• Corona virus update : Lockdown light, écoles, demi-classes, réduction des contacts, vaccin et fin de pandémie. Podcast #68 du 8 décembre 2020 [partie 1]
    https://inf-covid.blogspot.com/2020/12/lockdown-light-ecoles-demi-classes.html

    Drosten : Oui, parmi les scientifiques qui ont participé à la déclaration de la Leopoldina l’impression domine que la situation scolaire est sérieuse. Vous pouvez voir qu’il y a une incidence considérable dans les écoles. On doit simplement le reconnaître. [...] Nous avons de bonnes données d’Angleterre qui donnent un aperçu et qui disent que ce sont surtout dans les années après l’école primaire qu’il y a plus d’infections que dans la population normale. L’étude REACT-1, par exemple, le montre très clairement. Nous n’avons pas d’étude comparable en Allemagne. Mais il n’y a aucune raison de penser que ce serait différent ici qu’en Angleterre.

    Hennig : Nous devons expliquer brièvement REACT-1, est une étude de cohorte en Grande-Bretagne.

    Drosten : Il s’agit d’une vaste étude en cours. C’est un très bon échantillon.

    Hennig : Nous avons également discuté dans un épisode avec Sandra Ciesek en ce qui concerne les enfants, où l’on peut dire : l’âge est un facteur décisif. En d’autres termes, chez les jeunes enfants, il y a moins d’infections, [et davantage au] lycée, par exemple. Néanmoins, pour revenir à la question : il y a des facteurs très différents qui jouent un rôle chez les enfants, le facteur décisif étant que de nombreuses personnes se réunissent dans les écoles[...] Ce n’est donc pas l’enfant en tant que tel qui est le facteur, mais le groupe.

    Drosten : Comme l’adulte, l’enfant en tant que tel est sensible aux infections.

    Hennig : Un facteur normal.

    Drosten : Exactement. Nous avons vu dès le départ, avec les données initiales de charge virale, que seuls les plus jeunes enfants peuvent avoir un peu moins de virus. Mais la différence avec les adultes est si petite qu’il est impossible de dire si elle a une signification clinique. Au début, [l’incidence] montrait que rien ne se passait chez les jeunes enfants. C’est différent maintenant. On peut encore dire que le nombre de signalements parmi les jeunes enfants suggère qu’il se passe un peu moins de choses. C’est-à-dire durant les années d’école maternelle et primaire. C’est après le primaire que ça commence. [...] J’ai regardé chaque jour [...] comment les incidences en Allemagne évoluaient dans les tranches d’âge, depuis [...] environ six ou sept semaines. Au début, avant le lockdown, ça augmentait encore. Puis on est arrivé à un plateau, et le lockdown est entré en vigueur. […] Si vous regardez quelle proportion de l’incidence hebdomadaire totale chaque âge dans la population a-t-elle par rapport à l’incidence de ces six semaines ? [...] Le premier effet que vous voyez : les cohortes d’étudiants diminuent considérablement avec le lockdown. Donc, les jeunes adultes – ce ne sont pas seulement des étudiants, il y en a aussi beaucoup qui travaillent - et font beaucoup la fête, sortent, sont socialement actifs, ils diminuent considérablement au fil du temps. Donc, ceux qui ont toujours été accusés après l’été de propager la pandémie. Et puis il y a quelques groupes qui montent. Ce qui est intéressant à ce sujet, c’est un groupe qui ne cesse de croître clairement. Ce sont les écoles au-dessus de l’âge de l’école primaire. On le voit en fait à partir de sept ans, mais il y a des effets là-bas, les effets généraux - je ne veux pas entrer dans les détails maintenant. Mais vous pouvez voir que ça augmente dans les écoles. Vous pouvez également voir que ça augmente lentement chez les parents. Et ça monte encore plus nettement dans les cohortes - c’est un peu surprenant à première vue - 60 ans jusqu’à l’âge de la retraite. Donc ces cohortes, de la fin de la cinquantaine - milieu 60. Les personnes âgées qui travaillent avant la retraite, elles semblent aussi avoir une certaine insouciance. Les enfants ont souvent quitté la maison et vous pouvez avoir le sentiment d’être peu affecté par tout ça.

    Hennig : Pas encore vraiment un groupe à risque.

    Drosten : Exactement, pas encore vraiment à risque. C’est quelque chose à surveiller. Vous pouvez le voir : ce ne sont pas seulement les écoles qui mènent. Il existe également d’autres pans de la société que vous n’avez pas encore vraiment atteints. Mais il est également clair que quelque chose se passe dans les écoles et que cela ne se passe pas de façon exponentielle. [...] Ensuite, il n’y a pas d’interaction, l’effet ping-pong : apporté par un enfant dans la famille, transmis par le frère dans une autre classe - c’est-ce qui définit le réseau typique des écoles entre groupes d’âge. Cela ne se passe pas ainsi. Par conséquent, à incidence constante, on remarque une augmentation linéaire et non exponentielle des écoles. Et cela montre qu’il se passe certainement quelque chose d’important dans les écoles. Comme le dit la déclaration de la Leopoldina, nous devons nous assurer [que] sur le plan organisationnel, quelque chose change dans les écoles maintenant.

  • Eurosurveillance | Secondary transmission of COVID-19 in preschool and school settings in northern Italy after their reopening in September 2020: a population-based study
    https://www.eurosurveillance.org/content/10.2807/1560-7917.ES.2020.25.49.2001911

    Schools in Reggio Emilia province, northern Italy, reopened on 1 September 2020 after a long period of closure due to lockdown and summer holidays. We conducted epidemiological investigations after reopening in 41 classes in 36 different educational settings in this province after the notification of an infection with severe acute respiratory syndrome coronavirus 2 (SARS-CoV-2).

     
    The first wave of the coronavirus disease (COVID-19) pandemic hit the Reggio Emilia province (northern Italy, 530,000 inhabitants) in March and April 2020, reaching ca 0.9% cumulative incidence (0.4% for age < 50 years and 3.2% for age > 80 years) with a more than 15% fatality rate (0.2% for age < 50 years and 33.4% for age > 80 years) [1,2]. After 5 months of low incidence, the province began the second wave in October (Figure).

    Figure. Daily number of notified COVID-19 cases and deaths since the start of the epidemic in Italy, Reggio Emilia province, 27 February–10 November 2020 (n = 11,878 cases, n = 658 deaths)

    Graphique parlant que l’ajout du suffixe #.jpeg (qui fonctionne fort bien pour toutes sortes d’image non reconnues par seenthis) ne permet pas de faire apparaître ici :

    https://www.eurosurveillance.org/content/figure/10.2807/1560-7917.ES.2020.25.49.2001911.f1

    [...]
     
    Transmission within the schools of Reggio Emilia province, northern Italy, occurred in a non-negligible number of cases, particularly in the age group 10–18 years, i.e. in middle and high schools, while no secondary cases were detected in pre-school children, only one case in primary school and no secondary cases among teachers and staff. At least in the largest cluster that we reported, more prompt isolation and testing of classmates could have reduced virus transmission, suggesting the importance of timeliness in this setting.

    #covid-19 #école #enfants

    • Lockdown light, écoles, demi-classes, réduction des contacts, #vaccin et fin de pandémie. Podcast #68 du 8 décembre 2020 [partie 1], une traduction du podcast de Christian Drosten
      https://inf-covid.blogspot.com/2020/12/lockdown-light-ecoles-demi-classes.html

      (...) l’impression domine que la situation scolaire est sérieuse. Vous pouvez voir qu’il y a une incidence considérable dans les écoles. On doit simplement le reconnaître. [...] Nous avons de bonnes données d’Angleterre qui donnent un aperçu et qui disent que ce sont surtout dans les années après l’école primaire qu’il y a plus d’infections que dans la population normale. L’étude REACT-1 https://www.gov.uk/government/publications/react-1-study-of-coronavirus-transmission-october-2020-interim-results/react-1-real-time-assessment-of-community-transmission-of-coronavirus-covid-19-i, par exemple, le montre très clairement. Nous n’avons pas d’étude comparable en Allemagne. Mais il n’y a aucune raison de penser que ce serait différent ici qu’en Angleterre.
      [...]

      Il existe une étude intéressante menée par deux institutions de sciences sociales, l’Université Columbia et l’Université de Mannheim. [Social network-based strategies for classroom size reduction can help limit outbreaks of SARS-CoV-2 in high schools. A simulation study in classrooms of four European countries https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.11.30.20241166v1] (...) Les écoles sont des nœuds importants. Un cas à l’école est plus important pour la transmission dans la population qu’un cas dans d’autres groupes d’âge.

      [...] les écoles sont impliquées dans la grippe, mais c’est aussi un événement endémique. Et avec une infection pandémique, on s’attend à ce que si les écoles sont touchées, elles seront probablement plus importantes en proportion pour propager la maladie à la population. Je pense que c’est encore important dans la deuxième vague. Il faut clarifier cela à nouveau.

      Il existe une étude de simulation intéressante de ce groupe de travail qui traite précisément de cela. Que peut-on convenablement évaluer et recommander [pour] les écoles. Ils ont utilisé un ensemble de données empiriques très intéressant. À savoir les données des années précédentes, bien avant la pandémie. Des enquêtes sur les comportements de contact ont été réalisées dans les écoles d’Europe, notamment en Angleterre, en Allemagne, aux Pays-Bas et en Suède. Le tout était centré sur la neuvième année, les 14 à 15 ans.

      [...] À un moment donné, il faudra ouvrir complètement. [...] La population se compose non seulement de patients à haut risque, mais aussi de l’économie et chacun doit faire valoir ses droits. Les événements ne seront plus empêchés ou le nombre de participants réduit. Bien entendu, les prochaines élections générales joueront également un rôle dans toutes ces tensions. Nous arriverons à un moment où les infections dans la population seront généralisées. Nous n’aurons jamais vu cela auparavant. En été, nous aurons alors un effet température qui nous profitera tout comme il l’a fait l’été dernier avec, remarquez, des mesures existantes. Nous sortirons alors de l’été et verrons également un grand nombre d’infections dans une population que nous n’avions pas encore. Dans la population en bonne santé, normale et plus jeune où il n’y a pas de facteurs de risque. Les enfants, par exemple, seront alors fortement infectés, tout comme leurs parents. Même les jeunes adultes qui ne présentent aucun facteur de risque. Nous verrons ensuite un autre type de patient dans les unités de soins intensifs en Allemagne. À savoir ceux qui, en pleine santé, ont développé de manière inattendue une forme sévère. Nous les voyons déjà maintenant, ils sont parfois déjà là. Ils seront alors en grand nombre. Et d’ici là, nous devrons certainement avoir quelque chose de prêt pour ces patients. À savoir de meilleures approches pharmaceutiques pour le traitement de la maladie grave chez ces patients sans risque.

      Bien entendu, la vaccination active se poursuivra alors et le processus de contaminations s’arrêtera de plus en plus, par une combinaison entre ceux qui ont été infectés et ceux qui ont été vaccinés. Mais pour ceux qui seront bêtement frappés, les préparations d’anticorps devront être mises à disposition, c’est-à-dire des mélanges d’anticorps monoclonaux, qui auront très certainement été approuvés. [...] On peut espérer que les prix seront complètement différents lorsque des quantités plus importantes seront demandées. Il faudra également progresser avec l’immunothérapie. Donc avec les substances. Ce ne sont parfois pas des anticorps bon marché qui peuvent influencer l’évolution inflammatoire sévère de la maladie dans la phase de traitement intensif. Ce qui, tout simplement, sauve les poumons. La recherche doit à nouveau s’intensifier. Ensuite, toute la chaîne de rapports politiques jusqu’au ministère de la Santé doit à nouveau s’en occuper. Les prochains problèmes sont déjà préprogrammés. On n’en parle pas encore en public, mais c’est clair pour moi. Je vais le dire ici maintenant, nous ne débarrasserons pas rapidement la population du risque au printemps en vaccinant les groupes à risque, puis en déclarant la pandémie terminée.

    • Fêtes de fin d’année : rater l’école pour mieux lutter contre le Covid
      https://www.liberation.fr/france/2020/12/14/rater-l-ecole-pour-mieux-lutter-contre-le-covid_1808679

      Dans une note publiée lundi soir, le #Conseil_scientifique recommande de ne pas pénaliser les absences scolaires des 17 et 18 décembre pour permettre aux enfants de se confiner avant Noël

      ... que faire des enfants scolarisés, eux, jusqu’au 18 décembre ? Pour le Conseil scientifique, la seule solution, c’est que l’Education nationale fasse preuve d’un peu de souplesse. Il faudrait « laisser une tolérance aux familles qui le peuvent et qui le souhaitent d’élargir de deux jours la période des vacances scolaires afin que l’autoconfinement d’une semaine soit également possible pour les enfants »

      Au Pays des Lumières éteintes, l’article ne relève aucun autre problème que celui que cela va poser aux parents....

      #yaourtpartoutcalciumnullepart

    • En début de semaine, le Groupe JP Vernant avait retouité un message avec la recommandation d’au minimum fermer les cantines cette semaine.

      Quand j’ai lu ça, la première chose que j’ai pensé, c’est : « Ah ben évidemment que non ils vont pas le faire : ce serait admettre qu’on se contamine dans les cantines… ».

      Sinon, puisqu’on en est désormais à admettre que les gamins se contaminent à l’école puis contaminent leurs familles, ça pose un nouveau souci pour Blanquer : s’il y a (comme assez largement prévu) un redémarrage de l’épidémie dans les prochaines semaines, qu’est-ce qu’on fait pour la rentrée scolaire ? On refait mine que les enfants ne contaminent personne et on reconfine tout le monde sauf les écoles ? On prétend qu’on a installé des purificateurs d’air invisibles dans toutes les classes pendant les vacances ?

    • Inferring the effectiveness of government interventions against COVID-19
      https://science.sciencemag.org/content/early/2020/12/15/science.abd9338

      Governments are attempting to control the COVID-19 pandemic with nonpharmaceutical interventions (NPIs). However, the effectiveness of different NPIs at reducing transmission is poorly understood. We gathered chronological data on the implementation of NPIs for several European, and other, countries between January and the end of May 2020. We estimate the effectiveness of NPIs, ranging from limiting gathering sizes, business closures, and closure of educational institutions to stay-at-home orders . To do so, we used a Bayesian hierarchical model that links NPI implementation dates to national case and death counts and supported the results with extensive empirical validation. Closing all educational institutions, limiting gatherings to 10 people or less, and closing face-to-face businesses each reduced transmission considerably. The additional effect of stay-at-home orders was comparatively small.

      #confinement #mesures_sanitaires

    • Nouvelle méthode de détermination de la prévalence en Angleterre : de l’école au lycée, contamination massive : REACT-1 round 7 updated report : regional heterogeneity in changes in prevalence of SARS-CoV-2 infection during the second national COVID-19 lockdown in England

      https://spiral.imperial.ac.uk/bitstream/10044/1/84879/2/REACT1_r7_FINAL_14.12.20.pdf

      #REACT

  • Andrea-DWORKIN-Heartbreak-The-Political-Memoir-of-a-Feminist-Militant.pdf
    http://www.feministes-radicales.org/wp-content/uploads/2010/11/Andrea-DWORKIN-Heartbreak-The-Political-Memoir-of-a-Feminist-M

    The fight

    I loved Allen Ginsberg with the passion that only a teenager knows, but that passion did not end when adolescence did.

    (...)

    On the day of the bar mitzvah newspapers reported in huge headlines that the Supreme Court had ruled child pornogra­phy illegal. I was thrilled. I knew that Allen would not be. I did think he was a civil libertarian. But in fact, he was a pedophile. He did not belong to the North American Man- Boy Love Association out of some mad, abstract conviction that its voice had to be heard. He meant it. I take this from what Allen said directly to me, not from some inference I made. He was exceptionally aggressive about his right to fuck children and his constant pursuit of underage boys.

    (...)

    Ginsberg would not leave me alone. He followed me every­where I went from the lobby of the hotel through the whole reception, then during the dinner. He photographed me con­stantly with a vicious little camera he wore around his neck. He sat next to me and wanted to know details of sexual abuse I had suffered. A lovely woman, not knowing that his interest was entirely pornographic, told a terrible story of being molested by a neighbor. He ignored her. She had thought, “This is Allen Ginsberg, the great beat poet and a prince of empathy. ” Wrong. Ginsberg told me that he had never met an intelligent person who had the ideas I did. I told him he didn’t get around enough. He pointed to the friends of my godson and said they were old enough to fuck. They were twelve and thirteen. He said that all sex was good, including forced sex.I am good at getting rid of men, strictly in the above-board sense. I couldn’t get rid of Allen. Finally I had had it. Referring back to the Supreme Court’s decision banning child pornog­raphy he said, “The right wants to put me in jail. ” I said, “Yes, they’re very sentimental; I’d kill you. ” The next day he’d point at me in crowded rooms and screech, “She wants to put me in jail. ” I’d say, “No, Allen, you still don’t get it. The right wants to put you in jail. I want you dead. ” He told everyone his fucked-up version of the story (“You want to put me in jail”) for years. When he died he stopped.

    #dead_men_don't_rape

    #ginsberg #pédocriminel #pedophile #68 #beat_generation #tanger #contre_culture #North_American_Man_Boy_Love_Association #peine_de_mort #libertarien #vengeance #haine #meurtre #assassinat #justice

  • Andrea-DWORKIN-Heartbreak-The-Political-Memoir-of-a-Feminist-Militant.pdf
    http://www.feministes-radicales.org/wp-content/uploads/2010/11/Andrea-DWORKIN-Heartbreak-The-Political-Memoir-of-a-Feminist-M

    It would be a few years before the feminist ferment would begin to produce a renaissance of luminous and groundbreak­ing books; and Sexual Politics by #Kate_Millett did change my life. I was one of the ones it was written for, because I had absorbed the writers she exposed, I had believed in them; in the euphoria of finding what I thought were truth-tellers, I had forgotten my father’s warning that some writers lie. But still, one doesn’t know what one doesn’t know, even Mailer, even Albee.

    (...)

    These writers, Stein excepted, did not acknowledge women as other than subhuman monsters of sex and predation; and their prose and chutzpah made me a fellow traveler. All one can do is to fight illegitimate authority, expressed in my world by adults, and find a church. Books were my church but even more my native land, my place of refuge, my DP camp. I was an exile early on, but exile welcomed me; it was where I belonged.

    #livres #contreculture #beat_generation #city_lights #68 #libération_sexuelle

  • Je ne savais même pas que #htop était « à l’abandon », en tout cas le commentaire de la personne qui maintenait le projet seule et à bout de bras depuis des années fait plaisir à lire :)

    Is this project maintained ? · Issue #992 · hishamhm/htop
    https://github.com/hishamhm/htop/issues/992

    Hi everyone!

    First of all, I want to say I am really happy with this development! This is truly #FOSS working as intended.

    Second, with that out of the way, I want to apologize for being unresponsive. After almost 15 years maintaining a piece of software by myself (with an amazing number of community contributions, of course! but carrying the #maintainer burden on my own (and this is the not only project I’ve been maintaining mostly single-handedly for over 10 years)), one which started as a hobby and a learning experience, I gradually drifted away from it — the project felt pretty much “done” for my own use, and expanding it towards other horizons (such as the next branch in this repo) would be another mini-project in itself, that I kept meaning to get to it “one day”.

    At one point I realized that I had spent several months without looking at the “htop” folder in my mail client, and it felt like taking a sabbatical. At that point I thought, “well, that was refreshing”: in the meantime I was able to branch out to new projects and new ideas (which I really want to be able to carve out time to explore!). I quickly looked at the state of htop repo, saw the mounting PRs... thought myself, at least there are no critical bugfixes like the macOS craziness I’ve had to deal with in #682 (wow, 2018! I guess that was one of the last things I did here). That macOS bug which was very symbolic of the type of maintenance work I had to deal with in htop at that point in time: bugs for other platforms, new features for machine configurations I can’t test... you know, maintainer chores. Then I looked at the beta branch with unfinished work, sighed, and I thought “yeah, I’ll get back to this some time”. And then months flew by again.

    During that period, the thought of handing over maintainership crossed my mind many times (as recently as last week, incredibly!), and I always thought “ok, but to whom? how do I go about this?”. And then today I wake up to the news of htop 3.0.0, which I got via Twitter! And I must say, my immediate reaction was of relief.

    I guess here it’s a good point to make a note that might be useful for others: yes, burnout is a very real thing and for FOSS maintainers it can be hard to identify. I’ve experienced burnout at work before, and it’s easier to spot — because of the performance pressures — and to deal with — because ideally you have a supportive organization around you. For FOSS maintainers, the best-effort nature of the endeavor in most cases may make it hard for you to measure that effort, to balance your sense of duty to a community (that at times you built yourself!) to that of the effect it has on you (as in “why did I start doing this in the first place”). If you find yourself looking at your own FOSS projects and sighing, I guess that’s a sign!

    Yes, it was reckless of me to have filtered all mail mentioning “htop” email to a folder (I realized that for LuaRocks I have different filtering rules where Github/mailing list/etc go to a folder but direct messages go to my inbox — that would have been a better idea!), and not looking at it for so long. I apologize to @natoscott and @fasterit who tried to contact me; I understand that forking the project must not have been an easy decision to make, and any response of mine might have made it a little easier.

    I want to thank you all of you for taking on this initiative, starting from @afontenot for opening up this topic. I am extremely grateful for all the amazing feedback I’ve received for htop over the years. This has been by far my most successful project, it has brought me many many great things, and I think it’s indeed flattering to see it forked — I remember now saying once in a discussion about FOSS that “if something is unmaintained and important enough, it will be forked”. I guess this means htop is in a sense important enough to someone, and I’m honored for that. As I said above, that’s FOSS working as designed. I’m certain I could have handled things better from my side, but I guess all’s well that ends well!

    I’m excited to see the project move forward, and I’m making myself available for any administrivia you folks would like me to do in the transition process (such as getting this repo transferred, so this one auto-redirects and the issue and PR history gets preserved, making the original website redirect to the new one (love the domain!), etc).

    Thank you all once again, and here’s to htop’s future! Cheers!

    #htop

  • [Fade to Pleasure ] #68.2 feat #snooba
    http://www.radiopanik.org/emissions/ftp/-68-2-feat-snooba

    So obsessed with getting the right vibration straightaway, which hindered the flow

    #house #data #piano #beat #deep #eclectic #groove #random #letfield #drums #honey #kant #world_beat #flowers #second_hand #house,snooba,data,piano,beat,deep,eclectic,groove,random,letfield,drums,honey,kant,world_beat,flowers,second_hand
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/ftp/-68-2-feat-snooba_08463__1.mp3

  • • On the barricades
    https://morelbooks.com/collections/bookshop/products/on-the-barricades

    Re-published in collaboration with City Lights, San Francisco - On The Barricades was originally published on Bastille Day 1968.

    “I think here there is a common ground between the American movement and the French Movement. It is a total protest, not only against specific evils and against specific shortcomings, but at the same time, a protest against the entire system of values, against the entire system of objectives, against the entire system of performances required and practiced in the established society. In other words, it is a refusal to continue to accept and abide by the culture of the established society. They reject not only the economic conditions, not only the political institutions, but the entire system of values which they feel is rotten at the core.

    And in this sense I think one can indeed speak of a cultural revolution in the sense that the protest is directed against the entire cultural establishment, including the morality of the existing society.”

    – Herbert Marcuse*

    *In the Los Angeles Free Press

    #68 #photographie #révolution #barricade

  • Clermond-Ferrant : décision d’expulsion et demande de soutien au #Boudu_Monde
    https://fr.squat.net/2018/09/11/clermond-ferrant-decision-dexpulsion-et-demande-de-soutien-au-boudu-monde

    La maison de Sandra (aussi montée en association) sera expulsée le 15 septembre, et nous avons vraiment besoin de soutien au Boudu Monde, #68_avenue_de_la_République / 1 rue d’Effiat, arrêt de tram 1er mai, nous prolongeons l’expo photo et sonore déjà en place jusqu’au 20, date à laquelle la préfecture décidera ou […]

    #1_rue_d'Effiat #expulsion #procès

  • « Apprendre à riper une voiture, à toujours la renverser du coté du réservoir » Conseils en manif... du 24 mai 1968
    https://rebellyon.info/Apprendre-a-riper-une-voiture-a-toujours-19267

    Le 24 mai 1968, Lyon s’embrasse et des barricades se forment un peut partout. Rapidement, des tracts de conseils en manif sont tirés et diffusés. Les archives de Lyon ont exumé ce bout d’histoire qui rappelle, par certains aspects, les conseils actuels et, par d’autres, montre ce qu’était la violence dans les manifs à l’époque.

    #Mémoire

    / #Répression_-_prisons, Une

  • Voyage #en outre-gauche,
    https://nantes.indymedia.org/articles/40314

    Compte-rendu de lecture : Voyage en outre-gauche, paroles de franc-tireurs des années #68, Lola Misseroff, Libertalia, 2018 Dans cet ouvrage indispensable, l’auteur dresse le tableau affligeant d’une mouvance influencée à la fin des années 60 par l’internationale situationniste, et pour certains, par les courants communistes oppositionnels (ultra-gauche). Un salutaire exercice de dégrisement.

    #/ #-ismes #tout #genres #_anarch-fémin #lutte #- #étudiant-e-s #lycéen-ne-s #mouvement #situationnisme #mai #/,-ismes,en,tout,genres,_anarch-fémin…,lutte,-,étudiant-e-s,lycéen-ne-s,mouvement,situationnisme,mai,68

  • J – 120 : J’ai beau savoir que l’avenir environnemental et énergétique de notre monde ne dépend pas de ma bonne volonté quand bien même elle serait de facto couplée avec celle de mes contemporains, je suis obligé de constater que je suis encore trop dépendant de mon véhicule individuel pour de trop nombreuses occasions.

    L’année passée, je me suis fait un devoir d’emprunter les transports en commun chaque fois que c’était possible, notamment pour aller au travail quand les enfants n’étaient pas à la maison, en vacances. Quand ils sont à la maison et donc l’une au lycée cubiste, l’un dans son Unité Locale d’Exclusion Scolaire et la troisième au collège zoologique, je peux difficilement ne pas aller au bureau en voiture tant il est impératif que je sois rapidement rendu sur les lieux en cas de difficultés et elles auront été nombreuses avec l’Unité Locale d’Exclusion Scolaire.

    Cette année les choses se présentent sans doute sous un jour plus favorable, Nathan a quitté l’Unité Locale d’Exclusion Scolaire, il est désormais intégré dans un établissement dans lequel il paraît se sentir en confiance et dont le personnel fait preuve de bienveillance attentive à son égard. Vont rester en revanche tous les aller-retours vers les différents rendez-vous qui ponctuent la semaine des enfants, psychologues pour Nathan et Adèle, orthophoniste pour Nathan et Adèle, centre équestre pour Madeleine, club du rugby pour Nathan, surtout pour le retour de nuit avec traversée du bois de Vincennes, atelier de céramique et atelier de théâtre pour Adèle, et puis tous les autres petits trajets : la part de l’irréductible.

    Du coup je suis en train de changer un peu ma manière de conduire. Je faisais déjà attention à faire en sorte que cette dernière ne soit pas trop consommatrice de carburant et génératrice de pollution, je me demande si je ne suis pas en train de découvrir quelque chose. Ainsi depuis une semaine je m’efforce de n’accélérer que lorsque c’est indispensable à l’avancée du véhicule, mieux je tente de maximiser l’apport de l’élan de la voiture en repassant au point mort le plus souvent possible pour être en roue libre. Cela demande d’abord un peu de concentration et d’ajustement, mais avec une semaine d’entraînement, je suis surpris de constater à quel point il semble y avoir des bénéfices à faire de la sorte, je gagne en consommation de carburant, je pollue sans doute un peu moins, mais aussi je fais moins de bruit et je dois même pouvoir économiser sur l’usure des freins et pour ce qui est des embrayages et des débrayages, cela ne doit pas faire une très grosse différence, j’ai été formé à une école de conduite qui mettait en avant l’utilisation du frein moteur, donc en sollicitant pas mal la pédale d’embrayage.

    Et, plaisir que je n’avais pas anticipé, c’est très ludique. De façon amusante mes éventuels passagers, pas juste les enfants, les amis, ne semblent pas remarquer mon petit manège, une amie m’a même dit que ma voiture était silencieuse, ce qu’elle trouvait agréable. La rue dans laquelle nous habitons est en pente ascendante, je parviens parfois à faire mon créneau pour me garer ne roue libre.

    Mon raisonnement va même plus loin, je me dis que si je perdais du poids ce serait cela de moins aussi en consommation. Or, Adèle étant devenue végétarienne il y a deux semaines, je suis en train de m’y mettre également, et de remarquer deux choses assez curieuses, je digère mieux et je perds un peu de poids. Sans compter que je fais de petites économies en achetant nettement moins de viande, je continue d’en acheter et d’en cuisiner pour Madeleine, et Nathan que nous ne sommes pas encore parvenus à convaincre. Or, ces modestes économies, si je les mets bout à bout, est-ce que je ne vais pas parvenir à investir dans des plaques solaires quand il sera temps de refaire le toit de la maison — une première alerte a eu lieu cet été, une fuite, il faudra un jour y penser — bref un vent écologiste fort souffle sur notre éolienne familiale.

    Tout serait donc pour le mieux. Si cette façon de conduite ne me remplissait pas d’angoisse, tant j’ai le sentiment, en conduisant de la sorte, que je suis en train d’anticiper la manière dont nous serons bientôt tous contraints de conduire et qu’un jour lorsque je ré embrayerais pour redonner un peu d’élan à ma voiture, le moteur aura calé et la voiture fera ses derniers mètres avant de ne plus pouvoir avancer.

    Et là autant vous dire que j’espère que j’aurais vraiment eu le temps de beaucoup perdre du poids parce qu’en l’état actuel, je ne sais pas s’il existe des vélos capables de supporter ma masse. Bref l’écologie familiale, il était temps de s’y mettre pour de vrai.

    Exercice #68 de Henry Carroll : Asseyez-vous face à quelqu’un pendant deux heures. Bavardez autour d’un thé, mais ne prenez des photos, qu’en présence de quelque chose de révélateur.

    C’est souvent que je fais cette chose un peu secrète quand je discute avec une personne que je regarde assez fixement dans une direction et que je pense à la manière dont je prendrais ce que je vois en photo, souvent au travers d’une fenêtre, et que je joue mentalement avec les alignements des éléments qui sont au devant de moi et souvent au delà des épaules de la personne avec laquelle je discute. De cette manière j’ai réussi à ne pas prêter trop attention à ce qui était dit à mon sujet, et qui n’était pas très laudateur, dans le bureau d’une Juge aux Affaires Familiales du Tribunal d’Instance de Bobigny, me concentrant sur le paysage que l’on pouvait voir derrière la Juge au travers des grandes fenêtres de son bureau et ce faisant, je faisais de l’excellente photographie mentale pendant que l’avocate de la partie adverse faisait un très mauvais tableau de ma personne. Je me souviens avoir fait plus ou moins de même lors d’une discussion difficile dans les Cévennes et à la fin de la discussion d’avoir pris en photo la petite branche de pin avec laquelle je m’étais distrait visuellement pendant, oui, facilement deux heures.

    #qui_ca

    • Bienvenu au club. Pour ma part, depuis un an, je ne mange de la viande, ou plutôt du poisson, que lorsque je partage un repas avec les amis carnivores. Et je m’aperçois que c’est de plus en plus le cas de mon entourage. Tu peux aussi essayer de manger des fruits frais à jeun (avant les repas) parce qu’ils sont directement assimilés par les intestins (et non par l’estomac) et qu’ainsi les vitamines profitent davantage à l’organisme. Je m’y suis mise il y a deux mois, je trouve ça pas mal du tout. Hier je lisais un truc sur le jeun, je vais peut-être essayer sur trois quatre jours (pas plus, je ne veux pas perdre de poids), il parait que c’est bon pour le ventre et les boyaux de la tête. Je ne suis pas prête encore, j’aime bien manger, il va me falloir une préparation :)
      Pour mes déplacements, c’est déjà vélo, pieds (j’aime beaucoup marcher) et transports en commun. Mais ne plus avoir de voiture est handicapant pour une femme. Je ne vais plus au cinéma le soir, j’ai peur de rentrer seule chez moi la nuit tombée. Pareil pour les spectacles. J’y vais parfois en me disant que je croiserais peut-être une connaissance qui pourra me raccompagner ou je prendrais un taxi mais vu l’état de mes finances, j’évite.

  • #Morning_Moments #68
    http://www.foxylounge.com/Morning-Moments-68

    Écouter l’épisode 68 de Morning Moments : Liste des titres : HARPY : internal organs #free KITTEN : one foty five A.T.RHYTHM : darling LOS LLAMARADA : i’m sorry INFORMANT : i love to loose it NUMBERS : we like having this thing DEERHOOF : l’amour stories THE SYSTEMATICS : mmmm PSEUDO CODE : drunk SWAMP : run thru the jungle PRE FIX : ectomorphine BOUND AND GAGGED : clutter APOLOK : iron noised song PLASTICS : good une plongée dans ce que nous sommes la bouche ouverte le souffle court les (...)

    #Micusnule

    / #Musique, #Playlists, Morning Moments, #noise, free, #rock

    http://micusnule.blogspot.fr/2015/12/morning-moments68.html

    • « La soumission de toute pensée aux médias »

      aussi là
      http://seenthis.net/messages/427247
      http://seenthis.net/messages/80086

      @unagi, @arno, @tintin, @mona, @bug_in
      @aurelien a donné ici il y a peu l’annonce de parution d’un nouveau volume de Deleuze préparé par David Lapoujade, Lettres et autres textes qui apporte un éclairage sur le travail de Deleuze après sa rencontre avec Guattari en #68.

      http://seenthis.net/messages/425737

      puis il a signalé sur ce même post un entretien avec David Lapoujade
      http://www.telerama.fr/idees/gilles-deleuze-est-mort-il-y-a-20-ans-il-n-est-toujours-pas-post-il-est-neo

      Quel aspect de son œuvre vous semble le plus en phase avec notre époque, vingt ans après sa mort ?

      Les analyses du capitalisme qu’il mène avec #Félix_Guattari – dans L’Anti-Œdipe (1972) et Mille Plateaux (1980) [tous deux surtitrés Capitalisme et schizophrénie ]. Guattari est vraiment un visionnaire, une montre en avance sur son temps, comme en témoignent les textes, d’une force incroyable, qu’il écrit seul, avant sa #rencontre avec Deleuze, en 1969. Bien sûr, le capitalisme a évolué depuis vingt ou trente ans, mais leur réflexion sur les « #sociétés_de_contrôle » semble plus que jamais d’actualité, comme s’ils avaient posé les contours du capitalisme actuel. Ils ont vu que nous étions entrés dans une époque où les individus sont moins assujettis aux règles d’une société disciplinaire que soumis à un contrôle continu, par l’intermédiaire des informations qu’ils émettent eux-mêmes de toutes parts. [et donc également ici même.] (...)

      Avec Guattari, tout change, le structuralisme cède la place à un machinisme généralisé. La philosophie devient pratique. J’aime beaucoup les passages où Deleuze écrit à Guattari : j’ai absolument besoin que vous m’expliquiez ceci ou cela. J’espère que cela tordra le cou à l’idée que Guattari est un complément gauchiste secondaire dans leur œuvre #commune.

      #impersonnel #psychothérapie_institutionnelle

    • Le #marketing a ses principes particuliers :

      1. il faut qu’on parle d’un livre et qu’on en fasse parler, plus que le livre lui-même ne parle ou n’a à dire. A la limite, il faut que la multitude des articles de journaux, d’interviews, de colloques, d’émissions radio ou télé remplacent le livre, qui pourrait très bien ne pas exister du tout.

      C’est pour cela que le travail auquel se donnent les nouveaux philosophes est moins au niveau des livres qu’ils font que des articles à obtenir, des journaux et émissions à occuper, des interviews à placer, d’un dossier à faire, d’un numéro de Playboy. Il y a là toute une activité qui, à cette échelle et à ce degré d’organisation, semblait exclue de la philosophie, ou exclure la philosophie.

  • Pourras-t-on un jour croire que le tumulte et les vociférations de notre temps n’auront pas raison de notre raison ?
    Le fond de l’air est rouge (1977) de Chris Marker

    http://www.dvdclassik.com/critique/le-fond-de-l-air-est-rouge-marker

    Chris Marker retrace l’émergence de la nouvelle #gauche dans les années soixante et soixante-six à travers une série d’événements historiques. De la #guerre du #Vietnam à la mort du #Che, de Mai #68 au Printemps de #Prague, du #Watergate au coup d’Etat du #Chili, le #cinéaste dépeint les #luttes #idéologiques, les mouvements de #protestation et de #répression, les #espoirs et les #échecs d’une #génération #politique. Surtout, il critique de manière acide les #Pouvoirs et écrit la synthèse désenchantée de nombreuses années de militantisme, sans prétendre aucunement à l’exhaustivité et revendiquant à chaque minute la subjectivité de son essai.

    Ici nous est présenté la deuxième partie : Les mains coupés
    http://www.youtube.com/watch?v=RhZSqyroi_k

    Entièrement constitué d’images d’#archives, #Le_Fond de l’air est rouge est un film charnière dans l’œuvre de Chris Marker qui signe le bilan d’une décennie de militantisme. Au cours de la décade 1967-1977, le cinéaste se préoccupe de l’émergence de la nouvelle gauche et des différents mouvements de contestation qui embrasent les capitales du monde entier. Mais l’engagement politique de #Chris_Marker est en réalité bien antérieur à 1967. D’une certaine manière, ce #documentaire éclaire rétrospectivement les premiers pas de Chris Marker en tant que cinéaste. Dans les années cinquante, il entreprend de nombreux voyages dans les pays #communistes, qu’il a immortalisés sur les documentaires Un Dimanche à Pékin et Lettre de Sibérie. A l’image d’autres cinéastes français comme Agnès Varda, il part également filmer #Cuba peu de temps après l’arrivée au pouvoir de #Castro au début des années soixante (Cuba Si). Chris Marker a longtemps refusé de se justifier sur ses positions politiques d’avant 1962, parfois critiquées pour leur trop grande complaisance à l’égard des #dictatures communistes. De crainte que le public contemporain interprète mal ses premières œuvres ou ne les sorte de leur contexte, Chris Marker s’est finalement décidé à s’expliquer en 1998, année au cours de laquelle il remanie une nouvelle fois le montage du Fond de l’air est rouge :
    « Depuis longtemps, je limite le choix des programmes qu’on a la bonté de me consacrer aux travaux d’après 1962, année du Joli Mai et de La Jetée, et comme cette préhistoire inclut des titres concernant l’U.R.S.S., la #Chine et Cuba, j’ai capté ici ou là, avec l’émouvante empathie qui caractérise la vie intellectuelle contemporaine, l’idée qu’en fait c’était une manière de faire oublier des enthousiasmes de jeunesse – appelons les choses par leur nom : une autocensure rétrospective. Never explain, never complain ayant toujours été ma devise, je n’ai jamais cru utile de m’expliquer là-dessus, mais puisque l’occasion se présente, autant le dire une bonne fois : je ne retire ni ne regrette rien de ces films en leur temps et lieu. Sur ces sujets, j’ai balisé mon chemin le plus clairement que j’ai pu, et Le Fond de l’air est rouge tente d’en être une honnête synthèse » (1).

    #Marxisme #Communisme #Utopie #Révolution #Contre-révolution #Capitalisme #Vidéo #Documentaire

    • « Never explain, never complain », dit-il. Soit. Il faut pourtant reconnaître nos erreurs ?
      Et aucun regret, ajoute-il. Ca m’impressionne, moi qui en ais tant.

  • L’abolition du système salarial une utopie ?
    L’empire de la domination masculine sur la sexualité des femmes a-t-il un fondement capitaliste ?
    Serons-nous éternellement prisonniers de ce que nous produisons ?

    British Sounds(1969) de jean-Luc Godard, Jean-Henri Roger et Jean-Pierre Gorin (Groupe Dziga Vertov)

    http://vimeo.com/54291385

    Tourné en février 69, le film est revendiqué après coup par le groupe Dziga Vertov. C’est la première tentative de #Godard pour travailler en #dialogue avec quelqu’un. En fevrier 69, il se lie d’amitié avec un jeune militant #maioste, #Jean-Henri_Roger, qui n’a encore jamais tourné de #film. Il lui propose d’etre #coréalisateur d’un film commandé par une petite #telévison anglaise, #London_week-end televison.
    #Jean-Henri_Roger sera ensuite l’un des membres fondateurs de #cinélutte puis coréalisateur de films avec Juliette Bertho, sa compagne, puis réalisteur de longs métrages et comédien dans #Eloge_de_l'amour.
    Godard avait déjà tourné #One+one en #Angleterre à la fin de l’été #68. Il applique ici un principe de #Brecht selon lequel il ne faut pas donner d’#images trop complexes du monde. Godard et Roger vont simplifier le #monde avec une série de #plans-séquences longs avec, au maximum, une #idée par #plan.
    A Londres ils ne rencontrent pas de #militants #maoïstes mais de la nouvelle #gauche #anglaise, des #trotskistes. London week-end #televison refuse de diffuser le film fini. Il ne sera que très partiellement montré, le 2 janvier 1970, au cours d’un débat qu’il illustre d’extraits. La première projection à Paris se fait lorsque le #groupe_Dziga_Vertov est formé.

    #Industrie #Machines #Taylorisme #Aliénation #Travail #Exploitation #Prolétariat #Ouvriers #Bourgeoisie #Politique #Culture #Luttes-des_classes #Domination #Féminisme #Sexualité #Propriété #Capital #Capitalisme #Marxisme #théorie_de_la_valeur #Communisme #Marchandise #Histoire #Technique #Langage_cinématographique #Documentaire #Vidéo

  • Tant qu’il y aura des dominants et des dominés « la lutte des classes » aura un avenir infini...
    À bientôt j’espère (1967-1968) un film de Chris Marker et Mariot Marret
    https://www.youtube.com/watch?v=pswaIh0Qa-g

    http://www.dvdclassik.com/critique/a-bientot-j-espere-marker-marret

    Marker filme la grève dans la filature de #Rhodiaceta (groupe Rhônes-Poulenc) de #Besançon en 1967, à la demande de #Pol_Cèbe, #bibliothécaire de l’usine. Cèbe envisage un projet où les ouvriers pourraient prendre en main leur #émancipation par la #réappropriation d’une #culture détenue par la #bourgeoisie. Ses préoccupations rencontrent celles de Marker et Marret qui désirent reproduire l’#expérience du ciné-train du cinéaste #Medvedkine. En 1932, le #réalisateur russe parcourait l’U.R.S.S. à bord d’un train, filmait les ouvriers et leur montrait juste après montage dans la journée le résultat. Application des théories de #Walter_Benjamin (1), l’idée était alors de permettre aux ouvriers de se #voir au #travail, de leur #donner les #outils pour l’#améliorer, bref #construire la nouvelle Russie. La méthode est directement issue de la première période du #cinéma où des #cinéastes itinérants allaient de ville en ville filmer les sorties d’usines et montrer le soir même aux habitants le résultat. Les gens se déplaçaient en masse, heureux de se voir, de voir leurs voisins, leurs amis. Medvedkine dépasse le simple #spectacle #mercantile dans une optique #politique et #sociale, un outil de #propagande au service d’un nouvel #idéal. Marker et Marret décident donc de prolonger cette expérience. Leur idée consiste à filmer au plus près le travail des ouvriers, leur mode de vie, de manière à leur faire #appréhender leurs #spécificités, leur culture, leur mode de vie. Et leur donner les outils pour changer leur condition. Tout commence avec un appel lancé à Marker par René Berchoud, secrétaire du CCPPO (voir bonus). Il l’enjoint de venir à #Rhodia car quelque chose s’y passe d’important. Déjà en #1936, les grandes #grèves démarrèrent dans les filatures du Jura et Berchoud sent qu’il n’assiste pas seulement à une grève, mais à une prise de #conscience. Une projection de Loin du Vietnam vient d’y être organisée, et ce pamphlet collectif a profondément marqué les ouvriers de l’usine. Pas seulement parce que c’est la première fois qu’une avant première est dédiée aux travailleurs, mais également car à travers ce travail, une idée se profile…

    Marker et Marret tournent alors #A_bientôt _j’espère, dont le titre même évoque quelque chose qui prend #corps. Dans ce #reportage sur la grève de la Rhodiaceta (groupe Rhônes-Poulec), les ouvriers se livrent, peut-être pour la première fois, devant la #caméra. Leurs revendications portent non sur les #salaires, mais plus généralement sur leur #qualité de #vie, et surtout sur l’accès à une #culture qui jusqu’ici leur paraissait impossible. Des paroles qui annoncent #Mai #68. A l’origine, le mouvement naît des menaces de licenciement qui pèsent sur les 14000 ouvriers du #groupe. Les paroles des #dirigeants résonnent bizarrement dans notre #société actuelle. Ils se réfugient déjà derrière le marché commun, expliquant que les #suppressions d’#emploi ne sont pas de leur fait, mais leur sont imposées par des forces extérieures. A bientôt j’espère s’ouvre sur l’image d’ouvriers qui, Noël approchant, choisissent des sapins. C’est bien en quelque sorte la #fête qui va marquer la fin du mouvement, les ouvriers voulant, malgré tout, pouvoir offrir des cadeaux à leurs enfants. Si l’ouverture annonce la fin du film, elle enchaîne immédiatement sur un #meeting qui s’improvise sous la neige, annonçant d’emblée que malgré la fin abrupte du mouvement, il y a quelque chose qui en naît et qui se poursuivra.

    #luttes_Des_classes #Usine #Taylorisme #Ouvriers#prolétariat #Capitalisme #Communisme #Culture #Peuples #Exploitation #Domination #Groupes_Medvedkine #Chris_Marker #Mario_Marret #Alexandre_Medvedkine #Pol_Cèbe #Documentaire #Vidéo

  • « Critique de la séparation » (1961) un court-métrage de Guy Debord
    http://vimeo.com/34882928

    http://www.larevuedesressources.org/critique-de-la-separation-critique-of-separation-1961,2205.htm

    Critique de la séparation est un moyen-métrage de 20 minutes (35 mm noir et blanc) réalisé par Guy Debord sorti en 1961. Les voix off sont dites par Caroline Rittener et Guy Debord.

    Il s’agit d’un #anti-film dont les images sont fréquemment des comics, des photographies d’identité, de journaux ou d’autres films, surchargées de sous-titres très difficiles à suivre en même temps que le commentaire. Le rapport entre ces images, le commentaire et les sous-titres n’est ni complémentaire, ni indifférent, il est lui-même critique.

    La caméra navigue entre images d’actualités, comme séparées du monde #réel, symboles de la #société de la #consommation, et images du Quartier latin des années 1960, d’une jeunesse effervescente qui travaillait sa révolte au fond des cafés, à coup d’alcool, de rock and roll et de mots. Guy Debord y met une sorte de distance, qui semble dire : « trop tard, nous n’aurons pas changé le monde ». « Pour détruire cette société, il faut être prêt à lancer contre elle dix fois de suite, ou davantage des assauts d’une importance comparable à celui de Mai #68 », proclame-t-il dans La Société du spectacle.

    #Situationnisme #Anti_Spectacle #Debord #Avant_garde #expérimental #Politique #Philosophie #Pouvoir #Autorité #Renoncement #alcool
    #Cinéma #Vidéo

  • Le grand philosophe #Etienne_Balibar revient longuement sur son « Mai 68 » pensé comme un processus d’émancipation notamment à travers les guerres de #décolonisation ou de la transformation des rapports de production tant matériels qu’intellectuels(renversement de la valeur hiérarchique) et transmission d’un savoir émancipateur.
    http://www.dailymotion.com/video/xb54ak_l-ebranlement-68-etienne-balibar_news

    #Marxisme #Capitalisme #Communisme #Philosophie #Critique #Foucault #Althusser #Transformation #Société #Révolution #68 #Anti_autoritarisme #individualisme #Prolétariat #Servitude #Consommation #Vidéo

  • "Longue rencontre entre #Nicolas#Klotz, #Elisabeth_Perceval et #Jean-Luc_Nancy à Strasbourg, en 2009, dans la maison du philosophe, autour de son livre « Vérité de la démocratie ».
    Première partie
    http://vimeo.com/26750517

    Extrait de l’article suivant qui revient sur le livre de Jean Luc Nancy
    http://www.humanite.fr/node/49755

    Positivement, il s’agissait donc d’outrepasser cette « culture de calcul général - nommée "capital" », pour ouvrir (ou rouvrir) la possibilité de ce « partage de l’incalculable » sans lequel aucune démocratie n’a la moindre chance de tenir la promesse qu’elle recèle. Pour avoir fait peu de cas du « sans-valeur », de ce qui est « hors de toute valeur mesurable », les démocraties occidentales avaient abandonné au capitalisme la gestion du bien commun, s’exposant à une contestation sans mesure. Telle fut peut-être, selon Jean-Luc Nancy, l’inspiration critique la plus profonde du mouvement de 68, qui ne pouvait donc qu’en appeler à l’excès sous toutes ses formes. Cet excès, en définitive, n’est autre que celui qui fait la « vérité de la démocratie », à condition de ne pas faire de la démocratie le nom d’un régime politique parmi d’autres, mais justement l’emblème de ce franchissement des limites de toutes les formes politiques données. À ce titre, Vérité de la démocratie est à lire dans le prolongement de tous les livres où Jean-Luc Nancy a retracé les contours du problème politique, de la Communauté désoeuvrée à la Communauté affrontée en passant par Être singulier pluriel, pour ne citer que quelques titres majeurs.

    Deuxième partie
    http://vimeo.com/30547200

    #68 #Politique #Régime #Démocratie #Etat #Communisme #Socialisme #Philosophie #Rousseau #Marx #Livre #Vidéo