• Jaunes de colère : de la trahison macroniste à la révolte populaire, entretien avec Samuel Hayat
    https://grozeille.co/jaunes-de-colere-samuel-hayat

    La #mobilisation peut se faire à deux conditions. D’abord il faut un conflit entre des #principes_moraux différents, ce qui suppose donc qu’un autre principe vienne s’opposer à celui que l’on défend. A propos du XVIIIe siècle, Thompson parle de conflit entre #économie_morale et #économie_politique. L’époque est travaillée par l’apparition des nouveaux principes de l’économie politique : le libre-échange, notamment le libre échange des grains. C’est lorsqu’il y a une confrontation entre les principes de l’économie morale et ceux de l’économie politique que naît la contestation.

    Deuxième chose : il faut qu’on ait l’impression que l’autorité, normalement garante des principes de #justice, les a trahis et a pris parti pour ceux qui s’opposent à ces principes. C’est ce qui se passe aujourd’hui : on a un Président de la République qui met en avant son adhésion à des principes de justice qui ne sont pas du tout ceux des gilets jaunes. Il soutient des principes de justice capitalistes selon lesquels les gagnants doivent gagner encore plus de telle sorte qu’ils tireront tout le monde vers le haut. Selon lesquels, aussi, les #pauvres sont responsables de leur pauvreté puisqu’ils n’ont qu’à traverser la rue pour trouver un travail, qu’à travailler pour s’acheter une chemise et qu’à s’en prendre à eux-mêmes si le monde des gagnants ne leur est pas accessible.

    Macron a d’emblée pris position contre les principes de l’économie morale des classes populaires. Et le fait qu’il ait été aussi ouvert et explicite, surtout dans sa moquerie des principes de l’économie morale, a clairement été perçu comme une trahison. Trahison qui a rendu possible le mouvement, ou en tout cas l’a focalisé sur les principes moraux dont nous parlions.

    A côté de ces deux éléments qui me semblent nécessaires à une mobilisation sur le fondement de l’économie morale, il y a évidemment d’autres choses, plus spécifiques au mouvement actuel. Il y a bien sûr une cause plus structurelle qui tient aux quarante années de politiques néolibérales que nous venons de vivre. Enfin, et c’est sûrement ce qui fait que la mobilisation s’est faite autour des taxes sur le carburant et pas autre chose, il y a le discours soi-disant écologiste des gouvernants qui consiste à dire à toute une série de personnes que leur mode de vie est dangereux pour la planète. Il faudrait le vérifier par une véritable enquête, mais il me semble qu’il y a quelque chose d’inédit dans ce discours de responsabilisation écologique individuelle , quand bien même il serait fondé scientifiquement et politiquement. En gros, avec cette augmentation des taxes sur le carburant, on voit le chef de l’Etat rejoindre la mise en accusation écologique généralisée pour déclarer que non seulement les gens doivent payer plus, mais qu’ils ont intérêt à se taire et à dire merci, parce qu’on les fait payer plus du fait qu’ils sont en train de détruire la planète, ces salauds, et que c’est au nom de la transition écologique qu’on les fait payer plus. Tandis qu’à côté de ça, le gouvernement recule sur le glyphosate, ne taxe pas les gros pollueurs, etc.

    Il faut bien saisir l’ampleur de la trahison que cela représente et l’hypersensibilité que ça peut créer chez les gens : le modèle qu’on nous a vendu depuis un siècle, celui de l’#individu qui s’accomplit en étant propriétaire de sa maison et de sa voiture, qui a un #travail décent et qui vit bien sa vie en se levant tous les matins pour aller bosser, ce modèle-là sur lequel Nicolas Sarkozy a beaucoup surfé avec sa France des gens qui se lèvent tôt et sa politique d’accession à la propriété, tout ce modèle-là on déclare tout à coup qu’il n’est plus possible économiquement et qu’il est dangereux écologiquement, qu’il faut donc se sentir coupable d’être à ce point écologiquement irresponsable, d’avoir suivi des décennies d’incitation à suivre ce modèle. Vrai ou pas vrai, l’effet de ce discours est terrible.

    Je pense néanmoins qu’entre toutes ces raisons, le point fondamental reste la trahison. C’est en cela qu’Emmanuel Macron est complètement différent de Nicolas Sarkozy et François Hollande. La délectation naïve avec laquelle il trahit tous les codes moraux habituels de fonctionnement d’une société inégalitaire est une raison essentielle de la haine dont il est l’objet. Les #sociétés_inégalitaires ont besoin d’être tenues ensemble, soudées, justifiées par autre chose que la pure économie, quelque chose qui donne le sentiment que les gagnants ont une certaine #légitimité à être les gagnants, que les perdants ne sont pas complètement laissés en-dehors de la société, que les gagnants doivent payer leur impôts et que l’#Etat joue un rôle un peu neutre dans tout ce système. Or voir un Président afficher de manière aussi ostensible la culpabilisation de ceux qui ne réussissent pas, c’est une #violence extrême dont les gouvernants ne se rendent visiblement pas compte.

    #gilets_jaunes #écologie #écologie_punitive #culpabilisation #responsabilité_individuelle

    • G – Peut-on voir ce rejet du politique, ni droite ni gauche comme le miroir inversé de ce que propose la vision macroniste d’un contrôle technicien qui ne serait pas politique, mais strictement expert ?

      H – Ces mouvements citoyens ne sont en effet possibles que parce qu’ils viennent répondre comme en miroir à ce processus de dépolitisation de la politique. Cette dépolitisation experte et technicienne appropriée par les forces néolibérales, Macron en est une sorte de symbole. Macron est celui qui trahit le pacte mais c’est aussi celui qui rejette la politique, qui rejette l’idéologisation de la politique. Et en ce sens-là il y a une affinité très forte entre ces mouvements et le monde de Macron dans lequel il y a simplement des citoyens et l’Etat, mais plus aucun des dispositifs de médiation conflictuelle qui existaient et étaient légitimes jusque-là. Dans lequel il n’y a donc plus aucun affrontement partisan qui viendrait diviser le social. Le clivage se fait entre d’un côté les forces de la modernité technicienne et de l’autre les ringards, les Gaulois réfractaires.❞


  • COP21 :« L’air a désormais un prix » - CQFD, mensuel de critique et d’expérimentation sociales
    http://cqfd-journal.org/COP21-L-air-a-desormais-un-prix

    Selon toi, qu’y a-t-il à attendre de la COP21 ?

    Ce qu’on y discutera est relativement important et plusieurs signes avant-coureurs laissent penser qu’on ne rejouera pas le coup de Copenhague en 2009. Mais restons lucide. Le but est de limiter le réchauffement à deux degrés d’ici la fin du siècle. Chiffre sujet à controverse, car la véritable augmentation pourrait être de 3,7 à 4,8. Mais quand bien même les États s’y engageraient, aucune sanction n’est prévue en cas de promesses non tenues.

    Enfin, la crise climatique permet au capitalisme bureaucratique d’intensifier son emprise sur nous. Le compteur électrique Linky dans les foyers, la privatisation des derniers biens communs, le rationnement, et l’intrusion des systèmes intelligents dans chaque aspect de nos vies. Plus que l’idéologie sécuritaire, l’écologie servira de prétexte à l’intrusion de dispositifs de surveillance. La vie privée pourrait en ressortir aussi affectée que par les lois antiterroristes.

    #capitalisme_vert #écologie_punitive


  • Feu de cheminée : dans un an, ce sera interdit ! - France Info
    http://www.franceinfo.fr/consommation/question-d-immobilier/feu-de-cheminee-dans-un-an-ce-sera-interdit-1287345-2014-01-19

    Il s’agit en effet d’un enjeu sanitaire qui est à l’origine de cette interdiction. Cette mesure devrait permettre de diminuer les niveaux de concentration de particules fines de l’air ambiant, car ils dépassent souvent les limites réglementaires, selon la Direction régionale et interdépartementale de l’environnement et de l’énergie d’Ile-de-France (DRIEE IF). Selon elle, ces particules réduisent de 6 mois l’espérance de vie dans l’agglomération parisienne. Or, selon la DRIEFF IF, le chauffage au bois représente 23 % des émissions de ces particules en Ile-de-France, soit autant que l’échappement des véhicules routiers. La sécurité sanitaire va donc primer sur la convivialité des soirées au coin du feu ! A titre d’image, une demi-journée au coin du feu émet autant de particules fines qu’une voiture diesel qui roulerait pendant 3.500 kms !

    #écologie_punitive


  • La taxe poids-lourds ou éco-redevance poids-lourds provoque une vague de manifestations aux portiques installés sur la voie express qui traverse la Bretagne :

    Écotaxe. Une mobilisation sans débordement entre Mondevert et La Gravelle - Mondevert - Transports - ouest-france.fr
    http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-ecotaxe.-Une-mobilisation-sans-debordement-entre-Mondevert-e

    http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Portique-ecotaxe.-Les-manifestants-face-aux-CRS-a-Pont-de-Bu

    De plus il y a « écotaxe » et « écotaxe » :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Taxe_poids_lourds : celle-ci qui est un nouvel impôt

    http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cotaxe : celle-là est un marché de dupes

    #Écologie_punitive #enfumage


  • En politique française, on est toujours ’ach’ment balaise ... en politique française ...

    Mamère quitte EELV : Cohn-Bendit « comprend », Mélenchon dit « bienvenue au club »
    http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/09/25/daniel-cohn-bendit-comprend-noel-mamere_3484022_823448.html

    Nicolas Hulot, ancien candidat à la primaire EELV pour la présidentielle de 2012 dit sur RTL ne pas savoir si Noël Mamère « a tort ou raison ». « Ce qui est clair, c’est que dans cette formation politique, (...) il y a quelque chose qui ne marche pas : ils ne rencontrent pas l’adhésion de la société ». Selon M. Hulot, « Il y a presque un rejet sur l’écologie aujourd’hui ».

    Ben oui, M’sieur Hulot, ce que nous propose EELV dans sa collaboration avec le Parti Solférinien, c’est de l’ #écologie_punitive

    • C’est bien mon sentiment. On ne perçoit des écolos que leur collaboration avec les hollandistes. La base verte n’appartient pas à ce petit monde.