• Square Ted Stories
    Jose Miguel Sokoloff : la publicité pour la paix ?

    Submergés d’injonctions à consommer, nous sommes assaillis par 3000 messages publicitaires en moyenne par jour. Et si la publicité servait à autre chose ? Et si nous utilisions la puissance de sa tactique et la sophistication de ses outils pour restaurer la paix ? C’est l’idée de Jose Miguel Sokoloff, publicitaire colombien basé a` Bogota.

    En guerre civile depuis 50 ans, la Colombie paie le prix fort du conflit avec les FARC : plus de 200 000 morts et des millions de déplacés.

    Sollicité il y sept ans par le ministère de la défense pour démobiliser les soldats enrôlés par les FARC, Jose Miguel Sokoloff va mettre en place une stratégie révolutionnaire : abandonner l’accusation et miser sur l’émotion. Eclairer la jungle à Noël, faire parvenir des messages d’affection aux combattants… La « Guerilla Marketing », orchestrée comme une opération militaire, fait vibrer la part d’humanité que chacun porte en soi. Une réussite. Sept ans plus tard, cette campagne aurait contribué à démobiliser 17 000 soldats. Un accord de paix serait en cours de négociation entre les FARC et le gouvernement colombien et verrait le jour en 2016.

    Ce documentaire s’insère dans une série de quatre épisodes, créée par Flore Vasseur et issue d’un partenariat entre ARTE et les conférences TED. Depuis trente ans, TED organise des rencontres réunissant scientifiques, artistes, activistes, prix Nobel et autodidactes avec une idée majeure : aborder le monde avec un regard original et décalé. Retrouvez ces idées sur le site TED.com.

    http://www.arte.tv/guide/fr/062031-000-A/square-ted-stories

    #ted #colombie #paix #émotionnel


  • http://www.franceculture.fr/emission-l-essai-et-la-revue-du-jour-communication-et-pouvoir-revue-et

    Les neurosciences ont établi l’importance du rôle des émotions dans la cognition, qu’elles soient négatives comme la peur ou le dégoût, ou positives comme la joie ou l’enthousiasme. Le cerveau perçoit les émotions sous la forme de sentiments, émotions travaillées par la mémoire et qui les associent à d’autres événements déjà vécus, ce qui fait que nous ne nous contentons pas de reproduire ce qui nous arrive, les événements ou les images, mais que nous les traitons. C’est en cela que consiste l’intelligence affective qui nous permet de prendre des décisions que nous qualifions de rationnelles, au sens où nous les estimons réfléchies, en méconnaissant le plus souvent la part des émotions dans ces décisions. Les professionnels de la communication connaissent parfaitement ces mécanismes, en particulier le rôle des « neurones miroirs » responsables de l’imitation et de l’empathie et qui sont à l’origine de notre faculté d’identification aux schémas narratifs de la télévision, du cinéma ou de la littérature, mais aussi à ceux des partis politiques et des candidats, de même qu’à leur rejet. On sait ainsi que l’humour est une bonne façon de d’amener les électeurs à resserrer les rangs derrière le leader, tout comme l’espoir, alors que la peur – de l’autre, de l’immigré ou de l’insécurité – instille le doute chez l’adversaire, le partisan de l’autre bord à l’égard de son propre candidat. Le cerveau politique est un cerveau émotionnel, la persuasion une affaire de réseau et de neurones. C’est pourquoi Manuel Castells les désigne comme « les moulins à vent de la cognition qui génèrent le pouvoir ». Mais à l’inverse, il analyse la campagne et l’élection de Barak Obama comme un regain de la mobilisation à partir des réseaux sociaux utilisés comme porte-voix de l’espoir par toute une génération de jeunes peu concernés jusqu’alors, et de populations, notamment noires, exclues du jeu politique.

    #communication #emotionnel #pouvoir #manuel_castells #reseaux_sociaux #ingenierie_sociale_ ?


  • Le #développement #personnel ou la #quête du « #mieux-être ».

    http://goo.gl/pGkeh

    #Rencontre avec #JulienChesneau, #coach #émotionnel. #INTERVIEW

    Plus qu’un phénomène de mode, le développement personnel est devenu en une décennie un véritable mouvement de société. Les entreprises et les salariés sont demandeurs de formation développement personnel, les consultants et coaches qui proposent ces formations se multiplient. Et le phénomène ne s’arrête pas au seuil de l’entreprise : la demande en développement personnel touche aussi les particuliers.