• Un ex-cadre d’un lycée catholique d’excellence visé par une enquête judiciaire pour agression sexuelle et violences
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/12/14/un-ex-cadre-d-un-lycee-catholique-d-excellence-vise-par-une-enquete-judiciai

    Mi-novembre, le parquet de Paris a ouvert des investigations sur l’ex-directeur de l’internat des classes préparatoires de Stanislas. D’anciens étudiants dénoncent le silence de l’établissement.
    Par Cécile Chambraud

    C’est une histoire qu’un prestigieux établissement scolaire catholique parisien s’est employé à garder secrète pendant deux ans, mais sur laquelle le parquet de Paris a ouvert une enquête du chef « d’agression sexuelle par personne ayant autorité, violences dans un établissement scolaire et harcèlement moral », le 17 novembre. Elle a été confiée à la brigade de protection des mineurs, qui a commencé ses auditions. Elle concerne un ancien cadre du collège Stanislas, licencié à la Toussaint 2018 parce que la direction de l’établissement avait découvert qu’il consultait des sites pédopornographiques sur son ordinateur professionnel, comme l’indique le jugement des prud’hommes.
    Mais de cela, ni le personnel de l’établissement, ni les élèves, ni leurs parents n’ont jamais été informés. L’ayant appris incidemment fin février, d’anciens élèves demandent aujourd’hui compte de ce silence à l’établissement et l’ouverture d’un dispositif d’écoute afin que d’éventuelles victimes d’agissements de ce responsable se voient offrir une chance de parler.

    Ce cadre, « O. P. » , a été, de 2013 à 2018, le directeur de l’internat des étudiants des classes préparatoires de « Stan » et, parallèlement, professeur de musique du collège des garçons et formateur de jeunes solistes pour les messes, qu’il faisait répéter dans son bureau. Il avait été recruté par Daniel Chapellier, alors directeur à poigne de cette institution qui s’enorgueillit d’une pédagogie – et d’une sélection des élèves – très exigeante en vue de résultats d’excellence. En poste de 2002 à 2015, Daniel Chapellier connaissait O. P. pour avoir travaillé avec lui dans un autre internat catholique, Saint-Martin-de-France (Val-d’Oise), dans les années 1990.

    « Tout devait passer par lui »

    Comme directeur de l’internat, O. P. étendait sa juridiction sur les plus de 400 garçons (jusqu’en 2018, aucune fille n’était logée sur place) de 16 à 20 ans que l’établissement prépare aux grandes écoles. Pour un rendement maximum, il est demandé à ces brillants sujets d’être internes. Le règlement est drastique, tout manquement sévèrement sanctionné. Pas d’usage récréatif des ordinateurs, y compris dans les chambres, pas de sortie après 20 h 30, tenue vestimentaire codifiée. La préparation des concours détermine chaque heure de leurs journées.
    Dans cet environnement rigoureux et élitiste règne « monsieur P. » La soixantaine, grand, costaud, omniprésent, charismatique, on le craint « même sans rien avoir à se reprocher », selon plusieurs anciens étudiants que Le Monde a rencontrés. Il habite seul dans un appartement situé au cœur de l’internat, où il se déplace escorté de deux gros chiens. « C’était toute sa vie, il consacrait tout son temps aux élèves », témoignent-ils. « J’ai été très heureux à Stan, je m’y suis plu », indique l’intéressé qui, en dehors de cela, se refuse à tout commentaire sur « la procédure en cours ».

    A l’époque, il fait comprendre qu’il a toute la confiance de la direction. Et même qu’il a son mot à dire, au conseil de classe, pour le maintien dans l’établissement ou pour le passage dans une classe « étoile », la crème de la crème. Inutile, donc, de songer à se plaindre de lui. « Je suis intouchable », répète-t-il. Sur la fin, une pancarte fixée à sa porte annonçait, en latin : « Préfet de droit divin ». A son arrivée, il avait repris en main l’équipe de surveillants placée sous son autorité et mis fin toute collégialité. « Nous avons été réduits à être le prolongement de ses yeux, de ses oreilles et de sa voix. Tout devait passer par lui », raconte l’un d’eux.

    Les nouveaux pensionnaires découvrent vite que la qualité de leur quotidien dépend des relations qu’ils ont avec ce personnage perçu comme tout-puissant. Certains entretiennent avec lui « une vraie proximité », se souvient l’un d’eux avec reconnaissance. Pendant ces années intenses et psychologiquement difficiles, il sert parfois de confident, notamment quand la famille est au loin. Le soir, il convie ses favoris chez lui pour boire un verre, et même plusieurs. A certains, ce féroce misogyne aime dire : « vous êtes beau », « vous êtes joli ».

    Brimades, coups de poing

    Ceux qu’il n’aime pas, en revanche, sont exposés aux quolibets et aux brimades. Ils peuvent poireauter interminablement devant son bureau après avoir été convoqués pour les motifs les plus ténus, voir leur chambre fouillée, leurs affaires confisquées, y compris leur téléphone, se faire traiter de « tarlouze » en cas de fantaisie vestimentaire, subir un simulacre de renvoi. Pierre (les prénoms des étudiants ont été changés) raconte avoir été frappé à deux reprises. Le premier coup, « énorme », donné du poing dans l’épaule, s’est accompagné d’un « sale étranger » – Pierre n’est pas de nationalité française. Le second, un violent coup sur la nuque, d’une forme d’humiliation publique devant les nouveaux de première année, pour la simple raison de porter un bermuda avant la rentrée.

    Certains racontent avoir vécu une longue descente aux enfers. A la rentrée 2016, accepté dans la prestigieuse « prépa » BL, ultra-sélective, Cyriaque est projeté dans un environnement de classe supérieure parisienne catholique dont il ne maîtrise pas les codes. Il est d’autant plus reconnaissant à « monsieur P. » de le prendre sous son aile. « Il était musicien comme moi, passionné de voile comme moi. Nous avions une relation un peu étrange, il m’invitait à boire des coups, à aller au marché aux puces, à écouter du jazz manouche. » De quoi faciliter l’acclimatation du jeune homme.

    Mais l’année suivante, tout change. A partir d’un différend avec un surveillant, Cyriaque devient en butte à « une détestation profonde » de « monsieur P. », qui rend sa vie « infernale ». « Il m’insulte en continu : “petit con, abruti, cassez-vous”, puis parfois il fait volte-face et me dit : “vous êtes intelligent”, “vous êtes beau”. Cette double mesure, ces compliments et ces insultes, c’est très violent. Et cela se produit chaque fois que je le croise, jusqu’à dix fois par semaine. »
    Il trouve dans sa chambre des convocations, mais quand il se rend à son bureau, le directeur l’accuse « d’halluciner », d’être « fou ». Des affaires disparaissent. Un jour, en pleine période de révisions pour les concours, quand chaque heure compte, « monsieur P. » le contraint à déplacer pendant des heures des meubles dans un débarras près de son bureau. « Il me répétait qu’il pouvait me virer quand il voulait, explique-t-il. Je savais que si je partais, je ne retrouverais jamais une aussi bonne prépa. »
    L’année suivante, il est relégué dans un bâtiment où il ne connaît personne. Le directeur de l’internat accentue sa pression. « Avant Noël, il fouille ou fait fouiller ma chambre. » On y trouve, provocation de jeune homme, un drapeau soviétique et un totem balinais en forme de pénis. « Quand il a vu le totem, il a explosé. Dans la cour, il m’a pris par le cou, m’a plaqué contre le mur, m’a étranglé. J’étais tétanisé. Il fait au moins 100-120 kg. Derrière lui, un autre responsable des classes préparatoires se tenait, bras croisés, approbateur. »

    Sites à caractère pédopornographique

    Deux ans plus tard, fin septembre 2018, la direction du collège se rend compte que O. P. consulte sur son lieu de travail, de manière répétée, des sites que le directeur, Frédéric Gautier, juge pédopornographiques. Après deux constats d’huissiers, il fait un signalement au parquet le 23 octobre, avertit le rectorat et licencie O. P. le 2 novembre, pour faute grave « en raison de consultation répétée de sites Internet à caractère pédopornographique avec le matériel informatique professionnel », selon la formule du jugement des prud’hommes.

    Le 4 novembre, Frédéric Gautier informe par écrit les enseignants et salariés de « Stan » ainsi que les parents des élèves de prépa et de classe de musique du licenciement de « monsieur P. », qui « en a compris les motifs et les enjeux ». Sa lettre demande à tous « d’accueillir cette information dans le respect des personnes et de conserver l’attitude de réserve prudente qui convient ». En revanche, le motif est tenu secret. « Afin de respecter les personnes ainsi que les règles fixées par le droit du travail (violation du secret de la vie privée) et le code de procédure pénale (…) qui ne m’autorisent pas à divulguer ce type d’information », explique aujourd’hui M. Gautier. Puis l’affaire en reste là, l’enquête ouverte par le parquet de Paris le 6 décembre étant classée le 9 avril 2019.

    Un an et demi plus tard, fin février 2020, Léon et Henri, deux anciens préparationnaires, apprennent avec stupeur les véritables motifs du renvoi de « monsieur P. » Les souvenirs remontent. Ils se demandent si des élèves ont pu souffrir de comportements répréhensibles de sa part. Avec deux condisciples, ils rencontrent Frédéric Gautier. Les étudiants demandent pourquoi la direction du collège n’a pas complètement informé les parents d’élèves et lui réclament la mise en place d’une cellule d’écoute pour recueillir les éventuels témoignages. Ils lui livrent le leur.

    L’un d’eux a ainsi reçu un coup de cravache sur la cuisse. Il leur est répondu que « monsieur P. » a entre-temps saisi les prud’hommes et que divulguer l’affaire avant le jugement lui donnerait des armes dans ce contentieux. En juin, la direction leur annonce avoir eu gain de cause aux prud’hommes et leur fixe rendez-vous en septembre. Furieux de ce qu’ils jugent être des manœuvres dilatoires, les jeunes gens se renseignent. Ils lisent dans le jugement des prud’hommes que « lors de l’enquête pénale, O. P. a été signalé comme faisant l’objet de faits de viol couverts par la prescription ».

    En septembre, Frédéric Gautier écarte de nouveau toute publicité car O. P. a fait appel du jugement prud’homal. Il leur suggère de faire eux-mêmes un nouveau signalement au parquet. Mais les étudiants jugent la voie judiciaire insuffisante et souhaitent avant tout que leur ancienne école joue carte sur table et vole au secours de possibles victimes. Mi-novembre, face à ce qu’il juge être de « l’obstruction » de la part du collège, le père de Léon finit par contacter le diocèse de Paris, tutelle de l’établissement catholique. Tout comme la direction de « Stan », l’évêque auxiliaire Thibault Verny, chargé de la coordination de la lutte contre les abus au diocèse, fait à son tour un signalement au parquet de Paris, qui ouvre la nouvelle enquête le 17 novembre.

    Bonne ambiance à Stanislas, cet établissement privé catholique où le laïciste Blanquer a suivi tout le cycle secondaire jusqu’en 1982.
    #école #école_privée_catholique #agression_sexuelle #viols (prescrits) #pas_de_vagues

  • Plongée dans les dérives des écoles hors contrat (Challenges)
    https://www.challenges.fr/education/plongee-dans-les-derives-des-ecoles-hors-contrat_653365

    Pédagogie et programmes farfelus, business sans scrupule… Ces établissements 100 % privés se sont multipliés sans réel contrôle. L’Etat réagit depuis peu.

    Mic-mac à Espérance Banlieues (Challenges)
    https://www.challenges.fr/politique/mic-mac-a-esperance-banlieues_652392

    Suite à un rapport d’audit sévère, que Challenges a pu consulter, le réseau d’écoles ultra médiatiques pour les enfants des banlieues est sous le coup d’une plainte contre X pour « abus de confiance ». La Fondation pour l’école, qui abrite le projet depuis l’origine, réunit son conseil d’administration mardi 9 avril, pour décider de l’avenir d’Espérance Banlieues, qui compte aujourd’hui 16 écoles et quelque 600 élèves.

    Mauvaise passe pour les écoles de banlieue financées par les grands patrons (Le Point)
    https://www.lepoint.fr/societe/mauvaise-passe-pour-les-ecoles-de-banlieue-financees-par-les-grands-patrons-

    Pas de reprise de cette information dans les autres médias à ma connaissance. Pas de nouvelles sur ce Conseil d’Administration du 9 avril.

    Rappelons qu’avant de devenir Ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer frayait avec ce réseau très ancré dans une Droite conservatrice voire traditionaliste et accessoirement catholique.
    Hors contrat : le changement de pied de Jean-Michel Blanquer (Luc Cédelle, Blog)
    http://education.blog.lemonde.fr/2018/02/21/hors-contrat-le-changement-de-pied-de-jean-michel-blanquer

    Nous en avions régulièrement parlé sur #Seenthis :
    https://seenthis.net/messages/682881#message682884

    #éducation #école #privatisation #écoles_alternatives #Espérance_Banlieues #laïcité #école_privée #abus_confiance

  • Une laïcité peu orthodoxe (L’Express)
    https://www.lexpress.fr/education/une-ecole-laique-peu-orthodoxe_1996433.html

    A la rentrée prochaine, la cour de récré de l’école élémentaire Barthou, implantée dans les quartiers de Reims et classée en réseau d’éducation prioritaire renforcé (REP +), sera coupée en deux. D’un côté du grillage vert, fraîchement installé, le bâtiment de l’école publique. Sur ses fenêtres s’affiche en grosses lettres « Liberté, égalité, fraternité, laïcité ». Il continuera d’accueillir ses élèves, comme aujourd’hui.

    De l’autre, dans une partie des locaux du groupe scolaire, aujourd’hui vacants, s’installera le cours Colibri, issu du réseau Espérance Banlieues. Ces écoles privées hors contrat ne se reconnaissent pas comme « laïques », mais se disent « aconfessionnelles ». Elles se sont donné pour mission de « lutter contre l’échec scolaire et de transmettre le meilleur de la culture française » et se distinguent par leurs méthodes « à l’ancienne » : levée de drapeaux le matin, apprentissage de La Marseillaise, uniforme vert pour les garçons et violet pour les filles, corvées de vaisselle, vouvoiement de rigueur...

    #éducation #école #privatisation #écoles_alternatives #Espérance_Banlieues #laïcité #école_privée

  • The Super Wealthy Oxycontin Family Supports School Privatization With Tactics Similar to Those That Fueled the Opioid Epidemic | Alternet
    https://www.alternet.org/education/notorious-family-contributing-opioid-crisis-and-funding-elitist-charter-sc

    Keefe writes, “Purdue and other pharmaceutical companies have long funded ostensibly neutral nonprofit groups that advocate for pain patients.”

    The same influence techniques Purdue used to promote painkillers are now being used by Jonathan Sackler to expand charter schools.

    Jonathan Sackler, Arthur’s nephew, is a well-known name in the education reform movement. He founded the charter school advocacy group ConnCan, progenitor of the nationwide group 50CAN, of which he is a director. He is on the Board of Directors of the Achievement First charter school network. Until recently, Sackler served on the board of the New Schools Venture Fund, which invests in charter schools and advocates for their expansion. He was also on the board of the pro-charter advocacy group Students for Education Reform.

    The GAO report went on to quote the DEA as saying the Purdue’s use of branded promotional items in the marketing of OxyContin was “was unprecedented among schedule II opioids, and was an indicator of Purdue’s aggressive and inappropriate marketing of OxyContin.”

    The description of “lavish swag” will sound familiar to anyone who has witnessed one of the no-expenses-spared charter school rallies that are a specialty of Sackler-funded organizations like Families for Excellent schools. Then there is the dizzying array of astroturf front groups all created for the purpose of demanding more charter schools. Just in Connecticut, we’ve had the Coalition for Every Child, A Better Connecticut, Fight for Fairness CT, Excel Bridgeport, and the Real Reform Now Network. All of these groups ostensibly claim to be fighting for better public schools for all children. In reality, they have been lobbying to promote charter schools, often running afoul of ethics laws in the process.

    #Education #Ecole_privée #Opioides

  • Espérance Banlieues : un pan du voile se lève à Marseille (Paul Devin, Le Club de Mediapart)
    https://blogs.mediapart.fr/paul-devin/blog/070917/esperance-banlieues-un-pan-du-voile-se-leve-marseille

    Des parents ont témoigné de doutes sur les conditions de sécurité lorsqu’ils découvraient le modèle scout qui présidait à l’organisation des sorties. D’autres, au fur et à mesure de l’année, s’interrogeaient sur la réussite réelle de leurs enfants dans les apprentissages. Certains s’inquiétaient, alors qu’on les avait assurés de la neutralité religieuse de l’école, du prosélytisme catholique dont leur enfant faisait l’objet. Mais le couvercle se refermait vite quand la rhétorique du directeur s’employait à les rassurer et leur affirmait qu’il ne fallait pas gâcher la dernière chance de leur enfant.
    Une telle pression était généralement de nature à faire taire les inquiétudes.

    À Marseille, le couvercle n’est pas retombé : des parents ont porté plainte pour violences.

    Nulle école, privée ou publique n’est à l’abri des agissements violents d’un adulte. Le procureur a été saisi et retiendra ou non les faits de violence sur mineur. Dans l’attente, nous nous garderons de tout jugement sur les faits incriminés. Mais ces plaintes reposent à nouveau la question du contrôle des écoles privées hors contrat.
    En 2016, la volonté de renforcer ce contrôle avait entraîné une levée de bouclier. Des élus LR avaient saisi le Conseil Constitutionnel qui avait abrogé en janvier 2017 l’article 39 de la loi Égalité et citoyenneté considérant que les motifs de refus préalable d’ouverture d’une école privée hors contrat n’étaient pas suffisamment précisés.

    Source :
    – “Trois plaintes visent le directeur de l’école privée Ozanam” (MarsActu)
    https://marsactu.fr/trois-plaintes-visent-ecole-ozanam

    À noter :
    1. La Fondation “Espérance Banlieues” en dépit d’une pédagogie contestée et, au-delà, d’une idéologie contestable a eu de longs mois les honneurs des médias.
    2. Ce réseau est aussi celui de l’actuel Ministre de l’Éducation Nationale.

    Sources :
    – “« Espérance banlieues » : mais où sont passés les élèves ?” (B. Girard, Club Médiapart)
    https://blogs.mediapart.fr/b-girard/blog/070217/esperance-banlieues-mais-ou-sont-passes-les-eleves
    – “Les écoles « Espérance banlieues » : médiatiques, traditionalistes et ultra-libérales...” (Grégory Chambat, Questions de classes)
    http://www.questionsdeclasses.org/reac/?Les-ecoles-Esperance-banlieues
    – “Jean-Michel Blanquer : « Il ne faut pas opposer le public et le privé »” (Fondation Espérance Banlieues)
    http://www.esperancebanlieues.org/jean-michel-blanquer-ne-faut-opposer-public-prive

    #éducation #école #violences #pédagogie_noire #fondation_espérance_banlieues #école_hors_contrat #école_privée #traditionalistes

  • La ségrégation sociale s’est accentuée dans l’école privée, selon l’Éducation nationale (La Croix)
    http://www.la-croix.com/Famille/Education/La-segregation-sociale-s-est-accentuee-dans-l-ecole-privee-selon-l-Educati

    Dans le public, un collège sur deux accueille plus de 43,2 % d’élèves issus de milieu défavorisés, tandis que seul un établissement privé sur dix en fait autant.
    […]
    Mais si l’on s’intéresse à l’évolution dans le temps, on se rend compte tout de même qu’entre 2003 et 2015, la ségrégation parmi les collèges publics a diminué, tandis que les écarts de composition sociale se sont accentués entre public et privé.

    #école #école_publique #école_privée #ségrégation_sociale #inégalités

    De moins en moins d’enfants défavorisés dans les collèges privés (Ouest France)
    http://www.ouest-france.fr/education/de-moins-en-moins-d-enfants-defavorises-dans-les-colleges-prives-452712

  • Najat Vallaud-Belkacem veut renforcer le contrôle sur l’enseignement #hors_contrat et à domicile
    https://www.mediapart.fr/journal/france/090616/najat-vallaud-belkacem-veut-renforcer-le-controle-sur-lenseignement-hors-c

    Le ministère de l’Education nationale veut conditionner toute ouverture d’un établissement privé hors contrat à une autorisation préalable et mieux contrôler l’enseignement à domicile.

    #France #école_privée #éducation #enseignement_à_domicile #Najat_Vallaud_Belkacem

  • Mixité sociale à l’école, le match public-privé (La Croix)
    http://www.la-croix.com/Famille/Education/Mixite-sociale-a-l-ecole-le-match-public-prive-2016-05-09-1200758854

    En clair, s’il accueille globalement des élèves issus de milieux plus favorisés (avec une surreprésentation d’enfants de cadres, de chefs d’entreprise et de personnes exerçant une profession libérale), l’enseignement privé, très largement dominé par l’enseignement catholique, offre malgré tout un plus grand brassage social que le public. Celui-ci se caractérise plus souvent par des établissements scolarisant des enfants issus, dans une forte proportion, d’un même milieu, qu’il soit ou non défavorisé.

    Article intéressant en dépit du légendage peu clair des infographies. Il semble que le privé s’en tire bien surtout parce que le peu de familles modestes accueillies mélangées à leur public de référence (plutôt très aisé) suffit à assurer une mixité que le collège public (ses sectorisations et ses filières de tri) n’offre pas. Ce qui en dit long sur l’échec du service public.

    #éducation #collège #école_privée #mixité_sociale

    • L’école privée « bon élève » de la mixité sociale. De qui se moque-t-on ?
      http://www.slate.fr/story/117891/ecole-privee-mixite-moquerie

      Oui, c’est vrai. Bien sûr que c’est vrai. Pourquoi ? Parce que les familles évitent les écoles publiques, parce qu’elles ont peur du mélange social, parce que les établissements concentrent trop de difficultés, parce que la composition sociale du quartier mais aussi, MAIS AUSSI, le contournement de la carte scolaire font de certains collèges de véritable ghettos scolaire. Si l’école privée devient plus mixte socialement, c’est bien parce que dans certains quartiers, des familles même de milieux assez populaires l’évitent. De plus en plus.

  • Choisir une école : quelle colle ! (Télérama.fr)
    http://www.telerama.fr/radio/choisir-une-ecole-quelle-colle,136641.php

    Alors, publique ou privée ? En quatre épisodes, le dilemme d’une mère confrontée à un choix difficile pour ses deux filles.

    Y’a deux écoles (ARTE Radio)
    http://arteradio.com/serie/y_a_deux_ecoles

    #éducation #système_éducatif #école_privée #école_publique #stratégie

  • Les écoles « Espérance banlieues » : médiatiques, traditionalistes et ultra-libérales... (I) (L’École des réac-publicains - Questions de Classe(s))
    http://www.questionsdeclasses.org/reac/?Les-ecoles-Esperance-banlieues

    la fondation Espérance banlieues, très médiatique - et très lisse ! - vitrine d’un réseau traditionaliste et ultra-libérale, celui de la fondation pour l’École et de ses inspirateurs. Un réseau qui entend en finir avec le service public d’éducation au nom de la foi et/ou du libéralisme le plus radical...

    Avec le soutien du Figaro :
    – 13/09/2013 : “Cette étonnante école qui fait rêver en Seine-Saint-Denis”
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/09/13/01016-20130913ARTFIG00389-cette-etonnante-ecole-qui-vient-d-ouvrir-a-montfe
    – 31/12/2015 : “À l’école de la patrie”
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/12/31/01016-20151231ARTFIG00072-a-l-ecole-de-la-patrie.php

    #école #école_privée #patrie

    • L’école (privée) pour tous ? (Slate.fr)
      http://seenthis.net/messages/249579

      Certes l’enseignement de la République a aussi un beau slogan qui claque : liberté, égalité, fraternité, écrit au-dessus du portail. Dommage qu’il soit si difficile d’y croire. Le manque d’égalité pour les élèves, c’est justement ce que dénoncent des enseignants de l’éducation prioritaire comme ceux Villeneuve-Saint-Georges. La Cour des comptes et il y a encore peu de temps Vincent Peillon s’étonnaient du fait que les élèves parisiens coûtent 50% plus cher que ceux de l’académie de Créteil où se situe Alexandre-Dumas. Prenons les paris que Benoît Hamon ne tarde pas à faire de même.

      Au vu de cette situation, il n’est pas étonnant que l’idée que l’alternative du privé finisse par être présentée comme un droit qui devrait être accessible à tous. Le droit à échapper à l’école publique ! A l’Education nationale de gérer des ghettos de plus en plus ségrégués...

    • Il y a beaucoup d’argent à se faire pour quelques uns, et c’est déja le cas.

      BUDGET 2016 Ministère de l’Education Nationale

      7 205 523 579 euros détournés pour le financement de l’enseignement privé 1er et 2nd degrés
       
      Dépenses de personnel, de fonctionnement et d’intervention : 7 174 423 975 € en 2015

      Environ 17 % des élèves (2 079 149 en 2014-2015) sont scolarisés dans l’enseignement privé sous contrat (13 % des élèves du premier degré et 21 % des élèves du second degré), au sein de 4 828 écoles et 2 919 établissements du second degré sous contrat.


      L’enseignement privé sous contrat regroupe essentiellement des établissements gérés par des associations régies par la loi de 1901 ; environ 95 % de ces établissements sont catholiques. Les autres sont soit confessionnels (juifs, protestants ou musulmans), soit laïques, soit des établissements d’enseignement des langues régionales ou des établissements d’enseignement adapté.

      L’Etat assurera en 2016 le paiement de la rémunération de 137 502 personnes physiques, les dépenses de formation initiale et continue des enseignants, les dépenses pédagogiques, le forfait d’externat (c’est-à-dire la subvention permettant de couvrir la dépense de rémunération de personnels non enseignants des classes du second degré sous contrat d’association), les emplois de vie scolaire pour l’accompagnement d’élèves handicapés ainsi que des aides directes aux élèves (bourses de collège et de lycée, fonds sociaux).

      En 2016, les crédits consacrés à la formation connaitront une augmentation de 24,9 millions d’euros (+20,7 %). Ce montant inclut une dotation supplémentaire de 4 millions d’euros destinée au financement du plan de formation exceptionnel au numérique, dans les mêmes conditions que celui mis en œuvre dans l’enseignement public du second degré.
      De plus, concernant l’enseignement privé du 1er degré, les communes sont tenues de prendre en charge leurs dépenses de fonctionnement dans les mêmes conditions que celles des classes correspondantes de l’enseignement public.

      CRÉDITS CONSACRÉS AU FONCTIONNEMENT DES LYCEES ET COLLEGES PRIVES
      _ (Forfait d’externat, dépenses pédagogiques, action culturelle…)
      660 807 586 € en 2016
       
      L’État participe, sous forme de subventions, aux dépenses de rémunération des personnels non enseignants afférentes à l’externat des collèges et des lycées d’enseignement privés sous contrat d’association. Le montant de cette participation correspond à la rémunération que l’État verse à ses personnels non enseignants affectés dans les collèges et les lycées publics, au seul titre de leurs activités liées à l’externat des collégiens et lycéens qui y sont scolarisés. Les personnels non enseignants pris en considération pour la détermination du montant du forfait d’externat sont les personnels de direction, d’éducation et de surveillance, les personnels administratifs, sociaux et de santé, ainsi que les personnels de laboratoire
      Il est prévu, en 2016, au titre de la part « personnels » du forfait d’externat que l’État verse 637 361 651 € aux établissements d’enseignement privés sous contrat (+ 9,8 millions par rapport à 2015). Ainsi, le coût moyen d’un élève du privé sera revalorisé par rapport à celui de la Loi de Finances 2015, à savoir
      523 € par élève du second degré, dont :
      512 € pour un collégien ;
      497 € pour un lycéen dans l’enseignement général et technologique ;
      647 € pour un lycéen dans l’enseignement professionnel.
       
      Les associations liées à l’enseignement privé et à son caractère confessionnel, ne sont pas oubliées : 410 000 € de subventions en 2016.
      La loi de finance 2016 prévoit également un abondement de 15,3 millions d’euros pour la prise en charge du renouvellement des manuels dans les collèges privés sous contrat.
      En complément du forfait versé par l’Etat pour le financement des personnels d’éducation, administratifs et d’encadrement des établissements privés, les collectivités territoriales (départements pour les collèges, régions pour les lycées) versent depuis le 1er janvier 2007 un forfait calculé en proportion du financement des personnels TOS (Techniques, Ouvriers et de Service) de l’enseignement public par les départements et régions. 
      Le département ou la région contribuent également au financement des dépenses pédagogiques des établissements privés : en collège, pour l’acquisition des manuels scolaires et des carnets de correspondance, pour l’équipement nécessaire aux technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement (TICE) et pour les droits de reproduction ; en lycée, pour l’équipement nécessaire aux TICE et pour les droits de reproduction ; en lycée professionnel, pour la documentation pédagogique, l’équipement nécessaire aux TICE, les frais de stages et les droits de reproduction ; dans les classes post-baccalauréat, pour les frais de stages et les droits de reproduction.
       
      Enseignement post-baccalauréat en lycée :
      261 585 051 € en 2016
       
      Budget 2016 - Ministère de l’Agriculture
       
      574 291 502 euros détournés pour le financement de l’enseignement agricole privé
      Rémunérations des personnels contractuels de droit public des établissements privés du temps plein : 227 917 193 € ;
      Subventions aux établissements privés du temps plein : 126 811 905 €, et aux établissements privés du rythme approprié (alternance sous statut scolaire) : 215 642 500 € ;
      Subventions aux organisations fédératives représentant les établissements privés de l’enseignement technique agricole : 584 901 €, et aux organismes de formation : 3 335 003 €.

      Le montant d’autres crédits (aide sociale aux élèves, moyens communs à l’enseignement technique agricole, public et privé) au profit de la scolarisation dans l’enseignement agricole privé est difficile à déterminer car ils figurent dans des lignes budgétaires communes au public et au privé !
       
      Budget 2016 Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche
      78 895 852 € détournés pour le financement de l’enseignement supérieur privé dit associatif
      23 880 820 € pour le financement des établissements privés supérieurs agricoles sous contrat

       
      L’enseignement supérieur privé associatif en bref 
      En bleu, les associations comportant des établissements catholiques ou d’inspiration catholique.
      L’enseignement supérieur privé associatif comptait en 2013 77 000 étudiants dans 59 établissements, rassemblés principalement au sein de quatre associations : 
      la FESIC, réseau de 28 grandes écoles d’ingénieurs et de management. 
      L’UGEI (Union des grandes écoles indépendantes) composée de 17 écoles d’ingénieurs et 8 écoles de commerce et de management 
      l’UDESCA (Union des établissements d’enseignement supérieur catholique) qui regroupe les cinq universités catholiques de France (Angers, Lille, Lyon, Paris, Toulouse) 
      l’UNFL (Union des nouvelles facultés libres) qui réunit la FACO (Faculté libre de droit, d’économie et de gestion), l’Institut Saint-Jean Paris/CEPHI, l’Ircom, I2M Caraïbes (Institut de management et de marketing supérieur de commerce des Caraïbes), l’IPC (facultés libres de philosophie et de psychologie), l’ICES (Institut catholique d’études supérieures) et l’ICR (Institut catholique de Rennes).

      Qui peut nier ces chiffres ? Mais ce ne sont que les chiffres nationaux.

      C’est pourquoi, la fédération nationale de la Libre Pensée engage chacune de ses fédérations départementales à établir pour cette année l’inventaire des fonds détournés au profit de l’enseignement confessionnel, à rendre public la totalité des sommes, à interpeller sur la base de ces chiffres les citoyens, la presse et les élus.
      2016 sera pour la fédération nationale de la Libre Pensée une année où nous ferons, à nouveau, comme en 1906, comme 2006, l’inventaire des biens de l’Eglise, prélevés sur les biens du peuple. Une année où nous ferons la démonstration qu’il faut en finir avec l’étranglement de l’école publique, où il faut :
      L’abrogation de la Loi Debré !
      Fonds publics à l’Ecole publique !
      Fonds privés à l’école privée ! *

  • Ca y est, j’ai retiré mon fils de l’école publique. Questionnement de longue date, et voilà c’est fait. Dans un premier temps, un sentiment de défaite, voir de culpabilité, mais là juste heureuse le voir rentrer avec la petite lumière dans les yeux, de l’entendre raconter des histoires d’aventure (ils correspondent avec un gars qui traverse l’atlantique en solo, ils travaillent avec un groupe d’indiens kogis-oui oui on est dans le Drôme hein), de raconter les choses qu’il a fabriqué avec ses mains, de le voir rentrer couvert de boue ! Je me dis que tous les enfants devraient avoir droit à ça. Et tous les profs aussi.

    Petit film sur Caminando, donc

    https://www.youtube.com/watch?v=qtN1rLvhtYE

  • L’école (privée) pour tous ? (Slate.fr)
    http://www.slate.fr/story/85905/ecole-privee-pour-tous-alexandre-dumas-montfermeil

    Ce projet ressemble aussi beaucoup aux charter schools américaines. Des établissements expérimentaux conçus pour encourager la réussite scolaires dans les quartiers difficiles. Des écoles publiques qui fonctionnent sur des règles qui leur sont propres, recrutent leurs enseignants sur profil et proposent des alternatives pédagogiques.

    Elles sont très demandées par les familles, à tel point que les élèves sont parfois recrutés par tirage au sort. Hélas, les résultats en termes de « déségrégation » scolaire ne sont pas au rendez-vous. Un récent article de l’AFP nous apprenait qu’une étude venait de montrer que, dans l’Etat de New-York, l’expérience aboutit à former des #ghettos sociaux et raciaux encore plus fermés. D’après les chercheurs, en 2010, 73% de ces charter schools new-yorkaises comptaient moins de 1% d’élèves blancs et 90% moins de 10%.

    Enfin, si le projet Alexandre-Dumas semble encore isolé, voire anecdotique, ce qui peut laisser dubitatif, ce sont les moyens employés pour en faire parler.

    […]

    Certes l’enseignement de la République a aussi un beau slogan qui claque : liberté, égalité, fraternité, écrit au-dessus du portail. Dommage qu’il soit si difficile d’y croire […]. La Cour des comptes et il y a encore peu de temps Vincent Peillon s’étonnaient du fait que les élèves parisiens coûtent 50% plus cher que ceux de l’académie de Créteil où se situe Alexandre-Dumas. […]

    Au vu de cette situation, il n’est pas étonnant que l’idée que l’alternative du privé finisse par être présentée comme un droit qui devrait être accessible à tous. Le droit à échapper à l’école publique ! A l’Education nationale de gérer des ghettos de plus en plus ségrégués...

    #éducation #école_privée #éducation_prioritaire #échec_scolaire #charter_school #ségrégation #marketing

    • Concrètement, et comme je l’avais prévu, le réaménagement des horaires du primaire a conduit à privatiser du temps scolaire qui était public. Aucune dotation n’est arrivée pour les communes qui ont joué le jeu et embauché du monde pour les activités extrascolaires. Pour beaucoup d’autres, ces heures censées rompre avec les inégalités d’accès aux activités extrascolaires n’ont que les renforcer : accès payant et places limitées. Ceux qui ne peuvent payer restent en plan dans la cours de récré...

  • Les facs britanniques en mal de mixité sociale
    http://fr.myeurop.info/2013/06/17/les-facs-britanniques-en-mal-de-mixite-sociale-10246

    Quentin Bisson

    L’égalité des chances est un idéal très théorique dans le système scolaire britannique. Au sein des vingt meilleures universités du pays (Russell Group), la part des étudiants issus d’une école publique est en baisse.

    Si l’on en croit le classement Pearson/ the Economist des systèmes (...)

    #REVUE_DU_WEB #Société #Étudiants #Royaume-Uni #classement_des_universités #école_privée #école_publique #frais_d'inscription #milieu_défavorisé