• Retraites et salaires, faire encore monter la pression ! | #éditorial de Lutte Ouvrière (#LO) du 24 janvier 2023
    https://www.lutte-ouvriere.org/editoriaux/retraites-et-salaires-faire-encore-monter-la-pression-473224.html

    Flambée des prix, chute du pouvoir d’achat, difficultés pour se faire soigner, bruits de bottes et menace guerrière sur fond de crise économique et climatique… Macron misait sur la lassitude et la démoralisation des travailleurs pour attaquer aussi les retraites. Eh bien, cela a eu l’effet inverse !

    Les 200 #manifestations de jeudi dernier ont, partout, été impressionnantes. Entre 25 000 et 50 000 manifestants à Marseille, Lyon, Toulouse, Nantes, 20 000 au Havre et à Caen, 16 000 à Orléans, 14 000 à Perpignan, 10 000 à Lorient, 5 000 à Nevers, Beauvais, Arras, 4 000 à Rochefort, Dieppe, Vesoul, Belfort ou Chalon-sur Saône, etc.

    À Paris, malgré les difficultés de déplacement, la manifestation était massive. Dans le pays, il y aurait eu 1,12 million de manifestants selon la police, deux millions selon la CGT. Il faut remonter à 1995, quand Juppé avait dû reculer face aux #travailleurs, pour trouver une mobilisation comparable.

    Les bataillons sont venus de l’ensemble du monde du travail. Ouvriers, techniciens, aides à domicile, employés, enseignants, cheminots, cadres, syndiqués et non syndiqués, habitués des mobilisations ou manifestant et faisant grève pour la première fois, salariés du public et du privé, des grandes comme des petites entreprises.

    À Stellantis, Sanofi, Toyota, Airbus, Safran, Siemens, Iveco, de tels chiffres de grévistes n’avaient pas été vus depuis des années. Même les entreprises moyennes et plus petites ont eu leur lot de grévistes.

    Macron s’est donc lourdement trompé. Il croyait nous donner le coup de grâce, il a fait déborder le vase. S’il voulait faire la démonstration qu’il réserve tout l’argent de l’État aux financiers, à la bourgeoisie et aux plus riches, il a réussi !

    Et comment ne pas être en colère quand le gouvernement annonce une loi de programmation militaire qui fait passer le budget de l’armée à 413 milliards, soit 100 milliards de plus sur sept ans ? Là il n’y a pas de discussion, car mettre des milliards pour des tanks et des missiles, ça ne se discute pas dans cette société. Cela ne se discute que quand il s’agit des retraites, des salaires, de l’emploi ou des hôpitaux !

    Voilà la société qu’ils nous préparent : un avenir sans retraite, mais avec la guerre. Ne nous résignons pas à cela !

    Tous ceux qui étaient aux manifestations ont découvert ou redécouvert l’immense force du monde du travail. Et elle compte ! Aujourd’hui, le gouvernement fait profil bas. Des failles apparaissent dans sa propre majorité, puisque certains députés disent ne pas vouloir voter le projet en l’état, preuve que la mobilisation les a mis sous pression.

    Alors, la voie à suivre est claire : nous devons continuer et amplifier la mobilisation, c’est-à-dire faire en sorte qu’il y ait plus de grévistes le 31 janvier, que les grèves touchent plus d’entreprises, et nous retrouver plus nombreux dans la rue.

    Dans les jours qui viennent, il ne faut pas seulement travailler pour les profits patronaux. Il faut travailler à la réussite de notre mobilisation. Il faut multiplier les discussions, se réunir, s’organiser, formuler nos revendications et recruter de nouvelles troupes pour la prochaine journée .

    Comme le dit le chant L’Internationale : « Battons le fer tant qu’il est chaud ». Et le fer est à porter aussi sur les salaires qui ne suivent pas l’inflation. Il est à porter sur les conditions de travail car la pénibilité n’est pas l’exception, c’est la règle, aussi bien pour les métiers physiques qu’intellectuels.

    Ce que Macron et ses commanditaires patronaux craignent plus que tout est que le mouvement continue, se propage et bloque de plus en plus la production de profits.

    Il faut se souvenir de la haine féroce qu’avait suscitée dans les milieux patronaux la grève des travailleurs des raffineries, en septembre et octobre derniers. Ces Messieurs estiment que les travailleurs n’ont pas le droit de mener la #lutte_de_classe, seulement de la subir ! Eh bien si, nous pouvons, nous aussi, la mener et inverser la vapeur, et nous avons commencé à le faire.

    Les confédérations ont donné rendez-vous à l’ensemble du monde du travail le 31 janvier. Elles ont le pouvoir de fixer des dates, mais il dépend de chacun d’entre nous d’en faire un succès et un tremplin afin qu’ensemble, nous retrouvions le chemin de l’organisation et de la lutte collective pour nos intérêts et pour changer la société.

    Contre la rapacité et l’irresponsabilité de la classe capitaliste et de ses valets politiques, vivent les luttes des travailleurs !

    #réforme_des_retraites #retraite #salaire #inflation

  • “All out” together, on 1 February! & Teaching Sunak and his government a lesson! | #Workers_Fight workplace #bulletin #editorial
    https://www.union-communiste.org/fr/workers-fight-workplace-bulletin-editorials/all-out-together-on-1-february-teaching-sunak-and-his
    #United_Kingdom

    “All out” together, on 1 February!

    The government and their ranting fellow “class warriors” in the media are at it again, spitting their fury against strikers.

    These hypocrites claim that pupils are in danger of being deprived of education because of the threatened strikes; or that patients will die because of a few 1-day strikes by nurses or ambulance workers. They just can’t help themselves: they’re unable to disguise their deep class hatred for workers and poor people. Or their blind ignorance of the world the rest of us live in.

    Neither do they take any responsibility for the situation they’ve created! The crisis in the NHS is not a sudden collapse. It’s been a slowly evolving catastrophe, totally predictable and one which health workers have been warning of for many, many, years. The #crisis in schools has the exact same history!

    But now, with new data from the Office for National Statistics, the idea that wages have “risen” and that inflation is falling (despite the persistent huge gap) is going to be held up as yet another reason to refuse to yield to the demands of striking #workers.

    In passing, it’s worth noting that yes, private sector wages, in some cases, rose. Certain private bosses, for instance in the car industry (BMW Oxford, Ford, Jaguar Land Rover, Nissan, etc...) had already agreed to give “#inflation plus” pay rises for the 2nd year of 2-year pay-deals, so they stuck to their agreements and paid up (even up to 16%!), fearful that their workforces might #strike! Unlike the government and its groupies, they know how to avoid industrial action and anyway, these pay rises were already factored-in to their balance sheets.

    Today, in the case of the public sector, it is the whole of the country’s “public” who are de facto, the workers’ paymasters. Yes, otherwise known as “taxpayers”! And if the public had a say, it would surely offer all the key workers currently trying to fight for their livelihoods, the inflation-proof pay rises they need!

    What’s more it would demand that the #government stop the rot it’s causing to these services immediately - and, for example, reverse the planned cuts in the railways. As one rail worker put it, “they could pay me another 50% - I don’t care, but I’m on strike to fight the closure of ticket offices, the refusal to put guards back on trains and the unsafe cuts in conditions for every category of maintenance worker!”

    The public, if it was in charge, would find a solution to the 165,000+133,000 vacancies in the #NHS and #social_care, by offering a generous “welcome-back” to all those who left the country due to Brexit - an estimated 330,000 - as well as a welcome to the migrant workers and refugees who risk their lives in “small boats” to reach these currently unwelcoming shores!

    In fact two things are needed to solve the public sector crisis: sure, an overturning of this government, that should go without saying. But what’s also needed is for the current fight for livelihoods to be turned into the “class war” which the bosses and politicians, unlike the union leaders, already recognise it is...

    If that’s to happen, strikers will have to start taking their own initiative and above all, bring all sections and unions to fight together as one force!

    Teaching #Sunak and his government a lesson!

    In the end, teachers voted overwhelmingly - by 90% - to strike, despite the doubts of their own union officials! And turnout, at 53%, easily beat the legal threshold, despite ballot papers getting lost due to the postal strike!

    The good news is that the first strike day is called for 1 February, the same day that 100,000 civil service workers - and now also train drivers - will be on strike. And this is the same day too, that the TUC has called a “day of action” against the government’s latest anti-strike law. Maybe the TUC has finally found its teeth...

    However the current anti-strike laws, which set legal thresholds, have prevented the most low-paid of all teaching staff, the teachers’ assistants, from joining the strike. These TAs make up as much as 28% of school workforce today and are used and abused as (very much cheaper) substitutes for teachers. Their conditions are so bad that at the beginning of the school year there were 40,000 TA vacancies!

    In fact the #teachers themselves aren’t only fighting over wages - although the 5% offer comes on the back of falling pay; in real terms they’ve lost 23% (by RPI) since 2010. Today schools are expected to find this 5% “pay rise” from their existing budgets. This means that to pay teachers, schools have to take money from elsewhere, by cutting jobs, cutting building maintenance, and cutting equipment expenditure. Already they’ve been cutting the courses they offer to pupils. They received no increase in funding between 2015 and 2020, and since then only 5% - far behind inflation. Already 1 in 5 school buildings are in urgent need of repair, with the risk of collapse rated “critical”!

    Sunak, who has cancelled his deluxe trip to Davos this year, must definitely feel a little rattled at this point of the strike wave: the polls show that 51% of the public support the teachers’ strikes, but only 21% support his government.

  • Retraites : la guerre est déclarée ! | #éditorial des bulletins d’entreprise #LO (9 janvier 2023)
    https://www.lutte-ouvriere.org/editoriaux/retraites-la-guerre-est-declaree-466960.html

    Le nouveau chantier de #démolition des #retraites est officialisé ce mardi. Mais on sait déjà que Macron et Borne ont décidé de faire tomber le couperet à 64 ans, avec l’augmentation accélérée de la durée de cotisation.

    En 2019, Macron avait enrobé son attaque de propositions de la #CFDT pour la rallier à sa cause. Cette fois, il a passé un marché avec la droite pour s’assurer d’une majorité à l’Assemblée.

    Alors, c’est sans fioritures. Enterrée, l’histoire des points ! Fini le cinéma autour d’un âge pivot et d’un prétendu choix de l’âge de départ ! Tous les travailleurs devront travailler au moins deux ans de plus, point final. Ceux qui n’y sont pas forcés par l’allongement de la durée de la cotisation y seront contraints par l’âge légal.

    Toutes les confédérations syndicales sont forcées de le reconnaître : la réforme est brutale. Elle frappe de plein fouet le monde ouvrier, ceux-là mêmes qui ont commencé à travailler tôt, font les métiers les plus pénibles, les plus difficiles et les plus mal payés. Et elle sera menée au pas de charge, car Macron souhaite qu’elle s’applique dès la fin de l’été. La génération de 1961 serait donc la première à faire du rabiot.

    Quand le #gouvernement_Borne se pose en sauveur du système des retraites, il ment comme un arracheur de dents. Le #conseil_d’orientation_des_retraites l’a écrit noir sur blanc : le système n’est pas menacé sur le long terme. Il faut dire qu’une bonne partie du sale boulot a été faite par les socialistes, sous le #gouvernement_Hollande. C’est la #réforme_Touraine qui impose aux générations nées après 1973 de cotiser 43 ans.

    Alors, pourquoi un tel acharnement ? Parce qu’il manquerait 10 milliards dans les caisses de retraite, et ce, pendant quelques années. Mais quand il s’agit de trouver 10 milliards pour subventionner le grand patronat, ça ne fait ni une ni deux. Ce n’est pourtant pas l’argent qui manque de ce côté-là.

    Cette année, les actionnaires du CAC 40 vont empocher 80 milliards. Ces 80 milliards sont le fruit de notre travail, mais ils vont aller à ceux qui sont nés avec une cuillère d’argent dans la bouche, à des rentiers, à des retraités de naissance !

    Tant que nous ne nous faisons pas respecter, tant que notre sort est entre les mains du grand patronat et de ses pantins du genre de Macron, il ne faut pas nous attendre à être traités autrement.

    Ils se moquent de savoir si les ouvriers, les caissières, les infirmières, les aides à domicile ou les techniciens tiendront le coup.

    De plus en plus de travailleurs termineront leur carrière à Pôle emploi, en invalidité ou au RSA. Et ils le savent pertinemment. Mais de leur point de vue, cela fera toujours moins d’argent à sortir que de verser une pension complète. Et ce sera autant de gagné pour arroser la bourgeoisie.

    Encore une fois, ne nous étonnons pas ! #Macron ne gouverne pas pour empêcher les crises ou les guerres. C’est chose impossible dans un système aussi fou que le capitalisme. Il dirige pour faire respecter une de ses lois fondamentales : tout ce qui va dans les coffres forts des exploiteurs – bénéfices, plus-values, dividendes – doit croître toujours et encore. Pour ça, il faut en faire baver toujours plus aux travailleurs, il faut écraser leurs salaires, leur enlever des droits.

    Sans rire, avec cette #réforme, Macron explique préparer l’avenir et assurer 2040 ! Mais l’avenir qu’il nous réserve n’est pas seulement un avenir sans retraite. C’est une société où des spéculateurs peuvent prendre toute la société à la gorge en faisant flamber les prix. C’est une société où la recherche du profit détruit tout : du système de santé à l’approvisionnement en électricité en passant par les transports et l’éducation.

    Et qui sait si dans quelques mois, nous ne serons pas, nous aussi, rattrapés par la guerre et les bombes ? Et là, il ne sera plus seulement question de notre droit à la retraite, mais de notre droit à la vie.

    Non, l’avenir n’appartient pas à ces irresponsables qui sont en train de tout sacrifier sur l’autel de leurs capitaux. L’avenir appartient aux travailleurs et à leurs luttes. Il se joue dès aujourd’hui dans notre capacité à défendre nos #salaires et nos retraites. Et rien n’est joué d’avance !

    Les confédérations prétendent vouloir mener la lutte. Mais le simple fait qu’elles attendent mardi soir pour annoncer ce qu’elles comptent faire montre que leurs dirigeants sont de bien piètres généraux.

    L’essentiel va donc dépendre des travailleurs eux-mêmes. Il faut trouver en nous-mêmes l’énergie et la détermination pour faire reculer Macron.

    Pour l’instant, l’opposition massive à cette attaque n’est mesurée qu’au travers des sondages. Eh bien, il va falloir l’exprimer dans les entreprises au travers des grèves et dans la rue avec des manifestations de masse !

    #confédération_syndicale #riposte #lutte_de_classe #réforme_des_retraites #guerre_sociale #capitalisme #mensonge

    • Retraites : Borne sonne la charge
      https://journal.lutte-ouvriere.org/2023/01/11/retraites-borne-sonne-la-charge_467540.html

      Mardi 10 janvier 2023, la Première ministre, Élisabeth Borne, a exposé son plan d’attaque contre les retraites. Après avoir reculé à plusieurs reprises, cherché des soutiens dans les directions syndicales, négocié celui de la droite parlementaire, tenté de dorer la pilule aux travailleurs par une propagande mensongère, le gouvernement dévoile ses batteries.

      Dans ce plan, le nombre d’annuités nécessaires pour bénéficier d’une retraite à taux plein sera porté à 43 dès 2027. C’est une accélération de la loi Touraine de 2014 – ministre socialiste d’un président socialiste, faut-il le rappeler – qui avait programmé ce mauvais coup pour 2035.L’âge légal de départ sera de 64 ans dès 2030, au lieu de 62 aujourd’hui, et, pour y arriver, il augmentera d’un trimestre par an dès l’automne prochain.

      Ces deux mesures, conjuguées avec la baisse de la durée d’indemnisation du chômage et au fait que les patrons licencient les travailleurs trop âgés et trop fatigués, vont en pousser des millions vers la misère. En effet, aujourd’hui, la moitié des travailleurs qui arrivent à l’âge de la retraite sont au chômage, en maladie ou en invalidité. Ceux-là, ceux qui ont eu les travaux les plus durs, seront les plus touchés. Ils risquent de passer des années au RSA en attendant de toucher, à 64 ans, une pension amputée. De plus, lier la retraite au fait d’avoir eu une carrière complète garantit une décote généralisée. Qui donc n’aura jamais connu de période d’interruption d’activité ?

      La machine à mouliner les retraites, déjà souhaitée par Rocard et Mitterrand, inaugurée par Balladur en 1993 et poursuivie sous tous les présidents et tous les Premiers ministres, devrait donc faire un tour de plus. Borne y ajoute ce mépris particulier, cet aplomb antiouvrier caractéristique des macronistes. La décote serait annulée à condition de partir en retraite à 67 ans, car c’est ainsi que Borne « pense aux femmes et à ceux qui ont des carrières hachées ». Des millions de mères de famille, ouvrières d’usine, travailleuses du nettoiement, caissières, aides à domicile… apprécieront, qui devraient donc serrer les dents jusqu’à 67 ans.

      Par souci de justice car, dit-elle, « la justice est le deuxième pilier de cette réforme », Borne exigerait du patronat une contribution supplémentaire. Mais, ne voulant pas augmenter le « coût du travail », elle diminuerait en même temps les cotisations accidents de travail et maladie professionnelle. Faire payer les patrons consiste donc pour elle à se servir dans les caisses de secours des travailleurs ! Et puisqu’elle « ne peut pas se résoudre à ce que le travail puisse abimer tant de nos compatriotes », la Première ministre dit qu’elle va insister sur le suivi médical et créer un fonds de recherche sur le sujet. Ce n’est certes pas ce qui fera peur aux patrons, qui resteront maîtres chez eux, libres de pressurer les travailleurs jusqu’à l’accident, l’invalidité ou pire encore.

      Borne a évidemment glissé dans son discours quelques appels du pied lamentables aux moins regardantes des directions syndicales : des larmes sur la pénibilité, le mystérieux fonds sur la santé au travail, des mesures pour les salariés qui auraient commencé à 16 ans et travaillé sans discontinuer jusqu’à 58 et auraient le droit de partir si leur travail a été assez pénible, etc. Elle a évoqué une pension minimum de 85 % du smic « pour ceux qui ont eu une carrière complète au niveau du smic », ce qui est une condition quasiment impossible à satisfaire. Borne a fini par une gifle aux travailleurs et un clin d’œil démagogique à la droite, en annonçant que les régimes dits spéciaux, sauf ceux des policiers, militaires et pompiers, seraient désormais fermés à tous les nouveaux embauchés.

      Ce projet est la poursuite d’une politique bien connue, une attaque qui s’ajoute à bien d’autres, sur l’emploi, les salaires, la santé, le logement. Mais les travailleurs ont la force de l’empêcher de passer.

  • La fonte des glaciers s’arrêtera dès réduction des gaz à effet de serre.
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article4406

    Ce qui peut apporter une atténuation plausible du #Réchauffement_climatique est l’objectif de la cop-21 de Paris et qui n’a pas de rival plus ambitieux. La situation actuelle est que la grande majorité des glaciers de la planète fondent. Ils rétrécissent suite aux températures plus élevées, à des précipitations plus importantes et à des températures océaniques accrues, qui, elle, entame les plates-formes de glace flottantes des glaciers marins. Editorial, opinion, point de vue, déclaration, paix, pertinente, monde, histoire, population, société,

    / Sciences & Savoir, #calamités_naturelles, #Ecologie,_environnement,_nature,_animaux, Réchauffement climatique, Data - (...)

    #Editorial,opinion,_point_de_vue,_déclaration,_paix,_pertinente,_monde,_histoire,_population,_société, #Sciences_&_Savoir #Data_-_Données

  • Les attaques pleuvent, préparons la riposte de l’ensemble des travailleurs ! (#éditorial des bulletins d’entreprise #LO du 26 décembre 2022)
    https://www.lutte-ouvriere.org/editoriaux/les-attaques-pleuvent-preparons-la-riposte-de-lensemble-des-travaill

    La #grève des contrôleurs de la SNCF a sans doute gêné de nombreux voyageurs pendant le week-end de Noël et a donné lieu à un déchaînement anti grévistes du gouvernement et des journalistes. On ne les entend pas autant le reste de l’année, quand les retards et les suppressions de train dus aux économies réalisées par la direction de la #SNCF entraînent la galère quotidienne pour des millions d’usagers. C’est que la gêne des usagers, durant ce week-end de fêtes comme le reste de l’année, est le cadet des soucis du gouvernement.

    Face à des #travailleurs en grève, salariés des #raffineries de #Total, #éboueurs, travailleurs des transports ou de #GRDF, le refrain de la « prise d’otage » est un réflexe chez ces dirigeants. Par contre, face à l’envolée du prix du caddie, aux factures d’électricité ou de gaz qui doublent ou triplent, il n’est pas question de prise d’otage, pas plus que quand le patronat fait pression sur les #salaires et les #conditions_de_travail ! Ils choisissent leur vocabulaire selon les intérêts de la #classe_capitaliste qu’ils servent.

    Macron a saisi l’occasion pour dire qu’il faudrait interdire le #droit_de_grève à certaines périodes, au nom du droit à la libre circulation. Comme si ce n’étaient pas les mesures prises par ce gouvernement en faveur du capital qui entravent la liberté de millions de travailleurs de circuler, de se chauffer, de se loger et de vivre dignement !

    Les #contrôleurs ont mille fois raison de se battre. Ils dénoncent non seulement l’aggravation de leurs conditions de travail, mais aussi des salaires insuffisants, malgré des primes qui ne compensent pas des salaires qui démarrent sous le Smic, sautent en cas d’absence et ne comptent pas pour la retraite. Même s’ils l’ont exprimé de manière catégorielle, le problème posé par les contrôleurs est celui de tous les travailleurs aujourd’hui : des salaires qui ne suffisent pas pour vivre.

    L’autre aspect qui reste en travers de la gorge du #gouvernement_Borne comme de la direction de la SNCF, c’est que les travailleurs sont passés par-dessus les directions syndicales. Les contrôleurs ont propagé la grève eux-mêmes, non seulement sur les réseaux, au travers d’un collectif national, mais aussi dans les discussions individuelles et collectives. C’est ce qui a conduit à la démonstration de force du premier week-end de décembre, où 80 % des contrôleurs étaient en grève, puis à la mobilisation du week-end de Noël.

    Le ministre des transports, #Clément_Beaune, s’est insurgé contre ce collectif fait « pour contourner les syndicats ». Les commentateurs ont parlé d’irresponsabilité des grévistes, qu’ils imaginent forcément manipulés, car il est impensable pour eux que des travailleurs du rang, syndiqués ou non, puissent discuter de leurs intérêts et agir sans l’aval des #directions_syndicales. C’est pourtant bien toutes les grèves qui devraient être organisées et contrôlées par les travailleurs eux-mêmes.

    Les syndicats se sont empressés de signer un accord avec la direction, qui promet une prime annuelle de 720 euros et la création de 200 emplois supplémentaires. Dans la foulée, ils ont levé le préavis de grève pour le week-end prochain. Quelle que soit la décision des contrôleurs sur la suite du mouvement, c’est bien leur grève qui a permis d’obtenir ce premier résultat.

    Contre les grévistes, Véran a déclaré : « À Noël, on ne fait pas la grève, on fait la trêve ». Mais les attaques de son gouvernement et du grand patronat ne connaissent pas de trêve et leurs cadeaux pour l’année prochaine sont loin de nous faire rêver.

    Ainsi, le gouvernement a choisi le 23 décembre pour annoncer une nouvelle #mesure_anti_chômeurs : à partir du 1er février, la durée d’indemnisation pourra baisser de 40 % si le taux de chômage officiel ne dépasse pas les 6 %. C’est un moyen de plus de faire pression sur tous les travailleurs pour accepter n’importe quel emploi, à n’importe quelles conditions et pour n’importe quel salaire. S’y ajoutent la #réforme_des_retraites et la volonté du gouvernement d’allonger la durée du travail, ce qui condamnerait nombre de travailleurs, jetés dehors bien avant 65 ans, aux petits boulots et à des pensions de misère. Sans oublier, encore et toujours, la valse des étiquettes et le pouvoir d’achat qui dégringole.

    Des grèves éclatent ici et là sur les salaires. Pour faire reculer le patronat et le gouvernement, qui prennent nos #conditions_de_vie en otage, il faudra une riposte de l’ensemble de la classe ouvrière. C’est en discutant entre travailleurs, en décidant nous-mêmes de nos actions et de notre façon de nous organiser et en contrôlant nos représentants que nous pourrons la bâtir.

    #lutte_de_classe #grève_générale #collaboration_de_classe #Lutte_Ouvrière

  • L’info qui ne s’adapte pas au numérique n’a aucun avenir.
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article4364

    Les nouvelles technologies de la communication fournissent un cadre valable pour la collecte d’informations à travers le Monde. Les villages d’Afrique, une fois connectés à la toile, trouveront leurs échos. Ce qui les fera inévitablement progresser dans ce qui est la mondialisation. Et renforcera en conséquence le développement dans ces arrière-pays souvent isolés. Leurs faits, peu couverts par les médias lourds, seront à portée de tous. Les expériences de passage au numérique brisent certains confins, pourvu qu’Internet soit accessible et la fracture numérique recule. Editorial, opinion, point de vue, déclaration, paix, pertinente, monde, histoire, population, société,

    / #Internet,_Web,_cyber-démocratie,_communication,_société,_médias, journaliste, poète, livre, écrits, économie , Journalisme, (...)

    #Editorial,opinion,_point_de_vue,_déclaration,_paix,_pertinente,_monde,_histoire,_population,_société, #_journaliste,_poète,_livre,_écrits #économie_ #Journalisme,_presse,_médias #censure,_presse,_journaux,_dictature,_expressions,_liberté

  • Australie : Facebook accusé d’avoir délibérément bloqué des pages gouvernementales pour empêcher le vote d’une loi
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2022/05/06/australie-facebook-accuse-d-avoir-deliberement-bloque-des-pages-gouvernement

    En 2021, le réseau social a bloqué en Australie certaines pages d’information sur le Covid-19 ou les catastrophes naturelles. Censée être « involontaire », la manœuvre visait en réalité à peser sur l’élaboration d’une loi à laquelle Facebook était défavorable, selon le « Wall Street Journal ».

    Par Nicolas Six

    En 2021, en pleine pandémie, Facebook a intentionnellement bloqué certaines pages du gouvernement, d’hôpitaux et de services d’urgence australiens afin de peser sur une loi qui s’apprêtait à être votée par Canberra, selon les informations publiées jeudi 5 mai par le Wall Street Journal.

    En février de cette année-là, le gouvernement australien cherche à imposer aux géants du numérique la rémunération des contenus journalistiques apparaissant sur leurs pages. Google cède mais Facebook – aujourd’hui rebaptisé Meta – se braque une semaine avant le vote de la loi, restreignant en réponse l’accès aux articles et vidéos de nombreux journaux australiens et internationaux. Au passage, le réseau social bloque également les pages d’organismes gouvernementaux informant sur l’épidémie du Covid-19 et plusieurs pages d’information sur les catastrophes naturelles, et ce quelques jours avant le début de la campagne nationale de vaccination et en pleine saison des incendies et inondations.
    Lire aussi Article réservé à nos abonnés L’Australie remontée par le « black-out » de Facebook

    Ces blocages, qualifiés à l’époque d’« involontaires » par Facebook, étaient en réalité délibérés, si l’on en croit les observations de plusieurs lanceurs d’alerte révélées par le Wall Street Journal. Selon leurs témoignages et des documents internes à l’entreprise, qui ont été transmis au département de la justice des Etats-Unis ainsi qu’à la Commission australienne de la concurrence et de la consommation, ces dépublications résultaient d’une stratégie pensée et sciemment mise en œuvre par la plate-forme.

    Les documents fournis par les lanceurs d’alerte montrent que plusieurs employés de Facebook ont tenté de faire remonter le problème

    Tout en affichant sa volonté de bloquer exclusivement des organes de presse, Facebook aurait ainsi employé un algorithme de tri dont l’entreprise savait pertinemment qu’il toucherait beaucoup d’autres publications. Les documents fournis par les lanceurs d’alerte montrent que plusieurs employés de Facebook ont tenté de faire remonter le problème et d’offrir des solutions, mais l’équipe en charge des dépublications leur aurait répondu de façon minimaliste ou dans des délais trop longs.

    A la suite de ces remontées internes, Facebook n’a pas arrêté sa campagne de dépublications : au contraire, ces dernières ont rapidement été généralisées à tous les utilisateurs australiens de la plate-forme, alors que seulement 50 % d’entre eux y étaient confrontés aux premières heures. Un signe d’empressement inhabituel, selon le Wall Street Journal, qui souligne que l’entreprise est habituellement beaucoup plus lente et prudente lorsqu’elle déploie de nouvelles fonctionnalités. « Il était clair que nous n’étions pas en train de nous conformer à la loi mais que nous étions en train de frapper des institutions publiques et des services d’urgence », a témoigné une membre de l’équipe chargée des suppressions.
    Les responsables de Facebook au courant

    Selon le quotidien américain, l’objectif était bien d’exercer une pression maximale sur le Parlement australien avant le vote de la loi exigeant une rémunération pour les articles de presse sur les plates-formes numériques.

    Cinq jours après les premières dépublications, la loi passait au vote, comme prévu, mais son texte était amendé d’une façon favorable à Facebook, conformément aux changements négociés la veille entre le réseau social et le gouvernement. Si la version initiale du texte avait été entérinée, l’entreprise aurait été contrainte d’entrer en négociation avec l’ensemble des éditeurs, sous la supervision de l’Etat. Or ces amendements lui ont permis de composer au cas par cas avec les médias de son choix : depuis lors, Facebook a négocié treize accords de rémunération avec des éditeurs de presse, selon un porte-parole de l’entreprise cité par le Wall Street Journal.
    Lire aussi Article réservé à nos abonnés En Australie, « Facebook sauve l’essentiel, sa liberté de négocier »

    Immédiatement après la conclusion de son accord avec le gouvernement australien, Facebook a débloqué l’accès aux pages gouvernementales, selon des documents internes à l’entreprise. Un changement qui n’aurait demandé qu’une petite modification de trois lignes de code informatique, d’après le Wall Street Journal. Signe supplémentaire d’une stratégie délibérée : dans les minutes suivant le vote du Parlement, la directrice des partenariats de Facebook, Campbell Brown, envoyait un e-mail aux équipes de Facebook vantant leur succès : « Nous sommes parvenus exactement à l’endroit que nous souhaitions. » Le directeur général de l’entreprise, Mark Zuckerberg, ainsi que sa numéro deux, Sheryl Sandberg, se sont également félicités par écrit de l’opération, Mme Sandberg saluant la « précision d’exécution » de cette stratégie.

    En réponse à l’enquête du journal américain, un porte-parole de Facebook nie les accusations portées à l’encontre de l’entreprise. « Ces documents montrent clairement que nous avions l’intention d’exempter les pages gouvernementales de restrictions afin de minimiser l’impact de cette législation nocive et malavisée. (…) Nous n’avons pu y parvenir en raison d’une erreur technique, nous nous en sommes excusés, et nous avons travaillé pour résoudre ce problème. Toute allégation contraire serait catégoriquement et clairement fausse. »

    Nicolas Six

    #Facebook #Australie #Algorithme #Editorialisation

  • « Les doutes sur la gestion de la crise sanitaire illustrent les travers d’un système de décision qui s’est personnalisé à l’excès »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/03/23/les-doutes-sur-la-gestion-de-la-crise-sanitaire-illustrent-les-travers-d-un-


    Emmanuel Macron, Olivier Véran (à droite), et le chef du service de réanimation à l’hôpital de Poissy-Saint-Germain-en-Laye, Jan Hayon, le 17 mars.
    YOAN VALAT / POOL VIA AFP

    Le président de la République est attaqué sur les deux attributs qui restaient encore attachés au macronisme : l’efficacité et l’engagement européen, explique Françoise Fressoz, éditorialiste au « Monde ».

    Chronique. Un profond doute s’est installé sur la gestion de la crise sanitaire. Il ne tient pas seulement à la présence de variants et à cette « troisième » vague qui fait tourner en bourrique une bonne partie des dirigeants européens. Il provient des flottements perceptibles au sein de l’exécutif, de son incapacité à nommer ce qu’il fait et, partant, de sa difficulté à indiquer le cap, puis à le crédibiliser.

    Quand le premier ministre utilise le mot « confinement » pour qualifier la « troisième voie » arrêtée jeudi 18 mars dans seize départements fortement touchés par le virus, son ministre de la santé en récuse le terme, trois jours plus tard : le bol d’air, explique en substance, Olivier Véran, dans Le Journal du dimanche est infiniment préférable au huis clos.

    Du coup, les attestations de déplacement qui s’annonçaient kafkaïennes s’allègent, tandis que se renforcent les recommandations touchant à la sphère privée : vous aviez droit à six convives autour de la table ? Mieux vaut désormais ne plus recevoir, recommande Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, sachant que l’Etat n’a heureusement pas le droit de contrôler ce que vous faites chez vous.

    Messages contradictoires
    Le constat est limpide : plus la crise sanitaire dure, moins l’Etat se reconnaît la force de contraindre. L’essentiel, désormais, repose sur la responsabilité de chacun. Ce n’est pas le plus mauvais choix dans un pays au bord de la crise de nerfs. Encore eût-il fallu prendre en considération le citoyen, l’éclairer sur les différentes options en présence pour qu’il s’approprie la décision. Aucune de ces conditions n’a été remplie.

    La séquence de la mi-mars illustre les travers d’un système de décision qui s’est personnalisé à l’excès. Que le président de la République soit le décideur en dernier ressort est parfaitement légitime : les institutions de la Ve République lui attribuent ce rôle, et nul ne conteste que la responsabilité de la politique sanitaire soit du ressort de l’Etat. Ce qui dysfonctionne en revanche, c’est le peu de temps dont dispose le gouvernement pour s’approprier la décision du chef de l’Etat qui a pris l’habitude de décider seul et à la toute dernière minute.

    Emmanuel Macron le fait sur la base des informations qui remontent de l’appareil de l’Etat et de ses ministres, il le fait aussi beaucoup à partir des informations qu’il va lui-même quérir, de peur de se retrouver prisonnier d’un système auquel il ne fait pas entièrement confiance. Jeudi, le décalage était flagrant entre le climat inquiet qui avait filtré des échanges entre ministres et experts, lors du conseil de défense, et la décision finale du chef de l’Etat : celle-ci était mi-chèvre, mi-chou, donc incompréhensible.

    • faut pas personnaliser à l’excès mais massivement :

      L’essentiel, désormais, repose sur la responsabilité de chacun.

      Françoise Fressoz, c’est yaourt et cash en même temps sans la malice des idéologues de combat.

      Ce qui dysfonctionne aussi, c’est l’accumulation de messages contradictoires dans une période préprésidentielle où la gestion de l’opinion publique semble être devenue une donnée aussi importante que la réalité de la crise sanitaire : le 29 janvier, le président de la République s’affranchit de la demande d’une grande partie du corps médical qui appelait à un reconfinement national.

      Le 1er mars, il demande aux Français à tenir encore « quatre à six semaines ». Dans la foulée, il presse ses ministres de préparer des protocoles de retour à la vie normale avec les professionnels touchés par les fermetures. Le souci, compréhensible, est de soutenir le moral des Français menacés par un gigantesque burn-out. Mais, lorsqu’il apparaît que le calendrier de l’épidémie résiste à la volonté d’un seul, la crédibilité présidentielle s’en trouve entamée. Emmanuel Macron l’a lui-même acté en constatant que le virus restait le « maître des horloges ».

      L’opposition se défoule

      Ce qui dysfonctionne enfin, c’est le manque d’informations dont dispose le citoyen pour s’approprier les décisions. On sait que le gouvernement débat, que des pôles s’affrontent : le « sanitaire » d’un côté, l’« économique » de l’autre, sans compter « l’éducation » qui bataille ferme pour garder les écoles ouvertes. C’est normal et c’est heureux. On ignore en revanche sur quelles bases la décision finale est prise, alors que, sur les chaînes d’info en continu, médecins et spécialistes assènent leur ordonnance avec aplomb. Quand la divergence devient trop flagrante, le politique en prend un coup.

      Depuis quatre jours, l’hallali est sonné contre le chef de l’Etat. L’opposition, trop longtemps bridée, se défoule. Tout y passe, l’« échec » de la stratégie sanitaire, le « retard » de la politique vaccinale, les « ratés » du pari européen consistant à grouper au niveau de l’UE les commandes de vaccins, sans compter les « failles » d’une méthode jugée insuffisamment partageuse. Emmanuel Macron est attaqué sur les deux attributs qui restaient encore attachés au macronisme : l’efficacité d’une part, l’engagement européen de l’autre. L’affaire est sérieuse.

      Il faut cependant remonter à la genèse de la crise sanitaire pour comprendre les raisons de son extrême solitude. Après le mouvement des « gilets jaunes », qui avait gravement déchiré le pays, aucun de ses adversaires n’a accepté d’entrer dans la configuration de l’union nationale à laquelle il avait alors appelé en décrétant la « mobilisation générale ». Tous ont préféré s’enfermer dans le jeu classique de l’opposition entre le pouvoir local et le pouvoir national au risque d’accroître encore les travers d’une Ve République qui s’épuise à force de se dévitaliser.

      La concertation a beau exister avant chaque décision, elle est décrédibilisée par les acteurs eux-mêmes qui se plaignent de ne jamais être pris en considération. A ce jeu de défausse, il n’en reste plus qu’un, le président de la République. La complainte du week-end ? « Il faut que Macron parle. Quand va-t-il le faire ? »

      Timing. Cette mesure est là pour 4 semaines, ça ira mieux dans 4 semaines, non, ils sont pas tout à fait déconnectés de la population, ils donnent un horizon qui voisine celui de la comptabilité domestique de tous les ménages (ce n’est pas « paye ta dette de poker d’ici 48 h sinon gare »). Ça rapproche l’abstraction technocomptable du concret de la vie ordinaire.

      #éditorialiste

  • Control shift: why newspaper hacks are switching to Substack | Digital media | The Guardian
    https://www.theguardian.com/commentisfree/2020/dec/26/control-shift-why-newspaper-hacks-are-switching-to-substack
    https://i.guim.co.uk/img/media/1b41deb95272f2ec119b99766d14dc8bfc761e83/0_189_4000_2400/master/4000.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    Control shift: why newspaper hacks are switching to Substack
    John Naughton
    John Naughton

    An online platform where journalists sell content directly to subscribers is luring eminent voices away from traditional media
    glenn greenwald working in his study in rio de janeiro
    A new way of reaching people: the writer Glenn Greenwald, who has 1.5 million Twitter followers, has moved to Substack. Photograph: Léo Corrêa/AP

    Sat 26 Dec 2020 16.00 GMT

    Way back in March, at the beginning of the first lockdown, I fell to wondering what a columnist, academic and blogger under house arrest might usefully do for the duration of his imprisonment. My eye fell on my blog, Memex 1.1, which has been a harmless presence on the web since the mid-1990s and a source of puzzlement to journalistic and academic colleagues alike. The hacks unanimously shared Dr Johnson’s view that “No man but a blockhead ever wrote except for money”, while my academic colleagues thought it peculiar to waste one’s energy writing anything that would not figure in scholarly citation indices. The idea that one might maintain a blog simply because one enjoyed doing it never crossed their minds.

    So there it was, with a modest readership, which occasionally spiked as it caught some brief wave of attention. Given that many people were going to be locked down like me, I wondered if the regularity of receiving the blog as an email every morning might be welcome. The thought came from observing how Dave Winer’s wonderful blog, Scripting News, drew an even wider readership after he offered it as a daily email to subscribers. So I began looking for an easy way of doing something similar.

    The obvious solution would be an email list service like Mailchimp, but that looked like hard work, so I opted for Substack, which made it really easy. My blog would be published and available on the web every day as usual, but every night the day’s version would be neatly packaged into an email and delivered at 7am the following morning to anyone who had subscribed. The only change I made was to include a daily five-minute audio diary – something I’d never done before.

    It was such an obvious thing to do. But the results were surprising – and often gratifying. Two things in particular stood out. The first was that the level of reader “engagement” (the holy grail of surveillance capitalists) dramatically increased. People were reading the email version more intensively than its online counterpart: I could see that, because Substack told me which links had been most popular; and they signalled their reactions by “liking” things or by emailing me directly, pointing out errors or making suggestions about how a particular topic could be expanded or extended.

    The biggest surprise, though, was how popular the audio diary was: it was consistently the most clicked-on link. And slowly, it dawned on me that audio seems to reach parts of the human psyche that other media cannot. Because the email was coming from a mailing-list server, some subscribers’ spam filters would occasionally block it, and on several occasions I received alarmed emails from readers who wondered if I had succumbed to Covid. But there was clearly something about the regularity of hearing a familiar voice every morning that was important.

    It was founded in 2018 and backed by the big venture-capital firm Andreessen Horowitz. As of July this year it had around 100,000 people paying various sums for at least one of the newsletters on its books. Its sudden prominence may be a portent of significant changes in our media, as traditional journalistic outlets decline and most of those that thrive online tend to be driven by clickbait. Given that, Substack offers a new option for journalists.

    Suppose you have 1,000 paid subscribers, each paying $5 a month. That’s an annual income of $60,000, less the 10% that Substack levies. Then imagine you’re Glenn Greenwald, who has 1.5m Twitter followers and has just moved to Substack. Even if only a fraction of them sign up, well… do the maths. Lots of other prominent journalists and writers have – for example Andrew Sullivan and Zeynep Tufekci, to name just two I know: they have seen a way of being liberated from the demands of editorial gatekeepers or advertising-led clickbait while getting paid. “If you charge $10 a month or $5 a month, or $50 a year – if you can get 1,000 or 2,000 people to pay for that,” one of Substack’s founders told Buzzfeed, “you’ve suddenly got enough to go as an individual.”

    #Blog #Newsletter #Substrack #Néo_journalisme #Editorialistes

  • « Bientôt des limitations de vitesse sur Facebook ou Twitter »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/11/26/bientot-des-limitations-de-vitesse-sur-facebook-ou-twitter_6061168_3232.html

    Chronique. Un réseau social qui ralentit ses utilisateurs et la propagation des contenus sur sa plate-forme, ce n’est pas courant. Pourtant, pendant la présidentielle américaine, Twitter a ajouté un écran pour inviter les internautes à lire le contenu d’un article avant de le partager avec leurs abonnés. Les utilisateurs ont aussi été incités à ajouter un commentaire plutôt que de simplement retweeter de façon passive. Dans le même esprit, les membres de Facebook qui souhaitaient partager un contenu lié à l’élection ont d’abord vu un message les dirigeant vers un centre de ressources fiables sur le scrutin.

    L’enjeu touche même au modèle économique des réseaux sociaux, fondé sur la publicité ciblée et donc sur la viralité, qui augmente les interactions avec le contenu. La limiter, pour Facebook ou Twitter, ferait baisser leurs revenus à court terme mais pourrait être un pari de long terme. Par ailleurs, il se pourrait que ce débat favorise l’émergence de nouveaux modèles : publics, associatifs ou même payants.

    #Médias_sociaux #Viralité #Régulation #Editorialisation

  • Une grande journaliste pète les plombs.

    L’excellente columnist Joanne Moore signait il y a six mois dans The Guardian un article dénonçant la chasse aux sorcières qui a pour effet de purger impitoyablement les enseignantes et journalistes féministes de l’espace public.
    Son employeur vient de lui montrer la porte.
    Voici l’article qui lui a valu ce coup de Jarnac de ses collègues, traduit sur TRADFEM :

    « Les femmes doivent avoir le droit de s’organiser. Nous ne serons pas réduites au silence ! » - https://tradfem.wordpress.com/2020/11/17/une-grande-journaliste-pete-les-plombs #CENSURE #ANTIFÉMINISME #CHASSE_AUX_SORCIÈRES #LOBBY_TRANS #Joanne_Moore

  • Après l’attentat de Conflans : ne pas se laisser diviser entre travailleurs ! | #editorial des bulletins d’entreprise LO
    https://www.lutte-ouvriere.org/editoriaux/apres-lattentat-de-conflans-ne-pas-se-laisser-diviser-entre-travaill

    L’assassinat d’un professeur de collège à #Conflans-Sainte-Honorine, décapité pour avoir montré des caricatures de #Charlie_Hebdo, nous plonge une fois de plus dans l’horreur. Une horreur et un dégoût redoublés par le fait que ces actes ignobles sont toujours utilisés par les racistes, les réactionnaires et les anti-immigrés avec, pour résultat, de diviser le monde ouvrier.

    L’acte est effroyable. Tout aussi glaçant est le processus qui a conduit et armé la main de ce jeune de 18 ans, d’origine tchétchène. Son passage à l’acte a, en effet, suivi une campagne d’agitation et de manipulation, orchestrée par la mouvance de l’#islamisme intégriste. Celle-ci a voué le professeur à la vindicte publique, en faisant passer un cours sur la liberté d’expression pour du #racisme et de l’#islamophobie.

    Ces agitateurs intégristes prétendent parler au nom des musulmans qui peuvent, à juste titre, se sentir stigmatisés et rejetés. Mais ils ne visent qu’une chose : imposer leur ordre moral à tous, à commencer par les #musulmans.

    Ils ne s’en prennent pas seulement à ce qui est enseigné à l’école. Ils veulent aussi régir la vie des musulmans et menacent qui ne suit pas le ramadan comme ils le voudraient ou qui boit de l’alcool. Ils font pression sur les musulmanes qui ne se conforment pas à leurs règles. Demain, s’ils s’enhardissent, ils s’opposeront à ceux qui écoutent de la musique ou jouent au foot. C’est ce qu’ils font dans certains pays où ils sont au pouvoir. C’est ce que l’on a vu dans les régions dominées par Daech.

    La dictature qu’ils préparent pèsera avant tout sur les classes populaires. Comme le monde occidental a ses #fascistes d’extrême droite, le monde musulman a les siens. Quand l’extrême droite identitaire utilise la peur de l’étranger, les #islamistes se servent de la religion pour dominer ce qu’ils considèrent être leur communauté.

    Les deux s’alimentent mutuellement, les deux sont des ennemis mortels des travailleurs. Et les deux sont prêts à creuser un fossé de sang et à s’imposer par la terreur. On l’a vu en Europe dans les années 1930 avec Hitler, en Algérie pendant la décennie noire des années 1990 et, récemment, en Syrie et en Irak avec Daech.

    Qu’ils viennent des rangs de l’extrême droite ou des intégristes, ceux qui prétendent limiter les libertés veulent faire de nous des moutons dociles, soumis à eux, mais aussi au patronat. Il ne s’agit pas seulement de discuter où se trouvent les limites de la #liberté_d’expression. Ce sont nos droits et nos intérêts de travailleurs qui sont menacés : la liberté de contester, de s’organiser, de revendiquer et de faire grève.

    Alors, les travailleurs doivent combattre ces deux ennemis en faisant bloc en tant que prolétaires, en s’appuyant sur leurs intérêts communs d’exploités et sur les combats qu’ils ont à mener ensemble, jour après jour.

    Comme tous les autres dirigeants politiques, Macron a appelé à l’#unité_nationale et au respect de la République. Mais derrière ces prétendues #valeurs_républicaines, il y a un ordre social contraire aux valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité.

    La société ne se délite pas seulement sous les coups de boutoir de militants réactionnaires. Ces derniers ne font qu’exploiter politiquement le désarroi et l’abandon dans lesquels la crise, le chômage de masse et la misère plongent des millions de femmes et d’hommes. Les frustrations et la haine qui en découlent renouvellent en permanence le terreau de l’#intolérance, de l’#individualisme et de la violence, surtout dans les périodes de crise.

    L’ordre social capitaliste et, plus encore, la crise créent les éléments d’un engrenage mortel. Et la politique gouvernementale, systématiquement favorable aux plus riches et à la bourgeoisie contre les travailleurs, ne fait qu’accélérer le mécanisme.

    Car, que va-t-il se passer demain ? À cause de crapules fanatisées ou embrigadées par les filières terroristes, combien y aura-t-il de contrôles au faciès, de jeunes de banlieue confrontés au racisme et à la suspicion généralisée ? À cause de terroristes sous statut de réfugiés, combien de migrants fuyant les guerres et les persécutions seront rejetés ? Seuls les travailleurs, unis par-delà les différences d’origine, de nationalité et de religion, peuvent casser cet engrenage.

    La conscience de pouvoir et de devoir, ensemble, changer la société doit guider les travailleurs, car le fanatisme religieux, le #fondamentalisme, la terreur fasciste, sortent malheureusement, comme des #bêtes_immondes, du ventre de notre société. Pour mettre fin à des actes barbares tels que le #meurtre de Conflans, c’est la société elle-même qu’il nous faudra transformer.

    #capitalisme #révolution #réaction #obscurantisme

  • Après l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine | Communiqué de LO
    https://www.lutte-ouvriere.org/communiques/apres-lattentat-de-conflans-sainte-honorine-152266.html

    Un fanatique de 18 ans, influencé par les fascistes du monde musulman (appelés islamistes) vient de tuer un professeur qui avait montré les caricatures de Charlie Hebdo. À cause de ces crapules qui veulent nous imposer leur ordre moral, les musulmans vont être montrés du doigt. Nous diviser, c’est leur but ultime. Ils s’alimentent les uns les autres. On a vu d’autres fascistes attaquer des mosquées. Ils n’ont qu’un but : nous imposer leur domination et pour cela ils veulent nous diviser par religion ou par nation.

    Nous, travailleurs, sommes et resterons des frères pour changer ce monde où ce sont de plus en plus les barbares qui s’expriment pour le moment.

    Ali Kaya, Lutte ouvrière – Conflans-Ste-Honorine

    Tweet de Nathalie Arthaud | 16 octobre 2020

    Je suis bouleversée d’apprendre l’assassinat d’un collègue d’histoire-géographie à Conflans parce qu’il avait montré à ses élèves les caricatures de Charlie. Je suis bouleversée de voir qu’à 18 ans, on peut sombrer dans le fanatisme de l’intégrisme islamiste et déterminée à combattre tout amalgame.

    #islamisme #intégrisme #fascisme #musulman #amalgame

    • La seule chose à laquelle elle pense c’est que les musulmans « vont être montrés du doigt ».
      Elle n’a rien entendu, elle n’a rien à citer, mais la seule chose qui la préoccupe c’est son fantasme de défense « des musulmans » à tout prix.
      Pire, elle dit « nous diviser ».
      Mais qui est ce « nous » ?
      Sûrement pas les dessinateurs et journalistes de Charlie hebdo, les familles des assassinés par des islamistes (musulmans, le saviez-vous ?), les juifs, de l’hyper cacher, de l’école de Toulouse, des veilles dames jetées par la fenêtre.
      Non, « nous » c’est les membres de la secte LO, qui s’y connaissent en sectarisme.
      #Ecoeurant

    • @perline, le sectarisme de LO n’empêche pas cette organisation d’avoir parfois raison. Par exemple en parlant de « fascistes du monde musulman ».
      Par ailleurs, les propos que tu attribues à Nathalie Arthaud (dont un touit est cité) sont ceux présents dans le communiqué de LO, signé Ali Kaya. Il me semble que le « nous » en question désigne plutôt « la classe ouvrière », ou, en étant infidèle au lexique d’origine, les ouvriers, les salariés, voire, « le peuple », en tout cas par LO (qui doit certainement débattre par ailleurs de comment se démerder pour ne pas être coincé entre « les fascistes du monde musulman », l’affaiblissement - euphémisme - de « la classe ouvrière » et la réaction et le racisme).

    • Évidemment - Colporteur a raison -, quand LO dit "nous", c’est de la classe ouvrière dont il est question. Curieux que cette évidence ne se soit pas imposée d’emblée à Parline. Curieux également, que Perline trouve à redire d’une position qui, à mon sens, est bien la seule à avoir en telles circonstances : en distinguant les militants intégristes - à combattre sans concession - des musulmans - dont la liberté de culte, de pensée, de croyance est à défendre ; en évitant à tout prix que les travailleur tombent dans le piège mortifère des amalgames (entre terroristes et musulmans, terroristes et maghébins, terroristes et arabes, terroristes et immigrés, entre terroristes et migrants…) qui vont exactement dans le sens recherché par les terroristes ; en mettant en garde les travailleurs, à tout prix, contre tous ceux qui, en leur sein, déverse leur haine raciste répugnante contre les musulmans.

      Quant à parler de « secte » lorsqu’il est question d’évoquer LO, ce n’est jamais très glorieux. Le parti bolchevik aussi n’était pas non plus épargné de reproches de sectarisme, notamment lorsque Lénine veillait à ce que le parti ne cède en rien à l’opportunisme. Aujourd’hui les réformistes de tout poil voudraient que les révolutionnaires, dont la tâche est de transmettre la tradition révolutionnaire du mouvement ouvrier, s’effacent derrière des organisations qui sont non seulement étrangères à cette tradition, mais qui sont résolument opposées à ses combats. Plus préoccupant, notre refus de suivre la meute qui s’emploie perpétuellement à confondre gauche et intérêts de classe des travailleurs nous vaut l’accusation de sectarisme, non seulement des réformismes et de journalistes ignorants, mais aussi d’une partie de l’extrême-gauche qui sait pourtant que les mots ont un sens.

      Colporteur, tu dis que LO doit certainement « débattre par ailleurs de comment se démerder pour ne pas être coincé entre « les fascistes du monde musulman », l’affaiblissement - euphémisme - de « la classe ouvrière » et la réaction et le racisme) ». Je partage ta description de la situation, mais notre position est arrêtée depuis longtemps sur ce point. Aujourd’hui, c’est vrai, la classe ouvrière a pris un retard dramatique face à la bourgeoisie. Si bien que l’intensification de la lutte de classe dans les entreprises comme les mesures antiouvrières des gouvernements ont trouvé une classe ouvrière désarmée sur le plan politique et sur le plan moral. Or, cette absence de la classe ouvrière sur la scène politique, avec ses propres perspectives pour l’avenir de la société, se répercutera d’autant plus gravement sur la société qu’elle seule, par sa place dans l’économie, a le pouvoir d’exproprier cette classe et d’empêcher son système de précipiter l’humanité entière dans une barbarie sans retour. Elle seule a le pouvoir, en se mobilisant, d’imposer d’autres perspectives et de créer les conditions qui stopperont la montée du nationalisme, du racisme, du sexisme, de l’homophonie, etc.

      Il n’est pas écrit que cela arrivera, il nous parait en revanche évident qu’il n’existe pas d’autres solutions. C’est pourquoi nous militons depuis toujours pour que la classe ouvrière, lors des prochaines explosions sociales, possède les idées et les outils pour mener la lutte jusqu’à l’expropriation de la bourgeoisie. C’est de cela dont tout dépend et il n’y a malheureusement pas de raccourcis pour y arriver.

  • Le travail d’après | Santé & travail
    http://www.sante-et-travail.fr/travail-dapres

    L’histoire retiendra qu’en cette première partie du XXIe siècle, c’est un organisme ne mesurant qu’une centaine de nanomètres qui a réussi à stopper net la course folle du monde vers l’abîme climatique.
    Evidemment, cet ultime coup de semonce n’est pas gratuit. La catastrophe sanitaire due au Covid-19 risque d’être effroyable. Quant à la crise économique qui va prendre le relais de la pandémie, les experts en tout genre nous promettent le pire. Aussi, il est à craindre, au vu notamment de la pression qui s’exerce déjà de la part de certains secteurs économiques et d’une partie de l’exécutif, qu’une fois « déconfinés », nous devions mettre les bouchées doubles pour compenser la perte de la sacro-sainte croissance. Business as usual, à l’image de ce qui s’est passé juste après l’épisode dépressif de 2008 : l’influence sera forte pour reprendre, et en vitesse, le monde d’avant.
    Ce serait sans doute une erreur pire encore que celles qui ont précipité l’ampleur de la catastrophe. A tout le moins, il faudra tirer les leçons de notre défaillance à faire face à cette crise sanitaire et revoir notre capacité à disposer de masques et de gel hydroalcoolique en quantité suffisante pour protéger efficacement tous ceux dont le travail est indispensable à la survie de la population. Et pas seulement les personnels de santé. Ensuite, il conviendra de s’attaquer enfin, et avec une obligation de résultat, à la crise des services publics en général et à celle de l’hôpital en particulier. Il ne suffit pas d’élever les soignants au rang de héros de la Nation dans chaque discours officiel, ni de les applaudir chaque soir à 20 heures si, une fois la crise passée, on oubliait notre dette envers ceux qu’on a laissés depuis des années supporter des conditions de travail inacceptables. Toutes celles et tous ceux qui participent au bien commun, à l’intérêt général, qu’ils exercent dans un Ehpad, une communauté de communes, à l’école ou encore dans un service de sauvegarde de l’enfance, doivent avoir les moyens de faire un travail de qualité.
    Enfin, le président de la République s’est engagé clairement à questionner notre modèle de développement après la crise. Tant mieux. Mais au-delà des aspects macroéconomiques et de l’impératif écologique, la question du travail doit faire partie de notre introspection. On est allé trop loin dans la rationalisation des tâches, dans le lean management, dans l’intensification. Le travail n’est plus humain, dans le sens où il a perdu ce qui fait son humanité. Repenser son organisation pour faciliter l’initiative et la coopération, pour permettre une meilleure régulation, pour faire face à l’imprévu qui finit toujours par arriver, pour faire en sorte que chacun puisse se reconnaître dans ce qu’il fait et en être fier, cela doit être « notre projet ! ».

    François Desriaux
    #editorial #santé&travail #coronavirus

  • #Grèce : #Tsipras chute, discrédité par sa soumission au capital | #editorial de #Lutte_Ouvriere
    https://www.lutte-ouvriere.org/editoriaux/grece-tsipras-chute-discredite-par-sa-soumission-au-capital-133251.h
    #capitalisme

    [...] Aujourd’hui, après avoir soulevé bien des illusions, on comprend que les années d’austérité à la sauce #Syriza soient restées en travers de la gorge des travailleurs grecs. Et, la droite discréditée il y a encore quelques années, en a profité pour revenir aux affaires. Elle continuera les plans d’austérité et la politique anti-ouvrière tout en l’aggravant. Elle ajoutera également sa touche profondément réactionnaire dans ce pays où la dictature militaire a régné de 1967 à 1974.

    Pour nous, travailleurs, la leçon de cette évolution est que ceux qui prétendent s’opposer aux puissances de l’argent sans vouloir s’attaquer aux racines du pouvoir de la bourgeoisie se condamnent à devenir de nouveaux serviteurs de celle-ci.

    Leur politique est une impasse et les illusions qu’ils créent nous désarment. Il n’y aura pas de sauveur suprême. Et notre seule perspective ne peut être que de mener nous-mêmes le combat jusqu’au bout, jusqu’à l’expropriation des grandes banques et des grandes entreprises. L’utopie n’est pas de vouloir renverser l’ordre social capitaliste. C’est de croire que les intérêts des travailleurs sont conciliables avec la domination du grand capital.

  • Réforme de l’assurance chômage : Moins de chômage plus de précaires
    Durcissement des conditions d’accès à l’assurance chômage.

    Il faudra avoir travaillé 6 mois sur une période de 24 mois au lieu de 4 mois sur une période de 28 mois. Cette seule réforme va exclure de l’assurance chômage plusieurs centaines de milliers de chômeuses et chômeurs.

    Durcissement des conditions de rechargement des droits.
    Il faudra avoir travaillé six mois au lieu d’un mois pendant sa période de chômage pour voir son indemnisation prolongée d’autant.

    Dégressivité des allocations.
    Le gouvernement remet au goût du jour une vieille idée, pourtant déjà essayée entre 1986 et 2001, et qui n’avait pas permis de constater une quelconque amélioration des chiffres du chômage.

    Cette réforme de l’assurance chômage est particulièrement injuste et dure. Elle témoigne davantage de la volonté du gouvernement de lutter contre le chômage en excluant des chômeurs de l’indemnisation. L’objectif à peine caché : remplacer le chômage par la précarité.

    https://www.mncp.fr/reforme-de-lassurance-chomage-moins-de-chomage-plus-de-precaires


    pour Christophe Barbier, le système n’est pas assez violent avec les chômeurs.
    https://www.lesinrocks.com/2019/06/19/medias/tele/video-pour-christophe-barbier-le-systeme-nest-pas-assez-violent-avec-les
    https://twitter.com/paul_denton/status/1141062124107706368

    Classic shit de la part d’un #éditorialiste qui n’a jamais caché ses opinions libérales. Mais tout de même, son aplomb nous surprend encore : « C’est la société française, on n’accepte pas ce qui se passe dans d’autres pays. » Et de comparer avec l’Allemagne et la Grande-Bretagne, où il y a moins de #chômage, mais plus de travailleurs pauvres... « On ne supporte pas en #France cela, on considère que le droit au travail, c’est le droit de choisir son travail. C’est pour ça qu’en France on n’arrive pas à régler ce problème du chômage de masse », termine #Christophe_Barbier. Eloquent.

    je pense que les chômeur.euses devraient avoir le droit de lui faire fermer sa gueule en le bâillonnant avec son écharpe.

    http://berth.canalblog.com/archives/2019/06/06/37398493.html
    #mncp #Berth

    • L’Unédic est-elle donc en crise ? Pas du tout ! Sa situation financière est même plus qu’équilibrée, si l’on retient uniquement la tâche d’assurance. En effet, pour 2019, les bilans comptables prévoient 2 milliards d’euros de manque dans les caisses de l’Unédic. Mais précisons que cette dernière est contrainte de verser 10 % des cotisations recueillies à Pôle emploi pour des frais de fonctionnement. Cela représente plus de 3 milliards d’euros annuels, transférés de l’assurance-chômage à #Pôle_emploi (55 % des frais de fonctionnement de ce dernier – les salariés financent deux fois plus Pôle emploi que l’État).

      Cela correspond aussi exactement au montant que le gouvernement entend faire supporter aux chômeurs. En conséquence, sans cette ponction discutable et indépendante des chômeurs, le budget est excédentaire d’1 milliard. Au bout du compte, l’ensemble des contributions d’actifs suffit à couvrir l’ensemble des indemnités versées aux chômeurs. Le régime contributif fonctionne et se finance seul. En cessant d’imputer le financement de Pôle emploi à l’assurance-chômage, il y aurait même assez de ressources pour verser une prime exceptionnelle de 150 euros à chacun des 6 millions d’inscrits.

      https://seenthis.net/messages/789017
      #Unédic #assurance_chômage

    • Chômeur atterré

      Certes, depuis 2008, l’assurance chômage a accumulé 37 milliards de dette. Mais ce ne sont pas les syndicats ou les chômeurs qui en sont responsables. C’est la crise financière puis les politiques d’austérité qui ont fait que le taux de chômage est longtemps resté au-dessus de 8 %, le niveau qui assure l’équilibre financier de l’Unedic. Par ailleurs, l’Unedic finance le fonctionnement de #Pôle_emploi. Soit une ponction d’environ 3,5 milliards d’euros chaque année. Sans celle-ci, l’Unedic n’aurait pas de dette. En 2020, l’Unedic devrait être à l’équilibre. La baisse des prestations exigée par le gouvernement est purement idéologique : elle sert à montrer à Bruxelles et au patronat que le gouvernement réduit effectivement les dépenses publiques.

      https://seenthis.net/messages/789472

    • Christophe Barbier est un éditorialiste qui peut, un jour, dénoncer la confusion entre journalisme et militantisme ; et un autre se vanter de se battre depuis 30 ans pour les idées représentées par Emmanuel Macron. Une nouvelle preuve qu’un éditocrate, ça ose tout... C’est même à ça qu’on le reconnaît.
      https://www.acrimed.org/Christophe-Barbier-ou-les-lecons-de-journalisme-d

      https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=by8lfMCm_YM


      #acrimed #éditocrate

  • Après le #17novembre : défendre notre niveau de vie, c’est se battre pour l’augmentation des salaires, des pensions et des allocations | #editorial de #Lutte_Ouvriere #LO

    https://www.lutte-ouvriere.org/editoriaux/apres-le-17-novembre-defendre-notre-niveau-de-vie-cest-se-battre-pou

    Avec des centaines de milliers de manifestants dans plus de 2000 rassemblements, la mobilisation du samedi 17 novembre a été un succès, malgré le drame de la mort d’une manifestante en Savoie et les blessés sur d’autres lieux de blocage. Des actions ont même continué les jours suivants.

    Ces mobilisations ont rassemblé des manifestants qui, pour beaucoup, vivaient là leur première action collective. Elles ont été organisées à la base, hors des cadres habituels des partis et des directions syndicales. Les ministres qui ont souligné l’absence « d’organisateurs identifiés » déploraient en fait de n’avoir personne avec qui négocier pour stopper le mouvement au plus vite. Pour les classes laborieuses, le problème est inverse : il est de s’engager dans la lutte et de l’organiser sur la base de leurs intérêts.

    Les actions du week-end expriment une colère légitime. Les hausses de prix des carburants les ont déclenchées. Mais c’est la hausse de trop, qui fait déborder un mécontentement bien plus large.

    Des salariés du public ou du privé, des chômeurs et des retraités participant aux blocages l’ont exprimé, en disant qu’ils n’en pouvaient plus des sacrifices et de devoir serrer la ceinture d’un cran de plus pour se déplacer, ne serait-ce que pour aller au boulot ou pour essayer d’en trouver !

    Le monde du travail doit mettre en avant ses propres objectifs et se mobiliser sur ses propres revendications. Le slogan « Macron démission » fait l’unanimité et il y a de quoi vouloir se débarrasser de ce gouvernement des riches !

    Mais s’ils veulent se battre pour leur droit à l’existence, les travailleurs doivent cibler les donneurs d’ordre : cette classe capitaliste pour laquelle Macron est aux petits soins et qui mène la guerre aux travailleurs.

    C’est pour que les actionnaires des grandes entreprises continuent à amasser des milliards de profits que les travailleurs sont contraints à la survie avec des #salaires trop faibles ou des allocations de #chômage, lorsque les patrons prennent la décision de fermer des entreprises pour faire encore plus de profits.

    Dans le mouvement des gilets jaunes, il y a d’autres catégories sociales que les salariés. Patrons du transport ou du BTP, agriculteurs et artisans mettent en avant les revendications contre les taxes, qui correspondent à la défense de leurs intérêts. Ces revendications « antitaxes » cantonnent la mobilisation sur le terrain de l’opposition au gouvernement qui permet aussi à la droite et à l’extrême droite de tenter de jouer leur carte. Tant que l’on ne remet pas en cause les profits de la classe capitaliste, des politiciens comme Le Pen, Dupont-Aignan ou Wauquiez veulent bien faire des discours sur les intérêts du peuple.

    L’#argent_public, l’argent des impôts et des taxes, est de plus en plus consacré directement à la grande bourgeoisie. Ce sont les grandes entreprises du CAC 40 qui engrangent des milliards de subventions et de crédits d’impôts. Et si le gouvernement finit par décharger les petits patrons de la taxe sur les carburants, voire la supprime complètement, il cherchera un autre moyen de prendre dans les poches des travailleurs l’argent que la classe capitaliste exige.

    Le Premier ministre Philippe a affirmé dimanche soir que son gouvernement ne reculerait pas, tout en promettant d’« accompagner ceux dont il entend la souffrance ». Mais les travailleurs ne demandent pas la compréhension ou la charité pour boucler les fins de mois ! Ils exigent de vivre dignement de leur travail, eux qui font tourner toute la société, ou qui l’ont fait tourner avant de se retrouver privés d’emplois ou à la retraite.

    Pour empêcher notre #niveau_de_vie de sombrer, nous devons exiger l’#augmentation_des_salaires, des allocations et des pensions et leur progression au même rythme que les prix. Cela signifie engager une lutte d’ampleur contre le grand patronat et le #gouvernement à son service.

    Les salariés, qui se connaissent, se retrouvent chaque jour dans les entreprises, y sont concentrés, disposent de tous les moyens pour organiser ce combat. Ils disposent d’une arme fondamentale car ils sont au cœur de la production, de la distribution, de toute l’économie. La grève leur permet de toucher les capitalistes là où ils sont sensibles, à la source du #profit !

    Aujourd’hui, demain et les jours suivants, qu’on ait participé ou non aux actions du week-end, il faut continuer à discuter entre travailleurs et se préparer à prendre l’argent qui nous manque chaque mois là où il est, dans les caisses du grand #patronat !

  • Apple News’s Radical Approach: Humans Over Machines - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2018/10/25/technology/apple-news-humans-algorithms.html

    Apple has waded into the messy world of news with a service that is read regularly by roughly 90 million people. But while Google, Facebook and Twitter have come under intense scrutiny for their disproportionate — and sometimes harmful — influence over the spread of information, Apple has so far avoided controversy. One big reason is that while its Silicon Valley peers rely on machines and algorithms to pick headlines, Apple uses humans like Ms. Kern.

    The former journalist has quietly become one of the most powerful figures in English-language media. The stories she and her deputies select for Apple News regularly receive more than a million visits each.

    Their work has complicated the debate about whether Silicon Valley giants are media or technology companies. Google, Facebook and Twitter have long insisted they are tech entities and not arbiters of the truth. The chief executive of Facebook, Mark Zuckerberg, and others have bet heavily on artificial intelligence to help them sort through false news and fact-based information. Yet Apple has unabashedly gone the other direction with its human-led approach, showing that a more media-like sensibility may be able to coexist within a technology company.

    There are ambitious plans for the product. Apple lets publishers run ads in its app and it helps some sign up new subscribers, taking a 30 percent cut of the revenue. Soon, the company aims to bundle access to dozens of magazines in its app for a flat monthly fee, sort of like Netflix for news, according to people familiar with the plans, who declined to be identified because they weren’t authorized to speak publicly. Apple also hopes to package access to a few daily-news publications, like The Times, The Post and The Wall Street Journal, into the app, the people said.

    Apple’s executives grandly proclaim that they want to help save journalism. “There is this deep understanding that a thriving free press is critical for an informed public, and an informed public is critical for a functioning democracy, and that Apple News can play a part in that,” Ms. Kern said.

    But there are early signs that Apple is not the industry’s savior. Many publishers have made little on ads in Apple News, and Apple’s 30 percent cut of subscriptions it helps sell does not help. Having experienced Google’s and Facebook’s disruption of their industry, many publications are wary of Apple, according to conversations with executives from nine news organizations, many of whom declined to comment on the record for fear of upsetting the trillion-dollar corporation. Some were optimistic that Apple could be a better partner than other tech giants, but were leery of making the company the portal to their readers.

    The rise of Google and Facebook in news was partly driven by algorithms that provided enormous scale, enabling them to surface millions of articles from thousands of sources to their billions of users. The algorithms were largely designed to keep users engaged and clicking, meaning they tended to promote posts that drew clicks and shares, which often meant the sensational. That elevated fringe and partisan sites that produced intentionally misleading, highly partisan or downright false content.

    (A Google spokeswoman said the company aimed to avoid misinformation by screening publishers before letting them into Google News. She added that Google this year began helping news organizations sell subscriptions. A Facebook spokeswoman said the company helps publishers reach more readers, earn ad revenue and sell subscriptions. She said Facebook’s algorithm recently decreased the visibility of pages that share clickbait.)

    Into that environment came Apple. In late 2015, the iPhone maker released a free news app to match users with publications they liked. People selected their interests and favorite publications, and the app returned a feed of relevant stories.

    The announcement attracted little fanfare. Three months later, Apple announced an unusual new feature: humans would pick the app’s top stories, not algorithms.

    Not all of the stories in Apple News are handpicked. Algorithms still deliver stories based on which new sources or topics users have followed, such as sports, cars or entertainment. Algorithms also pick the five prominent “trending” stories below Ms. Kern’s team’s curated stories. Those items tend to focus on Mr. Trump or celebrities. Making the list on Oct. 2: a People magazine headline reading “Kate Middleton Is Back from Maternity Leave — with a New Haircut and Old Boots!”

    Daniel Hallac, chief product officer for New York Magazine, said traffic from Apple News has doubled since December to now account for nearly 12 percent of visits to the magazine’s website. Traffic from Facebook has dropped about a third, to 8 percent of visits, while Google’s share has increased slightly to nearly half of the site’s traffic. “I’m optimistic about Apple News,” he said.

    But in return for that traffic, publishers are stuck with Apple’s less-than-ideal terms. Apple News readers typically stay in Apple’s app, limiting the data that news organizations learn about them and curbing their ad revenues. Slate reported last month that its Apple News readers had roughly tripled over the past year but that, on average, it earned more money on 50,000 views on its site than the six million views it averaged per month in Apple News.

    Eddy Cue, Apple’s senior vice president who oversees its services push, said publishers can run their own ads alongside their stories in Apple News and keep all of the revenue. “That’s very rare,” he said. He noted most major publishers take advantage of that feature. Apple also places ads for publishers for a 30 percent cut.

    But news publishers said selling ads for Apple News is complicated, and that advertisers’ interest was limited because of the lack of customer data. Slate also attributed its issues to minuscule revenue from the ads Apple placed. Apple recently made it easier for publishers to place their own ads, but Mr. Cue conceded Apple is not terribly good — or interested — in advertising.

    #Apple #Journalisme #Médias #Apple_news #Editorialisation

  • Éditer à l’ère numérique | Bulletin des bibliothèques de France
    http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2018-15-0046-006

    Le BBF s’entretient avec Hervé Le Crosnier, éditeur multimédia chez C&F éditions.
    BBF • Le numérique a bousculé les pratiques éditoriales, notamment les modes de production et de diffusion des contenus. Qu’est-ce qu’être éditeur à l’ère numérique ?

    #Editorialisation #Bibliothèque #EMI

  • Comment #Natacha_Polony s’est imposée parmi les « éditocrates »
    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/100418/comment-natacha-polony-s-est-imposee-parmi-les-editocrates

    À un moment où les faiseurs d’opinion saturent plus que jamais l’espace médiatique, Les Éditocrates 2, Le cauchemar continue..., publié ces jours-ci aux éditions La Découverte, fait œuvre d’utilité publique en analysant les pratiques de cette petite corporation qui assène sa « propagande néolibérale » sur les ondes et les plateaux de télévision. Mediapart publie le chapitre consacré à Natacha Polony, portraiturée en « insoumise réactionnaire ».

    #Culture-Idées #éditorialiste