• « La révolution de la 5G nous réserve une hyperconsommation numérique énergivore »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/11/19/la-revolution-de-la-5g-nous-reserve-une-hyperconsommation-numerique-energivo

    Joachim Renaudin, expert du numérique, met en garde dans une tribune au « Monde » sur l’effet de l’explosion des usages numériques permis par la 5G sur la consommation énergétique des réseaux et des serveurs. Le numérique fait plus que jamais partie de nos vies. Regarder un film sur Netflix, jouer à un jeu vidéo sur mobile, travailler en visioconférence… Ces actions du quotidien peuvent paraître anodines, mais leur impact pour la planète est immense. En 2018, le numérique représentait 4 % des émissions (...)

    #5G #écologie #technologisme

  • stop5G.be : Collectif pour l’arrêt de la #5G en Belgique et dans le monde
    http://stop5g.be/fr/index.htm

    Le collectif stop5G.be a été créé le 14 novembre 2019 à l’occasion de la remise de la pétition internationale aux ministres belges des différents niveaux de pouvoir dont c’est la compétence (voir le communiqué ci-dessous, « Il est urgent d’arrêter le déploiement de la 5G »).

    L’objectif premier du collectif est l’arrêt du déploiement de la 5G, la 5e génération des normes de la téléphonie mobile. À ce jour, le collectif rassemble déjà une dizaine d’ASBL et d’associations de fait dont vous pouvez consulter la liste ici.

  • La #5G, « nuisible aux êtres vivants » : une pétition internationale appelle à l’arrêt de son déploiement
    https://www.rtbf.be/info/societe/detail_la-5g-nuisible-aux-etres-vivants-une-petition-internationale-appelle-a-l

    L’industrie prévoit l’installation de millions d’antennes 5G, une tous les 50 à 150 mètres en milieu urbain, et la mise en orbite de plusieurs dizaines de milliers de satellites. Le collectif dit disposer de preuves scientifiques du fait que les champs électromagnétiques de radiofréquences utilisés sont « nuisibles aux êtres vivants ».

    Les signataires - parmi lesquels on trouve une soixantaine d’organisations ou d’institutions belges comme Inter-Environnement Bruxelles ou la Fondation Polaire Internationale - demandent aux différentes autorités belges l’arrêt du déploiement de la 5G sur son territoire.

    Ils réclament aussi qu’elles interviennent à l’UE, au Conseil de l’Europe et à l’ONU « pour l’interdiction mondiale des satellites 5G et, à tout le moins, de leurs émissions au-dessus du continent européen et des eaux internationales limitrophes ».

  • 5G : « Les Etats-Unis ont peur de perdre leur prééminence technologique »
    https://usbeketrica.com/article/5g-les-etats-unis-ont-peur-de-perdre-leur-preeminence-technologique

    « La 5G est un enjeu géopolitique qui a peut-être été non-assumé au départ (...) toute la difficulté est de savoir si c’est une guerre commerciale avec un simple volet technologique, ou si la guerre commerciale est un paravent à une rivalité technologique exacerbée entre Chinois et Américains (...) Le positionnement des autorités américaines est notamment lié à la montée en gamme de Huawei en matière de smartphones et de pose de câbles sous-marins. La crainte des Américains de perdre leur prééminence technologique est particulièrement élevée. »

    « Le matériel résidentiel chez Orange, SFR ou Bouygues, c’est du Huawei (...) En Pologne, tout le réseau mobile d’Orange est d’origine Huawei. Est-ce que ça veut dire qu’il est plus à risque qu’un réseau Nokia ou Alcatel ? La réalité, c’est qu’on ne peut pas le savoir pour l’instant... »

    #5G #technologie #Huawei #protection_des_données

  • 5G : « Les États-Unis ont peur de perdre leur prééminence technologique »
    https://usbeketrica.com/article/5g-les-etats-unis-ont-peur-de-perdre-leur-preeminence-technologique

    Objet d’une rivalité exacerbée entre les États-Unis et la Chine depuis plusieurs mois, la technologie 5G se retrouve au cœur d’enjeux géopolitiques majeurs et parfois complexes à décrypter. À l’occasion des Assises de la Sécurité, rendez-vous annuel des experts de la cybersécurité qui s’est tenu du 9 au 12 octobre à Monaco, nous avons tenté de faire le point sur le sujet. « Les ennemis de mes ennemis sont mes amis. » Et si le célèbre adage était en passe de devenir une réalité stratégique pour les États-Unis (...)

    #Alcatel-Lucent #Bouygues #Cisco #Huawei #Nokia_Siemens #Orange #Sony #Verizon #backdoor #solutionnisme #domination #concurrence #ANSSI #SFR_Vivendi #KT (...)

    ##5G

  • Huawei subirait un million de cyberattaques par jour : la 5G dans le collimateur des hackers
    https://cyberguerre.numerama.com/1748-huawei-subirait-un-million-de-cyberattaques-par-jour-la-5

    Selon les dires de John Suffolk, en charge du pôle cybersécurité de la multinationale Huawei, l’entreprise essuierait pas moins d’un million de cyberattaques quotidiennes. En ligne de mire : sa technologie 5G qui attire visiblement les convoitises. Un million de cyberattaques par jour. Un chiffre gargantuesque qui interpelle forcément. À la tête de la division cybersécurité du groupe chinois Huawei, John Suffolk s’est récemment exprimé dans les médias quant au nombre de cyberattaques subies par le (...)

    #Huawei #5G #hacking #concurrence

    //c2.lestechnophiles.com/cyberguerre.numerama.com//content/uploads/sites/2/2019/10/jack-sloop-eYwn81sPkJ8-unsplash.jpg

  • Les ventes de #Huawei progressent, malgré les sanctions américaines...
    http://www.boursier.com/actualites/economie/les-ventes-de-huawei-progressent-malgre-les-sanctions-americaines-42425.ht

    Du côté de la #5G, le ciel semble également s’éclaircir, malgré les efforts américains pour bloquer Huawei dans cette nouvelle technologie. Mercredi, il a signé plus de 60 contrats commerciaux 5G pour dans le monde entier... L’#Inde a dit ne « rien avoir contre Huawei » et en #Allemagne, l’un des plus grands marchés européens, l’administration Merkel a déclaré que le matériel de Huawei ne serait pas exclus lors de futurs achats 5G. Le plus gros pari de Huawei reste cependant en #Chine, où les opérateurs publics sont prêts à construire leurs propres réseaux 5G.

    #etats-unis

  • Aujourd’hui, les licences suffisent-elles ?
    https://framablog.org/2019/08/30/aujourdhui-les-licences-suffisent-elles

    Frank Karlitschek est un développeur de logiciel #Libre, un entrepreneur et un militant pour le respect de la vie privée. Il a fondé les projets #Nextcloud et #Owncloud et il est également impliqué dans plusieurs autres projets de logiciels libres. … Lire la suite­­

    #Droits_numériques #G.A.F.A.M. #Internet_et_société #Libertés_Numériques #Libres_Logiciels #5G #Android #Apprentissage_automatique #data #données #Facebook #Microsoft #OpenSource #Stallman

  • La #4G saturée en Belgique ? « Depuis 2 ans, la consommation de données mobiles a quasiment doublé »
    https://www.rtbf.be/info/economie/detail_la-4g-saturee-en-belgique-depuis-2-ans-la-consommation-de-donnees-mobile

    #5G_lobbying

    Depuis pas mal de temps on parle de la 5G, on nous y « prépare » et comme à chaque évolution de solides campagnes de lobbying « pro » sont en cours et on discerne par moment quelques échos des « contre » aussi. D’où ce tag...

  • 5G, la grande enquête
    https://reporterre.net/5G-la-grande-enquete

    La 5e génération de la technologie du réseau sans fil se déploie dans le monde. Vie quotidienne, infrastructures, promesses économiques, libertés publiques, enjeux écologiques, Reporterre a mené une enquête en cinq volets, dont voici la compilation.

    #5G #SmartCity #écologie #smartphone

  • La #5G, un danger pour l’évacuation des gens en cas de catastrophe naturelle ?
    https://www.numerama.com/tech/519206-la-5g-un-danger-pour-levacuation-des-gens-en-cas-de-catastrophe-nat

    Ce sont les patrons de l’agence spatiale (NASA) et de l’agence d’observation océanique et atmosphérique (NOAA) qui ont tiré la sonnette d’alarme, rapporte le Washington Post. Ils craignent que l’exploitation de certaines fréquences pour la 5G ne réduise les capacités de prévision météorologique de l’Amérique. Ce serait même un retour de quarante ans en arrière dans l’anticipation, dit le patron du NOAA.

    Pour un pays comme les #États-Unis, c’est particulièrement grave : le territoire est chaque année exposé aux #cyclones tropicaux qui naissent dans l’océan Atlantique et qui remontent le golfe du Mexique, ravageant au passage les Caraïbes et la côte sud-est des USA. D’une année sur l’autre, on dénombre quelques dizaines à plusieurs milliers de morts, et bien plus de déplacés.

  • Pourquoi le déploiement de la 5G ne suscite-t-il aucun débat de société ? | Mais où va le Web
    http://maisouvaleweb.fr/deploiement-de-5g-ne-suscite-t-debat-de-societe

    Cependant, s’il fallait résumer la situation, hormis quelques Khmers verts inaudibles, tout va bien madame la Marquise. Un nouveau marché s’ouvre et avec lui toutes les perspectives de bonheur, de croissance, d’emplois. En France, on ne sait pas encore combien mais aux Etats-Unis, on nous en promet 22 millions et une « quatrième révolution industrielle » – ça faisait longtemps – parce que bien sûr, les trois premières c’était la panacée. Et oui, ce sont les vainqueurs qui écrivent l’histoire, pas les luddites. Pour ajouter au tableau, I’MTech nous assure que la 5G sera une technologie « moins coûteuse en énergie », même si les défis sont grands, voyez plutôt : « la 5G devra supporter dans les dix prochaines années une augmentation de trafic de données d’un facteur 1000, avec une consommation énergétique réduite de moitié par rapport à ce que les réseaux consomment aujourd’hui. Le challenge est donc grand, puisqu’il s’agit d’augmenter l’efficacité énergétique des réseaux mobiles d’un facteur 2000. » On croise les doigts, vraiment.

    Je sais, lorsqu’on critique l’introduction d’une nouvelle technologie, on passe forcément pour un obscurantiste, un rigolo, un forcené de la bougie voire même, un australopithèque en mal de grotte. Rien de nouveau sous les ondes, les luddites eux aussi étaient discrédités par leurs propres syndicats. Le progrès, ça ne s’arrête pas. Les critiques subissent un autre affront de taille : on les réduit souvent aux seules questions sanitaires, que l’on s’empresse de résoudre à peu près, tout en balayant d’un revers de main les autres considérations plus philosophiques qui devraient nous interroger. Par exemple, le rapport au temps, à la consommation, aux autres. Des questions que l’on ouvre volontiers avec quelques livres de philosophie qui font bien sur l’étagère (par exemple Hartmut Rosa, auteur de « Remède à l’accélération ») mais que l’on s’empresse de refermer dès qu’il s’agit de réellement revoir nos modes de vie[3]. Conséquence : il est probable que vous en lisiez plus sur le fait que la 5G puisse faire « chauffer les antennes des insectes », les éventuels risques de cancer ou d’électro-sensibilité (qui n’ont fait l’objet d’aucune validation scientifique jusqu’à présent), que sur les effets sociaux et environnementaux réels d’un tel déploiement. Si je devais faire un pari tout à fait personnel, je dirais que la 5G ne créera pas de problèmes de santé directs, pas plus en tout cas que ce que les technologies actuelles peuvent représenter comme risques. Je dirais même que c’est se tromper de combat.

    C’est peut-être surprenant, mais le véritable combat est en fait démocratique. Quand des journaux titrent en toute décomplexion « Ce que la 5G va changer pour vous : on récapitule », c’est que par définition, vous n’avez rien vu passer de cette nouvelle norme qui va effectivement reconfigurer votre quotidien. Or en démocratie, les citoyens devraient avoir leur mot à dire sur ces sujets très structurants, sans doute plus directement.

    #5G #Internet_société #Démocratie

    • C’est peut-être surprenant, mais le véritable combat est en fait démocratique. Quand des journaux titrent en toute décomplexion « Ce que la 5G va changer pour vous : on récapitule », c’est que par définition, vous n’avez rien vu passer de cette nouvelle norme qui va effectivement reconfigurer votre quotidien. Or en démocratie, les citoyens devraient avoir leur mot à dire sur ces sujets très structurants, sans doute plus directement.

      .

      Soyons honnêtes, il est tout à fait illusoire de croire que nous pourrons ralentir en accélérant tout. La vitesse, quand elle optimise ce qui ne marche pas, ne fait que nous rendre plus dépendant d’un système technique qui, en soi, fait aussi partie du problème. Il est sans doute possible que dans certaines circonstances, la 5G puisse nous aider à réellement réduire notre facture énergétique. A vrai dire, je n’en sais rien. Vous n’en savez rien. Les experts n’en savent rien. Et quand bien même une personne saurait tout, aurait toutes les réponses, rien ne dit que son grand projet pour l’humanité fasse réellement consensus, car nous n’en n’avons pas parlé, car nous n’avons aucun réel projet sinon la technologie elle-même.

  • Les météorologues inquiets des conséquences de la 5G Laurent Burkhalter - Jérémie Favre - 15 Mai 2019 - RTS
    https://www.rts.ch/info/sciences-tech/10435787-les-meteorologues-inquiets-des-consequences-de-la-5g.html

    Chaque année, une centaine de cyclones, d’ouragans et de typhons s’abattent sur le globe terrestre. Premiers remparts pour organiser les évacuations, les prévisions météo pourraient être perturbées par la 5G.
    Pour prévenir ces événements, modéliser leur trajectoire, et le cas échéant organiser les évacuations de population, les chercheurs utilisent des instruments de mesures de fréquences particulièrement sensibles pour évaluer l’énergie émise naturellement par la planète à des niveaux très faibles.

    Au Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme de Reading, en Angleterre, un partenaire de MétéoSuisse, l’inquiétude est de mise. Car la technologie 5G représente potentiellement une menace.

    « Nous mesurons plusieurs fréquences qui ont des propriétés particulières. Par exemple, la vapeur d’eau émet un signal d’environ 24 gigahertz. Très proche de l’une des fréquences qui pourraient être utilisées par la 5G », explique le météorologue Stephen English, mercredi dans le 19h30. En conséquence, ce signal d’information extrêmement important observé depuis l’espace pourrait se retrouver brouillé.

    « Sauver des centaines de milliers de vies »
    Une cinquantaine de satellites météorologiques circulent autour de la Terre. Ils livrent des informations précieuses pour les prévisions météo. Si ces données devaient être corrompues, les conséquences pourraient être désastreuses.

    « Grâce aux informations détectées par les satellites, nous pouvons donner des alertes d’ouragans cinq à dix jours à l’avance. Sans ces données, nous n’aurions rien pu détecter dans le cas de l’ouragan Irma par exemple, ni donner l’alerte. Avec ces informations vous pouvez dire qu’on sauve des dizaines, ci ce n’est des centaines de milliers de vies chaque année », souligne Tony McNally, lui aussi météorologue à Reading.

    Rien contre la 5G
    Les scientifiques ne s’opposent pas fondamentalement à la 5G, mais ils demandent urgemment à plusieurs gouvernements, notamment celui des Etats-Unis, de protéger les fréquences critiques. Ni l’industrie ni le régulateur international n’ont souhaité s’exprimer à ce propos.

    Collaborateur scientifique chez Météosuisse pour la protection des radiofréquences, Maxime Hervo souligne que la même interrogation se pose pour la Suisse, « puisque c’est un phénomène global. » Mais le problème ne concerne pas la 5G telle qu’on la voit actuellement, souligne-t-il.

    Fréquences différentes en Suisse
    Collaborateur scientifique chez Météosuisse pour la protection des radiofréquences, Maxime Hervo souligne dans le 19h30 que la même interrogation se pose pour la Suisse, « puisque c’est un phénomène global. » Mais le problème ne concerne pas la 5G telle qu’on la voit aujourd’hui, souligne-t-il.

    Les fréquences actuelles sont différentes en Suisse et il n’y a pas de problème aujourd’hui sur ce plan-là. Mais « c’est une question qui va se poser au mois d’octobre lors d’une conférence internationale qui devra décider de ce sujet », précise le scientifique. Il s’agira concrètement de choisir les bonnes fréquences, pour la 5G, afin qu’elles ne perturbent pas les autres services comme les satellites météo notamment.

    #5G #nécrotechnologies #actualités_high-tech

  • Au sein de l’Europe, où la #5G est vendue comme une nouvelle révolution, l’Italie a pris une longueur d’avance. Plusieurs régions, comme L’Aquila dans les Abruzzes, y servent de #terrain_d’expérimentation pour cette nouvelle #technologie. Mais alors qu’État et industriels applaudissent, des poches de #résistances s’organisent pour exiger l’application du principe de précaution. Y compris sur le terrain judiciaire, où fabricants, opérateurs et État sont dans le collimateur d’avocats. Un nouveau volet de l’enquête menée par le collectif de journalistes Investigate Europe.
    https://www.bastamag.net/Bientot-nous-pourrons-attaquer-toute-l-industrie-en-justice-en-Italie-des

  • The Terrifying Potential of the 5G Network | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/news/annals-of-communications/the-terrifying-potential-of-the-5g-network

    Two words explain the difference between our current wireless networks and 5G: speed and latency. 5G—if you believe the hype—is expected to be up to a hundred times faster. (A two-hour movie could be downloaded in less than four seconds.) That speed will reduce, and possibly eliminate, the delay—the latency—between instructing a computer to perform a command and its execution. This, again, if you believe the hype, will lead to a whole new Internet of Things, where everything from toasters to dog collars to dialysis pumps to running shoes will be connected. Remote robotic surgery will be routine, the military will develop hypersonic weapons, and autonomous vehicles will cruise safely along smart highways. The claims are extravagant, and the stakes are high. One estimate projects that 5G will pump twelve trillion dollars into the global economy by 2035, and add twenty-two million new jobs in the United States alone. This 5G world, we are told, will usher in a fourth industrial revolution.

    A totally connected world will also be especially susceptible to cyberattacks. Even before the introduction of 5G networks, hackers have breached the control center of a municipal dam system, stopped an Internet-connected car as it travelled down an interstate, and sabotaged home appliances. Ransomware, malware, crypto-jacking, identity theft, and data breaches have become so common that more Americans are afraid of cybercrime than they are of becoming a victim of violent crime. Adding more devices to the online universe is destined to create more opportunities for disruption. “5G is not just for refrigerators,” Spalding said. “It’s farm implements, it’s airplanes, it’s all kinds of different things that can actually kill people or that allow someone to reach into the network and direct those things to do what they want them to do. It’s a completely different threat that we’ve never experienced before.”

    Spalding’s solution, he told me, was to build the 5G network from scratch, incorporating cyber defenses into its design.

    There are very good reasons to keep a company that appears to be beholden to a government with a documented history of industrial cyber espionage, international data theft, and domestic spying out of global digital networks. But banning Huawei hardware will not secure those networks. Even in the absence of Huawei equipment, systems still may rely on software developed in China, and software can be reprogrammed remotely by malicious actors. And every device connected to the fifth-generation Internet will likely remain susceptible to hacking. According to James Baker, the former F.B.I. general counsel who runs the national-security program at the R Street Institute, “There’s a concern that those devices that are connected to the 5G network are not going to be very secure from a cyber perspective. That presents a huge vulnerability for the system, because those devices can be turned into bots, for example, and you can have a massive botnet that can be used to attack different parts of the network.”

    This past January, Tom Wheeler, who was the F.C.C. chairman during the Obama Administration, published an Op-Ed in the New York Times titled “If 5G Is So Important, Why Isn’t It Secure?” The Trump Administration had walked away from security efforts begun during Wheeler’s tenure at the F.C.C.; most notably, in recent negotiations over international standards, the U.S. eliminated a requirement that the technical specifications of 5G include cyber defense. “For the first time in history,” Wheeler wrote, “cybersecurity was being required as a forethought in the design of a new network standard—until the Trump F.C.C. repealed it.” The agency also rejected the notion that companies building and running American digital networks were responsible for overseeing their security. This might have been expected, but the current F.C.C. does not consider cybersecurity to be a part of its domain, either. “I certainly did when we were in office,” Wheeler told me. “But the Republicans who were on the commission at that point in time, and are still there, one being the chairman, opposed those activities as being overly regulatory.”

    Opening up new spectrum is crucial to achieving the super-fast speeds promised by 5G. Most American carriers are planning to migrate their services to a higher part of the spectrum, where the bands are big and broad and allow for colossal rivers of data to flow through them. (Some carriers are also working with lower-spectrum frequencies, where the speeds will not be as fast but likely more reliable.) Until recently, these high-frequency bands, which are called millimetre waves, were not available for Internet transmission, but advances in antenna technology have made it possible, at least in theory. In practice, millimetre waves are finicky: they can only travel short distances—about a thousand feet—and are impeded by walls, foliage, human bodies, and, apparently, rain.

    Deploying millions of wireless relays so close to one another and, therefore, to our bodies has elicited its own concerns. Two years ago, a hundred and eighty scientists and doctors from thirty-six countries appealed to the European Union for a moratorium on 5G adoption until the effects of the expected increase in low-level radiation were studied. In February, Senator Richard Blumenthal, a Democrat from Connecticut, took both the F.C.C. and F.D.A. to task for pushing ahead with 5G without assessing its health risks. “We’re kind of flying blind here,” he concluded. A system built on millions of cell relays, antennas, and sensors also offers previously unthinkable surveillance potential. Telecom companies already sell location data to marketers, and law enforcement has used similar data to track protesters. 5G will catalogue exactly where someone has come from, where they are going, and what they are doing. “To give one made-up example,” Steve Bellovin, a computer-science professor at Columbia University, told the Wall Street Journal, “might a pollution sensor detect cigarette smoke or vaping, while a Bluetooth receiver picks up the identities of nearby phones? Insurance companies might be interested.” Paired with facial recognition and artificial intelligence, the data streams and location capabilities of 5G will make anonymity a historical artifact.

    To accommodate these limitations, 5G cellular relays will have to be installed inside buildings and on every city block, at least. Cell relays mounted on thirteen million utility poles, for example, will deliver 5G speeds to just over half of the American population, and cost around four hundred billion dollars to install. Rural communities will be out of luck—too many trees, too few people—despite the F.C.C.’s recently announced Rural Digital Opportunity Fund.

    Deploying millions of wireless relays so close to one another and, therefore, to our bodies has elicited its own concerns. Two years ago, a hundred and eighty scientists and doctors from thirty-six countries appealed to the European Union for a moratorium on 5G adoption until the effects of the expected increase in low-level radiation were studied. In February, Senator Richard Blumenthal, a Democrat from Connecticut, took both the F.C.C. and F.D.A. to task for pushing ahead with 5G without assessing its health risks. “We’re kind of flying blind here,” he concluded. A system built on millions of cell relays, antennas, and sensors also offers previously unthinkable surveillance potential. Telecom companies already sell location data to marketers, and law enforcement has used similar data to track protesters. 5G will catalogue exactly where someone has come from, where they are going, and what they are doing. “To give one made-up example,” Steve Bellovin, a computer-science professor at Columbia University, told the Wall Street Journal, “might a pollution sensor detect cigarette smoke or vaping, while a Bluetooth receiver picks up the identities of nearby phones? Insurance companies might be interested.” Paired with facial recognition and artificial intelligence, the data streams and location capabilities of 5G will make anonymity a historical artifact.

    #Surveillance #Santé #5G #Cybersécurité

  • Reporterre sur Radio Suisse - Alerte à la 5 G !
    https://reporterre.net/Reporterre-sur-Radio-Suisse-Alerte-a-la-5-G

    Avec des vrais morceaux d’un entretien de 5 minutes dedans.

    #5G #ondes #polution_electro_magnetique #principe_de_precaution

    Quelques questions complémentaires : Est-il absolument nécessaire que mon lave-linge soit connecté par carte SIM en ultra-rapide aux serveurs de mon fournisseur de lave-linge en LVAAS (lave-Linge as a service) ? Ne pourrait-on se contenter d’une connexion lente via le prie étectrique et mon compteur super intelligent ? Le lavage « sécurisé » du linge justifie-t-il le bouillonement cérébral généralisé ? Est-il totalement indispensable de pouvoir en tous temps et partout pouvoir admirer disons « Norman fait des vidéos » (les connaisseurs excuseront ma piètre connaissance des tendances U2biennes) en ultra HD 8K sur écran de 6’’ ?

  • Suisse : Avant même l’arrivée de la #5G, des chercheurs planchent déjà sur la #6G Cynthia Racine/oang - 15 Avril 2019 - RTS
    https://www.rts.ch/info/sciences-tech/technologies/10365979-avant-meme-l-arrivee-de-la-5g-des-chercheurs-planchent-deja-sur-la-6g.h

    Alors que les inquiétudes montent autour de la 5G et de ses antennes, des chercheurs suisses et européens s’intéressent déjà à la 6G. Ils veulent éviter le retard pris sur d’autres avec la dernière génération.
    L’Europe a pris du retard dans le développement de la technologie 5G, face à la Chine notamment. Elle veut donc éviter que ce scénario se reproduise avec la génération suivante de cette technologie mobile.

    Et parmi les chercheurs qui planchent déjà sur la 6G figure notamment le Centre Suisse d’Electronique et de Microtechnique (CSEM) à Neuchâtel, qui a participé au « 6G Wireless Summit » le mois dernier en Finlande.

    Les risques des solutions chinoises
    « L’Europe va devoir être prise comme un partenaire important dans la définition de ce que sera la 6G », explique le responsable du secteur Systèmes sans fils embarqués au CSEM Philippe Dallemagne lundi dans La Matinale. « Et pas seulement en se basant sur des solutions développées en Chine, ce qui présente des avantages parce que les produits chinois sont plus abordables mais certainement pas les mieux placés en termes de confidentialité des données. On a aussi évoqué des problèmes d’espionnage. On essayera d’éviter ces questions à l’avenir, j’imagine. »

    Parmi les autres pistes étudiées pour la 6G figurent des débits encore améliorés. La question de la dangerosité des ondes, elle, n’est pas encore au centre des préoccupations.

    Antennes moins puissantes mais plus nombreuses ?
    « Aujourd’hui, il n’y a pas de demande spécifique concernant la santé dans la 6G, mais c’est un sujet qui pourrait venir » note Philippe Dallemagne. « Il est clair que multiplier les antennes pose probablement un problème de densité d’émissions de radiofréquences. Un des sujets qui pourrait être abordé dans la 6G, peut-être même déjà dans les prochaines versions de la 5G, serait d’établir des mécanismes qui permettraient de réduire la puissance des antennes, en contrepartie de leur multiplication par exemple. »

    Les recherches sur la 6G n’en sont évidemment qu’à leurs débuts. Il faut en général une dizaine d’années pour développer une nouvelle génération de standards pour la téléphonie mobile.

     #obsolescence_programmée #internet #technologie #téléphonie_mobile #smartphone #nécrotechnologies #smartphones #big_data #high_tech #actualités_high-tech

  • Big data, multiplication des antennes et des ondes : bienvenue dans le monde merveilleux de la 5G
    https://www.bastamag.net/Big-data-multiplication-des-antennes-et-des-ondes-bienvenue-dans-le-monde

    C’est un nouvel eldorado pour les opérateurs de téléphonie et la Commission européenne. Celle-ci y voit la promesse d’une forte croissance et de centaines de milliers d’emplois d’ici 2025. La 5G fait fantasmer, avec son débit ultra-rapide, la possibilité de développer des millions d’objets connectés « intelligents », et les milliards de données qu’elle permettra de collecter. Au delà de la mise en scène marketing, son utilité et ses retombées économiques réelles n’ont rien d’une évidence. Pour déployer le (...)

    #smartphone #domotique #SmartCity #solutionnisme

  • Aux Verts électoraux qui ont une vision bien monoculaire du monde, et aux écologistes sincères mais si naïfs
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=1117

    Nous avons reçu des collectifs Nantes1 anti-Linky / 44 contre Linky/ Résistance 5G Nantes un texte qui prend les Verts à partie. Ça commence à se savoir : ces prétendus écologistes sont la plupart du temps des technologistes. "Green technologies", "green New Deal", "capitalisme vert"... Voyez leur soutien à Linky et aux capteurs communicants, à la 5G et aux objets connectés (Grenoble, dirigée par Eric Piolle, EELV et par une majorité Insoumis-Verts, est ville-pilote pour le 5G), aux voitures électro-nucléaires et autonomes, etc. Pour lire le texte, ouvrir le document ci-dessous. Lire aussi : Dans les filets de Linky, Pièce détachée n°79 (voir ici) Le compteur Linky, objet pédagogique pour une leçon politique Linky et les données « carroyées » - Dans les grilles de l’Insee (...)

    #Nécrotechnologies
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/aux_verts_lectoraux_vdef3.pdf

  • Gilets jaunes contre l’intelligence artificielle et la 5G - IAATA
    https://iaata.info/Gilets-jaunes-contre-l-intelligence-artificielle-et-la-5G-3285.html

    Ce jeudi 4 avril, les milieux d’affaires tarnais avaient convié dans l’amphithéâtre d’honneur de l’Ecole des Mines d’Albi l’excellent Cédric Villani, député En Marche et mathématicien, pour disserter sur l’économie numérique et la société du big data.
    Il a été interrompu par un cloud d’opposant.es à la Start-up Nation qui se sont introduit.es sur le podium pour lire la lettre suivante :

    Cher Cédric Villani,

    Nous vous remercions de vous être déplacé à Albi à l’occasion de cette conférence sur « L’économie numérique » à l’Ecole des Mines, car nous avions justement des choses à vous dire.

    Tout d’abord, nous avons le plaisir de vous remettre un compteur communicant Linky. Prenez-le, il est offert : c’est nous tous qui finançons, via la TURPE, leur déploiement à hauteur de 7 milliards d’euros.

    Ce petit boîtier jaune rend bien des services. Il s’est révélé un merveilleux outil d’éducation populaire. Dans toute la France, il a permis une prise de conscience massive de ce que signifie le monde du big data et des algorithmes, des véhicules autonomes et de la 5G. Dès lors, initié.es par ENEDIS aux joies des objets connectés, nous sommes devenu.es particulièrement sensibles aux mensonges dont on accompagne les investissements en faveur de l’intelligence artificielle.

    Par exemple, l’idée qu’elle serait une manière de créer des emplois. Soyons sérieux : l’automatisation sert à automatiser. Automatiser sert à licencier, à l’image des dizaines de milliers d’employés d’ENEDIS qui relevaient les compteurs électriques, ou à l’image de la désastreuse dématérialisation des services publics. Autre exemple : en France, le déploiement des véhicules autonomes, c’est-à-dire de la conduite par intelligence artificielle, menace directement plus de 600 000 professionnel.les (chauffeurs de bus, routiers, taxis, etc. ), soit 2 % de la population active. Et ne nous ressortez pas la bonne vieille théorie de la compensation : les conducteurs licenciés auront autant de chance de créer leurs start-up de robotique que les chevaux n’en avaient de se mettre à produire des pièces automobiles.

    Le problème, M. Villani, c’est aussi qu’il a fait chaud, beaucoup trop chaud à Albi en ce début de printemps. Or l’économie numérique est vorace : elle exige de produire toujours plus de processeurs, de capteurs, de serveurs, de câbles, d’antennes et d’écrans. Elle engloutit des quantités colossales d’énergie, de matières premières et de métaux. Le programme Linky est assez parlant : au nom de la transition écologique, on a commencé par bazarder 35 millions de compteurs en parfait état de marche, puis, en numérisant les réseaux, on génère des pétaoctets de données, stockées et traitées dans d’immenses entrepôts de béton qu’il faut refroidir en permanence. Vous ne pouvez l’ignorer : à l’échelle du globe, ces fameux data centers rejettent déjà autant de CO2 dans l’atmosphère que la totalité du transport aérien3. A ce stade, peut-on encore parler d’intelligence, même artificielle ?

    Enfin, qu’il s’agisse d’e-médecine, de maisons communicantes ou de voitures connectées, ce monde, qui fait de nos vies un grand réservoir à big data, est inacceptable pour une raison simple : il s’appuie sur le réseau 5G qui, plus encore que les précédents, menace directement notre santé. Nous refusons que tous les êtres vivants soient massivement exposés à des champs électromagnétiques d’une telle puissance pour faire fructifier l’industrie de l’électronique et les fortunes des Silicon Valley mondiales.

    Nous luttons pour la sobriété et la justice sociale. Si vous souhaitez employer votre curiosité intellectuelle et votre goût pour les sciences, tout en pérennisant votre carrière politique, n’hésitez pas, M. Villani, à rejoindre les rangs de l’écologie radicale et de l’anticapitalisme dont nous pensons, étant donnés les enjeux actuels, qu’ils constituent les filières d’avenir les plus populaires et les plus novatrices.❞

    Le comité d’accueil du député Cédric Villani à l’Ecole des Mines d’Albi

    #critique_techno #big_data #automatisation #villani #linky