• Foreigners not as wanted as before in Singapore - Asia Times
    https://asiatimes.com/2020/09/foreigners-not-as-wanted-as-before-in-singapore

    Singapore’s success as a global business hub has hinged on its openness to global capital and labor flows, a formula that is under unprecedented strain in the Covid-19 era. The pandemic has put a spotlight on low-wage migrant workers often employed in the construction sector who account for around 95% of the city-state’s recorded 57,500 infections. Issues related to rising immigration and skilled foreign labor have, on the other hand, stoked a polarizing debate and stirred exclusionary sentiments, particularly toward professional migrants from India who some critics and netizens view as being overrepresented in well-paid sectors such as information technology and banking. “Attitudes towards middle-class migrants are similar to global sentiments under these pandemic conditions and are characterized by heightened xenophobia in many cases, seeing migrants as competing for scarce jobs and resources with citizens,” said Laavanya Kathiravelu, a sociologist at Singapore’s Nanyang Technological University.
    Opposition parties notably increased their vote share at the polls after pressing the PAP on immigration and foreign worker issues on the campaign trail. At the first session of Parliament since the polls, Leader of the Opposition Pritam Singh called for anti-discrimination laws to punish companies that discriminate against hiring Singaporean workers.
    Prior to that, in August, the government said it would raise the minimum monthly

    #Covid-19#migrant#migration#singapour#economie#sante#immigration#xenophonie#travailleurmigrant

  • Uncertain future for migrant workers, in a post-pandemic world | | UN News
    https://news.un.org/en/story/2020/09/1072562

    Gary Rynhart: When COVID-19 spread around the world, many migrants were shipped home unceremoniously or left to fend for themselves. Migrants have also – because of the sectors they work in, and the poor conditions in which many lower skilled migrants live and work – been vectors for spreading the virus. Examples we’ve seen include workers in meat factories in Germany, and construction workers in the United Arab Emirates and Singapore.
    UN News: are migrants more likely to have lost work, due to the economic crisis?
    Gary Rynhart: Job losses have often hit migrant workers hardest, because they are more likely to work in informal jobs which can lack safety nets, in case of job loss or illness. This is particularly the case for migrants in developing countries, and temporary migrants, such as seasonal workers, where social protection tends, at best, to be limited to work injury compensation or health benefits.Over thirty countries in the world get more than 10 per cent of their GDP from remittances. This money sent home by around one billion workers overseas or internally to their families is collectively higher than either foreign direct investment or official development assistance. It was almost three-quarters of a billion dollars last year. The World Bank estimates a drop of 20% this year. Families across the developing world are being impacting, creating ripple effects throughout their economies.

    #Covid-19#migrant#migration#sante#economie#futur#transfert#transmission#travailleurmigrant#secteurinformel

  • La déraison de la #croissance (des #transports)
    http://carfree.fr/index.php/2020/09/18/la-deraison-de-la-croissance-des-transports

    Les transports, tout particulièrement internationaux, sont une illustration de l’aberration de notre logique actuelle de fonctionnement. Il s’agit d’une des activités les plus polluantes et les plus consommatrices d’énergie. Et Lire la suite...

    #Destruction_de_la_planète #Fin_de_l'automobile #Fin_des_autoroutes #Fin_du_pétrole #Réchauffement_climatique #camions #décroissance #économie #local #marchandises #mondialisation #société

  • Coronavirus : l’Afrique du Sud annonce la réouverture partielle de ses frontières
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/09/17/coronavirus-l-afrique-du-sud-annonce-la-reouverture-partielle-de-ses-frontie

    Les frontières de l’Afrique du Sud vont rouvrir le 1er octobre, avec des restrictions pour « certains pays » dont les taux d’infection au coronavirus demeurent « élevés », a annoncé, mercredi 16 septembre au soir, le président Cyril Ramaphosa. Une liste précise de ces pays sera publiée plus tard, a-t-il ajouté lors de cette déclaration télévisée, et sera établie « en fonction des dernières informations scientifiques » disponibles.« Nous allons alléger, progressivement et avec précaution, les restrictions pour les voyages internationaux », a annoncé M. Ramaphosa depuis Pretoria, après avoir rappelé que les chiffres de nouvelles contaminations avaient sérieusement baissé ces dernières semaines dans le pays le plus touché du continent par la pandémie. « Il y a deux mois, au plus fort de la tempête, nous enregistrions quelque 12 000 nouvelles infections par jour. Aujourd’hui nous sommes en moyenne à moins de 2 000 », a-t-il précisé, alors que le pays s’est lancé tôt dans une campagne de tests très étendue, qui va se poursuivre. Les voyageurs, qui ne pourront arriver que dans trois aéroports (Johannesburg, Durban et Le Cap), devront présenter un test au Covid-19 négatif datant de moins de soixante-douze heures. S’ils ne l’ont pas fait, ils devront se mettre en isolement « à leurs frais », a détaillé le président, sans préciser de durée exacte. Tout comme ceux qui seraient repérés à leur arrivée comme présentant des symptômes suspects, en attendant la conclusion d’un deuxième test. « Nous sommes prêts à rouvrir nos portes au monde […] pour qu’il goûte à nos montagnes, nos plages, nos villes animées et nos réserves animalières », a déclaré le chef de l’Etat, insistant sur l’importance du tourisme dans l’économie sud-africaine.

    #Covid-19#migrant#migration#afriquedusud#sante#frontiere#isolement#test#economie#tourisme

  • Coronavirus: north-east of England faces new restrictions amid Covid-19 spike | World news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/world/2020/sep/16/north-east-of-england-faces-new-restrictions-amid-covid-19-spike
    https://i.guim.co.uk/img/media/b633fd1dbbe2bb82e58f26f4639ff2d2abd0f674/0_116_3500_2101/master/3500.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    New restrictions on social contact between households and a 10pm curfew on pubs are expected to be introduced in parts of north-east England in an attempt to curb rising coronavirus cases. Nick Forbes, the leader of Newcastle city council, confirmed that “additional, temporary restrictions” were being planned to prevent another full lockdown for the region. Multiple sources confirmed that the measures, due to be announced on Thursday morning, will include a 10pm curfew on pubs and bars and a ban on mixing between households. They will come into effect from midnight on Thursday night/Friday morning. The restrictions are expected to apply to Newcastle, Northumberland, North Tyneside, South Tyneside, Gateshead, County Durham and Sunderland, but not Teesside. They will cover a population of approximately 1.5 million people.The new measures are expected to include a ban on care home visits for all but “essential visitors” – the first such measure since the UK-wide lockdown in spring. It is also expected that people will be told not to go on holiday with other households and to avoid public transport for non-essential journeys.
    Robert Jenrick, the housing, communities and local government secretary, confirmed the implementation of new restrictions when he appeared on ITV’s Peston programme on Wednesday evening. He said: “The number of cases has been rising rapidly in many parts of the country, but particularly in the north-east, and so a decision has been made to impose further restrictions there.

    #Covid-19#migrant#migration#grandebretagne#confinement#deplacement#sante#retsrictionsanitaire#economie

  • Longtemps, les femmes à la tête d’entreprises sont restées en marge de l’histoire des femmes et de l’histoire du travail. Et pourtant…
    #histoire #genre #économie

    https://sms.hypotheses.org/20387

    Femmes entrepreneures du XVIIIème siècle

    Des femmes à la tête d’entreprises aux XVIIIe siècle ? L’histoire est méconnue et pendant – trop – longtemps, les entrepreneures sont restées en marge des recherches en histoire des femmes ou en histoire du travail. Pourtant, elles n’étaient pas si marginales qu’on ne l’a d’abord cru.

    Henri Hauser déclarait déjà en 1897 : « C’est une opinion assez généralement répandue que l’emploi des femmes dans l’industrie est une invention des temps modernes. On se figure volontiers que les siècles passés ont laissé exclusivement la femme à son rôle d’épouse et de mère ; c’est, dit-on, le régime capitaliste, c’est la liberté du travail et la machine, qui ont créé ces types nouveaux : l’ouvrière, la patronne, la jeune apprentie. Mais l’histoire constate qu’elle n’est en accord ni avec les faits, ni avec les textes. »

    Il a pourtant fallu attendre les années 1970 et l’avènement progressif d’une « histoire des femmes », dans la droite lignes des women studies américaines, pour que les historiens s’intéressent à la réalité du travail féminin. Il fallu attendre vingt ans de plus pour que commence à émerger une réflexion sur l’entrepreneuriat féminin sous toutes ses formes. Quittant la rhétorique de l’exclusion juridique et économique, les chercheurs ont alors mis en évidence l’existence de stratégies féminines qui confirment l’écart entre la norme et la pratique. Les études de cas se sont enfin multipliées, rendues possibles par la mobilisation de sources nouvelles (correspondance, actes notariés…) (...)

  • No new normal for Asia’s virally unwanted migrants - Asia Times
    https://asiatimes.com/2020/09/no-new-normal-for-asias-virally-unwanted-migrants

    The pandemic-induced economic crisis has hit Southeast Asia especially hard, with most regional economies expected to record negative growth and record recessions in 2020.But while analysts weigh which industries will be harder than others, often overlooked is the impact on the region’s migrants, the hidden labor that fuels the usually dynamic region’s growth.Some 9.9 million Southeast Asians worked outside of their home countries in the region in 2016, according to World Economic Forum data.Those footloose workers, including from the Philippines, Indonesia and Myanmar, send home remittances that boost household incomes and fuel consumption in their home economies.In 2019, Philippine migrant remittances hit $25.6 billion, accounting for 9.3% of gross domestic product (GDP). Remittances were worth US$77 billion in Southeast Asia last year. The World Bank reckons that global remittances will fall by at least one-fifth this year.
    But the pandemic has sent many migrants home without work or incomes. Others have remained abroad trying to eke out a living while waiting so far vainly for a post-pandemic recovery, according to monitoring groups and reports. Civil society organizations say migrants stuck abroad receive few government rescue handouts, while those who returned home often live under crippling debt while fighting for payments owed by their overseas employers. Migrant worker rights groups in Singapore have protested over draconian laws, including emergency government rules that allow employers to severely restrict the free movement of migrant workers, including by not allowing employees to leave dormitories without permission. Malaysia has likewise come under fire for rounding up foreign migrants as part of its coronavirus containment measures. When Al Jazeera reported on alleged abuses of the migrant community, authorities lodged sedition charges against its reporters and refused to renew the Australian nationals’ visas.An International Labor Organization survey in July of returning Cambodian migrants from Thailand found a quarter went home because of coronavirus fears. But while more than two-thirds of respondents said they wanted to re-migrate, almost all saying they would do so after the pandemic is over, only 3% said they would return abroad that month. It’s not clear that they did, though, as Thailand keeps its borders closed to prevent a new viral wave.The prolonged health crisis is already raising questions about whether migration will return to normal when the pandemic eventually ends, whenever that may be. In lte July, Thai authorities said that some migrants could return because of demand in some low-paying sectors, but limited the number to around 100,000. But with reports of a surging Covid outbreak in Myanmar, Thai authorities are now closely guarding the border to block a wave of so-called “health refugees.” On the one hand, it isn’t difficult to imagine less migration and opportunities for migrants in the coming months and years as the global and regional economy stagger back to health. One issue will be unemployment, now at almost historic rates across the region, especially in the informal sectors where most migrant workers are employed.
    While it’s unlikely that Singaporeans will want to compete for the low-paying manual jobs typically occupied by migrant workers, some suggest unemployed Thais may vie for the same jobs traditionally done by Cambodian or Myanmar migrants. Migrants are gathered outside their residences by health workers and police officers before they undergo
    Another issue is how people view migrants as racial prejudices surge across the region amid perceptions foreign migrants carry the virus more than locals.“Migrant workers are already facing discrimination in their destination countries and when they return home as suspected virus carriers,” says Guna Subramaniam, who leads Institute for Human Rights and Business’ Migrant Workers programme in Southeast Asia. “They may continue to experience such discrimination in the future.” The Cambodian government is using the pandemic to revamp its immigration laws, while Vietnam’s communist government has ramped up its people-trafficking crackdowns, in part because Hanoi says that undocumented arrivals can be “super-spreaders.” There’s also the case of whether migrant workers, despite their traditionally low wages, will be too expensive to hire as employers are compelled to deploy new health safety standards by regional governments.
    When the Thai government last month said it would allow more than 100,000 migrant workers to return, it conditioned their entry on meeting arduous requirements. All returning migrants would need to show medical certificates, which are prohibitively expensive and difficult to obtain in their home nations.Returnees were also told they needed to quarantine for two weeks at state centers, which according to several reports costs at least 20,000 baht ($640), a prohibitive amount for most migrants. Reports suggest that more scrupulous employers are paying these fees upfront but then deducting the costs from the wages of migrant workers. Employers have also been told they need to pay for new safety measures at workplaces.Then there’s fear of another wave of the virus, which, if it leads to similar lockdown measures and border closures as the first, would leave returned migrants and employers in the same situation they found themselves in March, only with the additional financial outlay already spent.

    #covid-19#migrant#migration#asie#sante#sigmatisation#retour#transfert#accessante#supercontaminateur#economie#politiquemigratoire

  • Migrating Hongkongers lose an exit as Malaysia My Second Home scheme suspended | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/week-asia/politics/article/3101250/migrating-hongkongers-one-less-exit-malaysia-my-second-home

    Hong Kong businessman Craig Tong decided to migrate to Malaysia
    under its initiative to attract wealthy foreigners – known as Malaysia My Second Home or MM2H – last September, enticed by the education system and business opportunities.The 37-year-old submitted his application to Malaysia’s Ministry of Tourism, Arts and Culture, which manages the scheme, in December. In February, after Hong Kong shut schools due to the Covid-19 outbreak, Tong pulled his four-year-old son out of kindergarten and made plans to transfer him to an international school in Puchong, about 21km from Kuala Lumpur. He also rented a 1,300 sq ft apartment nearby, paid a year’s worth of rent in advance and prepared to move this year with his son, wife and elderly mother.
    He expected his application would be approved between July and October.
    But, months later, Tong is still in Hong Kong,one of an estimated thousands of foreign nationals to have been affected by Malaysia’s sudden decision last month to temporarily suspend the MM2H programme. The government offered no explanation for its decision, other than saying it would suspend the processing of new visa applications and renewals of existing visas to “comprehensively review and re-evaluate the MM2H programme”. It said it would resume the programme next year.Tong has since lost almost HK$66,000 in application and rental fees, as his apartment lease began last month. He felt like he was in limbo, unable to decide what to do next and worried that his son had no school to go to for the next few months.
    “My son is staying at home doing nothing,” said Tong. “Should I get my son back to a Hong Kong school first, and when MM2H restarts then I stop school again? I don’t know what I should do.” Tong’s experience is just one example of confusion and crises that foreigners on the MM2H visa have experienced since the Covid-19 pandemic prompted Malaysia to shut its borders in Marc

    #Covid-19#migrant#migration#hongkong#malaisie#sante#visa#politiquemigratoire#economie

  • L’île grecque de Kastellorizo, en première ligne face aux menaces de la Turquie
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/09/14/kastellorizo-l-ile-qui-ne-s-en-faisait-pas-trop_6052061_3210.html

    Plutôt que la fuite des touristes grecs et européens à la suite du « bang » aérien de juillet, c’est plutôt l’absence des touristes turcs ou de pays lointains, due à l’épidémie de Covid-19, qui inquiète Megisti. D’une part, les frontières étant fermées avec la rive d’en face, les visiteurs turcs de Kas, qui avaient deux navettes quotidiennes avec l’île, sont absents depuis mars, et les îliens, qui ne produisent rien hors de la pêche, doivent aller très loin en ferry, jusqu’à Rhodes, pour acheter ce dont ils ont besoin. D’autre part, les « Kassies », comme s’est surnommée la diaspora kastellorizienne d’Australie, qui prennent traditionnellement leurs quartiers d’été à partir de juin dans le village de leurs ancêtres, sont cette année confinés dans le Pacifique. A Megisti, le chiffre d’affaires saisonnier est en baisse d’environ 70 %.

    #Covid-19#migrant#migration#grece#turquie#australie#diaspora#sante#economie#politique#confinement#tourisme

  • Entre rentabilité et management musclé, les explications de Fabien Foureault sur les fonds d’investissement, ces organismes qui font surtout gagner les actionnaires 💰👇 #économie #entreprises #actionnaires

    https://sms.hypotheses.org/25422

    Lors d’une enquête sur l’expérience du chômage, mes collègues et moi rencontrons deux femmes ayant eu affaire, sans le savoir, à des fonds d’investissement. Les opérations mises en œuvre par ces fonds, caractéristiques du capitalisme financier, permettent d’orienter la gestion des entreprises vers la rentabilité du capital mais sont loin de constituer un jeu à somme positive.

    Nadia travaillait dans une entreprise de télécommunication depuis vingt ans en tant que chef d’équipe, avant que celle-ci ne soit rachetée par un fonds d’investissement anglais, allié à un homme d’affaire français. Elle décrit la mise en place d’ « un management américain avec une hiérarchie vraiment très présente » et la perte d’adéquation avec les valeurs de l’entreprise. Comme l’entreprise est fusionnée avec une autre, des postes redondants sont supprimés et un plan de départ volontaire est mis en place, ce qu’accepte Nadia.

    Aissata travaillait depuis dix ans en tant que femme de chambre dans un hôtel parisien. Cet hôtel, appartenant à une marque familiale, est détenu par un groupe lui-même détenu par un fonds d’investissement américain et un français. Selon Aissata, la nouvelle direction désire que les salariés réalisent un plus grand nombre chambres (une vingtaine contre une dizaine auparavant) pour une rétribution bien moindre – ce qui représente une réduction du coût du travail, d’un seul coup, par deux. Pour Aissata et l’ensemble de ses collègues « ça n’a rien à voir » et elle part en rupture conventionnelle (...)

  • Écologie ou/et économie, la culture et ses sponsors. Des échanges polémiques, parus en août dans la revue Terrestres, qui questionnent le moment qui est le nôtre, ainsi que la place de « la culture » — et de l’amitié — au sein de celui-ci.

    Quelle culture voulons-nous nourrir ? par Isabelle Fremeaux et John Jordan

    https://www.terrestres.org/2020/08/04/quelle-culture-voulons-nous-nourrir

    Lettre ouverte sur l’amitié et appel à déserter le forum Agir Pour Le Vivant, ayant lieu à Arles du lundi 24 août au dimanche 30 août.

    [... Nous vous écrivons en amis, pas en ennemis. Nombre de vos idées et de vos écrits nous ont souvent servi d’ancrage dans les tempêtes qui se déchaînent en cette époque vacillante. Nous avons rencontré certain-e-s d’entre vous, avec qui nous avons partagé notre passion pour la protection du vivant. Plusieurs nous ont rendu visite sur la zad (Zone à défendre) de Notre-Dame-de-Landes, apportant votre soutien à la lutte victorieuse contre un aéroport climaticide. Nous avons croisé d’autres d’entre vous lors de festivals et de forums où nous présentions nos travaux respectifs. Nous partageons la même maison d’édition avec d’autres encore, et nous avons hâte de rencontrer en personne celles et ceux dont les chemins n’ont pas encore croisé les nôtres. Mais malheureusement, cela ne se produira pas en ce mois d’août, dans la chaleur estivale de la ville d’Arles, lors du forum Agir pour le vivant, car nous n’y viendrons pas. Cette lettre ouverte Quelle culture voulons-nous nourrir ? vous invite à vous aussi incarner ce refus, afin qu’il devienne une désertion collective. L’amitié implique toujours des choix et des conséquences et cette lettre ouverte traite de l’art de choisir de bonnes relations.

    2020 nous a propulsé-e-s dans une bataille d’imaginaires aux proportions rarement connues dans l’histoire : La vie ou l’économie d’abord ? Retour à la normale ou non ? C’est une bataille où non seulement les façons dont nous percevons la vie et coexistons avec elle sont plus que jamais en jeu, mais où une grande partie du vivant pourrait être confrontée à une précarité extrême, à des expulsions et à une extinction massive dans les prochaines décennies. Dans toute bataille, il est impératif de choisir ses ami-e-s et l’événement Agir Pour le Vivant nous semble emblématique de ce type de choix. Le programme paraît irrésistible, toutes les bonnes questions sont posées, avec les bons mots et les bons imaginaires. Pourtant, cet événement est soutenu par des alliés profondément problématiques pour quiconque se soucie du vivant : la plupart des « partenaires » (un terme qui se rapporte autant à nos amours qu’à ceux avec qui nous faisons affaire, un terme bien plus chaleureux que « sponsors »…) font partie de la logique délétère qui ne cesse de traiter le vivant comme n’ayant de valeur que si celle-ci peut être calculée comme une marchandise ou un service au sein du marché.

    Cette logique est celle de l’extractivisme5, des enclosures6, de l’externalisation et de l’extra-territorialité. En somme, c’est la logique même du capitalisme, le contraire de la logique des Communs qui, elle, est la forme de vie que nous nous efforçons de développer et que nous partageons probablement avec la plupart d’entre vous.

    Comme nous l’a proposé Donna Haraway, l’une des clés de cette période de déconstruction du système consiste à générer des « parentés dépareillées » ( make kin ). Il faut nous rappeler qu’il ne s’agit pas seulement de reconstruire nos rapports avec les mondes « plus qu’humains », mais aussi de choisir en toute conscience avec qui nous lions des amitiés dans la lutte pour que la vie continue à vivre et prospérer malgré la guerre que lui mène l’économie. [...]

    « Nous sommes plus que jamais confrontés à la sensibilité et à la fragilité de la Terre » claironne l’élégant site web éco-pop d’Agir pour le Vivant, (www.agirpourlevivant.fr), un forum qui « entend présenter des solutions, oser des expérimentations et contribuer à l’écriture de nouveaux récits… » en vue d’ « une nouvelle conscience en faveur de la biodiversité ». L’événement, qui doit durer une semaine, est organisé par Actes Sud, l’une des plus grandes maisons d’édition francophones. Sa directrice, Françoise Nyssen, est devenue célèbre pour avoir été nommée en 2018 Ministre de la Culture par un banquier devenu Président (Emmanuel Macron) et avoir dû démissionner peu de temps après à cause de « l’affaire de la mezzanine ».

    En faisant défiler la page d’accueil du site jusqu’en bas, après la liste d’illustres intellectuel-le-s et artistes, on découvre 26 logos de « partenaires ». Parmi ces logos, il y a ceux d’institutions financées par des fonds publics (Office du tourisme d’Arles, Parcs Naturels Régionaux de France), ceux de media libéraux (Libération, Kombini), ceux d’entreprises semi-publiques (Banques des Territoires ou Compagnie National du Rhône)… Les autres logos sont ceux de multinationales privées telles que BNP Paribas ou du cabinet de gestion financière Mirova. Le logo du forum est une sorte d’hybride inter-espèces arbre-humain, qui court à perdre haleine, pour, nous semble-t-il, fuir cet événement et la toxicité de ses entreprises partenaires.

    La meilleure manière de comprendre ces partenariats n’est pas tant de les voir comme des entités qui soutiennent le forum mais plutôt l’inverse : c’est le forum qui rend crédible leur mensonge selon lequel elles se soucient de toute autre chose que de faire des profits, en détruisant des vies humaines et non-humaines si nécessaire. Il ne s’agit pas d’argent propre ou sale, mais d’une toute autre monnaie d’échange : la confiance et la valeur qu’on lui accorde.

    Quel trouble voulons-nous habiter ? Réponse à Isabelle Fremeaux et John Jordan - Baptiste Morizot, Estelle Zhong Mengual
    https://www.terrestres.org/2020/08/12/quel-trouble-voulons-nous-habiter-reponse-a-isabelle-fremeaux-et-john-jo

    Votre lettre est magnifique, parce qu’animée par les passions politiques les plus généreuses. Vous auriez pu dire : « Monstres, quel monde pérennisez-vous en ne boycottant pas ce festival ! ». Vous dites : « Quelle culture voulons-nous nourrir ? », et bien sûr, on nourrit, on favorise toujours en contre, mais ce n’est déjà plus le même monde qu’on ouvre, ni la même tonalité de relations. On ne retrouve pas non plus dans votre lettre les sophismes par glissement si courants dans les textes bassement polémiques1. Ce qui est convaincant, c’est que ce n’est pas une critique abstraite et vague du « système » qui vouerait tout contact avec de l’argent aux gémonies : dans votre analyse précise, ce n’est pas le fait que BNP Paribas soit une banque qui rend tout ça condamnable, mais le fait documenté qu’elle soit le plus grand investisseur européen dans les énergies fossiles. Ces pratiques sont objectivement contradictoires avec le mot d’ordre du festival. Cela mérite vraiment attention, cette affaire.

    Quelle lettre revigorante, quelle belle discorde qui nous force à penser, dans un événement qui aurait pu être feutré et tristement consensuel ! Pour tout ça, merci.

    L’AMITIÉ

    Néanmoins, nous ne boycotterons pas ce festival. La première raison, d’abord, pour ne pas parer ce message des faux atours de la pure rationalité idéologique : c’est l’amitié. Pour plusieurs d’entre nous, c’est notre éditeur qui organise ce festival, il y joue un rôle central, or c’est lui qui nous permet de produire des effets par l’écriture, et c’est aussi là que nous nous sentons utiles à la cause. Or, chez cet éditeur et sa nébuleuse d’auteurs, nombre d’entre eux sont devenus des amis, et ce sont ces amis qui nous ont invités. Ils nous ont invités à parler avec des amis, qui défendent des projets forts et des idées radicales que nous défendons aussi. Donc, par loyauté tranquille envers cette nébuleuse d’amis, nous refusons de répondre au problème réel que vous pointez (le risque de participer au greenwashing de BNP Paribas) par un boycott symbolique, à notre sens sans effectivité. Le boycott n’est pas la seule réponse possible à ce trouble, voici notre ligne.

    Nous confessons ce faisant la faiblesse de faire passer nos amitiés réelles, de vivant à vivant, avant les gestes abstraits et définitifs contre des ennemis de principe, ce qui fait de nous de piètres Saint-Just, entre autres impuissances.

    Et oui, ce faisant, il faut habiter dans le trouble de cette phrase si juste de votre lettre : « Les amis de nos amis ne sont pas toujours nos amis ».

    LA LIMITE DU BOYCOTT

    Votre lettre ouvre un débat, parce qu’il ne s’agit pas d’une leçon de morale, mais d’une réflexion de stratégie politique. Parlons donc stratégie.

    Cinq questions en marchant à celles et ceux qui ont décidé de rester à Agir pour le vivant , par Isabelle Fremeaux et John Jordan
    https://www.terrestres.org/2020/08/23/cinq-questions-en-marchant-a-celles-et-ceux-qui-ont-decide-de-rester-a-a

    Commençons par la célébration et la joie. La joie que les mots aient mené à l’action comme cela devrait toujours être le cas. Cette action c’est le retrait d’un des sponsors d’ Agir pour le Vivant qui a dû se retirer et a ainsi libéré le forum d’un de ses liens toxiques. Le logo de BNP Paribas a été retiré du site et son argent va apparemment être restitué. “Nous tenons à les remercier ici pour leur engagement en faveur du vivant” dit la page du site du forum couverte de logos. Pour BNP Paribas, cet “engagement pour le vivant” aurait coûté 20 000 euros ( c’est à dire 7,4 % du budget total de 270 000 euros du festival, comme nous l’a appris l’article du journal local l’Arlésienne sur cette controverse2). Pour une entreprise dont les revenus s’élèvent à 44,6 milliards d’euros et les bénéfices à 8,17 milliards en 2019, un tel investissement est une goutte d’eau dans l’océan, mais leur recul est significatif. Ce qui est tout aussi significatif pour nous, c’est que leur personnel ne sera pas présent au forum, ni dans les présentations publiques, ni dans les “ateliers de travail” à huis clos réunissant PDG et stratèges des financeurs, tels que L’empreinte naturelle des entreprises (non accessible au public, même ceux qui auront déboursé 50 euros pour leur pass d’entrée, et non visible sur le site web d’Agir pour le vivant).

    Cette victoire n’est pas isolée. En effet, ces dernières années, nombre d’institutions culturelles se sont libérées de tels financeurs toxiques. Rien qu’au Royaume-Uni, la Tate Gallery et la Royal Shakespeare Company se sont débarrassées du sponsoring de British Petroleum, le Science Museum, le National Theatre et la National Gallery ont mis fin à leur relation avec Shell, le festival de science d’Édimbourg a rompu ses liens avec ExxonMobil et Total. Aux Pays-Bas, le musée d’art néerlandais Mauritshuis, le musée des sciences et de la culture Museon et, le musée Van Gogh d’Amsterdam, n’accepteront plus le financement de Shell.

    Bien sûr, aucune de ces institutions n’a fait tout cela volontairement, elles ont changé de politique et ont lâché leurs amis grâce aux inconfortables lettres qui leur ont été écrites, et surtout parce que des gens ont incarné leurs idées et mis leur corps en jeu, souvent par des protestations et perturbations pleines de créativité et de beauté3. Nombre de ces corps désobéissants étaient des artistes, des intellectuel-le-s et des chercheur-euse-s qui, en entrant en conflit avec ces institutions, mordaient la main qui les nourrit. Mais il-le-s ont décidé que leur capital culturel comptait moins que la perpétuation d’une culture de résistance contre ceux qui, comme l’écrit Donna Haraway, “greenwash les exterminateurs4“.

    L’autre chose qui nous réjouit, c’est que certains participants ont choisi de déserter, dont l’écrivain afro-européen Dénètem Touam Bona et le jardinier Gilles Clément. Nous parlons ici de joie, pas en tant que “satisfaction des choses comme elles sont”, ainsi que le dit Silvia Federici, mais comme “le fait de ressentir la puissance et les capacités grandir en soi et chez celles et ceux qui nous entourent. C’est un ressenti, une passion, qui naît d’un processus de transformation et d’évolution … vous ressentez que vous avez le pouvoir de changer et vous vous sentez changer à travers ce que vous faites, ensemble, avec d’autres gens. Ce n’est pas une façon d’acquiescer à ce qui existe.”5. Pour nous, cette capacité à transformer nos vies et les mondes dans lesquelles elles se déploient est au coeur de la résistance collective et de la construction de formes de culture et de vie qui affirment le vivant.

    Dans leur lettre ouverte Quel trouble voulons-nous habiter ? , une autre des conditions que Baptiste Morizot, Estelle Zhong Mengual et leurs amis (dont Rob Hopkins, Cyril Dion, Nancy Huston et Vinciane Despret) ont posées aux organisateurs du festival afin de ne pas déserter, était que tous les logos des entreprises soient retirés des supports de communication du forum. Nous écrivons cette réponse près d’une semaine plus tard, et non seulement les logos sont toujours présents sur le site, mais ils sont maintenant au nombre de 33, alors qu’il n’y en avait que 26 lorsque la première lettre a été écrite. Ce qui est surprenant et quelque peu absurde, c’est qu’alors qu’une banque est partie, une autre est entrée : le Crédit du Nord, qui est entièrement détenu par la Société Générale, de loin le plus grand bailleur de fonds du gaz de schiste nord-américain (depuis la signature de l’accord de Paris en décembre 2015, plus de 11 milliards d’euros ont été injectés dans cette industrie mortifère. Quelle est la différence entre la Société Générale et BNP Paribas ?

    Nous ne voulons ennuyer personne avec une autre cartographie de sponsors vénéneux. Mais pour changer une chose, il faut connaître la texture de cette chose. Il nous semble que nous devons être à l’écoute et profondément sensibles aux détails spécifiques des situations et des relations particulières dans lesquelles nous sommes impliqué-e-s. Une telle compréhension située nous permet d’avancer en fonction de ce qui est requis à ce moment-là. Pour nous, c’est la clé de l’éthique. Nous ne nous intéressons pas à ces vieilles formes de radicalisme rigide qui tentent de contrôler les choses, mais nous nous efforçons de renforcer nos capacités à rester réactif-ve-s face aux situations changeantes et à ouvrir des espaces communs qui favorisent la transformation mutuelle. L’objectif est de nous sentir plus vivant-e-s ensemble.

    Nous ne ressentons certainement pas de joie lorsque nous voyons que toutes les autres entreprises restent et que les nouveaux logos comprennent Faber et Novel – une entreprise de “talent et technologie” comptant Total parmi ses clients ; la Fondation Yves Rocher, qui expose ses travailleur-euse-s sous payé-e-s aux pesticides et a récemment licencié 132 travailleuses turques parce qu’elles avaient rejoint un syndicat ; et enfin, les grands pollueurs d’espace public et d’imaginaires, la plus grande entreprise de publicité urbaine du monde – JC Decaux.

    BNP Paribas est-il ici l’arbre qui cache la forêt ?

    #Écologie #économie #greenwashing #capitalocène #culture #sponsors

    • ... ces dernières années, nombre d’institutions culturelles se sont libérées de tels financeurs toxiques. Rien qu’au Royaume-Uni, la Tate Gallery et la Royal Shakespeare Company se sont débarrassées du sponsoring de British Petroleum, le Science Museum, le National Theatre et la National Gallery ont mis fin à leur relation avec Shell, le festival de science d’Édimbourg a rompu ses liens avec ExxonMobil et Total. Aux Pays-Bas, le musée d’art néerlandais Mauritshuis, le musée des sciences et de la culture Museon et, le musée Van Gogh d’Amsterdam, n’accepteront plus le financement de Shell.

      Une tentative de forcing du dimanche pour attirer l’attention sur ce débat de qualitay.

      #musées #sponsoring #prise_de_parti

  • Rassemblement en soutien à l’inspecteur du #Travail Anthony Smith
    https://www.lemediatv.fr/emissions/2020/rassemblement-en-soutien-a-linspecteur-du-travail-anthony-smith-v7OCRfHKRY

    Mercredi 09 septembre, à Paris, la ministre du Travail Elisabeth Borne a reçu dans son bureau plusieurs délégations syndicales afin d’évoquer le cas d’Anthony Smith. Anthony Smith est un inspecteur du travail sanctionné au mois d’août dernier par sa…

    #Économie

  • Travel bubbles for Hong Kong: will overtures to 11 countries get the city anywhere amid Covid-19 pandemic? | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/coronavirus/article/3101001/travel-bubbles-hong-kong-will-overtures-11-countries-get-city-anywhere

    Commerce chief Edward Yau Tang-wah revealed on Wednesday
    that the government had already started arranging talks between local health professionals and their counterparts in Japan and Thailand, two of the most popular holiday destinations for the city’s residents. To make bubbles possible, Yau said, coronavirus tests before departure and upon arrival might be necessary, and the two sides would need to discuss whether negative results at both ends meant travellers could skip quarantine or spend less time in isolation.

    #Covid-19#migrant#migration#hongkong#japon#thailande#sante#tourisme#test#quarantaine#economie

  • Coronavirus: First cases confirmed at Jordanian camp for Syrian refugees | Middle East Eye

    The UN agency for refugees has confirmed two coronavirus cases in Jordan’s Azraq camp for Syrian refugees, reigniting fears of the potential for a large-scale outbreak at the cramped camps.
    There are more than 100,000 Syrians displaced by war living in refugee camps in Jordan. Azraq camp is home to some 36,000 refugees, while the larger Zaatari camp houses some 76,000.

    In total, Jordan hosts more than 650,000 refugees from Syria and about 100,000 others from various countries.
    In June, the United Nations warned that refugees living in Jordan were suffering from extreme poverty, particularly as a result of the coronavirus pandemic

    https://www.middleeasteye.net/news/coronavirus-two-syrians-refugee-camp-jordan-test-positive-un-agency-s

    http://www.middleeasteye.net/sites/default/files/images-story/Refugee+camp%20Jordan%20UNHRC.jpeg

    #Covid-19#Jordanie#UE#Réfugiés#santé#éducation#Camp#Aide#Économie#migrant#migration

  • Entre le Covid-19 et le Brexit, les Français de Londres en plein doute
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/09/09/entre-le-covid-19-et-le-brexit-les-francais-de-londres-en-plein-doute_605160

    Cette rentrée scolaire 2020 respire presque la normalité dans le plus français des quartiers de la capitale britannique et ce, en dépit de l’épidémie de Covid-19, qui rôde toujours, et des nombreuses boutiques encore fermées. Pourtant, nombre de résidents français de Londres, qui sont loin de tous loger à South Kensington, se posent moult questions. Quel est leur avenir dans cette capitale-monde de presque neuf millions d’habitants, poumon économique du pays – elle génère près du quart du produit intérieur brut (PIB) britannique –, et jusqu’alors réputée pour ses opportunités professionnelles, son multiculturalisme, sa vibrante scène artistique ainsi que ses superbes espaces verts ?
    Le Brexit a eu lieu le 31 janvier 2020 et ses effets devraient vraiment se faire sentir au 1er janvier 2021, au terme de la période de transition, avec l’entrée en vigueur d’une politique migratoire nettement plus restrictive. Quant à la récession liée au Covid-19, elle risque d’être l’une des plus violentes d’Europe, avec une chute du PIB comprise entre 11,5 % et 14 % en 2020, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). En raison des mesures sanitaires [les personnes revenant de France doivent s’isoler quatorze jours], « beaucoup de compatriotes ont dû renoncer à leurs vacances d’été, ce qui n’a pas été très bon pour le moral », souligne Olivier Bertin. A 52 ans, ce conseiller consulaire, qui a bâti sa vie professionnelle à Londres, ne se voit pas tout plaquer pour rentrer en France.

    #Covid-19#migrant#migration#grandebretagne#france#sante#education#economie#mesuresanitaire#retour

  • [RussEurope-en-Exil] Les contradictions dans la relation employeur / salarié et les accords d’entreprise, par Jacques Sapir
    https://www.les-crises.fr/russeurope-en-exilles-contradictions-dans-la-relation-employeur-salarie-e

    Un modèle simple des interactions Depuis maintenant plusieurs années s’affirme en France une tendance à privilégier l’accord d’entreprise sur l’accord de branche ou l’accord national, bref sur ce que l’on appelle les « conventions collectives ». L’idée dominante est que le niveau de l’entreprise serait le plus pertinent. Cette idée a pour elle une apparente […]

    #Économie

  • Coronavirus exposes hidden struggles of poor Indonesian-Chinese families | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/week-asia/people/article/3099986/coronavirus-exposes-hidden-struggles-poor-indonesian-chinese

    As the coronavirus ravages Indonesia– which has recorded some 194,100 cases and Southeast Asia’s highest death toll of more than 8,000 – Lie’s monthly income has taken a hit, making it harder to reach the 4.5 million rupiah (US$300) needed to cover rent, food, necessities and school fees.
    The struggling family also often endured stares from people, Lie said, because of a perception in the country that ethnic Chinese tended to be wealthy. Lie, whose children are 10, six and a year old, said it felt as if her family’s circumstances were “embarrassing the Chinese” in Indonesia. Others have judged her as being “crazy” for travelling with her husband, children and goods all on one motorbike.“In my heart, I think: ‘God, I do not want to be like this either’,” Lie said.The street vendor is not alone in feeling pressure from the wider society in Indonesia, which links ethnic Chinese with the upper class, a bias the government has long endorsed, according to one analyst.Since the coronavirus hit, various associations have been reaching out to support some struggling families across the country, a move that has thrown light on the diversity of backgrounds within the ethnic Chinese community. Indonesian-Chinese are thought to make up less than 2 per cent of the 270-million population, but control many conglomerates and a large portion of wealth, leading to a widespread belief that they are rich, or middle class, and live mainly in the urban provinces

    #Covid-19#migrant#migration#indonesie#chine#sante#inegalite#minorite#famille#diaspora#economie

  • Ce que l’arnaque recèle
    https://laviedesidees.fr/Christian-Chavagneux-Plus-Belles-Histoires-escroquerie.html

    À propos de : Christian Chavagneux, Les Plus Belles Histoires de l’escroquerie, du collier de la reine à l’affaire Madoff, Seuil. L’affaire du « collier de la reine », la pyramide de Ponzi, les montages de Madoff ont été rendus possibles par des structures socio-économiques spécifiques. Ces passionnantes histoires de gogos ont trois composantes : l’escroc, ses victimes, un public.

    #Économie #Histoire #économie_souterraine
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20200907_lascoumes.pdf
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20200907_lascoumes.docx

  • Le plan de relance n’est pas une bonne nouvelle pour la planète
    https://www.lemediatv.fr/articles/2020/le-plan-de-relance-nest-pas-une-bonne-nouvelle-pour-la-planete-C8CoHn1dRTm

    Avec un plan de relance de 100 milliards d’euros, Emmanuel Macron souhaite-t-il préparer le monde d’après ou sauver celui d’hier ? Décryptage d’un storytelling qui entend nous préparer à avaler la pilule et éluder les leçons de la pandémie.

    #Capitalisme #Écologie #Économie #Gouvernement #Industrie #Pollution

  • ’It’s not the same’: How Trump and Covid devastated an Arizona border town | US news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/us-news/2020/sep/04/nogales-arizona-trump-border-wall-covid
    https://i.guim.co.uk/img/media/7192daa3bfdbb8f4d81a87f104c427f3dddd3e71/0_244_4000_2400/master/4000.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    When Francis Glad was a child growing up in Nogales, Arizona, the US-Mexico border near her home was nothing like it is now. “It was more like a neighbor fence, like you have at your house,” she remembers. “It was very symbiotic. Just people coming back and forth.” But today, a towering 30ft border wall, made of dizzying steel bollards, slices through the Nogales sister cities. The economies of the two Nogaleses have always been intrinsically linked and mutually dependent on cross-border commerce, with residents from each side passing through to do their daily shopping or to visit with friends and family. Years ago, Glad’s mother ran a hotel in downtown Nogales, Arizona, which was almost always packed with businesspeople and tourists. But, she says, the bustle has stopped. In part, Glad blames the Trump administration’s anti-immigrant rhetoric and lies about the borderlands. “Outsiders believe that Nogales is a war zone,” she says, “with ‘murdering, rapist,’ undocumented [people] climbing the border wall like the zombies from World War Z, when it’s far from the truth.” More recently, Covid-19 restrictions on “nonessential” border crossings have turned downtown Nogales into a ghost of its formerly busy self. In a small town with a $28,000 median income and a poverty rate of 33.9%, the slowing of traffic comes with potentially dire economic consequences for workers and small business owners. But even before Covid-19, Glad says, “The parking lots [were] empty. And that was not the case prior to 2016.” Glad moved away several times in early adulthood, but always returned home to Nogales. Every visit back, she noticed changes: new sections of wall. A larger border patrol presence. Today, Glad says that border militarization has changed her community – and the lives of the people in it.
    As defined by the National Network for Immigrant and Refugee Rights, border militarization is “the systematic intensification of the border’s security apparatus, transforming the area from a transnational frontier to a zone of permanent vigilance, enforcement and violence”.Over the past three decades, US administrations have enacted federal policy with lasting consequences for border residents. In 1994, the Clinton administration launched a border patrol strategy called “prevention through deterrence”, aimed at curbing undocumented immigration by sealing off urban ports of entry. Towns along the US-Mexico border were transformed by the addition of walls, surveillance towers, motion and thermal sensors, helicopters and drones, federal agents and roving border patrol checkpoints. Today border peoples are hugely affected by militarization. In some places, rural residents must stop at border patrol checkpoints just to go to the gas station or get groceries. Tohono O’odham tribal members – whose nation is literally severed by the US-Mexico border – report racial profiling by border agents; drone and tower surveillance; and disruptions to their traditional hunting and ceremonial practices. And tragically, militarization created a death trap for migrants, who now must navigate by foot through remote, dangerous terrain in order to cross the border. In the last two decades, nearly 8,000 migrants have been found dead along the southern border, but the real number of fatalities is certainly much higher. Thousands are missing.

    #Covid-19#migrant#migration#etatsunis#mexique#frontiere#sante#economie#mortalite#violence#militarisation