• [Mix delivery ] #lockdown mix serie II
    http://www.radiopanik.org/emissions/mix-delivery/lockdown-mix-serie-ii

    Our round trip could simultaneously represent despair at a lack of unity and (in)coherence, while suggesting that (in)coherence might result from a process of rearrangement, wandering and nomadism, singularity & community, acceleration and slowness, isolation and existentialism, ipostasis and anemism to tend of illustrate the increasingly individualized & collective #nature of #experience.

    No Lokdown Mix - episode 2 - commissioned & supported by Transcultures in partnership with Radio Panik - in the framework of No Lockdown Art

    (NoLA) ’s initiated by Transcultures & European Pepinieres of Creation

    transcultures.be/ (...)

    #errance #être #sun #rien_commun #vitesse #feeeling #speed #communauté #nature,errance,être,sun,experience,lockdown,rien_commun,vitesse,feeeling,speed,communauté
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/mix-delivery/lockdown-mix-serie-ii_09305__1.mp3

  • How Dating Became a ’Market’ - The Atlantic
    https://www.theatlantic.com/family/archive/2020/02/modern-dating-odds-economy-apps-tinder-math/606982

    February 25, 2020 by Ashley Fetters and Kaitlyn Tiffany - The ‘Dating Market’ Is Getting Worse

    The old but newly popular notion that one’s love life can be analyzed like an economy is flawed—and it’s ruining romance.

    Ever since her last relationship ended this past August, Liz has been consciously trying not to treatThe ‘Dating Market’ Is Getting Worse

    The old but newly popular notion that one’s love life can be analyzed like an economy is flawed—and it’s ruining romance.
    Ashley FettersKaitlyn Tiffany
    February 25, 2020 dating as a “numbers game.” By the 30-year-old Alaskan’s own admission, however, it hasn’t been going great.

    Liz has been going on Tinder dates frequently, sometimes multiple times a week—one of her New Year’s resolutions was to go on every date she was invited on. But Liz, who asked to be identified only by her first name in order to avoid harassment, can’t escape a feeling of impersonal, businesslike detachment from the whole pursuit.

    “It’s like, ‘If this doesn’t go well, there are 20 other guys who look like you in my inbox.’ And I’m sure they feel the same way—that there are 20 other girls who are willing to hang out, or whatever,” she said. “People are seen as commodities, as opposed to individuals.”

    It’s understandable that someone like Liz might internalize the idea that dating is a game of probabilities or ratios, or a marketplace in which single people just have to keep shopping until they find “the one.” The idea that a dating pool can be analyzed as a marketplace or an economy is both recently popular and very old: For generations, people have been describing newly single people as “back on the market” and analyzing dating in terms of supply and demand. In 1960, the Motown act the Miracles recorded “Shop Around,” a jaunty ode to the idea of checking out and trying on a bunch of new partners before making a “deal.” The economist Gary Becker, who would later go on to win the Nobel Prize, began applying economic principles to marriage and divorce rates in the early 1970s. More recently, a plethora of market-minded dating books are coaching singles on how to seal a romantic deal, and dating apps, which have rapidly become the mode du jour for single people to meet each other, make sex and romance even more like shopping.

    The unfortunate coincidence is that the fine-tuned analysis of dating’s numbers game and the streamlining of its trial-and-error process of shopping around have taken place as dating’s definition has expanded from “the search for a suitable marriage partner” into something decidedly more ambiguous. Meanwhile, technologies have emerged that make the market more visible than ever to the average person, encouraging a ruthless mind-set of assigning “objective” values to potential partners and to ourselves—with little regard for the ways that framework might be weaponized. The idea that a population of single people can be analyzed like a market might be useful to some extent to sociologists or economists, but the widespread adoption of it by single people themselves can result in a warped outlook on love.

    Moira Weigel, the author of Labor of Love: The Invention of Dating, argues that dating as we know it—single people going out together to restaurants, bars, movies, and other commercial or semicommercial spaces—came about in the late 19th century. “Almost everywhere, for most of human history, courtship was supervised. And it was taking place in noncommercial spaces: in homes, at the synagogue,” she said in an interview. “Somewhere where other people were watching. What dating does is it takes that process out of the home, out of supervised and mostly noncommercial spaces, to movie theaters and dance halls.” Modern dating, she noted, has always situated the process of finding love within the realm of commerce—making it possible for economic concepts to seep in.

    The application of the supply-and-demand concept, Weigel said, may have come into the picture in the late 19th century, when American cities were exploding in population. “There were probably, like, five people your age in [your hometown],” she told me. “Then you move to the city because you need to make more money and help support your family, and you’d see hundreds of people every day.” When there are bigger numbers of potential partners in play, she said, it’s much more likely that people will begin to think about dating in terms of probabilities and odds.

    Eva Illouz, directrice d’etudes (director of studies) at the École des Hautes Études en Sciences Sociales in Paris, who has written about the the application of economic principles to romance, agrees that dating started to be understood as a marketplace as courtship rituals left private spheres, but she thinks the analogy fully crystallized when the sexual revolution of the mid-20th century helped dissolve many lingering traditions and taboos around who could or should date whom. People began assessing for themselves what the costs or benefits of certain partnerships might be—a decision that used to be a family’s rather than an individual’s. “What you have is people meeting each other directly, which is exactly the situation of a market,” she said. “Everybody’s looking at everybody, in a way.”

    In the modern era, it seems probable that the way people now shop online for goods—in virtual marketplaces, where they can easily filter out features they do and don’t want—has influenced the way people “shop” for partners, especially on dating apps, which often allow that same kind of filtering. The behavioral economics researcher and dating coach Logan Ury said in an interview that many single people she works with engage in what she calls “relationshopping.”

    Read: The rise of dating-app fatigue

    “People, especially as they get older, really know their preferences. So they think that they know what they want,” Ury said—and retroactively added quotation marks around the words “know what they want.” “Those are things like ‘I want a redhead who’s over 5’7”,’ or ‘I want a Jewish man who at least has a graduate degree.’” So they log in to a digital marketplace and start narrowing down their options. “They shop for a partner the way that they would shop for a camera or Bluetooth headphones,” she said.

    But, Ury went on, there’s a fatal flaw in this logic: No one knows what they want so much as they believe they know what they want. Actual romantic chemistry is volatile and hard to predict; it can crackle between two people with nothing in common and fail to materialize in what looks on paper like a perfect match. Ury often finds herself coaching her clients to broaden their searches and detach themselves from their meticulously crafted “checklists.”

    The fact that human-to-human matches are less predictable than consumer-to-good matches is just one problem with the market metaphor; another is that dating is not a one-time transaction. Let’s say you’re on the market for a vacuum cleaner—another endeavor in which you might invest considerable time learning about and weighing your options, in search of the best fit for your needs. You shop around a bit, then you choose one, buy it, and, unless it breaks, that’s your vacuum cleaner for the foreseeable future. You likely will not continue trying out new vacuums, or acquire a second and third as your “non-primary” vacuums. In dating, especially in recent years, the point isn’t always exclusivity, permanence, or even the sort of long-term relationship one might have with a vacuum. With the rise of “hookup culture” and the normalization of polyamory and open relationships, it’s perfectly common for people to seek partnerships that won’t necessarily preclude them from seeking other partnerships, later on or in addition. This makes supply and demand a bit harder to parse. Given that marriage is much more commonly understood to mean a relationship involving one-to-one exclusivity and permanence, the idea of a marketplace or economy maps much more cleanly onto matrimony than dating.

    The marketplace metaphor also fails to account for what many daters know intuitively: that being on the market for a long time—or being off the market, and then back on, and then off again—can change how a person interacts with the marketplace. Obviously, this wouldn’t affect a material good in the same way. Families repeatedly moving out of houses, for example, wouldn’t affect the houses’ feelings, but being dumped over and over by a series of girlfriends might change a person’s attitude toward finding a new partner. Basically, ideas about markets that are repurposed from the economy of material goods don’t work so well when applied to sentient beings who have emotions. Or, as Moira Weigel put it, “It’s almost like humans aren’t actually commodities.”

    When market logic is applied to the pursuit of a partner and fails, people can start to feel cheated. This can cause bitterness and disillusionment, or worse. “They have a phrase here where they say the odds are good but the goods are odd,” Liz said, because in Alaska on the whole there are already more men than women, and on the apps the disparity is even sharper. She estimates that she gets 10 times as many messages as the average man in her town. “It sort of skews the odds in my favor,” she said. “But, oh my gosh, I’ve also received a lot of abuse.”

    Recently, Liz matched with a man on Tinder who invited her over to his house at 11 p.m. When she declined, she said, he called her 83 times later that night, between 1 a.m. and 5 a.m. And when she finally answered and asked him to stop, he called her a “bitch” and said he was “teaching her a lesson.” It was scary, but Liz said she wasn’t shocked, as she has had plenty of interactions with men who have “bubbling, latent anger” about the way things are going for them on the dating market. Despite having received 83 phone calls in four hours, Liz was sympathetic toward the man. “At a certain point,” she said, “it becomes exhausting to cast your net over and over and receive so little.”

    Read: Tinder’s most notorious men

    This violent reaction to failure is also present in conversations about “sexual market value”—a term so popular on Reddit that it is sometimes abbreviated as “SMV”—which usually involve complaints that women are objectively overvaluing themselves in the marketplace and belittling the men they should be trying to date.

    The logic is upsetting but clear: The (shaky) foundational idea of capitalism is that the market is unfailingly impartial and correct, and that its mechanisms of supply and demand and value exchange guarantee that everything is fair. It’s a dangerous metaphor to apply to human relationships, because introducing the idea that dating should be “fair” subsequently introduces the idea that there is someone who is responsible when it is unfair. When the market’s logic breaks down, it must mean someone is overriding the laws. And in online spaces populated by heterosexual men, heterosexual women have been charged with the bulk of these crimes.

    “The typical clean-cut, well-spoken, hard-working, respectful, male” who makes six figures should be a “magnet for women,” someone asserted recently in a thread posted in the tech-centric forum Hacker News. But instead, the poster claimed, this hypothetical man is actually cursed because the Bay Area has one of the worst “male-female ratios among the single.” The responses are similarly disaffected and analytical, some arguing that the gender ratio doesn’t matter, because women only date tall men who are “high earners,” and they are “much more selective” than men. “This can be verified on practically any dating app with a few hours of data,” one commenter wrote.

    Economic metaphors provide the language for conversations on Reddit with titles like “thoughts on what could be done to regulate the dating market,” and for a subreddit named sarcastically “Where Are All The Good Men?” with the stated purpose of “exposing” all the women who have “unreasonable standards” and offer “little to no value themselves.” (On the really extremist end, some suggest that the government should assign girlfriends to any man who wants one.) Which is not at all to say that heterosexual men are the only ones thinking this way: In the 54,000-member subreddit r/FemaleDatingStrategy, the first “principle” listed in its official ideology is “be a high value woman.” The group’s handbook is thousands of words long, and also emphasizes that “as women, we have the responsibility to be ruthless in our evaluation of men.”

    The design and marketing of dating apps further encourage a cold, odds-based approach to love. While they have surely created, at this point, thousands if not millions of successful relationships, they have also aggravated, for some men, their feeling that they are unjustly invisible to women.

    Men outnumber women dramatically on dating apps; this is a fact. A 2016 literature review also found that men are more active users of these apps—both in the amount of time they spend on them and the number of interactions they attempt. Their experience of not getting as many matches or messages, the numbers say, is real.

    But data sets made available by the apps can themselves be wielded in unsettling ways by people who believe the numbers are working against them. A since-deleted 2017 blog post on the dating app Hinge’s official website explained an experiment conducted by a Hinge engineer, Aviv Goldgeier. Using the Gini coefficient, a common measure of income inequality within a country, and counting “likes” as income, Goldgeier determined that men had a much higher (that is, worse) Gini coefficient than women. With these results, Goldgeier compared the “female dating economy” to Western Europe and the “male dating economy” to South Africa. This is, obviously, an absurd thing to publish on a company blog, but not just because its analysis is so plainly accusatory and weakly reasoned. It’s also a bald-faced admission that the author—and possibly the company he speaks for—is thinking about people as sets of numbers.

    In a since-deleted 2009 official blog post, an OkCupid employee’s data analysis showed women rating men as “worse-looking than medium” 80 percent of the time, and concluded, “Females of OkCupid, we site founders say to you: ouch! Paradoxically, it seems it’s women, not men, who have unrealistic standards for the opposite sex.” This post, more than a decade later, is referenced in men’s-rights or men’s-interest subreddits as “infamous” and “we all know it.”

    Even without these creepy blog posts, dating apps can amplify a feeling of frustration with dating by making it seem as if it should be much easier. The Stanford economist Alvin Roth has argued that Tinder is, like the New York Stock Exchange, a “thick” market where lots of people are trying to complete transactions, and that the main problem with dating apps is simply congestion. To him, the idea of a dating market is not new at all. “Have you ever read any of the novels of Jane Austen?” he asked. “Pride and Prejudice is a very market-oriented novel. Balls were the internet of the day. You went and showed yourself off.”

    Read: The five years that changed dating

    Daters have—or appear to have—a lot more choices on a dating app in 2020 than they would have at a provincial dance party in rural England in the 1790s, which is good, until it’s bad. The human brain is not equipped to process and respond individually to thousands of profiles, but it takes only a few hours on a dating app to develop a mental heuristic for sorting people into broad categories. In this way, people can easily become seen as commodities—interchangeable products available for acquisition or trade. “What the internet apps do is that they enable you to see, for the first time ever in history, the market of possible partners,” Illouz, the Hebrew University sociology professor, said. Or, it makes a dater think they can see the market, when really all they can see is what an algorithm shows them.

    The idea of the dating market is appealing because a market is something a person can understand and try to manipulate. But fiddling with the inputs—by sending more messages, going on more dates, toggling and re-toggling search parameters, or even moving to a city with a better ratio—isn’t necessarily going to help anybody succeed on that market in a way that’s meaningful to them.

    Last year, researchers at Ohio State University examined the link between loneliness and compulsive use of dating apps—interviewing college students who spent above-average time swiping—and found a terrible feedback loop: The lonelier you are, the more doggedly you will seek out a partner, and the more negative outcomes you’re likely to be faced with, and the more alienated from other people you will feel. This happens to men and women in the same way.

    “We found no statistically significant differences for gender at all,” the lead author, Katy Coduto, said in an email. “Like, not even marginally significant.”

    There may always have been a dating market, but today people’s belief that they can see it and describe it and control their place in it is much stronger. And the way we speak becomes the way we think, as well as a glaze to disguise the way we feel. Someone who refers to looking for a partner as a numbers game will sound coolly aware and pragmatic, and guide themselves to a more odds-based approach to dating. But they may also suppress any honest expression of the unbearably human loneliness or desire that makes them keep doing the math.

    #startups #société #mariage #etremmeteurs

  • Notes anthropologiques (XLVII)

    Georges Lapierre

    https://lavoiedujaguar.net/Notes-anthropologiques-XLVII

    Traité sur l’apparence (III)
    Cosmovision et réalité

    Percevoir le monde comme purement naturel et dire que la nature est toute la réalité, que celle-ci n’a rien d’humain, qu’elle est constituée de phénomènes physiques, qu’elle n’est qu’une pure apparence dont le fondement ne nous est pas accessible, ou alors qu’il fuit toujours devant nous, devant tous les instruments de la science qui le poursuivent et le traquent sans relâche, qui poursuivent et traquent la matière, telle serait notre façon de voir les choses. Et cette façon de concevoir le réel, nous est propre, elle est propre à notre civilisation, elle a émergé peu à peu au cours des temps, elle est un aboutissement et elle n’est partagée que par l’avant-garde de notre civilisation, par son élite, par tous ceux qui travaillent d’arrache-pied à son accomplissement. C’est à la fois une idéologie et une cosmovision. C’est une vue de la réalité qui a pu apparaître chez quelques penseurs grecs, il y a très, très longtemps sur la côte égéenne de l’Asie mineure. Elle est apparue, d’une manière encore bien floue, chez ces penseurs grecs alors que leur société était devenue (ou était en train de devenir) une société fondamentalement esclavagiste, mais cette vision du monde n’était partagée ni par la population grecque dans son ensemble ni même par les esclaves. Ce n’est que tout dernièrement qu’elle a fini par s’imposer au plus grand nombre, en opposition auxdites « superstitions » qui ont toujours cours dans certaines couches de plus en plus marginalisées de la société. Que signifie, ou que peut bien signifier, cette adhésion pour ainsi dire unanime de la société à une telle cosmovision ? (...)

    #apparence #réalité #cosmovision #genre #être #société #loup-garou #jaguar #alchimie #Marshall_Sahlins #La_Ciotat

  • Pour une pratique critique de la carte en sciences sociales

    Cette communication s’appuie sur un recueil d’arguments convergents pour une mise en critique de la carte en tant que récit sur et de l’homme habitant la Terre. Son objet est initialement une intuition qui a donné lieu au fil des années à une compilation de textes et d’expérimentations cartographiques. La proposition du séminaire a été vue comme une occasion de confronter mon approche, de passer de l’intuition à une première formalisation. La position que je défends ici s’est construite à partir des travaux de l’anthropologue Tim Ingold, des démarches d’appropriation et de déconstruction de la cartographie par l’art et des positionnements de cartographes tels que Philippe Rekacewicz. De cette discussion, je définis plusieurs enjeux qui traversent la pratique cartographique et le recours aux cartes, qui me semblent justifier une pratique critique de la carte en sciences sociales.

    Je suis géographe, j’ai donc derrière moi une formation et une pratique de la cartographie que l’on peut qualifier de “classique” (Beguin et Pumain, 2014). J’ai appris à faire un croquis cartographique des Barkhanes (dunes) du Sahara, à faire un carte dans un tableur Excel (des localisations x, y) puis à analyser de l’information géographique, à écrire de scripts informatiques pour automatiser la mesure et le dessin des déplacements d’enquêtés, ou encore à définir mathématiquement (discrétisation) et esthétiquement (sémiologie graphique) comment représenter une variable sur un fond de carte. De par mon parcours, la carte s’est d’abord révélée être un outil, et même un multi-tool tant la cartographie a vu ses usages s’enrichir et se diversifier avec l’informatique et le développement des SIG (Système d’Information Géographique) et d’outils interactifs par le biais du web et le recours quasi-généralisé aux GPS (Global Positioning System). Cette richesse de pratiques et d’approches qu’il y a derrière la carte rend parfois difficile son appréhension. Il est fréquent, selon les affinités et les parcours des cartographes (et ce terme est très large), que l’attention soit particulièrement portée sur un aspect au détriment d’un autre, de la production de la donnée à la représentation graphique, du questionnement au traitement statistique, de l’intention au public visé. Finalement plus que la carte en elle-même ce qui peut faire défaut ce sont des informations, des indices pour situer la carte, accéder à la carte et lire la carte. Autrement dit : La carte pour qui ? La carte pour quoi ? (Groupe dupont, 1986). Bien que je revienne à ces aspects en fin de discussion, comme tout géographe qui porte une réflexivité sur la carte (Bord 2012), c’est d’abord à partir du livre de Tim Ingold, Une brève histoire des lignes (2011), que je souhaite introduire une lecture critique de la cartographie. Car s’il est particulièrement important pour la discipline géographique de s’interroger sur la normativité de la carte dans la production de connaissances scientifiques en sciences humaines, et d’en interroger le rôle dans sa diffusion croissante dans la société (Beguin et Pumain, 2014), ces questionnements et discussions sont très largement “géographo-centrés” (Groupe Dupont, 1986 ; Roques, 1993 ; Bord, 1997 ; Bavoux, 2009) et l’enjeu est souvent celui de la géographicité de la carte (Verdier, 2015) ou de la carte comme attribut de la géographie (Bord, 2012). Je trouve donc particulièrement opportun de situer ici la réflexion à l’échelle des sciences sociales afin de s’émanciper de ce tropisme disciplinaire.

    C’est donc la carte comme récit qui me semble particulièrement justifier une démarche de déconstruction de l’objet et de sa fabrique : la carte en général contribue à produire une normativité de nos rapports à l’espace et de nos discours sur l’espace. La critique de la fabrique cartographique et de son usage qui émerge de la lecture de Tim Ingold (2011) renvoie effectivement à un positionnement plus général de remise en cause de la science positiviste et de son régime de connaissances. On retrouve par ailleurs cette approche dans l’ouvrage de recension de pratiques artistiques mobilisant la carte, Géo-esthétique : “La cartographie en tant que discipline a été profondément imbriquée dans la production performative des récits de la modernité, de la rationalité et du positivisme mais aussi de l’histoire du colonialisme et des récits nationaux, et qui se trouve aujourd’hui largement re-signifiée par l’intervention de contre-pratiques et de contre-cartographies d’artistes.” (Quiros et Imhoff, 2014, p.6)
    Anthropologie de la ligne

    Tim Ingold est professeur au département d’anthropologie de l’Université d’Aberdeen en Écosse. Sa recherche vise à rompre avec le positivisme et à déconstruire la dualité nature/culture : il pense qu’en tant que scientifiques nous devrions nous appuyer sur nos “travaux pour critiquer, et remettre en cause certains présupposés dissimulés dans nos propres façons de penser” (Descola et al, 2014, p.45). Il invite ainsi à reconsidérer notre façon de produire de la connaissance sur l’expérience d’être au monde, et de ne plus nous percevoir, en tant que scientifiques, comme en dehors des objets que nous décrivons. Dans cette perspective, la cartographie en sciences sociales est, pour lui, une image et un récit qui contribue à “l’aplanissement du monde” (Descola et al, 2014, p.59).

    Dans Une brève histoire des lignes (2011), Tim Ingold se propose de décrypter l’histoire des formes que les hommes produisent en habitant le monde. Pour cela, il a recours à la ligne comme schème pour décrire différents rapports au monde :

    “Mon objectif est de montrer comment au cours de son histoire la ligne s’est progressivement détachée du mouvement qui l’avait fait naître, autrefois tracée d’un geste continu la ligne a été fragmentée sous l’influence de la modernité et transformée en une succession de traits et de points […] cette fragmentation s’est manifestée dans plusieurs domaines connexes : celui du voyage, où le trajet fut remplacé par le transport orienté vers une destination ; celui des cartes, où le croquis cartographique fut remplacé par le plan de route ; et celui de la textualité, où la tradition orale du récit fut remplacée par la structure narrative prédéfinie. La fragmentation a aussi modifié notre conception du lieu : autrefois nœud réalisé à partir d’un entrecroisement de fils en mouvement et en développement il est désormais un point nodal dans un réseau statique de connecteurs.” (Ingold, 2011, p.100).

    Par cette approche, Tim Ingold met en valeur notre distanciation de plus en plus importante vis-à-vis de l’expérience : ainsi, dans la lecture, tout comme dans le récit et le voyage, “c’est en cheminant qu’on se souvient. La mémoire doit donc s’entendre comme un acte : on se souvient d’un texte en le lisant, d’un récit en le racontant et d’un voyage en le faisant” (Ingold, 2011, p.27). Ainsi, Ingold nous invite à mieux entrevoir ce qui fait la trame de notre existence, et à garder une attention aux liens, aux accumulations et aux trajectoires. Il oppose les processus d’occupation et d’habitation de nos environnements pour “mettre en évidence les difficultés contemporaines rencontrées par les hommes obligés d’habiter dans un environnement prévu et expressément construit pour les besoins de l’occupation” (Bessy, 2012).

    A propos des cartes, il montre que sa forme moderne efface la mémoire (Ingold, 2011, p.37). Il explique que ce qui a permis de faire la carte, les expériences des voyageurs, tous ces témoignages, sont totalement absents de la carte moderne. C’est comme si tout avait été assimilé à un passé qui a été recouvert et, reprenant l’expression de Michel de Certeau, “la carte élimine toute trace des pratiques qui l’ont produites, donnant l’impression que la structure de la carte découle directement de la structure du monde” (Certeau, 1980, p.178-179 ; Ingold, 2011, p.37). Cet aplanissement du monde par la carte peut être compris comme une forme de distanciation de la réalité, du rapport au monde dont la carte souhaite témoigner, mais aussi des étapes par lesquelles est passé le cartographe, pour concevoir sa carte, pour en produire les formes. On voit là que la critique s’applique de façon conjointe au contenu et à la forme de la carte, leur dissociation étant justement cette évolution soulignée par Ingold. Finalement le rapport au terrain, à la récolte des données, le choix du cadre ou de son absence, de l’échelle sont autant d’éléments dont la carte tait le processus de construction pour conserver la seule information que l’on souhaite communiquer. Dans cette perspective, les cartes écrasent la richesse et la diversité des expériences, les nuances des vécus et des expressions, celles du cartographe y compris et c’est peut-être par là qu’il faut commencer pour se réapproprier la carte.

    L’enchaînement des gestes qui aboutissent à la carte est peu discuté et encore moins représenté, soit par ignorance soit par manque d’intérêt, même chez les cartographes. Ainsi la distanciation au terrain est très largement sous-estimée voire ignorée, alors qu’elle est, par exemple, un effet direct lié à l’usage massif de données secondaires pour produire des cartes. L’incertitude liée aux données, à leur mise en forme, à la façon dont les informations ont été réunies sont autant d’aspects absents de la carte. Or de ce fait, la distanciation peut s’opérer dès la formulation de la carte dans l’esprit du cartographe. Cela n’est pas sans évoquer les enjeux que renferme une certaine mise en chiffres du monde (voir Alain Desrosières, La Politique des grands nombres : Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte, 1993).
    La carte, l’instrument de sa propre critique

    L’opposition de Tim Ingold entre la carte et le croquis cartographique est radicale dans la mesure où il ne laisse pas entrevoir de ponts. C’est pourtant ce que je souhaite revendiquer : il existe une place pour une cartographie indiciaire – en référence au paradigme de l’indice de Carlo Ginzburg (1980) – une cartographie de la trace qui viendrait rendre compte de nos trajectoires dans le monde, des lignes qui tissent une connaissance géographique sur notre “être au monde”, c’est-à-dire une cartographie qui rompt avec le schème de l’occupation et d’exercice du pouvoir sur l’espace (par la fragmentation et l’intégration) pour se positionner dans une connaissance de l’habiter.

    Tim Ingold n’évoque pas de perspectives pour la cartographie de s’émanciper de son caractère normatif. Mais je pense qu’il propose là, sans le formuler lui-même, un cadre à l’émancipation du cartographe en sciences sociales : comprendre le régime de spatialité dans lequel nous nous insérons et chercher à le fissurer, à rendre tangible d’autres rapports à l’espace. Cette approche doit [re]mettre l’expérience au cœur de la démarche cartographique pour déconstruire nos usages de la cartographie. C’est un enjeu central parce qu’il se décline à la fois dans le contenu de la carte, garder les liens avec l’expérience, et à la fois dans sa forme, proposer une expérience cartographique. Plus qu’une définition de ce que serait une cartographie critique, je préfère identifier ici des enjeux à partir desquels chacun peut se positionner. La carte est un récit qu’il convient d’appréhender par ce que l’historien Christian Jacob définit en 1992 (Bord, 2012) comme ses deux dimensions fondamentales : “la matérialisation et la communication”. Or il apparaît nécessaire de resituer ces deux aspects de la carte dans leur contribution à une certaine normativité du rapport à l’espace et de la conception de l’espace même, et, dans les pas de Brian Harley (Gould et Bailly, 1995 in Quiros et Imhoff, 2014, p.6), de considérer les “cartes “scientifiques” […] comme des formes de savoir socialement construites, des fictions esthétiques disciplinant l’espace.” De ce point de vue, la lecture de différents textes du cartographe Philippe Rekacewicz (2010, 2013, 2015) est opportune car il propose notamment des pistes pour une pratique critique de la cartographie qui font écho aux enjeux évoqués jusqu’ici : l’aplanissement du monde, où la carte doit être critiquée pour son rôle dans une spatialité de l’occupation, où les lieux sont intégrés dans des réseaux, les lignes découpent et attribuent des rôles et des fonctions. La carte est alors un objet d’exclusion. Le lien entre l’expérience et la mémoire, où la carte doit être critiquée pour son écrasement des histoires constitutives de son contenu et de sa forme, pour la distanciation qu’elle crée vis-à-vis des expériences qui se cachent derrière les lignes, points, couleurs, données. La carte donne à voir des formes comme si elles préexistaient aux hommes qui en sont les producteurs, alors que c’est l’engagement de nos corps dans le monde qui crée les formes.
    La cartographie expérimentale

    Philippe Rekacewicz est un cartographe qui a longtemps travaillé pour le journal français Le Monde Diplomatique, qui co-anime aujourd’hui le site visionscarto.net avec Philippe Rivière. De par son engagement entre cartographie, art et militance, il a largement communiqué sur ce qu’est la carte et les enjeux que revêt l’acte de cartographier (Rekacewicz, 2010, 2013, 2015, 2016). Pour lui, la carte est un dialogue permanent entre l’imaginaire et le réel, une production qui représente la manière dont le cartographe voit le monde, voire comment le cartographe aimerait que soit le monde (Rekacewicz, 2010) : ce sont des informations qui passent par le filtre de la sensibilité du cartographe. Il revendique ainsi une dimension émotionnelle de la carte, qui produit un effet sur ses lecteurs, comme il en témoigne à partir de la réaction d’une personne lors d’une exposition de ses cartes : “On sent bien que, quand le cartographe a dessiné cette carte, il était très en colère !” (Rekacewicz, 2010). Par ailleurs, Philippe Rekacewicz témoigne de ce que cartographier implique et revendique le besoin de rendre compte d’une certaine forme d’imprécision – du tâtonnement du cartographe – tout comme de l’incertitude inhérente aux données que l’on utilise. Pour lui “l’esquisse permet, si l’on peut dire, de “reproduire fidèlement” l’imprécision, et surtout de la rendre légitime” (Rekacewicz, 2010). On retrouve là la réflexion à propos du croquis cartographique chez Ingold (2011, p.112). Pour Philippe Rekacewicz, c’est une façon de relativiser les connaissances représentées ou produites par la carte. Cela questionne aussi le rôle de la donnée, de la valeur qu’on lui donne, de l’accès au terrain qu’elle permet ou non : quels sont les liens que l’on choisit de conserver vis-à-vis de l’expérience ? Comment rendre compte de la chaîne de production cartographique ? Il est intéressant de souligner que Philippe Rekacewicz y voit aussi un enjeu en termes de travail collectif : une carte est rarement issue d’une seule personne et, à partir du moment où elle mobilise des données secondaires, elle implique les gens qui ont produit ces données (Rekacewicz, 2015).

    Il réfute par ailleurs la carte comme objectivation du monde et revendique une production subjective de la carte, qui est bien plus qu’un objet de référencement pour la science géographique (Rekacewicz, 2010). Dans ce registre, s’il ne rompt pas avec la cartographie régionale, il la met en discussion, à l’instar d’Elisée Reclus (Reclus, 1903 ; Monsaingeon, 2014 ; Chollier et Ferretti, 2016), en soulignant l’existence avant tout cartographique des frontières. Il parle “d’indigente représentation visuelle” à propos de la frontière (le même trait noir ou rouge) qui aplanit une réalité plus complexe et diverse de la frontière “qui divise des peuples, ou les regroupe. Soit elle menace, soit elle protège, ici c’est un mur, là un grillage, parfois une ligne et souvent… rien” (Rekacewicz, 2010). A propos de cet “aplanissement du monde” il y reconnaît également l’expression de l’occupation et de l’autorité : “c’est en tout cas les frontières qui permettent de grouper les pays et d’esquisser une géographie régionale. Mais toujours avec le risque d’exclure l’autre, de nier l’existence de “ceux qui ne sont pas dans le groupe” (Rekacewicz, 2010).

    Enfin, il perçoit dans ces différents mouvements de contre-cartographie “un exercice libre de déconstruction de l’espace et des phénomènes sociaux, pour lequel les protagonistes se permettent de pervertir les conventions les plus classiques.” (Rekacewicz, 2013). Ces pratiques cartographiques d’artistes et leurs postures critiques sont un écho extrêmement consistant et fertile pour se positionner sur les enjeux que j’ai soulevés jusqu’ici. Ces mouvements ne se privent d’ailleurs pas de discuter et de conceptualiser leur approche, dont le projet est ainsi résumé en introduction de l’ouvrage Géo-esthétique : “à travers notamment une critique des articulations entre espace, pouvoir, savoir et des géographies imaginatives, il s’agirait de défaire ces topographies instituées, autant physiques qu’imaginaires, et d’ouvrir les disciplines de l’espace et la “rationalité cartographique” (Farinelli, 2003) à une révision géo-historique.” (Quiros et Imhoff, 2014). C’est la déconstruction des usages de la cartographie et la reconnaissance d’autres formes de représentation qui permettent de se réapproprier la cartographie tout en rappelant sans cesse, dans un écho à Michel de Certeau, que la carte n’est pas le monde.
    Bibliographie

    Bavoux J-J., (2009), « Chapitre 6 – Quels sont les rapports entre la carte et le géographe ? », in Bavoux J-J. (dir), La géographie. Objets, Méthodes, Débats, Paris, Armand Colin, « U », p. 114-133.

    Beguin M. et Pumain D., (2014), La représentation des données géographiques, Paris, Armand Colin.

    Bessy C., (2012), « L’attention aux lignes », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2012/3 (n° 59-3), p. 143-149.

    Bord J-P, (2012) L’univers des cartes. La carte et le cartographe, Paris, Belin.

    Bord J-P., (1997), « Le géographe et la carte. Point de vue et questionnement de la part d´un géographe cartographe, Cybergeo : European Journal of Geography » [En ligne], Cartographie, Imagerie, SIG, document 17.

    Chollier A. et Ferretti F. (éds.), (2016), Élisée Reclus. Écrits cartographiques, Genève, Éditions Héros-Limite.

    Descola Ph., Ingold T., Lussault M., (2014), Être au monde. Quelle expérience commune ?, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

    Ginzburg C., (1980), « Signes, traces, pistes. Racines d’un paradigme de l’indice », Le Débat, 1980/6 n° 6, p. 3-44.

    Gould P. et Bailly A., (1995), Le pouvoir des cartes. Brian Harley et la cartographie. Paris, Economica, Anthopos.

    Groupe DUPONT., (1986), « GÉOPOINT 86 : La Carte pour qui ? La carte pour quoi ? : Cartes et pratiques géographiques. » Colloque Cartes géographiques et cartographie, 26 au 31 mai 1986, Avignon : Groupe DUPONT.

    Ingold T., (2011), Une brève histoire des lignes, Bruxelles, Editions Zones Sensibles.

    Monsaingeon G., (2014), Mappamundi, art et cartographie, Marseille, Ed. Parenthèses.

    Plourde M-C., (2016), « Compte-rendu de lecture, Philippe Descola, Tim Ingold, Michel Lussault – Être au monde. Quelle expérience commune ? », Revue Emulations [en ligne].

    Quiros K. et Imhoff A. (dirs.), (2014), Géo-esthétique, Paris, Éditions B42.

    Reclus E., (2002), « L’enseignement de la géographie », in J. Cornualt (éd.), Du sentiment de la nature, Charenton, Premières pierres, p. 162-164.

    Rekacewicz Ph., (2010), « La carte, un objet graphique », entretien réalisé par Vincent Casanova et Caroline Izambert, Vacarme, 50/Cahier, pp. 70-72.

    Rekacewicz Ph., (2015), « La cartographie : entre science, art et manipulation », Conférence à l’université de Lille, cycle La Carte invente le monde, le 08/12/2015 à 18:00 | Durée 01:46:18.

    Rekacewicz Ph., (2013), « Cartographie radicale », Le Monde Diplomatique, Février 2013, p.15, [en ligne].

    Rekacewicz Ph. et Tratnjek B., (2016), « Cartographier les émotions », Carnets de géographes 9, [en ligne].

    Roques G., (1992), « La carte, le géographe et le cartographe », Tréma, 1, [en ligne].

    Verdier N., (2015), « Entre diffusion de la carte et affirmation des savoirs géographiques en France. Les paradoxes de la mise en place de la carte géographique au XVIIIe siècle », L’Espace géographique, 44, p. 38-56.

    Wathelet O., (2009), « Tim Ingold, Lines. A Brief History », L’Homme, 190.

    https://cne.hypotheses.org/237
    #carte #cartographie #ressources_pédagogiques #Tim_Ingold #Philippe_Rekacewicz #cartographie_critique #géographicité #géographie #récit #carte_comme_récit #normativité #fabrique_cartographique #modernité #rationalité #positivisme #colonialisme #récits_nationaux #nationalisme #contre-cartographie #art #ligne #mémoire #distanciation #croquis_cartographique #croquis #cartographie_indiciaire #être_au_monde #spatialité #espace #expérience #matérialisation #communication #Christian_Jacob #fictions_esthétiques #imaginaire #réel #sensibilité #émotions #imprécision #tâtonnement #incertitude #esquisse #donnée #données #subjectivité #objectivité #frontière #frontières #aplanissement #occupation #autorité #contre-cartographie

    @reka

  • « #Habiter le monde, c’est être libre de se déplacer »

    Exister, c’est « sortir de soi et de chez soi ». Pourtant, les hommes sont-ils égaux quand il s’agit de vivre chez l’autre ?, interroge la philosophe ivoirienne #Tanella_Boni dans un récit très personnel.

    Invitée à s’interroger sur le verbe « habiter » pour la collection « Paradisier » des éditions Museo, la philosophe ivoirienne Tanella Boni ne livre pas un essai aride sur ce qu’habiter le monde peut vouloir signifier. Au contraire, elle a opté pour un récit personnel et intime. C’est qu’en plus d’être professeure de philosophie à l’Université Félix Houphouët-Boigny à Abidjan, l’actuelle membre du comité d’organisation de la Fédération internationale des sociétés de philosophie est aussi une romancière (prix Ahmadou-Kourouma 2005 pour Matins couvre-feu) et une poétesse reconnue.

    A partir de son expérience de vie entre Abidjan et Toulouse et de ses souvenirs d’enfance, elle questionne cette « spécificité humaine » qu’est l’habiter, qui s’exprime de diverses manières à travers les âges et les cultures. « En Afrique, explique-t-elle au Monde, on oublie peu à peu comment vivre avec l’ensemble du vivant. Il ne s’agit certes pas de revivre comme avant, mais on peut néanmoins s’interroger sur l’érosion de ce lien avec le vivant qui nous amène à construire des villes sans espaces verts, par exemple, ou à utiliser des matériaux modernes introduits par le colonisateur et qui nous oblige à utiliser la climatisation, alors que l’on n’en avait pas besoin avant. Il est important de revaloriser les savoir-faire locaux pour contrer cette obsession moderniste. »
    Lire aussi La Colonie, quartier général de l’intelligentsia « décoloniale »

    Dans Habiter selon Tanella Boni, elle montre comment en Côte d’Ivoire, dans des temps pas si anciens, « l’eau, la terre, le feu, le vent, l’arbre et l’animal étaient parties prenantes de la société des humains qui vivaient en symbiose avec la nature. Des valeurs fondamentales – comme la solidarité – trouvaient leur ancrage dans cette société hiérarchisée où les inégalités avaient toute leur place. On était solidaire parce qu’il y avait des puissants et des faibles, des hommes et des femmes, des enfants et des personnes âgées. » Il importe aujourd’hui, affirme-t-elle, de revaloriser ces savoir-faire traditionnels qui « ont fait leurs preuves » et permettent d’habiter durablement le monde, de manière écologique, et de renoncer à la standardisation de la mondialisation qui a abouti à l’effacement des mondes locaux.
    « Profondes empreintes »

    Tanella Boni rappelle qu’habiter le monde ne se dit pas uniquement dans des structures matérielles, mais s’exprime également dans les imaginaires et les langues que l’on vit. Or le « grand chambardement » qu’a été la colonisation a profondément bouleversé les manières africaines d’être au monde et frappé les esprits et les psychés. En imposant, par exemple, un droit colonial sur des lois coutumières, la France a introduit de la dissonance dont l’écho retentit encore aujourd’hui contribuant aux délétères – et parfois meurtriers – conflits fonciers. « Le pays dominant laisse toujours de profondes empreintes sur nos manières de penser et d’agir », écrit-elle. La question qui se pose alors est de savoir comment ne pas être habité par l’ancien colon.

    En pillant et en détruisant les œuvres d’art, dont il est question aujourd’hui de les restituer aux Etats africains demandeurs, c’est tout une manière d’habiter les mondes que la colonisation a sapée. Les statuettes que les Baoulé, Wan, Gouro, Mona désignent par ce que l’on pourrait traduire par « humains de bois », analyse Tanella Boni, ne sont jamais des objets mais « l’esprit d’un humain qu’un sculpteur qui a appris les règles de son art “rencontre”. Il sculpte ou incruste cet esprit dans le bois » et ensuite les « humains de bois » « jouent leur propre rôle, de protection des vivants ».

    En procédant de la sorte, la France coloniale a affirmé haut et fort aux colonisés que le monde qu’ils habitaient n’étaient pas le leur, comme l’Europe ou les Etats-Unis peuvent le proclamer aujourd’hui à la face de ceux que l’on qualifie désormais de « migrants ». Or, explique Tanella Boni, « se déplacer dans une autre région de son pays fait partie de l’habiter. Migrer dans un autre pays, c’est aussi habiter. (…) Habiter, ce n’est pas être figé en un lieu », c’est se mouvoir, « être libre de se déplacer », et évoluer, ne pas être fermé sur soi.

    Habiter, c’est se sentir chez soi. Mais il arrive que l’on puisse être étranger chez soi, lorsque l’on est mis au ban de la société, à l’image des enfants microbes, ces enfants des rues d’Abidjan qui volent, agressent et parfois tuent. L’on peut également être étranger chez soi lorsqu’il s’agit d’« habiter un monde hétéronormé et patriarcal dans un corps de femme », explique encore Tanella Boni, qui a été pendant deux décennies la seule femme à enseigner au département de philosophie de l’université Félix Houphouët-Boigny.
    « Strates d’habitation »

    Les appartenances sont mouvantes et relèvent aussi d’un choix. En cela, migrer n’est pas une sinécure. C’est une épreuve existentielle qui renvoie « à une manière d’exister, d’être et de connaître ». Epreuve, car il n’est pas toujours aisé d’endosser différentes « strates d’habitation », de composer sa manière de vivre et d’être au monde à partir des différents legs qui sont les nôtres, qu’il s’agisse d’éléments culturels ou de langues. Comment alors se dire soi dans la langue de l’autre ? En l’apprivoisant et en la faisant sienne sans pour autant oublier sa propre langue, suggère l’écrivaine, qui confie se situer « à la croisée des langues », c’est-à-dire écrire en français « en présence d’autres langues qui [l]’habitent ».

    La migration est épreuve également parce qu’elle « n’en finit pas de durer, puisqu’elle apparaît comme un passage éprouvant pour le corps, la mémoire, l’imagination, et toutes nos facultés ». La schizophrénie guette lorsque l’on éprouve une double absence, celle du pays de départ et celle du pays d’arrivée qui refuse de vous accueillir pleinement. « Vivre entre ici et là-bas, ne pas savoir où l’on habite est une histoire de folie qui peut durer toute une vie. » Et de rappeler qu’exister, c’est littéralement « sortir de soi et de chez soi ». Dès lors, refuser aux migrants le droit de vivre hors de chez eux n’est rien d’autre que nier leur humaine condition. Et rejouer la partition coloniale qui distinguait en l’Occident une zone de l’être et dans les pays colonisés, une zone du non-être.

    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/11/10/habiter-le-monde-c-est-etre-libre-de-se-deplacer_6018695_3212.html#xtor=AL-3
    #mobilité #liberté #liberté_de_circulation #être_au_monde #colonisation #Afrique #solidarité #droit_colonial #lois_coutumières #foncier #conflits_fonciers #chez_soi #langue #langues #corps #mémoire #double_absence
    #faire_monde
    ping @karine4 @cede

  • Les bouquetins jouent à saute-frontière alors que les êtres humains (certains êtres humains, les #indésirables...)

    Dans le parc du #Mercantour, les bouquetins jouent à saute-frontières

    Parmi les actions de coopération entre la France et l’Italie soutenues par l’Union européenne, un programme vise depuis 2017 à recenser et protéger la population de bovidés.

    La #montagne n’ayant pas de #frontières, les projets ont très vite pris une envergure européenne.


    https://www.liberation.fr/france/2019/05/09/dans-le-parc-du-mercantour-les-bouquetins-jouent-a-saute-frontieres_17259

    #animaux #frontières_ouvertes #differential_inclusion #humains #êtres_humains

    ping @reka

  • L’#Homo_sapiens est bien sûr africain, mais il n’est pas celui que vous croyez…
    https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/culture-africaine/lhomo-sapiens-est-bien-sur-africain-mais-il-nest-pas-celui-que-vous-cro

    L’Homo sapiens, l’#être_humain actuel, est apparu en Afrique. Mais des découvertes faites à Djebel Ihroud (ouest du Maroc) par le paléoanthropologue français Jean-Jacques Hublin et son collègue marocain Abdelouahed Ben-Ncer montrent que notre ancêtre direct n’est pas né dans l’est de l’Afrique. Et qu’il a 100.000 ans de plus que prévu… Entretien avec le professeur Hublin.

    #humanité #paléontologie

    • Je trouve ça bien d’apporter des conclusions disruptives. Mais abusé de parler d’une origine unique sachant le nombre de croisement d’espèces de pré-humains qui nous composent. C’est sur que la vieille théorie du TGV arbre-iphone ne tient pas la route.

  • Le véganisme fait-il le jeu du capitalisme ? (France Culture, 27.02.17)
    https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/le-veganisme-fait-il-le-jeu-du-capitalisme

    « Être anti-vegan, c’est défendre l’unité du genre humain » (Paul Ariès, L’Humanité, 30.01.2019)
    https://www.humanite.fr/alimentation-etre-anti-vegan-cest-defendre-lunite-du-genre-humain-667130

    Les #vegan sont les chevaux de Troie de l’#industrialisation et de la #dépolitisation des enjeux agricoles et alimentaires. Voilà plusieurs années que de grands PDG […], affirment qu’il faut en finir avec la viande d’élevage. Leur objectif est d’imposer sur le #marché les fausses viandes, qu’elles soient végétales ou cellulaires. Ces dernières relèvent de la prouesse #biotechnologique.
    […]
    Oui, mais je n’oppose pas #protéines végétales et protéines animales. Or, c’est cela, le piège tendu. On est en train de nous faire croire que notre régime alimentaire d’#omnivores a intrinsèquement une responsabilité dans la #crise_climatique ou celle de la #faim. Or c’est faux. C’est le développement de l’#élevage_industriel et intensif qui conduit aux travers environnementaux et sanitaires que l’on sait. Et c’est précisément cette responsabilité que le #capitalisme refuse de nommer.
    […]
    Le mouvement vegan est la figure de proue du courant #antispéciste, derrière lequel on trouve un philosophe clé, Peter Singer, auteur de la #Libération_animale, qui prône l’égalité entre tous les #êtres_vivants. Cela peut paraître une belle idée, mais il nous dit très vite qu’un jeune chien est plus digne d’intérêt qu’un nourrisson, qu’un grand handicapé ou qu’un vieillard sénile. Il réintroduit de la division, et elle n’est pas spécifiquement favorable à nos frères humains.

  • « Mettre fin à l’#impunité des agresseurs » avec #Isabelle_Attard

    Comment libérer la parole autour des #violences_sexistes et sexuelles ? Comment mettre un terme à l’impunité des agresseurs ? Isabelle Attard nous répond à l’occasion du salon « Des livres et l’alerte » qui se tenait à la Maison des métallos à Paris le 17 novembre 2018.


    https://radioparleur.net/2019/01/24/isabelle-attard-entretien
    #sexisme #violences_sexuelles

  • Cynthia Fleury : « Le #travail doit faire lien avec l’#émancipation et non pas avec la survie » | L’Humanité
    https://www.humanite.fr/cynthia-fleury-le-travail-doit-faire-lien-avec-lemancipation-et-non-pas-ave

    Si vous détruisez le sujet, vous en faites ce que Christopher Lasch (2) a appelé le «  moi minimal  » pour définir les individus détruits dans les camps de concentration nazis. Le sujet se retrouve avec un «  moi  » totalement érodé, incapable de «  faire lien  », pris au piège de l’ultraconcurrence. Dès lors il n’a plus ni la capacité, ni la volonté, ni même le désir de la fraternité et de la solidarité. Il survit. Les sociétés de survie ne sont pas des sociétés de solidarité malgré ce que l’on croit. Les individus, rongés par le découragement, ne croient plus dans l’État de droit, ils n’attendent plus rien de lui, et se tournent insensiblement vers des régimes de repli, xénophobes, populistes. L’État de droit se nourrit directement du souci de l’État de droit, et ce souci, seul l’individu-sujet peut le ressentir.

  • Cette manie de coller des étiquettes sur tout le monde, beaucoup trop à droite, trop libéral, trop directrice...
    Si je vous ai bloqué, ce n’est pas, par malhonnêté. D’abord, c’est mon droit. Je ne supporte pas l’intolérance, je ne supporte pas non plus le #féminisme_de_la_troisième_vague qui tire sur tout ce qui n’est pas d’accord avec elles.
    Juger les autres parce qu’elles ne parlent pas comme vous, n’utilisent pas les mêmes terminologies #féministes, n’aident pas la cause.
    Tu me demandes la nuance ?
    Je suis pour défendre les intérêts spécifiques des femmes avec les hommes plutôt que contre eux, et en faisant passer le réel avant l’idéologie. Certaines y arrivent très bien, même en ayant vécu des situations pénibles, je suis fière d’en faire partie.
    Le féminisme victimaire, paranoïaque, obsédé par la théorie du genre et sa lecture patriarcale de la société, profondément sexiste. NON MERCI ! Avec ce #féminisme, il n’y a plus de revendications d’une place égalitaire dans notre société, vous choisissez de déshumaniser, d’intimider et d’abuser des hommes en raison de vos propres insécurités.
    Donc en tant que femme, je ne me reconnais pas du tout dans ces discours. Je dois être d’une autre génération ou anti féministe... et donc, forcement avec vos opinions voués aux gémonies.
    Ce sera ma dernière intervention, je n’ai plus de temps à perdre avec ces débats stériles et stupides. @touti @mad_meg

    • Chère @aude_v, je vais te répondre et contrairement à toi puisque tu l’as signalé dans ton message chez @mad_meg je ne vais pas te bloquer parce que j’apprécie tes interventions.
      Bien que cela me laisse indifférente, je ne suis pas d’accord qu’on me classe comme une personne ignorante, avec peu d’empathie, immature pour certaines...D’abord, on ne se connait pas.
      Je peux le dire ici, j’ai utilisé le hashtag #MeToo comme une grosse partie de mon réseau. Nous avons toutes (moi y compris) été émues par cet élan des victimes cloîtrées dans le silence depuis trop longtemps et effrayées aussi du nombre d’amies proches ou lointaines qui comme moi avaient traversé des épreuves similaires sans que le sujet n’ait jamais été abordé entre nous. Je déplore aujourd’hui ce que ce mouvement est devenu. Je ne vais pas rentrer dans les aspects négatifs ici, j’imagine que tout le monde sait de quoi je parle concernant les dérives comme les amalgames abusifs, les dénonciations calomnieuses, etc. Donc, le concept de Culture du viol, au sens large, pour moi, n’a rien de théorique.
      Cela dit, ces dernières années un #féminisme est apparu qui au lieu de désigner celles et ceux qui veulent l’#égalité homme-femme, s’est mis à être employé pour parler avec les plus #radicales.
      Je n’aime pas l’intolérance comme je n’aime pas non plus les féministes qui disent aux autres femmes ce qu’elles doivent croire et supporter. Dans mon entourage, malheureusement c’est arrivé. Je n’accepte pas qu’on me dise comment être féministe. Chaque #femme possède le droit de faire ses propres choix.
      Car on ne “devient” pas #féministe. Le féministe c’est un courant idéologique, dont on adhère aux concepts ou on n’y adhère pas.
      Hélas, les gens deviennent très rapidement dogmatiques, et pour eux il n’y a qu’un seul courant de pensée valable. Tous ceux qui n’y adhéreraient pas seraient bêtes. Il n’y aurait selon eux que le mal et le bien, que le noir et le blanc, pourtant, dans mon monde, je constate qu’il y a une myriade de gris et je ne vois pas pourquoi on devrait les stigmatiser.
      Quel est mon type de féminisme ?
      Ma vision subjective : j’attends un féminisme qui se construise davantage "en alliance avec les #hommes." Un féminisme qui ne vise pas à dominer l’homme, en tout cas pas à ce que les femmes dominent les hommes. En revanche, il invite les hommes à se dominer eux-mêmes au lieu de chercher à dominer les femmes. Il traite les hommes en adultes capables de se maîtriser et de réfléchir à leur mode de pensée et d’action, et non en grands enfants en butte à leurs caprices. Il revendique pour les femmes la même responsabilité.
      Merci de m’avoir lu. :-)

  • Je colle ça ici parce qu’au début je pensais le mettre en commentaire d’un billet de @tetue
    https://seenthis.net/messages/661848
    mais la maison de La Dame de Saint-Lunaire me semble un peu décalé du travail d’ Elizabeth Faure.

    C’est l’histoire d’une femme qui a vécu à Saint-Lunaire entre 1950 et 1991, et qui pendant 40 ans a construit sa maison de bric et de broc à la manière du facteur Cheval.
    Il y a ce que les gens racontent de cette construction et de cette femme. Certains parlent de « la folle de St Lunaire ». D’autres l’appellent la Dame de Saint-Lunaire, Madame Devidal, Jeanne, Tante Jeanne, Taja, la Pauv’ P’tite Mère, Madame Cageot... Bref, le Mystère de Jeanne reste entier...

    Lire la suite sur KuB : http://www.kubweb.media/page/agathe-oleron-dame-saint-lunaire
    http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/48580_1


    https://www.unidivers.fr/folle-dame-de-saint-lunaire
    http://lepoignardsubtil.hautetfort.com/archive/2016/06/01/annuel-festival-de-cinema-autour-de-l-art-singulier-a-n
    http://lepoignardsubtil.hautetfort.com/tag/jeanne+devidal
    #Jeanne_Devidal #Anarchitecture #Bretagne

    Il arrive que l’homme magnifiquement seul, rêve sa demeure et entreprend de l’édifier à l’image de ses désirs. Jeanne Devidal a été cet humain magnifiquement seul décrit par André Breton. Une femme qui s’adressait ainsi à ses contemporains : Vous êtes la bagarre d’un monde qui chavire, mais qui chavire ! et qui ne fait que ça. D’un anticonformisme assumé, exposé publiquement contre vents et marées, la Dame de Saint-Lunaire nous revient sous la forme d’un documentaire d’auteur..

  • Sandokan, Une histoire de camorra, Nanni Balestrini chez @entremonde
    https://entremonde.net/sandokan

    Un extrait de la Préface de Roberto Saviano

    Quand ce livre de Nanni Balestrini fut publié, plu­sieurs d’entre nous – qui vivions dans un ter­ri­toire plongé dans l’ombre – ont eu la sen­sa­tion qu’il se pas­sait enfin quel­que chose. Ce quel­que chose était la lit­té­ra­ture, capa­ble d’ouvrir comme un passe-par­tout les grilles de l’his­toire de ce ter­ri­toire. Raconter était enfin pos­si­ble. Et c’était même néces­saire pour tenter une quel­conque résis­tance. « Ici il y a un petit pont qui relie notre vil­lage au vil­lage voisin et au milieu du pont il y a un pan­neau où il y a écrit Bienvenue à mais le nom du vil­lage ne se lit pas car il est effacé par une quan­tité de trous noirs ». C’est le pan­neau qui donne la bien­ve­nue à Casal di Principe, vil­lage sous tutelle, où rien n’est permis, avec les trous des pro­jec­ti­les qui met­tent en garde. Sous le pont qui conduit au vil­lage déferle le fleuve en crue des paro­les de Nanni Balestrini, des mots entre­la­cés qui se super­po­sent et s’enchaî­nent, sans aucun appui qui don­ne­rait au lec­teur la pos­si­bi­lité de se repo­ser et repren­dre haleine.

    Sandokan n’est pas un roman sur la camorra, ce n’est pas non plus un repor­tage romancé, ni une enquête ; c’est un flux d’expé­rien­ces et de réflexions, une trace pérenne, une phé­no­mé­no­lo­gie de l’exis­tence à l’époque de la camorra. C’est en effet un récit sans ponc­tua­tion, comme peut l’être l’ora­lité d’une dis­cus­sion échangée dans un bar de pro­vince dans la déso­la­tion d’un après-midi. Et d’ailleurs, il s’agit bien d’une dis­cus­sion dans un bar. La voix du nar­ra­teur est celle d’un jeune homme qui voit sa vie se former et se cons­truire dans le laps de temps où le clan des Casalesi a atteint, avec Antonio Bardellino, le sommet le plus élevé de l’économie mon­diale et du pou­voir poli­ti­que et mili­taire. Vendettas, escro­que­ries, opé­ra­tions finan­ciè­res, morts inno­cents, élections tru­quées, une pro­vince d’Italie – celle qui res­sort des paro­les du jeune homme – qui fac­ture des capi­taux astro­no­mi­ques ensuite inves­tis n’importe où dans le monde grâce à la mor­ti­fi­ca­tion de ce ter­ri­toire. Une accu­mu­la­tion dont l’ori­gine vio­lente se méta­mor­phose ensuite en économie légi­time, en opu­lence bourgeoise.

    Pas le courage de taper un extrait significatif et pas de pdf disponible. Ce texte est #beau (malgré les coquilles)

    #étrennes #livre #nanni_Balestrini

  • On oublie à quel point faire de l’« homme » un mot neutre est problématique | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/154106/femme-homme-changer-sexe

    On touche là à un point de crispation très français alors que le terme humain progresse au niveau international. Peut-on parler de luttes d’influences, de résistance des élites au pouvoir ? Le mystère reste entier pour cette langue qui se prétend universelle, avec un génie propre. Pourtant, cet usage pose de nombreuses questions. Lucy, notre ancêtre, était-elle un homme préhistorique ? La phrase semble bancale, incorrecte. Ajouter une capitale (majuscule) ne change rien : Lucy ne sera jamais un « Homme préhistorique ».

    #homme #humain #DroitsHumains #LangueFrançaise

  • « Droit à un toit ou droit dans le mur ? Pour une VRAIE politique de lutte contre le sans-abrisme à Bruxelles ». DoucheFlux

    Rendez-vous le lundi 18 septembre à partir de 12h, habillé(e) d’un sac #poubelle, place Saint-Jean… à un jet de pierre du #Parlement bruxellois !

    Avant de rejoindre la place Saint-Jean, aboutissement de la “marche rouge (de colère)” du 18/9 de 12h à 14h, il convient de s’habiller d’un sac #poubelle, dans lequel vous aurez pratiqué un trou pour votre tête et deux pour vos bras.

    L’idéal est de revêtir votre sac poubelle le plus tôt possible dans la matinée. Vous attirerez ainsi l’attention de votre conjoint au petit déjeuner, des piétons dans la rue, des navetteurs dans le métro, des clients dans la boulangerie, de vos collègues de travail, etc., et vous pourrez leur expliquer le but du mouvement, leur donner un tract (voire un sac poubelle déjà prêt à l’emploi) et les inviter à rejoindre la marche.

    L’idéal est de se rendre à la place Saint-Jean du plus loin possible à pied. Ainsi, à mesure que les « marcheurs rouge (de colère) » s’en rapprocheront, ils seront de plus en plus nombreux sur les trottoirs, pour finalement remplir totalement la place Saint-Jean.

    12h-12h30 : 5 prises de parole
    12h30 – 12h45 : forum ouvert avec des parlementaires bruxellois
    13h : déchirement des sacs poubelle sur le cri « On n’est pas des déchets ! / We zijn niet waardeloos ! »
    13h30 : installation de l’étendard devant le Parlement bruxellois
    En permanence : des banderoles, des slogans, un hymne et du bruit

    Source : http://droitauntoit-rechtopeendak.brussels/fr/demo

    https://www.facebook.com/Droit-à-un-toit-ou-dans-le-mur-Recht-op-een-dak-of-het-dak-op-kunnen--1981

    #sans-abris #Bruxelles #Belgique #DoucheFlux

    • La crise du Samusocial ne serait qu’une déplorable « affaire » si elle n’avait surgi sur le fond d’un constat sur lequel La Strada vient de mettre un chiffre : depuis 2008, le nombre de personnes sans abri et mal logées a quasiment doublé à Bruxelles. Cela sonne comme un échec cinglant de la politique en la matière. Les causes de cet échec incluent, entre autres, l’opacité des pratiques et des arbitrages politiques, un manque général de moyens accordés aux acteurs de terrain, la mise en concurrence de ces acteurs, le manque de prise en considération de leurs avis et recommandations lancinantes, leur inscription forcée dans les logiques intégratives de l’« État social actif », une augmentation frénétique des moyens financiers alloués à certains acteurs de l’urgence sociale, le manque catastrophique de logements accessibles et l’absence d’une politique de prévention digne de ce nom.  Le secteur de l’aide aux sans-abris dénonce une politique de gestion des conséquences et réclame une politique intégrée, cohérente et ambitieuse de lutte contre le sans-abrisme, qui s’attaque également aux causes du phénomène.

      Or, malgré les scandales liés à la Ville de Bruxelles, les pouvoirs subsidiants prévoient d’encore augmenter, dès 2017 et pour les années à venir, le budget alloué au Samusocial. Parallèlement, une nouvelle ordonnance est sur le point d’être adoptée, qui crée une nouvelle mégastructure dont la position sera dominante. Au vu des dérives déjà constatées, il apparaît judicieux de contester, en concertation avec l’entièreté du secteur, la pertinence et l’opportunité de ces décisions.
      La Commission d’enquête parlementaire consacrée au Samusocial délibère principalement sur des questions de gouvernance, et non sur l’organisation politique de la lutte contre le sans-abrisme. Nous appelons les parlementaires membres de cette commission, ainsi que tous les partis représentés au Parlement régional, à aller plus loin dans la réflexion, en mettant immédiatement sur pied une Assemblée décisionnelle, qui permette une véritable concertation avec le secteur, basée sur les données objectives déjà récoltées, les recommandations déjà formulées et les recherches déjà menées. Cette Assemblée décisionnelle arrêtera son propre agenda et définira ses urgences et priorités. En rassemblant tous les opérateurs concernés par la problématique − sans oublier les bénéficiaires, les politiques, les académiques, la société civile et les secteurs limitrophes −, cette Assemblée décisionnelle dépassera la « Concertation de l’aide aux sans-abri », qui doit par ailleurs être maintenue. Cette Assemblée doit aboutir à un consensus quant aux décisions à prendre, dès à présent et pour le reste de la législature. C’est elle aussi qui doit adresser une feuille de route aux décideurs de la prochaine législature.

      Ensemble, nous pouvons faire de la crise du Samusocial une opportunité et rediriger les curseurs vers la fin du sans-abrisme.

      Pour appuyer le présent appel, une marche rouge (de colère) aura lieu le 18 septembre 2017, jour de la rentrée parlementaire.

      Pour signer cet appel et participer à la marche du 18 septembre, rendez-vous sur

      http://droitauntoit-rechtopeendak.brussels

      #sans-abrisme #enfants #femmes #hommes #etres_humains #corruption #Samusocial

  • Le Zen dans l’art de l’écriture, par Ray Bradbury
    http://www.leportagesalarial.com/etre-creatif-livre-ray-bradbury

    La créativité peut être définie comme un don ou un talent. Pour autant, sans travail, sans discipline, sans exigence, sans remise en question permanente et sans ouverture d’esprit, la créativité ne peut s’exprimer dans toute son ampleur.

    #Auto-entrepreneur #Conseils #etre_créatif #gestion_du_stress #productivité

  • #références_arts #liste
    /
    Pig 05049, Christien Meindertsma
    Après 3 ans de recherches, tous les produits faits à partir de morceaux d’un cochon sont répertoriés par cette artiste.
    http://christienmeindertsma.com/index.php?/books/pig-05049
    /
    Dana Ellyn
    tableaux
    http://www.danaellyn.com
    /
    Sin palabras (Sans mots), Roger Olmos
    illustrations exposant le spécisme
    https://www.behance.net/gallery/14522461/SENZAPAROLE
    /
    Rosa B./Insolente Veggie
    illustrations BD
    http://www.insolente-veggie.com
    /
    /
    /
    #être #sentient#objet