#épigénétique

  • Our Twisted DNA | by Tim Flannery | The New York Review of Books
    https://www.nybooks.com/articles/2019/03/07/carl-zimmer-twisted-dna

    As long as chimeras and mosaics were detected on the basis of physical manifestations or blood type, they were considered to be phenomenally rare—indeed freakish. By 1983, only seventy-five cases of human chimeras, as detected from blood type, were known, while mosaicism was mostly known from medical cases. Joseph Merrick, the “Elephant Man,” suffered from a form of mosaicism known as Proteus syndrome, which left parts of his body deformed by monstrous growths, while other parts remained completely normal. For decades, his sad example defined the condition for many.

    Recent advances in genetic analysis have revealed that chimerism is common. In fact, chimeric individuals may be the rule, rather than the exception, among mammals. One Danish study of the blood of 154 girls aged ten to fifteen discovered that around 13 percent of them had blood cells with Y-chromosomes. These cells probably originated from an older brother and had crossed into the mother, where they survived before crossing into, and taking root in, the daughter. A Seattle study of fifty-nine women who died, on average, in their seventies found that 63 percent had cells with Y-chromosomes in their brains.

    As bizarre as chimeras might seem, they represent only the surface waters of Zimmer’s deep dive into the nature of inheritance. Epigenetics, a fast-expanding area of science that explains how things experienced by individuals can influence the traits that are inherited by their offspring, seems to contradict our conventional understanding of genetics. The epigenome, “that collection of molecules that envelops our genes and controls what they do,” as Zimmer puts it, operates through methylation—the process whereby methyl-group molecules are added to the molecular envelope surrounding the DNA, and so inhibit certain genes from operating (and, in some cases, from operating in descendants as well).

    We owe one of the most penetrating insights into epigenetics to a laboratory accident. Michael Skinner of Washington State University was examining the impact of the anti-fungal agent vinclozolin on laboratory rats. He discovered that the offspring of rats exposed to the chemical produced deformed sperm. When a laboratory assistant accidentally used these offspring to breed a new generation of lab rats, researchers discovered that the grandsons of the poisoned rats also produced deformed sperm.

    Skinner’s rats sparked a flurry of new experiments that showed how methylation could lead to the inheritance of acquired traits. As some researchers commented, it was as if the work of Jean-Baptiste Lamarck (who famously posited that the necks of giraffes had lengthened over generations because they were stretched as the animals reached up to feed) had become reestablished. Science is rarely so simple—still, epigenetics has Zimmer wondering whether “poverty, abuse, and other assaults on parents also impress themselves epigenetically on their children.” The study of epigenetics is still in its infancy, so it may be years before we know the answer. With some recent studies showing that epigenetic effects fade over time, many researchers are unsure whether epigenetics is anything but an interesting codicil to the conventional genetic theory of inheritance.

    #adn #génétique #épigénétique


  • Edith Heard ou la révolution épigénétique
    Laure Cailloce, Le Journal du CNRS, le 19 février 2019
    https://lejournal.cnrs.fr/articles/edith-heard-ou-la-revolution-epigenetique

    L’épigénétique suscite beaucoup de fantasmes. Les notions de réversibilité et d’héritabilité, notamment, donnent lieu à bon nombre d’interprétations. Les marques épigénétiques pourraient être influencées par notre environnement – l’alimentation, l’air que nous respirons, le stress que nous subissons – et être transmissibles à nos enfants et à nos petits-enfants… Quelle est votre position de chercheuse sur cette question  ?

    E. H.  : J’imagine que vous faites référence à cette étude conduite par des épidémiologistes sur les conséquences de la famine vécue aux Pays-Bas durant la Seconde Guerre mondiale. Les enfants, et peut-être les petits-enfants, des femmes enceintes qui, à l’époque, avaient passé plusieurs semaines à ingérer quelques centaines de calories par jour seulement, auraient aujourd’hui des problèmes de santé liés à un métabolisme dysfonctionnel. La faute, selon cette étude, à des changements intervenus dans les modifications épigénétiques du fait de la malnutrition, qui auraient été transmis aux enfants, puis aux petits-enfants de ces femmes dénutries.

    Autre exemple : certaines personnes vont jusqu’à affirmer que le stress subi par les survivants de la Shoah se serait transmis aux générations suivantes via les marques épigénétiques. Mais il n’y a à ce jour aucune preuve solide de cela au niveau de la biologie moléculaire. Et l’on sait tous que le comportemental, la façon dont on tisse des liens avec nos descendants, est un puissant vecteur de transmission. Tous ces fantasmes autour de l’épigénétique sont à la fois stimulants pour les chercheurs, car ils montrent l’intérêt de la société pour nos travaux, et handicapants, car ils induisent des attentes auxquelles nous ne pouvons pas toujours répondre et qui pourraient créer de la frustration par rapport à notre discipline. Aujourd’hui, la science en est toujours à établir les bases moléculaires de l’épigénétique. C’est du 100 % fondamental.

    Vous êtes mondialement connue pour vos travaux sur l’inactivation du chromosome X. Pouvez-vous nous expliquer de quoi il s’agit  ?

    E. H.  : Comme vous le savez, les mammifères femelles portent deux chromosomes X, hérités de chacun de leurs parents, tandis que les mâles ont un chromosome Y hérité de leur père et un chromosome X hérité de leur mère. Problème  : le Y porte très peu de gènes, une centaine à peine qui sont importants pour les caractères sexués masculins, et le X plus d’un millier  ! Pour compenser ce déséquilibre entre mâles et femelles, un processus de désactivation de l’un des deux chromosomes X s’est donc mis en place chez les femelles. C’est un programme 100 % épigénétique qui éteint un chromosome entier  !

    #CNRS #Science #Recherche #Génétique #Epigénétique #héritabilité #chromosome_X #femelle #mâle #mère #père #féminin #masculin


  • Can We Really Inherit #Trauma? - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2018/12/10/health/mind-epigenetics-genes.html

    “These are, in fact, extraordinary claims, and they are being advanced on less than ordinary evidence,” said Kevin Mitchell, an associate professor of genetics and neurology at Trinity College, Dublin. “This is a malady in modern science: the more extraordinary and sensational and apparently revolutionary the claim, the lower the bar for the evidence on which it is based, when the opposite should be true.”

    Investigators in the field say the critique is premature: the science is still young and feeling its way forward. Studies in mice, in particular, have been offered as evidence of such trauma-transmission, and as a model for studying the mechanisms. “The effects we’ve found have been small but remarkably consistent, and significant,” said Moshe Szyf, a professor of pharmacology at McGill University. “This is the way science works. It’s imperfect at first and gets stronger the more research you do.”

    The debate centers on genetics and biology. Direct effects are one thing: when a pregnant woman drinks heavily, it can cause fetal alcohol syndrome. This happens because stress on a pregnant mother’s body is shared to some extent with the fetus, in this case interfering directly with the normal developmental program in utero.

    But no one can explain exactly how, say, changes in brain cells caused by abuse could be communicated to fully formed sperm or egg cells before conception. And that’s just the first challenge. After conception, when sperm meets egg, a natural process of cleansing, or “rebooting,” occurs, stripping away most chemical marks on the genes. Finally, as the fertilized egg grows and develops, a symphony of genetic reshuffling occurs, as cells specialize into brain cells, skin cells, and the rest. How does a signature of trauma survive all of that?

    #épigénétique


  • Study finds first evidence of #air #pollution particles reaching mothers’ #placentas | Euronews
    http://www.euronews.com/2018/09/16/study-finds-first-evidence-of-air-pollution-particles-reaching-mothers-pla

    The study, conducted by researchers at Queen Mary University of London, adds to an existing body of evidence linking pregnant mothers’ exposure to air pollution with issues including premature birth and childhood respiratory problems.

    “We’ve known for a while that air pollution affects foetal development and can continue to affect babies after birth and throughout their lives… [But] until now, there has been very little evidence that inhaled particles get into the blood from the lung,” Dr Lisa Miyashita, who worked on the study, said in a statement.

    To conduct the study, the scientists used the placentas of five non-smoking women in London, who had all delivered healthy babies via planned caesarean sections.

    Using a high-powered microscope, they analysed 3,500 macrophage cells, which form part of the body’s immune system and engulf harmful particles such as air pollution.

    Within the cells, they found 72 small black areas that they believed to be carbon particles.

    “Our results provide the first evidence that inhaled pollution particles can move from the lungs into the circulation and then to the placenta,” said Dr Norrice Liu, who presented the research at the European Respiratory Society International Congress on Sunday.

    “We do not know whether the particles we found could also move across into the foetus, but our evidence suggests that this is indeed possible,” she added.

    Professor Mina Gaga, president of the European Respiratory Society, said the research, which she was not involved in, “suggests a possible mechanism of how babies are affected by pollution while being theoretically protected in the womb.”

    “This should raise awareness amongst clinicians and the public regarding the harmful effects of air pollution in pregnant women,” she added.

    #particules #santé



  • Que peut-on déduire d’un ADN ? Peut-on déterminer la "race" d’une personne ? Bien sûr que non puisqu’il n’existe pas de races. Et d’ailleurs, l’une des preuves de la non-existence des races est que la diversité génétique entre individus est la même à l’intérieur et à l’extérieur de ces soi-disant "races".

    En 2008, j’ai été alerté par cet article :

    A qui appartient votre ADN ?
    Franz Manni, Le Monde Diplomatique, juin 2008
    https://www.monde-diplomatique.fr/2008/06/MANNI/15953

    Qui faisait allusion à la tentative de certains scientifiques de trouver un gène juif :

    Y chromosomes of Jewish priests
    Karl Skorecki, Sara Selig, Shraga Blazer, Robert Bradman, Neil Bradman, P. J. Waburton, Monica Ismajlowicz, Michael F. Hammer
    Nature 385:32, le 2 janvier 1997
    https://www.nature.com/articles/385032a0

    Et dont la méthodologie avait été grandement critiquée :

    Ashkenazi levites’ “Y modal haplotype” (LMH) – an artificially created phenomenon ?
    A.Zoossmann-Diskin
    HOMO - Journal of Comparative Human Biology, 57:87-100, le 24 février 2006
    https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0018442X0500065X

    Donc, du point de vue des gènes, le problème était réglé, me semblait-il.
    ==============================================
    Et puis est arrivée l’ère de l’épigénétique qui ne regarde pas seulement le code génétique, mais tout ce qu’il y a autour, et en particulier une partie du génome dont on avait négligé l’importance, comme les ARN non codants ou le polymorphisme nucléotidique des allèles des gènes (les SNPs).

    Ces caractéristiques, ou traits peuvent être déterminés par l’environnement ou l’histoire de la personne et, dans la mesure où certains de ces traits sont également transmis à la génération suivante, ils peuvent donc être communs à des personnes ayant vécu dans un même environnement, sans toutefois être de la même famille !

    Il est possible qu’on mette sous le terme épigénétique tout un tas de théories fumeuses, mais il y en a qui semblent être plus sérieuses, même si je ne m’y connais pas assez pour pouvoir juger...

    Bref, je suis tombé sur cet article qui m’avait laissé perplexe, et que j’avais oublié jusqu’à la semaine dernière :

    Genes mirror geography within Europe
    Novembre J, Johnson T, Bryc K, Kutalik Z, Boyko AR, Auton A, Indap A, King KS, Bergmann S, Nelson MR, Stephens M, Bustamante CD
    Nature 456:98-101, le 31 août 2008
    https://www.nature.com/articles/nature07331

    En analysant non seulement le génome, mais aussi les SNPs, de 3200 Européens, ils ont été capables de dessiner une carte de répartition génétique et, donc, de pouvoir déduire du génome de quelqu’un sa région de provenance.

    Bon, certains pays ne sont représentés que par 1 individu ou 2 ou 3, et au début de l’article ils disent qu’ils ont éliminé ce qui avaient des origines différentes de leur pays de résidence, ce qui devrait éliminer un paquet de monde...

    Cela me parait tout à fait délirant d’imaginer une "race" génétiquement identifiable d’Écossais, et j’aimerais savoir à partir de combien de génération est-on considéré comme Écossais, mais je n’ai pas trouvé de critique sérieuse...

    C’est la même technique qui identifie des routes de migration vieilles de 5000 ans :

    Maritime route of colonization of Europe
    Peristera Paschou, Petros Drineas, Evangelia Yannaki, Anna Razou, Katerina Kanaki, Fotis Tsetsos, Shanmukha Sampath Padmanabhuni, Manolis Michalodimitrakis, Maria C. Renda, Sonja Pavlovic, Achilles Anagnostopoulos, John A. Stamatoyannopoulos, Kenneth K. Kidd, and George Stamatoyannopoulos
    PNAS 111:9211-9216, le 24 juin 2014
    http://www.pnas.org/content/111/25/9211

    Massive migration from the steppe was a source for Indo-European languages in Europe
    Haak W, Lazaridis I, Patterson N, Rohland N, Mallick S, Llamas B, Brandt G, Nordenfelt S, Harney E, Stewardson K, Fu Q, Mittnik A, Bánffy E, Economou C, Francken M, Friederich S, Pena RG, Hallgren F, Khartanovich V, Khokhlov A, Kunst M, Kuznetsov P, Meller H, Mochalov O, Moiseyev V, Nicklisch N, Pichler SL, Risch R, Rojo Guerra MA, Roth C, Szécsényi-Nagy A, Wahl J, Meyer M, Krause J, Brown D, Anthony D, Cooper A, Alt KW, Reich D.
    Nature 522:207-211, le 2 mars 2015
    https://www.nature.com/articles/nature14317

    Bref, à discuter, mais ce n’est pas simple...

    #Science #ADN #SNP #gènes #génome #génétique #épigénétique #évolution #races #origine #géographie

    Et, à tout hasard, je les rajoute à la compilation #archéologie :
    https://seenthis.net/messages/633249

    • Il y a d’autres vidéos de cette généticienne sur ce sujet que j’ai pas encore vu :
      https://www.youtube.com/watch?v=WQwzEKFdTL4


      Au passage je trouve interessant qu’elle ne parle pas de patriarcat et matriarcat mais seulement de matrilocalité, patrilocalité, matrilinéarité et patrilinéarité. C’est en même temps assez heureux de la part d’une approche génétique.
      A un moment elle dit que 90% des groupes humains sont patrilocaux et qu’en fait ce sont les femmes qui se déplacent sur la terre et non les hommes qui restent dans leur village, accrochés à leur propriété, leur pouvoir, leur héritage matériel.

      Autre chose qu’elle dit et que j’ignorais, il n’y a des blanc·hes parmis chez l’homo sapiens depuis seulement 9000 ans EC (ère commune, alternative à BC).

      Cette vidéo pas encore vu non plus semble répondre à tes préoccupations :
      Races : pour en finir avec les fantasmes racistes !
      https://www.youtube.com/watch?v=8E4u9vypCa0

      Les anthropologues et les biologistes sont d’accord aujourd’hui pour dire qu’il y a environ 150 000 ans, c’est en Afrique qu’est apparu Homo Sapiens, notre ancêtre à tous. Les femmes et les hommes ont peuplé la terre en évoluant de façon différente en fonction du hasard, de l’environnement et par sélection de certaines caractéristiques de leur patrimoine génétique, ce qui explique nos différences et que chacun est un être unique, même si nous faisons tous partie de la même espèce, Homo Sapiens. Mais la biologie n’explique pas le racisme qui est avant tout une construction intellectuelle et politique liée à des enjeux économiques. Les théories racistes ont proliféré tout au long de l’histoire pour justifier l’esclavage, la colonisation, le nazisme, la ségrégration, l’apartheid... Ces théories racistes qui affirmaient une hiérarchie selon sa couleur de peau sont encore malheureusement fortement ancrées dans nos inconscients collectifs. Ayons le courage de l’admettre sans victimisation, sans culpabilité pour nous permettre de les identifier afin de les dépasser. Par Evelyne Heyer, professeur en anthropologie génétique au Muséum national d’Histoire naturelle, département Hommes, Natures, Sociétés, commissaire scientifique général du Musée de l’Homme Lilian Thuram, président de la Fondation Éducation contre le racisme Pascal Blanchard, historien spécialiste du « fait colonial » de l’histoire de l’immigration et des enjeux d’identité, il est chercheur au Laboratoire Communication et Politique (CNRS/UPR 3255, Paris), et co-dirige le groupe de recherche Achac (colonisation, immigration, post-colonialisme)


  • 99% of Australian Green Sea Turtles Studied Turning Female From Climate Change
    https://news.nationalgeographic.com/2018/01/australia-green-sea-turtles-turning-female-climate-change-r

    Since the sex of a sea turtle is determined by the heat of sand incubating their eggs, scientists had suspected they might see slightly more females. Climate change, after all, has driven air and sea temperatures higher, which, in these creatures, favors female offspring. But instead, they found female sea turtles from the Pacific Ocean’s largest and most important green sea turtle rookery now outnumber males by at least 116 to 1.

    #climat #épigénétique #tortues


    • En outre, certaines molécules contribuant à l’établissement des modifications épigénétiques sont régulées par des métabolites dont la concentration intracellulaire dépend de l’alimentation. Cette relation entre l’alimentation et la chromatine est actuellement l’objet de nombreuses recherches car elle pourrait affecter le vieillissement. En établissant que les voies de signalisation liant nutrition et durée de vie sont similaires chez la levure de boulanger et chez l’homme, les chercheurs ont pu ainsi comprendre comment la restriction calorique allonge la durée de vie des organismes. La restriction calorique pourrait notamment réduire le stress oxydatif généré par l’activité des mitochondries, les organites cellulaires dédiés à la respiration et la production d’énergie.

      #épigénétique #alimentation #santé


  • Permaforêt: BIOTOPES
    http://permaforet.blogspot.com/p/biotope.html

    On est loin de comprendre et même d’envisager tout ce qui se passe, et on n’en a pas les capacités à mon avis, et ce n’est pas grave. Les observations s’affinent avec le temps et suffisent à créer des designs comestibles viables et vivants. Et si vous vivez dans la forêt jardin, alors vos sens s’éveilleront tellement que vous pourrez aussi sentir et ressentir d’autres phénomènes, d’autres énergies, et expérimenter une forme de communication avec les plantes, les champignons et les animaux de la forêt.

    Cette co-existence va au delà de la co-dépendance. Cette co-dépendance est une synergie. Cette synergie rend compte de la véritable sociabilité des organismes vivants dans un milieu. Le milieu est appréhendé comme comme un écosystème vivant, interactif et dynamique. Cette approche donne une visibilité à l’intelligence sociable des organismes végétaux, animaux et fongiques et rend compte de leur capacité à vivre ensemble, en harmonie. Penser un écosystème vivant demande à penser en terme d’efficience d’un réseau vivant, de cycles de vie et de synergie entre les organismes vivants : de Société du milieu.

    Envisager les dynamiques de l’environnement nous demande de dépasser la vision anthropocentrique et évolutionniste des siècles passés et présents. Tout écosystème vivant tend vers l’équilibre régénératif, et évolutif vers un climax forestier, mais jamais vers un état statique optimal, comme l’aime à croire notre représentation anthropocentrique. L’équilibre ne signifie pas l’immobilisme ou la symétrie, mais la dynamique des cycles de vie en perpétuel renouvellement. Il est potentiellement possible de régénérer un biotope en intégrant les espèces qui vont créer spontanément ces interactions, comme dans un milieu sauvage.

    #permaculture #environnement #écologie #nature #épigénétique #perception_holistique


  • Association of a Genetic Risk Score With Body Mass Index Across Different Birth Cohorts | Jul 05, 2016 | JAMA | JAMA Network
    http://jama.jamanetwork.com/article.aspx?articleID=2532014

    Conclusions and Relevance:  For participants born between 1900 and 1958, the magnitude of association between BMI and a genetic risk score for BMI was larger among persons born in later cohorts. This suggests that associations of known genetic variants with BMI may be modified by obesogenic environments.

    #génétique #épigénétique #santé #obésité



  • Des spermatozoïdes sous influence

    http://www.lemonde.fr/sciences/article/2016/01/04/des-spermatozoides-sous-influence_4841467_1650684.html

    Comment un traumatisme psychique ou un déséquilibre alimentaire d’un futur parent, avant même la conception, peut-il engendrer des effets sur plusieurs générations  ? Fin décembre, une série d’avancées a été accomplie sur cette voie explorant un mode d’hérédité « buissonnier   »  : l’épigénétique.

    L’épigénétique, ou comment chahuter les lois de l’hérédité classique   : ce mode de transmission, en effet, n’est plus exclusivement fondé sur la sacro-sainte séquence de l’ADN. Avec l’épigénétique, c’est un héritage plus subtil – plus fragile aussi – qui est transmis au fil des générations   : ce sont des «   marques   » qui jalonnent le génome, en des sites précis. Sensibles à des facteurs de l’environnement, ces marques «   allument   » ou «   éteignent  » nos gènes dans nos cellules. C’est ainsi qu’une cellule de notre cerveau est très différente d’une cellule de notre foie, de nos muscles, de nos os…

    Publiées le 31 décembre dans Science, deux études ont examiné l’impact d’une alimentation perturbée chez la souris. Dans la première, l’équipe de Qi Zhou (Institut de zoologie, Pékin) a soumis des souris mâles à un régime très gras. Avec le sperme de ces rongeurs, les chercheurs ont fécondé des femelles nourries normalement. Les souris issues de cette manipulation ont développé une intolérance au glucose et une résistance à l’insuline, deux signes de prédiabète. Elles présentaient aussi une moindre expression de gènes impliqués dans le métabolisme des sucres.

    Des groupes apposés sur l’ADN

    (...)

    Les chercheurs chinois ont isolé les ARN des spermatozoïdes de souris soumises à ce régime gras. Puis ils ont injecté ces ARN à des ovocytes de souris juste fécondés. Les rongeurs nés de cette intervention ont développé une intolérance au glucose. Les ARN assurant cette transmission sont des fragments « d’ARN de transfert ». Leur principale fonction est de transporter les acides aminés lors de la fabrication des protéines. Mais, ici, leurs fragments semblent avoir été « recyclés » à des fins épigénétiques.

    Dans la seconde étude de Science, l’équipe d’Oliver Rando (université de médecine du Massachusetts) a analysé les effets, chez la souris, d’un régime pauvre en protéines. Ses résultats confortent l’idée d’un rôle de ces petits ARN en épigénétique. Un régime pauvre en protéines entraîne, chez la génération suivante, la dérégulation de tout un jeu de gènes, avait montré cette équipe en 2010.

    Des troubles sur deux générations

    Et chez l’homme ? « Dans les spermatozoïdes de personnes obèses, nous trouvons une signature spécifique, constituée de petits ARN et de méthylations de l’ADN. Cette signature marque des gènes qui gouvernent l’appétit », résume Romain Barrès, de l’université de Copenhague, principal auteur d’une étude publiée en décembre dans Cell Metabolism. Mieux : « Cette signature change drastiquement après une perte de poids massive induite par une chirurgie de l’obésité. » Dans une autre étude à paraître dans Molecular Metabolism, cette équipe montre qu’un régime gras, suivi par un rat mâle, provoque des troubles métaboliques sur deux générations. Ces troubles seraient en partie transmis par de petits ARN du sperme.

    Est-ce à dire que seuls les mâles transmettent à leur descendance les effets de leurs modes de vie altérés ? Non. « Les femelles aussi peuvent transmettre des changements épigénétiques. Mais les spermatozoïdes sont plus faciles à étudier que les ovocytes », dit Isabelle Mansuy, de l’Ecole polytechnique fédérale et de l’université de Zurich.

    Retrait social et désordes métaboliques

    D’autres études ont révélé, chez l’animal, comment le traumatisme psychique d’un géniteur peut retentir sur les générations suivantes. En 2010, Isabelle Mansuy montrait les effets d’une séparation chronique et imprévisible de jeunes souris mâles d’avec leur mère. Leurs « enfants » et « petits- enfants » souffraient de troubles dépressifs et cognitifs, d’un retrait social et de désordres métaboliques. En 2014, l’équipe de Zurich découvrait de petits ARN spécifiques altérés dans le sperme de ces souris traumatisées. En injectant l’ARN du sperme de ces animaux dans des ovocytes juste fécondés, elle reproduisait ces troubles sur deux générations. En octobre 2015, une étude publiée dans les PNAS confortait ces résultats. L’équipe de Tracy Bale, de l’université de Pennsylvanie, retrouvait de petits ARN spécifiques dans les spermatozoïdes de souris ayant subi un stress chronique précoce.

    Quelle est la portée de cette hérédité épigénétique chez les mammifères ? C’est un chantier qui s’ouvre. Car l’existence de ces processus reste à prouver chez l’homme, et leurs mécanismes à préciser. Reste aussi cette troublante question : peut-on voir, dans cette transmission épigénétique, une forme d’hérédité des caractères acquis ? « Je ne pense pas que les caractères “obèse” ou “stressé”, en tant que tels, soient transmis, estime Romain Barrès. Ce qui se transmet est une adaptation, induite par l’environnement de nos ancêtres. » Emiliano Ricci ajoute que « les caractères transmis par épigénétique peuvent être labiles ». Si de nouvelles marques épigénétiques sont facilement créées par des changements environnementaux, elles sont tout aussi aisément effacées par de nouveaux changements. L’épigénome offrirait aux individus un moyen d’explorer rapidement une adaptation à une variation de l’environnement, sans pour autant la graver dans le génome...

    L’épigénétique façonne les fourmis

    Et si l’épigénétique déterminait le statut social ? C’est ce qu’une équipe américaine vient de proposer dans la revue Science. Son sujet d’étude n’est pas l’humain, mais la fourmi, insecte social par excellence. Mais le résultat de ses recherches apporte des pistes prometteuses. Les fourmis charpentières de Floride sont composées de deux castes : les soldates et les ouvrières. Les deux disposent du même patrimoine génétique. Les secondes ont pourtant des têtes plus petites, des mandibules moins puissantes... et une surexpression des gènes impliqués dans le développement cérébral.

    A ce constat, les chercheurs en ont ajouté un autre, plus spectaculaire : en modifiant la composition chimique des histones – ces protéines autour desquelles s’enroule l’ADN –, ils sont parvenus à modifier le comportement des fourmis. Un simple changement d’alimentation a dopé l’activité des ouvrières fourrageuses. Pour les soldates, il a fallu en passer par l’injection directe de ces mêmes produits dans le cerveau de jeunes spécimens. Les combattantes ont alors aligné leur activité sur celle des ouvrières. Les auteurs parlent de
    « fenêtre épigénétique de vulnérabilité » et rêvent déjà d’application thérapeutique chez l’homme.

    #épigénétique


  • Pour la Science - Une transmission épigénétique de caractères complexes
    http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/actu-une-transmission-epigenetique-de-caracteres-complexes-32679.php

    Des chercheurs ont montré pour la première fois que des caractères complexes pouvaient se transmettre par un processus épigénétique, c’est-à-dire sans modification du génome.

    Ils ont alors abouti à une lignée de plantes ayant le même génome, mais différentes d’un point de vue #épigénétique.

    #génétique #amélioration_variétale

    #plant_breeding


  • Race-Ethnicity, Poverty, Urban Stressors, and Telomere Length in a Detroit Community-based Sample
    http://hsb.sagepub.com/content/early/2015/04/30/0022146515582100.full.pdf

    Scientists Find Alarming Deterioration In DNA Of The Urban Poor
    http://www.huffingtonpost.com/2015/05/08/poverty-race-ethnicity-dna-telomeres_n_7228530.html

    Researchers analyzed telomeres of poor and lower middle-class black, white, and Mexican residents of Detroit. Telomeres are tiny caps at the ends of DNA strands, akin to the plastic caps at the end of shoelaces, that protect cells from aging prematurely. Telomeres naturally shorten as people age. But various types of intense chronic stress are believed to cause telomeres to shorten, and short telomeres are associated with an array of serious ailments including cancer, diabetes, and heart disease.

    Evidence increasingly points to telomere length being highly predictive of healthy life expectancy. Put simply, “the shorter your telomeres, the greater your chance of dying.”

    The new study found that low-income residents of Detroit, regardless of race, have significantly shorter telomeres than the national average. “There are effects of living in high-poverty, racially segregated neighborhoods — the life experiences people have, the physical exposures, a whole range of things — that are just not good for your health,” Geronimus said in an interview with The Huffington Post.

    But within this group of Detroit residents, the ways in which race-ethnicity and income were associated with telomere length were strikingly varied.

    #santé #épigénétique


  • Tomates sans eau ni pesticide : cette méthode fascine les biologistes - Rue89 - L’Obs
    http://rue89.nouvelobs.com/2015/03/04/tomates-sans-eau-ni-pesticide-cette-methode-fascine-les-biologistes

    « La plupart des plantes qu’on appelle aujourd’hui “mauvaises herbes” étaient des plantes que l’on mangeait au Moyen-Age, comme l’amarante ou le chiendent... Je me suis toujours dit que si elles sont si résistantes aujourd’hui c’est justement parce que personne ne s’en est occupé depuis des générations et des générations.

    Tout le monde essaye de cultiver les légumes en les protégeant le plus possible, moi au contraire j’essaye de les encourager à se défendre eux-mêmes. J’ai commencé à planter des tomates sur ce terrain plein de cailloux il y a une vingtaine d’années, à l’époque il n’y avait pas une goutte d’eau.

    Tout le monde pense que si on fait ça toutes les plantes meurent mais ce n’est pas vrai. En fait, presque tous les plants survivent. Par contre on obtient de toutes petites tomates, ridicules. Il faut récolter les graines du fruit et les semer l’année suivante. Là on commence à voir de vraies tomates, on peut en avoir 1 ou 2 kilos par plant.

    Et si on attend encore un an ou deux, alors là c’est formidable. Au début on m’a pris pour un fou mais au bout d’un moment, les voisins ont vu que j’avais plus de tomates qu’eux, et jamais de mildiou, en plus, alors les gens ont commencé à parler et des chercheurs sont venus me voir. »

    #maraichage #semence

    • C’est quand la recherche, l’ingénierie, se mettent à être séparées des sujets sur lesquels portent les inventions. Lorsqu’il y a des groupes (des castes ?) de scientifiques et d’ingénieurs, qui cherchent et inventent des choses extérieurement aux activités et gens auxquelles serviront ces inventions.

      Pendant une trèèèèès longue période de notre histoire, la majorité des inventions fut le fruit des gens qui les utilisaient (pas toutes, évidemment, il y a des exceptions notables, mais la majorité oui). De nos jours, ce rapport est totalement inversé.

    • #épigénétique #semences

      « Son principe de base, c’est de mettre la plante dans les conditions dans lesquelles on a envie qu’elle pousse. On l’a oublié, mais ça a longtemps fait partie du bon sens paysan.

      Aujourd’hui, on appelle cela l’hérédité des caractères acquis, en clair il y a une transmission du stress et des caractères positifs des plantes sur plusieurs générations.

      Il faut comprendre que l’ADN est un support d’information très plastique, il n’y a pas que la mutation génétique qui entraîne les changements, il y a aussi l’adaptation, avec par exemple des gènes qui sont éteints mais qui peuvent se réveiller.

      La plante fait ses graines après avoir vécu son cycle, donc elle conserve certains aspects acquis. Pascal Poot exploite ça extrêmement bien, ses plantes ne sont pas très différentes des autres au niveau génétique mais elles ont une capacité d’adaptation impressionnante ».

    • « Le travail de #sélection des #semences montre qu’on peut pousser le végétal vers des conditions impressionnantes. Mais l’#agriculture moderne a perdu ça de vue, elle ne repose pas du tout sur la capacité d’adaptation.

      Or dans un contexte de changement rapide du #climat et de l’#environnement c’est quelque chose dont le monde agricole va avoir besoin. Il va falloir préserver non seulement les semences mais aussi les savoir-faire des agriculteurs, les deux vont ensemble. »

    • Ça fait cinq ans je crois, que je sélectionne mes semences de tomates (justement) avec l’idée que d’année en années elles devraient s’adapter aux conditions du jardin. L’année dernière, elles ont été malades bien plus tard qu’ailleurs. Et encore, parce que je les avais laissé pousser en buissons touffus, ce qui a maintenu une certaine humidité sur les feuilles. J’avais refilé des plants à un ami qui lui a retiré les feuilles au fur et à mesure pour les aérer, ils n’ont pas du tout été touché par le mildiou.

    • Le journaliste parle de Germinance et de graines del Pais puis met un lien des semences pour la tomate Gregory Altaï sur Rustica, je rêve !

      Une partie de ces graines sont vendues dans l’illégalité, parce qu’elles ne sont pas inscrites au catalogue officiel des espèces et variétés végétales du GNIS (Groupement national interprofessionnel des semences et plants). Cela énerve beaucoup Pascal Poot, jusque là très calme :

      « L’une de mes meilleures variétés, c’est la Gregori Altaï. Mais elle n’est pas inscrite au catalogue, peut-être parce qu’elle n’est pas assez régulière pour eux. Beaucoup de variétés sont comme ça. A l’automne dernier, le semencier Graines del Païs a eu un contrôle de la répression des fraudes qui a établi près de 90 infractions dans leur catalogue.

      Le principe c’est qu’on ne nous autorise à vendre que les graines qui donnent des fruits qui sont tous pareils et qui donnent les mêmes résultats à chaque endroit. Pour moi, c’est le contraire du vivant, qui repose sur l’adaptation permanente. Cela revient à produire des clones mais on veut en plus que ces clones soient des zombies. »


  • http://www.pnas.org/content/early/2015/01/30/1423333112

    Double-stranded RNA made in C. elegans neurons can enter the germline and cause transgenerational gene silencing

    Une preuve supplémentaire indiquant que nous transmettons plus à nos enfants que la simple moitié de notre génome. Une partie de notre expérience génétique vécue passe aussi. Une mémoire en quelque sorte.

    #génétique #hérédité #biologie #épigénétique


  • Un biomarqueur épigénétique pour éviter des #chimiothérapies inutiles
    http://www2.cnrs.fr/presse/communique/3855.htm

    Grâce à leur expertise en #épigénétique, les chercheurs du CNRS et de l’Institut Curie ont pu mettre au jour un nouveau marqueur pronostique. En l’analysant, il est désormais envisageable de distinguer parmi les femmes atteintes de la forme la plus fréquente des #cancers du #sein, les #luminaux_A, si leur #tumeur est de bon ou de mauvais #pronostic. Ce nouveau biomarqueur va permettre de prescrire une chimiothérapie aux femmes qui en ont réellement besoin, en épargnant aux autres un traitement inutile. Ces résultats sont publiés dans la revue Molecular Oncology.


  • Sperm RNA carries marks of trauma
    http://www.nature.com/news/sperm-rna-carries-marks-of-trauma-1.15049

    Trauma is insidious. It not only increases a person’s risk for psychiatric disorders, but can also spill over into the next generation. People who were traumatized during the Khmer Rouge genocide in Cambodia tended to have children with depression and anxiety, for example, and children of Australian veterans of the Vietnam War have higher rates of suicide than the general population.

    Trauma’s impact comes partly from social factors, such as its influence on how parents interact with their children. But stress also leaves ‘epigenetic marks’ — chemical changes that affect how DNA is expressed without altering its sequence. A study published this week in Nature Neuroscience finds that stress in early life alters the production of small RNAs, called microRNAs, in the sperm of mice (K. Gapp et al. Nature Neurosci. http://dx.doi.org/10.1038/nn.3695; 2014). The mice show depressive behaviours that persist in their progeny, which also show glitches in metabolism.

    The study is notable for showing that sperm responds to the environment, says Stephen Krawetz, a geneticist at Wayne State University School of Medicine in Detroit, Michigan, who studies microRNAs in human sperm. (He was not involved in the latest study.) “Dad is having a much larger role in the whole process, rather than just delivering his genome and being done with it,” he says. He adds that this is one of a growing number of studies to show that subtle changes in sperm microRNAs “set the stage for a huge plethora of other effects”.

    #sperme #gènes #epigénétique #traumatismes #environnement


  • Cancers, diabète, obésité : « La croissance des maladies liées à notre mode de vie met en péril notre système de santé »
    http://www.bastamag.net/Cancers-diabete-obesite-La

    400 milliards d’euros en 15 ans : c’est le surcoût entraîné par l’explosion des maladies chroniques, comme le cancer ou le diabète, pour la Sécurité sociale. Des maladies liées à la pollution de notre environnement et qui se transmettent entre générations. #Pesticides, perturbateurs endocriniens, molécules chimiques en tout genre sont présents dans l’alimentation, les biens de consommation, l’eau potable, l’air… Un scandale invisible pour le toxicologue André Cicolella, président du Réseau environnement (...)

    #Décrypter

    / #Toxiques, Pesticides, Santé , #Lanceurs_d'alerte, #Entretiens, Menaces sur la #Santé_publique, Quel avenir pour nos protections sociales ?, A la (...)

    #Menaces_sur_la_santé_publique #Quel_avenir_pour_nos_protections_sociales_ ? #A_la_une