petit guide d’autodéfense et de protection d’autrui – A contrario

/insupportable-facebook-petit-guide-daut

    • à hurler du bout des doigts sur toutes les pages « militantes » :

      Tu n’as pas envie de participer au système publicitaire totalitaire : quitte Facebook.

      Tu n’as pas envie d’alimenter des fichiers de police avec tes propres données mais aussi avec les données des gens qui te côtoient : quitte Facebook. /.../

      Si tu ne veux pas quitter Facebook, fais au moins en sorte de protéger ceux qui y échappent, de les protéger de toi, de ton activité. Évite d’attirer ceux-ci vers ta page, évite de les inciter à s’inscrire.

      Si tu représentes un groupe de musique, une orga politique, une association militante ou non, fais en sorte de ne pas attirer de nouveaux membres dans les filets de FB :

      Ne propage pas de liens vers ta page FB sur les forums.

      Ne mentionne pas ta page FB sur ton matériel de propagande (flyers, stickers..)

      Ne propage pas de « facebook events », il existe d’autres agendas (demosphere, razibus, pariskiwi) pour diffuser ce type d’information.

      Quand tu écris un mail, assure-toi que le destinataire est bien sur FB avant de lui envoyer un lien FB.

      Tu ne t’en rends peut-être pas compte, mais sache qu’un non-inscrit qui suit un lien Facebook tombera à un moment ou un autre sur l’impossibilité d’accomplir une action s’il n’en devient pas membre. En ce sens, ton lien fonctionne bien comme un hameçon qui fera tomber de nouveaux poissons dans l’escarcelle du géant américain.

      je rajouterai que depuis quelques temps facebook fait tout pour que la navigation non-loguée particulièrement via #tails ou #tor soit illisible par un bandeau qui masque les 2/3 de la page, du coup il devient impossible de suivre les infos militantes de plus en plus morcelées entre des dizaines et de groupes, pages et, pires, aspirateurs de clics égotiques professionnels... mais on a beau prévenir les militantes, beaucoup envoient un regard blasé façon « paye ta vieille relou qui n’a pas su évoluer »

      #gRRRrrr

    • Ne propage pas de « facebook events », il existe d’autres agendas

      Oui mais tout ce genre de phrase se heurte obligatoirement à la recherche du public qui ne connait pas déjà le groupe qui organise ça. Déjà pour un événement ou une manifestation très ciblée, très militant, ça peut être problématique, pour le faire connaitre à plus que les amis déjà connus. Et ça l’est encore plus pour des événements un peu plus généraux, même si militants ou politiques quand même, comme je le vois avec l’université populaire ici.

      Moi ce que je conseille toujours pour l’instant, c’est que TOUTE l’information (statique ou événementielle) soit entièrement dans un site contrôlé par le groupe en question (et pas non plus dans demosphère ou autre qui reste des trucs externes). Et qu’ensuite les informations soient copiées et diffusées après-coup dans de multiples réseaux, libres ou pas, avec à chaque fois le lien vers la source d’origine et une phrase simple et claire indiquant que celleux qui veulent suivre l’actu directement sur le site peuvent le faire, sans FB, twitter ou autre.

    • Vous trouvez que c’est pertinent ? Vous avez raison. Alors pourquoi alimentez-vous ce système ? Pourquoi donnez-vous consciemment et délibérément vos données personnelles à des entreprises comme Facebook (ou Google), qui se nourrissent de ces données et de votre temps de cerveau disponible ? Tout ce que vous faites sur Facebook alimente des fichiers, qui nourrissent le système publicitaire.

      En rapport avec http://seenthis.net/messages/497054

      On a découvert cet ingénieur informatique américain formé à Stanford via un post de Medium passionnant titré « Comment la technologie pirate l’esprit des gens ». Il y explique (en anglais) comment les entreprises de la Silicon Valley nous manipulent pour nous faire perdre le plus de temps possible dans leurs interfaces.

      Concrètement, Facebook a intérêt à ce qu’on scrolle son fil d’actu toute la journée, et pour ça, il nous détourne de notre intention initiale. Pour vérifier l’heure et le lieu du concert de ce soir par exemple, nous sommes obligés de passer par le newsfeed. C’est ce qu’il appelle des « stratégies de persuasion », et les ingénieurs de la Sillicon Valley l’apprennent à l’école.

      #Silicon_Valley #temps_de_cerveau_disponible #persuasion