• #L'espace_d'un_instant #30 : D’Islamabad au Pakistan à la Grotte d’Esa’ala en Papouasie-Nouvelle-Guinée

    http://liminaire.fr/entre-les-lignes/article/l-espace-d-un-instant-30

    « La grande révélation n’était jamais arrivée. En fait, la grande révélation n’arrivait peut-être jamais. C’était plutôt de petits miracles quotidiens, des illuminations, allumettes craquées à l’improviste dans le noir ; en voici une. » Vers le phare, Virginia Woolf (...)

    #Entre_les_lignes / #Écriture, #Poésie, #Récit, #Voix, #Sons, L’espace d’un instant, Fenêtre, #Quotidien, #Dérive, #Regard, #Sensation, #Voyage

  • Les 30 km/h sont un casse-tête pour les bus publics Bernard Wuthrich
    https://www.letemps.ch/suisse/30-kmh-un-cassetete-bus-publics
    

    La ville de Zurich annonce la généralisation des 30 km/h sur le territoire communal. De telles mesures rendent les transports publics moins attrayants, avertit l’association faîtière des entreprises de transports en commun.


    Très à la mode dans les zones urbaines, la généralisation de la limitation de vitesse à 30 km/h est un casse-tête pour les transports publics. Justifiée par le souci de préserver la population du bruit et d’améliorer la sécurité, cette mesure risque en effet de rendre les déplacements en bus moins performants.

    L’Union des transports publics (UTP), faîtière de la branche, a transmis au Temps une prise de position très claire à ce sujet : « L’UTP est d’avis que la généralisation des 30 km/h sur les principaux axes des villes rend les transports publics moins attrayants. En effet, le ralentissement des TP n’incite pas la population à les emprunter, voire les pousse à se remettre au volant d’une voiture. Il y a lieu d’éviter cela. L’UTP n’a en revanche rien contre les solutions 30 km/h ponctuelles s’il y a des compensations pour les transports publics, par exemple des voies réservées aux bus ou la priorité aux feux de circulation. En ce qui concerne les longues lignes de bus et de trams, reliant les quartiers et communes périphériques au centre-ville, la limite de vitesse doit rester à 50 km/h afin que les TP demeurent attrayants pour les usagers. De plus, rouler à 30 km/h s’avère très souvent plus cher pour les entreprises de transports publics : pour la même cadence, elles doivent engager davantage de véhicules. »

    Un exemple : la compagnie neuchâteloise TransN exploite depuis quelques années une ligne de bus qui relie la gare de Neuchâtel à celle de Chambrelien, où elle rejoint l’axe ferroviaire reliant le chef-lieu à La Chaux-de-Fonds. Or, depuis l’an dernier, un secteur, à la hauteur de Peseux, a été limité à 30 km/h au lieu de 50 km/h, ce qui rallonge le temps de parcours. Cela a donné des idées aux riverains des tronçons voisins. A leur tour, ils ont réclamé, par le biais d’une pétition, la réduction de la vitesse à 30 km/h sous leurs fenêtres. C’est ce genre de mesure qui peut compromettre l’attractivité des transports publics, selon l’UTP.

    Cadences rapprochées avec plus de bus et plus de personnel
    L’organisation ne se prononce pas sur le cas particulier de la ville de Zurich, qui vient d’annoncer que la vitesse sera « très largement » limitée à 30 km/h sur le territoire communal. La municipalité annonce des mesures compensatoires pour les transports publics. Elle rappelle que la part modale des TP en ville est de 41% et que la réduction de la vitesse maximale sera d’abord introduite là où ils ne sont pas ou peu impactés. Les axes empruntés par les trams et les bus seront concernés dans un deuxième temps. Parmi les mesures compensatoires envisagées, la ville cite l’optimisation de la signalisation lumineuse, l’aménagement de sites propres pour les bus et les trams, des arrêts sécurisés ou la suppression de la priorité de droite.

    Et si de tels aménagements ne sont pas possibles, il faudra augmenter la cadence, ce qui nécessitera davantage de véhicules et de personnel et entraînera des coûts supplémentaires. La crainte de l’UTP est ainsi confirmée. L’organisation faîtière invite ses membres à « chercher le dialogue avec les autorités communales. Il s’agit dans tous les cas de ne pas mettre en concurrence le vélo avec les transports publics, et inversement. » Mais ce n’est pas toujours simple, car les collectivités publiques qui décident de ralentir le trafic sur certains tronçons sont aussi actionnaires, voire propriétaires des opérateurs qui y font circuler leurs bus ou leurs trams.

    Le parlement va traiter la question
    Le TCS se préoccupe de la question. Il publiera une étude en septembre. Dans l’immédiat, son président, Peter Goetschi, livre une première analyse : « Actuellement, le thème des 30 km/h fait couler beaucoup d’encre et il est présenté comme la panacée pour les villes en général. Il s’agit d’une mauvaise approche selon le TCS. Premièrement, les villes ont besoin de tous les modes de transport – probablement pas toujours tous sur l’ensemble du territoire, mais il faut du moins que l’accès aux villes soit possible. Deuxièmement, la généralisation des 30 km/h peut au mieux être vue comme une fausse bonne idée », avertit-il en soulignant « les inconvénients pour la hiérarchisation du réseau routier et la fluidité du trafic, y compris pour les transports en commun. »

    Le 9 août, la Commission des transports et télécommunications (CTT) du Conseil national s’emparera, elle aussi, du sujet. Une initiative parlementaire déposée par Gabriela Suter (PS/AG) demande de modifier la loi sur la circulation routière afin que les 30 km/h deviennent la norme dans les localités, cela dans le but de lutter contre le bruit et d’améliorer la qualité de vie. Elle n’évoque pas les transports publics. Mais cette question sera soulevée par d’autres membres de la CTT.

    #Mobilité #transport #transports #voiture #tramway #autobus #urbanisme #ville #automobile #transports_publics #transports_en_commun #fausse_bonne_idée #idées #30_Km/h

  • Montpellier : la vitesse limitée à 30 km/h dans toute la ville dès juillet !
    https://www.midilibre.fr/2021/02/20/montpellier-des-juillet-il-va-falloir-lever-le-pied-dans-toute-la-ville-et

    « C’est un changement de paradigme. On inverse la règle par défaut : aujourd’hui, Montpelier, c’est 50 km/h par défaut. À partir du mois de juillet, ce sera 30 km/h par défaut dans toute la ville. Le 50 km/h deviendra l’exception. »

    […]

    Des grands axes pourtant déjà très régulièrement saturés dans une métropole où la vitesse d’un déplacement moyen se situe entre 12 et 15 km/h…

    […]

    Selon des chiffres avancés par la vice-présidence au Transport et aux mobilités actives, « près de 60 % des trajets dans Montpellier font moins de 3 km. Et près de 54 % des trajets moins d’1 km ». Autant dire que redonner plus de place aux piétons est vu d’un bon œil par la collectivité. Mais cela passe par une première réalité : réhabiliter " - ou même créer - des trottoirs larges et sécurisés.

  • #Toulouse : opération de police au #PUM
    https://fr.squat.net/2020/12/09/toulouse-operation-de-police-au-pum

    Ce mardi 8 décembre à 6h un gros dispositif de police défonce la porte du PUM pour embarquer 2 personnes et leurs camions. Nous voyons à l’exterieur une dizaine de camions de CRS, plusieurs voitures d’OPJ et d’autres unités difficilement identifiables. Ils sont cagoulés et armés, une cinquantaine environ se balladent dans le batiment. Selon […]

    #30-34_Rue_Émile_Brouardel #perquisition

  • The worst national security corruption case in Israel’s history
    Akiva Eldar, Gilead Sher, Uzi Arad | Nov. 17, 2020 | 12:37 PM - Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/opinion/.premium-the-worst-national-security-corruption-case-in-israel-s-history-1.

    “Case 3000” – the submarines and war ships affair – is not just another “ordinary” corruption scandal, which relates primarily to unethical practices. Rather, It is Grand Corruption combined with Defense Corruption, both having severe legal implications.

    Grand Corruption is defined as a scheme perpetrated at the highest levels of government, involving leaders and senior officials. It usually entails substantial benefits for the individuals involved and significant losses for the state. It also leads to illicit exchanges in the realm of policy formation. Such corruption causes egregious harm to citizens but regrettably often ends with impunity.

    The common denominator to all transactions in Case 3000 is that they all belong to the defense sector involving the acquisition of major weapon systems. The suspects in the affair are senior officials in the Prime Minister’s Office, relatives of Prime Minister Benjamin Netanyahu, as well as senior naval officers. All the acquisitions lead to the German Thyssenkrupp conglomerate.

    In several of these transactions, Netanyahu took decisions which contradicted the official stance of the military and defense establishment. The decision-making process undermined the binding procedure for strategic and defense procurement.

    One such decision related to the acquisition of a sixth submarine shortly after the defense establishment had determined that five submarines should suffice Israel’s military needs. The second decision dealt with the accelerated ordering of future submarines, 7, 8 and 9, despite opposition from the IDF chief of the general staff and the defense establishment who claimed such ordering is premature.

    Then there was another Netanyahu decision to wave Israeli opposition to the supply of advanced German submarines to Egypt, while concealing that decision from the defense establishment. Such supply apparently gave rise to the consideration of Israel purchasing anti-submarine vessels, something the Israel Navy never demanded – ostensibly to defend the sea lanes from the growing Egyptian submarine fleet.

    On top of it, was the distorted decision process to acquire four patrol boats to protect Israel’s economic waters? How come such large, heavy and expensive craft were ordered from Thyssenkrupp, when boats that meet operational requirements as defined could have been acquired from another supplier and at lower cost? Why was the international bidding process canceled, with Thyssenkrupp becoming sole supplier of these boats?

    How was the location of the main natural gas rig approved near the coast, without a comprehensive mandatory security risks assessment, which would have revealed that the site chosen was wrong in terms of security and safety? And finally, what lied behind the idea of privatizing Israel’s navy’s shipyards, in contradiction to the fundamental principle of Israeli self-reliance – for the sake of giving exclusivity to Thyssenkrupp?

    This is how the Israel Police summed up its investigation: “Deficiencies were found in matters relating to administrative procedures in various agencies, relating to strategic defense procurement for the State of Israel. Such deficiencies require that authorized bodies learn their lessons and draw the appropriate conclusions, to improve the defense procurement procedures, render them more efficient, and protect them from extraneous interests and inappropriate influences.”

    So why did the police confine itself only to pointing out the defects, which were exceptional in their scope and severity, without looking into the suspicions of security offences having been noticed by the investigation? Why did the Attorney General claim that the only criminal offences that should be investigated are those related solely to unethical behavior, and has not to-date allowed an investigation into the far more serious criminal offences in the realm of state security, foreign relations and official secrets? After all, the damages caused by such security offenses are often large-scale and the punishment accordingly heavier.

    Yet the Attorney General excluded, at the very outset, Netanyahu from the circle of suspects under investigation, and asserted – without there being any basis for such an assertion at that preliminary stage, as there isn’t one to this day – that Netanyahu is still not even a suspect in the whole affair. This disputed decision, taken by Israel’s chief prosecutor, has never been explained to the public.

    The AG himself said recently that disturbing materials had been brought to his attention, and that “the evidentiary material conveyed to me regarding the patrol boat transactions includes weighty claims, from senior and highly experienced officials in the public establishment … On the face of it, the claims show conduct that does not meet the proper standards of a public authority dealing with a matter of such importance to the national interests of the State of Israel.”

    And despite these very harsh statements, we still know of no process of clarification, examination, inquiry or investigation of the security offences committed under Case 3000, either by the Israel Police or even by the defense establishment. In the past, Israelis have been prosecuted on suspicion of undermining the state’s secrets, defined as serious espionage, harming military supplies or the country’s foreign relations, and some were prosecuted and sentenced – for committing far, far less severe crimes than what has been published to date as defense related violations in this case.

    Israel’s policy toward the German supply of submarines to Egypt was a particularly well-kept secret, and the prime minister himself explained that the reason for the unprecedented exclusion of defense establishment regarding these submarines was by itself a “secret.” Yet, the police investigation has revealed that non-official civilians among those suspected in the affair knew about Netanyahu’s secret approval for selling the submarines to Egypt – even before senior officials in the IDF and the defense establishment learned about it.

    Clearly the flow of top secret security and diplomatic information among suspects involved is no less serious than the flow of suspected money transfer. Prima Facie, the legal definition of such acts, in Israel’s Criminal Law, is “severe espionage.” No less. And the police investigation has explicitly stated some of the suspects were tasked with collecting and passing on of information, evidently classified, connected to the various weapons deals.

    It goes without saying that providing additional German attack submarines to Egypt poses a greater threat than there is now to shipping lanes, leading to and from Israel, places a heavier burden on its forces and adversely affecting its preparedness. That is certainly the reason for the defense establishment’s opposition to giving consent to this transaction. Top officials, former heads of the IDF General Staff and the Shin Bet security service, have described the actions undertaken in connection with the sale of German submarines to Egypt as seriously tainted – to the point of “treason.”

    Any Israeli acquisition of submarines, or patrol or anti-submarine craft, beyond what the army needs based on its multiyear plan, will come at the expense of weapon systems it considers of higher priority .Hence, a net detraction from the country’s military capability. But the greatest damage to Israeli future security stems from the corruption risk that has emerged out of the scandal and puts in jeopardy of the future supply of submarines 7, 8 and 9, which are meant to serve as a pillar of Israel’s future deterrent.

    The 2017 Israeli-German Memorandum of Understanding includes a clause that permits the German government to reconsider the deal for future submarines in the event that any elements of corruption are revealed. This new corruption risk caused by Israelis involved in the transactions, some of them subordinates and confidants of the Prime Minister, allegedly places on them a heavy responsibility, possibly criminal...

    Israel’s involvement in Egypt’s acquisition of submarines from Thyssenkrupp caused tension in relations between Israel and Egypt, and demanded that Jerusalem find ways to calm the anger in Cairo. The cancellation of the international tender for the patrol boats damaged relations with South Korea, and required compensation from Israel. And of course, the prosecution of Israelis accused of corruption in connection with ThyssenKrupp have cast a shadow over Israel-German relations, including relations between the German Chancellor and the Israeli Prime Minister.

    Article 5 of the OECD Convention on Combating Bribery of Foreign Public Officials reads as follows: “Investigation and prosecution of the bribery of a foreign public official shall be subject to the applicable rules and principles of each Party … and shall not be influenced by considerations of … the potential effect upon relations with another state.”

    As a member of the OECD, Israel is committed to complying with this convention. In the event that it does not carry out the investigation of this Grand Corruption security affair to the point of prosecution, for reasons of foreign relations, it will find itself in noncompliance of the above-mentioned article. This in itself will damage Israel’s renowned rule of law and standing as a law-abiding country that fights corruption.

    In light of the widespread public call for a government commission of inquiry into Case 3000, the delay in forming it can be described as highly unreasonable. The findings prove that this is the most severe, -security corruption Israel has had. Allegedly, excluding the prime minister from the investigation at the outset, and neglecting criminal security offenses, are also unreasonable in terms of law and national security.
    This affair must be thoroughly investigated, with all its ramifications and consequences, with no further delay – if only to prevent a future recurrence.

    Prof. Uzi Arad served as National Security Adviser to the Prime Minister and Head of the National Security Council, and as the Foreign Policy Adviser to the Prime Minister and Mossad’s Director of Intelligence.

    Col. (res.) Gilead Sher, an attorney, served as Chief of Staff and Policy Coordinator to former Prime Minister and Defense Minister Ehud Barak, and as a senior Israeli negotiator. He served recently as visiting professor at Georgetown University.

    Akiva Eldar, a political analyst, previously Haaretz columnist and editorial writer.

    #corruption #3000

  • 30 mai : par milliers les sans-papiers imposent le droit de manifester ! | 30 mai 2020 - Par Marche des Solidarités Blog : Le blog de Marche des Solidarités
    https://blogs.mediapart.fr/marche-des-solidarites/blog/300520/30-mai-par-milliers-les-sans-papiers-imposent-le-droit-de-manifester

    Des milliers de sans-papiers ont bravé l’interdiction de la Préfecture de police de Paris et ont réussi à manifester entre 14h30 et 17h de Madeleine et Opéra vers la Place de la République, pendant qu’un cortège d’un millier de personnes parti de Montreuil a été empêché de les rejoindre.

    La police a arrêté une cinquantaine de personnes au moment des premières arrivées à Madeleine et Opéra puis a chargé les cortèges cherchant à accéder sur les deux places en faisant un usage intensif de gaz lacrymogènes. Mais elle a dû abandonner face au nombre et à la détermination des Sans-Papiers. Le pouvoir s’est trompé en pensant qu’il pouvait tout autoriser sauf les manifestations de sans-papiers.

    Ce sont 10 000 manifestant-es sans-papiers et soutiens nombreux, en comptant celles et ceux de Montreuil, qui sont venues de toute l’Ile de France. Des personnes de très nombreuses nationalités étaient présentes et ont montré qu’elles pouvaient défiler avec enthousiasme et détermination et en portant des masques. (...)

  • [Radio PANdemIK] Radio PANdemIK #30
    http://www.radiopanik.org/emissions/radio-pandemik/radio-pandemik-30

    Panik se décuple et se propage en Pandémik infectieuse des oreilles les plus sourdes. Volatile, imprévisible, elle s’attrape à horaires variables, pour une durée brève ou indéterminée et jusqu’à amener des changements irréversibles. Témoignage de Damien, conducteur de trains à la SNCB, nous amène à Arlon - 10’10 Lettre #01 par Les Confins, résistance au quotidien. Témoignage de M., travailleuse domestique sans papiers, membre de la Ligue des travailleuses domestiques. M. a travaillé pour la dernière fois le vendredi 13 mars. - 2 minutes Performance / Séance de divination chantée ’Tirésia’ avec l’artiste sonore Myriam Pruvot - 1ère partie avec le tirage ’Monde & Récits’ et les mots : place + relique + ordre + tour + figure - 11 min « Grève des loyers » par Dylan de la distro Lapinoteque - 7’50 Lettre #03 (...)

    http://www.radiopanik.org/media/sounds/radio-pandemik/radio-pandemik-30_08802__1.mp3

    • J’ai pas encore lu mais je prend pas de risque à mette #stratégie_du_choc #charognage #dictature vu que ca sort du cerveau décomposé des walking deads

      edit - je laisse les tags mais j’ai ecrit trop vite ^^ il est question de l’autorisation après 2 semaines de perdu de faire des tests du covid-19 dans les labos
      #300000_tests_de_perdu

      L’article 12-1 du décret du 23 mars 2020 susvisé est complété par un VII ainsi rédigé :
      « VII. - Lorsque les laboratoires de biologie médicale ne sont pas en mesure d’effectuer l’examen de “détection du génome du SARS-CoV-2 par RT PCR” inscrit à la nomenclature des actes de biologie médicale ou d’en réaliser en nombre suffisant pour faire face à la crise sanitaire, le représentant de l’Etat dans le département est habilité à ordonner, par des mesures générales ou individuelles, soit la réquisition des autres laboratoires autorisés à réaliser cet examen ainsi que les équipements et personnels nécessaires à leur fonctionnement, soit la réquisition des équipements et des personnels de ces mêmes laboratoires nécessaires au fonctionnement des laboratoires de biologie médicale qui réalisent cet examen ».

  • [All We Need Is #acid] All We Need Is Acid | Saison 2 | Episode 6
    http://www.radiopanik.org/emissions/all-we-need-is-acid/all-we-need-is-acid-saison-2-episode-6

    Vous l’aviez ratée pour cause de maladie à la soirée « Ca déménage » à L’uZinne. Elle est maintenant pleinement rétablie, pour le meilleur et pour l’Acid. De retour aux platines, elle nous a pondu une heure de mix acidulé. Elle, c’est #blanche, evidemment ! Et ça : https://soundcloud.com/jeannellvr

    , c’est un lien vers son SoundCloud.

    Quant au reste de la dream team, retour prévu sur les ondes jeudi 12/03 à 20h30.

    #303 #acid,303,blanche
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/all-we-need-is-acid/all-we-need-is-acid-saison-2-episode-6_08164__1.mp3

  • Recherche, arts et pratiques numériques #30 : Archéologie et modélisation du son
    https://www.antiatlas.net/rapn30-archeologie-et-modelisation-du-son

    10h-13h00 Mercredi 5 février 2020 Salle Paul Albert Février Maison méditerranéenne des science de l’Homme 5 rue du château de … Continuer la lecture de « Recherche, arts et pratiques numériques #30 : Archéologie et modélisation du son » L’article Recherche, arts et pratiques numériques #30 : Archéologie et modélisation du son est apparu en premier sur antiAtlas des frontières.

  • Dear tech companies, I don’t want to see pregnancy ads after my child was stillborn - The Washington Post
    https://www.washingtonpost.com/lifestyle/2018/12/12/dear-tech-companies-i-dont-want-see-pregnancy-ads-after-my-child-was

    Dear Tech Companies : I know you knew I was pregnant. It’s my fault, I just couldn’t resist those Instagram hashtags — #30weekspregnant, #babybump. And, silly me ! I even clicked once or twice on the maternity-wear ads Facebook served up. What can I say, I am your ideal “engaged” user. You surely saw my heartfelt thank-you post to all the girlfriends who came to my baby shower, and the sister-in-law who flew in from Arizona for said shower tagging me in her photos. You probably saw me googling (...)

    #algorithme #harcèlement #marketing #profiling #bug

  • Polytechnique : Montréal reconnaît un attentat antiféministe

    La nouvelle vient de tomber. #30ansPlusTard , la ville de Montréal reconnaît enfin le meurtre de 14 femmes à Polytechnique le 6 décembre 1989 comme un attentat antiféministe. La FFQ se réjouit de cette décision de la municipalité.

    Nommer les violences telles qu’elles sont est un premier pas décisif pour développer des mécanismes de prévention.

    https://christinedelphy.wordpress.com/2019/11/10/polytechnique-montreal-reconnait-un-attentat-antifeminist
    #féminicide #invisibilisation #déni #historicisation

  • #Rennes : La fête aux Veyettes
    https://fr.squat.net/2019/10/12/rennes-la-fete-aux-veyettes

    Le #Collectif_Action_Logement_14.09 vous convie à un week-end de festivités, de réflexion collective, de partages gastronomiques et de concerts du 11 au 13 octobre aux Veyettes (30 Rue des Veyettes à Rennes). Cela fera un mois que cette nef industrielle fend les vagues de bitume, brave les tempêtes préfectorales et les coup de […]

    #30_Rue_des_Veyettes #Les_Veyettes #sans-papiers

  • All We Need Is #acid | Episode 8
    http://www.radiopanik.org/emissions/all-we-need-is-acid/all-we-need-is-acid-episode-8

    Konnichiwa la planète Acid !

    Cette fois ci notre équipe survitaminée et 100% kawaii vous enmène dans l’Empire du Soleil Levant. En plus d’être la patrie d’origine de notre chère TB303 le #japon a intégré le son acid à tous les niveaux culturels possibles. Dans cette émission vous retrouverez en vrac, de la publicité chantée pour des batonnets de fromage, une loi qui bride la culture club, des lignes de code comme des gammes, des pissenlits, du jambon, Liège en Flandres et beaucoup beaucoup d’Acid !

    #303 #japon,acid,303
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/all-we-need-is-acid/all-we-need-is-acid-episode-8_06698__1.mp3

  • Interview with Kaggle Grandmaster, Senior CV Engineer at Lyft: Dr. Vladimir I. Iglovikov
    https://hackernoon.com/interview-with-kaggle-grandmaster-senior-cv-engineer-at-lyft-dr-vladimir

    Interview with Kaggle Grandmaster, Senior Computer Vision Engineer at Lyft: Dr. Vladimir I. IglovikovPart 24 of The series where I interview my heroes.Today, I’m honored to be talking to another great kaggler from the ODS community: (kaggle: iglovikov) Competitions Grandmaster (Ranked #97), Discussions Expert (Ranked #30): Dr. Vladimir I. IglovikovVladimir is currently working as the Senior Computer Vision Engineer at Level5, Self-Driving Division, Lyft Inc.Prior to Lyft, Vladimir was working as a Senior Data Scientist at TrueAccord. He has a background in Physics and holds a Ph.D. in Physics from UC Davis.About the Series:I have very recently started making some progress with my Self-Taught Machine Learning Journey. But to be honest, it wouldn’t be possible at all without the amazing (...)

    #artificial-intelligence #machine-learning #data-science #deep-learning #computer-vision

  • Algorithmes partout, intelligence nulle part. A propos de Gillian Brockell.
    https://www.affordance.info/mon_weblog/2018/12/algorithmes-partout-intelligence-nulle-part-.html

    L’histoire est de celles qui font monter les larmes. En tout cas moi j’ai eu les yeux qui piquent en la lisant. C’est celle d’une femme qui à perdu son enfant à la naissance. Un enfant mort-né. Une femme qui écrit aux patrons des GAFA, aux patrons des « Tech Companies », pour leur demander d’arrêter de lui proposer des liens publicitaires sur une maternité dont elle doit faire le deuil.

    Cette femme s’appelle Gillian Brockell. Et voici la lettre qu’elle a publié sur Twitter (ma traduction)

    "Chères entreprises technologiques,

    Je sais que vous avez su que j’étais enceinte. C’est ma faute, je n’ai pas pu résister aux Hashtags #30weekspregnant et #Babybump sur Instagram. Et j’ai été tellement stupide que j’ai même cliqué une fois ou deux sur des publicités que me proposait Facebook pour des vêtements de maternité.

    Vous avez certainement vu ma lettre de remerciement à toutes mes amies qui sont venues pour la fête prénatale et à mes soeurs qui ont pris un vol depuis l’Arizona et qui m’ont tagué dans leurs photos. Vous m’avez certainement vu taper sur Google « robe de vacances maternité » et même « barrière de sécurité pour lit bébé ». Et je parie qu’Amazon vous a même donné ma date de terme, le 24 Janvier, lorsque j’y ai créé ma liste de voeux de cadeaux de naissance.

    Mais ne m’avez vous pas vu également taper « est-ce que c’est une contraction de Braxton Hicks ? » et « bébé qui ne bouge pas » ? N’avez vous pas remarqué les trois jours de silence, très inhabituels pour une utilisatrice très connectée comme moi ? Et puis n’avez-vous pas vu non plus l’annonce avec les mots-clés « coeur brisé » et « problème » et « mort-né » et les 200 émoticônes larmes de mes amis ? Cela ne fait-il pas partie des choses que vous pouvez surveiller ?

    Et lorsque des millions de gens avec le coeur brisé cliquent sur « je ne veux pas voir cette publicité », et que là encore votre réponse est « pourquoi ? » avec le cruel mais vrai « ce n’est pas pertinent pour moi », vous savez, vous, les entreprises technologiques, ce que votre algorithme décide ? Il décide que vous avez accouchée, il suppose que tout s’est bien passé, et il vous inonde de publicités pour les meilleurs soutien-gorge d’allaitement (j’ai des feuilles de chou sur mes seins parce que c’est que la médecine offre de mieux pour stopper la montée de lait), il vous inonde de trucs et astuces pour endormir bébé (je donnerai n’importe quoi pour pouvoir l’entendre crier la nuit), et d’annonces pour les meilleures poussettes pour ses premières années de croissance (le mien pèsera pour toujours 1 kilo et 800 grammes)

    S’il vous plaît, entreprises technologiques, je vous en supplie : si vous êtes assez intelligentes pour comprendre que je suis enceinte, que j’ai accouchée, alors vous êtes également suffisamment intelligentes pour comprendre que mon bébé est mort et pour me diffuser des publicités appropriées, ou peut-être, peut-être, pour ne pas me diffuser de publicités.

    Sincèrement

    Gillian."

  • Un nouveau site archéologique révise la chronologie des habitations humaines sur le plateau tibétain.

    Qinghai-Tibet Plateau First Conquered by Humans at Least 30,000 Years Ago---Chinese Academy of Sciences

    Les ancêtres des humains se sont d’abord rendus à l’intérieur du plateau Qinghai-Tibétain il y a environ 30 000 à 40 000 ans, selon une nouvelle étude réalisée par des scientifiques de l’Académie chinoise des sciences (ACS). Cette nouvelle découverte recule les données les plus anciennes sur l’habitation à l’intérieur de 20 000 ans ou plus.

    L’équipe de recherche (...) dirigée par le Dr. ZHANG Xiaoling et le Prof. GAO Xing de l’Institut de paléontologie et de paléoanthropologie des vertébrés (IVPP) du CAS, (...) publiée dans Science, était basée sur les recherches de Nwya Devu, le site archéologique le plus ancien et le plus élevé du Paléolithique datant du début de l’âge de pierre, connu dans le monde entier.

    [C’est] une avancée majeure dans notre compréhension de l’occupation humaine et de l’évolution du plateau Qinghai [situé au Nord-Est du plateau tibétain et de plus basse altitude]., ainsi que des migrations et des échanges humains préhistoriques à plus grande échelle.(...)

    La haute altitude, l’hypoxie atmosphérique, les températures froides toute l’année et la faible pluviosité du plateau créent un environnement extrêmement difficile pour l’habitation humaine. Les preuves archéologiques indiquent qu’il s’agissait de l’un des derniers habitats colonisés par l’Homo sapiens. Aujourd’hui, le plateau Qinghai est le troisième endroit le moins peuplé de la planète.

    Jusqu’à présent, il n’existait aucune preuve concrète montrant que des personnes vivaient à l’intérieur du plateau avant l’époque géologique de l’Holocène (il y a 4 200 à 11 700 ans). En outre, seuls quelques sites archéologiques datant de façon fiable datant du Pléistocène (11 700 à 2,58 millions d’années) ont été découverts aux abords du plateau.

    Le site paléolithique de Nwya Devu découvert par cette équipe confirme que des ancêtres des humains ont foulé le plateau Qinghai à une altitude d’environ 5 000 mètres d’altitude, il y a environ 30 000 à 40 000 ans. C’est le premier site archéologique paléolithique découvert au Tibet qui conserve une stratigraphie intacte permettant une datation de l’Antiquité du site. Nwya Devu est situé dans la région de Changthang, dans le nord du Tibet, à environ 300 km au nord-ouest de Lhasa, capitale de la région autonome du Tibet, à environ 4 600 mètres d’altitude.

    Attention : je n’ai pas lu l’article original de Sciences et il me semble donc qu’il y a un problème de localisation : Ci-dessus, Nwya Devu se situerait dans la région du Changthang (la plus grande aire du plateau tibétain, situé au Sud-Ouest) mais le début de l’article mentionne le plateau Qinghai (situé au Nord-Est et de plus basse altitude).

    Le site comprend une vaste surface dense d’artefacts en pierre et un enregistrement continu enterré de l’occupation humaine. C’est le plus ancien site paléolithique connu sur le plateau Qinghai et le plus élevé jamais découvert au monde. Avant cette découverte, les premières traces archéologiques d’activités humaines en haute altitude provenaient de l’Altiplano andin, à environ 4 480 mètres d’altitude, montrant une habitation humaine il y a environ 12 000 ans.

    Cette découverte approfondit considérablement l’histoire de l’occupation humaine du plateau Qinghai et l’antiquité des adaptations humaines à haute altitude (> 4 000 m d’altitude).

    Le Pléistocène supérieur (il y a environ 12 000 à 125 000 ans) a été une période cruciale pour l’évolution humaine. Au cours de cette période, le comportement et les capacités cognitives des humains anciens se sont développés rapidement et leur capacité d’adaptation à un plus large éventail d’environnements s’est accrue de manière similaire. Les artefacts culturels préhistoriques de Nwya Devu fournissent d’importantes preuves archéologiques des stratégies de survie des peuples modernes anatomiquement et comportementalement modernes dans ce qui est sans doute l’environnement terrestre le plus rigoureux sur terre. Il permet également d’analyser les échanges et les interactions paléolithiques entre l’Est et l’Ouest en suggérant des voies de migration possibles.

    Le document a été approuvé par trois relecteurs au cours du processus d’évaluation. L’un d’eux a conclu qu’il « est assez original et très excitant, et qu’il intéressera au plus haut point les lecteurs de Science et les chercheurs qui étudient l’origine et la dispersion des humains modernes. colonisation en altitude. Les résultats ont de profondes implications pour la compréhension du calendrier et de la dynamique de la colonisation humaine du plateau tibétain. »

    Le projet Nwya Devu a été financé par le programme de recherche prioritaire stratégique de l’Académie chinoise des sciences, la Fondation nationale des sciences naturelles de Chine et le projet Financement des fouilles et déploiement emphatique de l’Institut de paléontologie et de paléoanthropologie des vertébrés.

    #Paléolithique #Peuplement #Tibet #Asie #Chine #30000BP #40000BP

    Date : 30 novembre 2018
    Source : #Chinese_Academy_of_Sciences_Headquarters

    Journal Reference :
    X. L. Zhang, B. B. Ha, S. J. Wang, Z. J. Chen, J. Y. Ge, H. Long, W. He, W. Da, X. M. Nian, M. J. Yi, X. Y. Zhou, P. Q. Zhang, Y. S. Jin, O. Bar-Yosef, J. W. Olsen, X. Gao.

    http://english.cas.cn/newsroom/news/201812/t20181203_201748.shtml

    The earliest human occupation of the high-altitude Tibetan Plateau 40 thousand to 30 thousand years ago. Science, 2018 ;
    Science 30 Nov 2018 :
    Vol. 362, Issue 6418, pp. 1049-1051
    DOI : 10.1126/science.aat8824


    http://english.cas.cn/newsroom/news/201812/t20181203_201748.shtml

  • Pour ma sortie de l’hôpital, pas très mobile, sur béquilles, ne pouvant pas sortir de chez moi, luttant pas mal à la fois contre la douleur après le choc opératoire orthopédique et une certaine forme d’anxiété post anesthésie, mes enfants ont été très gentils avec moi, notamment les grands. Jusqu’à mon gendre, que je ne connais pas bien, et qui a eu la gentillesse de me créer un compte à un service de vidéo à la demande grâce auquel je pourrais regarder autant de films que je veux.

    Je n’ai pas la télévision. Je ne peux pas dire que je ne l’ai jamais eue, mais les quelques fois où je l’ai eue, cela n’a pas duré très longtemps et ce n’était jamais de mon fait, je peux donc dire que les rares fois où j’ai eu la télévision c’était de manière indirecte. Et chaque fois quelques réflexes assez sains de ma part ont fait que je l’ai regardée très peu et de biais.

    Et du coup sans aucune culture télévisuelle, pour singer Grégoire Bouillier dans Le Dossier M. ,la télévision, pour moi, s’est arrêtée dans les années septante, avec la fin de Zorro et l’avénement de Dallas, sans toile de fond télévisuelle donc, j’ai été dans un très grand embarras pour ce qui est de renseigner utilement mon profil pour ce service de video à la demande. Rien que pour le choix de l’image de profil cela n’a pas été simple, puisque m’ont été présentées des centaines de petites vignettes à l’effigie de toutes sortes de personnages auxquels j’ai vraiment peiné à m’identifier, j’ai fini par choisir celui d’un gros animal gris qui a l’air un peu triste, c’était ce qu’il y avait de plus ressemblant.

    Ensuite il a fallu que je choisisse trois films préférés. J’ai cherché La Grande Illusion de Jean Renoir, Nostlaghia d’Andreï Tarkovsky et La Dolce Vita de Federico Fellini, mais force est de constater que cela ne faisait pas partie des choix proposés au contraire de quelques centaines de films dont je n’avais jamais entendu parler. J’ai fini par en prendre trois par défaut et complètement au hasard, notamment un parce qu’il y avait un avion de chasse sur l’affiche et j’aime bien les avions (mon papa était pilote).

    Et à partir de là j’ai décidé de me laisser entièrement faire, de me soumettre à la logique da l’algorithme.

    Après deux semaines d’un ou deux films par jour et de quelques épisodes de séries butinés en suivant les recommandations de l’algorithme, je pense qu’il est temps de faire la liste de toutes les choses dont je suis désormais persuadé. Au plus profond de moi.

    Quand une personne est filmée en train de dire au revoir à ses enfants avant de monter dans sa voiture, une fois sur deux cette dernière explose. Ce qui est très triste. Pour les enfants en question, qui deviennent soit, des terroristes plus tard, soit, au contraire, des spécialistes du déminage.

    Conviction #1

    Le terrorisme, surtout celui islamiste, est le seul vrai cancer de notre société. C’est un cancer prioritaire. Et il ne semble pas y avoir de lien entre la géopolitique, la politique, l’économie, l’écologie et le terrorisme. Pour s’attaquer au terrorisme, il n’existe qu’un seul moyen l’usage de la force contre la force.

    Conviction #2

    Les pays occidentaux ont tous une règle d’or, on ne négocie JAMAIS avec les terroristes, c’est souvent répété, cela doit avoir son importance.

    Conviction #3

    Il ne faut pas généraliser, il existe de très bons Musulmans, de véritables savants qui sont capables de réciter toutes sortes de sourates qui arrivent à point nommé en contradiction des messagers de la haine qui, eux, ont lu le Coran à l’envers, enfin vous voyez ce que je veux dire (je dis cela parce que des fois on voit des Occidentaux qui trouvent un exemplaire du Coran, souvent dans le voisinage d’explosifs et de munitions, à croire que les Islamistes n’ont qu’un seul livre dans leur bibliothèque dans laquelle, par ailleurs, ils et elles rangent leur arsenal, et ces Occidentaux qui n’ont pas l’air d’être au courant qu’ils ou elles le regardent à l’envers par rapport à son sens de lecture original).

    Conviction #4

    Par bonheur des hommes et des femmes au courage immense et à la tête de moyens techniques considérables et sophistiqués ne comptent pas leurs heures pour ce qui est de poursuivre les terroristes. Nous allons le voir on est vraiment dans le sacrifice personnel.

    Conviction #5

    Sans les caméras de surveillance omniprésentes dans des villes comme Londres ou New York, on serait foutu et toutes et tous tués par des terroristes, surtout des kamikazes, qui souvent ne sont que des lâches et qui n’ont pas toujours le courage de se suicider, en fait.

    Conviction #6

    Les hommes et les femmes, mais surtout les hommes, qui risquent tous les jours leurs vies pour que nous on puisse continuer de se bâfrer au barbecue en continuant de roter des bibines en marge de matchs de baseball entre copains, sans craindre qu’à tout moment, nous soyons les victimes d’attaques terroristes absolument dévastatrices, ces hommes et ces femmes donc ne dorment presque jamais et sacrifient leur vie privée dans les grandes largeurs mais ces hommes sont souvent mariés à des femmes qui comprennent qu’un tel devoir passe avant toutes choses et que leurs maris font cela pour le bien du pays et il n’y a pas de plus grands enjeux que le bien du pays et la sécurité nationale. Ce sont aussi elles les héroïnes de la sécurité nationale. Et plus tard les enfants nés de telles unions reprendront le flambeau. Bon sang ne saurait mentir. Surtout si l’un de ces parents est mort dans la lutte antiterroriste, a fortiori dans l’explosion de sa voiture piégée un matin en partant au travail.

    Conviction #7

    Parfois des agents, des policiers, des militaires, bref des personnes qui luttent contre le terrorisme se sacrifient pour éviter des massacres, le plus souvent ces héros qui font le sacrifice ultime sont noirs. Leurs enfants reçoivent alors un drapeau américain plié en triangle. Ce qui est une très belle récompense, ces enfants, souvent des garçons, consolent courageusement leur mère, qui, elle, une femme, pleure comme une madeleine. Faut dire aussi, c’est un peu triste. Mais elles finissent par comprendre la nécessité de ce sacrifice et même elles en conçoivent une grande fierté. Elles ne se remarient jamais.

    Conviction #8

    Ce n’est pas de gaité de coeur que les forces de l’ordre sont parfois contraintes à recourir à la violence et à la torture pour tenter d’extraire in extremis des informations qui vont sauver des centaines, parfois des milliers, de personnes innocentes et c’est tellement pas de gaité de coeur qu’en général de telles scènes de torture sont super bien filmées pour bien montrer que c’est nécessaire. A vrai dire dans les films pas une scène de torture qui ne vienne apporter une information cruciale, ce qui équivaut à dire : la torture cela marche. Ici je glisse une remarque qui ne concerne pas totalement le terrorisme, mais quand ce sont des Nazis de la Seconde guerre mondiale (parce que j’ai aussi regardé deux films dont l’action était située pendant l’occupation) qui torturent des résistants, la torture alors ne fonctionne pas à tous les coups, sauf auprès des plus faibles, des lâches qui n’étaient sans doute pas de vrais résistants, qui finissent par donner les noms de grands chefs de la résistance, qui, sans cette traitrise, ne seraient jamais tombés.

    Conviction #9

    De même lors des interrogatoires d’éventuels complices de terrorisme les enquêteurs et enquêtrices font souvent des propositions de marché avec les personnes qu’elles interrogent et elles respectent TOUJOURS leur parole, c’est à ce genre de choses que l’on voit que ce sont des personnes d’une droiture exceptionnelle parce qu’elles parviennent toujours à surmonter leurs préjugés, mais c’est quand même souvent qu’ensuite les complices de terrorisme déçoivent et trahissent cette confiance et cette droiture, parce qu’on ne peut vraiment pas leur faire confiance. Et le plus souvent quand ces personnes rejoignent inexorablement les forces du mal, au cours d’actions dangereuses les personnes de l’antiterrorisme les tuent dans des cas probants d’autodéfense. Comme ça c’est réglé. Ces terroristes et ces complices ont eu leur chance mais n’ont JAMAIS su en profiter.

    Conviction #10

    Les forces de l’ordre ne sont jamais racistes. Il arrive que certaines personnes des forces de l’ordre aient des préjugés raciaux mais c’est souvent facilement explicable parce qu’en fait le neveu de la belle soeur d’un collègue de leur jardinier faisait partie des victimes de nine eleven, mais par la suite leur partenaire, leur binôme qu’ils et elles n’ont pas choisi, parfois issu de l’immigration récente, arrive à leur montrer qu’il faut surmonter de telles douleurs. Et ils et elles y arrivent très bien. Et à la fin c’est souvent accolades et embrassades à tout va. C’est assez viril et chaleureux, de cette sorte d’accolade américaine dite Hug dans laquelle le fracas des tapes dans le dos est tel qu’il couvre tout potentiel érotique dans le rapprochement des deux corps.

    Conviction #11

    Dans les hommes et les femmes politiques, il y a deux sortes de personnalités, les manipulatrices dont on finit TOUJOURS par découvrir qu’ils et elles ont trempé dans toutes sortes de combines qui les ont enrichies et souvent en mettant la vie des forces de l’ordre et des forces militaires en danger, tout ça pour leurs intérêts personnels (ce qui est quand même très mal), et d’autres qui ont plus des profils d’underdogs et qui finissent TOUJOURS par triompher en dépit d’un parcours jonché d’embûches dont ils et elles se relèvent TOUJOURS. Et à la fin ce sont elles et eux qui sont élus et tout redevient normal et pacifié.

    Conviction #12

    Bien souvent le grand public n’a pas la plus petite idée des épouvantables menaces qui pèsent sur lui à tout moment, périls qui sont heureusement évités in extremis par les forces de l’ordre qui sont toujours là au bon moment, qui sont des héros, ce que l’on sait rarement, et qui ne demandent rien de plus pour de tels actes de bravoure, que des salaires modestes et de pouvoir humer l’air de la ville en paix un vendredi soir et savoir, au plus profond d’eux et d’elles-mêmes, que si ce n’est que rires, fêtes et insouciance autour d’elles et eux, c’est grâce à ce travail de l’ombre qui n’a pas d’autre reconnaissance. Mais cela leur suffit amplement.

    Conviction #13

    En fait tous les peuples sont amis, c’est juste quelques tarés, notamment islamistes, qui font régner la terreur parce qu’ils et elles voudraient qu’on soit tous religieux de la même manière, la leur, mais heureusement, Dieu merci, il y a des hommes et des femmes d’exception qui veillent sur nous.

    Conviction #14

    La vidéosurveillance c’est très important, ça permet de surveiller les terroristes avant qu’ils et elles n’aient le temps de perpétrer un attentat, ou, si les terroristes parviennent quand même à faire exploser leur bombe ou que sais-je, ça permet de reconstituer la manière dont ils et elles ont procédé et de retrouver leurs complices. La vidéosurveillance est au coeur de tout, sans elle aucun espoir. Les professionnels de la vidéosurveillance savent tout de suite qui est qui sur les images, les personnes comme vous et moi qui ne font rien de mal, et qui n’ont rien à cacher, et les terroristes, à vrai dire les personnes derrière les écrans de vidéo surveillance sont tellement débonnaires que des fois elles voient de petits larcins en direct mais comme elles ont d’autres chats à fouetter, elles ferment gentiment les yeux sur ces délits mineurs, presque elles feraient des compilations de ces petits délits pour les fêtes de fin d’année dans le service, c’est vraiment vous dire que la vidéo surveillance c’est pour les terroristes. Qui sont ultra-minoritaires.

    Conviction #15

    Il arrive parfois, malgré tout, que certaines choses se superposent à la vidéo surveillance ou que les forces de l’ordre mal renseignées commettent des erreurs et arrêtent momentanément des personnes qui ne sont pas du tout impliquées dans le terrorisme, de telles erreurs sont toujours très vite corrigées et les forces de l’ordre admettent volontiers leurs erreurs et produisent des excuses sincères qui sont bien comprises et bien acceptées, surtout quand on explique à ces personnes arrêtées par erreur qu’il y avait des enjeux de sécurité nationale et on s’excuse, ne vous excusez pas vous ne pouviez pas savoir.

    Conviction #16

    Grâce à une technologie d’extrême pointe, les services antiterroristes parviennent à faire survoler n’importe quel endroit de la planète instantanément avec des satellites et des drônes qui leur permettent systématiquement de déterminer qui est qui qui dit quoi à qui et qui qui donne quoi à qui etc… La technologie de pointe en question est tellement puissante qu’elle ne semble jamais sujette à la moindre défaillance et semble produire des temps de réponse prodigieusement instantanés et exempte de tout décalage horaire, le contribuable en a pour son argent question technologie et moyens techniques.

    Conviction #17

    Quand un ou une responsable entre dans une réunion, dès qu’il ou elle enfonce rageusement une touche de la télécommande du vidéo projecteur, on tombe pile sur la bonne image, le bon enregistrement, la bonne photocopie du bon document. La technologie est notre meilleure amie. Et les personnes de l’antiterrorisme qui l’utilisent n’ont généralement qu’une seule commande à taper sur leur clavier pour faire apparaitre à l’écran suspects et preuves.

    Conviction #18

    Les personnels des différentes agences qui luttent contre le terrorisme ont souvent des scrupules à propos de la manière dont elles obtiennent des informations, notamment grâce à la technologie, il y a des tas de contraintes juridiques qui sont suivies à la lettre et, seulement de temps en temps, quand vraiment il s’agit de sauver des centaines de vies, alors il arrive que l’on enfreigne de telles limitations juridiques, mais par la suite on se rend bien compte que c’était un mal nécessaire et que de toute manière tout le monde n’a rien à cacher donc c’est un moindre mal.

    Conviction #19

    Les hommes et les femmes politiques qui sont en première ligne de la sécurité nationale n’ont pas nécessairement d’ambition politique, ce serait mal les connaitre et les juger, leur première préoccupation c’est de servir le pays et ses habitants.

    Conviction #20

    Toutes les différentes agences anti terroristes travaillent main dans la main et parviennent parfaitement à mettre de côté leurs éventuels différends quand il s’agit de lutte contre le terrorisme, il y a même parfois des rencontres étonnantes entre les personnels de ces différentes agences qui peuvent aller jusqu’à l’amour charnel.

    Conviction #21

    A la Maison Blanche personne ne dort plus de trois heures par nuit. Et quand le président des Etats-Unis recommande à ses aides de rentrer chez eux pour aller faire une bonne nuit de sommeil parce que la journée de demain est porteuse de nouveaux défis, en général il est déjà bien plus de minuit. C’est aussi cela servir.

    Conviction #22

    Quand un ou une agente spéciale s’approche d’un ordinateur, il ou elle n’a généralement pas besoin ni de le démarrer ni de se connecter, encore moins de lancer le programme dont il ou elle a besoin, direct il ou telle tape les termes de sa recherche et en général le temps de réponse est instantané et souvent s’affiche automatiquement sur un grand écran où ses supérieurs peuvent constater qu’il ou elle trouve beaucoup plus souvent qu’il ou elle ne cherche.

    Conviction #23

    A vrai dire les personnes qui travaillent à l’antiterrorisme cherchent peu et trouvent rapidement. Ils sont très forts. Ils ne se trompent presque jamais. Et quand ils sont dans l’erreur, c’est seulement momentané, et quand ils et elles finissent par recoller les morceaux du puzzle alors Gare !

    Conviction #24

    Les rapports que le président des Etats-Unis entretient avec les autres dirigeants sont systématiquement cordiaux et pondérés sauf quand les dirigeants de petits pays insignifiants commencent à casser un peu les couilles du président et alors le ton monte et le président des Etats-Unis menace de l’usage de la force en faisant par ailleurs état d’un truc que ses services secrets ont découvert récemment et c’est la déconfiture du dirigeant du petit pays insignifiant, il faut voir sa tête.

    Conviction #25

    Pour travailler à la Maison-Blanche, il est recommandé aux femmes d’avoir de jolies jambes et de belles poitrines. Quand une femme a plus de cinquante ans elle est impérativement première ministre d’un autre pays. Elle n’est alors plus tenue d’avoir de jolies jambes et ou une belle poitrine.

    Conviction #26

    Les enquêtes de l’antiterrorisme vont à toute allure, une autopsie peut ne prendre d’une petite heure, une analyse balistique est en général instantanée, de même que d’éplucher des relevés bancaires d’un magnat de la drogue, il faut dire avec les moyens techniques qu’on leur alloue c’est un peu normal non ? Et c’est même pour cela qu’on les leur alloue, c’est pour le bien et la sécurité de toutes et tous.

    Conviction #27

    Les terroristes islamistes ont vu, et étudié dans le détail, The Mandchourian Candidate de John Frankheimer donc quand ils rendent de prisonniers et des otages, on n’est jamais trop prudents pour ce qui est de les surveiller étroitement parce qu’il y a de grandes chances pour qu’ils soient devenus des terroristes islamisées eux-mêmes.

    Conviction #28

    On peut TOUJOURS se fier à des agents du Mossad.

    Conviction #29

    Il arrive parfois que des agents et des agents de l’antiterrorisme outrepassent leurs droits, notamment dans la surveillance de quidams, ils et elles en ont parfaitement conscience, mais ils et elles suivent des intuitions imparables et voient des postes que personne n’avaient vues avant elles et eux, et même ils et elles jouent souvent leur carrière dans de telles enfreintes de la loi, mais par la suite on trouve toujours un juge ou que sais-je pour reprendre la situation et lui donner des allures légales.

    Conviction #30

    Quand une agence ou un agent de l’antiterrorisme est tellement pris par le travail qu’il ou elle en arrive à manquer l’anniversaire d’un neveu ou d’une nièce adorées, il ou elle trouve toujours le moyen de se faire pardonner auprès de l’enfant et de ses parents, avec les parents c’est facile il suffit d’invoquer le devoir et la sécurité nationale.

    Parallèlement à toutes mes convictions nouvelles en matière de terrorisme j’ai également appris que le soleil ne se couchait jamais dans le monde de l’antiterrorisme, il n’y a pas de décalage horaire très marquant entre le Moyen Orient et les Etats-Unis d’Amérique (pas même à l’intérieur même des Etats-Unis), que les rues de New York et d’autres grandes villes avaient été interdites d’accès aux personnes obèses, aux vieilles personnes et aux personnes vagabondes, qui quand elles apparaissent sont le plus souvent des agents sous couverture, que dans un film qui traite de terrorisme plus historique, en décembre 1975, à Vienne en Autriche, il y avait encore des feuilles aux arbres, que pour les besoins d’un scénario, des jeux olympiques pouvaient avoir lieu, à tout moment, et là au feuillage vert printemps des arbres, on peut penser que désormais les JO d’été ont lieu en avril. Il est également possible de copier le contenu d’un disque dur ou d’un serveur en une poignée de secondes sur des cartes mémoires ultra compactes, sont bien équipés les gus.

    Bref ça file un peu les jetons tout de même ce terrorisme, surtout celui islamiste mais bon on est quand même bien protégés, par des gars et des filles qui sont prêtes à se sacrifier pour nous et qui peuvent s’appuyer sur des caméras de surveillance un peu partout, ce serait même bien d’en mettre davantage.

    #pendant_qu’il_est_trop_tard

    • @aude_v J’ai mis un moment avant de comprendre ta question, je présume que tu parles d’une série qui s’intitule 24 heures chrono . Je n’ai pas regardé une série entière, d’ailleurs je ne suis pas sûr d’avoir regardé un épisode de quelques séries que ce soit en entier, j’ai butiné pour ce qui est des séries qui est un format qui me convient mal. Les films en revanche je les ai tous, presque tous, regardés en entier pour mieux forger mes nouvelles convictions.

    • @philippe_de_jonckheere , ton texte m’a rappelé celui ci :

      https://lundi.am/Mieux-comprendre-la-police-avec-Engrenages

      Engrenages est une série policière française. A chaque saison la même équipe d’enquêteurs va résoudre un meurtre. A chaque fois la victime était en lien avec un milieu différent. A la saison 4, ce fut celui des « jeunes autonomes ». Le portrait qu’en fit cette série fut terrifiant.

      Ce texte, dans un style lundimatin, partait de cette saison pour en tirer quelques réflexions sur la police.

    • @parpaing

      Je n’avais pas vu passer ce texte sur Lundimatin ou alors j’avais du juger hâtivement que je n’en tirerais pas bénéfice parce que cela parlait de la télévision, domaine dans lequel je n’ai donc aucune connaissance et ne souhaite pas en acquérir. Mais oui, bien sûr, nous parlons bien de la même chose.

      Et tu vois il faut croire que je suis constant sur cette ligne parce que ton commentaire m’a rappelé ces deux passages de Raffut

      … mais le téléphone a sonné, j’ai pensé que ce serait la mère d’Émile qui me rappellerait, ça va vous suivez toujours ? Mais non, il s’agissait du gardien de police qui me disait que la garde à vue de l’agresseur de votre fils va être prolongée de vingt-quatre heures, d’une part parce que les témoignages sont non concordants sur les causes du différend, mais aussi parce que le procureur de la République, quand on y pense, procureur de la République, ça en impose salement, on imagine facilement quelque patriarche à barbe blanche et fort coffre tonnant des rodomontades contre les impétrants, poursuivant de tirades quasi en alexandrins des aigrefins au ban de la société bien gardée, et la bonne morale avec elle, par pareil cerbère, bref le procureur de la République demande que votre fils soit présenté dans un institut médicolégal pour être examiné par un médecin légiste. Alors là autant vous le dire tout de suite j’ai beau ne pas être particulièrement spectateur d’une part de la télévision, je n’ai pas la télévision, ni, d’autre part, de films policiers, genre que je déteste, sur le sujet j’ai même des vues assez tranchées, j’aimerais en effet qu’on m’explique, une mauvaise fois pour toutes, comment il se fait que l’on dépense, que l’on ait dépensé, des hectomètres de pellicule de cinéma tout à la gloire de l’action policière, et pour ainsi dire pas du tout, peut-être quelques centimètres de-ci de-là, pour les éboueurs, dont l’action est à mon sens plus urgente, quotidienne, leurs rares grèves nous le rappellent chaque fois, que celle plus ponctuelle et exceptionnelle de la police, mais je m’emporte, il n’empêche, nul n’entend la phrase pour que votre fils soit examiné par un médecin légiste sans imaginer votre fils allongé sur une paillasse, le ventre ouvert et froid, un médecin légiste poussiéreux, c’est le même acteur que pour le procureur de la République, mais mal rasé et légèrement grimé, le médecin légiste poussiéreux, donc, notant scrupuleusement le poids de chaque organe pour mieux se prononcer sur les causes de la mort de votre fils tout en statuant que par ailleurs, de toute façon, il était condamné par une leucémie qui n’avait pas encore été décelée, quand on n’a pas la télévision et qu’on ne la regarde pas, voire jamais, on la regarde encore trop.

      Et

      Et que les deux nuits que Youssef avait passées au commissariat aient été, pour l’avocat, la première, l’occasion d’une bonne soirée télévision, la chaîne Arte entamait un cycle consacré au cinéaste Otto Preminger, avec ce soir-là donc, Autopsie d’un meurtre avec James Stewart et la musique de Duke Ellington, c’était le lm préféré de tous les avocats et celui de Youssef ne dérogeait pas à la règle, et la deuxième, d’un dîner, le mardi soir donc, chez des amis, lui est avocat aussi et elle, organisatrice de séminaires dans le monde des a aires, oui, un mardi on s’excuse mais avec l’emploi du temps de ces mes- sieurs on ne va pas reporter le dîner aux calendes grecques, là aussi le cinéma, surtout lui, nous o re une très vaste palette des tranches de vie que l’on prête aux avocats, notamment une vie sociale riche et intense en même temps que simultanée à des a aires complexes, nécessairement complexes, qu’ils ont à traiter et qui peuplent leur esprit jusqu’à un encombrement qui les empêche de pro ter pleinement de cette vie sociale enviable seulement en apparence. Décidément on ferait bien de s’interroger sur cette propension du cinéma de fiction à brosser d’aimables tableaux d’une certaine catégorie sociale, en plus d’un cinéma tout acquis aux œuvres policières.

  • 30 years on since first migrant death, still no end to tragedies at sea

    When the body of a Moroccan man washed up on a beach in #Tarifa in 1988, no one knew that it would be the first of more than 6,700 fatalities.

    The body lay face up in the sand with its arms in a cross. It was swollen but clothed. The small boat had run aground and swept up on the shores of a beach in Tarifa, a town in Spain’s southern province of Cádiz. Four survivors recounted in French the story of the shipwreck that “froze the heart.”

    It was November 1, 1988, a date that continues to haunt journalist Ildefonso Sena. He took 10 photos of the scene with his Nikon compact camera but only one was needed for the incident to send shock waves through Europe. Without intending to, he had immortalized the first migrant death in the Strait of Gibraltar.

    “I wasn’t aware of the number of deaths that would follow,” Sena told the local newspaper Diario de Cádiz. Two bodies were found the following day, another two on November 3 and one more in Ceuta, the Spanish exclave city in North Africa. A total of 11 people died and seven disappeared. It was the first time a migrant boat had shipwrecked off Spain’s southern border. Thirty years on, there is no sign of an end to the deaths. “There has not been one single year where there have not been deadly tragedies,” says Gabriel Delgado, who has been director of the Migration Office of the Cádiz and Ceuta Diocese since 1993.

    Since November 1, 1988, 6,714 migrants have died or gone missing in the Strait of Gibraltar, according to a report by the migrant support group Andalucía Acoge. As the sun sets one afternoon in late October, Antonio Ruiz and his son Francisco Ruiz visit the graves at Tarifa cemetery. Antonio was mayor for the Socialist Party (PSOE) when Tarifa was shocked by the first migrant death. Now his son is the mayor and the people of the town, home to 118,116 residents, jump into action to lend a hand and provide resources to hundreds of migrants when the system is unable to cope.

    In Tarifa, they now know that when the wind is calm or gently blowing from the west, boats will arrive to the shore. And, if there is a sudden easterly gust, that there will be more deaths at sea. “We have 30 years of experience. We have been living with this situation for many years and are used to it. You have to normalize providing shelter, but you must never normalize death,” says Francisco Ruiz.

    This is the unwritten wisdom of a town committed to solidarity at all costs – a hundred or so locals spent their summer helping migrants sheltered in the municipal pavilion – and one that is becoming increasingly more familiar with the arrival of bodies of North African and Sub-Saharan migrants to their shores.

    It was not like this in the 1980s, when the town had no idea about the scope of the problem. “We could not imagine that this was going to lead to what it has led to,” explains Antonio Ruiz. Sena agrees: “The migration phenomena was gradually revealed. Between 1982 and 1983, boats began to arrive and the Civil Guard thought at first they were bringing in drugs. Later it happened more frequently but nobody gave it any importance until November 1, 1988.” That was the day the journalist was told by a Civil Guard officer: “Go to Los Lances beach, a body has appeared.”

    Sena remembers the scene when he arrived: “There was an infernal wind. The dead young man was two meters from the bow of the boat. He was around 25 years old and covered with grime from the sea.”

    He squatted down to take the photos. An officer then approached him and asked if he could interpret from French for the four Moroccan survivors. “They told me that 23 of them had set sail at 12 from a beach in Tangier. Halfway into the trip, they were surprised by a very strong easterly wind. They got close to the coast but the ship capsized,” recalls the 67-year-old, who has now retired.

    The 11 migrants who were found dead in the following days had no name, affiliation or known family – a pattern that would become all too familiar. Their bodies were moved from the morgue to a common grave in Tarifa cemetery, which is marked by a simple tombstone: “In memory of the migrants who died in the Strait of Gibraltar.” Delgado placed the tombstone when he took office. Since then, he and his team have discovered that, unlike other dioceses, the brunt of their work is in assisting migrants, not emigrants.

    Delgado has 25 years of bittersweet experiences, of migrants who were able to move forward and others who became just another anonymous legal process of a tomb in the cemeteries of Tarifa, Barbate and Conil de la Frontera in Cádiz, and in Ceuta. In these years, Delgado has seen blood trails on beaches and dead children, like Samuel, who was found at the beginning of 2017 in Barbate. “Fatal tragedies hit me very hard. I cannot get used to it,” explains the priest, who has officiated dozens of migrant burials.

    Every second Wednesday of the month, Delgado organizes Circles of Silence meetings in cities in Ceuta and Cádiz. “We don’t want anyone to get used to tragedy. Now I fear that, what’s more, we have gone from the globalization of indifference to the globalization of rejection,” he says in a serious tone.

    Every date marks the death of a migrant at sea. But back on November 1, 1988, it was difficult to imagine the Strait of Gibraltar would become the mass grave it is today. That windy morning was just a day when Sena pressed the shutter on his camera, “without calibrating the importance the photo would have.”


    https://elpais.com/elpais/2018/11/01/inenglish/1541074865_689521.html?id_externo_rsoc=TW_CC
    #Etroit_de_Gibraltar #mourir_en_mer #30_ans triste (#anniversaire) #histoire #photographie #migrations #frontières #fermeture_des_frontières #Espagne #Méditerranée #Forteresse_Europe #1988

    ping @reka

  • The #30DayStartup Challenge — Learn to build and launch a startup in 30 days
    https://hackernoon.com/the-30daystartup-challenge-learn-to-build-and-launch-a-startup-in-30-day

    I’m going to teach how to build and launch a startup in 30 days, for free and without code. Over 3,000 people have already signed up to join the challenge.https://medium.com/media/8a18bd885ae46679b4259b6c8433fe9c/hrefOr head over to the website: https://www.newco.app/30daystartupHere’s a couple good reasons why:body[data-twttr-rendered="true"] background-color: transparent;.twitter-tweet margin: auto !important;Good = build things Better = build things that help people Best = build things that help people build their own things — @ajlknfunction notifyResize(height) height = height ? height : document.documentElement.offsetHeight; var resized = false; if (window.donkey && donkey.resize) donkey.resize(height); resized = true;if (parent && parent._resizeIframe) var obj = iframe: (...)

    #launch-a-startup #30-day-startup-challenge #launch-a-startup-30-days #startup-challenges #day-startup-challenge

  • "Dans les moindres détails : comment nos ancêtres aux traits autistiques ont mené une révolution dans l’art de l’ère glaciaire".

    Voici un article de l’université de York qui avance une explication du développement soudain, il y a 30 000 ans d’un art réaliste en Europe (dans la grotte Chauvet par exemple).

    En effet, la capacité à se concentrer sur les détails, qui est un trait commun chez les autistes, aurait permis au réalisme de s’épanouir dans l’art de l’ère glaciaire.
    Les auteurs de la nouvelle étude réfutent tout d’abord la théorie selon laquelle les drogues psychotropes étaient la cause des illustrations détaillées, qu’elles pouvaient améliorer la qualité de l’art en général (beaucoup d’études des années 60 sous LSD ont été menées dans ce sens ).
    Ils affirment plutôt que " les individus ayant un « trait de détail » (...) ont lancé un mouvement artistique qui a conduit à la prolifération de dessins rupestres réalistes en Europe ".

    Ils ont

    examiné les preuves provenant d’études tentant d’identifier un lien entre le talent artistique et l’usage de drogues, et constaté que les drogues ne peuvent servir qu’à désinhiber les individus ayant une capacité préexistante.

    L’idée que les gens avec un degré élevé à dessiner avec un « trait de détail », dont beaucoup peuvent être autiste, [ont impulsé] une tendance à l’extrême réalisme dans l’art de l’âge de glace est une explication plus convaincante.

    L’autisme sans déficience intellectuel (qui n’est pas forcément invalidante) a fait l’objet de la sélection positive.

    Firstly, the genetic evidence confirms that individuals with autism were present in the Palaeolithic.

    Secondly evidence is growing that some advantageous elements related to genes associated with autism have been subject to positive selection (Warrier et al., 2016; Polimanti & Gelernter,
    2017).

    Thirdly the phenotypes of those who have autism spectrum conditions without intellectual disability carry a number of strengths including significant perceptual abilities and special skills (Meilleur et al., 2015) improved concentration, ability to recognise patterns, and strong factual memory (Lorenz & Heinitz, 2014) all likely to be of benefit in Upper Paleolithic environments (Spikins, Wright & Hodgson, 2015)

    Lastly, the final piece of the jigsaw is that the community they live in needs to value them and it is precisely this time in history where Thorpe (2016) argues that the presence of empathic behaviour and caring should be treated in
    the light of current evidence as the null hypothesis. Archaeological interpretations can no longer discount the influence of individuals with ASC in past societies. Indeed Spikins et al. (2016) have argued for example
    that the incorporation of autism is explained through understanding that autism spectrum conditions are not asocial, but differently social, with individuals with autism without intellectual impairment potentially bringing important skills and fulfilling important roles in society in the past, as in the present.

    En outre,

    En plus de contribuer à la culture précoce, les gens ayant le souci du détail nécessaire pour peindre de l’art réaliste auraient également eu pour objectif de créer des outils complexes à partir de matériaux tels que l’os, la roche et le bois. Ces compétences sont devenues de plus en plus importantes pour nous permettre de nous adapter aux environnements difficiles que nous avons rencontrés en Europe.

    Open Archaeology, Volume 4, Issue 1, Pages 262–279, ISSN (Online) 2300-6560, DOI : https://doi.org/10.1515/opar-2018-0016.

    Le pdf en libre accès : https://www.degruyter.com/downloadpdf/j/opar.2018.4.issue-1/opar-2018-0016/opar-2018-0016.xml

    How our ancestors with autistic traits led a revolution in Ice Age art : The ability to focus on detail, a common trait among people with autism, allowed realism to flourish in Ice Age art

    #Préhistoire #art #Penny_Spikins #University_of_York #autisme #30000BP