février 2021 sur la "tentation Zemmour" et allait jusqu’à commander un sondage Ifop sur son "potentiel électoral". Déconvenue pour Lejeune et Cie : selon l’institut de sondage, 74% des sondés répondent ne pas vouloir voter Zemmour - c’est plus qu’en 2015, où ils étaient 67%. A l’inverse, les rangs de ceux déclarant vouloir voter Zemmour n’ont grossi que d’un point : de 12% en 2015, ils sont passés à 13% en 2021. Cela n’a évidemment pas arrêté "Valeurs" dans ses envolées lyriques (""Y croire ou ne pas y croire. Rester dans les tentations ou épouser l’histoire. Se décider à combattre au risque de chuter. L’histoire de France, que Zemmour aime tant, est pleine de ces destins. Y inscrira-t-il le sien ?"")
    L’enquête de L’Express lance la machine
    L’enquête de L’Express lance la machine

    L’Express - 11 février 2021

    Mais c’est l’enquête en trois parties de" L’Express", publiée le 11 février - une semaine avant la couverture zemmouriste de "Valeurs" - et utilisant le même mot de ""tentation présidentielle"", qui a lancé la machine : l’hebdomadaire y révélait les coulisses de son réseau (dont une pétition : jesignepourzemmour.fr) et rapportait la question qu’il aurait posée à Robert Ménard, le maire d’extrême droite de Béziers : "On s’organiserait comment pour récolter les signatures d’élus ? Pour le financement ?"
    Juin 2021 : L’accélération

    Un entretien accordé par le polémiste au "Livre noir", chaîne YouTube tenue par deux proches de Marion Maréchal, entretient la rumeur. "Diffusée dimanche 6 juin, la vidéo est un carton : 400 000 vues en trois jours, une diffusion en direct sur BFMTV qui titre « 2022 : Zemmour accélère », « les Grandes Gueules » de RMC se jettent sur le sujet, et depuis, les articles pullulent dans la presse," écrit "L’Obs" dans sa propre enquête sur "une obsession présidentielle" (publiée le 16 juin) qui ne déroge pas à la règle. L’Express poursuit sa série en dévoilant : """"Réseaux sociaux, recrutement, réunions secrètes pour 2022 : Zemmour accélère"".
    L’Obs enquête sur une "obsession"... à laquelle il prend part
    L’Obs enquête sur une "obsession"... à laquelle il prend part

    L’Obs - 16 juin 2021

    Ces bruits de couloir font des vagues à CNews et au Figaro, où Zemmour officie, comme le racontait Loris Guémart dans nos pages le 18 juin. Si à CNews, on évite le sujet, au Figaro, les journalistes "s’imaginent pris en tenaille, entre les lecteurs gênés par le soutien implicite accordé au candidat Zemmour s’y exprimant à loisir, et les fans du polémiste que ce dernier pourrait échauffer si la direction exigeait une mise en retrait avant qu’il ne soit officiellement candidat", écrit Loris.

    Lire aussi
    CNews et Le Figaro pétrifiés par le candidat Zemmour

    Les choses s’accélèrent (encore) le 29 juin, lorsque Gilles Haéri, le président d’Albin Michel - qui publie les ouvrages de Zemmour depuis 2012 - annonce rompre son contrat pour cause d’incompatibilité entre la maison d’édition et le "combat idéologique" de Zemmour, qui aurait confié à Haéri qu’il comptait se lancer dans la course à l’Elysée. Confirmation ? Éric Zemmour s’empresse de démentir en qualifiant d’"imaginaire" l’échange relaté par Haéri.
    Zemmour dément
    Zemmour dément

    Twitter - @ZemmourEric - 30 juin 2021

    Haéri a depuis renchéri dans "Livres Hebdo" en expliquant que ""Zemmour voulait imposer une parution en septembre, à la veille d’une période électorale sensible à laquelle il est susceptible de participer."" Fin juin 2021, les médias bruissent sur la candidature Zemmour depuis des mois, mais le principal intéressé ne s’est toujours pas prononcé.
    Le "scoop" de Paris-Match

    Le 8 juillet 2021, "Paris Match" sort un "scoop" : cette fois, c’est sûr, plus de doute, "Oui, il est candidat !" clame le magazine.
    "Oui, il est candidat !"
    "Oui, il est candidat !"

    Détail de la Une de Paris-Match - n° du 8 au 14 juillet 2021

    L’enquête l’assure : ce "personnage devenu une marque", "bien qu’il veuille encore le taire, et sauf virevolte inopinée," sera candidat en 2022. Mais chaque information est distillée au conditionnel : le nom de son potentiel parti "n’est pas arrêté" ; la date d’une annonce officielle serait peut-être le 11 novembre, mais rien n’est sûr... Seule information véritablement nouvelle : "Un imprimeur a été approché voici trois semaines." Il s’agit de Gilbert Caron, le patron de Roto Press Numéris, qui avait imprimé les tracts de Nicolas Sarkozy en 2007 et 2012. La preuve par A+B que Zemmour se lancera dans la course, selon l’hebdomadaire.
    Paris Match en est sûr : Zemmour sera candidat
    Paris Match en est sûr : Zemmour sera candidat

    Paris-Match - juillet 2021

    Cependant Paris Match ne nous en apprend pas beaucoup plus que les précédents. Soulignons que le magazine annonçait récemment en grande pompe la candidature à la présidentielle brésilienne - qui se tient aussi en 2022 - de l’ancien président Lula, malgré le fait que le politicien n’ait jamais prononcé la citation du titre, "Je serai candidat contre Bolsonaro".

    Lire aussi
    Lula candidat ? Le scoop trompeur de Paris Match

    L’ancien président du Brésil n’a jamais dit : "Je serai candidat contre Bolsonaro"

    En ce 15 juillet 2021, jour de publication de cet article, Éric Zemmour n’a toujours pas annoncé sa candidature. Mais le brouhaha médiatique demeure : BFMTV reprend en bandeau chaque information ; Franceinfo multiplie les angles sur "les réseaux pro-Zemmour" ou encore les murmures d’un proche de Marion Maréchal qui assure que ""Zemmour va être candidat, c’est certain"" ; "Le Parisien" commande un nouveau sondage Ifop qui le crédite d’un potentiel électoral 18% et interviewe Laurent Ruquier sur les rêves de présidentielle de son ancien éditorialiste (réponse : "Je crois qu’il sera candidat") ; Le Point sonde l’avis de politologues tandis que Public Sénat se demande s’il doit participer à la primaire des Républicains...

    Presque aucun média ne prend la peine de rappeler qu’Éric Zemmour a été condamné en justice pour discrimination raciale (en 2011) et pour provocation à la haine envers les musulmans (en 2018 et 2020). Ni de citer l’enquête de "Mediapart""" du 29 avril, dans laquelle plusieurs femmes l’accusaient de violences sexuelles. Saluons, du coup, la courageuse introduction du journal d’Europe 1 du 11 juin par François Geffrier, qui osait demander : "Imagine-t-on un homme condamné pour incitation à la haine être candidat à l’Elysée ?"
    Zemmour à toutes les sauces
    Zemmour à toutes les sauces

    Montage ASI

    Dans son numéro du 8 juillet, "Valeurs actuelles, "indifférent aux condamnations et accusations, se félicite de ce ""tohu-bohu médiatique"" qu’il a en partie généré : ""C""es derniers temps, le journaliste truste les réseaux sociaux et les chaînes d’information. Zemmour voit son visage sur les couvertures de" L’Obs "et "L’Express". On ne compte plus les articles sur les sites Internet de journaux (pas seulement celui de "Valeurs actuelles"). L’engouement est tel que des photographes ont été sollicités pour le traquer."" Mission accomplie, donc.
    Plutôt Macron ou Trump ?

    En 2016, Emmanuel Macron avait lui aussi bénéficié d’une impressionnante couverture, avant même d’annoncer sa candidature (le 16 novembre 2016). À tel point que dans L’Obs, le politologue Thomas Guénolé qualifiait le dispositif de "matraquage publicitaire massif" (L’Obs y ayant très largement contribué) et proposait trois hypothèses d’explication : la préférence politique des médias ("le média ’roule’ pour le candidat parce qu’il correspond à sa propre ligne éditoriale et politique"), l’effet mimétique ("un magazine fait sa couverture sur Emmanuel Macron, puis les autres journaux suivent à leur tour") ou la volonté de l’actionnariat du média concerné.

    Lire aussi
    Niel : "Macron en couverture de L’Obs, c’est juste que ça vendait"

    Dans sa chronique pour Libération du 12 février 2017, notre propre Daniel Schneidermann offrait son analyse : les actionnaires des grands médias français, "par capillarité intellectuelle, ont nommé à la tête des rédactions de « leurs » médias des journalistes macrono-compatibles", un terreau favorable au candidat Macron qui, additionné à "l’intérêt pour la nouveauté", les médias auraient, "à l’insu de leur plein gré, manifestement fait de Macron leur favori".
    "Le Kid" en Une de l’Express
    "Le Kid" en Une de l’Express

    L’Express - mai 2017

    L’Express allait, au lendemain du second tour de 2017, jusqu’à couronner Macron en Une comme ""le Kid"". Pas si loin du surnom "le Z", donné à Zemmour par ses fans. Claire Sécail, qui travaille sur la médiatisation des campagnes politiques au CNRS, souligne pour ASI que si dans le cas de Macron comme dans celui de Zemmour, ""il y a de la fabrique médiatique des deux candidats potentiels, ça, c’est sûr"", Macron partait en 2016 avec un profil politique bien plus défini. ""Il avait été ministre de l’Économie, on le voyait dans les coulisses dans un documentaire sur François Hollande, il avait déjà attiré l’attention sur lui,"" explique-t-elle. ""Sa parole politique était déjà bien installée." "Éric Zemmour, certes, compte des alliés médiatiques, a créé "sa média-sphère" et utilise les réseaux sociaux, qu’il évitait jusqu’à très récemment. Mais il n’a pas la légitimité politique qu’avait Macron, note-t-elle : "Son profil est avant tout celui d’un éditorialiste, condamné par la justice qui plus est."

    Plus qu’à Macron, c’est à l’essor de Donald Trump que celui de Zemmour est parfois comparé. "Les premiers sondages lui donnent 5,5%... Plus que Trump au début de son aventure," clamait l’enquête de "Paris-Match". Pour Claire Sécail, cette comparaison est également limitée.
    Un "fan-club" mais pas de "machine"

    Bien que les deux soient des candidats atypiques que l’on pourrait qualifier de "bêtes de foire médiatiques" selon le mot de Claire Sécail, elle voit une différence "fondamentale" entre Trump et Zemmour : "Trump avait un parti derrière lui [le Parti républicain, ndlr], il avait remporté des primaires d’un camp constitué historiquement." Les médias américains, dit-elle, n’ont pas pris Trump assez au sérieux, oubliant que "derrière lui, il y avait un parti". Elle ajoute que si Zemmour "sait très bien occuper le terrain médiatique", cela ne suffit pas pour partir en campagne : "Il faut un capital politique, des équipes, de l’argent, toute une opération. Pour l’instant, hormis quelques campagnes d’affichage, je ne vois que des coups médiatiques. Il n’a pas de machine derrière lui." Sur CNews comme au Figaro, où il poursuit pour l’instant sa chronique, "il est dans sa zone de confort," explique-t-elle, "mais une campagne, c’est aussi sortir de cette zone de confort et aller à la rencontre de gens qui ne sont pas dans son fan-club. Je pense que Zemmour est incapable de faire ça." Rendez-vous le 11 novembre... ou dans la prochaine enquête exclusive dans la presse.

  • « Vos médias préférés font passer des pubs pour des articles

    Bienvenue dans le monde de la "publicité native" »

    https://www.arretsurimages.net/articles/vos-medias-preferes-font-passer-des-pubs-pour-des-articles

    Un article très détaillé sur la pourriture des médias. Par exemple, je savais que le Figaro était de droite mais pas qu’ils acceptaient de la pub déguisée pour des dictateurs post-soviétiques.

    C’est hélas derrière un paywall. Les pubs déguisées dans l’Obs ou dans le Figaro sont gratuites, les enquêtes fouillées sur leurs magouilles ne sont pas en accès libre :-(

  • CNews, première chaîne d’intox de France… avec le soutien de l’Élysée | Samuel Gontier
    https://www.telerama.fr/ecrans/cnews-premiere-chaine-dintox-de-france...-avec-le-soutien-de-lelysee-687576

    La semaine dernière, CNews a pour la première fois dépassé BFMTV en audience. Récompense suprême pour la chaîne qui propage des fake news sur des controverses montées de toutes pièces : documentaire censuré à Orléans, écriture inclusive imposée à l’école, Blanche-Neige victime de la “cancel culture”… Plus courageux encore, Pascal Praud désigne à la vindicte de la fachosphère des responsables de services publics. Une action civique qui vaut à l’animateur d’être chouchouté par l’Élysée. Source : Ma vie au poste

    • sûrement un sondage commandé par Guillaume Roquette. En consultant wikipédia, j’apprends que cet enculé n’a qu’un mois de plus que moi et que l’information importante c’est le grand retour de son copain Darius depuis le 26 avril aux côté de tous leurs ami.e.s.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Darius_Rochebin

      Jean-Michel Aphatie
      Arnaud Benedetti
      André Bercoff
      Dominique Bertinotti
      Alexis Brézet
      Aymeric Caron
      Roland Cayrol
      Karima Charni
      Daniel Cohn-Bendit
      Sophie Coignard
      Michèle Cotta
      Benjamin Cruard
      Jean-Louis Debré
      Éric Decouty
      Françoise Degois
      Karima Delli
      Rokhaya Diallo
      Ava Djamshidi
      Julien Dray
      Patrice Duhamel
      Zineb El Rhazoui
      Luc Ferry
      Claire Fournier
      Alexia Germont
      Franz-Olivier Giesbert
      Yaël Goosz
      Isabelle Gounin
      Romain Goupil
      Yasmina Jaafar
      Jérôme Jaffré
      Pascal Jalabert
      Dominique Jamet
      Serge July
      Monia Kashmire
      Rachel Khan
      Gérald Kierzek
      Ludovine de La Rochère
      Virginie Le Guay
      Barbara Lefebvre
      Geoffroy Lejeune
      Jean-Claude Mailly
      Marie-Ève Malouines
      Hélène Mannarino
      Jean-Luc Mano
      Olivier Mazerolle
      Jean-Pierre Mignard
      Gérard Miller
      Bruno Millienne
      Frédéric Mitterrand
      Thierry Moreau
      Jade Partouche
      François-Xavier Pietri
      Renaud Pila
      Olivier Poels
      Thomas Porcher
      Soazig Quéméner
      Guillaume Roquette
      Yves Roucaute
      Pauline de Saint-Rémy
      Arnaud Stephan
      Maurice Szafran
      Guillaume Tabard
      William Thay
      Yves Thréard
      Valérie Toranian
      Maurice Ulrich
      Agnès Verdier-Molinié
      Judith Waintraub
      Claude Weill
      Guillaume Woznica
      Émilie Zapalski

    • 3 mars 2011
      https://www.arretsurimages.net/articles/inter-roquette-valeurs-actuelles-renonce?id=10529

      La présentatrice Audrey Pulvar a annoncé jeudi dans le 6/7 de France Inter que le directeur de la rédaction de Valeurs Actuelles, Guillaume Roquette, n’assurait plus sa chronique hebdomadaire du jeudi. Il a décidé de quitter la matinale après avoir reçu des mails hostiles en raison du contenu de ses chroniques, jugées trop à droite par certains auditeurs. Contacté par @si, le journaliste s’explique sur son départ.

    • À propos de la récente tribune des généraux - Jérémy Rubenstein
      https://lundi.am/Une-attaque-contre-insurrectionnelle-en-regle

      Dernier détail, la tribune des généraux a reçu une seconde vague de publicité du fait d’un sondage brandie par la plupart des médias. Ce sondage accréditerait un soutien massif de la population au contenu du texte. Il est possible de faire comme Frustration-Magazine qui démontre les biais de ce sondage en particulier [7]

      ...
      . Ou, plus simplement, de considérer à peu près tous les sondages comme simple outil de propagande (si je ne dis pas tous, c’est parce qu’il subsiste un doute sur leur réelle efficacité pour les produits commerciaux, il n’est pas impossible qu’ils parviennent à définir des préférences de couleur pour vendre une lessive ; en revanche ils ont largement prouvé leur totale ineptie à saisir les préférences entre les produits électoraux –n’importe qui est en mesure de se tromper une fois sur deux-). Pour s’en convaincre, il suffit de jeter un coup d’œil dans le capharnaüm sondagier des États-Unis, où les énormes écarts entre sondages sont facilement identifiables aux intérêts de chaque institut. Quoiqu’il en soit, ce sondage, bien que mené par des secteurs propagandistes très différents, constitue une seconde slave de l’offensive contre-insurrectionnelle qui vient conforter l’attaque en règle du 21 avril.

    • Alors que l’un de ses journalistes se retire de l’antenne pour représenter le RN aux prochaines régionales, le positionnement de LCI interroge. Entre Cnews, la Fox News française, et BFM-TV, comment LCI se positionne-t-elle ? Son directeur général adjoint Fabien Namias est l’invité de « L’Instant M ».
      https://www.franceinter.fr/emissions/l-instant-m/l-instant-m-05-mai-2021
      https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13938-05.05.2021-ITEMA_22657223-2021F22803S0125.mp3


      illustration de Mat Colloghan pour Acrimed.org
      https://www.acrimed.org/_Mat-Colloghan_

    • « Tribune des généraux » : LCI et la construction sondagière de « l’opinion publique »
      https://www.acrimed.org/Tribune-des-generaux-LCI-et-la-construction

      C’est une récidive : le 11 mai, Valeurs actuelles a publié sous forme de pétition une tribune de militaires d’active, écrite anonymement en soutien à la « tribune des généraux », déjà parue sur le site de l’hebdomadaire le 21 avril. Nouveau battage médiatique, entretenant le commerce de Valeurs actuelles – qui fait son auto-promotion dans les grands médias et actualise jour par jour le nombre de visiteurs uniques sur la page de la tribune – et son business de la peur. L’occasion pour nous de revenir sur la médiatisation de la tribune précédente. Et en particulier sur le rôle prépondérant joué par LCI dans la construction de l’opinion. Le 29 avril, la chaîne mobilisait en effet une grande partie de son antenne autour d’un sondage commandé à Harris Interactive, qui prétendait sonder l’opinion des Français au sujet de cette « tribune des généraux ». Un sondage qui révélait en lui-même bien des malversations, mais dont la promotion par LCI, orchestrée notamment par Éric Brunet, l’un des animateurs phares de la chaîne et ancienne plume de Valeurs actuelles, a décuplé la nuisance.

      en bonus, l’avis de Zineb El Rhazoui (mais si, enfin ! Zineb la soeur de Caroline et Philippe ...)
      https://twitter.com/LCI/status/1387842133814611969
      https://video.twimg.com/amplify_video/1387842033528807424/vid/1280x720/FDaq2pfxt3x3bPBn.mp4?tag=14

      @ZinebElRhazoui
       : « Je pense que le constat qui est tiré dans cette tribune est réel, c’est pour cela qu’il est adoubé par une majorité de votants »

      la conclusion de Pauline Perrenot :

      Cette séquence est exemplaire du climat dans lequel évolue le débat public et médiatique actuel. Un journalisme de commentaire permanent, où dominent l’éditorialisation et l’« opinion », délestées de toute épaisseur et de toute rigueur quand on sollicite l’opinion de personnes sur un objet dont elles-mêmes déclarent ne pas avoir entendu parler, ou ne pas connaître précisément. Avant que cette « opinion » – qui n’existe pas – fasse à son tour l’objet de commentaires pendant des heures sur la chaîne d’information qui l’a co-produite (et jusque dans les JT de TF1, appartenant au même groupe). Le tout mis en scène dans des « débats » réservés aux diverses variétés de la droite et de l’extrême droite, auxquelles les animateurs déroulent le tapis rouge – quand ils n’en sont pas tout simplement les sympathisants.

      #acrimed #sondologie