• Editor.js
    https://editorjs.io

    Un éditeur de texte pour appli web, structuré en mode « blocs » et avec une sortie en JSON (semblerait un bon candidat pour un éditeur moderne pour SPIP...)

    Key features:
    – It is a block-styled editor
    – It returns clean data output in JSON
    – Designed to be extendable and pluggable with a simple API

    What does it mean «block-styled editor»
    Workspace in classic editors is made of a single contenteditable element, used to create different HTML markups. Editor.js workspace consists of separate Blocks: paragraphs, headings, images, lists, quotes, etc. Each of them is an independent contenteditable element (or more complex structure) provided by Plugin and united by Editor’s Core.
    There are dozens of ready-to-use Blocks and the simple API for creation any Block you need. For example, you can implement Blocks for Tweets, Instagram posts, surveys and polls, CTA-buttons and even games.

    What does it mean clean data output
    Classic WYSIWYG-editors produce raw HTML-markup with both content data and content appearance. On the contrary, Editor.js outputs JSON object with data of each Block. You can see an example below
    Given data can be used as you want: render with HTML for Web clients, render natively for mobile apps, create markup for Facebook Instant Articles or Google AMP, generate an audio version and so on.

    #éditeur #editorjs #SPIP #edition_bloc #json #WYSIWYG

  • Tous les #livres des éditions #Entremonde sont disponibles en libre accès PDF sur notre site internet depuis notre fondation en 2009.

    Depuis 2008 dans cette folle équipée éditoriale, malgré tous les obs­­ta­­cles qui jalon­nent la confec­­tion de nos ouvra­­ges, nous sommes plus obs­­ti­­nés que jamais à faire de l’édition un foyer de dys­­fonc­­tion­­ne­­ment du sys­tème et d’évoluer plei­­ne­­ment dans notre époque.

    Dans l’ancien régime, l’aris­to­cra­tie lit­té­raire pre­nait pos­ses­sion de la répu­bli­que des let­tres, leur pro­duc­tion mar­quée par la grâce royale était pro­duite par une cor­po­ra­tion qui mono­po­li­sait la chose impri­mée. Depuis, l’ancien régime a cédé sa place à de nou­veaux régi­mes. La pro­duc­tion lit­té­raire n’y est plus mar­quée de la grâce royale, mais de celle des capi­taux et les mono­po­les y sont confé­rés par le roi argent.

    https://entremonde.net/ebook
    #pdf #libre_accès

    J’utilise aussi le tag #continuité_pédagogique, car ça complète la liste de #films compilée ici :
    https://seenthis.net/messages/832035

    • Covid-19 : recensement des facilités offertes par les #éditeurs du fait de la pandémie

      Nous souhaitons pouvoir relayer les initiatives des éditeurs pour aider le monde académique, et la population en général, à faire face aux conséquences de la crise sanitaire actuelle. Ce recueil d’initiatives peut également avoir un caractère incitatif auprès d’autres éditeurs.

      https://www.couperin.org/site-content/145/1413-covid19-recensement-des-facilites-offertes-par-les-editeurs-du-fait-d
      #liste #recueil

      ping @karine4

    • A l’université de #Grenoble :

      Sélection d’#ebooks dans le cadre du confinement COVID19

      En raison de la crise sanitaire liée au COVID19 que la France et notre établissement traversent en ce moment et afin de faciliter le travail à distance, spécialement pour les étudiants, vous trouverez sur cette page quelques ouvrages numériques fondamentaux dans toutes les disciplines.

      https://bibliotheques.univ-grenoble-alpes.fr/collections/collections-numeriques/selection-d-ebooks-dans-le-cadre-du-confinement-co
      #ebook

    • #LibGen et #Sci-Hub, what and how ?

      Library Genesis et Sci-Hub sont deux projets, certes illégaux, mais utiles, visant à mettre à disposition de tous un grand corpus de littérature scientifique. Le second recense des articles de recherche, le premier des livres, et s’est étendu à des thèmes plus vastes (fiction, bande dessinée, manuels…). Les pages Library Genesis et Sci-Hub de Wikipedia expliquent en détail ce dont il s’agit, ainsi que l’histoire de ces projets :

      Puisque ces sites ne respectent pas la législation sur le droit d’auteur, des éditeurs scientifiques (Elsevier et Springer en tête) ont obtenu de la justice française que ces sites soient bloqués par les fournisseurs d’accès Internet (Orange, Free, Bouygues…).

      La méthode choisie est un blocage DNS — c’est-à-dire qu’ils ont retiré ces entrées de leurs serveurs DNS. Rappelons juste qu’un serveur DNS est une espèce d’annuaire qui transforme une adresse littérale (du genre academia.hypotheses.org en une adresse IP numérique telle 134.158.39.133).

      Il y a plusieurs méthodes pour contourner ce blocage.

      1. Utiliser un autre serveur DNS.

      Ceux proposés par Google sont très connus et faciles a retenir, mais on peut vouloir diminuer sa dépendance à ce géant, ni lui fournir la liste de toutes nos requêtes réseaux — nous ne savons pas ce qu’il en fera, mais lui sait ce qu’il pourrait en faire.
      Il faut ensuite modifier vos préférences réseaux pour le mettre en place.

      Une recherche sur « open dns server » va vous en proposer plein.

      C’est une solution efficace, surtout si, confinés chez vous, vous n’avez qu’une seule config réseau.
      2. Connaître par cœur l’adresse IP (numérique) de ces sites

      Plus prudent, car ces adresses ont tendance à changer : savoir les retrouver, par exemple grâce aux pages de Wikipedia ou au compte Twitter @scihub_love.
      Il est aussi possible d’utiliser un site comme nslookup qui est une espèce de « serveur DNS manuel ».

      3. Configurer son navigateur

      L’intérêt de de ne pas avoir à changer sa configuration réseau mais de laisser le navigateur s’en charger.

      Avec Firefox, l’option DnsOverHttps le conduit à demander à d’autres serveurs de lui fournir les adresses IP correspondant à une adresse texte. Pas mal de sites web expliquent comment activer cette option, cette explication dans Zdnet m’a semblé assez claire.

      Le navigateur Opera offre un VPN (virtual private network) qui, si je comprends bien, revient plus ou moins à cela.
      4. Utiliser Tor

      Tor ressemble de l’extérieur à un navigateur en mode de navigation privé, mais le fonctionnement interne est plus compliqué, de sorte que les sites ne puissent pas retracer l’origine de la requête, laquelle passe par tellement d’endroits que le blocage initial est inopérant.

      5. Et sur un téléphone portable (en 4G) ?

      Je ne sais pas mettre en œuvre l’option 1.
      Les options 2 (connaître l’adresse IP) et 4 (Tor) sont transparentes.
      L’option 3 (DnsOverHttps) est un peu plus compliquée à mettre en place parce que la page de paramétrage de la version Android de Firefox est moins conviviale.

      Il paraît aussi que des applications comme Intra ou nextDNS font ça automatiquement, très simplement.
      6. Et pour une solution légale ?

      De nombreuses institutions académiques ont souscrit des abonnements à des portails de littérature scientifique. L’accès est contrôlé par l’origine des requêtes Internet : si vous êtes depuis votre bureau, cela marche de façon transparente.

      Grâce au système de proxy, vous pouvez faire croire aux sites que vous êtes au travail. Par exemple, l’extension EzProxy, disponible pour Chrome ou Firefox (à ne pas confondre avec ce que propose l’entreprise privée du même nom) est préconfigurée pour vous permettre, en cliquant simplement sur l’icone de la toque universitaire puis en utilisant vos identifiants usuels d’ENT, d’accéder à ces sites. À l’installation, il faut juste sélectionner votre institution parmi les préférences de l’extension (à ce jour, l’extension en recense 591 ! dont 27 en France, si votre institution est absente, prenez contact avec le service informatique afin qu’ils s’ajoutent à la liste).

      Le logiciel Zotero a également une extension pour navigateur capable de reconnaître ces proxys.

      https://academia.hypotheses.org/21190
      #articles_scientifiques #édition_scientifique

    • #Dalloz, #La_Découverte : des éditeurs en accès libre pendant le grand confinement

      Plusieurs institutions culturelles ou médiatiques ont décidé de rendre accessibles une partie de leur fonds. C’est le cas du MET, du Berliner Philharmoniker, par ex.

      Pour ce qui est de la recherche, nous sommes heureux d’apprendre que les éditions La Découverte ainsi que les éditions Dalloz participent à l’effort national en donnant accès à une (petite) partie de leur catalogue.


      https://academia.hypotheses.org/21271

    • Où trouver des ouvrages en ligne ?

      Après la fermeture des bibliothèques universitaires et des écoles d’architecture (vous avez fait des stocks de livres impressionnants le vendredi de fermeture), et avec le passage en stade 3 de l’épidémie de coronavirus, c’était celle de « tous les lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays » … dont les bibliothèques publiques (et les librairies) ! (et oui, votre plan B était à l’eau !).

      Mais les Lab&docs ont recensé pour vous les ouvrages numérisés que beaucoup de bibliothèques ou de services institutionnels proposent et dont l’accès est gratuit pour vous. Quand vous aurez épuisé toutes les bibliothèques d’ouvrages libre de droit et leurs milliers de livres numériques (Wikisource, Gutenberg Project, Gallica), les bibliothèques numériques académiques, les plateformes des éditeurs, les services d’accès aux ressources du CNRS ou de votre bibliothèque universitaire, il vous restera votre abonnement à la bibliothèque municipale … certaines possèdent des ressources numériques susceptibles de vous intéresser et leur accès est actuellement facilité (abonnement en ligne possible).

      Et si cela ne suffit pas, vous pouvez toujours relire (lire ?) certains livres de votre propre bibliothèque …

      Services de consultation de livres numérisés

      Google Livres : https://books.google.fr : si le livre relève du domaine public ou si l’éditeur ou l’auteur en a donné l’autorisation, un aperçu du livre est présenté et, dans certains cas, le texte intégral. Si l’ouvrage relève du domaine public, vous pouvez en télécharger librement un exemplaire en PDF

      Google Scholar : https://scholar.google.com : base de données bibliographique spécialisé sur la recherche de documents scientifiques et universitaires : articles approuvés ou non par des comités de lecture, thèses, livres, abstracts, rapports techniques, citations, etc. Tous ces documents sont issus de laboratoires de recherche, écoles et universités.

      HathiTrust https://www.hathitrust.org : bibliothèque numérique mettant en commun le contenu de plusieurs bibliothèques numériques d’universités des États-Unis et d’Europe, ainsi que de Google Livres et d’Internet Archive.

      Gutenberg project – http://www.gutenberg.org : livres numériques, revus et corrigés par des volontaires ; grande littérature mondiale, particulièrement les ouvrages anciens désormais libres de droits. Des titres disponibles en histoire de l’architecture

      Wikisource : https://fr.m.wikisource.org/wiki/Wikisource:Accueil : projet de bibliothèque soutenu par la Wikimedia Foundation. Il est animé, entretenu et élaboré par des contributeurs bénévoles. Catégorie Architecture

      Internet Archive : https://archive.org/details/texts

       : organisme à but non lucratif consacré à l’archivage du Web qui agit aussi comme bibliothèque numérique. Pour avoir accès à ces ouvrages, les internautes doivent s’inscrire à une liste d’attente.

      Open Library : https://openlibrary.org projet de l’Internet Archive visant à cataloguer tous les livres publiés, quelle que soit leur langue, dans une base de données librement accessible sur Internet

      COVID 19 : National Emergency Library : Internet Archive supprime cette contrainte en offrant un accès illimité jusqu’au 30 juin 2020.

      Nos livres : http://noslivres.net : La Bibliothèque électronique du Québec (BEQ), la Bibliothèque numérique romande (BNR), Ebooks libres et gratuits, éFéLé et Projet Gutenberg ont rassemblé sur le site près de 5500 livres catalogue de livres électroniques du domaine public francophone . Des titres pour l’architecture et le paysage
      Bibliothèques numériques issues d’initiatives institutionnelles et académiques

      Gallica Livres https://gallica.bnf.fr/services/engine/search/sru?operation=searchRetrieve&version=1.2&startRecord=0&maximumRecords=15 Plusieurs milliers de livres sont téléchargeables au format EPub gratuitement depuis Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF.

      Europeana : https://www.europeana.eu/fr/portal bibliothèque numérique permettant de consulter en ligne un grand nombre de documents de tous types, textes imprimés, images, vidéo, grâce aux liens donnant accès aux catalogues des institutions participantes.

      Numelyo : https://numelyo.bm-lyon.fr bibliothèque numérique de la Bibliothèque municipale de Lyon. En libre accès, elle regroupe des livres numérisés, des revues, des photos, des affiches et des estampes

      Cnum : Conservatoire numérique des Arts et Métiers : http://cnum.cnam.fr bibliothèque numérique consacrée à l’histoire des sciences et des techniques (Catalogues de constructeurs, Construction, Énergie, Expositions universelles, Transports …)

      Bibliothèque numérique de l’Institut national d’histoire de l’art : https://bibliotheque-numerique.inha.fr : collections des Bibliothèque de l’Institut National d’Histoire de l’Art, collections Jacques Doucet, Bibliothèque centrale des musées nationaux (BCMN), de l’École nationale supérieure des beaux-arts (ENSBA)

      Digital Collections | Library of Congress : https://www.loc.gov/collections

      https://www.loc.gov/search/index/location/?fa=partof:open+access+books : 300 ebooks

      Digital Public Library of America (DPLA) : https://dp.la La DPLA sert de point d’entrée aux collections numériques de plus d’un millier d’institutions culturelles ou d’enseignement américaines (dont la New York public library, les bibliothèques de Harvard…). Elle contient 5,5 millions de documents dont plus de 1,6 millions de livres et périodiques numérisés.

      Classiques des sciences sociales : http://classiques.uqac.ca hébergée par l’Université du Québec à Chicoutimi. Elle propose en ligne des textes, libres de droit au Québec, d’auteurs classiques en sociologie, anthropologie, économie, politique ou philosophie. (ouvrages en français numérisés, sans droits d’auteur, et téléchargeables).

      La Bibliothèque numérique mondiale – World Digital Library (WDL) : https://www.wdl.org/fr : bibliothèque numérique lancée par l’UNESCO et la Bibliothèque du Congrès américain, elle regroupe un ensemble de documents en provenance du monde entier, dont des ouvrages .

      OAPEN (Open Access Publishing in European Networks) : la Fondation basée aux Pays-Bas gère deux plateformes : the OAPEN Library (www.oapen.org), plateforme de livres électroniques en texte intégral dans le domaine des sciences humaines et sociales et DOAB : www.doabooks.org : répertoire de livres numériques diffusés selon le modèle du libre accès par divers éditeurs universitaires comme Taylor & Francis ou Academia Press

      OECD Library (bibliothèque en ligne de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)) :https://www.oecd-ilibrary.org : permet l’accès à des publications ainsi qu’à une base de données statistiques

      Open Knowledge Repository (Banque Mondiale) https://openknowledge.worldbank.org :dépôt électronique en libre accès de livres, de rapports et de documents de recherche (working papers) produits par la Banque mondiale
      Services d’accès institutionnels

      BibCNRS : https://bib.cnrs.fr Accès aux ressources documentaires des unités de recherche du CNRS via Janus (Sésame) : livres électroniques openeditionBooks, Springer, 2500 livres électroniques Elsevier, 26 livres Ebsco, …)

      COVID-19 : liste des facilités offertes par les fournisseurs : https://bib.cnrs.fr/covid-19-liste-des-facilites-offertes-par-les-fournisseurs-portees-a-notre-connaissance/?category=biologie

      Services d’accès des éditeurs ou de fournisseurs

      Cairn livre : https://www.cairn.info/ouvrages.php : Service d’accès aux publications en sciences humaines et sociales de divers éditeurs francophones. L’abonnement donne accès au texte intégral portail web d’ouvrages et revues en SHS ; sur abonnement, consultez votre BU

      COVID -19 : Cairn propose aux établissements membres de votre réseau un test gratuit et sans engagement de ses offres d’ouvrages et de poches jusqu’à la fin du mois d’avril. Cairn.info propose temporairement une méthode simplifiée d’accès distant si votre institution ne le propose pas ou s’il vous est impossible d’utiliser le système d’authentification actuel

      Ebsco ebooks : https://www.ebsco.com/products/ebooks : plate-forme d’e-books . Sur abonnement, consultez votre bibliothèque et BU . (collection académique, collection Presses Universitaires)

      COVID-19 Tous les titres EBSCO ebooks passent en accès illimité (pour les éditeurs participant à l’opération) jusqu’au 30 juin 2020.

      OpenEdition Books : https://books.openedition.org Plateforme de livres électroniques, Open Edition Books permet l’accès à 233 titres en texte intégral en sciences humaines, majoritairement en français. La plupart sont édités par le CNRS ou par des presses universitaires.

      COVID 19 : Ouverture élargie des publications sur OpenEdition Books : https://leo.hypotheses.org/16941

      Quae Open : https://www.quae-open.com maison d’édition scientifique et technique issue de la recherche publique française ; Plus d’une centaine d’ouvrages scientifiques (développement durable, environnement, etc.) en français ou en anglais, disponibles gratuitement et librement aux formats PDF ou ePub.

      The National Academies Press (NAP) (Whashington, DC) : https://www.nap.edu : 3000 ouvrages à lire en ligne gratuitement sur le site de l’éditeur. Certains téléchargements sont payants (Sciences, Engineering, and Medicine)
      Bibliothèques universitaires et de recherche

      BNF- Bibliothèque de recherche : https://www.bnf.fr/fr/les-ressources-accessibles-distance pour les détenteurs du Pass Recherche, une centaine de bases de données thématiques (presse, droit, sciences) et 100 000 livres électroniques (accès à Scholarvox by Cyberlibris)

      Ressources des BU : les bibliothèques ont acquis de nombreuses ressources en ligne (accès par vos codes doctorants ou lecteurs)

      Covid-19 : les éditeurs et fournisseurs ont été contactés par les BU afin d’obtenir des accès gratuits à leurs revues et ouvrages. La situation évolue régulièrement : consulter les listes sur les sites de vos bibliothèques ou sur la liste de recensement proposés par le Consortium Couperin : https://www.couperin.org/site-content/261-a-la-une/1413-covid19-recensement-des-facilites-offertes-par-les-editeurs-du-fait-d

      Vous pouvez vous inscrire par exemple à :

      (frais d’inscriptions pour certaines hors convention !)

      BIS : Bibliothèque Interuniversitaire Sorbonne – La Sorbonne https://www.biu.sorbonne.fr/bius

      qui donne accès à :

      Numérique Premium : livres électroniques en sciences humaines et sociales.

      Covid 19 : Jusqu’au 19 avril 2020, l’éditeur a ouvert les accès à l’intégralité des collections.

      Cyberlibris ScholarVox : https://univ.scholarvox.com : bibliothèque numérique communautaire dédiée aux institutions académiques, écoles de commerce et écoles …

      Covid-19 : Accès aux collections jusqu’à la fin de l’été

      Cairn.info – Encyclopédies de poche : Accès en ligne à l’ntégralité des collections Que sais-je ? et Repères : environ 1600 titres disponibles dans toutes les disciplines.

      De Gruyter – Ebooks : 223 eBooks en langue française, édités par De Gruyter et publiés sous différentes marques éditoriales entre 1965 et 2017 dans sept disciplines des sciences humaines dont art et architecture

      Cambridge Histories Online : quinze domaines des sciences humaines et sociales, avec une concentration sur l’histoire politique et culturelle, la littérature, la philosophie, les études religieuses

      Wiley Online Library : 73 livres électroniques de l’éditeur Wiley en antiquité, histoire, religion et philosophie, etc. quelques titres en architecture

      Classiques Garnier en ligne – Livres numériques

      Dawsonera : plate-forme de livres électroniques de Dawson ; 2500 titres en architecture

      Numérique Premium – Atlas : collection “Atlas” des éditions Autrement

      COVID-19 : La BIS ouvre à la communauté universitaire un accès à ses collections électroniques aux étudiants et enseignants-chercheurs pouvant bénéficier d’une accréditation à la BIS (étudiants à partir du Master, enseignants et chercheurs) : inscription gratuite de 6 semaines, du 24 mars au 8 mai.

      Ou à :

      La BULAC : https://www.bulac.fr/?id=3604 négocie depuis son ouverture un accès distant aux ressources électroniques pour l’ensemble de son public, quel que soit son statut et son affiliation institutionnelle.

      https://labedoc.hypotheses.org/7565

    • Où trouver des #thèses en ligne ?

      Rechercher des thèses en France
      Les catalogues

      SUDOC : Catalogue du Système Universitaire de Documentation est le catalogue collectif français réalisé par les bibliothèques et centres de documentation de l’enseignement supérieur et de la recherche.
      Recherche avec type de document = thèse et mot sujet : « Architecture », « Paysage »,
      « Urbanisme ». Vous aurez les liens vers celles qui sont en ligne.
      TRHAA (Travaux de Recherche en Histoire de l’Art et Archéologie) : recense l’ensemble des travaux soutenus (maîtrises, DEA, master 1, master 2, doctorats, habilitations à diriger des recherches) et des sujets de doctorats déposés en histoire de l’art et en archéologie dans les universités et les grands établissements d’enseignement supérieur.

      Les portails

      Tel (thèses-en-ligne) : serveur d’auto-archivage en ligne des thèses de doctorat et habilitations à diriger des recherches (HDR). Elles sont toutes en ligne en version intégrale. Recherche par discipline : « Architecture et aménagement de l’espace », « Art et histoire de l’art ».
      Theses.fr : moteur de recherche des thèses en cours et soutenues en France depuis 1985. Recherche thèses soutenues par discipline et uniquement en ligne : « Architecture »,
      « Paysage », « Urbanisme ».
      Pastel : thèses soutenues dans les Grandes écoles parisiennes d’ingénieurs. Recherche par discipline : « Architecture et aménagement de l’espace ».

      Les bibliothèques numériques

      Bibliothèque doctorale numérique de la Cité de l’architecture et du patrimoine : accès aux thèses émanant des unités de recherche rattachées aux écoles nationales supérieures d’architecture françaises.
      Bibliothèque numérique Octaviana de la BU de Paris 8 : Fonds des thèses (1970-2014) : Plus de 800 thèses et mémoires avec recherche par thème dont « Architecture » et « Urbanisme ». Fonds de thèses nativement numérique depuis 2014.

      et quelques autres sites pour approfondir :
      – Liste des universités françaises : accédez à la liste des universités par académie.
      – Annuaire des bibliothèques universitaires : informations principales relatives à plus de 700 bibliothèques.
      – Les trésors des bibliothèques de l’enseignement supérieur : panorama des documents remarquables conservés dans les bibliothèques des établissements d’enseignement supérieur français.
      – Sites de l’ABES : sélection de site de l’ABES (Agence Bibliographique de l’Enseignement Supérieur) d’accès aux thèses en texte intégral.
      Rechercher des thèses en Europe

      Plusieurs bases de données, portails, bibliothèques numériques vous permettent d’accéder à des thèses en ligne en version intégrale en Europe.

      Ainsi, Dart-Europe, portail de thèses en texte intégral provenant d’environ 600 universités européennes et 28 pays et en recherchant avec mot clé : “Architecture“, “Paysage“, “Urbanisme“.

      Vous pouvez rechercher aussi via des portails nationaux :
      – BICTEL (répertoire commun des thèses électroniques des universités de la communauté française de Belgique),
      – Dialnet (portail des thèses espagnoles en SHS, Recherche avec mot clé : « Architecture »,
      « Paysage », « Urbanisme »),
      – DissOnline (base des thèses électroniques allemandes),
      – DIVA (base comportant les thèses et travaux de recherche de 28 universités scandinaves, Recherche avec Thèse et Sujet : « Architecture », « Histoire de l’art »),
      – EThOS (base national des thèses du Royaume-Uni),
      – ORBi (Open Repository and Bibliography) (open access de l’Université de Liège (Belgique) dont les thèses, Recherche avec type de document thèse et mot-clé : « Architecture », « Paysage »,
      « Urbanisme »),
      – RERODOC (bibliothèque électronique du réseau RERO (réseau de suisse romande) comportant livres, thèses, mémoires en texte intégral, Recherche avec type de document « thèse » et mot clé :
      « Architecture », « Urbanisme » ).

      Pour approfondir vos recherches par université, vous pouvez consulter la liste des contributeurs au portail Dart-Europe : 619 universités.
      Rechercher des thèses dans le monde

      Des moteurs de recherche et portails vous permettent de repérer et consulter des thèses en ligne dans le monde.

      4 moteurs de recherche vous donnent cette possibilité :
      – BASE (Bielefeld Academic Search Engine) : méta-moteur de recherche référençant et donnant accès à plus de 120 millions de documents universitaires en texte intégral, dont des thèses. Recherche avec type de document « Doctoral and postdoctoral thesis » et accès « Open Access » et entrées matières : « Architecture », « Paysage », « Urbanisme »
      – Dissertation reviews : recense les thèses qui viennent d’être soutenues, avec le résumé de la thèse et présentation des sources utilisées (Pas d’Open access).
      – FreeFullPdf : Indexe les documents .pdf, accessibles gratuitement en texte intégral, dont les thèses.
      – OATD (Open Access Thesis Dissertation) : moteur de recherche international dédié aux thèses électroniques diffusées en libre accès. Certaines thèses sont accessibles en texte intégral. Recherche avec sujet : « Architecture », « Paysage », « Urbanisme ».

      et 1 portail :
      – NDLTD : Networked Digital Library of Theses and Dissertations : thèses et mémoires électroniques dans le monde. Recherche avec sujet : « Architecture », « Paysage », « Urbanisme ».

      Plusieurs moteurs de recherche et portail vous donneront des thèses en ligne par pays :
      – ADT (Australasian Digital Theses) : thèses soutenues dans les 22 plus grandes universités australiennes Recherche de thèse avec mot-clé : « Architecture », « Paysage », « Urbanisme ».
      – Cybertesis : portail de thèses soutenues principalement en Amérique Latine et en Amérique du Nord Recherche sur type de document « Thesis » et sujet : « Architecture ».
      – Erudit : plateforme de diffusion et valorisation numérique de publications en SHS dont les thèses et mémoires de plusieurs universités canadiennes. Recherche avec Type de document thèse et mot-clé : « Architecture », « Paysage », « Urbanisme ».
      – Shodhganga : réservoir des thèses indiennes.
      – Theses Canada : catalogue des thèses et mémoires réalisés dans les universités canadiennes Recherche avec Mot-clé : « Architecture », « Paysage », « Urbanisme ».
      – Toubk@l : catalogue national des thèses et mémoires du Maroc.

      Via la plateforme BibCnrs avec vos identifiants Janus (pour les membres des UMR) :
      – ProQuest (Dissertations & Theses) : base proposant thèses et mémoires en arts, sciences sociales, langues et littérature des universités américaines et canadiennes.

      Vous pouvez consulter le site de NDLTD qui vous liste une sélection de sites par pays pour accéder aux thèses en ligne.

      https://labedoc.hypotheses.org/7511

    • #Public_Books_Database

      With university classrooms and libraries shuttered because of the COVID-19 crisis, scholars are facing disruptions not only in their teaching lives but also in their ability to access research materials. In response, many academic presses have made hundreds of their titles freely accessible online. The Public Books Database aims to catalog such resources in a single location and to highlight titles of particular interest. We’ll be updating the list regularly as additional materials are made available.

      https://www.publicbooks.org/public-books-database/#cornell

  • Trois livres passionnants lus récemment sur #politique, #design, #cybernétique et #architecture

    Kevin Limonier, L’Archipel des savants , Histoire des anciennes villes d’élite du complexe scientifique soviétique
    Révélé par Soljenitsyne en 1973, le Goulag n’était pas le seul archipel créé par le pouvoir soviétique. Un autre système d’îlots urbains s’est développé dès les années 1950, afin de produire les instruments de la puissance soviétique. Longtemps « invisibles », ces villes fermées, voire non cartographiées, ont produit durant la guerre froide le nec plus ultra scientifique et militaire nécessaire à la compétition technologique est-ouest : essais atomiques, réacteurs nucléaires, accélérateurs de particules, ordinateurs, modules spatiaux. Un siècle après la Révolution d’Octobre 1917, l’essai de Kevin Limonier s’applique à décrire les mutations de Baïkonour,
    Obninsk, Doubna ou Akademgorodok, depuis l’URSS de Khrouchtchev jusqu’à la Russie de Vladimir Poutine.

    Eden Medina Le Projet Cybersyn, La cybernétique socialiste dans le Chili de Salvador Allende
    http://editions-b2.com/les-livres/70-eden-medina-le-projet-cybersyn.html
    e 1970 à 1973, la présidence de Salvador Allende (1908-1973) entendit gérer la transition de l’économie chilienne du capitalisme vers le socialisme. Sous la direction du Britannique Stafford Beer (1926-2002), « père de la gestion cybernétique » adoubé par Norbert Wiener, une équipe interdisciplinaire conçut les modèles cybernétiques d’usines du secteur nationalisé de l’économie, et créa un réseau informatique de collecte et transmission rapides des données économiques entre le gouvernement et les ateliers de production. Bien que jamais activée, sa salle de contrôle dessinée au sein du Palais présidentiel par Gui Bonsiepe (1934- ), étudiant de l’école de design d’Ulm (où il enseigna de 1960 à 1968), constituait la partie visible de ce dispositif...


    John Harwood L’Odyssée de l’espace IBM
    http://editions-b2.com/les-livres/67-l-odyssee-de-l-espace-ibm.html
    L’Odyssée de l’espace IBM est d’abord une histoire des années 1950 : celle liant le nouveau PDG d’IBM, Thomas Watson Jr., à ses corporate designers, l’architecte Eliot Noyes et le publiciste Paul Rand. Ensemble, ils feront de la firme le n°1 mondial de l’informatique. Dans son essai, John Harwood retrace cette saga au sein de l’espace moderniste réinventant le rapport entre intérieur et extérieur, et entre hardware et software. Des bâtiments et machines « IBM » à ses conseils pour le film 2001de Stanley Kubrick, Noyes aura façonné un univers d’entreprise au sens strict, identité homogène et monde clos héritiers du style international et du brutalisme américains, mais augmentés des bunkers SAGE, des tele-computer centers et des white rooms...

    Un peu cher l’exemplaire, mais je crois que c’est un petit #éditeur.

  • JavaScript Markdown Editor - SimpleMDE
    https://simplemde.com

    Un éditeur Markdown en javascript qui propose une vue « quasi » WYSIWYG tout en gardant le code des raccourcis syntaxiques visible. Le concept mi-chèvre mi-choux semble pertinent pour les débutants comme pour les « power-users »
    Le dépôt Github : https://github.com/sparksuite/simplemde-markdown-editor

    #éditeur #WYSIWYG #javascript #markdown #SPIP

  • Apple News, « un partenaire obligé », s’installe au Canada Philippe Papineau - 26 Janvier 2019 - Le Devoir
    https://www.ledevoir.com/culture/medias/546427/apple-news-un-partenaire-oblige-s-installe-au-canada

    Après s’être implantée aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Australie, l’application d’agrégation de nouvelles Apple News s’apprête à s’installer au Canada. Le géant du Web devient ainsi « un partenaire obligé » pour les médias francophones et anglophones, estime le professeur en communication Alain Saulnier.


    Photo : Annik MH de Carufel Le Devoir Encore sous forme de test, la prochaine mise à jour devrait permettre dans les prochains jours l’apparition d’Apple News au Canada.

    Si l’application reste encore sous forme de test et n’est offerte qu’à certains utilisateurs de Mac et de iPhone, la prochaine mise à jour devrait permettre dans les prochains jours l’apparition d’Apple News au Canada, dans une version bilingue.

    Pour l’instant, quelques joueurs médiatiques fourniront des contenus journalistiques à Apple pour nourrir l’engin. Parmi eux, nous apprenait le Globe and Mail vendredi, on note Radio-Canada et la CBC, CTV News, La Presse, le Toronto Star et éventuellement le Globe lui-même. La liste pourrait s’allonger.

    Alain Saulnier, professeur invité au Département de communication de l’Université de Montréal et ancien directeur de l’information à Radio-Canada, estime que les médias sont dans une étrange position devant des géants comme Apple, qui sont à la fois « des partenaires obligés et des concurrents à éviter ».

    Pourquoi alors choisir quelques contenus pour nourrir le géant Apple ? Il y a là « un enjeu de découvrabilité, croit Saulnier. Maintenant, un média comme Le Devoir ou même Radio-Canada cherche à être découvert dans la surabondance d’informations véhiculées par les géants du Web. Pour ce faire, ils essaient de trouver des ententes de partenariat pour que ce rayonnement-là se fasse le plus largement possible. Du même coup, il y a des conséquences. On est en train aussi, peut-être, de se faire avaler par plus gros que soi. »

    Apple News Canada, qui sera dirigé par l’ancien v.-p. de Rogers Steve Maich, propose un mélange d’articles triés sur le volet par des ressources humaines — certains travailleurs de l’information auraient déjà été approchés — et d’informations choisies par des algorithmes et des statistiques.

    Approchée par Le Devoir pour comprendre son intérêt à collaborer avec Apple News, la direction de La Presse n’a pas voulu discuter de sa stratégie, a expliqué la directrice des communications Alex-Sandra Thibault. Du côté de la société d’État, « cette entente permet à Radio-Canada d’élargir la portée de ses contenus et de les faire découvrir à un plus grand nombre de Canadiens », explique Marie Tétreault, chef de la promotion Information Télévision, ICI RDI et projets spéciaux.

    En entrevue au Globe, la rédactrice en chef d’Apple News, Laura Kern, a déclaré que la plateforme permettra aux médias de vendre leurs propres annonces pour accompagner les articles, ainsi que de collaborer avec Apple pour les ventes.

    « Notre but est de faire croître l’auditoire des publications », a expliqué Mme Kern au Globe.

    Le professeur Saulnier fait le parallèle avec les débuts de Facebook. « Les gens voulaient absolument y être, c’était incontournable. Tous les médias y sont allés, mais aujourd’hui on a créé un monstre. »

    #Apple_News #réseaux_sociaux #RSS #information #presse #médias #gafa #citations #actu #droit_voisin #éditeurs

  • Mark Text
    https://marktext.github.io/website

    Mark Text is a Markdown editor for Mac, Windows, and Linux. It is a concise text editor, dedicated to improving your editing efficiency.

    Mark Text supports both the CommonMark Spec and the GitHub Flavored Markdown Spec. Because Mark Text is a realtime preview editor text styles and formatting update automatically as you type.

    #markdown #editeur_de_texte #wysiwyg #electron #open_source

    • http://www.revue-backoffice.com/numeros/01-faire-avec/eric-schrijver-culture-hacker-peur-wysiwyg

      Depuis la révolution de la publication assistée par ordinateur [PAO] des années 1990, les designers graphiques sont capables de réaliser leurs propres mises en page sans l’intervention d’ingénieurs. Dans la plupart des cas, ce qui se passe sur le Web est d’un tout autre ordre : l’exécution des sites Web est in fine prise en charge par des développeurs. Ces derniers ont donc souvent leur mot à dire dans le choix de la technologie employée pour créer un site. Rien de plus normal, dès lors, que les valeurs et préférences des développeurs se reflètent dans ces décisions. […] Ainsi, à l’inverse du design de supports imprimé, les technologies de programmation utilisées pour la création des sites Web (langages de programmation, bibliothèques logicielles, systèmes de gestion de contenu, etc.) sont presque toujours des logiciels libres et/ou disponibles en opensource ; les systèmes de gestion de contenu commerciaux intègrent même fréquemment des éléments de code open source. […]

      […]

      Le manque d’intérêt pour les nouveaux éditeurs WYSIWYG implique que les futures interfaces de ce type présenteront les mêmes problèmes d’instabilité que ce qui existe actuellement, renforçant d’autant plus la méfiance des développeurs. [C’est un cercle vicieux.] Il n’existe, à ma connaissance, que deux moteurs d’édition basés sur l’attribut contentEditable : Aloha 19 [2010] et Hallo.js 20 [2013]. Aloha est très mal documenté et sa masse de code le rend difficile à appréhender. Hallo.js prend une direction plus légère, mais reste trop limité puisqu’il n’est pas possible, par exemple, d’insérer des liens ou des images. […]

      Si le WYSIWYG était un peu moins tabou dans la culture hacker, des solutions intéressantes croisant texte brut et mise en forme graphique émergeraient probablement. Un bon exemple est la fonction « révéler les codes » 21 de WordPerfect [1980], le logiciel de traitement de texte le plus populaire avant l’avènement de Word. Lorsque vous vous trouviez confronté à un problème de mise en forme, cette fonction permettait de révéler la structure des instructions de formatage — ce qui n’est pas sans rappeler l’inspecteur DOM des navigateurs Web récents. Des exemples d’interfaces plus radicales combinant l’immédiateté de la manipulation directe d’éléments et la puissance de la programmation existent dans certains logiciels. Le programme 3D Blender [1995] propose ainsi une intrication intéressante entre interface visuelle et interface texte 22. Toutes les actions sont consignées sous la forme d’une suite de lignes de commandes qu’il est facile d’utiliser pour créer des scripts d’automatisation. La sélection d’un élément via l’interface graphique permet également de visualiser ce dernier dans la structure interne du document [DOM] et d’en faciliter ainsi l’accès par voie programmatique.

      […]

      Le potentiel de ce langage est obtenu au détriment de la concision : pour être suffisamment flexible et permettre de travailler dans des situations variées, le langage HTML est relativement verbeux. Même si le standard HTML5 a d’ores et déjà apporté de nombreuses améliorations, ce dernier n’est toujours pas assez concis pour les adeptes de la culture hacker : d’où l’existence de solutions comme le langage de balisage Markdown. Cependant, imposer l’utilisation d’un format austère en texte brut revient à en refuser l’accès à des personnes de cultures différentes.

      C’est faux ! @tetue a montré avec une camarade qu’une syntaxe légère correcte était plus facile à comprendre et à utiliser au quotidien qu’une interface graphique, pour une personne ayant un handicap. Et ça doit sûrement valoir pour les différences culturelles, hors handicap. Car une interface visuelle est à priori plus dépendante des différences culturelles que les quelques caractères utilisés dans Markdown (dièse, astérisque, tiret basique…) qui sont sur tous les claviers du monde.

      L’interface appropriée pour un écrivain pourrait ne pas être adaptée à une maison d’édition ou à un designer. […]

      Ça par contre c’est très important, sauf que la phrase ne correspond pas à la réalité. Ce n’est pas l’interface différente le problème, mais comment est stockée l’information.

      Le HTML c’est pour un affichage web et ça inclut des trucs précis propres au web. Or tous les éditeurs WYSIWYG dont parle l’article fonctionnent uniquement avec HTML et enregistre en HTML. Qui n’est pas du tout un format « pivot » idéal donc, puisqu’il est uniquement pour des pages web.

      Le fait d’enregistrer en Markdown (même si l’interface peut être WYSIWYG ou au moins WYSIWYMean) par exemple, permet ensuite de générer ce qu’on veut comme format de sortie, pas uniquement du HTML.

      #wysiwyg #interface #ergonomie #éditeur #texte

    • @fil bah si, ya un plugin Markdown, et il permet soit de l’activer en surplus de la syntaxe SPIP avec un marqueur, soit l’inverse (notamment pour un nouveau site), avec le Markdown par défaut, et la syntaxe SPIP en surplus avec un marqueur.

      (Mais il faudrait dans ce cas avoir SimpleMDE en éditeur, qui est WYSIWYMean avec CodeMirror derrière.)

      https://github.com/Cerdic/markdown
      (Il y en a un autre sur la zone, de Cédric aussi, mais qui est donc en doublon puisqu’il n’est pas à jour et c’est celui sur Github qui est maintenu…)

  • Je ne retrouve plus le fil sur les #éditeurs de #notes si possible en #markdown.
    En voilà un autre dont personne n’a l’air d’avoir parlé ici, #encrypté, bien sûr : #Skrifa
    https://skrifa.xyz

    The vanilla Skrifa, is all about keeping your privacy safe. With encryption to all of your notes by default using PGP, secure sharing of your notes and other PGP functionalities, this is the best note taking app for you and your privacy.

    Dans la lignée de #Standard_notes

    • Comme je l’avais expliqué ici :
      https://seenthis.net/messages/161212#message161373
      quand il s’agit de produire et d’enregistrer directement du HTML, c’est immensément plus facile de créer un éditeur WYSIWYG puisqu’on édite directement le HTML dans le navigateur, et basta. C’est exactement ce que fait cet éditeur, et quelques autres.

      Quand il s’agit d’enregistrer dans un autre format, afin d’avoir un truc plus neutre qui permettre de générer ensuite d’autres choses (PDF ou autre), et bien il faut passer par un format pivot, et ensuite à la fin l’enregistrer dans le format final. C’est ce que fait l’éditeur WYSIWYG de Wikipedia, mais qui ne sait apparemment générer QUE leur format Wiki à eux (je n’ai vu nulle part que ce soit modulaire et que l’étape final format pivot => format wiki soit un plugin et puisse être surchargé).

      Vu que l’éditeur ne sait tripoter que du HTML, là pour Markdown, ils choisissent du coup d’utiliser le HTML comme format pivot, et à la fin de transformer le HTML en format texte brut markdown (comme sale() en gros). Ça ne me parait pas toujours praticable ni très propre, il doit y avoir des approximations.

      D’après moi, il n’y a toujours que l’éditeur de la fondation Wikimedia qui fait les choses de manière complète et propre (y compris pour les « modèles » avec arguments et tout !), mais sauf qu’ils n’ont pas codé leur librairie de manière à pouvoir générer d’autres formats que le leur apparemment…

      (Sinon ça ne parle pas de SPIP, c’est plutôt le tag #idée_pour_SPIP :))

    • Ça génère un JSON aux specs MapBoxGL que tu peux utiliser avec l’API javascript du même nom.

      En résumé, c’est un outil qui permet de remplacer l’outil hébergé MapBox Studio, un peu comme le permettait TileMill à l’époque.

      Il y a un peu plus d’infos sur la page kickstarter du projet :

      Mapbox GL is one of the biggest innovations the GIS world and is the first cross platform framework to display maps on the browser, mobile applications and the desktop. Maps are styled using a JSON style document described in the Mapbox GL style specification which is difficult to edit by hand. The missing piece in the puzzle is a visual style editor that is easy to use, free and open source!

      Maputnik is an intuitive style editor with immediate feedback which will target both GIS professionals as well as enthusiasts to create Mapbox GL styles. Maputnik is free and open source, does not require a cloud based deployment and will run on your local machine (just like TileMill).

      The main goal is to create a free alternative to the cloud based Mapbox Studio and allow businesses and individuals to create their maps without tying themselves to services of a single company but still profit from the amazing Mapbox GL ecosystem.

      Background & Rationale

      The Mapbox ecosystem consists out of many amazing and innovative technologies by some of the smartest people in the GIS community. And for the most part it is open source and under very business friendly licences.

      There are however two obstacles if you want to create maps in the Mapbox ecosystem without tying yourself to Mapbox the company.

      –It is very difficult to get started to create your own custom map if you don’t have the map data (the vector tiles) available for free as well.
      –You cannot effectively style a Mapbox GL map without resorting to the cloud based Mapbox Studio

      The first problem has been adressed by our OSM2VectorTiles project where we worked over the last year to create a free OpenStreetMap friendly alternative to Mapbox vector tiles.

      The second problem with Mapbox Studio is that it is not open source and you have to upload your data sources to external servers and essentially are locked in the Mapbox ecosystem. By reusing existing proprietary base styles you legally tie your style for use with Mapbox services and it is difficult to use other data source like OSM2VectorTiles, Mapzen or Kartotherian or even your own custom vector tile sources.

      In contrast to using a styling language like CartoCSS the JSON format is difficult to edit by hand and much more suitable for editors. So in order to be able to create independent Mapbox GL styles we should rally behind and build our own free and open source style editor for the Mapbox GL style specification.

      https://www.kickstarter.com/projects/174808720/maputnik-visual-map-editor-for-mapbox-gl/description

  • #Ghostwriter, an #Open-Source #Markdown Editor - OMG! Ubuntu!
    http://www.omgubuntu.co.uk/2016/12/ghostwriter-stylish-open-source-markdown-editor


    Et hop, un nouvel #éditeur pour #écrire en Markdown

    Ghostwriter is a free, open-source markdown editor for Linux and Windows.

    Billed as being ‘distraction free’, the Qt based app doesn’t scrimp on features at the expense of looking minimal and stylish.

    • C’est vraiment pas fini et c’est possible que cela ne le soit jamais.
      Pour la prise en main, tu bosses en premier sur la structure en créant les personnage, les intrigues, le monde : en gros, tu commences ton projet par la colonne de navigation de gauche que tu parcours de haut en bas jusqu’à arriver logiquement à la rédaction.
      La partie rédaction est celle qui est ensuite le centre du logiciel, avec beaucoup de sous-fenêtres à activer dans le menu de droite.
      Une fois que tu es dans une scène, pour saisir en mode sans distraction, c’est F11. Le mode sans distraction est paramétrable dans les réglages que tu appelles en F8.

  • Présentation | Cultures Maison
    http://culturesmaison.be/fr

    Cultures Maison est un festival dédié aux structures d’édition et de diffusion de bande dessinée de création et d’oeuvres graphiques et narratives. Depuis 2010 le festival se tient une fois par an à la Maison des Cultures de Saint-Gilles, #Bruxelles.
    Pendant trois jours Cultures Maison accueille une cinquantaine d’éditeurs, auteurs et artistes, belges et internationaux de la scène alternative dans le but de les promouvoir, de les soutenir et de diffuser leurs ouvrages.
    La plupart des structures belges y sont présentes ainsi qu’une large sélection d’éditeurs européens.
    Le paysage de l’édition indépendante est très largement représenté à Cultures Maison puisqu’on y trouve aussi bien les plus importants éditeurs actuellement en activités, que des collectifs de micro-édition, des fanzines ou encore des auteurs qui s’auto-éditent.
    Outre la volonté de pallier un manque de distribution et de visibilité des éditeurs indépendants, la démarche du festival est également de créer un réseau interstructurel où les éditeurs et les auteurs pourront se fédérer, s’associer, échanger de l’expérience et partager des réseaux de distribution. Des rencontres, conférences, débats et workshops sont organisés dans ce but.
    Cultures Maison est également particulièrement attentif à ne pas tomber dans le piège du clivage (social, intellectuel ou générationnel). L’événement propose avant tout, l’accès à des ouvrages personnels et de qualité, au plus grand nombre. Il se veut populaire dans le sens le plus noble du terme.
    Pour autant si le festival n’est pas dédié à des initiés, il s’adresse à des visiteurs intéressés et curieux en proposant une programmation accessible mais ambitieuse et sans concession.
    Cultures Maison est un événement à vocation culturelle et démocratique, aucun frais de participation n’est demandé aux exposants et l’accès à toutes les manifestations du programme est #gratuit pour les visiteurs.


    #BD #éditeurs #micro_édition #auto_édition #exposition #culture_populaire

  • Atom
    https://atom.io

    Un éditeur de texte évolué, open-source, cross-platforms, avec un ensemble de plugins (packages) bien fournis et un système de snippets qui semble pratique...
    La doc officielle : http://flight-manual.atom.io
    (dommage : pas de possibilité de traduction du core ou des packages : cf https://github.com/atom/atom/issues/3103)

    Package pour le Markdown : https://atom.io/packages/markdown-writer

    NB pour contourner l’installation sous Windows dans le AppData de l’utilisateur sans donner le choix (ce qui est bien naze pour un open-source !) :
    – une fois l’installation terminée, déplacer le dossier c :\users\nom_utilisateur\AppData\atom vers l’endroit voulu
    – modifier les chemins des raccourcis (menu Démarrer, bureau...)
    – ajouter le chemin du dossier atom dans le PATH

    #atom #editeur #markdown #open_source #logiciel

  • Squire
    http://neilj.github.io/Squire

    Un éditeur wysiwyg simple et léger (en HTML 5) basé sur un iframe dont le <body> à pour attribut « contenteditable=’true’ » à la place du classique <textarea> (autorise aussi l’utilisation d’un quelconque noeud du DOM à la place d’un iframe)
    Utilisé comme éditeur du webmail ProtonMail

    Squire is an HTML5 rich text editor, which provides powerful cross-browser normalisation, whilst being supremely lightweight and flexible. It is built for the present and the future, and as such does not support truly ancient browsers. It should work fine back to around Opera 10, Firefox 3.5, Safari 4, Chrome 9 and IE8.
    Unlike other HTML5 rich text editors, Squire was written as a component for writing documents (emails, essays, etc.), not doing wysiwyg websites.
    If you are looking for support for inserting form controls or flash components or the like, you’ll need to look elsewhere. However for many purposes, Squire may be just what you need, providing the power without the bloat.
    Installation
    – Download the source from neilj/Squire
    – Copy the contents of the build/ directory onto your server.
    – Edit the <style> block in document.html to add the default styles you would like the editor to use (or link to an external stylesheet).
    – In your application, instead of a <textarea>, use an <iframe src='https://seenthis.net/path/to/document.html'>.
    – In your JS, attach an event listener to the load event of the iframe. When this fires you can grab a reference to the editor object through iframe.contentWindow.editor.
    – Use the API below with the editor object to set and get data and integrate with your application or framework.

    Voir la doc officielle sur https://github.com/neilj/Squire/blob/master/README.md

    #editeur #wysiwyg #squire #protonmail #textarea #iframe

  • Plein Chant Apostilles - Deux chansons de Jules Jouy
    http://www.pleinchant.fr/apostilles/2016maijuillet/Jouy/texte.html

    Le chansonnier protestataire, Jules Jouy, né et mort à Paris (1855-1897), ayant animé plusieurs #goguettes, chanté un temps au Chat Noir, publié des chansons dans divers journaux dont Le Cri du Peuple de #Vallès, rassembla ses chansons écrites au gré de l’événement durant l’année 1887 sous le titre Les Chansons de l’année, en vente chez Bourbier et Lamoureux, Paris, 11, rue du Croissant, 1888. De ce recueil, on a extrait deux chansons, d’une certaine manière encore actuelles, puisque l’une d’elles traite de #la_malbouffe – un mot qui n’existait pas encore ! – et l’autre des #chiffonniers – qui, de nos jours, ont de quoi faire devant la surabondance des déchets qui envahissent les rues, mais dont l’activité est interprétée de manière politique et revendicatrice par #Jules_Jouy.

    LA LÉGENDE
    DU CHIFFONNIER

    Air du Juif-Errant

    Promenant sa lanterne,
    Sa hotte et son crochet ;
    Piquant, dans la nuit terne,
    L’ordure et le déchet ;
    Le Temps erre, à pas lents,
    Depuis mille et mille ans.

    Auprès du patriarche
    Et suivant tous ses pas,
    Le Progrès lui dit : « Marche !
    Et ne t’arrête pas !
    Fouille, vieux chiffonnier,
    Pour remplir ton panier !

    Va, sans cesse ; ramasse,
    Sans peur et sans dégoût,
    Ce que, sur terre, amasse
    D’objets bons pour l’égout
    Ta putréfaction,
    Civilisation !

    Vois ; cette pourriture,
    C’est la Société.
    Regarde, cette ordure,
    C’est la Propriété.
    Là, cette infection,
    C’est la Religion.

    Approche ta lanterne ;
    Ce que tu vois briller
    Ici, c’est la Caserne ;
    Là-bas, c’est l’Atelier :
    Ici, viande à canon ;
    Là-bas, viande à patron.

    Quel métal flambe et crie,
    Heurté par ton crochet ?…
    Vois, c’est la Monarchie ;…
    Enlève ce hochet !
    Prince, roi, pape ou czar,
    Pique, pique au hasard !

    À la hotte ! à la hotte !
    Tous, en un tour de main…
    Mais que vois-je, qui flotte,
    Là-bas, sur le chemin ?
    Pour mieux voir ce lambeau
    Amène ton flambeau…

    Éclaire ; fouille, fouille !…
    Là, pique !… Qu’est-ce enfin ?
    Halte ! c’est la dépouille
    D’un pauvre, mort de faim !
    Cette loque d’azur,
    C’est le drapeau futur ! »

    4 mars 1887.

    http://www.pleinchant.fr/sommaires/collections.html


    #imprimeur #éditeur

  • #Publications_scientifiques, on vaut mieux que ça ! - Libération
    http://www.liberation.fr/debats/2016/03/28/publications-scientifiques-on-vaut-mieux-que-ca_1442009

    Le projet de loi pour une République numérique adopté par l’Assemblée nationale, sera prochainement examiné par le Sénat. Son article 17 introduit une nouveauté importante pour les chercheurs. Actuellement, pour publier leurs résultats, ils doivent concéder, sans contrepartie de rémunération, l’exclusivité de leurs droits d’auteur à des éditeurs privés, qui facturent ensuite l’accès à ces articles, souvent fort cher, aux organismes de recherche, aux universités et aux enseignants. Les #éditeurs interdisent souvent aux chercheurs de diffuser leur propre production scientifique sur leur site web ou celui de leur établissement : ainsi, le lecteur est obligé de passer par le site de l’éditeur, parfois à un tarif prohibitif.

    Avec la nouvelle loi, pareilles clauses léonines seront réputées non écrites. Les auteurs auront alors la possibilité (mais pas l’obligation) de déposer, même après publication en revue, leurs articles dans une archive ouverte telle que #HAL, recommandée et gérée par de grands organismes de recherche publique dont le #CNRS.

    #recherche_scientifique

  • Literally #canvas — Literally Canvas v0.4.11 docs - HTML5 drawing board - MS Paint in your web browser
    http://literallycanvas.com/index.html

    Literally Canvas is an extensible, open source (BSD-licensed), HTML5 drawing widget. Its only dependency is React.js. You can use it to embed drawing boards in web pages. It’s kind of like an extensible MS Paint in JavaScript. Users can sketch drawings and you can do what you like with the results. It comes with an easy-to-use #jQuery plugin.

    #editeur #dessin #SVG #json #web-based