• #IRAK, DESTRUCTION D’UNE NATION

    Des premiers jours de la #guerre Iran-Irak, en 1980, à la chute de #Daech, pour la première fois une série documentaire raconte l’histoire de la destruction de l’Irak. Retour sur 40 ans qui ont changé le monde. Pour comprendre les ressorts de cette tragédie, il faut remonter aux racines des relations entre l’Irak, les #États-Unis_d'Amériques et la #France. Mensonges, trahisons, manipulations, alter-vérité : décryptage d’une tragédie aux conséquences mondiales.
    Depuis les coulisses des ventes d’armes dans les années 1980, en passant par les conséquences de la première #guerre_du_Golfe en 1991, la naissance de l’idéologie qui a poussé à la guerre de 2003, jusqu’à l’émergence du monstre Daech, voici l’histoire de quatre décennies qui ont redessinées le #Moyen-Orient.
    A travers les destinées singulières de personnages clés, figures célèbres ou anonymes, pour la première fois, le destin de l’Irak sera raconté en images. Grâce à des accès exclusifs et à la découverte de documents jusque-là classés #secrets_défense, ce polar #géopolitique montrera combien la destinée de l’Irak a encore aujourd’hui des conséquences sur nos vies.

    https://www.francetvpro.fr/contenu-de-presse/7135030

    Episode 1 - L’Allié
    Aux premiers jours de 1980, #Saddam_Hussein, alors perçu comme un moderniste par les nations occidentales s’engage dans une guerre totale contre son voisin iranien. L’Europe et les États-Unis voient le Raïs comme un bouclier contre l’obscurantisme islamiste des Mollahs. Pour empêcher leur victoire, tout est permis à l’Irak, y compris l’utilisation d’armes chimiques fournies par plusieurs entreprises occidentales. Le président américain #Ronald_Reagan enclenche même une coopération militaire avec Bagdad qui s’avèrera décisive. La guerre s’achève sur une victoire à la Pyrrhus après huit ans de conflit… Saddam, déjà rongé par son égo, s’imagine protégé par Washington, Londres et Paris. Il se trompe.

    Episode 2 - L’Adversaire
    Persuadé que les grandes puissances le laisseront faire, Saddam Hussein envahit le #Koweït le 2 août 1990. Américains, anglais et français s’accordent pour punir l’Irak, sans vraiment chercher de solution diplomatique. La guerre du Golfe (janvier – février 1991) est aussi rapide que dévastatrice : les Irakiens sous un déluge de feu voient leurs infrastructures rasées. 100 000 soldats et au moins 60 000 civils meurent. S’ensuit un embargo long de douze ans, qui va faire payer au peuple irakien la mégalomanie de son président. Des centaines de milliers d’enfants périssent de malnutrition, la société irakienne régresse alors que commence une islamisation rampante de la jeunesse. Loin de l’avoir fait tomber, l’embargo renforce le régime de Saddam Hussein.

    Episode 3 - Le Condamné
    Pour une partie de la classe politique américaine, faire chuter le dictateur irakien est une obsession. Les attentats du #11_septembre leur offrent une opportunité unique d’y parvenir. Pour justifier la guerre à venir, Washington ment et accuse Saddam Hussein de posséder des armes de destruction massive et d’avoir soutenu les terroristes d’#Al_Qaïda responsables du 11-Septembre. Après une guerre éclair, la Maison Blanche administre le pays dans l’improvisation. Le chaos s’installe. D’un statut de libérateurs, les soldats américains deviennent des envahisseurs aux yeux des Irakiens. La société irakienne cède à la violence interconfessionnelle : Sunnites et chiites irakiens s’affrontent dans une guerre inédite.

    Episode 4 - Le Fantôme
    En 2007, en pleine guerre civile, le fantôme de Saddam Hussein, exécuté un an plus tôt pour crime contre l’humanité, plane sur l’Irak. Le Raïs était un dictateur, mais il avait réussi à tenir le peuple irakien composé de Sunnites, de Chiites et de minorités ethniques et religieuses. Les Américains, eux, sont dépassés par la violence qui déchire le pays où le terrorisme islamiste prospère. A coups de millions de dollars, les #USA financent les tribus sunnites pour combattre Al Qaïda en Irak et soutenir le nouveau régime. Mais #Barack_Obama décide le retrait des troupes américaines d’Irak en 2011 et laisse ainsi le champ libre au voisin iranien qui impose son influence. Une seconde guerre civile éclate entre les chiites soutenus par l’#Iran et les sunnites dont beaucoup rejoignent à nouveau les rangs d’Al Qaïda en Irak, rebaptisé « Etat Islamique en Irak et au Levant » : Daesh. De l’état irakien, il ne reste alors plus grand chose.

    #terrorisme #Jean-Pierre_Canet

  • Like after #9/11, governments could use coronavirus to permanently roll back our civil liberties

    The ’emergency’ laws brought in after terrorism in 2001 reshaped the world — and there’s evidence that it could happen again.

    With over a million confirmed cases and a death toll quickly approaching 100,000, Covid-19 is the worst pandemic in modern history by many orders of magnitude. That governments were unprepared to deal with a global pandemic is at this point obvious. What is worse is that the establishment of effective testing and containment policies at the onset of the outbreak could have mitigated the spread of the virus. Because those in charge failed to bring in any of these strategies, we are now seeing a worrying trend: policies that trample on human rights and civil liberties with no clear benefit to our health or safety.

    Broad and undefined emergency powers are already being invoked — in both democracies and dictatorships. Hungary’s Prime Minister Viktor Orban was granted sweeping new powers to combat the pandemic that are unlimited in scope and effectively turn Hungary’s democracy into a dictatorship. China, Thailand, Egypt, Iran and other countries continue to arrest or expel anyone who criticizes those states’ response to coronavirus.

    The US Department of Justice is considering charging anyone who intentionally spreads the virus under federal terrorism laws for spreading a “biological agent”. Israel is tapping into previously undisclosed smartphone data, gathered for counterterrorism efforts, to combat the pandemic. States in Europe, anticipating that measures against Covid-19 will violate their obligations under pan-European human rights treaties, are filing official notices of derogation.

    A chilling example of the effects of emergency powers on privacy rights and civil liberties happened during the aftermath of the September 11, 2001 attacks and the resulting “war on terror”, in which successive US presidents pushed the limits of executive power. As part of an effort to protect Americans from security threats abroad, US government officials justified the use of torture in interrogation, broad state surveillance tactics and unconstitutional military strikes, without the oversight of Congress. While the more controversial parts of those programs were eventually dismantled, some remain in place, with no clear end date or target.

    Those measures — passed under the guise of emergency — reshaped the world, with lasting impacts on how we communicate and the privacy we expect, as well as curbs on the freedoms of certain groups of people. The post-September 11 response has had far-reaching consequences for our politics by emboldening a cohort of populist leaders across the globe, who ride to election victories by playing to nationalist and xenophobic sentiments and warning their populations of the perils brought by outsiders. Covid-19 provides yet another emergency situation in which a climate of fear can lead to suspension of freedoms with little scrutiny — but this time we should heed the lessons of the past.

    First, any restriction on rights should have a clear sunset clause, providing that the restriction is only a temporary measure to combat the virus, and not indefinite. For example, the move to grant Hungary’s Viktor Orban sweeping powers has no end date — thus raising concerns about the purpose of such measures when Hungary is currently less affected than other regions of the world and in light of Orban’s general penchant for authoritarianism.

    Second, measures to combat the virus should be proportional to the aim and narrowly tailored to reach that outcome. In the case of the US Department of Justice debate as to whether federal terrorism laws can be applied to those who intentionally spread the virus, while that could act as a potent tool for charging those who actually seek to weaponize the virus as a biological agent, there is the potential for misapplication to lower-level offenders who cough in the wrong direction or bluff about their coronavirus-positive status. The application of laws should be carefully defined so that prosecutors do not extend the boundaries of these charges in a way that over-criminalizes.

    Third, countries should stop arresting and silencing whistleblowers and critics of a government’s Covid-19 response. Not only does this infringe on freedom of expression and the public’s right to know what their governments are doing to combat the virus, it is also unhelpful from a public health perspective. Prisons, jails and places of detention around the world are already overcrowded, unsanitary and at risk of being “superspreaders” of the virus — there is no need to add to an at-risk carceral population, particularly for non-violent offenses.

    Fourth, the collectors of big data should be more open and transparent with users whose data is being collected. Proposals about sharing a person’s coronavirus status with those around them with the aid of smartphone data should bring into clear focus, for everyone, just what privacy issues are at stake with big tech’s data collection practices.

    And finally, a plan of action should be put in place for how to move to an online voting system for the US elections in November 2020, and in other critical election spots around the world. Bolivia already had to delay its elections, which were key to repairing its democracy in a transitional period following former President Evo Morales’s departure, due to a mandatory quarantine to slow the spread of Covid-19. Other countries, including the US, should take note and not find themselves flat-footed on election day.

    A lack of preparedness is what led to the current scale of this global crisis — our rights and democracies should not suffer as a result.

    https://www.independent.co.uk/voices/911-coronavirus-death-toll-us-trump-government-civil-liberties-a94586

    #le_monde_d'après #stratégie_du_choc #11_septembre #coronavirus #covid-19 #pandémie #liberté #droits_humains #urgence #autoritarisme #terrorisme #privacy #temporaire #Hongrie #proportionnalité #liberté_d'expression #surveillance #big-data #données

    ping @etraces

  • Prendre une « année de repos et de détente » avec Ottessa Moshfegh
    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/110919/prendre-une-annee-de-repos-et-de-detente-avec-ottessa-moshfegh

    Ottessa Moshfegh est une écrivaine à la réputation sulfureuse aux États-Unis et son nouveau roman, « Mon année de repos et de détente », n’est pas près d’arranger son cas. Tant mieux pour nous, car ce drôle de récit aux allures punk est aussi un très beau livre de deuil, qui bute sur le 11-Septembre.

    #La_rentrée_littéraire_de_septembre_2019 #11_Septembre,_Rentrée_littéraire_2019,_littérature_américaine,_Ottessa_Moshfegh

  • Le touriste, l’#émotion et la #mémoire_douloureuse

    Les lieux de mémoires douloureuses comptent aujourd’hui parmi les destinations prisées d’un tourisme mondialisé. L’article s’attache aux modalités expérientielles et émotionnelles qui participent de l’agencement de leurs visites, en analysant les #scénographies et les parcours, mais aussi l’expression des émotions par les touristes comme celle de leur convenance et de leur adéquation aux lieux. Les émotions constituent ainsi un opérateur spatialisé de mémoire, fondé sur l’épreuve et l’#expérience_des_lieux de mémoire douloureuse, mais révélant dans le même espace-temps la tension entre les horizons de collectifs à construire et à commémorer.


    https://journals.openedition.org/cdg/644
    #tourisme #mémoire #dark_tourism #tourisme_de_mémoire #Cu_Chi #WWII #deuxième_guerre_mondiale #seconde_guerre_mondiale #shoah #Vietnam #Ben_Dinh #selfie #Auschwitz #9/11 #11_septembre #ground_zero #Salle_des_Noms #Berlin #Mémorial_d’Eisenman
    ping @albertocampiphoto @reka #Mémorial_de_la_Shoah #Paris #tourisme_de_la_désolation

  • Bientôt sur ARTE :
    #Interpol, une police sous influence

    Pour pallier un budget insuffisant, Interpol, la police mondiale, noue d’étranges partenariats avec des #multinationales (#Philip_Morris, #Sanofi...), des institutions accusées de corruption (la #Fifa), et des pays controversés (#Qatar, #Émirats_arabes_unis...). Une #enquête sidérante au cœur de la collusion public/privé.

    Interpol, la mythique #police mondiale, souffre d’un sous-financement chronique. Ses 192 États membres ne mettent pas suffisamment la main à la poche. En 2000, #Ron_Noble, son nouveau secrétaire général, de nationalité américaine – une première pour une institution qui, auparavant, puisait ses dirigeants dans le vivier européen –, lui fait prendre un virage à 180 degrés. Dans les médias, il martèle qu’il lui faut un milliard de dollars, au lieu des quelques dizaines de millions qui lui sont alloués. Mais les États font la sourde oreille. L’organisation se lance alors dans d’ahurissants partenariats public/privé avec des multinationales (Philip Morris International, Sanofi…), des institutions accusées de corruption (la Fifa), et encaisse les chèques mirobolants d’États controversés (Qatar, Émirats arabes unis…). Consacré à la lutte contre la cybercriminalité, le Complexe mondial pour l’innovation d’Interpol, inauguré en 2015, a ainsi vu son budget multiplié par cinq grâce à la « générosité » de Singapour (qui, jusqu’en 2009, figurait sur la liste des paradis fiscaux). Ce dernier a financé, à lui seul, la construction du bâtiment, érigé sur son territoire alors qu’il devait au départ se situer près du siège lyonnais d’Interpol. Ces financements influent sur les enquêtes de l’organisation, engendrant de graves conflits d’intérêts. Le successeur de Ron Noble, l’Allemand #Jürgen_Stock, arrivé en 2014, tente d’infléchir cette tendance, mais les interrogations demeurent.

    Opacité
    Pendant cinq ans, deux journalistes indépendants, l’un français, Mathieu Martiniere, l’autre allemand, Robert Schmidt, ont mené une enquête à quatre mains et sur trois continents sur l’Organisation internationale de police criminelle (Interpol). Rares sont en effet les médias invités à franchir ses grilles. Accompagné d’un commentaire limpide décortiquant l’enchevêtrement des intérêts publics et privés, le film s’appuie sur des images d’actualité, de nombreuses interviews de journalistes et de chercheurs, mais aussi d’anciens et actuels dirigeants d’Interpol. Il dresse ainsi un état des lieux de nos polices, à l’heure où la sécurité se privatise et où la cybercriminalité atteint un tel degré de technicité qu’elle contraint les agents à coopérer avec des entreprises. Au passage, le documentaire lève le voile sur quelques dérives : des notices rouges (les célèbres avis de recherche d’Interpol) instrumentalisées pour traquer des dissidents chinois ou turcs, une coopération insuffisante entre États membres… À travers le cas d’école d’Interpol, une plongée éclairante au cœur de la collusion entre pouvoirs économique, politique et régalien.


    https://www.cinema-comoedia.com/film/249533

    C’est encore les @wereport qui sont derrière cette enquête
     :-)

  • Publication de photos inédites de l’attentat contre le Pentagone | États-Unis
    Publié le 31 mars 2017 à 15h52
    http://www.lapresse.ca/international/etats-unis/201703/31/01-5084227-publication-de-photos-inedites-de-lattentat-contre-le-pentagone.

    La police fédérale américaine a rendu publiques 27 photos inédites montrant les suites immédiates de l’attentat du 11 septembre 2001 contre le Pentagone, notamment l’incendie et la dévastation causés par le choc de l’avion détourné par Al-Qaïda.

    Ces images publiées jeudi par le FBI montrent aussi des débris provenant de l’appareil assurant le vol 77 d’American Airlines qui s’était écrasé sur le flanc ouest de l’édifice géant.

    Les photographies émanent d’un service administratif du FBI qui archive les documents rendus publics en vertu de la Loi sur la liberté d’information (FOIA).

    L’attentat du Pentagone avait fait 184 morts, dont 125 qui se trouvaient au sol. En tout, les attentats du 11 septembre ont fait près de 3000 morts, principalement dans l’effondrement des tours du World Trade Center à New York.

    #11_septembre

  • Bush, Blair et #Sarkozy ont dynamité la planète : qui doit payer ?
    https://reflets.info/bush-blair-et-sarkozy-ont-dynamite-la-planete-qui-doit-payer

    C’est en visionnant de nouveau Farenheit 9/11, hier, qu’une évidence — déjà traitée dans nos colonnes — m’est revenue en pleine face : le #Monde a été dynamité par trois ou quatre chefs d’Etat des plus grandes puissances occidentales, et depuis, rien n’est plus comme avant. Une somme de problèmes inextricables et profonds qui mine toutes […]

    #Breves #Politique #Tribunes #11_septembre_2001 #9/11 #Crimes_contre_l'humanité #Faucons #Génocide #George_Walter_Bush #Guerre_d'Irak_de_2003 #guerre_de_l'énergie #Guerre_de_Libye #Mikael_Moore #Tony_Blair

  • Une revue scientifique accrédite la thèse d’une démolition contrôlée du World Trade Center
    https://www.crashdebug.fr/international/12378-une-revue-scientifique-accredite-la-these-d-une-demolition-controle

    Quinze ans après les attentats du 11 septembre 2001, de nombreux spécialistes remettent toujours en cause le déroulement officiel des événements. Dans un article publié en septembre dans le très sérieux magazine de la Société européenne de physique, des scientifiques défendent la thèse controversée selon laquelle les gratte-ciels du World Trade Center auraient été détruits par démolition contrôlée, à l’aide d’explosifs, et non en raison de l’impact des avions de ligne. Ils demandent qu’une nouvelle enquête, indépendante et sérieuse, soit ouverte à ce sujet.

    « Les faits convergent de façon accablante vers la conclusion que les trois gratte-ciels (qui se sont entièrement effondrés à New York le 11 septembre 2001, ndlr) ont été démolis de manière contrôlée [1] ». Tel est le constat dérangeant tiré début septembre dans (...)

    • Le titre de ce billet est faux, puisque la revue en tant que telle n’accrédite pas (et même dénonce « avec véhémence ») les « spéculations non scientifiques » de cet article qu’elle n’est pas parvenue pour autant à rejeter (ce qui laisse un doute sur son caractère « très sérieux »).

      Comme tu le signales, très honnêtement, à la fin de ton article :

      Ajout du 15 septembre 2016 : Suite au succès de cet article sur les réseaux sociaux, le journal canadien Métro a contacté l’éditeur d’Europhysics News, Victor R. Velasco (voir pourquoi dans le lien partagé dans les commentaires ci-dessous). Ce dernier, dans un courriel, a ajouté des précisions quant à la position de la Société européenne de physique au sujet de l’article présenté ici-même : « Nous croyions que le sujet en question intéresserait nos lecteurs, et donc nous avons invité les auteurs à écrire l’article que vous avez lu. Lorsque nous avons reçu le manuscrit final, nous nous sommes rendus compte qu’il contenait plusieurs spéculations non scientifiques. Nous avons donc ajouté une note qui expliquait avec véhémence que le contenu représentait seulement le point de vue des auteurs, et non celui du magazine. »

      « Notre point de vue est qu’il est extrêmement improbable que les bâtiments du World Trade Center aient été démolis de façon contrôlée. Par contre, puisqu’il s’agit d’un sujet controversé auprès d’experts qui ont plus de compétences dans ce domaine que nous, nous croyons que la meilleure façon (en fait, la façon scientifique) de régler de tels débats est de publier ces points de vue, et d’avoir par la suite des discussions desquelles la vérité émergera. »

  • #11_Septembre : à bord d’« Air Force One », Georges W Bush pense... à son chien
    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2016/09/11/a-bord-d-air-force-one-seul-avion-dans-le-ciel-de-l-apres-midi-du-11-septemb

    George W. Bush, qui était arrivé à la Maison Blanche huit mois plus tôt, avait ce jour-là une autre priorité : s’assurer que ses proches allaient bien. Très vite informé que sa femme, Laura, et leurs deux filles ont été mises en sécurité, il insiste : « Et Barney ? » « Votre chien est déjà sur les traces d’Oussama Ben Laden », lui répond Andy Card.

    Le Washington Post rappelle le 11 septembre 2001 de la lieutenante Heather “Lucky” Penney, pilote de chasse, qui décolla de la base d’Andrews à bord d’un F-16, sans aucune munition, avec pour mission d’abattre le vol United Airlines 93. Elle escortera par la suite Air Force One.

    https://www.washingtonpost.com/local/f-16-pilot-was-ready-to-give-her-life-on-sept-11/2015/09/06/7c8cddbc-d8ce-11e0-9dca-a4d231dfde50_story.html?hpid=hp_hp-top-table

  • "Du sexe façon Haribo"


    Shortbus, John Cameron Mitchell, 2006
    J’ai eu une très bonne note sur ce film il y a 10 ans. Alors je recopie ici la critique pompeuse que j’avais faite. Ne vous y méprenez pas, j’étais mort de rire en l’écrivant :

    "Sur fond de mélancolie quotidienne, Shortbus nous fait rire, pleurer et marque finalement un tournant dans l’histoire du sexe à l’écran.

    « Pas d’amour sans amour ». Pas de cul sans cœur ? Pas de cœur sans cul ? Ce sont les questions que soulève l’affiche de Shortbus, le second film de John Cameron Mitchell. L’amour, enjeu dramatique par excellence, distillé à toutes les sauces dans le cinéma hollywoodien (surtout celles de Mac Do), est bien le sujet du film. Mais dans ses aspects les plus intrinsèquement liés à la sexualité. Sûrement parce qu’il ne peut y avoir d’autres approches qui n’aient été, en fait, aussi peu explorées et qui en disent, pourtant, aussi long sur la nature de l’homme. Mais, il ne faut pas s’y tromper, des niaiseries pâtissières d’American pie à la décadence snobinarde de Gregg Araki, Shortbus nous montre le sexe avec une crudité, une fraîcheur et, finalement, une nouveauté absolues.
    Dans un New York de conte de fées, on suit les petits orgasmes et grands chagrins d’une dizaine de protagonistes. James et Jamie cherchent un troisième partenaire pour pimenter (sauver ?) leur vie de couple, leur sexologue Sofia simule la jouissance depuis plusieurs années avec Rob, Severin, prostituée dominatrice, souffre de la plus grande solitude. Tous ces personnages se rencontrent dans un lieu fantasmatique, le Shortbus, club échangiste comme il ne peut en exister. Là bas, toutes les sexualités, tous les corps, et tous les âges ont leur place, et quand on ne partouse pas joyeusement, on tient des discutions d’avant-garde entre deux projections de films underground.
    Toute la curiosité du spectateur à l’affût des limites du sexe à l’écran est évacuée par une première séquence traitant très explicitement, en alterné et en crescendo, trois ébats sexuels. Dès lors, le film est clair. La sexualité ne sera pas un plaisir visuel récompensant le spectateur prêt à supporter une intrigue inconséquente. Et si le réalisme de cette scène provoque le départ de quelques uns, c’est bien dommage ! La sexualité est dans le film comme elle est en nous, élément essentiel de nos relations aux autres. Cette scène, débutant par James pratiquant l’auto fellation (position métaphysique du penseur moderne plutôt que perversité polymorphe) se termine par la perplexité du client masochiste devant un tableau recouvert, par inadvertance, du fruit de son plaisir…On est à mille lieux du gag lourdingue de Mary à tout prix pourtant on rit de bon coeur. Et si le film nous parle aussi crûment (je parlerais plutôt de franchise) c’est pour mieux atteindre ses ambitions poétiques, artistiques, voire politiques. Et, pour une fois, la commission de censure ne s’y est pas trompée (pas trop). En se contentant d’une interdiction aux moins de 16 ans, il semble qu’une différence légitime ait été faite entre Shortbus et le sordide Baise-moi.
    Grâce à ce baisodrome féerique façon fraise Tagada, Mitchell peut faire vivre l’intimité de personnages qui transpirent le malaise. Car ce n’est que dans le fantastique que leur vie privée peut s’épanouir. Le refus du gros plan pendant les scènes de sexe empêche toute lecture pornographique. De sorte que l’on ne puisse même plus parler de scène de sexe. Les corps des personnages sont ainsi pris dans une unité esthétique exemplaire. Les acteurs (tous amateurs) crédités comme co-scénaristes, baisent comme ils jouent. Et c’est là toute la différence.
    La sexualité du personnage est trop souvent traitée, soit comme un enjeu dramatique mineur mais nécessaire (l’ellipse est alors son principal mode de représentation), soit sous la forme de scène-de-sexe, parenthèse à l’intrigue, où l’acteur, quand il n’est pas doublé, se trouve réduit à sa plus stricte corporalité désinvestie de toute intention dramatique, sacrifiée à l’identification du spectateur.
    Et si Shortbus parle de cul comme on parle du beau temps c’est d’avantage la pluie qui est filmée. C’est la mélancolie qui se cache derrière ces personnages. Seulement, elle nous apparaît d’autant plus profonde que c’est par la sphère privée que nous la découvrons. Les années 70 ont vu le sexe libéré à l’écran, mais sous l’angle de la provocation et de la libération des mœurs. Ici, on entrevoit finalement l’aveu d’un désoeuvrement, celui d’une génération qui a sans doute digéré le choc du sida mais pas celui du 11 septembre. Bush est, tout au long du film, dans les têtes et dans les sexes et comme le dit la directrice du Shortbus : « ici c’est comme dans les années 60, l’espoir en moins »."
    http://www.dailymotion.com/video/x94rcr_shortbus-bande-annonce-vost-fr_shortfilms


    #critique_a_2_balles #shortbus #john_cameron_mitchell #2006 #sexualité #amour #sida #sexe #new_york #11_septembre #orgasme #prostitution #pas_viol #cinema

  • Je dois avouer que je suis très étonné par le succès actuel des « 28 pages », dont on nous dit qu’elles impliqueraient l’Arabie séoudite dans les attentats du 11 Septembre. Voilà typiquement un complot, et donc une théorie du complot tout à fait mainstream, « une qu’on a le droit ».

    Pourtant, si l’on accepte ce qui se dit le plus souvent sur ces 28 pages, deux questions arrivent immédiatement, et on met alors les pieds dans le bizarre…

    (1) Pour quelle raison l’Arabie séoudite « en tant que telle » (comme dit De Defensa) aurait-elle financé ces attentats ? L’explication « purement terroriste » (« parce qu’ils détestent nos valeurs-tout-ça… ») n’a aucune valeur quand on parle d’un État (elle n’en a déjà pas trop en général). Pourquoi un allié aussi proche des États-Unis attaquerait-il les États-Unis ?

    (2) Si l’on est dans un tel caractère d’évidence, pourquoi le gouvernement états-unien protégerait-il des séoudiens « officiels » reconnus coupables d’un tel crime ? Si l’on peut toujours arguer, pour la première question, de la complexité du système séoudien, des luttes d’influences, de complots de palais, je ne sais quoi… cette seconde question, quant au rôle du système étatsunien lui-même, est proprement intolérable. On voit déjà sortir pas mal de mentions des « protections » dont auraient bénéficié les Séoudiens… d’accord, mais alors pour quelle raison les États-Unis protégeraient-il ses propres agresseurs ?

    Or, ces histoires d’Arabie séoudite et de liens entre une partie de l’establishment états-unien, notamment le clan Bush, c’est un des fondements des théories complotistes depuis plus de 15 ans (le complotisme qu’on n’a pas le droit, donc). On le prend comme on veut, mais je ne comprends pas cet enthousiasme assez général pour une théorie qui, très rapidement, ne peut trouver de réponses que dans les théories du complot tout à fait « classiques » sur le sujet.

    Du coup, je m’étonne de cette bonhommie dans l’approche des 28 pages… Parce que de deux choses l’une :
    (a) soit il n’y a pas d’éléments réellements incriminants contre l’Arabie « en tant que telle » ; et donc toute cette histoire fera « pschit »… C’est en gros ce qui est dit ici :
    http://seenthis.net/messages/482003
    (b) soit on valide implicitement tout un pan du complotisme thruther. (Et vraiment, que tout ce beau monde s’autorise à se lancer là-dedans est sidérant.)

    (J’ai un peu l’impression que De Defensa mentionne ce problème, mais évite de le faire frontalement.)

    • DeDefensa parle de chaos. Le chaos dès 2001 n’était-il pas possible, déjà ? Et puis... à un moment, on n’a pas aussi parlé d’Israël dans ces 28 pages ?

      En fait, peu importe.

      Ces 28 pages ont été produites en 2003 : je ne vois pas comment elles pourraient être « un complot prévu d’avance ». ((à moins que dès 2003, des membres éminents de l’élite washingtonienne se soient dit qu’il pourrait être pertinent d’impliquer les Saoud pour s’en débarrasser ? et qu’en fait, d’autres membres ont su que c’était un complot qu’il fallait à tout prix déminer, et qu’en fait les Saoud sont totalement innocents...))

      Le seul intérêt de ces 28 pages serait d’écorner la version « religieuse » de 2001 et d’enfin mettre les choses en ordre dans ce qu’il se passe au Moyen Orient depuis 40 ans. Une sorte de façon de forcer à l’écriture l’Histoire.

      La pression a été tellement forte pour imposer cette version religieuse, cet intérêt « soudain » (ça fait pas mal de mois/années qu’on en parle tout de même) n’est (à mon sens) que le signe que cette pression cherche un moyen de se libérer.

      Note la conclusion de DDE/PhG : ;-)

      Bientôt, nous aurons l’étrange paradoxe que l’argument de la puissance (surpuissance) du Système ne sera plus soutenu que par une frange d’antiSystème dont la raison d’être semble bien être que le Système est indestructible, – ce qui est une façon paradoxale de se confirmer à soi-même sa propre raison d’être.

    • Le Congrès menace l’Arabie saoudite de saisir ses actifs étasuniens. – Le Saker Francophone
      http://lesakerfrancophone.fr/le-congres-menace-larabie-saoudite-de-saisir-ses-actifs-etasunien

      Ce ne sont pas les Saoudiens qui menacent qui que ce soit de quoi que ce soit. C’est le Congrès américain qui menace de lever l’immunité des autres États devant les tribunaux américains :

      Le projet de loi du Sénat a pour but d’indiquer clairement que l’immunité légale dont jouissent les États étrangers ne devrait pas s’appliquer dans les cas où des pays seraient jugés responsables d’attentats terroristes qui ôtent la vie à des Américains sur le sol américain. Si le projet de loi était adopté par les deux chambres du Congrès et signé par le président, cela pourrait permettre d’examiner le rôle du gouvernement saoudien dans les attentats du 11 septembre, lors des procès liés au 11 septembre.

      Dans le cadre de cette loi, un civil américain pourrait porter plainte devant un tribunal américain contre des actions ou des omissions (!) de ces nations en relation à un acte terroriste. Les tribunaux américains sont connus pour leurs décisions contestables contre des États étrangers, leur permettant de bloquer et de saisir d’énormes montants d’actifs de ces États.

  • Notes sur “mon royaume pour 28-pages”
    http://www.dedefensa.org/article/notes-sur-mon-royaume-pour-28-pages

    Notes sur “mon royaume pour 28-pages”

    18 avril 2016 – Les crises se déclarant et se déroulant jusqu’à la plus soudaine maturité à la vitesse de l’éclair, il est difficile à la fois de les percevoir, de les identifier, d’en saisir l’importance, de les déclarer “crises” et de commence à en supputer les conséquences. Le Ciel va très vite, à son rythme, et il faut pouvoir suivre... Celle (la crise) des “28-pages”, comme nous la surnommons depuis octobre 2014 (en fait, tiret ajouté le 4 juin 2015), n’en était pas vraiment une, même dans nos esprits sagaces à l’affut du moindre signe crisique, jusqu’à cette émission de CBS, 60 Minutes, il y a une semaine. Et puis... Boum ! Soudain, “28-pages” devient une crise.

    De l’aveu même de ZeroHedge.com, la chose a effectivement éclaté comme un “coup de tonnerre dans un ciel bleu” (...)

  • Saudi Arabia Warns of Economic Fallout if Congress Passes 9/11 Bill - The New York Times
    http://www.nytimes.com/2016/04/16/world/middleeast/saudi-arabia-warns-ofeconomic-fallout-if-congress-passes-9-11-bill.html?hp

    Saudi Arabia has told the Obama administration and members of Congress that it will sell off hundreds of billions of dollars’ worth of American assets held by the kingdom if Congress passes a bill that would allow the Saudi government to be held responsible in American courts for any role in the Sept. 11, 2001, attacks.

    A croire que je fais une fixette sur les Saoudiens, mais celle nouvelle est de taille !

    #arabie_saoudite #11_septembre

  • Iran Told to Pay $10.5 Billion to Sept. 11 Kin, Insurers - Bloomberg Business
    http://www.bloomberg.com/news/articles/2016-03-10/iran-told-to-pay-10-5-billion-to-sept-11-kin-insurers

    U.S. District Judge George Daniels in New York issued a default judgment Wednesday against Iran for $7.5 billion to the estates and families of people who died at the World Trade Center and Pentagon. It includes $2 million to each estate for the victims’ pain and suffering plus $6.88 million in punitive damages.

    Comme le dit Angry Arab qui signale cet article, la justice US exonère les Saoudiens mais réussit à condamner les iraniens ! Surréaliste !

    #11_septembre

  • “Plus les déséquilibres imposés à une société sont grands, plus il faut de contrôle pour les préserver.”
    http://coutoentrelesdents.noblogs.org/post/2015/12/14/plus-les-desequilibres-imposes-a-une-societe-sont-grands

    “Chaque fois que les autorités intensifient les conflits auxquelles elles nous exposent, ainsi que le contrôle auquel elles rêvent de nous soumettre, elles prennent un risque de plus en plus grand.” DU 11-SEPTEMBRE AU 13-NOVEMBRE ? QUELQUES LEÇONS D’AMÉRIQUE Un dialogue … Continue reading →

    #ACAB #ANTICOLONIALISME #ANTIFASCISME #CAPITALISME #LUTTES #11_septembre #13_novembre #aurope #état_d'urgence #état_policier #états_unis #crimethInc. ;_lundi_matin #guerre #sécuritaire

  • L’affaire des caricatures : plus grave que le 11 septembre 2001

    https://collectiflieuxcommuns.fr/spip/569-l-affaire-des-caricatures-plus

    L’affaire des caricatures est pour toutes ces raisons plus lourde de conséquences que le 11 septembre 2001. La surenchère organisée par les islamistes n’a rencontré chez les musulmans aucune réponse à la mesure de cette offensive catastrophique. La grande masse des “musulmans” immigrés dans les pays occidentaux est littéralement terrifiée par le totalitarisme islamiste et préfère garder le silence alors qu’ils savent pourtant que cette émigration leur a permis d’échapper à la “prison de l’islam”. Quant aux forces institutionnelles de l’Occident, elles n’ont répondu que par une mollesse apeurée.

    (...)

    Une nouvelle étape a donc été franchie dans la guerre des civilisations qui ne cesse de se développer et que les Frères musulmans, inspirateurs de tous les courants intégristes actuels, théorisent et prônent depuis 1928, année de leur création.
    Le monde musulman ne se désintégrera pas, il est déjà dans une forme d’implosion, et c’est dans ce chaos que les théoriciens de l’islamisme puisent leurs ressources pour la guerre mondiale asymétrique en cours. Il ne peut trouver un semblant d’allant qu’en s’efforçant de répandre ce chaos partout.

    #Fargette_G.
    #Politique
    #Géopolitique
    #Totalitarisme
    #Article
    #Culture
    #religion

  • La torture au service de la version officielle du 11-Septembre
    http://www.reopen911.info/11-septembre/la-torture-au-service-de-la-version-officielle-du-11-septembre

    Comment peut-on dénoncer la pratique de la torture et continuer de cautionner la version officielle du 11-Septembre ? Kristen Breitweiser et Monica Gabrielle, deux des veuves qui ont joué un rôle important dans la création d’une commission d’enquête sur les attentats du 11 septembre 2001 [1], ont rappelé cette semaine ce fait embarrassant : « Il suffit d’avoir une connaissance même rudimentaire du rapport de la Commission du 11-Septembre pour savoir qu’une grande partie du rapport concernant la préparation et l’exécution des attentats du 11-Septembre a été recueillie et fondée sur les interrogatoires de Khalid Cheikh Mohammed. » Dès lors, elles s’indignent de la foi accordée à la version officielle : « Puisque nous savons aujourd’hui que ces interrogatoires n’ont pas produit d’informations fiables, oserons-nous demander quelle proportion du rapport final de la Commission du 11-Septembre se base sur des foutaises ? »

    ...

    Jane Mayer, célèbre journaliste du New Yorker et auteur d’un livre sur les dérives de la guerre au terrorisme, écrivait en août 2007 que « Mohammed a revendiqué sa responsabilité dans tellement de crimes que son témoignage a commencé à paraître intrinsèquement douteux. » Elle cite également Bruce Riedel qui a travaillé 29 ans comme analyste à la CIA : « C’est difficile d’accorder du crédit à une quelconque partie de cette longue liste d’allégations qu’il a confessées, considérant la situation dans laquelle il s’est retrouvé. KCM n’a aucun espoir de retrouver à nouveau la liberté, donc la seule satisfaction qui lui reste est de se dépeindre comme le James Bond du jihadisme. »

    #torture #CIA #11_septembre

  • Le #11_septembre et son double

    Pourquoi n’avons-nous retenu du 11-septembre, l’événement le plus photographié de l’histoire, que quelques images, répétées en boucle ? Dans un ouvrage à la fois riche et concis, #Clément_Chéroux, historien de la photographie et conservateur au Centre Pompidou, décortique ce « paradoxe du 11-septembre ».


    http://www.laviedesidees.fr/Le-11-septembre-et-son-double.html

    #photographie #image #rencension #livre #diplopie

  • Certains gouvernements ont-ils facilité les attaques du 11 septembre ? |
    Par JUSTIN RAIMONDO | Antiwar.com | Traduit par Deroeux Maxime (10.09.2014) pour Arrêt sur Info
    http://arretsurinfo.ch/certains-gouvernements-ont-ils-facilite-les-attaques-du-11-septembre

    (...) Nous n’avons pas à nous baser sur de pures spéculations, malgré le fait que nous, simples citoyens d’un pays de survols, ne sommes pas autorisés à lire ces 28 pages. Ceci parce que quelques membres du Congrès ont pris la peine de demander la permission de les lire, incluant les représentants Walter Jones (Caroline du Nord), Tom Massie (Kentucky), et Stephen Lynch (Massachussetts). D’après leurs propres comptes-rendus, ils sont sortis perturbés de cette chambre insonorisée et sécurisée. Voici ce que Jones a dit :

    « J’étais absolument choqué par ce que j’ai lu. Ce qui était tellement surprenant était que ceux dont je pensais que nous pouvions leur faire confiance m’ont vraiment déçu… Ce n’est pas en lien direct avec la sécurité de l’Etat en soi ; il s’agit plus des relations que nous entretenons. L’information est essentielle pour que notre politique étrangère aille de l’avant et devrait donc être accessible au peuple américain. Si les pirates du 11 septembre ont eu une aide extérieure – particulièrement d’un ou plusieurs gouvernements – la presse et le public ont le droit de savoir ce que notre gouvernement a fait ou non pour amener les auteurs devant la justice. »

    « Un ou plusieurs gouvernements, » Eh ? Qui au Moyen-Orient – ou n’importe où ailleurs, en ce qui concerne ce sujet – sont parmi « ceux dont nous pensions que nous pouvions leur faire confiance » ? Pour moi cela ne ressemble pas à l’Arabie Saoudite. Est-ce que quelqu’un pourrait être vraiment surpris d’apprendre qu’ils se livrent à des jeux dans notre dos ?

    Le rapport du Représentant Massie est encore plus révélateur :

    « J’ai dû m’arrêter toutes les deux ou trois pages et réorganiser ma perception de l’histoire. Et ces 28 pages sont tellement fondamentales… Qu’elles changent certainement votre vision du Moyen-Orient. »

    Est-ce que la découverte de la perfidie saoudienne changerait notre vision du Moyen-Orient d’une manière « fondamentale » ? Le royaume exporte depuis des années sa branche fanatique de wahhabisme – idéologie sunnite fondamentaliste – répandant terrorisme et instabilité politique dans la région. Donc il n’y a rien de neuf : et pour ceux d’entre nous assez vieux pour se rappeler l’embargo sur le pétrole arabe des années 70, leur nature ambivalente est tenue pour acquise.(...)

    Did Certain Foreign Governments Facilitate the 9/11 Attacks ? - Justin Raimondo
    http://original.antiwar.com/justin/2014/08/28/did-certain-foreign-g
    http://seenthis.net/messages/288846
    @nidal @kassem

    #9/11 #11_septembre

  • 11-Septembre : une enquête du FBI repousse la perspective d’un procès
    http://www.romandie.com/news/11Septembre-une-enquete-du-FBI-repousse-la-perspective-dun/469434.rom

    (...) Certains proches des victimes du 11-Septembre ont dit à la presse qu’ils soupçonnaient l’administration Obama, en particulier le ministre de la Justice Eric Holder, de vouloir saboter le procès devant un tribunal militaire afin de pouvoir démontrer qu’il devait se tenir devant un tribunal fédéral. M. Holder a déclaré à plusieurs reprises que, treize ans après les attentats, les cinq accusés seraient déjà condamnés s’ils avaient été jugés devant un tribunal fédéral.

    L’idée que les tribunaux militaires soient inférieurs à la justice fédérale est un grand mensonge, a fustigé Don Arias, qui a perdu son frère dans l’une des tours jumelles.

    Pour moi, ce n’était pas un hasard, a renchéri Gloria Snekszer, dont une soeur est décédée dans l’avion qui s’est écrasé sur le Pentagone, fustigeant non seulement le FBI mais aussi la défense de constamment retarder, retarder, retarder le procès.

    Le procureur Mark Martins a réitéré son souhait de voir le procès des cinq co-accusés dont KSM, le cerveau présumé des attentats, débuter en janvier 2015. Nous sommes tout sauf proches d’un procès, a toutefois estimé l’avocat Jay Connell, ajoutant qu’il n’y croyait même pas pour 2016.

    Une prochaine audience préliminaire est prévue pour juin. Les avocats ont demandé que soient entendus à cette occasion les agents du FBI.

    Le FBI cherchait apparemment à déterminer comment un pamphlet de Khaled Cheikh Mohammed, assimilé à de la propagande, avait pu parvenir à l’extérieur de la prison de Guantanamo et être publié par le Huffington Post et la chaîne britannique Channel 4, sans contrôle.

    #9/11 #11_septembre

  • 9/11 : La culture du doute
    Un projet des étudiants en journalisme de Gennevilliers
    https://projet911.creatavist.com/culturedudoute

    (...) Mais si tant de monde se laisse effleurer par le doute, l’instauration d’un débat reste, aujourd’hui encore, impossible. L’Etat, mur inébranlable, s’en tient à ce qu’il veut bien dévoiler. Les médias rejettent, souvent avec virulence, toute voix discordante. Les exemples cités plus haut ne sont que des illustrations parmi d’autres. Face à ces deux pouvoirs hostiles, les « sceptiques » tentent alors de rallier l’espace public à leur cause. Mais comme on l’a vu ici, depuis que le 11 septembre appartient à l’Histoire, son récit s’est figé.

    #11_septembre #9/11

  • Cantor Fitzgerald Settles 9/11 Suit Against American Airlines for $135 Million - NYTimes.com

    http://www.nytimes.com/2013/12/18/nyregion/cantor-fitzgerald-settles-9-11-lawsuit-for-135-million.html?nl=todaysheadli

    J’avais complètement zappé cette histoire... Je me souviens très bien de l’interview du patron le jour des attaques, pleurant à la télé, arrivé en retard en accompagnant ses enfants à l’école.

    More than a dozen years after the Sept. 11 attacks, a last major piece of litigation against the airline industry and other defendants moved toward an end on Tuesday, as the Wall Street firm Cantor Fitzgerald revealed that it would settle its lawsuit for $135 million.
    Related

    Cantor Fitzgerald to Settle 9/11 Lawsuit Against American Airlines (December 14, 2013)

    Cantor had accused American Airlines of negligence in allowing five terrorists to board the plane in Boston that crashed into the World Trade Center’s north tower, killing 658 of Cantor’s almost 1,000 employees in New York.

    #11_septembre #cantor_fitzgerald